Navigation – Plan du site
Lectures

Silverstein Adam J., Postal Systems in the Pre-Modern Islamic World, New York, Cambridge University Press, 2007, 214 p.

Mathieu Tillier

Texte intégral

1L’institution du barîd, poste officielle et organe de renseignement des premiers empires islamiques, joua un rôle considérable dans la réussite et le maintien au pouvoir de diverses dynasties islamiques. Le calife abbasside al-Manṣûr, affirme al-Ṭabarî, la considérait comme un des piliers de son régime. Depuis J. Sauvaget, rares avaient été les études sur le sujet, et pour cause : malgré sa centralité, le barîd fut une institution discrète, que les sources évoquent souvent mais sans en détailler le fonctionnement. C’est dire si l’ouvrage d’Adam Silverstein vient combler un vide historiographique essentiel. Cette passionnante synthèse procède d’une enquête minutieuse sur la poste à travers les âges, depuis l’époque antéislamique jusqu’à la chute du régime mamelouke.

2Une première partie vient faire le point sur les origines de l’institution. Les auteurs musulmans étaient déjà conscients que le barîd, dont la terminologie est essentiellement non-arabe, était en partie héritée de la tradition perse. Depuis les Achéménides, au moins, la sécurité des routes était associée à la justice du souverain, et des relais postaux situés à intervalles réguliers (tous les 20 ou 25 Km) permettaient la circulation rapide des courriers et des envoyés officiels. Une partie du vocabulaire relatif aux structures de tels réseaux passa en arabe par l’intermédiaire du pehlvi, tels le nom des « guides » escortant les courriers entre chaque relais (parwânag > furâniq), ou encore celui de l’espion (jâsûs), « oreille » du pouvoir (p. 9-28).

3Les chercheurs contemporains ont longtemps pensé, quant à eux, que le barîd était l’héritier direct de la poste romaine et byzantine (veredus) telle que les Umayyades l’avaient trouvée en Syrie. L’auteur réfute partiellement cette thèse et avance que l’ancien système du cursus publicus, sur le déclin à la veille de l’Islam, n’eut qu’une influence limitée sur l’institution islamique. Une description détaillée des structures et du fonctionnement des systèmes postaux augustinien et byzantin lui permet de conclure que le barîd en différait à bien des égards. Les Arabes étaient familiarisés avec les systèmes postaux byzantin et sassanide bien avant l’arrivée de l’islam : comme en témoigne une inscription du barrage de Ma’rib, datée de 542, le terme même de « barîd » se répandit très tôt dans la péninsule Arabique. Dès l’époque des conquêtes, les musulmans employèrent des courriers officiels et mirent en place un large réseau postal.

4Le barîd califal des époques umayyade et abbasside fait l’objet d’une seconde partie. Si les Sufyânides adaptèrent vraisemblablement les infrastructures héritées de Byzance – en y intégrant les méthodes arabes traditionnelles de communication –, le barîd n’était encore utilisé que sporadiquement entre le calife et ses gouverneurs. L’institution s’épanouit sous les Marwânides, qui développèrent un réseau routier essentiel à la domination syrienne, érigèrent des bornes milliaires (aux fonctions aussi utilitaires que symboliques), élevèrent des phares et construisirent des réservoirs près des relais. Les développements qui eurent lieu sous le calife Hishâm b. ‘Abd al-Malik achevèrent d’éloigner le barîd des modèles byzantin et sassanide. Il fallut néanmoins attendre le début de l’époque abbasside pour que le réseau couvre l’ensemble du territoire califal : mue par ses aspirations autocratiques, la nouvelle dynastie mit le barîd au service d’une surveillance interne jamais atteinte jusque-là.

5Au niveau central, pourtant, l’absence de dîwân spécifique pour le barîd fut longtemps responsable d’une certaine instabilité de l’institution. Celle-ci fut dotée d’une administration civile sous al-Mutawakkil, au milieu du ixe siècle : l’ensemble du personnel postal était désormais financé par l’État et les anciennes corvées ou réquisitions furent abolies, tandis que l’amélioration du réseau routier favorisait l’essor du commerce. L’efficacité renforcée du barîd contribua pourtant au déclin politique des Abbassides : d’un entretien extrêmement coûteux, le vaste réseau de communications favorisa les incursions étrangères comme celle des émirs Bûyides. Dès la fin du IXe siècle, des mesures d’économie encouragèrent l’utilisation accrue de chameaux (moins exigeants et donc moins coûteux que des mules) et de pigeons voyageurs. Ce dernier moyen de communication s’épanouit en Égypte sous les Fâtimides ; ceux-ci préféraient d’ailleurs les efficaces réseaux commerciaux à de lourdes et coûteuses infrastructures postales, développant ainsi à grande échelle une fructueuse coopération entre pouvoir et marchands. À l’Est, les dynasties autonomes des Samanides et des Ghaznavides s’inspirèrent du barîd califal pour développer leur propre système postal. Si les Bûyides renforcèrent l’efficacité du barîd hérité du califat abbasside par la création d’un réseau de coureurs, les Seljukides finirent par en abandonner le principe.

