Navigation – Plan du site
Lectures

Veinstein Gilles & Faroqhi Suraiya (eds.), Merchants in the Ottoman Empire, Peeters Publishers, Collection Turcica Vol. XV, 2008, 355 p.

Olivier Bouquet

Texte intégral

1Le titre annonce la couleur : il est moins question, dans ce livre, de marchands ottomans que de marchands dans l’Empire ottoman. Le choix de cette orientation est à l’image de l’historiographie du sujet, notablement renouvelée ces vingt dernières années : sur les partenaires du commerce ottoman, sur leur statut juridique et fiscal, nous ne manquons pas d’informations (surtout depuis l’ouverture des Documenti turchi des archives de Venise en 1994, S. Faroqhi, p. XIII, p. 63). Les éditeurs commencent donc par explorer ce qu’ils appellent la « Venice connection », étudiée sous plusieurs angles : les activités des Ottomans à Venise (M. P. Pedani Fabris, S. Faroqhi), des Vénitiens à Chypre (B. Arbel, V. Constantini) ou à Istanbul (G. Veinstein). Ils convoquent ensuite des figures intermédiaires bien connues : les Levantins, analysés comme groupe « ethno-confessionnel et social » (O. J. Schmitt, p. 221), les Grecs, engagés dans les échanges avec les Habsbourg (K. Papakonstantinou, V. Seirinidou, O. Katsiardi-Hering) et l’achat de navires de commerce (N. Pissis) ; les Arméniens, évoqués dans une remarquable enquête de M. E. Kabadayı sur un grand financier du milieu du xixe siècle. Ils n’oublient pas, pour autant, de prendre en compte les musulmans : on ne rappellera jamais assez le rôle éminent que ceux-ci ont joué dans le développement de la navigation – D. Panzac invite à différencier les propriétaires des bateaux des marchands –, à quel point ils ont accompagné l’implantation ottomane à Venise (M. P. Pedani Fabris), et contribué à dynamiser les arrière-pays anatoliens (A. Y. Kaya).

2Les domaines impériaux sont balisés selon plusieurs jeux d’échelles (centres d’échanges, routes de navigation, et implantations régionales) et explorés dans diverses aires géographiques (Istanbul, l’Anatolie, les Balkans). Notons une limite, d’autant plus problématique qu’elle n’est pas justifiée par des éditeurs : rien n’est dit des parties africaines de l’empire. C’est là le seul défaut de l’introduction, menée tambour battant par S. Faroqhi : celle-ci est si complète et synthétique qu’elle rend compte de tout ce que l’ouvrage contient de thématiques abordées. Il faut néanmoins lire l’ensemble des contributions, d’excellente qualité, pour percevoir la problématique commune à l’ensemble des auteurs : les relations et les négociations des hommes de commerce avec les autorités politiques, locales et centrales. À l’instar des ottomanistes les plus novateurs, les auteurs s’appuient sur une connaissance désormais avancée en matière de droit, d’économie et de monnaie, pour reconstituer les logiques du négoce et les modalités des échanges ; ils profitent du rapprochement des études ottomanes et néo-hélléniques, du croisement des sources vénitiennes et stambouliotes, pour dégager les implantations balkaniques et méditerranéennes des marchands ; ils s’inspirent des avancées notables des études sur les élites, mais aussi, plus récemment, sur les diasporas grecques (V. Seirinidou, K. Papakonstantinou), pour mesurer le poids des solidarités  familiales et des pratiques endogamiques (M.-C. Smyrnelis, O. J. Schmitt).

3Leurs études présentent cependant deux défauts, répandus dans le domaine : la plupart des auteurs se privent d’utiles comparaisons avec l’histoire (bien plus avancée) des marchands d’Europe occidentale et centrale ; à vouloir traiter des acteurs en relation et en négociation, des marchés en expansion et en transition, des compagnies en structuration et en retrait, ils ne s’attardent jamais assez sur les caractéristiques socio-culturelles des marchands ; ils ont beau évoquer l’importance des « anonymes », (V. Seirinidou, p. 81), ils ne les tirent pas complètement de l’anonymat : à quel âge et dans quelles circonstances devient-on marchand ? Quelles sont les compétences requises ? Quelles sont les difficultés, les épreuves et les joies d’une vie de négoce ? Les exigences du métier sont-elles compatibles avec la poursuite d’activités littéraires ou politiques ? Autant de questions non traitées, ou secondairement abordées.

4Le problème ne date pas d’hier : l’histoire sociale reste la parente pauvre des études ottomanes, mieux abordée ces dernières années, c’est certain, mais souvent comme toile de fond des structures juridiques et fiscales. Il est toujours plus prudent de partir des institutions (le narh, l’affermage ou le waqf, sur lequel rien n’est dit ici) plutôt que des hommes – les éditeurs et auteurs le reconnaissent volontiers. La démarche pourrait être inversée, tant les matériaux dont disposent désormais les ottomanistes sont riches et variés. Le livre en témoigne : aux côtés de l’usage des classiques capitulations (ahdname, M. P. Pedani Fabris) et autres mühimme defteri auxquels on revient sans cesse (G. Veinstein, V. Constantini), une histoire sociale réorientée profiterait de l’exploitation, ici engagée, des inventaires après décès (M. Koller), registres de mariage (O. J. Schmitt) et temettüat defteri (S. Kaya) ; sans compter l’utilité des correspondances commerciales, livres de compte et lettres de marchands, qui permettent d’aborder les réseaux d’interconnaissance dans le détail de leur formation (B. Arbel, M. Ade, K. Papakonstantinou), et les formes de la représentation de soi (S. Faroqhi).

