Navigation – Plan du site
Lectures

Tejel Jordi, Syria’s Kurds. History, Politics and Society, New York, Routledge, 2009, 189 p.

Boris James

Texte intégral

1Quelle meilleure manière de rendre hommage à un livre que de l’accueillir par un soupir de soulagement ? Enfin, voilà  un ouvrage de référence sur les Kurdes de Syrie. Loin des approches trop globales sur la question kurde qui ont délaissé l’espace syrien, loin encore des études se focalisant uniquement sur sa dimension humanitaire, l’auteur de cette monographie, armé d’un solide bagage théorique d’anthropologue et de politiste, remonte le cours d’une histoire méconnue pour tenter de saisir les modalités d’émergence de la mobilisation nationaliste kurde en Syrie. La multiplicité des points de vue et des approches permettent à l’auteur de présenter des moments et des évolutions historiques complexes et parfois paradoxales en évitant tout jugement à l’emporte pièce et tout essentialisme. La démarche de Jordi Tejel part du double constat selon lequel la « question kurde » en Syrie est restée extrêmement marginale dans les études contemporaines et qu’elle n’en est pas moins fondamentale comme en témoigne les événements de cette dernière décennie. Les émeutes de Qamishli en 2004, en effet, ont rappellé dans la violence l’importance de cette question et ont marqué, comme l’indique l’auteur, le passage à la « visibilité » d’un mouvement kurde de Syrie jusqu’alors dissimulé. L’auteur se propose de comprendre ce passage à la « visibilité » à partir d’une perspective historique très longue et remonte jusqu’à la période du mandat français sur la Syrie, période qui fut l’objet d’un précédent ouvrage (Tejel, 2007). Cette étude n’est pas seulement une étude sur les Kurdes, elle présente aussi un pan méconnu de l’histoire de la Syrie et permet de revisiter les approches scientifiques de l’organisation sociale et politique de ce pays.

2Le plan de l’ouvrage est chronologique, mais l’auteur prend le temps à chaque étape et, en particulier dans les quatre derniers chapitres, de présenter l’organisation complexe du champ politique kurde en Syrie, de prendre en compte la dimension transnationale de la question, les modes de gestion de l’État syrien et d’expliquer les fondements du système ba‘athiste. Il serait bien illusoire de vouloir résumer ici un ouvrage très dense en informations et très serré dans son analyse. On décrira en quelques mots ce qui marque pour le sujet concerné, les différentes périodes présentées par l’auteur.

3La période du mandat (1923-1946) se caractérise par l’absence d’un groupe kurde identifiable et uni, et par un jeu politique quadrangulaire entre les autorités mandataires françaises, le bloc national (les nationalistes arabes), les notables des minorités ethno-religieuses et, les Kurdes à la marge. Les Kurdes, qui ne bénéficiaient pas du même statut d’autonomie que les autres minorités syriennes, se sont engagés dans deux mouvements distincts : l’un conjoint avec les chrétiens de la Djéziré pour la reconnaissance de l’autonomie de cette région ; l’autre plus culturel, basé à Beyrouth et Damas, est le mouvement kurde de Turquie en exil : le Xoybûn. L’attitude ambiguë de la France, les divisions internes des tribus et des notables kurdes et la défiance des autres minorités et du bloc national, ne permirent ni la mise en place d’une autonomie dans la Djéziré, ni la constitution d’un mouvement kurdiste unifié, ni même la mise en échec du kémalisme en Turquie, ce qui était le but du Xoybûn. En revanche, ces deux mouvements ont pu, d’une part, constituer les bases d’une conscience kurde en Syrie et, d’autre part, les autorités françaises ont favorisé l’intégration de l’élément kurde dans les institutions militaires et policières de l’embryon d’État syrien.

