Navigation – Plan du site
Lectures

Revue de l’Institut des belles-lettres arabes IBLA, Numéro Spécial 70e année, N°200, 2007-2, 244 p.

François Siino

Texte intégral

1La Revue de l’Institut des Belles-lettres arabes, plus connue sous le nom de l’institution qui l’édite, Ibla, fête ses 70 ans avec un deux-centième numéro ! Une telle longévité, pour une revue éditée au sud de la Méditerranée par une institution à vocation religieuse a de quoi surprendre. Fondé à Tunis en 1926 par la Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs), l’Institut a commencé en 1937 par publier un bulletin, transformé en revue en 1942. Depuis, ce sont 199 livraisons parues qui font, désormais, partie intégrante de l’histoire intellectuelle tunisienne et plus largement maghrébine.

2Œuvre de longue haleine donc, dont la pérennité est due avant tout à l’institution qui en est le support. Car c’est sans doute l’enracinement local de l’Institut des belles-lettres arabes de Tunis, lieu de rencontre, de travail et de débat, avec sa bibliothèque de recherche réputée mais aussi sa structure de soutien scolaire, qui a permis à la revue de survivre aux aléas de l’histoire intellectuelle et politique de la Tunisie contemporaine. Cette continuité tient également à l’attitude, à la fois engagée et prudente, des animateurs de l’Institut, les Pères Blancs, qui ont acquis tout au long de leur présence discrète mais assumée, une connaissance intime du pays, de sa langue et de sa culture. Leur ouverture d’esprit et leur curiosité intellectuelle a rendu possible une appropriation progressive de la revue Ibla par les chercheurs et les intellectuels tunisiens et maghrébins, qui constituent depuis longtemps une part importante des contributeurs.

3Ce numéro anniversaire n’a pas renoncé à la formule des « varia » qui est coutumière de la revue, mais le choix effectué pour l’occasion mérite d’être signalé. Comme pour donner à voir en coupe chronologique le parcours de la publication, ce numéro 200 rassemble, en effet, une série d’articles publiés entre 1945 et 1996. Étonnant florilège à première vue, où se côtoient les usages du palmier aux îles Kerkennah, un exposé du célèbre économiste G. d’Estanne de Bernis sur le chômage en Tunisie dans les années 1950, une étude littéraire de la production romanesque des années 1980 où encore une conférence du premier Grand Mufti de la République tunisienne sur le rapprochement islamique...

4Comme on peut le supposer, le choix de ces textes, parmi près de 1300 publiés depuis les origines, ne relève pas du hasard. Dans son introduction, l’historienne Kmar Bendana, actuelle co-directrice de la revue et fine connaisseuse de l’histoire intellectuelle maghrébine nous livre quelques clés de compréhension. Il s’agissait de sélectionner pour ce numéro spécial des textes représentatifs de différentes périodes dans un long parcours éditorial, mais aussi des différents champs thématiques qui se sont progressivement affirmés comme caractéristiques de la revue. Il s’agissait aussi de donner à voir comment de nouvelles générations d’auteurs – notamment tunisiens (et tunisiennes) – sont venus se mêler aux premiers contributeurs et diversifier les champs d’étude.

5Une première série de textes renvoient à ce que K. Bendana appelle un « travail de consignation du réel ». C’est une ethnosociologie de la vie tunisienne où les articles sur le folklore côtoient les études sur les transformations de la famille, la géographie urbaine ou rurale, la symbolique, les arts ou la cuisine. Tout en enregistrant la richesse de traditions encore vivantes, ces études tentent de suivre voire d’anticiper (cf. « La jeune fille de demain en Tunisie » de Michel Lelong) les transformations rapides d’une Tunisie déjà engagée dans la modernité.

6À côté de ce registre, qui a fait beaucoup pour le succès de la revue, la littérature constitue un second champ privilégié : traditions orales et populaires, mais aussi et de plus en plus, littérature contemporaine, tunisienne et plus largement arabe. Sous la plume de spécialistes reconnus comme Jean Fontaine, qui en fut longtemps le directeur, Ibla est devenue au fil du temps un lieu majeur de la critique et de l’analyse littéraire, contribuant ainsi à la visibilité d’une production vivante mais souvent ignorée par le lectorat non arabophone. Deux articles, d’Alia Tabai et de Jean Fontaine, illustrent cet apport en proposant respectivement une analyse de la littérature tunisienne des années 1980 et d’un roman-fleuve libyen paru en 1991.

7L’histoire est un autre domaine auquel Ibla aura très largement contribué et, cela avant même que la Tunisie, devenue indépendante, ne se dote d’institutions académiques nationales. Les thèmes ainsi que les périodes sont très variés, même si c’est avant tout d’histoire tunisienne – ou maghrébine – qu’il s’agit. Mais la revue est aussi en prise directe avec une histoire vivante, celle des dernières décennies du protectorat français et, bien sûr, celle de la Tunisie indépendante. Cette histoire en train de se faire apparaît en filigrane de textes écrits dans des circonstances diverses, parfois lourdes de tensions. Ainsi, l’éditorial qu’André Demeerseman (pilier de l’Institut dont il fut longtemps le directeur) signe en 1952, au moment où la répression de la puissance coloniale française frappe durement la Tunisie. Publié symboliquement en français et en arabe, le texte, pour être mesuré et soigneusement pesé, n’en condamne pas moins « la technique de la haine » et appelle à « un ordre humain basé sur la justice ».

8Enfin, quelque autres textes de cette sélection relèvent de disciplines bien moins représentées dans la revue, mais témoignent, néanmoins, de la volonté de ses responsables de n’exclure a priori aucun domaine des sciences sociales et humaines : l’urbanisme, l’économie et, plus récemment, l’étude du patrimoine tunisien ont ainsi fait quelques apparitions au cours de années dans les pages d’Ibla. Cette attitude d’ouverture intellectuelle caractéristique de la revue peut également se lire dans la place accordée aux différentes langues qui imprègnent le champ intellectuel tunisien (le français, l’arabe littéraire et l’arabe dialectal) ainsi que dans les nombreuses passerelles que les travaux de traductions permettent d’établir entre elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Siino, « Revue de l’Institut des belles-lettres arabes IBLA, Numéro Spécial 70e année, N°200, 2007-2, 244 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6353

Haut de page

Auteur

François Siino

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page