Navigation – Plan du site

Les activités sidérurgiques dans les campagnes du Gharb al-Andalus : l’exemple de la vallée du Mira (Bas Alentejo, sud du Portugal)

Iron-smelting peasants in the Gharb al-Andalus : archaeological evidences from the Mira River Valley (Lower Alentejo, Southern Portugal)
Mathieu Grangé et Jorge Vilhena
p. 65-88

Résumés

À l’aide de plusieurs exemples archéologiques récents, tous localisés dans la vallée du Mira, Bas Alentejo, les auteurs du présent article tentent de poser un certain nombre de questions relatives à l’exploitation des ressources ferrifères dans les campagnes du Gharb al-Andalus. Sont abordés différents thèmes, tels que l’origine et la nature des matières premières exploitées, les techniques sidérurgiques employées et les étapes de la chaîne opératoire présentes au sein des établissements ruraux, ainsi que les logiques de production et de distribution des produits sidérurgiques, probablement limités à des masses de fer brut destinées à la circulation (commerce ? paiement de l’impôt en nature ?). L’essentiel des données concerne le ixe siècle, mais la documentation disponible à l’heure actuelle ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes méthodologiques, qui sont également abordés par les auteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La présente contribution voudrait aborder un problème spécifique : celui de la production du fer en milieu rural dans le Gharb al-Andalus. La région dont sont issus les exemples analysés correspond à la vallée du Mira (concelho d’Odemira, district de Béja, Bas Alentejo). À l’époque islamique, cette zone constituait probablement la frange nord ouest de la kūra d’Ocsonoba, comme semble l’attester l’unique mention textuelle arabe disponible (Yāqūt, 1996 : vol. 4, 31, trad : cAbd al-Karīm, 1974 : 220).

Fig. 1 : Carte de localisation. 1, Monte da Ferrarias (Colos, Odemira). 2, Cerro do Oiro (S. Luís, Odemira). 3, Cerro do Castelo das Bouças (S. Salvador, Odemira). 4, Várzea da Salamoa (cimetière municipal d’Odemira). 5, Cerro do Castelo de Vale de Gaios (S. Luís, Odemira). 6, Alcariais dos Guerreiros de Ca (Gomes Aires, almodôvar)

  • 1  Surtout dans le cadre du projet « BRONZMIRA : Protohistória do baixo e médio vale do Mira » (PNTA (...)

2Les nombreuses prospections menées depuis une vingtaine d’années ont conduit à l’identification d’un grand nombre de sites1. L’un des apports majeurs de ces travaux a été la mise en évidence d’une activité sidérurgique soutenue dans la région, débutant timidement à la fin de l’Age du Fer et à l’époque romaine, et bien attestée pour le haut Moyen Âge et la période islamique.

3Cette découverte était d’autant plus importante que l’on ne sait presque rien de la paléoindustrie du fer en al-Andalus, où seule une poignée d’archéologues s’est intéressée à la production de ce métal (Bertrand, et al., 1996 ; Menasanch de Tobaruela, 2001). Or, de part sa relative abondance et sa grande utilité au quotidien – notamment dans le monde rural, à qui il fournit l’outillage nécessaire aux travaux des champs –, le fer est sans doute le métal dont l’étude est la plus à même de nous renseigner sur l’organisation socio-économique de la société rurale et sur l’exploitation des ressources naturelles.

4De ce point de vue, il nous semble intéressant de rendre accessibles quelques exemples archéologiques inédits d’activités sidérurgiques pratiquées en contexte d’habitat rural, ou qui leur sont associées, permettant de poser un certain nombre de questions relatives à l’organisation de telles activités au sein d’établissements à vocation agricole. Mais, comme on le verra, le caractère partiel de la documentation rend pour le moment toute tentative de généralisation difficile. Nous voudrions donc simplement faire le point des connaissances actuelles dans la vallée du Mira et lancer quelques pistes de réflexion.

Le district sidérurgique d’Odemira-Cercal

5Avant de se lancer dans l’examen des études de cas qui viendront étayer notre réflexion, il convient de présenter brièvement le district sidérurgique d’Odemira-Cercal et de préciser un certain nombre de problèmes méthodologiques auxquels nous nous trouvons confrontés.

6En réalité, l’étendue de ce district sidérurgique dépasse largement les seules zones d’Odemira et Cercal (figs. 1 et 2) : si les gisements les plus importants se trouvent entre Cercal (concelho de Santiago do Cacém, Setúbal) et Odemira (district de Beja), il englobe, au nord, une infime partie du concelho de Sines (Setúbal) et se prolonge, au sud, jusqu’en Algarve, au nord du concelho d’Aljezur. Ce district sidérurgique est traversé par le Rio Mira, qui a servi de voie de communication fluvio-maritime jusque dans les années 40 du xxe siècle, contribuant ainsi à donner une véritable cohérence territoriale à l’ensemble, qui se caractérise par l’abondance de gîtes de fer manganésifère de différents types.

7Les minéralisations les plus importantes se trouvent dans le complexe vulcano-sédimentaire (CVS) de la Serra do Cercal (carbonifère), associé au magmatisme de la Faixa Piritosa. Elles consistent en des filons, atteignant plusieurs kilomètres de longueur et parfois plusieurs dizaines de mètres de largeur (pour 4 m maximum de minéralisation utile), formés par le ruissellement de solutions hydrothermales. Généralement associés au quartz et à la barytine, ces filons sont constitués d’oxydes de fer essentiellement hématite, limonite et goethite, évoluant en profondeur vers les carbonates, ce qui laisse penser que le minerai primaire était constitué de carbonates (Gomes, 1957). Ils sont toujours associés, en proportion appréciable, aux oxydes de manganèse (surtout pirolusite). Les analyses disponibles montrent des teneurs en fer non négligeable pouvant approcher les 60% (la majorité se situe dans la fourchette 45-55%), et des teneurs en manganèse particulièrement élevées, dont la moyenne se situe autour de 8%. Du fait de la dureté du quartz, fortement résistant à l’érosion, ces filons forment généralement des affleurements suivant les crêtes de collines allongées. Cela favorise leur exploitation à ciel ouvert par simples tranchées, ou bien par des puits inclinés dont l’ouverture à flanc de colline permet d’atteindre facilement le filon en profondeur. À leurs extrémités, ils se terminent par des imprégnations d’oxydes de Fe et Mn dans les schistes encaissants. Ces schistes minéralisés, qui constituent le deuxième type de minerai présent dans la zone, ont très probablement pour origine le ruissellement des mêmes solutions hydrothermales que celles de filons. On en retrouve en grande quantité dans le bassin de la Ribeira do Torgal et dans toute la zone située entre le Rio Mira et la Ribeira de Seixe. La valeur de ces minerais est très variable, mais par endroit, ils présentent des teneurs en fer intéressantes dans un contexte préindustriel (entre 30 et 45%).

