Navigation – Plan du site

Techniques hydrauliques et gestion des espaces irrigués dans les huertas de murciennes (ixe-xiiie siècles)

Hydraulic techniques and management of the division into parcels in the huertas of Murcia (ixth to xiiith centuries)
André Bazzana

Résumés

Si les techniques hydrauliques de l’époque musulmane commencent à être bien connues, à travers les textes arabes et les recherches archéologiques récentes, il n’est pas toujours aisé de les replacer, en situation, dans les terroirs qu’elles permettaient de mettre en valeur. Les parcellaires ont souvent disparus, écrasés en époque chrétienne sous les distributions de terres faites aux colons venus s’installer sur les terres conquises : on connaît, à Valence, les avatars de la jovada, dont la valeur varie selon les moments par décision royale… À Murcie, la huerta proprement dite a été entièrement remembrée en diverses occasions, dont les premières sont datables du xiiie siècle, puis du boom hydraulique des xve-xvie siècles, enfin des aménagements des xviiie et xixe siècles ; en revanche, plus en amont, la vallée du Segura recèle des indices des modes de structuration des espaces irrigués antérieurs au milieu du xiiie siècle, qui montrent des parallèles intéressants avec ceux du Maghreb al-Aqsā.

Haut de page

Texte intégral

1Si les techniques hydrauliques de l’époque musulmane commencent à être bien connues, à travers les textes arabes et des recherches archéologiques récentes (Cressier éd., 2006), il n’est pas toujours aisé de les replacer, en situation, dans les terroirs qu’elles permettaient de mettre en valeur. On pourrait, pour cela, tenter une restitution des parcellaires anciens mais la démarche est difficile et, plus encore… aventureuse ; plus que de “parcellaires”, mieux vaudrait d’ailleurs parler, pour le plein Moyen Âge, de structures agraires élémentaires, qui n’ont ni la même prégnance paysagère ni la même rigidité que celles qui s’imposent, entre le xiiie et le xviie siècle, en époque chrétienne.

2Pour la région de Valence comme pour celle de Murcie, les indices ont souvent disparus, écrasés en époque chrétienne sous les distributions de terres faites aux colons venus s’installer, dès le xiiie siècle, sur les terres conquises dont le découpage a été modifié, parfois à plusieurs reprises : on connaît ainsi les avatars de la jovada, dont la valeur varie par simple décision royale, selon les politiques fiscales… À Murcie, la huerta proprement dite a été entièrement remembrée en diverses occasions, dont les premières sont datables du xiiie siècle, puis lors du « boom hydraulique » (Lemeunier, 1999 : 98-99) des xve-xvie siècles, enfin au moment des aménagements des xviiie et xixe siècles ; il n’est donc guère possible de déceler des traces exploitables. Par ailleurs, une véritable “archéologie des champs” n’est pas praticable en raison des mutations paysagères d’une vega attaquée et en partie détruite par l’expansion urbaine et le développement incontrôlé des liaisons routières et des bâtiments agricoles (stockages, hangars de conditionnement, édifices commerciaux). En revanche, à quelques dizaines de kilomètres en amont, la vallée du Segura recèle des indices des modes de structuration des espaces irrigués antérieurs au milieu du xiiie siècle, qui montrent des parallèles intéressants avec ceux du Maghreb al-Aqsâ. Cependant, là non plus, l’enquête au sol n’est pas toujours facile et il faudra avoir recours aux photographies aériennes anciennes, celles des années 1956 à 1978, qui nous offrent des informations, certes ténues, mais assez suggestives.

3Dans cet article, nous utiliserons une partie des données réunies lors des enquêtes effectuées à Murcie, avec le concours de la Casa de Velázquez et de la Région Wallonne ; nous chercherons d’abord à décrire les cadres géographiques et historiques des recherches, avant de présenter les phases successives d’aménagement des réseaux médiévaux d’irrigations du moyen Segura, enfin, de tenter de repérer sur quelques exemples les aspects essentiels de la morphologie des champs de jardinage intensif, en époque musulmane.

Les cadres d’une enquête

4Ce n’est pas la huerta de Murcie, proprement dite, qui a servi de base à ce travail mais la vallée moyenne du Río Segura (Vega Alta) ; la raison principale a été évoquée dans l’introduction et on y ajoutera qu’il avait paru utile de s’éloigner quelque peu de la ville-capitale pour toucher une zone qui soit, à la fois, mieux délimitée géographiquement et composée, au Moyen Âge, d’unités d’habitat de dimensions restreintes. L’espace allongé et irrégulier d’une vallée souvent étroite mais s’élargissant entre des barres rocheuses successives semblait mieux convenir.

5a) Au-delà de l’apparente banalité d’un paysage de vallée offrant un fort contraste entre la zone, plus ou moins large, parcourue par le fleuve et les terres sèches des hauteurs voisines, le secteur géographique du moyen Segura (fig. 1) offre un terrain d’étude intéressant par son rôle de transition et de contact entre les plaines méditerranéennes et la meseta ibérique. Grâce aux recherches effectuées depuis une vingtaine d’années, on connaît mieux les implantations de l’Âge du Bronze et de l’Antiquité : l’archéologie montre, en effet, une présence hispano-romaine, qui fait suite à une mise en valeur ibérique des ixe-iie siècles a.C. ; cependant, bien des aspects restent encore dans l’ombre, en particulier pour l’époque romaine et le haut Moyen Âge. Passés les “siècles obscurs” qui recouvrent les ve-viie siècles et masquent en partie la fin de l’époque wisigothique puis les premiers temps de la présence musulmane, les caractères de l’occupation du sol sont désormais assez bien mis en valeur par les fouilles d’un vaste quartier de la ville musulmane de Siyâsa (Navarro et al., 2005), mais aussi par les recherches des archéologues belges sur le grenier de la Cobertera (Amigues et al., 1999), sur la fortification almohade de Blanca et à Ricote ; pour les débuts de l’époque moderne, le relais a été pris, au plan historique, par Guy Lemeunier. Certes, on ne dispose pas d’une étude globale de toute la vallée, mais seulement de quelques travaux, qui peuvent paraître ponctuels. Ceci ne doit pas être considéré comme un défaut rédhibitoire, dans la mesure où la densité des aménagements hydrauliques conduit à délimiter des zones d’étude approfondie qui soient relativement étroites, l’enquête devant descendre au niveau de la microtoponymie et des parcelles élémentaires ; la documentation disponible – en particulier les photogrammes de la couverture aérienne – a aussi contribué au choix des terrains d’observation.