4Ce phénomène se perpétue pendant la période qui va de l’indépendance à l’arrivée au pouvoir du Ba‘ath  (1946-1963). Cependant, très vite, des purges vident l’armée et la police de leurs officiers kurdes. Cette période est marquée en Syrie par la montée en puissance des partis nationalistes arabes, grand-syrien et communiste. On s’achemine vers la fin de la politique des notables et vers la naissance de nouveaux modes de mobilisations (socialisme, syndicalisme…). Les Kurdes, comme d’autres minorités, s’engagent massivement dans le Parti Communiste. L’État syrien, suspicieux envers les minorités et notamment les Kurdes, reste toutefois très faible jusqu’en 1957, ce qui permet le développement d’un mouvement culturel kurde. Le nationalisme kurde est encore inexistant, il se concrétisera en Syrie par la création du Parti Démocratique Kurde de Syrie (PDKS) en 1957 grâce à la convergence d’anciens notables kurdes et des éléments kurdes socialistes sortis du Parti Communiste Syrien qui fut réprimé lors de la mise en place de la République Arabe Unie (RAU) avec l’Égypte. C’est l’émergence d’un mouvement national kurde en Syrie. Il naît de l’expérience irakienne et sur l’impulsion du PDK d’Irak, sans pour autant faire le choix de la lutte armée (ni même revendiquer une autonomie) comme le feront les barzanistes quelques années plus tard.

5  De 1957 à 1970, le nationalisme arabe triomphe, tout d’abord grâce à l’établissement de la RAU en 1957, puis avec la prise de pouvoir du Ba‘ath en 1963. Cette période voit la mise en place de politiques ouvertement discriminatoires envers le groupe kurde dans son ensemble (arabisation de la toponymie de la Djéziré, établissement de la ceinture arabe dans la Djéziré, retrait de la citoyenneté à 120 000 Kurdes…). Cette politique a pour but de mettre en échec l’opposition que représentait le mouvement national kurde (et les notables kurdes) (p. 59). Ici, l’auteur suggère que la coercition de l’État durant cette période a aussi contribué au processus d’émergence du mouvement national kurde en Syrie. Que serait-il advenu si cette politique uniquement coercitive s’était poursuivie et si le Ba‘ath avait maintenu le cap de la pureté idéologique (socialisme et panarabisme) des premières années ?

6L’arrivée au pouvoir en 1970 de Hafez al-Asad marque, en effet, une rupture dans la gestion du « problème kurde ». Le régime de Hafez al-Asad maintient en place les structures symboliques de l’unanimisme ba‘athiste qui ont fait sortir les Kurdes de l’imaginaire national syrien (p. 64), mais se lance aussi dans une politique de redistribution des ressources, de cooptation des personnalités kurdes et d’exploitation des forces militaires kurdes (p. 65) afin d’élargir sa base politique confinée à certains milieux militaires alaouites (p.58, p. 62). En 1976 Hafez al-Asad met fin aux politiques de spoliation à l’encontre des Kurdes dans la Djéziré. Le pragmatisme du président syrien se manifeste aussi dans l’exploitation de la dimension transnationale de la question kurde et dans l’alliance du régime avec les partis kurdes d’Irak (PDK et UPK) et surtout avec le PKK (p. 82-83) qui canalisent pendant de nombreuses années l’énergie des Kurdes de Syrie. Cette double politique de redistribution interne et d’alliances externes, associée au maintien de la coercition aboutit à un affaiblissement considérable du mouvement national kurde de Syrie désormais caractérisé par une atomisation du champ partisan. Malgré cette faiblesse, l’auteur constate que cette configuration n’a pas empêché le maintien de structures sociales et politiques en suspens présentes au sein de la communauté kurde de Syrie. Jordi Tejel reprend les travaux de Liza Weeden (1999)pour montrer que ces structures dissimulées se sont formées dans le cadre d’une expression publique contrôlée et codifiée par le régime et d’une expression privée relativement libre. Dans un chapitre (The Kurdish response and its margins : « dissimulation » of a hidden conflict p. 82-108) l’auteur montre comment un espace social, culturel et politique kurde s’est développé à la marge du système politique officiel, de l’islam officiel et de la culture officielle. Un des aspects présentés en détail par l’auteur est la thèse de Paulo Pinto (2008) d’un développement conjoint du nationalisme et du confrérisme kurdes, et de  l’émergence d’un nationalisme religieux chez les Kurdes (p. 95), c’est-à-dire d’un confrérisme sunnite à coloration nationaliste et d’un soufisme à caractère kurde (« le soufisme est l’islam des kurdes » et « le soufisme kurde est le vrai soufisme ») (p. 99). Cependant J. Tejel suggère sans prendre position ouvertement qu’il s’agit là d’un jeu des acteurs, le champ confrérique jouant du nationalisme et le champ nationaliste jouant du religieux et du confrérisme. Contrairement à l’importance que P. Pinto donne à ce phénomène, on comprend que les milieux confrériques n’ont joué qu’un rôle très restreint dans les événements de 2004 et que les partis politiques kurdes qu’ils défendent ou non une ligne dure, restent à l’initiative de l’action nationaliste en Syrie.

