Navigation – Plan du site

De la campagne à la ville : échanges, exploitation et immigration dans le Maghreb médiéval

From countryside to the city: exchanges, exploitation, and immigration in the medieval Maghrib
Tariq Madani

Résumés

La relation villes-campagnes, n'a été abordée pour le Maghreb médiéval que d'une façon passagère. La carence documentaire et le manque d'approches archéologiques retardent la compréhension des facettes de cette problématique. On ne peut poser des questions historiques de fond sans une connaissance préalable des phénomènes économiques, sociaux et culturels liés au monde rural. Un cadrage historique et théorique nous met devant des cas variés et des relations complexes et moins unilatérales entre les villes islamiques et leurs terroirs. Autrement dit, on ne peut aboutir à des conclusions assurées concernant l'histoire globale ou régionale qu'en entrecoupant, à travers les siècles, les relations d'exploitation, à celle de dépendance mutuelle dans un cadre de partage des rôles et des ressources qui associe la cité à son environnement. La commercialisation de la production agricole dans la ville, et le rôle d'exutoire naturel de la population rurale de cette dernière, mais aussi, de centre d'administration juridique et de lieu d'acculturation des ethnies, sont des versants moins conflictuels de ces rapports qu'il faut inclure au débat pour les reprendre à un niveau de synthèse

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Serait-ce répéter un truisme pour l’historien du Maghreb que de remarquer que l’histoire du monde rural médiéval reste une des plus inachevées mais aussi des plus discutables ? Ce domaine d’investigation historique commence à peine à retenir sérieusement l’attention des chercheurs et à dévoiler ses complexités et ses spécificités.

2La connaissance de la population rurale médiévale dans cette partie du monde musulman est encore, par bien des aspects, élémentaire. Qu’il s’agisse des caractères démographiques de cette population, de sa mobilité dans l’espace ou aussi de son évolution numérique à travers les époques, on est souvent appelé à se contenter d’informations grossières et insuffisantes.

3Quant aux déplacements des villageois, ils n’ont été décrits que dans leurs grandes lignes. L’exode rural et l’émigration temporaire n’ont donné lieu qu’à de rares études historiques. L’ampleur de ces mouvements humains reste donc à mesurer historiquement et à représenter d’un point de vue géographique. Les données nécessaires pour étudier la distribution spatiale de la population, ses causes et ses effets, restent à rassembler. Car comment peut-on reconstituer le passé d’une population alors que son histoire économique est à peine esquissée ? 

4En effet, l’économie des terroirs en relation avec les centres urbains, les types de liens existant entre ces deux parties, l’évaluation des prélèvements fiscaux et parafiscaux opérés aux dépens du monde rural, restent des questions fort mal connues. Toute aussi lacunaire est notre connaissance des structures ethniques des sociétés citadines, du volume des productions urbaines et de leur nature, ce qui ne permet pas de poser de façon approfondie et pertinente la problématique de la ville en relation avec son terroir.

5Un tour d’horizon rapide montre que la question de la relation villes-campagnes n’a été abordée pour le Maghreb médiéval que de façon passagère, et non exhaustive. Ce constat est dû au manque de documents concernant le monde rural musulman et au poids de certaines études trop convaincues que l’histoire arabo-musulmane a été, pour l’essentiel, une histoire des villes.

6Claude Cahen, peut-être avec excès, remarque que :

« Cette civilisation (islamique) est fondamentalement urbaine : non que la majeure partie des gens n'y vive de la terre, même au moment d'essor commercial maximum, mais parce que le siège de toutes les institutions est en ville, et que par conséquent la littérature que nous possédons est une littérature de citadins qui méprisent et oublient le paysan ou ne s'intéressent à lui que par le côté où il leur apporte vivres, impôts ou redevances » (Cahen, 1982 : 10-11). »

7Les chroniqueurs arabes, en effet, étaient souvent des citadins lettrés et des gens de plume ; ils ne s'intéressaient au monde rural qu'à travers les problèmes financiers des taxes (Cahen, 1977) ou à cause des troubles et révoltes politiques. Les campagnes étaient alors souvent occultées par la ville, comme si cette dernière était le seul lieu de l’Histoire.

8Évidemment, il est impossible, devant ce constat, de dresser ici un bilan global et précis de la situation des terroirs médiévaux et des types de relations et d’échanges qui les reliaient aux villes maghrébines. Ces aspects ne peuvent être traités que par un dépouillement systématique de l’ensemble de la documentation historique existante – surtout des traités juridiques, des bribes des documents fiscaux ou des descriptions de géographes –, ainsi que par l’exploitation des études récentes en la matière pour pouvoir jalonner le terrain et suggérer un certain nombre de réflexions.

9La carence documentaire et le manque d’approches archéologiques retardent la compréhension des différentes facettes de ces problématiques, et ainsi la remise en cause de plusieurs thèses, souvent hâtives, qui avec le temps, risquent de s’imposer encore plus et de finir par se cristalliser. Cependant, même si elles restent insuffisantes, les quelques nouvelles recherches réalisées dans ce registre peuvent apporter quelques lumières à l’histoire sociale et économique de cette partie du monde musulman médiéval, enrichir le débat par les questions qu’elles inspirent et, quelquefois, remettre en cause certains stéréotypes, les plus solidement établis.

Des grilles modèles à déconstruire

10Concernant le Maghreb, une partie du débat avait commencé avec les réflexions d’Emile-Félix Gautier dans sa thèse sur Les siècles obscurs de l’Afrique du Nord (1927). Ce dernier est parti de sa lecture propre d’Ibn Khaldûn (1332-1406), en profitant de l’ambiguïté sémantique du vocabulaire arabe, pour présenter un modèle explicatif de l’histoire du Maghreb qui se réduit à une opposition incessante entre nomades et sédentaires tout en insistant sur le rôle destructeur des tribus zenètes et hilaliennes. Le Maghreb n’a connu, suivant cette grille de lecture, que des échecs quant à ses projets d’édification étatique. Étonnement, et bien que cette pensée soit simpliste et étrangère à la compréhension d’Ibn Khaldûn, elle a pu tracer sommairement son chemin chez d’autres chercheurs.