  • 1  À ceux-ci vient s’ajouter, en époque chrétienne, celui de Villanueva (la ville neuve).

6L’expression Valle de Ricote recouvre un ensemble de territoires situés dans la partie moyenne de la vallée du Segura, entre les confins de Calasparra et l’entrée, à partir du bourg castral d’Archena, dans la plaine murcienne. Dans le sens historique premier que lui donnent les textes arabes du ixe siècle, il s’agit d’un espace contrôlé par un château (hisn Riqût) qui verrouille la vallée, au sud-est, et dont l’extension vers le nord-ouest se prolongeait initialement jusqu’au défilé de Los Almadenes qui sépare aujourd’hui Cieza de Calasparra. Selon l’époque considérée, le toponyme “Ricote” s’applique à l’ensemble des terres ainsi délimitées ou seulement sa partie méridionale. Le nord-ouest étant constitué, sans doute dans le courant du xiie siècle, en territoire autonome de Cieza – ou hisn Siyâsa, c’est ainsi que le désigne al-Idrîsî au début du xiiie siècle – Ricote ne domine plus que les actuels municipes1 de Abarán, Blanca et Ojós (fig. 1).

7b) Les premières informations historiques sur la vallée du Segura ne remontent pas plus haut que le ixe siècle ; il en est de même pour Murcie, dont on connaît la date de fondation, sur décision émirale, en 825 ou 831, à la suite de la destruction d’Ilyuh, qui avait été un bastion de résistance au pouvoir central. Comme Tíjola, à Almeria, le hisn de Ricote est l’un de ceux pour lesquels on possède une mention textuelle très ancienne. Hisn Riqût est en effet signalé dès la fin du ixe siècle car, en 896, le site est attaqué à l’occasion d’une campagne menée par l’armée omeyyade dans le district (kûra) de Tudmir, alors en rébellion contre Cordoue (Ibn Hayyân, 1937 : 1). Véritable nid d’aigle, le château est construit sur une crête rocheuse qui surplombe, d’une hauteur de 350 m environ, la vallée du Segura. Le texte montre qu’il est constitué d’une double structure emboîtée : une qasaba ou fortification, installée au sommet d’un relief tourmenté, et une zone habitée dont on sait peu de choses sinon qu’elle dispose d’une enceinte défensive (hizâm) ; ce double niveau de fortification atteste l’existence, à cette date, d’un noyau important de peuplement. Par la suite, les textes arabes ne sont guère prolixes et le même site apparaît sous des noms divers, comme al-Sukhûr, sans que l’on apprenne rien de plus à son propos. Il semble que, vers les ixe et xe siècles, le peuplement se trouvait en partie regroupé autour du château éponyme et, pour une autre partie, disséminé sur les pentes et les hauteurs moyennes qui dominent la vallée, donc assez loin du fleuve et de ses berges répulsives ; des sources naturelles fournissaient l’eau nécessaire à la vie quotidienne et à une petite agriculture. Pas de grands aménagements hydrauliques jusqu’au xe siècle, sans doute, à l’exception de bassins de rétention et de régulation des eaux des sources situées principalement sur la rive gauche : Ascoy, Ojo, Bolvax… Cependant, il paraît clair que, bien avant que ne soit mentionné le hisn de Siyâsa, dont le rôle dans le peuplement de la vallée n’apparaît guère avant le xiie siècle, Ricote assure le contrôle de toute la région. Un document chrétien daté de 1281, qui propose une sorte de distribution hiérarchisée des noyaux de peuplement de la partie sud de la région, l’atteste parfaitement : il ne parle pas du territoire de Cieza, déjà aux mains des Ordres Militaires. S’agissant donc du val de Ricote, au sens restreint du terme, l’infant Sancho en promet les territoires à l’Ordre de Santiago et évoque les principaux lieux habités : en-dehors de Ricote même, où se tient le castrum, on distingue le niveau des gros bourgs comme Negra (aujourd’hui Blanca), Favaran (Abarán), et le niveau de alquerías installées dans leur voisinage.

Agrandir

Fig.1 – Carte de la zone concernée, avec les limites approximatives des territoires de Ricote et de Siyâsa

  • 2  Il s’agit d’une résurgence qui apparaît en amont de Siyâsa, à quelques dizaines de mètres de la fi (...)

8c) Or, une première approche des paysages de la vallée – marqués par l’omniprésence des structures de l’hydraulique agraire – montre une organisation curieuse des terroirs et une distribution très éclatée de l’habitat ; ceci nous rappelle la description que fait, dans la première moitié du xiie siècle, al-Zuhrî : « Depuis la Source Noire2, les villages se succèdent sans aucune discontinuité sur les deux rives du fleuve » (al-Zuhrî, 1968 : 207-208). Selon ce texte, toute la vallée est ainsi concernée par un mode d’aménagement, qui consiste en une succession continue de petites unités de terres irriguées, chacune associée à un habitat. Leur disposition et leur extension dépendent très étroitement du tracé des canaux (acequias), qui structurent l’espace exploitable, c’est-à-dire les terrasses fluviatiles du Segura. Ce qui apparaît comme un ensemble cohérent – et dont on pourrait penser qu’il a été établi en une seule étape constructive – révèle en réalité une succession chronologique d’au moins trois phases distinctes, sur lesquelles il faudra faire quelque lumière afin d’en isoler les caractères qui correspondent à la pleine époque musulmane. Cette démarche est indispensable car les artefacts techniques qui organisent les paysages irrigués sont englobants : un seul élément ne saurait être négligé sans risquer une incompréhension de l’ensemble ; aussi, avant de parler du niveau inférieur des champs et des jardins, convient-il de décrire à grands traits les modes d’aménagement.

Un paysage construit, donc artificiel

  • 3  En règle générale et en moyenne, on peut estimer que les pentes sont comprises entre 4 et 6 ‰.

