Navigation – Plan du site
Lectures

Challand Benoît, Palestinian Civil Society. Foreign donors and the power to promote and exclude, London, Routledge, 2009, 266 p.

Daniel Meier et Marine Mejri

Texte intégral

  • 1  À titre d’exemple, on peut relever les Journée d’études organisée à Rome sous la direction de P.-J (...)
  • 2  http://graduateinstitute.ch/palestine/ressources_literature.html
  • 3  Riccardo Bocco et Wassila Mansouri, « Aide internationale et processus de paix : le cas palestinie (...)

1L’ouvrage de Benoît Challand a pour objet la société civile en tant qu’elle est promue par les institutions internationales. En l’inscrivant dans le contexte palestinien, il se demande si l’aide internationale y a réellement permis le développement d’une telle société civile. L’ouvrage repose donc sur un double enjeu, à la fois théorique et empirique : qu’entendre par « société civile » et comment cerner l’efficacité de sa promotion en Palestine ? Ce thème est au cœur de plusieurs colloques depuis ces dernières années1 et son potentiel heuristique devient plus important lorsque la notion de société civile est abordée par le truchement de l’aide internationale qui n’a de cesse d’en faire la promotion. Cela paraît à tout le moins un travail important à l’heure où la dilution des questions de fond inhérentes à ce conflit a atteint des degrés élevés de part et d’autres des protagonistes du conflit. Riccardo Bocco avait justement soulevé, dans la perspective des rapports bisannuels édités à Genève depuis 20012 sur l’évolution des conditions de vie dans les Territoires Occupés, l’hypothèse du recours à l’aide humanitaire comme palliatif à un désengagement politique occidental dans le conflit israélo-palestinien3.

2Le propos du présent ouvrage s’inscrit dans cette veine critique, à savoir une évaluation d’une des politiques d’aide non pas en terme technique mais bien à un double niveau, épistémologique et empirique, avec les instruments de la sociologie politique. Le propos se divise, dès lors, en deux parties : l’une, essentiellement théorique, axée sur la manière dont les organisations internationales se représentent la société civile et les enjeux de son application à l’espace palestinien et l’autre, issue de l’enquête de terrain à proprement dite et centrée sur les ONG locales palestiniennes et les bailleurs de fonds.

3La prudence dont l’auteur fait preuve dans l’élaboration de son objet est loin d’être superflue en raison d’abord des impensés qui travaillent le concept même de société civile au cœur des sciences sociales d’abord et, bien entendu, au niveau des bailleurs de fonds. Le premier d’entre eux est probablement celui qui tend à croire qu’il y aurait une incompatibilité entre la démocratie et l’islam. Le second, en creux du précédent, veut que la promotion de la société civile puisse être un remède que l’Occident apporte au conflit israélo-palestinien. S’érigeant contre ces préconceptions, l’auteur entreprend la construction de son objet en essayant de penser l’environnement de la vie associative palestinienne, cherchant, ainsi, à souligner l’importance de la contextualisation du thème étudié. Il propose l’idée de « deux Palestines » qui coexisteraient là où l’indifférenciation du regard extérieur tendrait à unifier des réalités disjointes ou opposées. Ce principe de précaution des deux Palestines recoupent les dualités qui traversent la Palestine, celles socio-économiques, entre les zones centrales, riches et urbanisées et les régions pauvres et rurales des gouvernorats du nord et de Gaza. Deux Palestines dans leur inscription spatiale, entre les camps et la ville notamment, mais aussi dans leurs accès inégaux aux ressources diverses, du marché du travail jusqu’à l’aide internationale. Ces deux Palestines sont également celles de deux types d’ONG où visiblement le message de la société civile passe de façon différente, nous y reviendrons.

4La définition de « société civile », historiquement et géographiquement marquée, n’est pas anodine et fait précisément l’objet d’un chapitre propre. L’auteur tente d’y cerner ce qui en serait le noyau dur en recourant à un cadre théorique inspiré des travaux de Gramsci et Castoriadis (pp.34-36). Il s’arrête sur l’idée d’autonomie en tant qu’élément inhérent à toutes les formes sociales d’organisations labellisées comme « société civile ». La construction d’un tel point de vue lui permet, dans la seconde partie de l’ouvrage, d’adopter un angle à la fois critique et opératoire sur les acteurs et groupes palestiniens non gouvernementaux actifs au sein de la société et leurs relations avec les bailleurs de fonds.