8Il existe également d’autres types de minerais de Fe et Mn d’origine détritique, qui résultent de l’érosion du complexe vulcano-sédimentaire de Cercal. Se détache notamment un grès tertiaire à ciment d’oxydes de Fe et Mn, que l’on retrouve généralement sur les marges de la Serra do Cercal, qui présente des teneurs à peu près semblables à celles des schistes minéralisés. Signalons aussi la présence d’un conglomérat tertiaire résultant de l’érosion des filons, que l’on trouve sporadiquement sur les pentes du massif. Il présente de gros blocs de quartz, schiste, baryte et un peu de jaspe inclus dans une matrice d’oxydes de Fe et Mn.

9Enfin, on note la présence de plusieurs gisements latéritiques. Leur genèse est liée à des phénomènes pédologiques : dans le contexte d’un climat tropical avec alternance de saisons sèches et humides, le lessivage des sols emporte les substances solubles alors que les hydroxydes de fer et d’aluminium s’accumulent sur place et se retrouvent noyés dans une gangue argileuse très altérée (latérite). Ces accumulations prennent la forme de pisolithes, petites sphères ne dépassant pas ici 2 cm de diamètre, formées d’enveloppes concentriques d’oxydes de Fe et Mn autour d’un noyau généralement siliceux, comme à la mine de la Pedra Longa da Cabeça de Cabra (S. Luís, Odemira), ou au Cerro do Rossio (Aljezur) (Gomes, 1957). Ces gisements secondaires de surface sont aisément accessibles sans la mise en œuvre de techniques minières particulièrement élaborées.

Fig. 2 : Carte des principaux gîtes ferrifères du district sidérurgique d’Odemira-Cercal (d’après Gomes, 1957)

10Toutes ces caractéristiques rendent l’exploitation des différents minerais tout à fait rentable dans le contexte d’une sidérurgie préindustrielle utilisant la filière directe, même s’agissant de ceux qui présentent des teneurs plus faibles (30-40%). Notamment, les teneurs élevées en MnO, facilitant le processus de réduction et favorisant la production d’un fer très carburé (Pleiner 2000 : 136-137), sont susceptibles d’avoir suscité un intérêt soutenu par le passé, et ce jusque dans la seconde moitié du xxe siècle.

11Les données dont on dispose à l’heure actuelle ne permettent malheureusement pas de préciser la chronologie de l’exploitation des différents types de minerais en se fondant sur les seules traces laissées par les activités minières. En effet, les mines de fer et manganèse d’Odemira et Cercal ont connu deux pics d’activité modernes : l’un dans les années 70 du xixe siècle, et l’autre au milieu du xxe siècle. La densité de l’exploitation durant ces deux périodes a fait disparaître l’essentiel des traces laissées par les travaux anciens, détruits par l’ouverture de nouvelles galeries, ou bien recouverts sous des amas de stériles (haldes). Concernant les minerais de surface, le caractère superficiel et léger de l’exploitation n’est pas de nature à laisser des indices aisément repérables. Si les ingénieurs des mines ayant prospecté la région aux xixe et xxe siècles mentionnent fréquemment la présence de travaux « romains », ou « anciens », parfois dessinés schématiquement, la datation de telles structures pose problème. Lorsqu’ils n’ont pas disparu à la suite de travaux récents, il est tout juste possible de les attribuer à une phase d’exploitation préindustrielle qui peut tout aussi bien remonter à l’Âge du Fer qu’au début du xixe siècle. La seule façon de dater indirectement l’exploitation des gisements est de dater les indices d’activités sidérurgiques dans la région.

Prospections et paléosidérurgie dans la basse vallée du Mira : apports et limites

  • 2  En archéologie, il s’agit d’une approche visant, globalement, à l’étude des conditions de conserva (...)

12Dans la vallée du Mira, le terrain ne se prête guère à la prospection : relief peu élevé mais très encaissé, quasi-absence de terrains labourés, fonds de vallées recouverts par d’importants dépôts sédimentaires parfois très récents, et couvert végétal dense, qui empêche bien souvent d’observer convenablement le sol. Il faut ajouter à cela l’état d’ignorance où l’on se trouve actuellement quant à la céramique du haut Moyen Âge, ainsi qu’un certain nombre de problèmes de « taphonomie du paysage »2, comme l’acidité du sol, qui entraîne la destruction de certains types céramiques plus fragiles et tend à sous représenter certaines périodes (Schofield, 2000). Pour autant, les prospections menées jusqu’à présent selon les techniques classiques de la prospection à vue ont conduit à l’identification de 400 établissements, toutes périodes confondues, dont plus d’une centaine peuvent être datés entre l’époque romaine et le bas Moyen Âge. Ce qui pose problème, ce n’est donc pas tant le nombre des établissements enregistrés que la représentativité des données de prospection, les établissements ne livrant bien souvent qu’un matériel de surface peu abondant et rarement significatif.

13Parmi ces 400 établissements, 82 présentent des indices évidents d’activités sidérurgiques (état en 2006), qui laissent sur le terrain une certaine quantité de déchets qu’il est possible d’identifier, grâce aux progrès réalisés en paléosidérurgie depuis plusieurs décennies(Pleiner, 2000 ; Serneels, 1998. Pour une synthèse récente, v. Mangin (dir.), 2004). En sidérurgie directe, qui est le seul procédé utilisé jusqu’au bas Moyen Âge, chaque étape de la chaîne opératoire laisse des déchets spécifiques(Serneels, 1998).

14Après d’éventuels traitements préliminaires subis par le minerai, la première étape, destinée à transformer le minerai en métal brut, est la réduction : pour simplifier, la mise en présence dans le bas fourneau, à des températures de l’ordre de 1100°-1300°C, d’oxydes de fer et de monoxyde de carbone produit par la combustion de charbon de bois, provoque la combinaison des atomes de carbone du monoxyde de carbone avec les atomes d’oxygène des oxydes de fer pour donner, d’une part, du dioxyde de carbone, et, d’autre part, une masse de fer brut. Durant ce processus, la gangue du minerai entre en fusion et emporte avec elle une partie des oxydes de fer, formant ainsi une scorie qu’il convient d’évacuer hors du fourneau afin de faciliter la formation et la récupération du métal (Leroy et Merluzzo, 2004). La morphologie de cette scorie dépend donc essentiellement du système d’évacuation utilisé, l’écoulement pouvant se faire verticalement dans une fosse creusée à la base du fourneau (bas fourneaux à scories piégées), ou bien par écoulement à l’extérieur du fourneau, par un orifice ouvert à la base de la paroi (bas fourneaux à scories coulées).

15Les opérations postérieures, dites de post-réduction, requièrent un savoir-faire radicalement différent. Il convient tout d’abord de débarrasser l’éponge de fer brut de ses inclusions de scorie et de charbon en la réchauffant et en la martelant (épuration). Les déchets associés sont des scories en calotte (dits aussi « culots de forge »), formées par accumulation de la scorie résiduelle et de charbon au fond d’un foyer, et des battitures millimétriques éjectées sur le sol de l’atelier. On trouvera également fréquemment des fragments de fer plus ou moins imbibés de scorie. Il en résulte un lingot apte à être forgé.