9Les territoires irrigués selon les méthodes importées du Proche Orient médiéval et développées dans al-Andalus, à partir du ixe siècle, respectent les contraintes d’un écoulement par gravité simple ; lorsqu’elles existent, les machines hydrauliques mues par l’homme ou l’animal – la sâniya, par exemple (Bazzana & Montmessin, 2006) – ou mise en mouvement par le courant d’un cours d’eau ou d’un canal – on pense à l’exemple bien connu de la nâ’ûra (Bazzana & Montmessin, 2004) – ne permettent qu’une extension limitée du périmètre irrigué. La contrainte gravitaire est double : la pente du canal ne peut être trop faible, sous risque de ralentir ou, même, d’interrompre le flux des eaux déviées, elle ne peut, non plus, être trop forte car le courant entraînerait alors des dégradations répétées et préjudiciables3. Trois composantes principales et incontournables s’imposent : la prise d’eau, c’est-à-dire le barrage de dérivation ou presa (arabe al-sudd), le canal (acequia), les répartiteurs chargés de distribuer les eaux disponibles en fonction des besoins et selon les règles locales préétablies, enfin les ramifications multiples des micro canaux, qui atteignent par gravité les champs les plus lointains.

10a)  Faite sur un assez long secteur de la vallée, l’analyse de ces éléments montre que le système hydraulique de la Vega Alta se divise en trois secteurs principaux.

11– Le premier fait référence à la huerta de Cieza et se développe, sur les deux rives du fleuve, depuis les premières prises, situées à une dizaine de kilomètres à l’ouest de la ville. Juste en amont de Cieza, on remarque encore dans le paysage le tracé d’un ancien canal, sans doute d’époque islamique et, en, tout cas, antérieur au second canal – la Acequia de Don Gonzalo, qui ferme au pied des collines latérales les terres aujourd’hui irriguées. Sur cette rive gauche comme sur la rive opposée, les eaux dérivées reviennent au fleuve en aval de Cieza, c’est-à-dire immédiatement avant d’arriver à la “frontière” (très artificielle) qui suit la Rambla del Moro, vieille limite médiévale séparant les territoires castraux de Ricote et de Siyâsa (fig. 2).

Agrandir

Fig. 2- Dans la Vega Alta, approche du système hydraulique dans le secteur géographique de Cieza, avec la succession continue de petits terroirs irrigués.

  • Le second secteur concerne le territoire de Blanca/Abarán. Deux canaux principaux prennent leurs eaux, sur chacune des deux rives ; sur celle gauche, c’est au niveau de la limite signalée à l’instant – mais un peu en amont, suite à un déplacement en époque chrétienne – que la prise dite “Del Menjú” donne naissance à la Acequia de Blanca. Celle-ci compte encore trois roues hydrauliques (nâ’ûra) dont l’origine est médiévale ; elles ont été refaites à l’époque d’Isabelle la Catholique (fin du xve siècle), sur la base d’installations antérieures en ruine (fig. 3) ; d’autres nâ’ûra/s sont plus récentes (époque moderne) : ainsi, sur la rive droite, avec la Acequia de Charraca. Dans certains secteurs, les tracés des acequias reprennent des tronçons anciens, d’origine musulmane, mais la plupart sont modernes et permettent d’alimenter de nouveaux espaces irrigués, plus vastes ; des aménagements caractéristiques le démontrent, comme sur la rive droite en aval d’Abarán, où un aqueduc à arcs brisés construits en briques peut être attribué, lui aussi, au xve siècle.

Agrandir

Fig. 3- La nâ’ûra de Don García, à Abarán (Murcie).

12– Le troisième secteur est constitué par les canaux de Ricote - Ojós - Ulea ; il prend son développement à partir de la prise double installée au pied du château de Riqût, en accord avec les conclusions de Patrice Cressier qui, parmi les motifs d’installation d’une place forte, place en priorité la volonté de contrôler les presas (Cressier, 1999 : 443) ; comme en amont, des vestiges de nâ’ûra/s apparaissent, certaines refaites en métal aux xixe et xxe siècles. À l’égal de ce qui se passait déjà à Blanca, les deux canaux dépassent l’étranglement rocheux de Ulea - Ojós puis retournent au fleuve.

  • 4  La ville actuelle est issue d’une fondation chrétienne de la seconde moitié du xiiie siècle, sur l (...)

13b) Dans la région de Murcie, l’exemple d’un court secteur de la vallée du Segura (voir fig. 1), celui où se trouve la ville actuelle de Cieza4, à environ 40 km de Murcie, est particulièrement parlant. La photographie aérienne, complétée par les enquêtes de terrain, montre sur cet exemple un véritable “modèle” d’aménagement du finage villageois (fig. 4), que l’on retrouverait dans bien d’autres occasions. Plus généralement, elle offre à l’historien un paysage, au sens que le géographe donne à ce terme, c’est-à-dire « une portion d’espace caractérisée par un type de combinaisons dynamiques donc instables, d’éléments géographiques différenciés – physiques, biologiques et anthropiques – [qui forment un ensemble] indissociable qui évolue en bloc » (Bertrand, 1970 : 197). Il s’agit, autrement dit, d’un isolat observable, choisi par le chercheur ou imposé par la documentation disponible, qui nous procure, mêlées et en vrac, des données de géomorphologie, de géographie agraire, d’archéologie…

Agrandir

Fig. 4- Le secteur amont de Cieza, croquis d’interprétation.

14Le photogramme 891 E 05 correspond, dans la vallée du Segura, au quadrant nord-ouest de Cieza (voir fig. 2). À première vue, le cliché paraît partagé en deux par le fleuve, qui coule vers l’est (ici, vers la droite) en direction de Murcie ; de fait, la vallée est relativement étroite, enfermée entre une zone de plateaux, au nord, et une ligne montagneuse, au sud. En réalité, une observation plus poussée conduit à diviser le terrain couvert par ce cliché (environ 4,5 x 4,5 km, soit un peu plus de 20 km2) en quatre zones principales :

  • 5  L’autoroute Madrid-Carthagène ne figure pas ici, le cliché étant antérieur à sa construction.

15 Les plateaux de l’intérieur murcien (bien visibles, surtout au nord-ouest), où passent la route nationale 3015 et le chemin de fer (fig. 4, a) : un parcellaire à large maille [b] signale de vastes exploitations d’implantation récente. Ces plateaux sont entaillés de larges vallées à écoulements discontinus (voir la Rambla del Agua Amarga) qui, à proximité du fleuve, sont parfois pénétrées par les cultures irriguées [c].

16– La zone des collines de rebord de plateau, qui sont fortement disséquées par de puissants ravinements provenant de violents écoulements de surface. Largement étalée au nord [d1], plus étroite et à plus fortes pentes au sud [d2], cette zone souligne la très nette dissymétrie de la vallée, due aux divagations du fleuve dans le courant du Quaternaire.