11Selon ce genre de vision, la société maghrébine était une structure sociale statique, caractérisée par une coexistence parasitaire entre des villes, jouant essentiellement le rôle de redistribution, et des campagnes, fermées sur elles-mêmes, réunissant une population pauvre et toujours encadrée dans des cellules tribales (Vidiásov, 1992 : 242).

12Dans une approche de géographe, Jean Poncet, qui ne voyait pas de régime féodal pour la Tunisie de la période pré-coloniale, a essayé de montrer que l’économie des pays du Maghreb était plutôt une économie qui intégrait villes et campagnes, et refusait d’y voir une relation de domination et d’exploitation entre les milieux urbains et leurs entourages ruraux (Poncet, 1974 : 211-220). D’autres chercheurs, toujours dans une position critique par rapport à l’idée de l’existence d’un régime féodal dans le monde musulman, surtout au Maghreb, ont tenté de définir le mécanisme de dépendance des terroirs par rapport aux cités et ont démontré que les centres urbains, au nombre limité de population, ne pouvaient imposer leur pouvoir que dans un rayon bien précis de leur terroir environnant (Prenant, 1974 : 171-172).

13D’autres thèses, insistant sur le caractère désarticulé de la société, ont décrit la ville arabo-musulmane comme un corps étranger, implanté artificiellement, qui domine et exploite au maximum et sans compensation la campagne. Dans cette vision, les villes-forteresses, accueillant des garnisons militaires, imposaient une forte domination à leurs campagnes qui leurs garantissaient vivres et subsistances. Les militaires accaparaient les grandes propriétés agricoles, contrôlaient le marché du blé et déterminaient son prix tout en percevant les taxes infligées aux agriculteurs (Poliak, 1934 ; Weulersse, 1946).

14On trouve, d’une façon peu convaincante, ces mêmes conclusions sur la fragilité des relations entre villes et campagnes, dans des travaux sur l’Égypte et la Syrie, conformément, pense-t-on, à la désarticulation de ces sociétés (Baer, 1981). On y soutient fortement l’idée que la population n’a pu être renforcée par des éléments ruraux à cause de son contexte économique et de l’échec du processus d’intégration des gens du terroir.

15Dans une autre perspective, et comme pour répondre aux problématiques de l’égalitarisme de la société rurale et des liens fragiles ou structurels de la paysannerie avec le pouvoir ou avec la terre, les recherches historiques et archéologiques sur les communautés rurales d’al-Andalus ont amplement et solidement enrichi le débat et suggéré de nouvelles lectures. Pour P. Guichard, à l’issue de ce développement de recherches :

« On entrevoit ainsi, contrairement à l’image longtemps dominante d’une paysannerie hispano-musulmane opprimée tant par le pouvoir que par une aristocratie de « grands propriétaires absentéistes », l’existence de communautés rurales solidaires, assez autonomes, collectivement gestionnaires de certaines activités (enseignement, mosquées), détentrices de terres communes et contrôlant des fortifications-refuges » (Guichard, 1996 : 259).

16Il est clair, après ce cadrage théorique, que nous sommes devant des cas variés et des relations complexes et moins unilatérales entre les villes islamiques et leurs terroirs. Ces rapports ne peuvent être décortiqués pertinemment qu’en étant décrits sous plusieurs angles. Autrement dit, on ne peut aboutir à des conclusions assurées concernant l’histoire globale ou régionale qu’en mêlant et entrecoupant, à travers les siècles, les relations d’exploitation à celles de dépendance mutuelle dans un cadre de partage des rôles et des ressources qui associe la cité à son environnement.

17Il est prétentieux aussi de souscrire à l’une des réflexions historiques générales qui tendent à l’évaluation des campagnes musulmanes médiévales à travers leur progrès agricole. Le débat entre les deux hypothèses « pessimiste » et « optimiste », pour reprendre les qualificatifs de P. Guichard, est loin d’être terminé ; au contraire, il renaît à chaque fois que de nouvelles données historiques ou archéologiques viennent s’y ajouter. Les contenus des sources historiques et les tentatives de cartographie des données des géographes médiévaux (Vanacker, 1973) ne nous épargnent pas cette controverse, ils l’alimentent. P. Guichard fait remarquer que :

« Les descriptions qui laissent penser à une réelle prospérité des campagnes à l’issue de la “ révolution agricole” coexistent paradoxalement avec d’autres témoignages, bien plutôt évocateurs de crise, de dépeuplement et de déclin agraire » (Guichard, 2000 : 189).

18Serait-il facile, à la suite de cette présentation, de souscrire à telle ou telle thèse ? L’homogénéité de l’image qu’on a des campagnes et de l’agriculture musulmane médiévale, est loin d’être certaine aux yeux des chercheurs. Tout le problème, à notre sens, réside dans cette attitude de vouloir généraliser les affirmations et de se précipiter vers des visions synthétiques tranchantes. La démarche en elle-même n’est pas condamnable, mais l’exactitude est, aussi, de reconsidérer le problème avec la nuance que le monde rural a évolué dans les contrées du monde musulman dans des moments et à des rythmes variables, entre le xe et le xiiie siècle.

19Nous pouvons ajouter que l’idée de l’évolution de l’agriculture devrait être analysée conjointement avec le processus du déclin qui est attesté dans le monde musulman. La vérité, comme le constate P. Guichard, est probablement à rechercher entre les deux visions. Au moment où l’agriculture des régions périphériques du monde musulman ou d’al-Andalus se portait bien, le déclin avait déjà commencé à se faire sentir en Proche Orient par l’abandon de sites en Transjordanie et au Hedjaz ou par la dégradation du sol en Irak. En fait, l’affaiblissement enregistré en Orient dès le ixe siècle, allait se généraliser avec les siècles en fonction des conditions de sécurité, des bouleversements politiques ou ethniques et de la conjoncture économique.

20Pour le moment il est difficile de définir la chronologie précise de ce processus ; et c’est probablement à la suite d’une série d’études locales et de bilans régionaux mettant au clair à la fois les périodes de crises et les tentatives de récupération (Guichard, 2000 : 198), qu’on peut nuancer les affirmations générales et affiner ces approches antithétiques, qui par moments s’entremêlent, entre révolution agricole et phénomène de déclin dans le monde rural.