16Les déchets produits lors du forgeage sont similaires à ceux produits lors de l’épuration (scories en calotte et battitures), si bien qu’il peut s’avérer difficile de différencier les résidus d’épuration et de forge sans le recours à des analyses archéométriques. Cependant, étant donnée leur morphologie clairement différenciable, l’identification des scories de réduction et de post-réduction par simple examen macroscopique ne pose guère de problèmes, permettant ainsi de discriminer aisément ces deux étapes de la chaîne opératoire.

17Sur cette base, l’ensemble des résidus d’activités sidérurgiques mis au jour lors de sondages ou ramassé en prospection dans la basse vallée du Mira a fait l’objet d’un examen visant à identifier, autant que faire se peut, les différentes étapes de la chaîne opératoire de la sidérurgie directe présente sur chaque site. Cet examen a été complété de nouvelles visites de terrain, qui n’ont concerné pour le moment qu’un nombre limité de sites, afin de vérifier et de compléter les observations effectuées à partir du mobilier de surface. Pour l’heure, le constat est sans appel : sur les 82 sites ayant livré des vestiges d’activités sidérurgiques, seule la phase de réduction, c’est-à-dire de production primaire, est documentée, à l’exception du Cerro do Castelo de Vale de Gaios, dont il sera question plus loin, qui a livré quelques indices ténus d’activités de post-réduction (épuration). L’examen des scories montre en outre l’emploi exclusif de bas fourneaux à scories coulées. Celles-ci sont le plus souvent de couleur gris sombre à reflet métallique et de densité apparente élevée (fig. 9). Lorsque l’on dispose d’exemplaires peu fragmentés, on peut observer qu’elles se présentent sous la forme de plaques, constituées par l’accumulation successive de cordons soudés les uns aux autres (elles peuvent présenter jusqu’à 7 niveaux d’écoulement superposés, visibles en coupe). La face supérieure montre une structure de fluage caractéristique, alors que la face inférieure garde l’emprunte de la surface sur laquelle elle s’est refroidie, montrant l’existence, dans certains cas, d’un canal d’évacuation d’une dizaine de centimètres de largeur creusé dans le sol, débutant probablement à l’intérieur de la cuve du bas fourneau et donnant accès à une légère dépression en cuvette servant de réceptacle, excavée directement à la base de la paroi.

  • 3  Il est fréquent que la mairie utilise des scories pour l’empierrement des chemins vicinaux.

18Ces vestiges de réduction du minerai de fer forment le plus souvent des concentrations de scories d’importance variable, auxquelles sont associées des matériaux de construction des bas fourneaux (argile scorifiée, plaquettes de schiste partiellement vitrifiées). La majorité de ces ferriers sont indatables sans la réalisation de sondages et de datations absolues, car ils ne livrent généralement pas de mobilier céramique, et consistent surtout en de petites concentrations de scories, attestant d’une activité limitée dans le temps, peut-être pratiquée de façon intermittente. Le seul grand ferrier identifié pour le moment, dans le nord-est de la zone d’étude, est celui du Monte das Ferrarias (Colos, Odemira) ; il présentait un diamètre approchant les 50 m pour une hauteur minimum de 3 m. Une coupe pratiquée au bulldozer3 laisse apparaître plusieurs niveaux ayant livré de la céramique romaine et tardo-romaine (pas après le ve siècle). Cet atelier concentré, relativement important, constitue cependant une exception notoire dans la région, et il n’est pas anodin qu’il nous renvoie à l’époque romaine.

19En dehors de cet exemple, la plupart des ferriers constituent plutôt des épandages de scories. En l’absence de mobilier céramique, ils sont généralement indatables. Mais il arrive parfois que l’on observe une concentration de petits ferriers aux abords d’établissements de chronologie islamique. C’est le cas, par exemple, au Cerro do Oiro (Odemira, São Luís, fig. 1.2), où l’on a mis en évidence un habitat des xe-xiie siècles, occupant le sommet d’une élévation, sommet qui a été aplani artificiellement. En contrebas, on a pu identifier trois petites concentrations de scories, distantes de l’habitat de plusieurs centaines de mètres, qu’il est tentant de relier à l’habitat médiéval. L’une d’entre elles a d’ailleurs livré quelques tessons de céramique très roulés, parmi lesquels un petit fragment de plat à glaçure melado, ainsi qu’un mortier en phyllithe très probablement destiné au concassage du minerai (fig. 3).

Fig. 3 : Cerro do Oiro (S. Luis, Odemira), mobilier de surface de l’une des concentrations de scories. 1, mortier en phyllithe destiné au concassage du minerai. 2, fragment de céramique glaçurée islamique (xie siècle ?)

20Il arrive également que des scories coulées apparaissent en faible quantité, mêlées à une concentration de mobilier céramique, laissant envisager la possibilité d’activités de réduction pratiquées au sein même de l’habitat. Cependant, s’agissant de données de surface, la plus grande prudence s’impose. En effet, les scories ne sont pas nécessairement contemporaines de l’occupation et peuvent même avoir été utilisées, volontairement ou non, comme matériau de construction (Dieudonné-Glad, 1999). Elles peuvent également provenir de l’arasement d’un ferrier situé en amont, et redéposées à la suite de phénomènes érosifs. Il est donc nécessaire d’avoir recours à la fouille afin de disposer de données fiables sur les différentes activités sidérurgiques pratiquées au sein des établissements.

Quelques exemples, fouilles et sondages à l’appui

21Le premier exemple que nous analyserons est le Cerro do Castelo das Bouças. En 2000, l’établissement a fait l’objet d’une campagne de sondages de diagnostique dans le cadre du projet BRONZMIRA (sous la responsabilité de J. Vilhena).

Fig. 4 : Cerro do Castelo das Bouças, plan topographique.

22L’établissement est implanté au sommet d’un éperon de forme allongée, orienté dans le sens SO-NE, dominant la vallée de la Ribeira da Capelinha (figs. 4 et 5). Il est entouré d’un grand mur d’enceinte de 550 m de périmètre, construit en schiste et grauwacke (fig. 4). Au sud-ouest, un talus supplémentaire semble indiquer l’emplacement de l’entrée originelle. L’espace délimité par cette enceinte (1,5 ha) se décompose en deux plates formes naturelles : la plate-forme A, formée par un mamelon légèrement arrondi culminant à 154 m, et la plate-forme B, formant un petit replat allongé à 144 m d’altitude. Sur le flanc nord de la plate-forme B, on a détecté en prospection une zone d’épandage de scories de réduction. La configuration du ferrier, qui commence légèrement en dessous de la plate-forme B et se prolonge en aval de l’enceinte, permet de restituer l’emplacement théorique du bas fourneau, les scories semblant avoir été simplement jetées dans la pente après chaque réduction. Cela atteste bien du fait que les activités de réduction étaient pratiquées intra muros.