17– Les terroirs irrigués (au centre du cliché), qui semblent s’organiser en une bande sinueuse et continue [e], se rétrécissant là où le relief – ainsi, sur l’éperon qui porte la ville actuelle de Cieza – crée un verrou rocheux. Les plus anciennes irrigations, toujours proches du fleuve, disposent en éventail leurs longues et étroites parcelles [f] ; on y découvrira – plus loin et plus en détail – les traces d’une lente et longue histoire agraire.

18– Enfin, au sud, la zone des bourrelets montagneux, qui montent progressivement vers les sommets, à 946 et 1144 m, des plis parallèles de la Sierra del Oro ; ces bourrelets culminent à 596 m d’altitude au Cerro de la Atalaya – situé juste au-dessus du site médiéval de Siyâsa –, alors qu’à 187 m de hauteur, la ville de Cieza domine d’environ 25 m le fond de la vallée.

19La construction de ce paysage – essentiellement au Moyen Âge, avec un prolongement sur les débuts de l’époque moderne – répond à des choix sociaux et culturels : l’essor de nouvelles productions légumières et fruitières impliquant le recours à l’irrigation, a entraîné un essai de gestion autonome des ressources hydriques par les petites communautés paysannes… L’examen du photogramme traduit aussi la force des contraintes matérielles, celle du relief en particulier : s’impose alors la nécessité d’aménagements spécifiques, d’une adaptation aux impératifs topographiques (adductions par gravité). La technologie est rudimentaire mais efficace, et elle s’adapte bien aux pratiques culturales d’un “jardinage” intensif…

20c) Sur la rive droite, le canal “ancien” – autrement dit d’époque musulmane (antérieure au xiiie siècle) – est aujourd’hui appelé Acequia Landerma (appelée, au Moyen Âge, de l’Andelma) ; il court à la limite supérieure de la terrasse située le plus bas (donc au plus près du fleuve) et se voit en quelque sorte doublé, à une altitude de quelques mètres supérieure, par la Acequia Gonzalo (dite aussi Acequia Nueva) qui, elle, est d’époque chrétienne. Il en est de même, en rive gauche, avec les Acequias et Horno. Une double série de canaux apparaît, en rive gauche comme en rive droite (ou, toutefois, le schéma est moins net), que différencient leur altitude et leur tracé : les plus récents (acequias bajas) pénètrent profondément dans les petites vallées latérales tandis que les plus anciens (acequias altas) présentent, sur les photogrammes aériens comme dans la réalité, un tracé dont le dessin suggère trois remarques (fig. 5) :

Agrandir

Fig. 5- Entre époques musulmane et chrétienne, les modifications des tracés.

21–  Ainsi, le canal de l’Andelma, dans un tronçon que l’on peut dater de l’époque 2, semble dessiner, à partir de la prise dite del Menjú, une large courbe à l’extrémité de laquelle il se rapproche du fleuve pour passer à quelques mètres seulement du lit actuel.

22–  Il est clair, d’autre part, que cela ne survient pas de manière accidentelle ; au contraire, cela se répète tout au long de la vallée mais seulement si l’on suit le cours des acequias bajas : on voit le canal quitter le Segura, quelques mètres en amont de la prise, envelopper au plus haut de la terrasse le plus vaste espace possible pour se rapprocher une nouvelle fois du fleuve en dessinant une suite de festons, qui présentent des superficies variables.

23–  Aucune remarque de cette nature ne peut être faite à propos des acequias altas qui, pour leur part, suivent un tracé qui paraît s’adapter beaucoup plus (voire uniquement) aux impératifs du relief : c’est selon la présence plus ou moins proche des collines voisines, selon les pentes plus ou moins fortes, que le canal tend à s’éloigner du fleuve ou à s’en approcher.

24Conservons ce terme de “feston”, qui n’est peut-être pas parfaitement adapté à notre propos, mais qui est suggestif : la succession en est continue et, fait majeur, l’un se termine toujours à l’emplacement où le suivant – situé légèrement en aval – vient à se développer. Les exemples en sont nombreux, qui apparaissent bien sur les documents photographiques ou cartographiques antérieurs aux importants travaux récents de régularisation du Segura. Les traces ténues que l’on repère et dont l’observation de terrain confirme la présence, sont celles d’une ancienne organisation des systèmes hydrauliques.

25d)  En vue d’une utilisation en cultures de jardinage intensif, un aménagement préalable des champs est nécessaire : le champ lui-même doit être aplani de manière régulière, sans qu’il soit parfaitement horizontal.

26Selon Ibn Bassâl, le premier travail consiste donc à « corriger le sol » (Ibn Bassâl, 1948 : IV, 367), c’est-à-dire à égaliser la surface du champ, pour que l’eau puisse se répandre partout, sans séjourner trop longtemps sur place : il faut donc obtenir un niveau sub-horizontal bien dressé. Pour cela, plusieurs solutions existent. On peut, bien sûr, utiliser tout simplement le niveau de maçon (à corde horizontale et fil à plomb) ou (adaptation inverse du procédé antérieur) une cuvette (kasriya) remplie d’eau à la surface de laquelle on tend une corde : celle-ci, ou bien est de la longueur totale souhaitée, ou bien est employée comme base de visée ; plus simplement encore, on peut se contenter de deux points de repère (pitons ou tuiles creuses) servant de mire. Dans la littérature agronomique, les méthodes sont plus ou moins complexes, selon les auteurs. Un instrument est communément employé : le ma‘rifal, sorte de nivelette (appelée al-madjikal par Ibn Bassâl), essentiellement composé d’un support (planchette), de piquets de longueur égale et d’un fil à plomb (Bolens, 1981 : 165-166). Voici comment un agronome andalou (Ibn al-‘Awwâm, 2000 : 139-140) décrit la manière d’établir correctement le niveau des terres :

« Le procédé, quand on veut régler la surface du sol et la niveler en employant l’instrument [al-ma‘rifal] consiste à prendre trois ou quatre bâtons de longueur égale. On ajuste chacun d’eux solidement et droit, sur une planche ; on aura ainsi, pour chacun, une sorte de table et tous auront, base comprise, une hauteur égale ; c’est là une condition indispensable. Le premier de ces jalons sera placé perpendiculairement [au sol], sans qu’il penche ni à droite ni à gauche, [là] d’où part l’irrigation (…). Le second jalon sera posé en face du premier [c’est-à-dire à la distance voulue, en alignement avec le premier jalon] ; il en sera de même pour le troisième et le quatrième, à l’extrémité de la conduite d’eau qu’on veut mettre de niveau (…). La distance établie entre chaque jalon sera bien égale.

