Navigation – Plan du site

« L’implantation » comme construction de la présence palestinienne au Liban durant la tutelle syrienne (1989-2005)

The « Implantation » problem as an idiom of the Palestinian presence in Lebanon during the syrian hegemony (1989-2005)
Daniel Meier
p. 223-242

Résumés

Comment a été construite et formulée la question de la présence des réfugiés palestiniens au Liban par la classe politique libanaise dans l’après-guerre civile ?  Pour répondre à cette question, l’auteur propose d’étudier la question de l’implantation – al-tawtîn – en montrant l’existence de conditions d’ouverture d’un espace discursif sur cette question, à la faveur des accords de Taëf d’une part et d’autre part en vertu du contexte régional de signature des accords d’Oslo. Sont alors examinées les prises de positions argumentées sur la question palestinienne des différents acteurs du champ politique libanais durant les années quatre-vingt-dix et au début des années 2000. Trois types d’interprétation du tawtîn illustrent alors la nature polysémique de cette notion laquelle est conçue, en conclusion, comme un méta-discours en regard des positionnements communautaires des acteurs politiques libanais mais aussi du contexte de l’hégémonie syrienne au Liban.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce sont les accords de Taëf, signés par les parlementaires libanais, qui ont institutionnalisé cet (...)

1Les récents changements politiques qui sont intervenus au Liban, à commencer par le retrait militaire syrien du printemps 2005, permettent de découper une séquence historique caractérisée par un système de tutelle politique imposé par l’acteur syrien au Liban vers la fin de la guerre civile1. Durant cette période (1989-2005), un sujet est revenu avec une certaine constance et de façon particulière dans les propos des acteurs du champ politique : le « danger » de « l’implantation » (al-tawtîn) des réfugiés palestiniens. S’il est clair que le discours libanais sur « l’implantation » a préexisté à cette séquence historique, il n’en demeure pas moins qu’il a pris une tonalité particulière au regard des usages et sens multiples que ce thème a pu avoir.

  • 2  Cf. les propos du ministre des Affaires étrangères ad interim, Tarek Mitri, in Al-Nahar et L’Orien (...)

2L’implantation a également retenu notre attention dans la mesure où les réfugiés palestiniens au Liban constituent un groupe social numériquement important et particulièrement intéressant pour l’étude des enjeux identitaires de l’après-guerre civile libanaise (Meier, 2008). De surcroît, la question de leur implantation possède une dimension stratégique importante et est devenue un enjeu de lutte entre Israël et les pays arabes : permettre leur établissement dans les pays limitrophes de la Palestine viendrait ratifier la politique d’expulsion menée par le gouvernement israélien en 1948, prétéritant ainsi tout droit au retour (Mardam-Bey & Sanbar, 2002). Dès lors, s’il n’est pas surprenant d’avoir vu cette problématique revenir sur le devant de la scène politique libanaise depuis le début des années 1990, à la faveur de la lutte entre Israël et la Syrie, on doit noter qu’elle s’est nettement estompée, après l’avènement du premier gouvernement « post-syrien », dirigé par Fouad Siniora. Depuis cette époque, le « danger de l’implantation » a continué à fonctionner de temps à autre auprès de quelques acteurs de l’opposition afin de délégitimer les orientations politiques de la majorité. Après la fin du mandat du Président Lahoud, cette thématique a rejoint les registres argumentatifs de la majorité, notamment lors de la conférence d’Annapolis2, comme « ligne rouge » que les autorités semblent s’être donné face à la fièvre transformatrice de l’administration américaine au Moyen-Orient (Droz-Vincent, 2007).

3Il nous paraît dès lors pertinent de prendre ce discours pour objet dans la mesure où le traitement de cette problématique de « l’implantation » permet de comprendre comment a été construite et formulée la question de la présence des réfugiés palestiniens au Liban par la classe politique libanaise dans l’après-guerre civile. Nous verrons ainsi que loin de faire l’unanimité, son omniprésence dans le débat politique libanais laisse la place à des nuances relativement importantes. Ainsi, les différents acteurs qui se sont prononcés sur l’implantation durant cette période post-conflit semblent l’avoir fait chacun selon un agenda spécifique, en attribuant une signification propre à cette thématique, qui fait un peu office de méta-discours.

4Après un bref rappel de l’histoire de la problématique de l’implantation et de ses enjeux, une première partie mettra en avant les conditions d’ouverture d’un espace discursif spécifique au Liban sur cette question, à la faveur des accords de Taëf d’une part et d’autre part en vertu du contexte régional de signature des accords d’Oslo. On verra avec l’exemple d’une polémique locale sur un projet d’installation de réfugiés dans un village libanais comment s’actualise cet espace discursif et comment les acteurs palestiniens y réagissent. Dans un second temps, on examinera les prises de positions argumentées des différents acteurs du champ politique libanais durant les années quatre-vingt-dix et au début des années 2000. Trois points de vue seront étudiés et permettront de comprendre la nature polysémique de la notion d’implantation en même temps que la référence implicite à une peur et explicite à « un complot », constituant de la sorte un système rhétorique polymorphe. Ce système de sens sera, en conclusion, rapporté au positionnement notamment communautaire des acteurs politiques libanais mais aussi au contexte de l’hégémonie syrienne au Liban.

Horizon historique de l’idée d’implantation

5La question de l’intégration des Palestiniens dans les pays d’accueil a émergé dans le cadre de l’UNRWA (Schiff, 1995) avant qu’elle ne soit débattue par la Ligue arabe. Celle-ci proposa dans son protocole de Casablanca (1965) que les pays arabes adoptent une attitude permettant aux Palestiniens d’attendre la possibilité du retour dans de bonnes conditions, c’est-à-dire en jouissant des mêmes droits que les nationaux mais sans obtenir la nationalité. Pourtant, les situations que connaissent les Palestiniens dans les pays arabes sont loin d’être homogènes et constituent autant de réponses données à la tension entre leur séjour comme réfugiés et le fait de préserver leur droit au retour afin de ne pas entériner le fait établi israélien (Davis, 1997 ; Schiblak, 1993). Les politiques des États arabes se déclinent entre deux pôles : une position « dure » illustrée par le cas du Liban qui, en n’aidant que très peu les réfugiés, prétend conserver ainsi intact leur droit au retour, et une attitude qui, au contraire, à l’exemple du cas jordanien, leur octroie la nationalité et en font des citoyens à part entière.

6L’idée d’intégration est très vite devenue la principale inquiétude des Palestiniens puisqu’elle signifie l’abandon de leur identité en tant que groupe national et une ratification de la politique israélienne d’expulsion dont ils ont été victimes en 1948-49. La matérialisation du danger de dissolution de leur statut est d’abord venue de l’UNRWA elle-même qui, par le biais de la mission Clapp, avait pour projet la concrétisation de l’implantation (tawtîn) des Palestiniens, là où ils s’étaient réfugiés (Sayigh, 1979 : 96). La progressive mobilisation politique permit de mettre en échec cette stratégie de dilution identitaire et devait générer un mouvement national de résistance dès le début des années 1960.

7C’est à la suite du renforcement de la centrale palestinienne au Liban puis de la signature des accords du Caire en 1969 que le terme de « tawtîn » refit surface dans la bouche des leaders du parti Phalangiste pour dénoncer cette fois « le complot » visant à ce que le territoire libanais devienne une patrie de rechange (watan badîl) pour des étrangers, en l’occurrence les Palestiniens. À cette époque, la société libanaise était en train de se polariser et la discorde s’accentuait autour du projet nationalentre deux courants antagonistes, libanistes et panarabistes, tous deux utilisant la question palestinienne comme groupe-argument « en faveur » ou « contre » le projet national que chacun d’eux défendait. Cela conduisit à la confrontation de 1975 où l’acteur palestinien fut ici aussi utilisé soit comme appui militaire par le Mouvement national conduit par Kamal Joumblatt, soit comme figure repoussoir, image inversée de l’idéal chrétien maronite, par les milices chrétiennes du Front libanais.