  • 4  Seul le sondage 1 s’est avéré totalement stérile.

23Les sondages, qui ne concernaient malheureusement pas la zone d’épandage de scories, n’ont pas permis de dater avec précision l’activité sidérurgique. Ils ont cependant rendu possible une meilleure connaissance de l’occupation du site4. Le sondage 2, au centre de la plate-forme B, a notamment mis en évidence un fond de cabane, partiellement fouillé, excavé dans le substrat rocheux (schiste) dont les parois de terre crue reposaient sur un solin à double parement de dalles de schiste disposées de chant. Il était muni d’un foyer d’argile rubéfiée modelé directement sur la roche, visiblement nettoyé avant l’abandon du compartiment (il ne comportait ni cendres, ni restes alimentaires, ni céramique en place). L’absence de tuiles suggère une couverture végétale. Le fond de la cavité était recouvert d’une couche de terre argileuse contenant de nombreux fragments de céramique, semble-t-il brisée intentionnellement dans le but de l’utiliser comme matériau de construction. Ce mobilier présente un faciès “wisigothisant” et témoigne d’une occupation antérieure à la construction de la cabane, dont l’abandon semble s’être produit au ixe siècle, à en juger par le mobilier céramique mêlé aux niveaux de destruction des parois de terre crue. En l’absence de terminus post quem, il est donc bien difficile de dater cette première occupation du haut Moyen Âge antérieure au ixe siècle, qui pourrait se situer aux viie-viiie siècles (Vilhena et Grangé, 2008). Au sud du compartiment, on a mis en évidence une aire empierrée, sans doute circulaire, qui n’a été que partiellement reconnue, et dont la fonction n’a pas pu être déterminée.

24Le sondage 3, ouvert sur le mur d’enceinte, n’a pas apporté d’élément de datation. Il était conservé sur environ 0,90 m de hauteur à l’extérieur et 0,20 m à l’intérieur, et se décompose en deux éléments : une base d’environ 1 m de largeur pour environ 0,40 m de hauteur, assise dans une encoche taillée dans le substrat rocheux, construite au moyen de blocs rectangulaires de moyennes dimensions US 21, et une partie supérieure, moins large (environ 0,80 m de largeur) conservée sur une hauteur de 0,50 m, construite au moyen de petits blocs disposés de façon irrégulière et présentant par endroits une forte tendance à l’opus spicatum US 20a. Si l’on ajoute à cela le grand périmètre de l’ouvrage (550 m), qui le rend parfaitement indéfendable, il faut rejeter l’hypothèse d’une muraille défensive. Par ailleurs, la stratigraphie a révélé que le talus qui la recouvrait n’était constitué que de couches de colluvions provenant des pentes du cerro, ce qui semble indiquer que la hauteur originelle du mur n’était sans doute pas de beaucoup supérieure à la hauteur conservée : peut-être servait-il à supporter une palissade ?

25Tous ces points d’interrogation ne facilitent pas l’interprétation de l’établissement. Le caractère léger des structures mises au jour dénote cependant un faible investissement en matière de construction. Ainsi, il est tentant d’interpréter la “cabane” du sondage 2 comme une installation provisoire à mettre en relation avec l’atelier de réduction, qui se situe immédiatement en dessous. La faible consistance de l’enceinte invite à y voir une “limite” définissant un espace particulier peut-être réservé à une activité particulière, plus qu’une véritable muraille protégeant un habitat permanent.

26Le Cerro do Castelo das Bouças est par ailleurs associé à un chapelet de cinq établissements agricoles médiévaux, se distribuant autour de la petite plaine alluviale de la Ribeira da Capelinha. Leur chronologie, assez difficile à établir, montre qu’ils ne sont pas tous contemporains, laissant entrevoir une évolution de l’assiette de l’habitat au sein de la vallée. Quatre d’entre eux ont livré des fragments de scories coulées. La distribution de cet ensemble autour d’une petite plaine alluviale, présentant les seuls sols cultivables dans un rayon de 5 km et dont certains indices laissent penser qu’elle a été irriguée par le passé (présence d’un barrage antérieur au xxe siècle, non daté), montre la recherche de la proximité des terres agricoles de la part des anciens habitants de la vallée qui, visiblement, s’adonnaient également à la réduction du minerai de fer. L’absence d’indices d’occupation de cette portion de la vallée à l’époque romaine, alors que celle-ci montre des traces d’anthropisation dès la Protohistoire, laisse envisager une re-colonisation de cet espace, liée à la mise en valeur agricole et à l’exploitation de petits gisements de schistes imprégnés qui se distribuent le long de la Ribeira da Capelinha. Cette colonisation semble débuter dès la fin de la période wisigothique, plus sûrement au ixe siècle.

Fig. 5 : Établissements médiévaux autour du Cerro do Castelo das Bouças

27Notre second exemple apporte des éléments indirects, mais indiscutables, d’association des activités agricoles et sidérurgiques. Il s’agit du site de Várzea da Salamoa, qui a fait l’objet d’un petit sondage de diagnostic de 12 m² lors de l’agrandissement du cimetière municipal d’Odemira et de l’aménagement d’une route goudronnée en 2002. Le site campe à 32 m d’altitude, sur un reliquat de haute terrasse alluviale, et domine le Rio Mira ainsi que sa plaine alluviale. Dans ce secteur, situé à plus de 20 km de l’estuaire, le fleuve est encore soumis aux effets de la marée. L’établissement se situe à moins d’1 km au sud du bourg d’Odemira, qui trouve son origine dans un oppidum de la fin de l’Âge du Fer verrouillant la partie terminale du tronçon navigable du Mira, utilisé jusque dans la décennie de 1940 pour le transport de marchandises.

28La fouille a mis en évidence une dizaine de fosses de morphologies diverses utilisées comme dépotoir (fig. 6), datées provisoirement du ixe siècle sur la base de l’abondant mobilier céramique qu’elles contenaient (fig. 7) (Vilhena et Grangé, 2008). Le remontage de ce mobilier céramique, relativement homogène, montre un comblement rapide des fosses, puisqu’il a été possible de recoller plusieurs tessons provenant de différentes unités stratigraphiques.