« On assure le pied au moyen de pierres ou de quelque autre corps pesant, pour prévenir la chute ou un déplacement. On tend alors sur le sommet de ces jalons une ficelle qui, partant du premier, arrive jusqu’au dernier ; on l’attache solidement. Entre les deux premiers jalons, on place le ma‘rifal. On s’adresse au fil à plomb pour s’assurer qu’il tombe exactement sur la ligne coupant en deux parties égales la surface de l’instrument ; s’il en est ainsi, la section de la conduite d’eau est de niveau entre ces deux jalons ; s’il incline vers l’un ou l’autre, on procède alors au nivellement du sol en prenant la terre dans la partie trop élevée pour la porter dans la dépression, jusqu’à ce que le fil à plomb revienne sur la ligne médiane de l’instrument. On opère de la même manière entre chacun des jalons. »

Agrandir

Fig. 6. Page du manuscrit du Traité d’agriculture de Ibn Luyûn, avec le schéma théorique du nivellement à l’aide d’une balance à fléau.

27Plus précise – et voisine de celle utilisant le ma‘rifal – est la méthode dite « de la balance » (mîzân al-qat’), que rapporte Ibn Luyûn et dont on possède une représentation (fig. 6) : l’orientation du fléau étant placé parallèlement à la corde qui, fixée à deux piquets verticaux, matérialise le pendage du sol tel qu’on vient de le réaliser, l’aiguille indique si la terre est correctement nivelée ; dans le cas contraire, on effectue l’apport de terre nécessaire pour compenser les inégalités. Après que l’un ou l’autre des deux piquets supportant la corde de référence ait été déplacé, une nouvelle mesure sera effectuée ; l’opération est répétée jusqu’à ce que l’aiguille « vienne coïncider avec le point moyen [médian] du cadran [de la balance] : la terre est alors nivelée » (Ibn Luyûn, 1975 : 185).

28Les champs présentent une légère inclinaison assurant un bon écoulement des eaux, et cela même si l’on souhaite pratiquer une irrigation en nappe : « Le moins qu’on puisse donner de pente, disait Ibn ‘Awwâm (2000 : 131), c’est douze doigts pour cent coudées », soit 0,231 m pour 47 m, donc une pente de 0,49 % ; on peut, certes, dépasser cette valeur, mais sans atteindre des pentes trop fortes sur lesquelles le rapide écoulement des eaux causerait une perte des semences et des engrais (Ibn al-‘Awwâm, 2000 : 133-134).

Parcelles, microstrigations et casiers

29À des échelles diverses, depuis les macro structures dessinées par les canaux principaux jusqu’aux plus petites terres irriguées, des traces de l’ancienne distribution spatiale des champs apparaissent ; certes, les indices sont minces, mais deux éléments d’ordre méthodologique doivent intervenir : d’une part, ce que Miquel Barceló a nommé la “loi de rigidité” des systèmes hydrauliques (Barceló, 1989 : XXVII), d’autre part la fréquente répétition des séries documentaires qui, dès lors, attestent une régularité distributive, elle-même signalant un type d’organisation des parcellaires. Dans ce contexte, les transformations du premier système (par raccordement de tronçons anciens et par extensions limitées mettant en œuvre des techniques de construction de tunnel et d’aqueducs) puis la mise en place des grandes prises modernes et des acequias qu’elles commandent (la Presa del Horno est édifiée en 1600) conditionnent la mise en place de nouveaux parcellaires, très différents des premiers qui, pour l’essentiel, restent utilisés (fig. 7).

Agrandir

Fig. 7. Entre époques musulmane et chrétienne, l’évolution des parcellaires.

30La place manquerait ici pour reproduire l’ensemble des études de cas qui ont été réalisées en collaboration avec les chercheurs de la Région Wallonne (Bazzana & De Meulemeester, 1998 et 2009) ; on se contentera d’un double exemple pris dans les méandres du Segura, en amont de Cieza. C’est dans ces secteurs, qui correspondent aux premières terrasses ou que bordent les premières collines, entre le “vieux” canal et le Segura, que le parcellaire présente sur les photographies aériennes une disposition-relique – de simples traces donc, mais répétitives et qui, par conséquent, ne peuvent être dues au hasard – en fines bandes allongées. Entre bien d’autres exemples, la même configuration est visible sur les terres situées dans le méandre de la rive gauche, juste en dessous de la ville actuelle de Cieza ; là cependant, on repère une double orientation des limites de champs, qui pourrait signaler une tentative de restructuration réalisée à une époque indéterminée : une rapide prospection de terrain montre que ces parcelles, qui avaient une largeur initiale d’environ sept mètres, sont aujourd’hui regroupées en unités spatiales plus grandes qui, cependant, conservent de place en place des indices de leur premier découpage.

