Navigation – Plan du site
Lectures

Amri Nelly, Les saints en islam, les messagers de l’espérance. Sainteté et eschatologie au Maghreb aux xive et xve siècles, Paris, éditions du Cerf, 2008, 304 p.

Rachida Chih

Texte intégral

1Il est difficile de rendre compte de toute la richesse et de la densité de l’ouvrage de Nelly Amri dans les quelques pages imparties à l’exercice de la recension. S’attaquer à une étude historique des rapports entre sainteté et eschatologie au Maghreb est un tour de force tant ce domaine reste encore peu exploité. La réflexion menée depuis plusieurs années par Nelly Amri sur sainteté et société dans le Maghreb médiéval, et dans laquelle s’inscrit cet ouvrage, ne minimise en rien ce mérite. Le thème de l’eschatologie, à savoir l’étude des pratiques, croyances et représentations liées à l’au-delà et au souci du salut dans le Maghreb médiéval, n’avait encore jamais fait l’objet d’une véritable enquête historique.

2Cet ouvrage étudie, à partir de sources d’époque et plus anciennes (recueils hagiographiques, traités de théologie, oraisons et prières, consultations juridiques, chroniques et dictionnaires biographiques), les sentiments des hommes quant à leur sort après la mort, leurs images de l’au-delà et la place que les saints vont occuper dans cette vie future dans l’Ifriqiya des xive et xve siècle (l’Ifriqiya étant la partie orientale du Maghreb). Nelly Amri nous explique que cette période est marquée par une conscience plus aiguë de la mort de soi, partout présente en ces temps de pestes récurrentes, et par un nouveau rapport à la mort dont les modalités puisent dans le Coran, le legs prophétique et la tradition populaire. L’idée que le Prophète et les saints allaient prendre leurs “fils” sous leur protection et intercéder pour eux le jour du jugement fonde une espérance propre à cette période. Les sources de l’époque font bien apparaître cette idée nouvelle de gouvernement invisible du monde, garants de la présence et de la miséricorde divine et promesse de salut et de lumière. C’est là, écrit Nelly Amri, un fait majeur de l’histoire de la sainteté médiévale, aussi bien au Maghreb qu’au Machreq. L’auteur parle à juste titre d’un “tournant de sensibilité” dont les effets se feront sentir loin, au moins, jusqu’à la fin du xviiie siècle. Ce travail novateur pour le Maghreb s’appuie donc, à titre comparatif, sur les travaux menés sur ce thème dans l’Occident chrétien. Ce livre a d’ailleurs été conçu en partie lors de deux séjours scientifiques à l’École française de Rome alors dirigé par André Vauchez, spécialiste de l’histoire religieuse de l’Occident médiéval. Armée de ce solide bagage théorique, Nelly Amri s’est livrée à tout un inventaire des pratiques salvatrices dont les contemporains s’entourent, pour leur salut et celui de leurs proches.

3Les deux premières parties portent sur la présence, quasi quotidienne, de la mort et sur le destin après la mort, ponctué en deux moments cruciaux : le séjour dans la tombe et le moment du jugement. Dans cette partie, l’auteure met à contribution la production juridique, plus particulièrement les demandes de consultations adressées aux juristes et leurs réponses sur le destin des âmes après leur mort. L’auteur montre la variété des exégèses sur cette question et l’absence de tout dogme figé tout en tentant une synthèse des croyances eschatologiques, un “savoir moyen” qui s’est formé au cours des siècles.

4Dans la perception de ce destin après la mort, l’intercession du Prophète, des savants et, surtout, des saints, occupe une place prépondérante. Ce phénomène n’est pas nouveau dans cette fin du Moyen-âge, mais il fait, désormais, l’objet d’une reconnaissance généralisée. Toutes les actions des vivants pour faire échapper à leurs défunts les tourments de la tombe ou pour se préparer à leur propre mort, actions qui ont été dans un premier temps décriées, sont à présent accréditées ou du moins discutées. Même leur dénonciation par les juristes est un indice de leur généralisation ; il s’agit des visites aux tombes, des récitations du Coran dans les cimetières, des invocations pour le repos de l’âme du défunt, des demandes de pardon, des bonnes œuvres.

5Cette préoccupation du destin de l’homme dans la vie future nourrit la spiritualité de l’époque. Dans cette spiritualité, qui fait l’objet de la troisième partie du livre, le repentir, la crainte eschatologique et la dévotion du Prophète occupent une place centrale. L’auteur revient sur un phénomène de grande amplitude historique en Afrique du Nord, la repentance des Bédouins (Tawbat al-A’râb). Au delà des conséquences politiques de cet acte de repentir qui a entrainé la sédentarisation des tribus arabes, l’auteur a voulu montrer son caractère profondément moral et religieux. Elle souligne le rôle éducatif joué par les zâwiya dans ce mouvement, véritables centres de conversion des Bédouins. Elle relève aussi tous les signes de l’omniprésence, dans la société ifriqiyenne de l’époque, de la ferveur pour le Prophète et sa descendance, les Ahl al-bayt, ferveur qui acquiert une visibilité sans précédent avec la célébration du mawlid (naissance du Prophète). Ces nouvelles formes de dévotion au Prophète sont inscrites dans une économie du salut ou le Prophète, protecteur et intercesseur, est au centre des prières des dévots. Le modèle prophétique imprègne aussi les formes de sainteté telles que le montrent les hagiographies de l’époque.

6La dernière partie est donc consacrée à la figure du saint qui, arrimée à celle du Prophète, devient messager d’une espérance eschatologique. Ce rôle peut se lire dans les récits de visions oniriques (ru’ya) dont l’auteur nous livre une exégèse fine. Les saints peuplent désormais le paradis, ce qui laisse présager de leur pouvoir d’intercession et de médiation. À partir du xive siècle, la production hagiographique a pour thème central la shafâ’a (intercession) du saint. C’est en grande partie de ce pouvoir que se développe la figure du saint patron intercesseur dont on recherche l’amitié. Les visites pieuses (ziyârât) dont ces saints font l’objet de leur vivant mais surtout après leur mort à leur tombe, donnent naissance à un véritable culte.

7L’étude des messages dont sont porteurs les saints est une lumière éclairante sur les préoccupations de leurs contemporains. Le modèle muhammadien est si présent que le saint ne se trouve plus en présence de Dieu comme dans les récits anciens de visions mais, en présence du Prophète. C’est le couple saint/Prophète qui prédomine. L’auteur y voit une véritable recherche d’un lien quasi charnel avec le Prophète. C’est la figure paternelle qui s’impose. L’auteure interprète cette quête d’un lien affectif avec le Prophète comme une conséquence du relâchement des liens familiaux consécutifs aux multiples exodes, troubles et crises, et à la peur du lendemain

8Mais, conclut l’auteure, ce qui est important pour l’époque c’est que cette présence et mission prophétique dans le monde passe par la médiation des saints. C’est là, écrit Nelly Amri, un signe fort de l’histoire de la spiritualité et de la sainteté dans l’islam médiéval.

9À la rigueur de la démarche historique, l’auteure associe une analyse fine des textes religieux, ce qui lui permet d’être attentive aux changements, aux infléchissements comme aux traits permanents de l’eschatologie dans l’Ifriqiya des xive et xve siècles. Elle nous offre une synthèse magistrale, un livre de référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’eschatologie, à toutes les époques, aux phénomènes de sainteté, et enfin à la société maghrébine médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachida Chih, « Amri Nelly, Les saints en islam, les messagers de l’espérance. Sainteté et eschatologie au Maghreb aux xive et xve siècles, Paris, éditions du Cerf, 2008, 304 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6529

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page