Un arrière-pays en arrière-plan

21Certes, il y avait dans les premiers siècles de l'Islam une grande floraison urbaine, mais c'était néanmoins l'arrière-pays de ces villes qui assurait la sécurité alimentaire et les matières premières pour l'économie citadine. Car, hormis l'ampleur de l'activité marchande et des productions urbaines des peuples musulmans médiévaux, la grande richesse restait toujours la terre et ses rentes. L’activité agricole était à la fois une assise de taille pour la société citadine grâce au transfert des produits agricoles au profit des villes, et une source de rentes considérable pour l'État, vue l’importance des revenus des prélèvements fiscaux exercés sur les campagnes. Il est sans doute très significatif qu'un auteur médiéval, un prévôt de marché (muhtasib) de l’Occident musulman, comme Ibn ‘Abdûn (xie-xiie siècle), estimait, avec un esprit physiocratique, que la décadence de la civilisation (al-‘umrân) est liée étroitement à la régression de l'agriculture (Ibn ‘Abdûn, 1955 : 5) dans le monde rural. Or, si Ibn ‘Abdûn insistait sur le rôle de l'agriculture en terme de production agricole et de source d'échange entre campagnes et villes, l'historien A. Laroui exprimait cette même importance, en faisant remarquer que les revenus des impôts, issus du secteur agricole et ensuite du commerce, ont assuré la survie de plusieurs organismes politiques du xie siècle au Maghreb (Laroui, 1970, 116).

22Pour pouvoir apprécier l’ampleur du rôle économique de l’arrière-pays, il faut bénéficier d’une documentation assez importante sur l’approvisionnement de la ville depuis son terroir. Or, il faut l’avouer, nos connaissances sur l’histoire de la consommation des centres urbains, de l’évaluation des produits ruraux, des prélèvements fiscaux, des circuits commerciaux régionaux et des mécanismes d’échanges et d’associations restent très imprécises et peu chiffrées. Devant cette insuffisance, nous nous sommes amplement inspirés des différents modèles de relation villes-campagnes proposés par A. Raymond, pour nuancer et dépasser les anciennes visions souvent très unitaires (Raymond, 1984). En effet, cet auteur, qui s’intéresse essentiellement aux centres urbains de l’Orient musulman à l’époque ottomane, montre que les relations complexes qui existaient entre la ville et la campagne s’exprimaient à travers plusieurs axes : relation de parasitisme, où la ville est exploiteuse de la campagne, relation de symbiose et de complémentarité, grâce aux différents échanges entre les deux parties, et enfin à travers le processus d’intégration citadine ou de ruralisation de la ville.

23Généralement, le territoire rural d’une ville était, surtout, celui qui contribuait à la nourrir et à l’alimenter en matières premières et qui lui payait directement les impôts. Les villes du Maghreb médiéval étaient ainsi des lieux de commercialisation des produits agricoles bruts qu’elles consommaient directement ou qu’elles se chargeaient (quand il s’agissait de matières premières) de transformer en objets consommables sur place ou exportables.

24Dans la périphérie, ou juste devant les portes de la ville, les villageois des environs venaient chaque semaine établir leur marché et étaler leurs productions agricoles et artisanales. À Tunis, trois marchés hebdomadaires se tenaient à l’extérieur de la ville, dans des endroits différents. Les Bédouins y venaient du terroir pour y exposer leurs produits (Hassan, 1999 : 510). Dans la ville de Fès :

« un marché, (nous dit Léon l’Africain), s’y tient tous les jeudis. Les gens s’y réunissent en grand nombre, amenant là leur bétail et les commerçants y apportent des marchandises venues de l’extérieur » (L’Africain, 1956, I: 229).

25En effet, Fès avait des attaches et des liens économiques très étroits avec sa campagne. Léon l’Africain nous donne la longue liste des fruits et légumes qui approvisionnaient les souks de la ville (L’Africain, 1956, i : 194-195-207). Cette dernière était tributaire de sa campagne qui alimentait un puissant commerce de grain. Il est clair que Fès en était fort dépendante, mais sa grande demande et son rôle de distributeur vers les autres régions lui assuraient, en retour, une compensation et lui permettaient d’influencer les orientations économiques de cet arrière-pays. La dépendance était donc mutuelle.

26Kairouan était aussi un grand centre de consommation au Maghreb médiéval. Elle utilisait, comme bois de combustible et de construction, celui provenant des oliviers du Sahel. Elle était à son tour, depuis le viiie siècle, tributaire des productions agricoles et artisanales venant de son terroir (Sakly, 2000 : 76-77).

27Au niveau de la géographie des artisanats, et à proximité de ces marchés où se concentrait l’échange commercial entre la ville et son terroir, se tenaient, à la limite de l’enceinte, un certain nombre de métiers qui en dépendaient. Nous pouvons mentionner ici les marchés de grains, de bois, les tanneries et les boucheries dont l’activité était assurée grâce à l’approvisionnement rural.

Fisc, exploitation et régime foncier

28Les ressources que la ville tirait de la campagne passaient aussi par l’exploitation fiscale ou para-fiscale, par le prélèvement de redevances, par la rente foncière ou à travers le cadre des fondations pieuses (wakf/habous). Ainsi, pour exposer leurs produits, certains campagnards devaient payer une gabelle, sorte de droit commercial, à l’entrée de la ville (L’Africain, 1956, I : 238). D’autres redevances et prélèvements fiscaux étaient exercés à l’encontre des fermiers des territoires environnants par le pouvoir de Fès (Ibn Marzûk, 1981 : 282-283), (L’Africain, 1956, I : 236-269). Ces charges, légales ou en marge de la légalité, étaient imposées par plusieurs percepteurs et récoltées en produits de différentes natures. La moitié de ces rentes, précise Léon l’Africain :

« consiste en grain, en bétail, en huile, en beurre. Les redevances sont perçues de différentes façons. Dans certains endroits on paie par superficie de terrain que peut labourer une paire de bœufs en un jour un ducat et quart. Ailleurs on paie autant par feu. En d’autres endroits on paie autant de têtes d’hommes au-dessus de quinze ans. Dans d’autres localités on paie pour l’un et pour l’autre. Il n’y a aucun supplément de charges fiscales que la gabelle, qui est élevée dans la ville » (L’Africain, 1956, I : 238).

29Cette forme d’exploitation n’était pas généralisée, quelques villages du terroir de Fès, par exemple, pour des raisons tues et inavouées, étaient exemptées de tout impôt, comme la localité rurale de Mgassa qui avait même le privilège de recevoir les gens bannis de Fès (L’Africain, 1956, i : 304).