31a) La limite matérielle des terres cultivées, limite pérenne et stable, donc structurante des terroirs, est l’ultime bras de dérivation des eaux, de sorte qu’une véritable clôture des champs n’a pas lieu d’être, à l’exception des secteurs où cohabitent des activités agraires et pastorales : le long des drailles approchant d’un gué, protéger les cultures devient alors un impératif conduisant à planter des haies de roseaux ou des buissons d’épineux. Partout ailleurs, il n’était pas nécessaire de matérialiser les limites car la règle – ancienne, comme le montre le droit malikite (Madani, 2003 : I, 235) – condamnait toute tentative de modification de celles-ci. En zone d’irrigation, la première délimitation est donc celle que déterminent les branches ramifiées des canaux secondaires : à la fois technique et juridique, elle est de ce fait intangible et généralement bien respectée. Le but, sur les terres alluviales de fond de vallée comme sur les terres de basse plaine, est de s’adapter au mieux aux pentes naturelles – celles d’une terrasse alluviale, par exemple –, qui conduisent vers le thalweg. Lorsqu’elles remontent à l’époque médiévale, les parcelles semblent se disposer en longues lanières étroites et allongées, de forme légèrement trapézoïdale ; le terme de “microstrigations”, emprunté au vocabulaire de la photo-interprétation (Guy, 1977), définit bien la disposition des lignes principales d’orientation des ensembles de parcelles, qui se développent en éventail depuis la acequia madre en direction du fleuve ou du torrent, en atteignant ceux-ci de façon quasi perpendiculaire (voir fig. 4). Le rapport entre la longueur et la largeur, souvent compris entre 8 et 10, peut dépasser ces valeurs et atteindre une longueur douze fois supérieure à la largeur moyenne (mesurée au centre de la parcelle). En Espagne, en-dehors de Murcie, deux études nous donnent la même information : à Ibiza (Baléares), les microstrigations de Pla de Vila, étroites et longues, sont appelées feixes dans la documentation contemporaine de la conquête chrétienne tandis qu’à Pego (Alicante), on peut aisément noter la différence morphologique qui oppose les distributions d’époque musulmane à celles d’époque chrétienne : les premières sont plus ou moins disposées en lanières et perpendiculairement aux cours d’eau, les secondes sont de forme plus massive et proches du carré ; ces dernières sont en rapport direct avec la colonie fondée au xiiie siècle (Torró, 1998 : 456-458). Au Maghreb, ces parcelles étroites et allongées ont souvent été conservées, particulièrement dans les terroirs de vallées ; dans les larges plaines alluviales, comme celle du Gharb, elles ont été regroupées en grands champs de forme trapézoïdale par les restructurations agraires de l’époque coloniale. Dans la péninsule Ibérique, c’est au lendemain même de la conquête chrétienne – dès la seconde moitié du xiiie siècle à Valence – que le même phénomène entraîne un nouveau découpage des terres, avec parfois modification de tracé ou suppression des canaux secondaires.

  • 6  L’emploi de ce terme n’implique pas la stricte distribution préalable de “parcelles” cadastrées, d (...)

32b) Au-delà, c’est-à-dire en descendant dans la hiérarchie des parcellaires6, il faut reconnaître que nous disposons de peu d’éléments d’informations… Au Maroc, l’analyse des recueils lexicographiques anciens (xviie et xviiie siècles) et des actes de la pratique (documents notariaux) qui, souvent, précisaient la correspondance entre l’arabe et langues locales, prolongée et complétée par les travaux de Jacques Berque sur la terminologie des champs (Berque, 1954 : 75-80) avaient suscité de grandes espérances ; leur intérêt est certain, mais la variété – selon les régions et selon les époques – des termes employés ne permet pas de définir un vocabulaire univoque. On distingue néanmoins plusieurs niveaux, ce que l’enquête archéologique ne permet pas toujours de confirmer mais que viennent enrichir les observations ethnographiques. On voit ainsi apparaître, à côté du réseau hydraulique formant ce que Tariq Madani appelle “l’ossature” des champs, une hiérarchie des subdivisions se matérialisant par un « emboîtement d’unités de tailles différentes », qui subdivisent le terroir (Madani, 2003 : I, 238-231). Toujours au Maroc, dans l’exemple de Taza et chez les Aït Gellidasen, on distingue les grandes parcelles allongées (encadrées chacune par les principaux bras d’adduction) et des planches (amarghû‘), de dimensions variées, partagées chacune en “carrés” ou casiers d’irrigation (taguemmount).

  • 7  Ces valeurs sont confirmées par Ibn Luyûn (§ 13) et Ibn al-‘Awwâm (I, 11). Il n’y a aucune raison (...)

33Car, après l’aménagement des seguias et des parcelles qu’elles déterminent, il faut ensuite dessiner les casiers ou, au sens propre, les “bassins” (hawd), délimités par les rigoles d’irrigation. On peut considérer que le hawd est la mesure agraire d’une surface de 12 coudées sur 4, comme le dit Ibn al-Fazel, ce qui donne un casier mesurant 6,12 m sur 2,06 m selon la coudée utilisée ; celle-ci, selon les lieux et les époques concernés, offre des valeurs de 0,42, 0,47 ou 0,51 m 7. On voit que la largeur de la pièce minimale de terre correspond, en principe, au tiers de la longueur, mais la proportion peut être différente. Les mêmes chiffres sont repris, en un court paragraphe, par Ibn al-‘Awwâm (2000 : 141-142) qui détaille la manière de diviser le sol de la parcelle :

« Quand le sol a été bien nivelé et quand le terrain a été égalisé, on trace les divisions et on ouvre les canaux et les rigoles dans les conditions habituelles. Il y aura entre les rigoles un intervalle qui soit en rapport avec la longueur des carreaux : on aura soin que ces rigoles soient établies un peu en dessous du niveau des carreaux, dont la surface devra être très régulière, sans que jamais l’extrémité de tête soit plus haute que l’autre (…), sinon l’eau entraînerait les semences et les engrais de la partie la plus élevée vers la plus basse. »

34On remarquera la précision importante selon laquelle, si le fond de la rigole doit présenter une pente permettant l’écoulement de l’eau, la surface du carreau doit, en revanche, être quasiment plane. Selon la valeur retenue pour la coudée, la distance entre deux rigoles de distribution – celles qui, au dernier niveau, assurent l’écoulement régulier des eaux – peut atteindre 5,44 m. Comme le dit Aline Durand,

« Cette manière de procéder suppose donc une irrigation gravitaire par sillon et non par ennoiement de toute la parcelle. Les rigoles se succèdent au rythme d’une tous les 5,44 m – au maximum tous les 5,76 m selon Ibn Luyûn –, ce qui dénote des cultures particulièrement intensives [en particulier] pour les fruitiers d’al-Andalus » (Durand, 2004 : 108).

35Si les techniques sont simples, comme on le voit, les moyens, empiriques, imposent une grande minutie dans leur mise en œuvre.