  • 3  Larousse Arabe-Français : 5964.
  • 4  Ibid. ; 5964, II.
  • 5  Ibid. ; 5964, V.

8Avant d’aller plus loin, il importe ici de situer brièvement l’horizon lexical arabedu terme, tawtîn (implantation), qui peut aisément prêter le flanc à un usage politique et polémique. En arabe, tawtîn vient dewatan3 (« patrie », « pays ») et est dérivé du verbe wattana4 quisignifie « sédentariser ». La population sédentarisée est dans une position passive, elle subit la sédentarisation, l’installation, elle n’a pas l’initiative de cette installation,de son « implantation », que connoterait plutôt le verbe tawattana5. Il y a donc là une possibilité de clarifier ce qu’on doit comprendre de façon générique avec tawtîn : « sédentariser », comme le suggère le dictionnaire, donc forcer à s’installer. Pour le français, le Larousse renvoie, pour implanter, à « installer, établir (quelqu’un, quelque chose) quelque part de façon durable » alors que s’implanter signifie « se fixer, s’installer » et comporte assez logiquement une intention. Le choix d’« implantation » pour traduire en français le terme tawtîn, réfère aussi à un processus de sédentarisation subi par le groupe ainsi « implanté ».

  • 6  On pense évidemment au cataclysme de l’invasion israélienne de 1982 qui fut à la base du départ de (...)

9Dans le contexte de tension et de polarisation, la notion de tawtîn peut avoir un potentiel de mobilisation lié à son interprétation, moins en raison d’un doute sur son sens mais, comme on va la voir plus loin, en raison de la perception de ceux que la question du tawtîn concerne : les réfugiés palestiniens. Utilisé comme comportant une menace, le tawtîn permet de tracer une frontière, de délimiter les groupes. Un principe de vision est inséparablement un principe de division (Bourdieu, 1997 : 119), ce qui implique qu’il y ait ceux qui soutiennent et ceux qui s’opposent à l’implantation des réfugiés. Ainsi, le « complot » de l’implantation a servi de justification à une politique irrespectueuse des droits les plus élémentaires d’une population réfugiée et ceci d’autant plus ouvertement que les acteurs palestiniens ressortaient politiquement affaiblis par les années de la guerre du Liban6.

10La résonance de ces images et des symboles négatifs associés aux Palestiniens (Nassif, 1998) trouva après guerre un écho particulier dans une partie significative de la population. Dans un des rares sondages sur la perception que les Libanais avaient des Palestiniens (Haddad, 2003), réalisés au début de l’an 2000, le souhait de voir les Palestiniens quitter le territoire national était très élevé dans les milieux maronites et chiites alors qu’il était relativement faible chez les sunnites et les druzes. Toutefois, fort peu de Libanais semblaient disposés, toutes communautés confondues, à leur octroyer la nationalité libanaise. En tout état de cause, la permanence du rejet des Palestiniens s’est traduite dans l’après-guerre par le maintien, principalement dans les milieux chrétiens maronites, d’une stigmatisation verbale et d’un présupposé défavorable.

11Compte tenu de ces éléments, il nous a paru intéressant de voir dans l’après-guerre ce que les acteurs disent de cette question de l’implantation et quels usages langagiers ils en font en tant qu’il est perçu/conçu comme un Lebanese political jargon (al-Khazen, 1997). Dans les lignes qui suivent, nous allons ainsi examiner quel est ce contexte particulier qui voit refleurir la thématique de l’implantation, qui sont les protagonistes politiques qui utilisent la notion de tawtîn, comment, avec quels sous-entendus et pourquoi. Loin de croire que le social soit tout entier discursif, cette partie vise plutôt à montrer en quoi le discursif du champ politique alimente - et est alimenté par - le social.

Taëf et Oslo : un nouvel espace discursif du tawtîn 

12S’il faut dater – après le départ de la centrale palestinienne du Liban – la réapparition de la problématique de l’implantation dans l’univers politique libanais en tant que vecteur de discours et d’actions, c’est probablement avec les accords de Taëf, signés en 1989, dans lesquels le refus du tawtîn figure explicitement, que l’on en observe les premiers signes tangibles. En effet, la mention du refus de l’implantation permit à Damas, maître d’œuvre de ces accords, de donner des gages aux députés chrétiens et de polariser la problématique palestinienne libanaise autour de la question du droit au retour, corollaire de celle de l’implantation. La réapparition de cette dernière sur l’agenda politique libanais avait donc pour objectif d’« empêcher l'isolement de la Syrie sur le plan régional et reconstituer une alliance entre les chrétiens et Damas, en s'appuyant sur le précédent de l'intervention syrienne de 1976 » (Rougier, 2004 : 13). Le nouveau pouvoir dominant au Liban s’accaparait de la sorte une portion significative de l’espace symbolique de l’expression chrétienne d’avant-guerre qui avait constitué un des chevaux de bataille identitaires du projet national libaniste. Damas coupait ainsi l’herbe sous les pieds des franges chrétiennes potentiellement anti-syriennes, telles la Ligue maronite : leurs membres étaient obligés de reconnaître que leur discours sur les réfugiés palestiniens était identique à celui de la Syrie. Cette dernière pouvait alors progressivement apparaître aux yeux de certains comme un rempart pour la sauvegarde de l’existence de la communauté chrétienne au Liban.

  • 7  Les premières mettant Israël en face de chacun de ses voisins et les secondes ouvrant la voie à de (...)
  • 8  En tentant de conditionner leur participation à des assurances sur des concessions israéliennes su (...)
  • 9  Ce dernier, comme les quatre autres groupes thématiques, fut créé à Moscou en janvier 1992 dans le (...)

13Dans l’immédiat après-guerre civile, le Liban vivait, comme tout le Moyen-Orient, à l’heure des négociations bilatérales et multilatérales7 entre Israël et ses voisins lancées dans la foulée de la Conférence de Madrid (1991) par les États-Unis quiespéraient résoudre le conflit du Proche-Orient. Personne n’était alors dupe de l’alignement de la politique étrangère libanaise sur celle de la Syrie, la guerre du Golfe ayant précisément permis l’achèvement de la mainmise de celle-ci sur le pays des Cèdres avec la bénédiction américaine en contrepartie de la participation syrienne à la coalition anti-irakienne. Peu d’articles et de propos politiques émaillaient la scène libanaise, l’heure étant à la diplomatie avec entre autres comme enjeu le sort des réfugiés Palestiniens du Liban qui représentaient près de 10% de la population du pays à ce moment-là. Toutefois, ce contexte positif fut rapidement assombri par le départ des délégations libanaises et syriennes qui boycottent les multilatérales8 et le Groupe de travail sur les réfugiés9. Les arguments fournis par les délégués syro-libanais étaient de deux ordres : d’une part le statut des réfugiés ne pouvait être bradé, et d’autre part, il ne pouvait être question d’envisager un compromis financier – discuté alors au Département d’État américain – qui verrait les États d’accueil recevoir des milliards de dollars contre une naturalisation/implantation de « leurs » Palestiniens. N. Hitti (2000) rappelle utilement que le groupe de travail sur les réfugiés était organisé autour d’études et de blueprints proposant, dans une stratégie de solidarité collective, des aides économiques et financières visant à faciliter le processus d’intégration des Palestiniens dans les pays d’accueil. Il est évident que cela contrecarrait tous les calculs de Damas, tant dans sa stratégie de la tension à l’égard d’Israël que dans sa prétention à incarner le leadership du front du refus.

  • 10  Cf. Magazine, 22.04.94.