Fig. 6 : Várzea da Salamoa, vue du dépotoir à la fin de la fouille (cliché J. Vilhena)

Fig. 7 : Várzea da Salamoa, exemples de céramiques du ixe s. 1-2 : céramique manuelle. 3-4 : céramique commune tournée. 5-6 : céramique blanche peinte (conteneurs de liquide. 7-8 : céramique fine à pâte rose crayeuse. 9 : pichet. 10 : grande jatte montée au colombin

29L’habitat auquel était associé ce dépotoir n’est malheureusement pas connu, mais le comblement des fosses permet de confirmer qu’il s’agit bien d’un établissement rural à vocation agricole et artisanale. Outre l’abondante céramique domestique que nous évoquions, les fosses ont livré des cendres de vidange de foyers, des restes alimentaires, des fragments de meules rotatives, des poids de métier à tisser, des éléments d’un possible tour de potier en schiste ardoisier (fig. 8), un petit galet de quartz, peut-être utilisé comme molette de carroyage pour les peaux, ainsi que d’abondantes scories coulées (fig. 9). L’examen de ces scories montre que seules les activités de réduction sont représentées. On a également découvert un fragment de minerai (conglomérat ferrugineux). Leur association, dans un dépotoir domestique, à des vestiges d’activités agricoles (céréaliculture, élevage) et artisanales diverses (tissage, travail des peaux, peut-être poterie), laisse entrevoir une communauté rurale dynamique, exploitant la totalité des ressources disponibles sur son territoire. L’exclusion des activités de post-réduction (épuration, forgeage) est indéniable. C’est du moins ce qu’il ressort des assemblages mis au jour dans le secteur sondé, qui ne constitue cependant qu’une partie limitée du site. En revanche, la présence de scories coulées dans ce dépotoir domestique atteste l’existence d’activités de réduction dans un secteur sans doute très proche de l’habitat, sinon au sein de l’habitat lui-même.

Fig. 8 : Várzea da Salamoa, matériel lithique. 1 : meule rotative. 2 : possibles éléments de tour de potier en schiste ardoisier. 3 : poids de métier à tisser (ou de filet ?)

Fig. 9 : Várzea da Salamoa, exemple de scorie coulée, montrant la source des écoulements

30Notre troisième étude de cas, le Cerro do Castelo de Vale de Gaios (São Luís, Odemira), a fait l’objet d’une campagne de sondages en 2000, prolongée en 2001 (dans le cadre du projet BRONZMIRA). Il occupe le sommet d’une élévation grossièrement conique culminant à 145 m d’altitude, situé sur les marges orientales du CVS de Cercal. Il domine de plus de 80 m les gorges de la Ribeira do Torgal, dernier grand affluant du Mira. Il s’agit très vraisemblablement de l’établissement correspondant au toponyme arġāla, mentionné comme madīna de la kūra d’Ocsonoba par Yāqūt (Yāqūt, 1995 : vol. 4, 31 ; trad. ‘Abd al-Karīm, 1974 : 220, cf. Vilhena et Grangé, 2008).

Fig. 10 : Cerro do Castelo de Vale de Gaios, plan topographique

31Le sommet du cerro est couronné d’une enceinte de plan ovale (fig. 10), construite au moyen de blocs de tuf acide simplement liés à la terre, délimitant un espace d’environ 0,5 ha. Son épaisseur moyenne est de 2 m. Elle est pourvue de deux tours au nord (non mentionnées sur le plan), ainsi que d’une entrée coudée au sud ouest, qui a été ajoutée plus tardivement. L’épaisseur de la muraille de la porte est inférieure à celle du mur d’enceinte (1,5 m), et l’on remarque la présence des scories dans son remplissage interne de la muraille de la porte, alors qu’elles sont absentes de celui de l’enceinte : la terre utilisée pour la construction de l’entrée, ramassée sur place et contenant de nombreux déchets métallurgiques, provient donc de dépôts générés par une occupation antérieure à la construction du dispositif d’entrée.

Fig. 11 : Cerro do Castelo de Vale de Gaios, chuttes métalliques provenant du martelage d’une éponge de fer brut

32Le sondage 1 a montré que la première occupation médiévale du site remonte au ixe siècle, sans qu’il soit possible d’établir une relation stratigraphique avec le mur d’enceinte qui couronne le cerro. Dans un second moment, le secteur voit l’adjonction d’une entrée coudée. Les niveaux d’occupation postérieurs à l’édification de cette porte et antérieurs à sa destruction ont livré de la céramique attribuable aux xie-xiie siècles, période après laquelle aucune trace d’occupation du site n’a été détectée (Vilhena et Grangé, 2008). L’adjonction de l’entrée coudée intervient sans doute au cours du xie siècle, comme c’est le cas au Castelo das Relíquias et au Castelo Velho de Alcoutim (Catarino, 1998). Le faible périmètre de l’enceinte, aisément défendable, conjugué à la monumentalité des structures et à l’existence de l’unique mention écrite arabe de toute la région fait de cet établissement un candidat sérieux au statut de fortification étatique. Celle-ci était peut-être à la tête d’un iqlīm, et sa situation, en plein cœur de la zone minière de la Serra do Cercal, pourrait s’expliquer par la volonté de capter les fruits des activités minières et métallurgiques.

Fig. 12 : Cerro do Castelo de Vale de Gaios, bille de fer résultant de l’agglomération et de la mise en forme de chutes métalliques

  • 5  Une telle technique, si elle venait à être confirmée, ne serait pas sans rappeler celle des forger (...)

33Le site a livré un très grand nombre de scories, dont la majorité provient des couches de destruction du mur de la porte. Il s’agit exclusivement de scories coulées, attestant l’existence d’activités de réduction, sans qu’il soit possible de savoir à quel moment de l’occupation du site elles se rapportent. On a également mis au jour des petits fragments informes de fer (fig. 11), probablement arrachés lors du martelage d’une éponge de fer brute, ainsi qu’une petite bille de fer (fig. 12), qui résulte vraisemblablement de l’agglomération de fragments similaires. Ces indices ténus renvoient à des activités d’épuration du métal brut, qui consistent probablement en un premier “nettoyage” de l’éponge par martelage à froid5. C’est du moins ce que suggère l’absence de scories en calotte, qui résultent de l’agglomération de la scorie résiduelle au fond d’un foyer lors du réchauffage de l’éponge. En outre, on a ramassé en prospection un fragment d’éponge de fer brut (fig. 13), visiblement non travaillé. Ce type de matériel est rarissime, puisqu’il constitue un produit intermédiaire destiné à être exporté ou transformé. Il est donc significatif que les seuls fragments de fer brut rencontrés dans la basse vallée du Mira l’aient été sur un établissement dont la nature étatique est fortement probable.

Fig. 13 : Vale de Gaios, fragment d’éponge de fer brut

  • 6  Que nous remercions pour nous avoir aimablement communiqué le rapport final.

34Bien que située à l’écart de la zone d’étude, il nous a semblé intéressant d’inclure l’établissement des Alcariais dos Guerreiros de Cima (Gomes Aires, Almôdovar) à nos études de cas, car il présente un exemple intéressant de production sidérurgique en contexte d’habitat rural. En 2001, l’établissement a été fouillé presque intégralement, sous la responsabilité de S. Melro6, dans le cadre d’une intervention de sauvetage. Préalablement, il avait également fait l’objet de sondages de diagnostique, sous la responsabilité de J. Vilhena, ayant révélé l’existence d’un bas fourneau.

