Navigation – Plan du site
Lectures

Chalcraft John, The invisible cage, Syrian migrant workers in Lebanon, Stanford, California, Stanford University Press, 2009, 310 p.

Elisabeth Longuenesse

Texte intégral

1On connaissait John Chalcraft comme historien de la fin des corporations en Égypte. Il avait tiré de sa première recherche un très passionnant petit livre, dans lequel il proposait une relecture critique de l’histoire du travail dans l’Égypte de la seconde moitié du xixe siècle. L’objet de ce nouveau livre est complètement différent, puisqu’il s’agit d’une histoire encore en train de se faire, celle des travailleurs syriens au Liban.

2La première qualité du livre est de s’attaquer à une question sensible, qui a donné lieu à toutes sortes de fantasmes dans le contexte difficile de la sortie de guerre civile libanaise. À contre courant des discours dominants et des instrumentalisations politiques, l’auteur choisit d’en faire un objet de recherche et de le traiter avec la rigueur et le souci de distanciation que cela implique, sur la longue durée, sans pour autant se départir de l’empathie et du respect dû aux travailleurs dont il raconte l’histoire. Une grande partie de son matériau est fondée en effet sur la longue fréquentation d’un petit groupe de travailleurs sur plusieurs années (2004-2006), au cours desquelles il a recueilli les récits de leurs tribulations. Il inscrit de fait son travail au croisement de l’ethnographie et de l’histoire, en conjuguant observation, entretiens, et dépouillement extensif de la presse et des travaux des historiens et observateurs libanais. L’historien du temps présent a en effet cet avantage sur son collègue travaillant sur des périodes plus anciennes, de pouvoir se faire anthropologue, de suivre les individus, de les observer dans leur milieu, d’entendre leurs « raisons », mais aussi celles de leurs proches, parents, collègues, employeurs, voisins. Cela lui permet, loin des simplifications courantes, de saisir les multiples facettes et subtilités des situations et des interactions. Les histoires de vie montrent ainsi, dans les va et vient, les hésitations, les aspirations et les regrets des travailleurs rencontrés et de leurs familles, comment les facteurs structurels se traduisent au quotidien, de façon chaque fois unique.

3La seconde qualité remarquable de ce livre est d’inscrire ce cas particulier dans une réflexion plus large, de portée théorique et méthodologique, sur la question migratoire. Dans un long chapitre introductif, il passe en revue les principales approches, par le marché et les théories du choix rationnel, par les structures de production, par les théories de la modernisation, les réseaux sociaux, ou les études culturelles ou post coloniales. Il reproche aux uns de faire l’impasse sur les contraintes socio-économiques, aux autres d’oublier les sujets, ou les rapports de domination, d’opposer de façon trop simpliste tradition et modernité, ou encore, en privilégiant les représentations et les identités, de négliger les structures objectives. Pour en surmonter les limites, il propose de prendre au sérieux acteurs et structures, économie politique et culture, en s’inspirant de travaux précurseurs sur l’émigration mexicaine aux États-Unis (mais on pense aussi à ceux d’A. Sayad (1977, 1999), à propos de l’histoire de l’immigration algérienne en France). Entre histoire sociale objectiviste et histoire culturelle subjectiviste, il n’est pas nécessaire de choisir, affirme-t-il, et on peut, on doit même, « combiner structures et acteurs, significations et économie politique, coercition et consentement ». Il mobilise pour cela deux concepts clé : ceux d’hégémonie et d’affinités électives. Par le premier, il veut rappeler que les systèmes de domination tirent leur force de leur capacité de conviction plus que de répression. Les migrations de travail ne peuvent ainsi se comprendre que comme des mécanismes combinant coercition et consentement (il parle de « hegemonic control »), mélange de contrainte et de choix, qu’il exprime par le second concept, paradoxal, d’« affinité élective ». « La cage invisible » est la traduction de ce paradoxe associant contraintes structurelles et autonomie des sujets.