14À la suite de cette rupture, un front du refus emmené par Damas se constitua contre les courants palestiniens qui continuèrent les négociations et signèrent l’année suivante avec Israël les Accords d’Oslo. À la suite de ces accords, la machine politico-médiatique s’enclencha, dénonçant la « menace » du tawtîn au Liban. De la sorte, Oslo marqua le début d’une « hantise » qui « se précise », comme le rapporte un article de presse10 : le droit au retour ayant été renvoyé à la négociation du statut final, il n’était pas erroné de penser qu’il allait tôt ou tard faire l’objet d’un marchandage pouvant signifier l’implantation d’une partie des réfugiés au Liban. Il n’en fallait pas davantage pour ouvrir un espace discursif médiatique propice à tous les fantasmes, à toutes les exagérations. Comme le résume une analyste : « the Lebanese media has described the multilateral talks as leading to the permanent settlement of the Palestinians in Lebanon » (Ghandour, 2003: 56).

  • 11  Il s’agit d’un document conçu par les différents groupes palestiniens du Liban dès la fin de la gu (...)
  • 12  Nous nous référons à trois articles parus les 25, 27 et 31 août 1994.

15Un argumentaire combinant droit au retour, respect intégral des règles internationales et moralité de cette attitude à l’égard des Palestiniens eux-mêmes, semble constituer le fond du discours politique qu’il est alors possible d’entendre de la part du gouvernement. Pourtant, la modération et les alternatives semblent encore exister. Ainsi, Walid Joumblatt et Rafic Hariri mettent au point un projet de relogement pour 4000 familles dans un village du Mont-Liban sud, Kray’a, sans en faire grand cas car il est conçu en lien avec la question des déplacés de la guerre civile. Pourtant, ce projet s’inscrivait bien en droite ligne du Mémorandum palestinien11 dont une des demandes était le relogement des réfugiés palestiniens. La révélation médiatique qui s’ensuivit dans le quotidien Al-Nahar12 fut digne des enquêtes policières avec portraits, coupables, témoins ainsi qu’enjeux financiers et fonciers.

16L’enquête du quotidien libanais met également en scène l’opposition populaire à cette installation qui, sans grande surprise, semblait s’accorder sur l’idée que l’installation des Palestiniens signifiait leur implantation et sur l’impression que les Palestiniens étaient ainsi récompensés, alors qu’ils avaient semé le chaos dans le pays. Les photos montraient également des graffitis où l’on pouvait lire en arabe « non au tawtîn mais oui à la Palestine » ou encore « Non au projet séparatiste (taqsim) », en référence au fait que l’équilibre confessionnel sunnito-chrétien de la région pourrait être subitement bouleversé par l’arrivée de ce groupe de Palestiniens, tous musulmans sunnites. Au plan administratif, une décision ministérielle devait être prise fin 1994 et un comité désigné devait donner son approbation à Kray’a ou, le cas échéant, trouver une solution de remplacement. Manifestement embarrassé par ce dossier qui avait suscité une vive opposition, notamment au sein de la droite chrétienne, ce comité ne devait jamais donner de réponse et le projet s’en trouva de la sorte gelé.

  • 13  Selon les propos du chef du Fatah au Liban, Sultan Abou ‘Aynayn, entretien effectué en mars 2006.
  • 14  Larousse arabe-français, 1829 (IV).
  • 15  Ibid., 1089 (V).

17Cet exemple montre les usages politiques qui ont pu être faits de la question de l’implantation afin de justifier la limitation des droits des Palestiniens du Liban. Ce qui a eu pour effet d’acculer les représentants palestiniens à marchander leurs armes, perçues comme « une garantie contre une récidive des massacres de Sabra et Chatila »13. Dès Oslo, explique Louise Weighill (1997 : 308), le terme tawtîn a été associé à toute tentative d'améliorer les conditions de vie des Palestiniens. C’est également depuis cette époque que la confusion a existé entre ce terme et leur « intégration » (idmâj, de la racine dmj : s’assimiler, être assimilé14) ou leur « naturalisation » (tajannus de la racine jns : genre, espèce, ethnie15). Mis en regard avec ce que nous avons dit de l’étymologie et du sens de tawtîn, on peut constater une différence de degré : là où tawtîn traduit l’idée d’être sédentarisé sur une terre en tant qu’étranger, idrmaj et tajannus comportent l’idée de commune identité à travers un assemblement, certes progressif mais conduisant au même, à l’assimilation. L’exemple de Kray’a est révélateur de cette attitude de confusion ou surinterprétation des termes dans l’après-Oslo au Liban. Il illustre bien l’amalgame fait entre l’installation au Liban et l’intégration dans la nation libanaise.

  • 16  À ce moment-là (juin 2000), le nombres de réfugiés enregistrés à l’UNRWA pour le Liban était de 37 (...)

18Le tawtîn est aussi un point d’observation pour saisir un autre aspect de la représentation libanaise des Palestiniens, à travers leur dénombrement. En effet, combien sont-ils ? Les chiffres sont sujets à caution et ceux fournis par l’UNRWA semblent largement discutables, selon plusieurs auteurs (al-Husseini, 2002 ; Salah, 2000). Aussi, de leur côté, pour ne pas paraître minimiser leur nombre ou le gonfler indûment, les dirigeants du Fatah au Liban ont adopté le chiffre de 350000 réfugiés, c’est-à-dire à quelques dizaines de milliers d’individus près le nombre alors fourni par l’UNRWA16. Si cette position médiane se justifie en regard de la scène internationale et du droit international, notamment du droit au retour, de leur côté, les acteurs politiques libanais n’ont pas cette préoccupation première de justesse ou d’équilibre, lorsqu’ils articulent un chiffre. Ils sont de plain-pied dans le jeu politique et idéologique libanais. Il peut donc être instructif de voir quels sont les chiffres que ces acteurs donnent, en marge des propos articulés sur l’implantation et cela en fonction de leur position dans le champ politique.

Opinions politiques sur « l’implantation » : polysémie et polyphobie

19Pour éviter de se perdre dans l’espace politique libanais, mouvant et changeant, versatile et parfois contradictoire, il peut être plus prudent d’établir une cartographie des prises de positions sur le tawtîn en fonction du degré d’antagonisme à l’égard des réfugiés palestiniens. C’est pourquoi, au lieu de prendre parti par parti ou leader par leader, nous voulons proposer un paysage politique en dégradé, des prises de positions les plus anti-palestiniennes au plus conciliantes à leur égard en gardant à l’esprit que le champ politique est structuré par des normes hétéronomes et donc soumis à des influences contradictoires qui font parfois changer d’opinions certains leaders spécialisés dans la survie politique.

Les positions les plus hostiles

20Farès Boueiz, ministre de la Défense durant les années 1990, chrétien maronite et gendre du Président Hraoui (1989-1998), a, le premier, formulé les conditions visant à résoudre la question palestinienne au Liban dans l’après-guerre. Ce n’est pas rien, lorsqu’on sait que le Président de la République a souvent parlé des Palestiniens avec mépris et a été un promoteur de la formule qualifiant la guerre civile de « guerres des autres chez nous » (hurub al-akharin ‘ala ardina), désignant ainsi clairement les deux parties au conflit, israélienne et palestinienne, comme étant responsables de la destruction du Liban.

21Farès Boueiz suggérait une approche du problème palestinien au Liban en quatre étapes (al-Khazen, 1997 : 282) :

22Rendre effective la résolution 194 des Nations Unies qui réaffirme le droit au retour. Cela solutionnerait, selon lui, 20 % du nombre de réfugiés palestiniens au Liban.

23Installer dans les pays arabes environnants les réfugiés qui y ont de la parenté. Cela représenterait 25 % des réfugiés du Liban.

24Encourager l’émigration dans des pays comme le Canada, l’Australie ou les États-Unis, en demandant à ces pays une priorité pour les Palestiniens du Liban dans leurs quotas.