35Le site occupe les hauteurs dominant le Rio Mira. La fouille a permis de mettre au jour les vestiges d’un habitat rural, occupé entre le ixe et les xiie-xiiie siècles (Melro et al., s.d. ; Melro et al., 2003). L’occupation du ixe siècle (phase 1) n’était visible que par une série de fosses et de silos obstrués par les maisons postérieures. Dans son état des xiie-xiiie siècles, l’établissement présente plusieurs maisons en U à patio central ou en L ouvrant sur une large cour, se regroupant en deux noyaux de constructions distants de plus de 120 m (Melro et al., 2003). La distribution du bâti, qu’il faut replacer dans l’évolution générale de l’établissement sur le long terme, ainsi que la configuration des unités d’habitations, laissent entrevoir un processus de différentiation sociale au sein de la communauté rurale.

Fig. 14 : Guerreiros de Cima, plan de l’établissement, avec indication de l’emplacement du bas fourneau (BF)

36L’établissement a livré un abondant mobilier métallique en fer, ainsi que des déchets d’activités sidérurgiques. On a ainsi retrouvé de nombreuses scories en calotte dans les compartiments de différentes maisons, qui sont à mettre en relation avec des activités de forge, pratiquées au sein même des habitations. La présence de pierres à aiguiser en quartzite gris, ainsi que de petits polissoirs en quartzite rouge, indique l’existence d’activités de finition et d’entretien des objets en fer. Lors de la fouille extensive de l’établissement, des scories, qu’il n’a malheureusement pas été possible d’examiner, sont apparues dans le comblement des fosses de la phase 1, associées à du mobilier des ixe-xe siècles (Melro et al., s.d. : 28).

37Les activités de réduction sont également bien attestées par la présence d’un bas fourneau. Celui-ci se situait en contrebas du premier noyau d’habitat, dont la structure suggère que les bâtiments étaient alignés le long d’un chemin, le fourneau se trouvant de l’autre côté. Il était associé à un foyer ovale excavé dans le schiste, présentant deux petites cavités circulaires, dans lequel a été retrouvé un pot de chronologie “islamique”, qu’il nous a malheureusement été impossible d’examiner, ainsi que des restes alimentaires. À Guerreiros de Cima, les mauvaises conditions de fouille lors de l’établissement du diagnostic n’ont pas permis de reconnaître l’intégralité du fourneau, qui présente une cuve circulaire d’environ 1 m de diamètre excavée dans le substrat rocheux. Elle était remplie de scories et de charbons, ouvrant vers le bas de la pente sur une tranchée, également taillée dans le schiste encaissant, qui permettait l’accès à l’orifice de coulée de la scorie. La faible superficie du sondage n’a pas rendu possible la localisation de la zone de rejet des scories, et donc d’avoir une idée du volume de la production, qui a dû être relativement limitée. Bien que les données soient très partielles (une étude spécifique des déchets métallurgiques et du mobilier métallique est actuellement en projet), l’ensemble de la chaîne opératoire de la sidérurgie directe est représentée sur cet établissement rural, depuis la réduction du minerai, jusqu’aux travaux de finition.

Conclusion : une sidérurgie paysanne ?

38Il est difficile, à partir des maigres données qui viennent d’être exposées, de tenter une synthèse sur l’organisation de la production du fer dans la vallée du Mira à l’époque islamique. Cette documentation, qui nécessite une étude plus approfondie, n’en soulève pas moins un certain nombre de questions.

39L’un des faits marquants est l’apparition d’activités de réduction sur des établissements à vocation agricole, où n’est réalisée qu’une partie de la chaîne opératoire. L’exemple le plus parlant à ce sujet est celui de Várzea da Salamoa, où l’association de la production primaire de fer aux activités agro-pastorales semble bien attestée, et exclut les activités de post-réduction. Bien qu’il s’agisse essentiellement de données de surface, cette caractéristique se retrouve également dans la vallée de la Ribeira da Capelinha, autour du Cerro do Castelo das Bouças, où l’on a semble-t-il recherché à la fois la proximité des terres agricoles et celle des gîtes de fer. Les établissements ruraux détectés en prospection visiblement associés à de petits ferriers, dont nous n’avons donné qu’un exemple parmi d’autres, laissent envisager une situation similaire, où la réduction du minerai de fer apparaît comme une activité occasionnelle, sans doute pratiquée de façon saisonnière par des agriculteurs. Il est possible qu’une grande partie des petits ferriers non datés identifiés en prospection soit à mettre en relation avec ce type de production paysanne en époque islamique, mais cela ne constitue qu’une intuition qui doit être confirmée par la réalisation de sondages et de datations absolues.

40L’impression générale qui se dégage de notre documentation archéologique n’est finalement pas très éloignée du tableau que dresse Jean-Léon L’Africain de la production du fer dans les montagnes du Rif au xvie siècle, où

« Chaque maître mineur a sa maison auprès de la mine avec son bétail et son atelier où il purifie le fer. Les marchands transportent ce fer à Fez sous forme de lingots, car les mineurs ne savent pas le transformer en barres. Ce qui est invendu sert à fabriquer des instruments tels que des houes, des haches, des faucilles et aussi des armes pour ces paysans…  »(trad. Épaulard, 1981 : 479-480, cité par Cressier, 1998 : 480).

41L’anthropologie apporte également des points de comparaison intéressants, à utiliser avec prudence. Dans la boucle du Niger, des communautés d’agriculteurs se livraient à la réduction de minerais de fer et manganèse pour fournir du “fer dur” échangé, contre des outils agricoles, à des groupes de forgerons maîtrisant l’ensemble de la chaîne opératoire (Martinelli, 2000). Cet exemple montre l’absence de spécialisation professionnelle : dans ce contexte, peut-on encore parler de production “artisanale” ? La réponse est a priori négative, étant donné que l’artisan est un travailleur spécialisé, se consacrant à temps plein à son art dont il tire l’intégralité de ses moyens de subsistance. Le qualificatif de “production paysanne” semble plus approprié pour décrire cette réalité du travail non agricole en milieu rural. Il est évident que l’archéologie ne peut pas nous dire formellement si les individus qui s’adonnaient à la réduction du minerai de fer dans la vallée du Mira étaient des paysans ou bien des sidérurgistes de profession. Cependant, les indices évidents, en fouille ou en prospection, d’activités de production primaire de fer au sein d’établissements à vocation agricole rendent la première hypothèse tout à fait vraisemblable.

  • 7  Mais le volume de déchets générés par les activités de post-réduction est très inférieur à celui d (...)