36On ne doit plus s’étonner, dès lors, de la faible superficie de ces champs : quelques ares de jardins irrigués peuvent faire vivre tout un hameau de huit à douze feux et, pour se donner peut-être une meilleure idée des rendements obtenus, rappelons qu’il devient possible, selon la “littérature savante”, de nourrir des populations de 239 à 337 personnes à l’hectare (Durand, 2004 : 116). Bien que considérable, ce rendement au centuple est aujourd’hui accepté par nombre d’observateurs : dans le cadre d’un jardinage intensif, ces rendements « ne peuvent être tenus ni pour des curiosités botaniques, ni pour un gonflement de la réalité. Ils s’expliqueraient amplement par l’apport de l’irrigation et des soins de culture » (El-Faïz, 1998 : 336). Lorsque des estimations sérieuses sont possibles, comme c’est le cas au sud de Valence avec des microsystèmes élémentaires comme ceux de Picassent et d’Alcásser (qui ont peu évolué depuis le Moyen, Âge), on peut conclure que les deux alquerías – toutes deux citées dans le Repartimiento de Valence en octobre 1237 (Picassent) et janvier 1238 (Alcásser), et qui utilisent les eaux provenant d’un barrage de fond de torrent complétées par ce que peuvent fournir des sources latérales – disposent d’un regadío d’une surface de 384 (Picassent) et 288 (Alcásser) fanecades, c’est-à-dire de 32 et 24 hectares, respectivement ; étroit et relativement long (il s’étend sur 2 km environ) le terroir irrigué de Picassent se termine au niveau du village et du moulin, puis le trop-plein des eaux passe le barranco et poursuit sa route vers l’aval, en direction d’Alcásser où se développe un second regadío (Pérez Medina, 1998). Or ces terroirs alimentent non seulement les villages cités, mais aussi le gros bourg de Torrente. La même constatation pourrait être faite en observant les terroirs de bien d’autres vallées d’al-Andalus ; je ne retiendrai, pour finir, qu’un exemple, celui de la Vall de Gallinera (Alicante). Là, au fond d’une étroite vallée dominée par des montagnes toutes proches, dont l’altitude dépasse les 900 m, les sources et de petites prises d’eau sur le barranco non pérennes alimentent des huertas minuscules qui, en longueur, s’étendent sur plus de 6 km (fig. 8) ; au total, la surface irriguée est faible : moins de sept hectares sont partagés entre une douzaine de villages ou hameaux (Bazzana, 1993).

Agrandir
Fig. 8. Les irrigations du Vall de Gallinera (Alicante).

37***

38Les parcellaires sont porteurs d’une histoire que l’on approche difficilement, tant les indices sont ténus, mais qui souligne les grands moments de la mise en place, depuis le haut Moyen Âge, des terroirs irrigués. Depuis le ixe siècle, en effet, c’est un « nouvel espace agricole » (Malpica, 1995 : 18) qui apparaît dans al-Andalus et se construit à la suite de l’introduction des techniques de la petite irrigation agraire. Celles-ci supposent une transformation complète – sinon brutale, car sa mise en place s’étend sur plusieurs siècles, principalement du xe au xiiie siècle – de l’écosystème méditerranéen traditionnel (la “triade”…). L’essor des nouvelles techniques conditionne aussi l’introduction de nouvelles espèces qui exigent une alimentation en eau parfaitement maîtrisée. Les paysages de l’eau sont ainsi le résultat d’une “révolution” écologique qui imprime sa marque au cadre géographique existant : paysage artificiel, technologie de conception élaborée mais simple dans ses modes de mise en œuvre, variété et développement de la production agricole en sont les caractères dominants. Dès lors, l’apport maîtrisé de l’eau « permet une agriculture intensive et nouvelle ; c’est aussi une force motrice importante et une énergie renouvelable » (Malpica, 1995 : 20).

  • 8  Celles-ci sont connues, diffusées et valorisées grâce aux échanges culturels qui accompagnent les (...)

39Ce que l’on a appelé, avec quelque emphase, la “révolution agricole” ou la “révolution verte” (Bolens, 1978 : 131 ; Watson, 1983) découle de l’association, au cours de plusieurs siècles, des connaissances antiques – revues et complétées par leurs traducteurs arabes – et des nouveautés technologiques venues du Proche comme du Moyen Orient ; leurs arrivée dans al-Andalus dès le ixe siècle permet l’expérimentation puis une large diffusion d’espèces nouvelles8. Si révolution il y a, dans les campagnes andalouses, c’est à travers le développement des parcellaires irrigués, qui entraîne la modification du calendrier annuel des cultures ; celui-ci est bouleversé car, à côté du maintien des cultures habituelles – le blé, la vigne et l’olivier –, s’ouvre un nouvel espace de production, qui couvre tout l’été. Les plantes nouvelles sont souvent à cycle végétatif court – pensons à l’épinard ou à l’aubergine –, de sorte que, grâce à la maîtrise des eaux et à la véritable “construction” qui, de la presa aux casiers, en permet un usage raisonné, plusieurs récoltes par an sont désormais possibles : dans cette agriculture de jardinage et au prix d’un investissement humain sans doute considérable, on multiplie les binages, les buttages et le travail à la houe (Bazzana et alii, 1987).

40Sur le thème, encore trop peu travaillé, des structures agraires médiévales, l’arrière-pays murcien se révèle comme un fragile conservatoire de formes anciennes de mise en valeur agricole ; mais ces vestiges disparaissent en même temps que se développent les apports d’eau, venant de régions plus ou moins lointaines, et les forages profonds qui transforment les plateaux secs, jusque-là, en vergers verdoyants. Parallèlement, la huerta est gagnée par les extensions périurbaines : traces et indices des états anciens du paysage disparaissent.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Ibn al-‘Awwâm, 2000, Le livre de l’agriculture. Kitâb al-filâha, traduction de l’arabe de J.-J. Clément-Mullet, revue et corrigée, introduction de M. El-Faïz, Arles, Actes Sud.

Ibn Bassâl, 1948, « Traducción castellana del “Tratado de agricultura” de Ibn Bassâl », par J. Mª Millas-Vallicrosa, Al-Andalus, XIII : 356-430.

Ibn Hayyân, 1937, Al-Muqtabis, tome troisième : chronique du règne de l’émir ‘Abd Allâh à Cordoue (888-912), texte arabe publié par le père M. Antuña, Paris.

Ibn Luyûn, 1975, Ibn Luyûn, Tratado de Agricultura, présentation et traduction de J. Eguaras Ibañez, Grenade.

al-Zuhrî (Ibn ‘Abd Allah Muhammad ibn Bark), 1968, Kitâb al-Dja firafiyya, traduit en français par Mahmmad Hadj-Sadok, Bulletin d’Études orientales, XXI : 9-312.

Études

Amigues F., De Meulemeester J. & Matthys A., 1999, « Archéologie d’un grenier collectif fortifié hispano-musulman : le Cabezo de la Cobertera (Vallée du Río Segura / Murcie) », dans A. Bazzana (éd.), Castrum 5. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Madrid-Rome-Murcie, Collection de la Casa de Velázquez – 55, p. 347-359.