7Dans le dernier chapitre l’auteur cherche à comprendre comment l’équilibre mis en place par Hafez al-Asad s’est rompu en 2004. Pourquoi la « question kurde » est devenue visible en Syrie ? Et pourquoi les acteurs de la révolte kurde de Qamishli ont-ils eu recours à la violence ? Pour répondre à la première question, Jordi Tejel se penche sur les changements politiques qui ont résulté de l’arrivée au pouvoir de Bashar al-Asad, tels que le court mais décisif « Printemps de Damas », le rapprochement de certains partis kurdes avec l’opposition arabe, l’émergence de nouveaux partis kurdes (Yekiti-kurd, Azadî, PYD) ainsi que de nouvelles pratiques politiques (manifestations publiques, sit-in, déclarations…) et le léger désengagement des services de renseignement dans la Djéziré… Quant à l’explosion de la violence politique, l’auteur fait le tour des approches scientifiques (Hamit Bozarslan, Tilly, Ted Gurr…) et rassemble l’ensemble des faits et des facteurs susceptibles d’avoir présidé à l’éclatement des émeutes de 2004 : de la situation née de l’intervention américaine en Irak aux provocations des supporters dayrî lors du match de foot qui vit le début des émeutes, en passant par le jeu des notables et des partis pour négocier avec l’État ou encore le régime de subjectivité des émeutiers (euphorie, désespoir).

8Jordi Tejel termine en se demandant, encore de manière extrêmement documentée, si la radicalisation du mouvement national kurde de Syrie, et notamment des jeunes, va se poursuivre (p. 127).  

9Il s’agit là d’un ouvrage de référence car d’une part, il apporte  des informations et des approches originales et inédites et, d’autre part, il présente une synthèse d’une série d’autres études. Cependant il ne peut, par définition, être exhaustif. Certaines questions soulevées dans cette étude mériteraient une plus ample exploration. La période de 1946 à 1968 reste relativement obscure quant à l’organisation politique et sociale des Kurdes alors qu’elle constitue le moment de gestation et d’émergence d’un mouvement national kurde organisé. Il est à souhaiter que le livre de Jordi Tejel suscite de nouvelles études sur cette période.

10La « dissimulation » est présentée comme le développement de l’identité kurde loin de la sphère publique. L’auteur fait un parallèle avec le travail de Liza Weeden qui postule que dans la Syrie de Hafez al-Asad, tous les discours dissidents (et donc pour J. Tejel les discours nationalistes kurdes) étaient relégués dans la sphère privée et les individus jouissaient d’une relative liberté s’ils agissaient publiquement comme s’ils adhéraient (act « as if ») au discours public unanimiste de l’État syrien. L’analyse est-elle si pertinente en ce qui concerne les Kurdes ? Le cloisonnement entre discours public et discours privé est-il toujours si évident ? Par exemple le lien symbolique établi entre Palestine et Kurdistan par l’État ou par les acteurs politiques kurdes témoignent, semble-t-il, non plus de la volonté d’imposer un discours public, mais d’assurer les Kurdes, l’État ou le reste de la population syrienne de la loyauté des uns ou des autres envers la cause palestinienne ou envers la cause kurde. Il ne s’agissait pas seulement d’inventer et de codifier le discours public, il s’agissait aussi de convaincre. Les travaux de Liza Weeden posent la question de l’existence plausible de plusieurs niveaux de publicité et d’intimité : N’y a-t-il pas ou n’y avait-il pas aussi une sphère publique kurde différente de la sphère publique syrienne, mais tout aussi codifiée par les acteurs et par l’État, notamment lors des New Rûz ? Comment syrianité et kurdité se modulent dans les discours privés et publics ? Cela demanderait une longue étude de terrain pour y répondre.

