Navigation – Plan du site
Lectures

Guillon Jean-Marie, Paul-Albert Février, un historien dans l’Algérie en guerre. Un engagement chrétien, 1959-1962 (préface de Pierre Vidal- Naquet), Éditions du Cerf, 2006, 525 p.

Karima Direche-Slimani

Texte intégral

1Paul-Albert Février est connu des universitaires algériens comme le spécialiste de l’Afrique romaine. Célèbre pour ses fouilles et ses travaux archéologiques dans la région de Sétif (notamment sur le site de Djémila) et pour ses recherches sur l’Antiquité tardive en Algérie, il a également enseigné à l’université d’Alger après l’indépendance en 1962.

2On connaît moins cet épisode de sa vie, où jeune appelé (il achève son service militaire), il fut affecté durant dix mois dans un CTT (centre de triage et de transit), dans l’ouest algérien au cœur des Hauts-Plateaux, entre avril 1959 et février 1960. Il découvre, dans un village de colonisation, Colbert à 30 km de Sétif, (dans un CTT où on lui attribue des responsabilités administratives), les réalités de la guerre, du racisme, des violences de la pacification, mais également l’extrême difficulté, de la part des autorités françaises, à bloquer un processus largement engagé de résistance et de libération. Le CTT est une institution d’internement des individus raflés et soupçonnés de complicité avec le FLN : assignés à résidence, ils y sont surtout torturés. Pour P. A. Février, , le CTT est la confirmation des pratiques de violence entretenues par l’armée française mais c’est également l’institution à partir de laquelle il analyse un moment historique d’une France coloniale qui se défait et d’une nation nouvelle qui émerge.

  • 1  Des revues (Esprit, Les Temps Modernes ou alors Témoignage chrétien) et des maisons d’édition (Mas (...)

3Il a 28 ans quand il arrive à Colbert. C’est un jeune intellectuel, (déjà engagé dans une carrière universitaire) peu enclin à intégrer la culture militaire et à s’y soumettre. Il avait déjà certainement eu connaissance des témoignages des violences de la guerre qui circulaient à la fin des années 1950, dans certains milieux français et métropolitains1.

4Libéré de ses obligations militaires en février 1960, il revient dans la région de Sétif pour diriger une importante campagne archéologique, en avril 1961. Ce retour lui permet de poursuivre ses observations et surtout ses discussions avec les Algériens pour tenter de comprendre les dynamiques profondes qui bouleversaient la société algérienne de ces années.

5Cet ouvrage est donc le recueil des lettres adressées à ses proches (parents et amis) et des notes de cahier qui couvre ce moment de la vie de P. A. Février. Elles sont complétées par des annexes passionnantes (un texte inédit écrit en 1984, un échange épistolaire avec un collègue à propos de l’usage de la torture et un rapport envoyé en avril 1961 à La Croix Rouge Internationale).

6Triés, classés et commentés par Jean-Marie Guillon, professeur à l’université de Provence et spécialiste de l’histoire de la résistance, ces documents constituent un témoignage très personnel sur la guerre d’Algérie.

  • 2   À propos de la difficulté de la connaissance de l’autre : (…) « Un séjour dans l’inconnu, le préc (...)

7Si P. A. Février est historien de l’Antiquité, c’est en historien de son temps qu’il observe, écrit et analyse. Ce qu’il relate de ces années charnières pour l’histoire de la France comme pour celle de l’Algérie n’est pas nouveau ou exceptionnel. L’atypie de son témoignage réside dans la réflexion philosophique sur l’injustice et le Mal qui parcourt en filigrane les documents publiés. Il est rare de trouver un témoignage aussi personnel et aussi intense d’un engagement humain total. Un engagement qui n’est pas politique mais qui est essentiellement de nature morale. La découverte de l’Algérie, dans ces années noires, c’est l’expérience de l’altérité dans sa dimension humaine et d’une fraternité si problématique dans son universalité2.

8Cet engagement moral le distingue, sans doute, des autres opposants à la guerre d’Algérie. Il n’a jamais voulu être porteur de valises ; il ne s’est pas positionné dans un camp politique en particulier (notamment communiste) ; il ne s’est jamais senti proche d’une quelconque autorité française (militaires, colons, administrateurs…) et encore moins des agents de l’ALN. C’est l’engagement moral d’un homme dégagé des étiquettes classiques de son époque (qui catégorisaient les formes de militantisme) qui témoigne de l’ignominie des hommes, de la complexité de l’émergence d’une nation et des espoirs d’un peuple qui se libère.