30Les manières par lesquelles les villes maghrébines tiraient profit des ressources rurales étaient, comme nous l’avons signalé, très différentes ; elles allaient des formes les plus brutales aux simples rentes transmises, dans le cas des fondations pieuses (habous), aux institutions de la ville. En effet, les textes historiques et juridiques signalent les nombreuses situations d’exactions exercées, par l’État ou par ses hommes, à l’encontre des campagnes. Dans l’ouvrage d’al-Maghîlî (m.1478) (corpus de consultations juridiques) de Mazouna, on peut trouver diverses infractions et exploitations hostiles de ce type (Berque, 1978 : 37-38), (al-Maghîlî).

31Le système de concessions des terres (iktâ‘) pour les dignitaires et les membres de l’armée, a beaucoup affecté la campagne médiévale. En général, il était davantage animé par une volonté d’augmenter la soumission du paysan au pouvoir que par une logique productive. Ces concessions de terres étaient, en Orient comme en Occident musulman, une sorte d’issue de secours devant la multiplication et l’accroissement des charges militaires et des modalités, de plus en plus variées et coûteuses, d’une armée consciente de son rôle indispensable (Cahen, 1975 : 1115-1118). Pour certains, cette pratique exceptionnelle qui n’était au début qu’un expédient, est devenue, avec le temps, un système économique et social bien implanté (Al-Kadiri, 1992 : 40).

32L’Occident musulman ne paraît pas avoir méconnu ce régime d’iktâ‘, même avec les premières principautés kharigites du ixe siècle. Au Maghreb central, la principauté de Tahert, qui nous est la mieux connue, semble avoir pris le repli des relations économiques avec le Soudan comme prétexte pour s’éloigner du régime de la propriété communautaire vers un certain élargissement des concessions foncières en faveur des tribus alliées et de l’armée de mercenaires.

33D’autres renseignements, apportés par Ibn Idhârî, relatifs à l’époque aghlabide en Tunisie, laissent deviner l’importance du recours qu’a eu ce pouvoir au régime foncier pour satisfaire une armée très nombreuse composée de plusieurs ethnies. Ces soldats, en effet, surtout ceux venus d’Orient, se trouvant à l’étroit dans la petite Ifrîqiya, étaient souvent derrière les mouvements de révolte et les troubles politiques (Al-Kadiri, 1992 : 104).

34En Ifrîqiya, les Fatimides faisaient eux aussi usage de l’iktâ‘ militaire en concédant des domaines fonciers essentiellement aux membres de la tribu Kutâma et de leur armée. Quant aux Hammadides, ils furent contraints, à la fin du xie siècle, de concéder les campagnes du Zab en Iktâ‘ à al-Mustansir Ibn Khazrûn, un chef tribal zénète. Évidemment, cette politique n’était pas sans entraîner de véritables secousses sociales.

35Les Almohades, à leur tour, avec leur organisation spécifique (Musa, 1991), consolidèrent un système de concessions foncières étatique bien centralisé. Les renseignements historiques concernant le sujet ne font pas défaut, bien qu’ils ressortent sous différents termes et indices. Selon le chroniquer Ibn Abî Zar‘ (xive siècle), le souverain almohade ‘Abd al-Mu’min avait, en 550 H./1160, fait faire un arpentage (taksîr) de toute l’Afrique du Nord, de Barqa en Tripolitaine à Nul dans le Sud marocain, au lendemain de sa conquête du Maghreb oriental. Ce cadastrage consistait à soustraire au compte des montagnes et des terres incultes avant de soumettre le reste à l’impôt foncier (kharâdj) que chaque tribu et campagne devaient payer en espèce ou en nature. Ce souverain, ajoute l’auteur, fut « le premier au Maghreb à faire cela ».

36En outre, nous savons que les premiers émirs de la dynastie mérinide se sont livrés à des exactions sur la paysannerie, n’hésitant pas à faire profiter les tribus alliées de diverses concessions, par le jeu de confiscation et d’expropriation. Le souverain Abû Yahya (642-656 H./1244-1258), rapporte A. Khanboubi :

« cherchait surtout à exciter la convoitise de ses tribus. C’est pourquoi il réunit tous les cheikhs mérinides et leur fait miroiter les richesses qu’ils peuvent tirer du pays. Il leur distribue des concessions (iqtâ‘) sur tout le Maghreb. Il leur a accordé le droit de les exploiter à vie et de bénéficier des impôts que leur verseraient les populations de la région » (Khaneboubi, 1987 : 44).

37De surcroît, et en marge de toute légalité, ces manœuvres sont devenues une pratique courante. D’ailleurs, plusieurs fatwas en témoignent (al-Wansharîsî, 1981 : viii, 413 ; ix : 71).

38Nous pouvons relever, dans les fatwas d’al-Wansharîsî (m.914H./1508), d’autres types d’usurpation, comme celle qui s’est produite lorsque l’émir Abû Hafs ‘Umar 1er (1284-1295) investit Tunis. Certaines tribus arabes se jetèrent sur les villages environnants, s’emparant des récoltes et coupant les routes, ce qui entraîna une hausse des prix à Tunis (Lagardère, 1995 : 130).

39D’autres sources historiques précisent les diverses inégalités qui ont atteint les paysans. Ces dernières allaient de la substitution des domaines et de la désappropriation des biens mobiliers et fonciers à la contrainte à l’émigration (Guichard, 2000 : 105). De tels torts étaient de nature à se répercuter, plus amplement, sur tout le secteur agricole.

40Ceci dit, il convient maintenant, pour revenir à notre cheminement, de se demander comment ce système de détention des terres, dexploitation et de redevance a conditionné la vie des paysans, et du coup, de comprendre quelles étaient les transformations économiques et les implications sociales engendrées. Il est évident que, sur une concession temporaire, ces militaires, dépourvus  de connaissance en domaine rural, ne pouvaient que s’adonner à des exploitations abusives afin d’en tirer le maximum de profit.

41Sans vouloir en faire une conclusion, il faut préciser qu’une partie de ces agriculteurs subissaient les méfaits du système ; les concessionnaires d’iktâ‘, profitant de leur position privilégiée, se permettaient :

« d’exiger davantage des habitants, de les contraindre à entrer dans une situation de dépendance ou de protection (talji‘a) concrétisée de diverses formes, et de les empêcher de recourir au tribunal du cadi » (Guichard, 2000 : 107), « d’acquérir par le jeu de « protections » des achats plus au moins forcés ou des usurpations simples, de véritables propriétés sur le territoire concédé » (Cahen, 1975 : 1115).