11Le livre de Jordi Tejel pose une autre question : Quelle est la culture kurde en Syrie et comment fonctionne-t-elle dans l’interaction pour définir les traits d’un « nous-groupe » (we-group) et établir des frontières ethniques avec le reste de la société (F. Barth) ? L’analyse de l’auteur à partir des travaux de Paulo Pinto selon laquelle la kurdité des Kurdes de Damas ne serait pas « définie par un langage commun, mais en fonction d’ascendance patrilinéaire kurde et de pratiques culturelles telles que le festival de New Rûz » (p.103) ne nous paraît pas convaincante. Notre avis est que les Kurdes de cette ville, tout comme les Kurdes d’Alep, voient dans la pratique de leur langue un des fondements de leur appartenance identitaire kurde. Si l’on veut à tout prix établir une comparaison sur le rapport que les Kurdes de ces deux villes entretiennent avec leur langue maternelle, il faudrait envisager cette question selon d’autres lignes de ruptures. Ainsi, on pourra suggérer que les Kurdes de Damas sont en très grande majorité issus de la Djéziré syrienne et parle essentiellement les formes de Kurmandji connues dans cette région (xerbî, ashitî, alî, koçerî) contrairement aux Kurdes d’Alep qui sont à la fois issus de la Djéziré et de la région d’Afrin et de Kobané où l’on parle des formes de Kurmandjî assez éloignées de celles parlées dans la Djéziré. Au-delà de la question de l’arabisation (qu’il convient de considérer comme assez généralisée en Syrie), il serait intéressant de voir comment ces pratiques et ces représentations linguistiques façonnent l’espace identitaire kurde et comment notamment le xerbî devient la langue kurmandjî commune en Syrie. Là encore, on ne pourra faire l’impasse sur de solides études sociologiques et anthropologiques de terrain.

12Mise à part quelques erreurs de translitération (Asad qui devient As’ad et far‘ filastin qui devient firh filastin) et l’absence d’une chronologie qui aurait peut-être été nécessaire pour la clarté du propos, l’ouvrage atteint avec brio son objectif : expliquer l’émergence et la diffusion en Syrie de l’idée d’un groupe national kurde et comprendre le passage à une action politique et collective visible. Il permet de saisir et d’assumer les paradoxes propres à toute étude sur l’organisation sociale et politique d’un État ou d’un mouvement national : un État qui de par sa conception idéologique organique de la nation arabe se doit de rejeter les Kurdes et qui, pour des raisons diverses, les intègre et les coopte ; des acteurs politiques en conflit usant de négociation avec l’État dans un espace autoritaire ; la présence de nombreuses « loyautés infra-nationales » chez les Kurdes en même temps que l’existence d’un nationalisme kurde fort…

13Jordi Tejel a mis en place un cadre de référence pour les études à venir.

Haut de page

Bibliographie

Tejel Jordi, 2007, Le mouvement kurde en exil. Continuités et discontinuités du nationalisme kurde sous le mandat français en Syrie et au Liban (1925-46), Bern, Peter Lang.

Weeden Liza, 1999, Ambiguities of Domination. Politics Rhetoric and Symbols in Contemporary Syria, Chicago et Londres, University of Chicago Press.

Pinto Paulo, 2008, « Soufism ethnicity and religious nationalism in Northern Syria », dans S. Hajo, C. Borck, E. Savelsberg et B. Kemmerich (éd.), Syrien und die Kurden Vom Osmanischen Reich bis in die Gegenwart, Unrast Verlag, Münster.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris James, « Tejel Jordi, Syria’s Kurds. History, Politics and Society, New York, Routledge, 2009, 189 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/6350

Haut de page

Auteur

Boris James

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page