9L’historien et le chrétien

  • 3  Paul-Albert Février fut un lecteur assidu et passionné de Saint-Augustin.
  • 4  Lettre du 7 décembre 1959.

10Si une étiquette, cependant, se révèle pertinente pour qualifier le positionnement de P. A. Février, c’est sans doute celle de chrétien. Lui-même se pose en héritier de l’humanisme chrétien ; les nombreuses références aux évangiles, la sensibilité augustinienne3, le modèle christique, l’immixtion du doute parcourent son écriture. Sa foi devient douloureuse et impuissante devant l’abjection de la torture : «  (…) Ce corps tordu par l’électricité, ce corps jeune, frêle rejeté contre le divan, une côte (ou plusieurs) cassées, ce halètement assoiffé. Que cela m’a fait mal. Et impossible de parler. Je suis comme muet. Je restais immobile. (…) Est-ce que l’on peut rester ainsi sans crier de dégoût ? Je ne comprenais pas. Je me sentais faible auprès d’un faible sans rien pouvoir faire. La prière ? Aveu d’impuissance. (…) On n’ose même pas prier dans ce cas là »4.

11Mais sa foi est certainement le moteur qui le conduit dans les dédales d’une recherche patiente d’une vérité enfouie, du sens caché. Enfouie comme ces vestiges archéologiques de cette région riche d’un passé romain exceptionnel qu’il a patiemment exhumés. Le chrétien et l’historien s’expriment dans le même registre de pensée.

  • 5  Expression empruntée à l’Abbé Pierre.
  • 6  Sur la banalité de la torture, il rajoute : (…) « Je tiens à insister sur le caractère permanent e (...)

12Nul dolorisme, nulle indignation inutile dans ce qu’il relate. C’est l’historien qui prend sa plume quand il rédige le rapport envoyé à La Croix Rouge Internationale en avril 1960. Il écrit en introduction : «J’ai tenté de considérer en historien le spectacle qu’il m’était donné chaque jour de contempler à Colbert ». Ce rapport, rédigé d’après un carnet de bord tenu durant six mois au camp de Colbert, écrit dans un premier temps et en partie en latin, souligne l’étonnante rigueur d’observation et d’analyse à laquelle il s’est soumis. Sous l’apparente neutralité presque administrative du rapport, P. A. Février démonte la mécanique de la violence et du déni de l’humanité d’une institution de guerre comme le CTT. Il explique, détaille, inventorie, établit la longue liste de détenus décédés, retranscrit les témoignages avec le souci de restituer la réalité telle qu’il l’a vécue et telle qu’il l’a entendue. Le ton est détaché, objectif pour raconter l’indicible démesure5: « Je tiens à insister sur le caractère permanent et quotidien de la torture. Il n’est pas passé de journées ou tellement peu que je les ai oubliées, où je n’ai eu à soigner de blessés ou de détenus torturés. Presque tous les gens qui entrent au CTT connaissent la torture, électricité et coups. C’est un évènement journalier. (…)Mais ce sur quoi je veux insister , c’est sur le fait que l’attention ne doit pas porter sur cet aspect d’une certaine façon exceptionnel, mais s’attacher à souligner le caractère banal et quotidien de ces sévices admis de tous »6. Il explique les mécanismes de la torture, les jeux du bourreau, les silences de l’interrogé, les malentendus et les approximations d’un interprète peu doué. Ce sont les aberrations et les déviances de ce moment historique qu’il cherche à comprendre.

13P. A. Février est marqué par les figures intellectuelles de résistance de deux grands historiens : Marc Bloch et Henri-Irénée Marrou. L’étrange défaite revient souvent comme référence pour tenter de comprendre, en historien du temps présent, l’embourbement de l’armée française et l’inanité de l’entreprise coloniale. Sa grille de lecture est indubitablement celle de la Deuxième Guerre Mondiale et de la résistance. Selon lui, la France a « failli » en pratiquant la torture mais, surtout, elle n’a rien compris à l’Algérie. À partir de la torture, il élabore une réflexion plus générale sur la guerre coloniale (ses modalités, ses effectifs), sur la colonisation et ses faiblesses (l’ignorance totale de la culture, de la langue, de l’islam, de l’histoire des Algériens). Il analyse l’impuissance des gouvernements successifs à apporter une solution à la guerre coloniale (qu’on n’appelait pas guerre encore à l’époque) dépassés, comme ils l’ont montré, par le processus historique des décolonisations.