5L’auteur fait un retour dans l’histoire et rappelle que la société civile palestinienne était déjà active dans l’Empire ottoman sous la forme d’associations caritatives et religieuses qui restaient, toutefois, sous le contrôle de la Sublime Porte selon la Loi ottomane de 1907. Le royaume de Jordanie prit, ensuite, le relais de 1949 à 1988 entretenant un réseau de familles de notables et payant les salaires jusqu’à son retrait en 1988. Dès les années 1980, les financements gouvernementaux européens firent leur apparition et devinrent prépondérants notamment en matière de développement des ONG locales. Mais les interdictions israéliennes de toute association d’obédience nationaliste limitèrent cet engagement occidental tout en permettant le développement de comités populaires actifs dans divers domaines comme la santé, l’agriculture, etc. Ils évoluèrent ensuite en ONG et devinrent un secteur vital de la société civile quoique souvent inféodé à des formations politiques, ce que le virage d’Oslo (1993) accentua encore. En 2000, la promulgation de la loi sur les associations caritatives permit à l’Autorité palestinienne d’exercer un contrôle sur celles-ci via l’octroi des licences par le Ministère de l’intérieur. Certains scandales de corruption au sein d’ONG permirent en outre à l’Autorité palestinienne de demander davantage de contrôle… Enfin, après le succès électoral du Hamas en 2006, il y eut un arrêt partiel de l’aide aux ONG affiliées au mouvement islamiste.

6Benoît Challand pose également quelques jalons quantitatifs en se fondant sur des chiffres de la Banque Mondiale qui, bien qu’anciens, n’en présentent pas moins les principales orientations thématiques (développement, caritatif, religieux, service et consommation) des 1 400 ONG actuellement présentes sur le terrain en Palestine. Une étude de 2001 montrait qu’un quart des ONG se trouvaient à Gaza et que 60% d’entre elles étaient situées en milieu urbain, 30 % en milieu rural et 10% dans les camps (p. 70). Au-delà des chiffres, l’auteur s’attache aux changements de perception chez les donateurs : ainsi, avec Oslo, une nouvelle orientation managériale a supplanté la logique qui prévalait au sein des partenariats. En outre, ajoute-t-il, la spécialisation et la professionnalisation de l’aide ont conduit les donateurs à exercer davantage de pression sur les associations locales de la société civile afin de les convertir à des formes de bonne gouvernance (« best practices »).

7Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur met en exergue les liens entre les bailleurs de fonds, les ONG locales et la société civile dans son ensemble. En premier lieu, il mobilise une taxinomie des divers donateurs en comparant leurs perceptions de la société civile palestinienne lors de la formulation et la mise en œuvre des projets. Il met à jour une opposition entre les bailleurs internationaux et les « petites structures » qui tiennent compte à la fois de la diversité présente au sein de la société civile palestinienne et des contextes locaux. Par la suite, il établit que la doxa existante sur la société civile, bien qu’étant issue de la coopération internationale au développement a été reprise et inconsciemment avalisée par l’élite intellectuelle urbaine opposée à la Palestine des villages, campagnes et camps de réfugiés. Cette conjoncture crée par la même une situation d’hétéronomie entre ces deux groupes. Cette hétéronomie, Benoît Challand s’emploie à la disséquer. Son étude du domaine de la santé et des ONG de plaidoyer permet de la décomposer pour en faire apparaitre les logiques sous jacentes. Ainsi, le concept de société civile, en tant qu’il permet d’obtenir la reconnaissance des donateurs internationaux, est rapidement devenu un outil politique d’attaque contre l’autocratie naissante de l’Autorité palestinienne (AP) et, enfin, objet de batailles rangées entre organisations de gauches, distendant ainsi les liens entre les ONG et leur base.