6La dernière partie de l’ouvrage met en lumière le renouveau de l’institution postale sous les Mongols et les Mamluks. Le Yâm mongol, en grande partie modelé sur le Yi chinois, fut probablement mis en place par Gengis Khan et développé par Ögödei. Un vaste réseau routier ouvrit l’Orient aux voyageurs (marchands, pèlerins, messagers) de toutes origines. Néanmoins, comme le montre l’exemple de la poste îl-khânide, l’entretien d’un tel réseau n’était possible qu’au prix d’une pression fiscale difficilement supportable par les populations. Afin de limiter les abus, Ghâzân dut procéder à une réforme administrative et technique du système (notamment par l’introduction de coureurs). En raison de son efficacité, le Yâm influença à son tour les systèmes postaux de plusieurs États, tel le Sultanat de Delhi ou l’Empire ottoman. L’auteur nuance néanmoins la thèse – autrefois soutenue par J. Sauvaget – d’une influence directe du Yâm sur le barîd mamluk : si la chair du barîd mamluk était mongole, son squelette était abbasside et la restauration d’une poste montée participa d’une quête de légitimité islamique. Dans les faits, l’institution mamluke divergeait sur bien des points de son modèle abbasside. Il s’agissait désormais d’une institution militaire qui, en association avec des pigeons voyageurs et un réseau de phares, permettait une surveillance efficace de la frontière. Au xive siècle, l’affaiblissement de la menace militaire ne permit plus de justifier le coût d’un tel système. L’institution était déjà moribonde lorsque Tamerlan y mit un terme.

7Au prix d’une structure quelque peu rigide, cet ouvrage d’une très grande qualité formelle offre un aperçu systématique du barîd aux différentes époques abordées : les montures, les fonctions de l’institution (transport de lettres, de dignitaires, de prisonniers, d’objets de valeur, etc.), les modes d’entretien du réseau, son personnel, etc., sont analysés dans chaque chapitre. La lecture minutieuse de sources variées permet à l’auteur de dresser un tableau nuancé d’institutions jusqu’ici mal connues. À l’époque abbasside, le renseignement n’était ainsi pas le seul apanage du barîd, mais chacun des principaux responsables fiscaux et militaires/policiers disposait de ses propres réseaux d’espions, dont les rapports pouvaient au besoin être comparés (p. 100-101). Une telle analyse de détail doit beaucoup à un ouvrage anonyme du xe siècle, intitulé Siyâsat al-mulûk, décrivant des pratiques provinciales jusqu’ici peu connues ; on ne peut qu’en espérer une rapide publication par l’auteur. Grâce à une permanente remise en contexte du barîd, Adam Silverstein restitue le rôle éminemment symbolique de l’institution : en sécurisant les routes, le vaste réseau postal contribuait à la réalisation de la justice et contribuait à légitimer le pouvoir du prince. Il montre également comment plusieurs dynasties firent un usage différent de l’institution, en fonction de leur organisation militaire (usage privilégié de la cavalerie ou de l’infanterie) et de leur position politico-religieuse, les poussant à se distinguer (ou non) de leurs voisins ou de leurs prédécesseurs.

8Une des principales qualités du livre est sans conteste sa modération : le barîd apparaît simultanément comme l’héritier d’institutions antiques et comme une production originale du monde islamique. Une telle approche, insistant sur une progressive transition entre l’antiquité tardive et le Moyen Âge, semble particulièrement fructueuse. Il apparaît au final que les plus grands changements furent financiers : perpétuant les réquisitions et les corvées, le premier barîd califal était encore proche des systèmes postaux antiques, et ce n’est qu’à l’époque abbasside, lorsque le réseau ne fut plus entretenu que par l’État, qu’il se mua en institution résolument « islamique ».

9Les itinéraires postaux sont illustrés par une série de cartes dont la lisibilité est malheureusement affectée par l’absence de légende. On finit pas supposer que les chiffres placés entre chaque ville indiquent le nombre d’étapes, mais cela aurait gagné à être plus explicite. Il convient également de préciser qu’en dépit du titre, l’ouvrage de concerne pas l’ensemble du monde islamique pré-moderne, mais seulement sa partie orientale (ni le Maghreb ni al-Andalus ne sont traités). Cela n’entache en rien la qualité de ce livre qui offre, incidemment, une belle leçon d’optimisme aux historiens des premiers temps de l’Islam : l’étude rigoureuse des sources et une remise en contexte systématique permet, parfois, de dissiper quelque peu le flou et les incertitudes pesant sur les périodes les plus anciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Tillier, « Silverstein Adam J., Postal Systems in the Pre-Modern Islamic World, New York, Cambridge University Press, 2007, 214 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6349

Haut de page

Auteur

Mathieu Tillier

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page