14Il est attentif à la société algérienne ; indépendamment de l’entité FLN, omniprésente mais qui, selon lui, ne révèle pas grand-chose des aspirations et des attentes du peuple. L’attention portée aux détenus du CCT, celle à l’égard des ouvriers des chantiers archéologiques comme les amitiés entretenues avec ses étudiants et ses collègues algériens lui laissent entrevoir les dynamiques d’une société que les Français n’ont pas pris la peine de comprendre.

  • 7  Article inédit commandé par une revue tunisienne en 1984 mais jamais publié.

15C’est l’effroyable gâchis d’une entreprise coloniale aveugle aux autres et qui ne s’est imposée que par ses prétentions à dominer sans tenir compte des hommes. Cette réflexion sur l’aveuglement et sur le Mal se poursuit jusque dans ce texte inédit écrit en 19847 et quasi-prémonitoire des évènements qui ensanglantèrent l’Algérie des années 1990. Lorsqu’il évoque les fractures et les incompréhensions qui se multiplient dans la France des années 1980, il s’interroge sur celles qui se manifestaient dans l’Algérie de ces mêmes années avec la montée insidieuse des forces islamistes dans ces moments historiques (trop connus) qui s’articulent autour du « refus de l’Autre ».

16La rigueur et les exigences de l’itinéraire spirituel et intellectuel de P.A Février lui imposent des positionnements qui ne sont pas forcément faciles et pas toujours compréhensibles de la part de ses contemporains. Il ne voue pas une admiration sans bornes au FLN (alors qu’il est un partisan convaincu de l’indépendance) et oppose un refus irréductible à la domination coloniale. Il se place sur le terrain de la morale chrétienne et celle-ci ne se négocie pas en fonction des contextes et des urgences politiques.

17Face à ceux qui justifient la torture en évoquant les violences du FLN, il répond : « (…) Trop de choses, une histoire, une culture, une morale me séparent d’eux (des partisans du FLN). Le dialogue n’est pas possible. Les miens ne m’entendent pas. Je garderai le silence devant ceux qui ne sont pas les miens. D’autant plus que ce ne sont pas les crimes de l’ennemi qui doivent diriger mon action ou ma pensée. Sinon, j’agirai par vengeance ».

18À la lecture de cette correspondance, on croise ici une volonté qui se fait rare : celle de vivre et de penser à hauteur d’homme. Sans doute pas au-dessus, mais certainement pas au-dessous.

Haut de page

Notes

1  Des revues (Esprit, Les Temps Modernes ou alors Témoignage chrétien) et des maisons d’édition (Maspero et Les Editions de Minuit) avaient en 1957 et 1958 publié des textes qui dénonçaient la torture pratiquée par l’armée française. Les témoignages de Pierre-Henri Simon et Henri Alleg circulaient déjà.

2   À propos de la difficulté de la connaissance de l’autre : (…) « Un séjour dans l’inconnu, le précaire, la fragilité du vécu enfin reconnu ; un séjour dans un groupe à la fois proche et pourtant bien étranger, mais surtout perdu au milieu de longues plaines où tout paraissait facile à lire, où tout échappait de fait, au regard, à l’écoute »

3  Paul-Albert Février fut un lecteur assidu et passionné de Saint-Augustin.

4  Lettre du 7 décembre 1959.

5  Expression empruntée à l’Abbé Pierre.

6  Sur la banalité de la torture, il rajoute : (…) « Je tiens à insister sur le caractère permanent et quotidien de la torture. Il n’est pas passé de journée, ou tellement peu que je les ai oubliées, où je n’ai eu à soigner des blessés ou des détenus torturés. Presque tous les gens qui entrent au CTT connaissent la torture, électricité et coups. C’est un évènement journalier. (…) Je n’ai par contre jamais vu de note ou demander un adoucissement ou une suppression des sévices. Ceux-ci sont considérés comme normaux : ils sont permanents ; ils sont un des événements les plus communs de la vie du camp. Plus que les tortures spectaculaires, c’est cette grisaille quotidienne qui me frappe.».

7  Article inédit commandé par une revue tunisienne en 1984 mais jamais publié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karima Direche-Slimani, « Guillon Jean-Marie, Paul-Albert Février, un historien dans l’Algérie en guerre. Un engagement chrétien, 1959-1962 (préface de Pierre Vidal- Naquet), Éditions du Cerf, 2006, 525 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 28 février 2017. URL : http://remmm.revues.org/6354

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page