25Obtenir le soutien financier des pétro-monarchies pour mener à bien ce programme de résolution du problème des réfugiés palestiniens au Liban..

  • 17  Cf. Al-Safir, 18.04.94.

26Il ajoutait lors d’une interview17 que « l’absorption de 400 000 ou 500 000 Palestiniens » aurait des conséquences graves. Et d’énumérer les raisons rendant impossible cette implantation des Palestiniens : un territoire trop petit comparé à sa population, peu de zones habitables sur ce territoire, une précarité des équilibres tant au plan économique que social et sécuritaire et, enfin, une situation de fragilité liée à la sortie de la guerre qui impose de se soucier d’abord des besoins des Libanais avant ceux des Palestiniens. Et il concluait par une phrase sans équivoque quant à la différence existant entre Libanais et Palestiniens : « Le Liban ne peut pas assimiler les Palestiniens et les mélanger à l’identité libanaise ».

  • 18  Nous reprenons cet épithète à Catherine Samary (1995) qui l’utilisait déjà pour qualifier le natio (...)
  • 19  Al-Nahar, 6.10.04.

27On a ici une position maximaliste teintée d’un nationalisme « débarrassiste »18 qui prône ni plus ni moins l’évacuation des réfugiés comme solution du problème. Cette opinion, parmi les plus dures que l’on rencontre, tend à assimiler le tawtîn à la naturalisation (au moins à terme puisque cela veut dire intégration/assimilation). Au sein du même « camp » chrétien emmené par les maronites, une autre posture plus tolérante mais se fondant sur la même équation est celle d’Edmond Naïm, doyen des députés du Parlement libanais et plutôt proche de la droite chrétienne. Dans le cadre du débat sur l’annulation de la loi votée en 2001 qui interdit aux Palestiniens toute possession de biens immobiliers ainsi que toute possibilité d’en faire hériter leurs descendants, il expliquait que, à son avis, la propriété (immobilière) des Palestiniens n’était pas contradictoire avec la sûreté de l’État et ne signifiait nullement l’implantation19. On voit donc qu’il est possible de considérer le tawtîn comme un danger, parce qu’il représente la naturalisation des Palestiniens et par voie de conséquence, qu’il bouleverserait les équilibres communautaires au Liban et, dans le même temps, concevoir la nécessité pour les réfugiés d’avoir un minimum de droits, lesquels « ne sont pas incompatibles avec la sûreté de l’État ».

  • 20  Cf. L’Orient-le-Jour, 16.08.04.
  • 21  Cf. L’Orient-le-Jour, 18.08.04.

28L’univers des positions des leaders chrétiens maronites libanais de l’opposition d’alors semble pourtant inclure des points de vue plus intransigeants et moins enclins à rappeler le cadre nécessaire des droits humains dans le traitement réservé aux Palestiniens. C’est notamment celui de la Ligue maronite qui, en même temps que les instances gouvernementales, ne manque pas une occasion de rappeler la menace du tawtîn. Lors d’une tournée de membres du Congrès américains au Liban à l’été 2004, l’un d’entre eux expliqua qu’il était plus simple d’intégrer les Palestiniens là où ils se trouvaient dans les pays du Moyen-Orient. Si le député maronite prosyrien Mikhaël Daher se déclara surpris par ces propos20, le surlendemain la Ligue maronite en faisait son cheval de bataille : la prise de position américaine était analysée comme le prolongement « des tentatives israéliennes enfiévrées visant à imposer à notre pays ce projet purement israélien » au risque de « semer la discorde sur l’ensemble du territoire, [à] démembrer le pays et [à] l’annihiler, et [à] anéantir la cause palestinienne au détriment du Liban »21. Ces propos traduisent une forme de convergence de vue des chrétiens avec le parrain syrien.

29Lors d’un colloque en 1999, organisé par l’Université Saint-Joseph autour de la question de la mise en œuvre de l’interdiction constitutionnelle de l’implantation, Michel Eddé, membre de la Ligue maronite et futur président de celle-ci, développa la même argumentation, en expliquant que « l’unanimité des Libanais face à l’implantation reflète aussi leur opposition déterminée au projet israélien de liquidation de la cause palestinienne à leurs dépens ». Ainsi légitimé par l’opinion « des Libanais », il enfonçait le clou en délégitimant la position par lui qualifiée d’ « humanitaire » visant à accorder les droits civils et sociaux puisque, disait-il, « une telle formule ne serait en fait qu’une implantation en bonne et due forme, et à peine déguisée, qui déboucherait à brève échéance, sur une naturalisation massive devenue dès lors inéluctable ». Ce qui lui permit alors de parler du Liban comme « victime » pour laquelle « les réfugiés palestiniens » doivent avoir un peu de compréhension, à commencer par celle de « réaliser qu’il ne leur est pas possible de s’adapter aux conditions de la vie libanaise ni de s’intégrer au Liban (…) » (Collectif, 1999 : 113-116).

30On voit, ici, une structure argumentative hyperbolique, celle du « complot américano-sioniste » qui fait partie du vocabulaire politique libanais dominant de l’après-guerre, et qui sous-tend l’explication des raisons fondamentales du refus de l’implantation. Celle-ci serait donc une sorte de complot. Quant au terme « implantation », il semble signifier « intégration » et « adaptation à la vie libanaise », toute chose apparemment impossible pour les réfugiés palestiniens. On voit aussi qu’il fonctionnerait comme un piège, une mécanique maligne qui enclencherait automatiquement le processus de naturalisation des Palestiniens. Enfin, le rappel, dans le premier discours, de la cause palestinienne comme horizon symbolique fournit une caution morale quasiment inattaquable. Du reste, bien peu de leaders palestiniens ont osé contester dans l’après-guerre les propos de ceux qui furent auparavant leurs ennemis idéologiques les plus acharnés. En suivant cette équivalence dans le discours maronite entre implantation et traîtrise faite à la nation, on arrive à l’argumentaire de l’un des membres-phares de la Ligue maronite, le député de Jbeil, Nemtallah Abi Nasr. Ce dernier est l’un des plus farouches contempteurs de la présence palestinienne au Liban et, par la même occasion, l’un des promoteurs les plus ardents du projet de réintégration des émigrés dans la nationalité libanaise (Jaulin, 2006).

  • 22  Leur nombre exact n’a jamais été clair ; les chiffres fournis par la ligue maronite évaluent à un (...)

31L’enjeu se situe ici au niveau de la nation, c’est-à-dire de son contenu humain. Pour ce député, il ne fait aucun doute que le Palestinien est extérieur au groupe national, donc avant tout un étranger. Dès lors, c’est contre l’ensemble des étrangers ayant acquis la nationalité libanaise qu’il a livré bataille, en particulier contre le décret 5247 de 1994 qui avait accordé la nationalité à un grand nombre d’individus22. Pointant du doigt les réfugiés palestiniens ayant reçu la nationalité libanaise via ce décret, son interpellation parlementaire (Abi Nasr & al., 2002) consista à utiliser le droit et notamment la Constitution pour noter la contradiction entre naturalisation des Palestiniens et préambule constitutionnel refusant l’implantation. Pour lui donc, l’implantation est un premier pas vers la naturalisation.

  • 23  Assassiné le 12 décembre 2005 par l’explosion d’une charge au passage de son véhicule.

32Dans un autre registre « maronite » moins hostile aux Palestiniens mais tout autant inflexible sur leur inclusion dans le collectif national libanais, Gebran Tueini23, rédacteur en chef du grand quotidien arabe Al-Nahar dans un entretien avec une chercheuse, avait clairement exprimé l’enjeu à ses yeux du danger que l’implantation représenterait en terme démographique pour les non musulmans : « …Si l’on octroie la citoyenneté aux réfugiés palestiniens, cela veut dire que nous ajoutons 300 000 personnes à la communauté sunnite ; ce qui, en d’autres termes, sera un facteur de déstabilisation pour l’équilibre confessionnel. En tous les cas, le Liban est fondé sur un compromis entre les différentes communautés qui est à la base de l’État libanais ; et donc agir à ce niveau déstabilisera le fondement même de la nation » (Ghandour, 2001 : 67).