42Ce type de relations d’exploitation, de levées fiscales, d’expéditions punitives ou d’expropriation, est donc assez connu grâce aux textes médiévaux. D’ailleurs, c’est peut être la richesse de ces témoignages qui a fait qu’on avait souvent restreint la compréhension des liens entre les villes et les campagnes au seul modèle du parasitisme et de l’assujettissement effectués par la classe gouvernante urbaine.

43À travers des données glanées dans les recueils de consultations juridiques (al-Wansharîsî, 1981, viii : 152-153 ; 156, 165) et les formulaires notariaux, il s’avère que les modes d’exploitation et les contrats d’association agricoles étaient variés. L’exploitant du champ pouvait être le propriétaire lui-même, ou le fermier de celui-ci qu’on appelle munâsif (bénéficiaire à demi / partenaire à moitié), ou aussi sharîk (associé). La place que réservent ces traités juridiques aux différents types de contrats d’associations agricoles, laisse entendre que le métayage était fréquent dans les grandes et moyennes propriétés. Ces modes d’associations sont souvent désignées, dans le droit musulman de cette époque, sous les noms de muzâra‘a (contrat d’ensemencement commun), shirka (contrat d’association), khimâsa (contrat de quintenier), munâsafa (contrat de métayage), musâkât (contrat de bail partiaire pour les terres irriguées), mughârasa (contrat de bail à complant), kabâla (contrat de fermage d’une terre wakf), idjâra (louage de service) et qirâ’ (location de terre).

44Le sort de l’activité agricole pouvait être aussi profondément modifié par les mouvements tribaux. L’exemple le plus illustre reste la fameuse invasion hilalienne au Maghreb dont les conséquences furent considérables. Cette poussée hilalienne, comparée par Ibn Khaldûn à une « nuée de sauterelles », fut longtemps désignée dans les recherches historiques par le qualitatif de « catastrophe ». Le débat s’est ouvert avec l’apparition d’autres thèses qui tendent à relativiser le mythe de la catastrophe en mettant en relief l’état déjà dégradé de l’Ifrîqiya Ziride. La nuance est convaincante, mais toujours est-il que ce grand mouvement de tribus arabes fut une cause de régression de l’économie rurale de cette époque.

Immigration, intégration et ruralisation

45Le poids des charges fiscales dont souffrait la paysannerie, l'effondrement des prix des productions agricoles, l'irrégularité du climat et les nombreuses années de sécheresses, les grandes catastrophes démographiques (famines, épidémies), le phénomène de bédouinisation, aussi bien du pouvoir que des espaces agricoles, le dysfonctionnement politique des États, anéantissaient les efforts des paysans et engendraient, dans les meilleurs des cas, le morcellement des terres cultivables et leur transfert aux mains de propriétaires citadins (Mezzine, 1988).

46Il serait intéressant de se tourner vers les dictionnaires bio-bibliographiques et hagiographiques consacrés aux oulémas de l’Occident musulman pour étudier l’importance de cette classe de propriétaires fonciers habitant la ville et participant à l’économie rurale. Les travaux d’A. Marsot sur les oulémas du Caire, par exemple, mettent en exergue ce phénomène et relèvent le rôle de cette élite savante urbaine dans l’exploitation des domaines fonciers (Marsot, 1973 : 37). Il serait intéressant de multiplier ce genre d’études ponctuelles pour pouvoir bénéficier d’une synthèse révélatrice.

47Parallèlement, il faut rappeler l’apport considérable des revenus des propriétés rurales (vergers, terres agricoles) léguées en biens de mainmorte (wakf ou habous) au profit d’institutions religieuses de la ville. Les revenus de ces biens assuraient les rétributions des juristes et l’entretien des mosquées. Ils constituaient une ressource non moins importante que celle des prélèvements fiscaux. Or ce phénomène, en tant qu’aspect fondamental des liens entre le monde rural et la ville, est très peu ou partiellement étudié. Évidemment, à ce niveau, il nous est difficile d’estimer avec exactitude ce transfert de richesses et sa participation à la dynamique urbaine et économique des villes. En revanche, l’on perçoit, à travers plusieurs indices textuels, l’importance de ce type de rente pour l’économie et la société urbaines.

48L’administration du wakf de la mosquée al-Karawiyyîn possédait une part, plus au moins importante, de biens ruraux dont les revenus étaient mis au service d’œuvres sociales et urbaines de la ville. Selon Léon l’Africain :

« À l’Ouest de Fez existe un territoire [Zouagha] d’une quinzaine de milles de largeur et d’une trentaine de milles de longueur, qui est tout plein de sources et de ruisseaux et qui appartiennent au grand temple. Les terrains y sont pris à bail par des jardiniers… » (L’Africain, 1956 : 232).

49Léon l’Africain, qui connaissait bien le village d’al-‘Ubbâd, situé à dix kilomètres de Fès, pour y avoir habité avec sa famille pendant quatre ans, expliquait que le peu de terrains de culture qui existaient dans ce lieu, appartenaient à la grande mosquée al-Karawiyyîn (L’Africain, 1956 : 242). Cette institution avait son propre percepteur, avec une vingtaine d’agents chargés de se rendre sur place pour superviser les travaux des laboureurs, vignerons et jardiniers travaillant les terres (L’Africain, 1956 : 185). La présence de ce genre d’institution assurait, en retour, le maintien de la sécurité et compensait une partie de la valeur du transfert de richesse qui s’effectuait depuis les milieux ruraux.

50À ces liens de dépendance et de transfert de richesse du monde rural vers les villes de l’Occident musulman, on peut ajouter un autre phénomène décisif touchant la question démographique. Les mouvements migratoires des ruraux, enregistrés suite aux grandes crises de famines ou d’épidémies, ou aussi à cause de la surexploitation des agriculteurs, du sous-emploi, de l’insécurité, ou tout simplement de l’attraction habituelle de la cité à la relative prospérité, étaient souvent derrière l’affaiblissement des récoltes et la ruralisation des centres urbains. Ce phénomène influençait profondément la carte du peuplement de la région ainsi que le rythme d’évolution sociale et urbaine de ces villes.