4Le livre est organisé de façon chronologique, en 5 chapitres, qui traitent d’autant d’étapes de cette histoire. Le premier raconte les débuts de l’émigration syro-libanaise, au delà des mers, jusqu’en 1945. L’auteur y teste son approche, et montre comment les transformations du monde rural, conjuguées à la conscription, mais aussi aux progrès de l’éducation et à la diffusion de la presse, favorisent les départs, comment les hommes (et parfois les femmes) partent chargés d’une mission par leur communauté, et reviennent, souvent porteurs de nouveaux projets, de nouvelles valeurs, alimentant de nouvelles vagues migratoires. Après 1945, les indépendances redéfinissent la place de chaque pays dans la géopolitique et l’économie régionale et internationale, et c’est à ce moment que se développe un mouvement de migration circulaire de la Syrie vers le Liban. Le chapitre deux, traite de la période 1945-1975, où cette migration est curieusement invisible, bien que de plus en plus importante : ils sont 145 000 travailleurs syriens à travailler au Liban en 1964, 280 000 en 1970, pour une population active libanaise de 572 000 personnes (estimation du ministère du travail libanais). À partir des années 1960, le Liban devient un pôle régional, et connaît un boom économique, particulièrement dans le secteur de la construction, qui recrute en masse des ouvriers syriens : ceux-ci représentent en 1972 90% des ouvriers du BTP. Les nationalisations en Syrie ont vu une partie de la bourgeoisie syrienne se réfugier au Liban et certains employés suivent leurs anciens maîtres. Dans les provinces, ce sont parfois les émigrés libanais qui recrutent des Syriens pour gérer et cultiver les terres qu’ils laissent derrière eux, dessinant une chaîne migratoire qui n’ira qu’en se renforçant.

5La période de la guerre civile fait l’objet du chapitre 3. La guerre fait fuir les Libanais, autant que les étrangers travaillant au Liban. Nombre des premiers, d’ailleurs, vont se réfugier en Syrie, ce que l’on oublie parfois. Pourtant, il faut attendre les années 1980 pour que le mouvement de départ des travailleurs syriens s’intensifie, et un nombre important restera dans le pays, y compris aux heures les plus sombres. C’est d’abord dans les zones chrétiennes que l’hostilité monte à l’égard de travailleurs que l’on assimile à l’« ennemi » syrien, allié des forces « islamo-progressistes ». En Syrie, les transformations sociales du monde rural s’approfondissent avec les débuts de l’ouverture économique, le développement de l’économie monétaire, qui accroissent la pression à l’émigration. Le durcissement de leur situation au Liban, les violences qu’ils subissent dans les zones chrétiennes, suite au retournement d’alliance et à l’affrontement entre milices chrétiennes et armée syrienne, les poussera néanmoins de plus en plus souvent au départ, tandis que la crise économique des années 1980, la chute de la livre libanaise, font d’eux de faciles boucs émissaires.

6Les chapitres 4 et 5 enfin, traitent de la période 1990-2005, d’abord en posant le nouveau contexte économique, politique et sécuritaire de la « Pax syriana » (chapitre 4), puis en s’attachant aux pratiques et aux discours, et au vécu des migrants (chapitre 5). Dès la fin de la guerre en effet, les travailleurs syriens reviennent en masse, attirés par la demande de main d’œuvre du marché de la reconstruction. Cette migration est encadrée par des accords formels entre les deux pays, alors que l’accord de Taef légitime la présence militaire syrienne. Pourtant à partir du milieu de la décennie, la controverse sur leur présence enfle, alors qu’ils doivent subir en silence des conditions de travail souvent difficiles, et le déni de tout droit. La présence de l’armée syrienne, loin de les protéger, est un facteur supplémentaire de stigmatisation : non seulement celle-ci ne s’est guère préoccupée de les défendre, mais son rôle était au contraire, suggère l’auteur, de préserver l’ordre social et économique : la compétition avec les travailleurs libanais, réelle dans certains secteurs d’activité, contribue à tirer les rémunérations et les conditions de travail vers le bas – pour le plus grand avantage des employeurs. Le retrait israélien de l’été 2000 est suivi d’une montée des manifestations anti syriennes et les agressions se multiplient contre les travailleurs, jusqu’à l’assassinat de Hariri, qui déclenche une nouvelle vague de violences et les fait fuir en masse. Pourtant, ils reviendront dès l’automne suivant, révélant l’erreur de l’opinion selon laquelle cette présence militaire leur était favorable.