33De manière ultime, le blocage idéologique se trouve donc localisé dans l’argumentaire autour du nombre et au nom de l’équilibre confessionnel… comme si ce dernier avait encore un rapport réel avec la surface symbolique de pouvoir dont jouissent les chrétiens du Liban. On sait en effet, par diverses évaluations d’organismes internationaux notamment que le nombre de chrétiens libanais et, parmi eux, de maronites n’est de loin plus ce qu’il a été avant la guerre civile et bien sûr encore moins au temps du premier et unique recensement, en 1932. La peur du Palestinien que révèle la problématique du tawtîn est donc consubstantielle à son altérité religieuse, bien davantage qu’à son appartenance nationale. Celle-ci ne sert que de catégorie d’identification d’un ennemi ancien et fonctionne donc bien souvent chez les leaders maronites radicaux comme un équivalent de « musulman ».

La position étatique

34Une autre vision qui n’est pas si éloignée de celle du camp chrétien, est constituée par le discours institutionnel standard, expression du point de vue de l’État sur la problématique du tawtîn. Si l’on a peu eu l’occasion d’entendre le Président de la République Emile Lahoud discourir longuement sur le sujet – à l’exception des nombreux rappels du refus du Liban de subir le tawtîn –, il signalait déjà, lors d’une interview avec un journaliste français réalisée durant la deuxième année de son mandat, ce qui allait devenir les piliers de la position officielle : « Nous soutenons le Droit au retour des réfugiés en Palestine, ainsi que la création d’un État palestinien. Le Liban n’accepte pas l’implantation des réfugiés sur son sol et estime qu’il n’a pas à subir les conséquences de l’occupation israélienne en Palestine. Quant à la situation des réfugiés vivant dans les camps, elle relève principalement de l’aide apportée par l’UNRWA (…) » (Lahoud, 2001 : 48-49). Cette position relie le sort des réfugiés à Israël, plaçant le Liban dans une posture attentiste mais comme en soutien à la cause palestinienne.

  • 24  Le Parlement européen publia le 17 octobre 2003 un rapport sur « La paix et de la dignité au Proch (...)
  • 25  Pour solutionner la question des réfugiés palestiniens, cette sénatrice américaine émis au début n (...)
  • 26  Nous nous fondons sur l’article de Khalil Fleyhane paru dans Al-Nahar, 10.11.03.

35La mobilisation politique générale de l’automne 2003, suite à la double offensive européenne (prise de position du Parlement européen24) et américaine (prise de position de la sénatrice Ross-Lehtinen25), obligea le gouvernement à fonder une position institutionnelle explicite et claire. On en trouve trace dans les quotidiens libanais au début du mois de novembre26 et l’on y apprend que la position libanaise refusant l’implantation est justifiée par quatre éléments :

36le Droit au retour de chaque Palestinien qui serait un droit moral (akhlâqî) en plus d’être un droit juridique ;

37le tawtîn est inséparable d’une solution globale pour la région et toute tentative de l’en séparer aboutira à une perturbation régionale ;

38le refus de l’implantation est inscrit dans la Constitution ; l’initiative de paix arabe (Sommet de Beyrouth, mars 2002) a d’ailleurs entériné le fait que le droit au retour et le refus du tawtîn sont les deux dimensions d’une solution viable à la question palestinienne ; ces conclusions ont été acceptées par la communauté internationale ;

39il existe un consensus interlibanais autour du refus du tawtîn.

  • 27  Cf. L’Orient-le-Jour, 20.02.04.

40On voit ici que l’implantation est synonyme d’installation définitive et, assez logiquement, d’octroi de la citoyenneté. On se trouve donc un cran en dessous des positions alarmistes des rangs chrétiens. Une autre illustration de ce discours peut être trouvée dans les propos du Président du Parlement, Nabih Berri. Toujours dans le même contexte politique visant à la mobilisation nationale pour contrer le « complot américain » de l’automne 2003 (initiative Ross-Lehtinen), le chef du législatif réchauffait régulièrement les troupes autour d’un refus de l’implantation tonitruant et collectif. Lors d’une de ces réunions politiques hétéroclites, visiblement convoquée pour entonner ce refrain, il rappelait, sentencieux27 : « La question palestinienne n’est pas seulement une affaire de territoire, c’est aussi la cause d’un peuple ». Ce propos traduit une approche un peu différente de celle des groupes chrétiens dans la mesure où elle fait appel à un fond de rhétorique révolutionnaire panarabe. Il enchaînait, à la manière d’un syllogisme, qu’en conséquence « toute acceptation de l’implantation est une trahison à la cause palestinienne » ;ce qui est par contre un argument beaucoup plus répandu, y compris chez les chrétiens. Venant sur les raisons du refus libanais de l’implantation, Nabih Berri expliquait que « ni du point de vue territorial, ni sur le plan de la composition du peuple », le Liban ne pourrait supporter ses conséquences. Et il ajoutait que « si l’implantation est nuisible aux autres, pour nous elle équivaut à une condamnation à mort ». Au-delà de l’argument dithyrambique sur la dangerosité de l’implantation, par ailleurs admise par diverses composantes de la classe politique libanaise, c’est la spécificité libanaise par rapport aux autres pays de la région qui sert de justification ultime à ce refus, puisque cela impliquerait une question de vie ou de mort.

41Dans la même communauté, il faut noter un certaine homogénéité de discours entre l’État et le mouvement Amal, son chef étant également Nabih Berri. Ainsi, le député Amal Mohammad Abdul Hamid Beydoun mettait en avant deux arguments classiques fondant le refus du tawtîn et intéressants à relever en tant qu’ils sont des arguments classiquement utilisés par les chefs du Législatif et de la Présidence : le danger pour l’équilibre démographique libanais et la mise en péril du Droit au retour. Ce type de vision officielle reprend l’idée fondamentale d’une inadéquation entre le Liban et l’installation des réfugiés palestiniens (qui y vivent tout de même depuis 50 ans), vision qui, comme chez les chrétiens radicaux, s’adosse au péril démographique, même si cela n’est pas explicitement dit. Dans la bouche du leader chiite, ce n’est certainement pas anodin et semble renvoyer au souci de prééminence numérique et donc politique de la communauté chiite.

42L’autre argument est moins courant dans la première catégorie d’acteurs radicaux et plus répandu chez les porte-paroles de l’État. Il renvoie à un engagement de type panarabe au côté des Palestiniens - ce que la Ligue maronite a toujours de la peine à faire croire lorsqu’elle mentionne son soutien aux Palestiniens - et utilise le registre de la préservation de la cause arabe pour justifier de l’intransigeance à l’égard du refus de l’implantation. C’est un argument assez puissant puisqu’il a permis de justifier les politiques les plus restrictives en termes de droit à l’égard des Palestiniens « afin de sauvegarder leur droit inaliénable au retour ». C’est peu de dire que cet argumentaire de la solidarité s’intéresse surtout au « retour » dans « Droit au retour ». Dans le même ordre d’idée, Jamil Sayyed, ancien chef de la sûreté libanaise, compromis dans l’attentat qui coûta la vie à Rafic Hariri en février 2005, avait réussi, dès le début du mandat présidentiel d’Emile Lahoud, à synthétiser ce paradoxe de la pensée dominante libanaise bien pensante : il faut, disait-il, soutenir le droit au retour des réfugiés palestiniens en empêchant tout ce qui pourrait faciliter leur implantation au Liban.