51Sans se laisser entraîner par une vision exagérément catastrophiste des choses, toute tentative de recueillir des renseignements rapportés par les chroniques concernant les famines et les disettes au Moyen Âge ainsi que les troubles climatiques (sécheresse, inondation), nous permettrait une lecture plus précise du contexte d’échec qui pouvait ébranler l’effort paysan et étatique. Nous remarquons que ce genre d’informations, qui ponctue, par exemple, le récit de l’histoire du Maghreb, est souvent suivi par d’autres données relatives à l’enchérissement des prix, voire aussi de véritables décroissances démographiques (Saadaoui, 1995 ; Rivet, 1992).

52Si ces mouvements et flux démographiques étaient de véritables saignées du monde rural, ils constituaient en revanche une occasion d’entretenir le niveau de la population urbaine et de permettre une croissance démographique accélérée, ou de rétablir l’accroissement naturel, surtout suite à des crises démographiques urbaines. L’état de nos connaissances de l’histoire médiévale du Maghreb ne nous permet pas de fournir des estimations détaillées de ces flux migratoires, temporaires ou définitifs, depuis les campagnes maghrébines ainsi que du mécanisme de leur déroulement.

53Les sources et les recueils de biographies médiévaux évoquent quelques détails du processus d’installation surtout pour la classe savante (oulémas) (Rais, 2002). Ce n’est pas un particularisme historique lié seulement à cette couche de la population, mais en plus de l’intérêt spécifique que lui portent les chroniqueurs médiévaux, il n’est pas douteux, comme l’explique A. Raymond, que :

« des recherches portant sur les autres strates sociales y feraient apparaître le même phénomène qui était peut-être plus accentué chez les Oulémas parce que ce type de fonction permettait une mobilité sociale et géographique plus grande que pour les autres composantes de la sociétés civile…» (Raymond, 1984 : 47).

54Dans un précédent travail sur un long conflit juridique entre deux villages de la région de Fès à l’époque médiévale portant sur le droit à l’irrigation entre les terres d’en amont et celles de l’aval, nous avons eu l’occasion d’attester l’immigration d’une catégorie de personnes originaires de Mazdgha (le village qui s’est trouvé en difficulté) (Madani, 2002).

55La situation de pénurie dans laquelle se sont retrouvées ces dernières ne pouvait qu’engendrer des conséquences bien lourdes pour ce village au niveau socio-économique, surtout dans une économie rurale rythmée par la pluviométrie et les proportions d’eau disponibles. Outre les contraintes climatiques (sécheresse) et physiques (situation topographique, en aval), la croissance démographique durant cette longue attente et devant l’indécision des institutions juridiques, augmentait la demande en eau. Ainsi, c’était la stabilité même des usagers de Mazdagha qui était menacée.

56S’il est vrai que dans un climat d’instabilité, la compétition prime, le moins fort abandonne avant qu’il ne soit éliminé. La population médiévale de Mazdagha, en perdant un important facteur de production, a commencé à chercher des solutions de rechange, notamment en exerçant d’autres métiers en complément (la poterie dans ce cas), en mettant en exploitation des ressources locales ou enfin en émigrant.

57Au début, ces villageois tentaient de contourner le problème, par des initiatives individuelles, en fonction des moyens de chacun, par la vente de propriétés ou la location de terres. Par conséquent, ceci avait engendré une réduction des superficies des terres, constatation qui est clairement attestée par l’examen archéologique et les relevés de terrain des anciennes parcelles de Mazdagha. Cette restriction et fragmentation des surfaces mises en culture à l’époque du conflit soulignent l’impact et le rôle de ce genre de litige portant sur le droit de propriété et d’usage, sur l’histoire des peuplements et des paysages.

58Cette alternance de réduction des parcelles et de constitution de petites unités de culture exige par la force des choses, et dans une perspective d’adaptation commune, une certaine rigueur dans la limitation du gaspillage et atteste une volonté d’amélioration des rendements du réseau d’irrigation à l’intérieur de ce village en difficulté.

59Le choix de l’immigration vers d’autres contrées ou vers la ville est plus qu’hypothétique : les données historiques le prouvent et nous donnent raison, mais sans témoigner toutefois d’une érosion sociale ou d’une grande baisse de la population à Mazdagha. En effet, nous avons relevé dans diverses sources historiques, plusieurs mentions de personnes, originaires de Mazdagha, résidant à Fès à cette époque. Elles étaient soit des grands cadi/s, soit des imam/s (dirigeant la prière), soit des khatîb/s (chargé du prêche religieux) dans la grande mosquée al-Karawiyyîn. Au moins quatre générations d’élites originaires de Mazdagha ont occupé ces hauts postes (Madani, 2002 : 342-325).

60Ce « monopole » des fonctions religieuses leur conférait sûrement un prestige particulier et une grande autorité. En outre, on ne peut s’empêcher de croire qu’ils pouvaient jouer un rôle dans le déclenchement, la relance et la portée de cette affaire juridique devant les hautes instances et les grands docteurs en droit de cette époque, étant donné qu’ils ne pouvaient intervenir eux-mêmes, vu leur proximité avec l’une des deux parties. Il n’y avait pas que l’origine de Mazdagha et les relations de parenté qui favorisaient ce genre d’attitude, mais aussi leur propre intérêt, car certains d’entre eux étaient restés propriétaires de quelques exploitations agricoles dans ce village (Schatzmiller, 1979 : 241-245).

61Si cet exemple correspond à une famille d’élites qui a su facilement s’intégrer dans les institutions de la ville, ce n’était pas le sort des autres strates sociales. La multiplication des vagues d’exode et de fuite des populations rurales touchées par les disettes et les sécheresses posait plusieurs problèmes quant au processus d’intégration urbaine de ces gens.

62Les pratiques sociales de ces flux se traduisaient souvent par des phénomènes de ruralisation de certaines zones de la ville. D’une part, ces populations pauvres, qui avaient beaucoup de mal à s’adapter, restaient fortement groupées dans des habitats collectifs à l’intérieur des villes et dans des faubourgs ou quartiers périphériques. C’était le cas, des funduk/s de Fès situés aux portes de la cité et des wakâla et faubourgs de Bâb al-djazîra à Tunis. Ces lieux pauvres avaient néanmoins le mérité de garder des liens biens étroits avec les régions rurales.