42Si l’on avait bien à faire, dans la vallée du Mira, à des paysans-sidérurgistes ne s’adonnant qu’à la réduction du minerai de fer, et de façon saisonnière, cela pose évidemment le problème des différents débouchés pour les sous-produits métallurgiques. La question se pose d’autant plus qu’on n’a encore identifié aucun atelier de forge à l’intérieur du district sidérurgique d’Odemira-Cercal7. En effet, l’absence d’activités de post-réduction implique nécessairement une logique ouverte de circulation du fer brut, sous forme d’éponges plus ou moins épurées. Cette circulation peut-être commerciale. Une fatwa du Micyār d’al-Wanšarisī, rendue par un certain Ibn Hazmūn (m. à Murcie vers 1223), nous éclaire sur la chaîne économique du fer : elle montre une protestation face à la rugosité d’un fer « ayant été traité », en provenance d’un district minier non identifié, acheté à un marchand au souk des forgerons puis remis à des artisans pour fabriquer des objets (Lagardère, 1995 : n° 429). Dans la basse vallée du Mira, l’absence de sources écrites et le caractère fragmentaire de la documentation archéologique ne permettent pas d’établir l’existence d’un tel circuit commercial. Cependant, le fleuve constitue un axe de circulation évident, en liaison avec l’Atlantique. Il permet l’acheminement de produits de réduction par voie maritime vers des sites tels que le ḥiṣn de Palmela, où l’on a récemment mis en évidence un atelier de forge (Fernandes, 2006) qui devait sans doute drainer de tels produits des districts sidérurgiques des alentours (surtout Cercal-Odemira et Montemor-o-Novo). On peut donc s’interroger sur la capacité qu’a pu avoir cette petite production paysanne à intégrer les réseaux d’échanges à plus ou moins longue distance. On ignore aussi, pour le moment, dans quelle mesure elle a irrigué le marché local.

  • 8  Les gisements de fer étant semble-t-il considérés comme rikaz, c’est-à-dire des « trésors cachés a (...)

43Le paiement de l’impôt en fer brut est également une éventualité8. Pour d’autres régions d’al-Andalus, comme la kūra d’Elvira au ixe siècle, on sait que l’État tirait d’importants revenus fiscaux du produit des mines (Cressier, 1998). Il ne s’agissait probablement pas de minerai, mais bien de produits intermédiaires obtenus par transformation dans les régions minières, dont on a pu montrer que la production, dans le cas du fer, était effectuée par les populations locales à proximité des gisements (Bertrand et Sanchez Viciana, 2008). Il n’est donc pas impossible que les paysans-métallurgistes du Mira se soient acquittés de l’impôt en fer brut. Au Cerro do Castelo de Vale de Gaios, l’examen des résidus métallurgiques laisse envisager cette hypothèse, qu’il est malheureusement impossible de confirmer. La présence, normalement rarissime, de fer brut et d’activités d’épuration pourrait peut-être s’expliquer par le fait que le site constituait un lieu de destination pour les éponges de fer brut. Si l’on a bien à faire, comme nous le pensons, à une fortification étatique, cela pourrait éventuellement témoigner de telles pratiques pour le paiement de l’impôt. Cependant, rien n’indique que ces indices d’épuration ne soient pas à mettre en relation avec les activités de réduction, bien attestées au sein de l’établissement.

44Bien que de nombreux points d’interrogation subsistent, l’existence d’une production primaire de fer, excluant les étapes post-réduction, pratiquées au sein de communautés rurales semble bien attestée, du moins au haut Moyen Âge. Cela nous place nécessairement dans une logique “ouverte” de circulation de produits intermédiaires, impliquant des échanges avec l’extérieur. L’exemple de Guerreiros de Cima montre cependant, pour l’époque islamique centrale, une organisation différente, puisque l’ensemble de la chaîne opératoire est réalisée au sein de l’établissement, depuis la réduction, jusqu’à la finition d’objets manufacturés. Il faut cependant faire preuve de la plus grande prudence, puisqu’il n’est pas encore possible de savoir si les activités de réduction et de forge ont été pratiquées au même moment que l’occupation du site. Mais si tel était le cas, nous serions en présence d’une communauté agro-pastorale maîtrisant l’ensemble de la chaîne opératoire, et donc très probablement autosuffisante en fer. Bien que les données dont on dispose sur cet établissement méritent un approfondissement, cette organisation de la production et du travail du fer nous renvoie à un modèle totalement différent, de type “forge rurale”, c’est à dire destinée à la fabrication et à la réparation d’outils agricoles pour la communauté.

45Bien que les données soient encore trop maigres, les quelques exemples présentés plus haut laissent entrevoir tout le potentiel de l’étude de la sidérurgie en al-Andalus. Un fait semble tout de même acquis : l’émergence d’une production primaire de fer de faible ampleur, éclatée dans de petits ateliers ou bien dans les établissements ruraux. Ce modèle d’organisation paysanne de la production sidérurgique correspond plus ou moins à ce que l’on sait de la production du fer en al-Andalus, que ce soit en Andalousie orientale (Bertrand et Sánchez Viciana, 2008 ; Menasanch de Tobaruela, 2001), dans la région de Huelva (Pérez Macías, 2008) ou en Estrémadure (Gilotte, 2006). Cependant, on aurait tort d’ériger dès à présent des modèles d’organisation de la production de fer valant pour tout l’Andalus. En effet, de récentes recherches menées dans la Sierra Menera (Teruel-Guadalajara) ont mis en évidence l’existence de très grands ferriers d’époque islamique, témoignant d’activités de réduction concentrées, antérieures au xiie siècle (Rico et al., 2005 : 348 et 349).

  • 9  Notamment, un dépouillement systématique des recueils de fatwas pourrait s’avérer très fructueux.

46On le voit, tout reste encore à faire. Le fer, élément indispensable pour l’écrasante majorité de la population d’al-Andalus, puisqu’il fournit les outils agricoles nécessaires pour créer les conditions matérielles de la croissance agraire, reste le parent pauvre de l’archéologie islamique dans la Péninsule Ibérique, qui semble avoir totalement déserté ce pan de la recherche. L’étude des aspects techniques, sociaux, économiques et environnementaux de la sidérurgie constitue un excellent angle d’approche des interactions sociétés-milieux. Là encore, le problème auquel on se heurte est l’absence quasi-totale de recherches spécifiquement consacrées à la question. Cependant, il paraît évident qu’une monographie régionale isolée ne ferait que combler un vide sur la carte d’al-Andalus, et que seul un effort collectif de recherche interdisciplinaire, réunissant archéologues, géologues, paléosidérurgistes, paléobitanistes et historiens9 est à même de combler cette lacune.

Haut de page

Bibliographie

cAbd al-Karīm Gamal, 1974, La España musulmana en la obra de Yâqût (s. XII-XIII), Grenade, Univ. de Granada, 345 p.

Bertrand Maryelle, Sanchez Viciana José, 2008, « Production du fer et peuplement de la région de Guadix (Grenade) au cours de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge », in A. Canto García et P. Cressier (dirs.), Minas y metalurgía en al-Andalus y Magreb occidental : explotación y poblamiento (Madrid 20-21 février 2000), Madrid, Casa de Velázquez, p. 123-157.

C atarino Helena, 1998, O Algarve Oriental durante a ocupação muçulmana : povoamento e recintos fortificados, Loulé, Al-‘Ulyã n° 6/7 (1997-1998), 3 vols.

Cressier Patrice, 1998, « Observaciones sobre fortificacion y mineria en la Almeria islamica », in Antonio Malpica Cuello (dir), Castillos y territorio en al-Andalus (Jornadas de arqueologia medieval, Berja, 4-6 oct. de 1996), Grenade, Athos-Pergamos, p. 470-496.