Vers des positions plus conciliantes

43Pour sa part, le discours du Hezbollah est proche des positions de l’État. L’argument central que le parti de Dieu assène pour justifier le refus de l’octroi des droits civils est précisément que cela nuirait au Droit au retour. Hormis cette posture classique qui prend ici une teinte plus crédible en tant que discours militant, un autre argument beaucoup plus surprenant a été proposé par le responsable du dossier palestinien du conseil politique du Hezbollah, Hassan Hudroj. Selon lui, l’octroi de pareils droits aux Palestiniens nuirait à l’octroi futur de droits beaucoup plus importants comme la nationalité et les droits civiques. Toutefois, pour le Hezbollah les droits civils pourraient être accordés dans le but tactique de renforcer la détermination palestinienne à lutter contre « le complot sioniste » de l’implantation (Ghandour, 2001 : 93-94).

  • 28  Ces liens prenaient place dans le dispositif des réseaux politiques et de la clientèle communautai (...)
  • 29  Cf. Al-Nahar, 07.10.04.

44Ces positions plus compréhensives envers les Palestiniens du Liban recoupent plus classiquement un point de vue propre aux leaders sunnites. En marge des positions officielles de Rafic Hariri, au demeurant rares et davantage constituées d’actes (via notamment sa fondation) montrant sa volonté de soutien aux Palestiniens28, l’ancien Premier ministre et expert en droit international, Selim Hoss,29 exprime bien cette indignation sunnite à l’égard de la situation misérable des réfugiés lors d’un entretien donné au Al-Nahar et portant surtout sur l’omniprésence du discours sur le tawtîn. Son diagnostic consistait à dire que nulle amélioration de leurs conditions de vie n’était envisageable dans une telle atmosphère. Il expliquait le silence de la classe politique sur la pénalisation dont sont victimes les réfugiés palestiniens par « la sensibilité libanaise à l’égard du tawtîn ». Et d’expliquer que « c’est pour cela qu’il n’y a personne qui ose revendiquer pour les Palestiniens un minimum de dignité sans que son avis ne soit interprété comme un encouragement à l’implantation ». Sommé de se justifier en tant que sunnite, et donc bénéficiaire communautaire d’une possible naturalisation des Palestiniens, il dut réaffirmer son opposition au tawtîn et son appui au Droit au retour. Mais il rappela aussi que l’on ne peut pas continuer à vivre sous le slogan « n’aie pas de pitié pour lui et ne laisse pas les autres avoir de la pitié pour lui » et qu’il faut laisser la voie libre pour l’action humanitaire, au lieu d’avoir un traitement sécuritaire du problème des camps palestiniens sous prétexte qu’il y aurait des formations terroristes qui s’y cachent. Enfin, sur la question des armes aux mains des Palestiniens, il soutint l’idée d’un retrait (sahb) de ces armes, et non d’un désarmement (tajrîd) des Palestiniens, car cette action, précisait-il, « ne doit pas servir de prétexte à des opérations punitives ayant d’autres buts ».

  • 30  Ces liens étroits avec la résistance palestinienne avaient été tissés par Kamal Joumblatt dès les (...)

45Cette empathie à l’égard des Palestiniens est assez répandue dans la communauté sunnite. Le député tripolitain Mohammed Kabbani déclarait ainsi qu’il serait parfaitement logique de reconnaître l’installation des Palestiniens au Liban puisqu’ils y vivent depuis plus de cinquante ans (Ghandour, 2001 : 68). Au-delà de la communauté elle-même, d’autres acteurs politiques ont manifesté leur solidarité avec les Palestiniens du Liban. Le plus influent d’entre eux, Walid Joumblatt, n’a jamais caché son soutien, lequel s’inscrit dans des rapports politiques étroits avec les Palestiniens30.

  • 31  Cf. Al-Nahar, 08.10.04.

46Il existe aussi un discours politique non institutionnel, caractéristique des ONG libanaises et palestiniennes, qui porte un regard à caractère humanitaire sur la problématique palestinienne. On le trouve notamment sous la plume de Marwan Farès, député PSNS et alors Président de la commission parlementaire des Droits de l’homme. Dans une tribune libre d’ Al-Nahar31, il fustigeait la position officielle qui, disait-il, sous le prétexte du Droit au retour, était source de discrimination. Il rappelait en outre que les Palestiniens vivent depuis 1948 comme des étrangers au Liban, tant au plan économique que social ou sécuritaire. Et il ajoutait que contrairement aux chiffres courants d’alors (383 000 réfugiés recensés par l’UNRWA), il fallait en compter seulement 327 000 en raison surtout des départs dus aux misérables conditions de vie qu’ils connaissent au Liban.

47Enfin, ce panorama serait incomplet sans un rappel de la position palestinienne, du moins celle des formations politiques présentes au Liban. Cette position officielle, durant l’époque de la tutelle syrienne, proclamait l’opposition à l’implantation, tout en affirmant que la demande d’octroi des droits civils n’était pas contradictoire. En effet, pour les acteurs politiques palestiniens, à l’inverse du discours nationaliste et même d’une partie du discours étatique libanais, la sécurité matérielle devait permettre d’éviter la tentation de demander la nationalité libanaise pour obtenir une meilleure situation économique. Ce découplage des deux aspects – implantation et droits civils ­– donnait donc un sens purement politique à la lutte contre l’implantation. Sous couvert de tenir le même discours « contre » cette implantation, les groupes palestiniens défendaient la protection de leur droit au retour tout en défendant l’accès à des droits minimaux permettant aux réfugiés de vivre décemment.

  • 32  À l’automne 2005, le Conseil des ministres mis sur pied un bureau de coordination devant faciliter (...)

48Les trois positions que nous avons dégagées schématiquement du dépouillement des articles de presse, ainsi que des propos publics d’hommes politiques libanais entre 1990 et 2005, nous présentent un panorama qui balise le champ du pensable à cette époque. Ces prises de position traduisent un déséquilibre entre un pôle anti-palestinien relativement bien structuré, dont le discours est légitimé en grande partie par les positions du pouvoir, et un pôle pro-palestinien ou simplement attentif à la dimension humanitaire, pôle qui reste peu structuré et qui n’est pas arrivé à engranger de bénéfices politiques liés à sa prise de position sur ce dossier, en tous cas jusqu’à l’avènement du gouvernement de Fouad Siniora à l’été 200532.

49À

50 l’inverse, l’actualité politique des camps, l’inculpation de Palestiniens du FPLP-CG dans la préparation d’attentats et plus simplement le soutien syrien à la frange radicale chrétienne dans la mise en accusation des Palestiniens du Liban, rendus responsables d’une possible déstabilisation sécuritaire, permettent aux tenants de la ligne dure de revenir sur leurs vieux discours d’avant-guerre, comme pour signifier que ce qui se passe n’arriverait pas si les Palestiniens avaient été expulsés hors du Liban. Quinze ans de ce discours alarmiste sur l’implantation ont achevé de fournir aux nationalistes libanais un fonds de commerce idéologique destiné à leur clientèle politique ainsi qu’à de plus larges milieux chrétiens – cette question étant mise en balance avec la problématique de l’émigration chrétienne et de la naturalisation des émigrés. Plus généralement, il est efficace auprès de ceux pour qui les réfugiés palestiniens restent des entités inconnues, lointaines et idéales comme bouc émissaire.

51La position officielle du gouvernement libanais, dont on a vu qu’elle contribue à faire le lit du discours exclusionniste, a toutefois subi une évolution durant la période 1990-2005. Dans son enquête sur l’implantation, A. Ghandour (2001) relevait que les propos du duo maronite au pouvoir durant la première moitié des années 1990, Farès Boueiz/Elias Hraoui, articulant mépris des réfugiés et propositions d’expulsion, avaient évolué dans le sens d’une sophistication idéologique. Depuis le mandat de Emile Lahoud (1998), le discours sur l’implantation a davantage occulté les sentiments de ses promoteurs au profit d’un constant rappel du danger que l’implantation représente pour le Liban et de l’imputation de la solution de cette question aux gouvernements qui en sont responsables, c’est-à-dire Israël et la communauté internationale.