  • 4  Majoritairement celles du domaine de la santé dans le cadre de cette analyse.
  • 5  Ici essentiellement des ONG de plaidoyer.

8Pour les ONG nées dans les années 19804, non influencées à l'époque par les donateurs, l'hétéronomie est apparue suite à l’arrivée des bailleurs internationaux au début des années 1990, donnant lieu à de nouveaux liens donateur-ONG et ONG-population. Cependant, le véritable décrochage prit forme durant les années d’Oslo où les ONG sont restées dans une relation financière opportuniste avec les bailleurs en négligeant les besoins locaux. Pour les ONG nées sous Oslo5, cette hétéronomie est apparue sous l’influence d’un discours international qui avait pour objectif ultime le processus de paix. À l’inverse des ONG locales, les ONG médiatisées ont alors donné priorité aux préférences internationales et ont, du même coup, favorisé les élites urbaines. La diffusion de ce discours calibré s’est trouvé en décalage avec la situation sociopolitique vécue et a fini par perdre le contact avec les populations locales.

9En somme, la situation d'hétéronomie telle qu'envisagée par Benoît Challand découle du concept même de société civile, des perceptions issues de celui-ci et de son inscription au sein des projets de développement. Dans le contexte palestinien, ce concept entraine trois types d’exclusion : le premier est d’ordre politique, en raison de la confusion qu’il y a entre le politique et le développement (relation entre les partis et les ONG, ONG vs AP, etc.) ; le second est idéologique et pointe les apories dans les contours des acteurs organisationnels pouvant être inclut dans cette société civile ; le troisième est de type sociologique en tant qu’il met en lumière la professionnalisation des seules classes moyennes au sein des ONG. Néanmoins, à l'hétéronomie analysée dans cet ouvrage répond une situation d'autonomie, réfutant la logique opportuniste des ONG locales vis-à-vis des bailleurs de fonds. Cette autonomie, l’auteur la définit par une position d'intermédiaire des ONG entre bailleurs et population locale. Cette posture découle de l'usage d'un vocabulaire local à propos de la société civile auprès de la population et par la mise en œuvre effective de projets répondant aux besoins réels des Palestiniens.

10Pour conclure, Benoît Challand en appelle à une meilleure prise en compte par les bailleurs de la diversité de la société civile palestinienne. La volonté de sortir de la situation d'hétéronomie dominante signifie arrêter de travailler exclusivement avec les ONG séculaires ayant accepté le discours dominant sur la société civile et se tourner vers les autres sous peine, prévient-il, de pousser la population vers les groupes radicaux. Si le radicalisme est effectivement un horizon logique d’un processus plus large observé à propos d’autres domaines de la vie sociale, il n’est toutefois pas la seule conséquence de ce traitement humanitaire de la question palestinienne : la dépolitisation en est le corollaire. On peut alors se demander si cette dernière tend à amoindrir la capacité d’autonomie dont parle Benoît Challand. C’est là une question parmi d’autres que ce travail remarquable et très cohérent permet de soulever. En tous les cas, sa vision claire et argumentée sur cette « société civile » largement galvaudée devrait faire réfléchir les spécialistes du domaine. C’est bien là un des grands apports du travail de ce chercheur que d’élargir notre horizon sur ce thème à partir du prisme palestinien.

Haut de page

Notes

1  À titre d’exemple, on peut relever les Journée d’études organisée à Rome sous la direction de P.-J. Luizard et A. Bozzo sous le titre : « L’essor de la ‘société civile’ dans le monde musulman contemporain. Paradoxes et convergences », 14-16 mai 2009.

2  http://graduateinstitute.ch/palestine/ressources_literature.html

3  Riccardo Bocco et Wassila Mansouri, « Aide internationale et processus de paix : le cas palestinien, 1994-2006 », A contrario, Vol.5, No 2, 2008, pp. 6-22.

4  Majoritairement celles du domaine de la santé dans le cadre de cette analyse.

5  Ici essentiellement des ONG de plaidoyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier et Marine Mejri, « Challand Benoît, Palestinian Civil Society. Foreign donors and the power to promote and exclude, London, Routledge, 2009, 266 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6532

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page