7Ce type de migration circulaire est loin d’être exceptionnel. L’exceptionnalité libanaise tient à sa persistance sur la longue durée, due à l’histoire des relations syro-libanaises, à la situation de guerre. Les conditions qui facilitent cette migration – facilité de circulation, fluidité du marché du travail, faible contrôle étatique, mais aussi proximité linguistique et culturelle – sont les mêmes qui freinent sa stabilisation. Mais le paradoxe d’une si faible intégration dans la société libanaise s’explique aussi par les particularités de la scène libanaise. La sensibilité de la question du nombre est révélatrice. Au tournant des années 2000, il n’était pas rare d’entendre, dans la bouche de l’homme de la rue comme dans celle de tel universitaire chevronné, l’affirmation selon laquelle un ou même deux millions de travailleurs syriens étaient au Liban, signalant implicitement le lien avec la présence (« l’occupation ») militaire syrienne. Si de tels chiffres sont tout à fait invraisemblables, les estimations les plus sérieuses reconnaissent que leur nombre est très important, mais oublient de signaler que leur proportion dans l’ensemble de la population active ne dépasse guère, dans les années 1990, le niveau d’avant 1975. Cette question du poids des travailleurs étrangers dans la population active, qui ne se limite pas, loin de là, à la main d’œuvre syrienne, est largement taboue au Liban, et trop peu étudiée. D’un côté, l’économie libanaise repose sur la présence de cette main d’œuvre à bon marché (syrienne, palestinienne, asiatique, africaine), dans tous les secteurs et toutes les régions, de l’autre, la société libanaise, de par son équilibre communautaire et familial, ne peut se reproduire qu’en dressant des barrières entre elle et ces populations, qu’elle ne peut intégrer sans menacer son propre équilibre interne. Mais il est frappant que face aux discriminations, les travailleurs syriens rencontrés par l’auteur répondent par le langage de l’arabisme, comme s’il ne s’agissait pas pour eux de revendiquer un droit général, universel, en tant que travailleur, mais au nom d’une appartenance qui pour être plus large, n’en n’est pas moins potentiellement excluante à son tour.

8D’un autre côté, les travailleurs sont pris, à leur tour, dans une tension entre leur communauté d’origine et leur expérience libanaise. Le seul, parmi les interlocuteurs de Chalcraft, qui a obtenu la nationalité libanaise, n’arrive pas à se sentir libanais. Mais la migration, qui vise à améliorer la situation des familles, à leur permettre d’investir au pays, dans la construction d’une maison ou dans une activité commerciale ou productive, contribue à creuser les inégalités, à durcir la compétition, à détruire l’esprit de coopération, à aggraver la polarisation sociale. La quête du gain et du statut est sans fin. La distance entre l’expérience vécue ici et là grandit, et le migrant n’est plus à sa place nulle part. Et l’on peut soupçonner qu’à terme, l’émigration contribue aussi au délitement du système social même qui lui a permis de perdurer.

9Il est difficile de rendre justice en quelques lignes de la richesse et de la subtilité des analyses de l’ouvrage de John Chalcraft. On retiendra en conclusion que si l’approche compréhensive privilégiée par l’auteur permet de saisir au plus près la logique qui préside et sous-tend les stratégies des individus, elle ne peut ni ne doit pas faire perdre de vue les enjeux macroéconomiques et sociaux. À travers les histoires individuelles, on peut lire non seulement les déterminations structurelles en amont de la migration, mais aussi ses conséquences et ses implications, dans les deux sociétés, syrienne et libanaise.

Haut de page

Bibliographie

Chalcraft John T., 2005, The striking cabbies of Cairo, and other stories, Crafts a guilds in Egypt, 1863-1914, New-York SUNY Press, 285 p.

Sayad Abdelmalek, 1977, « Les trois âges de l’émigration », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 15, n° 1.

Sayad Abdelmalek, 1999, La double absence, des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil, 437 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Chalcraft John, The invisible cage, Syrian migrant workers in Lebanon, Stanford, California, Stanford University Press, 2009, 310 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/6530

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page