52De leur côté, les défenseurs des réfugiés palestiniens sur la scène politique libanaise, y compris les représentants palestiniens eux-mêmes, ont subi le contrecoup de la montée en puissance du discours anti-implantation verrouillé par la dénonciation du « complot américano-sioniste » : ils n’ont progressivement plus fait grand cas de leur soutien à la revendication d’amélioration de la situation des réfugiés. Tout s’est passé comme si ce soutien ne pouvait plus qu’être centré autour du Droit au retour, dont la préservation pouvait justifier de faire des sacrifices, à commencer par le renoncement à venir en aide aux Palestiniens les plus nécessiteux. En d’autres termes, l’espace discursif sur le sujet s’est nettement rétréci au point qu’une initiative comme celle de Kray’a en 1994, pourtant entreprise par deux ténors de la scène politique, semblait devenue inimaginable dix ans plus tard.

Conclusion : l’implantation comme méta-discours

53Ces prises de positions montrent à l’évidence une pluralité de perceptions du terme « implantation » ou tawtîn. Sa polysémie renvoie à des univers idéologiques et des représentations diverses. Pour les chrétiens maronites, les partis chrétiens classiques (Phalangistes, CPL, PNL) et la Ligue maronite, les Palestiniens sont toujours plus ou moins perçus comme un danger. Dès lors, tawtîn devient synonyme de naturalisation et est ressenti comme une usurpation d’identité. Les chiffres qui circulent viennent illustrer cette peur par leur gonflement systématique.

54Dans les autres espaces de prise de position, les chiffres fonctionnent souvent aussi comme un indicateur de la conscience qu’ont les acteurs de l’enjeu politique qu’incarne le tawtîn pour l’équilibre communautaire. Par voie de conséquence, cela aurait tendance à réduire l’implantation à sa définition la plus radicale, la naturalisation. Cette conséquence, liée à la nature du système politique, fait que même les différents courants palestiniens doivent articuler des chiffres, afin de parler le même langage, au diapason de la démographie communautaire.

55Et c’est peut-être dans le fractionnement communautaire qu’une image générale ressort de ce panorama du champ politique. On a pu constater la relative division de l’État sur le dossier de l’implantation, notamment si l’on regarde l’écart existant entre les positions de Rafic Hariri et celles de Nabih Berri. Pour ce dernier, le soupçon d’interprétation communautaire de la problématique semble assez évident, notamment en raison du contentieux belligène qui caractérise les relations Amal-Palestiniens depuis les années 1980. De surcroît, l’enjeu démographique figure en bonne place dans son argumentaire et illustre bien la lecture communautaire faite par le mouvement chiite Amal.

56À l’inverse, le Hezbollah s’est démarqué de ce discours pour dépasser la lecture communautaire et atteindre le cœur de l’argument militant qui fait mouche. Pour ce parti, il faut « aider nos frères musulmans dans la détresse », mais il faut aussi lutter activement contre l’implantation, car le but final reste le retour en Palestine. Les blocs politiques les plus favorables aux Palestiniens et à l’octroi de droits civils se trouvent chez les sunnites et les druzes. Les calculs communautaires ne sont absents ni chez les uns ni chez les autres : les réfugiés palestiniens, très majoritairement sunnites, pourraient servir, en cas de naturalisation, de base électorale ou a fortiori de clientèle.

57L’implantation semble donc fonctionner comme une machine à faire entrer les Palestiniens du Liban dans le moule communautaire libanais. Elle met à jour les phobies libanaises, les représentations enfouies, séquelles de la guerre, et des rapports d’alliance ou d’opposition. Elle illustre aussi le mépris d’une grande partie de la classe politique libanaise de l’après-guerre, trop heureuse d’avoir trouvé dans la figure du réfugié palestinien un bouc émissaire commode : en le privant de ses droits au Liban, elle prétend lui garantir le droit au retour. Or cet argumentaire fallacieux n’est devenu un discours dominant qu’avec la paix issue de Taëf, comme on l’a vu, puis davantage encore après les Accords israélo-palestiniens d’Oslo lorsque, pour reprendre l’initiative face à Israël, le front du refus, sous l’impulsion de Damas, a eu besoin de mobiliser autour d’un objet à la légitimité incontestable. Il apparaît ainsi que l’hégémonie syrienne au Liban a facilité la mise en place de cet espace discursif spécifique en utilisant le thème de l’implantation des Palestiniens au Liban.

58À son tour, ce thème, devenu une sorte de « minimum discursif » permettant l’accès au champ politique, a été utilisé et (re)défini par les différents acteurs en fonction de leur propos vision de la question palestinienne au Liban. Le tawtîn est alors devenu une sorte de méta-discours, un moyen de dire autre chose en utilisant le même vocable. Et c’est justement dans ses usages polysémiques que l’on retrouve les clivages profonds qui continuent de travailler le champ politique libanais.

Haut de page

Bibliographie

Abi Nasr Namtallah et al., 2002, Question parlementaire adressée au Premier Ministre R. Hariri (en arabe), document parlementaire.

Bonne Emmanuel, 1995, « Vie publique, patronage et clientèle. Rafic Hariri à Saïda », Les cahiers de l’IREMAM 6, Aix-en-Provence, IREMAM, 108 p.

Bourdieu Pierre, 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 316 p.

Collectif, 1999, Les moyens de mise en œuvre du paragraphe « i » du préambule de la Constitution libanaise prohibant l’implantation, Beyrouth, Centre d’Etudes des Droits du Monde Arabe, USJ, 118 p. 

Davis Uri, 1997, Citizenship and the State. A comparative study of citizenship legislation in Israel, Jordan, Palestine, Syria and Lebanon, London, Ithaca Press, 222 p.

Droz-Vincent Philippe, 2007, Vertiges de la puissance. Le “moment américain” au Moyen-Orient, Paris, La Découverte, 369 p.

Feghali Kamal, 2002, Les naturalisés au Liban par le décret 5247 de 1994 et leur distribution régionale et confessionnelle ainsi que leur influence sur les élections parlementaires (en arabe), document parlementaire.

Ghandour Acil, 2001, Al-Tawteen : a Study of the Lebanese-Palestinian Problematic Relations, Thesis for Master of Arts in International Affairs, Lebanese American University, Beyrouth, 120 p.

Haddad Simon, 2003, The Palestinian Impasse in Lebanon : The Politics of Refugee Integration, Portland, Sussex Academic Press, 175 p.

Hitti Nassif, 2000, « Quelle diplomatie ! », in Les moyens de mise en œuvre du paragraphe « i » du préambule de la Constitution libanaise prohibant l’implantation, Beyrouth, Centre d’Études des Droits du Monde Arabe, USJ, p. 89-94.

Husseini (al-) Jalal, 2002, « L’UNRWA et les réfugiés : enjeux humanitaires, intérêts nationaux », in Mardam-Bey Farouk, Sanbar Elias (dir.), Le Droit au retour, Arles, Actes Sud, p. 207-231.

Jaulin Thibault, 2006, « Lebanese Politics of Nationality and Emigration », Paper presented at the Seventh Mediterranean Social and Political research Meeting - 22-26 March, Florence & Montecatini Terme, European University Institute, 26 p.

Kassir Samir, 1994, La guerre du Liban, Paris-Beyrouth, Karthala-CERMOC, 510 p.

Khalidi Rashid, 1986, Under Siege : PLO Decisionmaking During the 1982 War, New York, Columbia University Press.

Khazen (al-) Farid, 1997, « Permanent Settlement of Palestinians in Lebanon: A Reciep for Conflict », Journal of Refugees Studies 10 (3), p. 275-293.

Lahoud Emile, 2001, « Une renaissance libanaise », interview avec J.-P. Perrin, Politique Internationale, Printemps-Eté, p. 45-52.