63D’autre part, les conditions de précarité, le manque de qualification, la régression du marché de travail dû au recul économique, ainsi que la fermeture sociale des structures corporatives dans les petites villes, ne facilitaient guère l’assimilation de ces populations rurales.

64Ces hommes enclins à immigrer vivaient, on peut le deviner, un véritable déracinement ; les relations avec le pays d’origine s’espaçaient, mais ils éprouvaient aussi une grande difficulté d’installation en ville, au moins pour la première génération, avant d’aboutir à une installation définitive.

65Il est naturel que l’arrivée de ces nouvelles masses influençait la démographie des villes, en accélérant son évolution, permettant ainsi une croissance rapide, ou en atténuant les pertes démographiques que connaissaient ces centres urbains au cours des catastrophes ou pendant les grandes crises économiques et sociales. Mais tout ceci reste à identifier et à mesurer afin de reconstituer cette phase de l’histoire.

Conclusion

66Au terme de ce détour, toutefois très sommaire, il serait prétentieux et trop rapide de souscrire à l’une des réflexions historiques générales qui tendent à présenter la relation villes-campagnes à travers le seul lien féroce de l’exploitation. La commercialisation de la production agricole dans la ville, et le rôle d’exutoire naturel de la population rurale de cette dernière, mais aussi, de centre d’organisation et d’administration juridique et de lieu d’acculturation des différentes ethnies, sont des versants moins conflictuels des rapports villes-campagnes qu’il faut inclure dans le dossier pour les reprendre à un niveau de synthèse.

67En réalité, on ne peut poser des questions historiques de fond sans une connaissance préalable de l’ensemble des phénomènes économiques, sociaux et culturels liés au monde rural. La compréhension des processus d’exode, des grandes baisses de rentabilité rurale, de l’enchérissement des prix, des pratiques fiscales, des scénarios d’adaptation des émigrés ruraux, des processus d’intégration engagés par les villes maghrébines à l’époque médiévales, restent des aspects extrêmement mal connus.

Haut de page

Bibliographie

Al-kadiri-Boutchich Ibrahim, 1992, Athar al-iktâ‘ fi târikh al-Andalus al-siyyâsi min muntasaf al-karn al-thâlith al-hidjrî hatta dhuhûr al-khilâfa (250 H./ 316 H.) (L’influence de l’iktâ‘ dans l’histoire politique d’al-Andalus de la moitié du troisième siècle de l’hégire à l’avènement du califat), Beyrouth, Ukaz, 432 p.

Al-Maghîlî, A.Y. Al-Durar al-maknûna fi nawâzil Mazûna, manuscrit de la Bibliothèque Générale de Rabat, n° D 883.

Al-Tulaytilî Ahmad, 1994, al-Muqni‘ fi ‘ilm al-shurût-(Formulario notarial), introduction et édition critique de Francisco Javier Aguire Sadaba, Madrid, (Consejo Superior de investigaciones cientificas, Instituto de cooperacion con el Mundo Arabe), 421 p.

Al-Wansharîsî Ahmad, 1981, al-Mi’yâr al-mu’rib, Rabat, éditions Ministère des Affaires Religieuses du Royaume du Maroc, vol. VIII, p. 508.

Baer Gabriel, 1981, « Village and City in Egypt and Syria » in A.L. Udovitch (dir.), The Islamic Middle East 700-1900: studies in economic and social history, Princeton, N.J, Darwin Press, 838 p.

Berque Jacques, 1936, Contribution à l’étude des contrats nord-africains (les pactes pastoraux Beni Meskine), Alger, Typo-lith & Carbonel, 95 p.

— 1940, Les nawâzil el muzâra‘a du Mi‘yâr al-wazzâni, étude et traduction, préface de R. Maunier, Rabat, Félix Moncho, 166 p.

— 1972, « Du nouveau sur les Banî Hilal ? », Studia-Islamica, xxxvi, p. 99-111.

— 1978, L’intérieur du Maghreb xvexixe siècle, Paris, Gallimard, 546 p.

Brunschvig Robert, 1938, « Contribution à l’histoire du contrat de khamessat en Afrique du Nord », Revue Algérienne, Tunisienne et Marocaine de législation et de jurisprudence, liv, 1e partie (février), p. 17- 21.

Cahen Claude, 1968, « Quelques mots sur les Hilaliens et le nomadisme », Journal de l’Histoire Economique et Sociale de l’Orient, Vol. 11, p. 130-133.

— 1975, « Iķtâ‘ », E.I2, III, nouvelle édition, Paris, E. J. Brill et Maisonneuve, p. 1115-1118.

— 1977, Makhzumiyyat, étude sur l’histoire économique et financière de l’Égypte médiévale, Leyde, E. J. Brill, 225 p.

— 1982. « La communauté rurale dans le monde musulman médiéval » in Recueils de la Société Jean Bodin. Les Communautés rurales, xlii, 3 Asie et Islam, Bruxelles, p. 9-27.

Guichard Pierre, 1990, Les musulmans de Valence et la conquête, xie-xiiie siècle, Damas, (Institut français de Damas), 2 tomes, 2 vol, 617 p.

— 1993, « La documentation chrétienne et les structures rurales de l’Espagne orientale à l’époque musulmane», in La civilisation d’al-Andalus dans le temps et dans l’espace, Mohammedia, Université Hassan Éditions, II, p. 1-12.

— 1996, « Note sur quelques recherches en cours à propos de l’organisation collective des communautés rurales en al-Andalus », REMMM 79-80, p. 257-262.

— 2000, « La terre et l’encadrement des paysans : fiscalité et régimes fonciers», in Jean-Claude Garcin et al, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval xe-xve siècle, Tome 2, Nouvelle Clio, Paris, PUF, p. 83-128.

— 2000, « Mise en valeur du sol et production: de la « révolution agricole » aux difficultés du bas Moyen Age » in Jean-Claude Garcin et al, États, sociétés et cultures du Monde Musulman médiéval xe- xve siècles, 2, Sociétés et cultures, Nouvelle CLIO, Paris, PUF, p. 175- 198.

Hassan Mohamed, 1986, al-Kabâ’il wa al-aryâf al-maghribiyya fi al-‘asr al-wasît, Tunis, Dar al-riyyâd al-’arba‘.