Cressier Patrice, 2005, « Poblamiento y minería, minería y poblamiento : las questiones pendientes de la arqueología andalusí », in Oliver Puche Riart et Maria Ayarzagüeña Sanz (dir.), Minería y metalurgía históricas en el sudoeste europeo (Avinyaga, Lérida, 5-7 de mayo de 2000), Madrid, SEDPEGYM-SEHA, p. 15-25.

Dieudonné-Glad Nadine, 1999, « Métallurgie du fer et habitat rural : comment reconnaître les vestiges archéologiques? », in Michel Polfer (dir.), Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l'Empire romain. Actes du colloque d'Erpeldange (Luxembourg), 4 et 5 mars 1999, Montagnac : Éditions Monique Mergoil, p. 39-43.

Epaulard Alexis, 1981, Jean-Léon l'Africain : description de l'Afrique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2 vols.

Fernandes Isabel Cristina Ferreira, 2006, « Uma forja islâmica em Palmela », in Susana Gómez Martínez (dir.), Al-Ândalus, espaço de mudança: Balanço de 25 anos de história e arqueologia medievais. Homenagem a Juan Zozaya Stabel-Hansen (seminário internacional, Mértola, 16-18 de Maio 2005), Mértola, CAM, p. 171-180.

Gilotte Sophie, 2006, « Villages perchés, villages de plaine en Estrémadure (ixe-xe siècles) : vers une diversité des structures et des activités ? », in 50 années d’études médiévales : à la confluence de nos disciplines (Poitiers, 1-4 sept. 2003), Turnhout, Brépols, p. 609-625.

Lagardère Vincent, 1995, Économie et société en occident musulman au Moyen Âge. Analyse du Micyār d’al-Wanšarisī, Madrid, Casa de Velázquez, 536 p.

Leroy Marc et Merluzzo Paul, 2004, « La réduction: du minerai au métal », in Michel Mangin (dir.), Le Fer, Paris, Errance, 49-80.

Mangin Michel (dir.), 2004, Le fer, Paris, Errance : 239 p.

Martinelli Bruno, 2000, « Le choix de la combustion lente: mutation technique et mutation sociale au Yatenga, Burkina Fasso », in Pierre Pétrequin, Philippe Fluzin et Jacques Thiriot (dir.), Arts du feu et productions artisanales. XXe rencontres d'archéologie et d'histoire d'Antibes (21-23 oct. 1999), Antibes, APDCA, p. 123-142.

Melro Samuel et alii, s.d., Plano de Minimização de Impactes sobre o Património Arqueológico na área da A2. Gomes Aires - Almodôvar : Alcariais dos Guerreiros de Cima, Rapport de fouille dactylographié, Lisbonne, Era Arqueologia.

Melro Samuel, Gonçalves Alexandre et Clélia Sandra, 2003, « Intervenção arqueologica nos Alcariais dos Guerreiros de Cima (Almodôvar): resultados preliminares », Era-arqueologia 6, Lisbonne, Era Arqueologia, p. 62-81.

Menasanch de Tobaruela Monsterrat, 2001, « Una aproximación a la minería y la metalurgia andalusí en la depresión de Vera (Almería) », Arqueología y Territorio Medieval 7, Jaén, Univ. De Jaén, p. 59-79.

Pérez Macías Juan Aurelio, 2008, « La producción metalúrgica en el suroeste de al-Andalus », in A. Canto García et P. Cressier (dir.), Minas y metalurgía en al-Andalus y Magreb occidental : explotación y poblamiento (Madrid 20-21 février 2000), Madrid, Casa de Velázquez, p. 179-207.

Pleiner Radomir, 2000, Iron in archaeology: the European bloomery smelters, Prague, Archeologický Ústav AV ČR, 400 p.

Rico Christian, Fabre Jean-Marc, Polo C., Vilagordo C., 2005, « Chronique d’archéologie. Recherches sur la sidérurgie ancienne dans la Sierra Menera (Teruel-Guadalajara). Bilan des travaux des années 2003-2004 », in Mélanges de la Casa de Velázquez, 35, Madrid, Casa de Velázquez, p. 345-353.

Gomes Albertino Adélio Rocha, 1957, Jazigos ferro-manganesiferos de Cercal-Odemira, rapport dactylographié, Porto, SFM, 4 vols.

Schofield A.J., 2000, « Understanding early medieval pottery distributions », Simon Stoddart (dir.), Landscapes from Antiquity, Cambridge, Antiquity Publications, p. 109-119.

Serneels Vincent, 1998, « La chaîne opératoire de la sidérurgie ancienne », in Recherches sur l'économie du fer en Méditerrannée nord-occidentale, Montagnac, Editions Monique Mergoil, p. 7-44.

Vilhena Jorge et Grangé Mathieu, 2008, « Premières données archéologiques sur le Baixo Mira durant le haut Moyen Âge (viie-xie siècle) - études de cas et problématiques générales », Vipasca 2a série, vol. 2, Aljustrel : Museu Municipal, p. 510-526.

Yāqūt, 1996, Mucğam al-buldān, Beyrouth, Dār āir : 7 vols.

Haut de page

Notes

1  Surtout dans le cadre du projet « BRONZMIRA : Protohistória do baixo e médio vale do Mira » (PNTA 1998), dirigé par J. Vilhena jusqu’en 2000.

2  En archéologie, il s’agit d’une approche visant, globalement, à l’étude des conditions de conservation et de « vieillissement » des vestiges archéologiques.

3  Il est fréquent que la mairie utilise des scories pour l’empierrement des chemins vicinaux.

4  Seul le sondage 1 s’est avéré totalement stérile.

5  Une telle technique, si elle venait à être confirmée, ne serait pas sans rappeler celle des forgerons traditionnels japonais, qui se livrent tout d’abord à une séparation mécanique du fer et de la scorie résiduelle contenue dans l’éponge  par martelage à froid, ce qui leur permet également de trier à vue les différentes qualités de métal. Les fragments de fer sont ensuite agglomérés dans le foyer de forge, puis mis en forme.

6  Que nous remercions pour nous avoir aimablement communiqué le rapport final.

7  Mais le volume de déchets générés par les activités de post-réduction est très inférieur à celui des activités de réduction.

8  Les gisements de fer étant semble-t-il considérés comme rikaz, c’est-à-dire des « trésors cachés avant l’Islam » qui n’appartiennent à personne en particulier, ils sont théoriquement soumis au paiement d’un impôt correspondant au cinquième de la production, cf. Cressier, 2005 : 19-20.

9  Notamment, un dépouillement systématique des recueils de fatwas pourrait s’avérer très fructueux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Grangé et Jorge Vilhena, « Les activités sidérurgiques dans les campagnes du Gharb al-Andalus : l’exemple de la vallée du Mira (Bas Alentejo, sud du Portugal) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6511

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page