Maïla Joseph, 1990, « Document d’entente nationale. Un commentaire », Les cahiers de l’Orient 16-17, p. 135-217.

Mardam-Bey Farouk, Sanbar Elias (dir.), 2002, Le Droit au retour, Arles, Actes Sud, 401 p.

Meier Daniel, 2008, Mariages et identité nationale au Liban. Les relations libano-palestiniennes dans le Liban de Taëf (1989-2005), Paris, Karthala (à paraître).

Nassif Tar Kovacs Fadia, 1998, Les rumeurs dans la guerre du Liban. Les mots de la violence, Paris, CNRS Éditions, 372 p.

Rougier Bernard, 2004, Le Jihad au quotidien, Paris, PUF, 255 p.

Salah Salah, 2000, « Les réfugiés palestiniens au Liban », Revue d’Études palestiniennes 23, p. 7-15.

Samary Catherine, 1995, La déchirure yougoslave. Questions pour l’Europe, Paris, L’Harmattan, 175 p.

Sayigh Rosemary, 1979, « The Palestinian Experience : Integration and Non-Integration in the Arab Ghourba », Arab Studies Quarterly, 1 (2), p. 96-112.

Schiff Benjamin N., 1995, Refugees unto the Third Generation. UN Aid to Palestinians, New York. Syracuse University Press, 337 p.

Shiblak Abbas, 1993, « In search of a durable solution : residency status and civil rights of Palestinians in host arab states », paper presented at the Conference on Middle East Multilateral Talks, Los Angeles, June 5-8, 23 p.

Tamari Salim, 1996, Palestinian Refugee Negotiations. From Madrid to Oslo II, Washington D.C., Institute for Palestine Studies, 98 p.

Weighill Marie-Louise, 1997, « Palestinians in Lebanon : The Politics of Assistance », Journal of Refugees Studies 10 (3), p. 294-313.

Zureik Elia, 1996, Palestinian Refugees and the Peace Process, Washington D.C., Institute for Palestine Studies, 152 p.

Haut de page

Notes

1  Ce sont les accords de Taëf, signés par les parlementaires libanais, qui ont institutionnalisé cette domination dans la mesure où elle garantissait un retour à la paix civile (Maïla, 1990).

2  Cf. les propos du ministre des Affaires étrangères ad interim, Tarek Mitri, in Al-Nahar et L’Orient le Jour du 28.11.07.

3  Larousse Arabe-Français : 5964.

4  Ibid. ; 5964, II.

5  Ibid. ; 5964, V.

6  On pense évidemment au cataclysme de l’invasion israélienne de 1982 qui fut à la base du départ de l’OLP de Beyrouth, laissant des centaines de milliers de civils non combattants à la merci de milices libanaises de tous bords (Khalidi, 1986).

7  Les premières mettant Israël en face de chacun de ses voisins et les secondes ouvrant la voie à des négociations thématiques rassemblant non seulement les États et parties au conflit du Moyen-Orient mais également d’autres acteurs internationaux (Japon, Canada, etc.).

8  En tentant de conditionner leur participation à des assurances sur des concessions israéliennes sur le Golan et le Sud-Liban (Tamari, 1996).

9  Ce dernier, comme les quatre autres groupes thématiques, fut créé à Moscou en janvier 1992 dans le but de trouver une solution réalisable et globale à la question des réfugiés. Toutefois, l’absence des délégations libanaises et syriennes limita la production effective de ce groupe qui se borna à des études concernant les conditions de vie des réfugiés sans plus s’occuper de la question du droit au retour (Zureik, 1996).

10  Cf. Magazine, 22.04.94.

11  Il s’agit d’un document conçu par les différents groupes palestiniens du Liban dès la fin de la guerre civile. En échange de la restitution des armes lourdes à laquelle les groupes arafatistes de l’OLP avaient dû se plier, il demandait principalement l’octroi de droits civils ainsi que la possibilité de pouvoir s’organiser politiquement. La commission ministérielle libanaise des affaires étrangères chargée de suivre ce dossier stoppa toute discussion avec les représentants palestiniens dès l’ouverture des négociations qui suivirent la Conférence de Madrid. Cela peut s’expliquer par le fait que la question palestinienne au Liban était entrée dans le giron syrien et devenait une carte supplémentaire de Damas dans les négociations qui commençaient.

12  Nous nous référons à trois articles parus les 25, 27 et 31 août 1994.

13  Selon les propos du chef du Fatah au Liban, Sultan Abou ‘Aynayn, entretien effectué en mars 2006.

14  Larousse arabe-français, 1829 (IV).

15  Ibid., 1089 (V).

16  À ce moment-là (juin 2000), le nombres de réfugiés enregistrés à l’UNRWA pour le Liban était de 376 472 individus. Leur nombre aurait franchi la barre des 400 000 individus avec 408 438 réfugiés recensés par l’UNRWA dans les derniers chiffres disponibles pour décembre 2006. Cf. la rubrique statistique de www.un.org/unrwa/publications/index.html

17  Cf. Al-Safir, 18.04.94.

18  Nous reprenons cet épithète à Catherine Samary (1995) qui l’utilisait déjà pour qualifier le nationalisme slovène au début du conflit de l’ex-Yougoslavie.

19  Al-Nahar, 6.10.04.

20  Cf. L’Orient-le-Jour, 16.08.04.

21  Cf. L’Orient-le-Jour, 18.08.04.

22  Leur nombre exact n’a jamais été clair ; les chiffres fournis par la ligue maronite évaluent à un peu plus de 90 000 individus le nombre total de ceux qui auraient bénéficié de la naturalisation libanaise par ce décret (Feghali, 2002).

23  Assassiné le 12 décembre 2005 par l’explosion d’une charge au passage de son véhicule.

24  Le Parlement européen publia le 17 octobre 2003 un rapport sur « La paix et de la dignité au Proche-Orient » dans lequel il était fait mention de possibilités de « fusionnement des réfugiés palestiniens dans les sociétés » et leur « octroi de la nationalité du pays qui les a accueillis ». Cf. L’Orient le Jour, 17.11.03.

25  Pour solutionner la question des réfugiés palestiniens, cette sénatrice américaine émis au début novembre 2003 l’idée d’installer (ou implanter) les réfugiés palestiniens du Liban là où ils se sont réfugiés en contrepartie d’un montant financier relatif à la prise en charge que cela occasionnerait.

26  Nous nous fondons sur l’article de Khalil Fleyhane paru dans Al-Nahar, 10.11.03.

27  Cf. L’Orient-le-Jour, 20.02.04.

28  Ces liens prenaient place dans le dispositif des réseaux politiques et de la clientèle communautaire de R. Hariri qui ont participé de l’édification de sa puissance politique (Bonne, 1995).

29  Cf. Al-Nahar, 07.10.04.

30  Ces liens étroits avec la résistance palestinienne avaient été tissés par Kamal Joumblatt dès les années soixante et avaient donné lieu à une alliance politico-militaire au sein du Mouvement National au début de la guerre (Kassir, 1994). Après la mort de son père en 1977, Walid a maintenu de bons rapports avec la Résistance, secourant même les Palestiniens assiégés par la milice chiite Amal lors de la guerre des camps (1985-1988).

31  Cf. Al-Nahar, 08.10.04.

32  À l’automne 2005, le Conseil des ministres mis sur pied un bureau de coordination devant faciliter le dialogue avec les groupes palestiniens et chargé de faire le relais entre le Premier ministre et les instances palestiniennes afin d’améliorer les conditions de vie des réfugiés. En 2006, l’Autorité palestinienne reçu l’autorisation d’ouvrir une représentation à Beyrouth.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier, « « L’implantation » comme construction de la présence palestinienne au Liban durant la tutelle syrienne (1989-2005) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 24 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6497

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page