Barceló M., 1989, « El diseño de espacios irrigados en al-Andalus : Un enunciado de principios generales », El agua en zonas áridas…, Almeria : XV-XLX ; repris sous le même titre dans El agua en zonas áridas. Arqueología e historia, Actas del I° Coloquio “Historia y Medio Físico”, Almeria (Instituto de Estudios Almerienses), 1996, p. 51-71.

Bazzana A., 1993, « Territoire castral et réseaux irrigués : l'exemple du hisn de Ghalinâr (Alicante) », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXIX-1, p. 155-170.

Bazzana A. & Montmessin Y., 2004, « Les norias fluviales de Fès. Approche ethnoarchéologique d’une technique médiévale », dans A. Bazzana & H. Bocoum (éd.), Du Nord au Sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilans et perspectives, Paris, Éditions Sépia, p. 339-363.

Bazzana A. & Montmessin Y., 2006, « Nâ’ûra et sâniya dans l’hydraulique agricole d’al-Andalus », dans P. Cressier (éd.), La maîtrise de l'eau au Moyen Âge en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez – 93, p. 209-287.

Bazzana A., Bertrand M., Cressier P., Guichard P. & Montmessin Y, 1987, « L’hydraulique agraire dans l'Espagne médiévale », L'eau et les hommes en Méditerranée, Paris, Éd. du C.N.R.S., p. 43-66.

Bazzana A. & De Meulemeester J., avec la collaboration de Y. Montmessin, 2009, La noria, l’aubergine et le fellah. Archéologie des espaces irrigués dans l’Occident musulman médiéval (ixe-xve siècles), Gand, ARGU 6 (Archeological Reports Ghent University, 6).

Berque J., 1954, Les Seksawa : recherche sur les structures sociales du Haut Atlas occidental, Paris, Presses Universitaires de France.

Bertrand G., 1970, « Écologie de l’espace géographique. Recherches pour une science du paysage », Bulletin de la Société de Biogéographie, 197 sq.

Bolens L., 1978, « La révolution agricole andalouse du XIe siècle », Studia Islamica, XLVII, p. 121-141 ; publié de nouveau en 1990 dans L’Andalousie du quotidien au sacré. xie- xiiie siècles, recueil d’articles, Aldershot-Hampshire (Studies Series, CS 337), 1990, p. 9-29.

Bolens L., 1981, Agronomes andalous du Moyen Âge, Genève.

Cressier P., 1999, « Châteaux et terroirs irrigués dans la province d’Almeria (xe-xve siècles) », Castrum 5…, Madrid-Rome-Murcie, p. 439-453.

Cressier P. (éd.), 2006, Maîtrise de l’eau (La) en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez - 93.

Durand A., 2004, Du paysage à la pratique, des gestes à l'environnement. Essai d'approches croisées sur les systèmes agraires en France méridionale et en Catalogne (ixe-xvsiècle), dossier pour l’habilitation à diriger des recherches (HDR), Université de Provence, 2 vols.

El-Faïz M., 1998, « La révolution agricole dans l’Espagne musulmane est-elle mesurable ? », Histoire et mesure, XIII, 3/4, p. 323-346.

Guy M., 1977, Manuel de Photo-Interprétation, Paris, Éditions Technip.

Lemeunier G., 1999, « L’irrigation à Murcie au début de l’époque moderne », Castrum 5…, Madrid-Rome-Murcie, p. 91-100.

Madani T., 2003, L’eau dans le monde musulman médiéval. L’exemple de Fès (Maroc) et de sa région, thèse de doctorat sous la direction d’André Bazzana, Lyon (Université Lyon 2), 4 vols.

Malpica Cuello A., 1995, « Introducción », et « De la congruencia y la homogeneidad de los espacios hidráulicos en al-Andalus », El agua en la agricultura de al-Andalus, Barcelone-Madrid (El legado andalusí), p. 17-24 et 25-39.

Navarro Palazón J. & Jiménez Castillo P.J., 2003, Siyâsa. Estudio arqueológico del despoblado andalusí (siglos xi-xiii), dans F. Chacón Jiménez (dir.), Historia de Cieza, tome II, Murcie, 2005.

Pérez Medina T. V., 1998, « Vora l’Horta valenciana. Els regadius històrics d’Alcàsser, Picassent i Torrent », III Congrés d’història de l’Horta Sud, Torrente (Valencia), inédit, 23 p.

Torró J., 1998, « La colonización del Valle de Pego (c.1290-c. 1300). Prospección y estudio morfológico : primeros resultados », Arqueología espacial (Teruel), 19-20, p. 443-461.

Watson A. W., 1983, Agricultural innovation in the early Islamic world, Cambridge.

Haut de page

Notes

1  À ceux-ci vient s’ajouter, en époque chrétienne, celui de Villanueva (la ville neuve).

2  Il s’agit d’une résurgence qui apparaît en amont de Siyâsa, à quelques dizaines de mètres de la fin du défilé de Los Almadenes, en limite des terres de Calasparra.

3  En règle générale et en moyenne, on peut estimer que les pentes sont comprises entre 4 et 6 ‰.

4  La ville actuelle est issue d’une fondation chrétienne de la seconde moitié du xiiie siècle, sur les vestiges d’une alquería musulmane.

5  L’autoroute Madrid-Carthagène ne figure pas ici, le cliché étant antérieur à sa construction.

6  L’emploi de ce terme n’implique pas la stricte distribution préalable de “parcelles” cadastrées, donc mesurées ; il se réfère seulement à la morphologie que dessine le creusement des bras de distribution des eaux.

7  Ces valeurs sont confirmées par Ibn Luyûn (§ 13) et Ibn al-‘Awwâm (I, 11). Il n’y a aucune raison de suivre les indications données à la fois par J.-J. Clément-Mullet (p. 134) et par L. Bolens (« Les méthodes culturales… », p. 168), selon lesquelles la coudée utilisée serait la “coudée égyptienne” (les deux auteurs n’étant d’ailleurs pas d’accord sur la définition et la valeur de cette mesure).

8  Celles-ci sont connues, diffusées et valorisées grâce aux échanges culturels qui accompagnent les voyages trans-méditerranéens, sur les routes du commerce et du Pèlerinage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Bazzana, « Techniques hydrauliques et gestion des espaces irrigués dans les huertas de murciennes (ixe-xiiie siècles)  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6444

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page