— 1999, al-Madîna wa al-bâdiya bi ifrîqiya fi al-‘ahd al-hafsi (La ville et la campagne en Ifriqiya à l’époque hafside), Tunis, Université de Tunis Éditions, 2 vol., 861 p.

IbnAbdûn, 1955, Trois traités de Hisba, édité par E. Lévi-Provençal, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 130 p.

Ibn Abî Zar‘, 1973, al-Anîs al-mu’rib fi akhbâr mulûk al-maghrib wa târikh madînat fâs, Dâr al-Mansûr, Rabat.

Ibn Al-‘Attâr Muhammad Ibn Ahmad, 1983, Kitâb al-Wathâ’ik wa al-sidjillât, texte en arabe avec introduction et critique en espagnol, Pedro Chalmeta Gendró, Madrid, Academia Matritense del notariado Instituto.

Ibn Marzuk, 1981, Al-Musnad al-sahîh al-hasan fi ma’âthir wa mahâsin mawlânâ abî al-Hasan, édité et annoté par M. J. Biguera, Alger, 1981.

Idris Roger, 1968, « L’invasion hilâlienne et ses conséquences », Cahiers de civilisation médiévale, juil-sept, p. 336-369.

Khaneboubi Ahmed 1987, Les premiers sultans mérinides 1269-1331, histoire politique et sociale, Paris, L’Harmattan, 245 p.

L’Africain Jean-Léon, 1956, Description de l’Afrique, traduction Alexis Epaulard, Librairie d’Amérique et d’Orient, Paris, Publications de l’institut du hautes études marocaines, n° XLI, 2 vol.

Lagardere Vincent, 1993, Campagnes et paysans d’al-Andalus viiie-xve s., Paris, Maisonneuve et Larose, 486 p.

— 1995, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, analyse du Mi‘yar d’al-Wansharisi, collection de la Casa de Vélasquez, 53, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 537 p.

Laroui Abdallah, 1970, L’histoire du Maghreb, un essai de synthèse, Paris, Maspero, vol.1, 206 p.

Lutfi Al-Sayid Marsot Afaf, 1973, “The political and Economic Functions of the ‘Ulamâ”, J.E.S.H.O, vol. XVI, p. 115-118.

Madani Tariq, 2002, « Le conflit à l’époque médiévale : entre l’amont et l’aval à propos d’un litige autour de l’eau dans les campagnes de Fès », in Asentamientos rurales y territorio en el Mediterraneo medieval, Grenade, Carmen Trillo (éd.), p. 262-336.

Mezzine Mohamed, 1988, « La terre dans les rapports entre Fès et sa campagnes pendant le xvie et xviie siècles » (en arabe) in L’évolution des rapports villes-campagnes au Maghreb, Rabat, Publications de l’Université de Rabat, p. 13-36.

Milliot Louis, 1911, L’association agricole chez les musulmans du Maghreb, Paris.

Musa Ahmed Azzedine, 1991, al-Muwahiddûn fi al-gharb al-islâmî, tandhîmatuhm wa nudhumuhum, Beyrouth, Editions Dâr al-Gharb al-islâmî, 356 p.

Poliak Abraham, 1934, « Les révoltes en Égypte à l’époque des Mameloukes », Revue des Études Islamiques, T. VIII, p. 251-273.

Poncet Jean, 1967, « Le mythe de la «catastrophe hilalienne» », Annales E.S.C, p. 1099-1120.

— 1974, « Remarques sur les rapports entre villes et campagnes dans l’ancien Maghreb », in Sur le Féodalisme, Paris, Editions Sociales, p. 211-217.

Prenant André, 1974, « Le rapport ville-campagne dans l’histoire du Maghreb », in Sur le Féodalisme, Paris, Editions Sociales, p. 218-220.

Rais Abdelahad, 2002, « Observations sur le mouvement migratoire durant le règne des Almoravides et des Almohades : l’émigration vers Fès comme exemple » (en arabe), Revue Kananiche 4, Université Mohamed 1, Oujda, p. 9-34.

Raymond André, 1984, « Les rapports villes-campagnes dans les pays arabes à l’époque Ottomane (XVI-XVIIIe siècles), in D. Cannon Bryon (dir.), Études sur le monde arabe, n°2 : Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen Orient, Lyon, Maison d’Orient, p. 19-57.

Rectenwald Georges, 1912, Le contrat de khammessat en Afrique du Nord, Paris, Editions A. Pédone, 136 p.

Rivet Daniel, 1992, « La recrudescence des épidémies au Maroc durant la deuxième guerre mondiale : essai de mesure et d’interprétation », Hespéris-Tamuda, xxx, Fasc.1, p. 93-109.

Saadaoui Ahmed, 1995, « al-Maghrib al-islâmî fi muwâdjhat al-ttâ‘ûn : al-ttâ‘ûn al-a‘zam wa al-ttawâ‘in al-lati talathu, le viiie et ixe de l’Hégire/ xive et xve siècles », IBLA, 58, n°175, p. 119-141.

Sakly Monther, 2000, « Kairouan », in Jean-Claude Garcin (dir.), Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, École française de Rome, p. 76-77.

Schatzmiller Maya, 1979, « Un texte relatif aux structures politiques mérinides : le cas du hatib Abu-l-Fadl al-Mazdaghi (746/1345)», Revue des Etudes Islamiques : xlvii, Fascicule 1, p. 241-247.

Toufiq Ahmed, 1983, Al-Mudjtama‘ al-maghribi fi al-karn al-tasi‘ ‘ashar, Inoultan 1850-1912 (La société marocaine au xixe siècle (Inoultan-1850-1912), publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Rabat.

Vanacker Claudette, 1973, « Géographie économique de l’Afrique du Nord, selon les auteurs arabes, du ixe siècle au milieu du xiie siècle », Annales.E.S.C, 3, Mai-Juin, 28 Année, p. 659-680.

Vidiasov F. Maria, 1992, « Le Maghreb médiéval : ‘mercantilisme parasitaire’ ou société productrice ? », Anaquel de Estudios Árabes 3, p. 241-246.

Weulersse Jacques, 1946, Paysans de Syrie et du Proche Orient, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tariq Madani, « De la campagne à la ville : échanges, exploitation et immigration dans le Maghreb médiéval », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6413

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page