  • 1  Comme exemple symptomatique de cette posture de surplomb critique, voir Virginia H. Aksan & Daniel (...)

5Saluons donc ces auteurs européens qui partent de leurs sources, ces historiens qui se saisissent d’objets, ces ottomanistes qui ont mieux à faire que de « repenser » ou « reconsidérer » des théories dépassées ou épuisées, sport dominant chez leurs collègues outre-Atlantique1 : on oublie pour un temps la vieille lune du déclin de l’Empire, la perpétuelle question de la bonne (et toujours introuvable) césure chronologique de l’entrée ottomane dans la « modernité » ou le capitalisme, le post-wallersteinisme inspiré (le centre serait moins au centre qu’on le croit, et la périphérie est plus intégrée qu’on a pu l’imaginer). Quand ils recourent à quelques réflexions théoriques (M. Çızakça & M. Kenanoğlu, au sujet du système juridique favorable à la réduction des coûts de transaction) ou historiographiques (O. J. Schmitt, sur l’application des critères de J. Kocka à la description des bourgeoisies levantines), ce n’est pas tant pour alimenter des discours d’autorité contre les précédentes générations d’historiens, que pour échafauder des hypothèses destinées à être étayées ; c’est pour s’approcher le mieux possible de nouveaux amers, comme les registres de l’identité ottomane.

6Le résultat en est que des réalités importantes sont confirmées ou révélées. Dans la géographie du commerce, Istanbul occupe une position centrale et considérable que la Sublime Porte s’attache à maintenir. Si, au tournant du xixe siècle, les marchands grecs renforcent leurs positions au détriment des Français, les musulmans sont loin d’être en reste. Le fait d’être ou de se dire Grec est davantage associé à une activité commerciale qu’à une appartenance ethnique (V. Seirinidou). Dans bien des cas, les marchands se soucient autant de leur capital de respectabilité que de leur niveau de fortune (A. Y. Kaya, S. Faroqhi). Où qu’ils s’implantent, où qu’ils opèrent, les gens de commerce sont inventifs et dynamiques : ils achètent des parts dans des entreprises pour faire face aux réductions de leurs gains (N. Pissis) ; ils maintiennent leurs activités commerciales, même en temps de guerre (B. Arbel, V. Constantini, K. Papakonstantinou), ou dans des situations délicates d’isolement géographique (M. P. Pedani Fabris) ; ils transforment des entreprises familiales en sociétés de commandite (O. Katsiardi-Hering), des activités commerciales en sources de prestige social (M. Koller), des niveaux de fortune en instruments de notabilité (N. Pissis) ; ils adoptent les nouvelles techniques de production (O. Katsiardi-Hering). Ils s’implantent dans les empires voisins sans pour autant couper les ponts avec Istanbul (les familles attirées par la politique industrielle des Habsbourg, V. Seirinidou, K. Papakonstantinou). Ils s’adaptent à la centralisation de l’impôt (A. Y. Kaya), à l’application de nouveaux codes de commerce (M. Ade). Ils prolongent judicieusement des axes commerciaux maritimes vers les domaines intérieurs (M. Koller). Ils renforcent efficacement des réseaux d’implantation locale (les levantins d’Alep à Urfa, M. Ade). Ils savent jouer des registres de la moralité, au-delà de la défense de leur statut social (S. Faroqhi) ; ils savent articuler fonctions officielles de gouvernement et activités de négoce (B. Arbel, V. Constantini) ; ils savent s’approprier les langues locales – le sujet des ressources linguistiques est traité par endroits (V. Seirinidou, S. Faroqhi, p. 69, V. Constantini, p. 42), mais quel dommage qu’aucune contribution ne lui soit spécifiquement consacré. Ils imaginent des solutions juridiques pour assurer l’avenir de leur entreprise en cas de décès (K. Papakonstantinou, M. Çızakça & M. Kenanoğlu).

7À travers l’analyse de ces figures de la modernité, il ne faut pas pour autant idéaliser la nature de la société politique ottomane. La Sublime Porte suit de près les évolutions des prix et des ressources, mais elle limite son soutien logistique aux marchands. Les communautés se rapprochent, mais pas au-delà des échanges et intérêts commerciaux bien compris (M. Koller sur les notables bosniaques au xviiie siècle). Des bourgeoisies d’affaires se forment, mais ne se transforment pas en intelligentsia (E. J. Schmitt). Quant aux puissants, ils ne se privent pas de confisquer les fortunes acquises de haute lutte par des financiers arméniens (M. E. Kadabayı).

8Il faut le dire tout net, et conclure sur cette idée, car c’est le sentiment premier qu’inspire la lecture de ce livre : nous avons sous les yeux, et pour notre plus grand bonheur, l’exemple de ce qui se fait de mieux dans le domaine en matière de publication commune. Il faut continuer sur cette lancée : nous avons besoin de monographies, plus approfondies ; de suivis générationnels, plus affinés, des grandes familles et dynasties bourgeoises. Il nous faut connaître l’agencement des petits métiers autour des grands marchands, ces fameux tüccar dont on n’a pas fini de faire le tour ; il nous faut discerner plus précisément les mécanismes de complémentarité et d’intermédiation entre producteurs, acheteurs, et financiers. Et puis, il faut engager une réflexion générale, géopolitique et culturelle, sur les limites et les frontières du commerce – en deux mots, qu’est-ce qui arrête le commerce, qu’est-ce qui pénalise les échanges ? Les ottomanistes savent bien qu’ils ne peuvent le faire seuls : ils ont fait ici appel à des spécialistes de Venise et du monde néo-hellénique. Il serait bienvenu d’inviter des arabisants et des historiens des empires d’Europe centrale et orientale à participer au débat. Les contributeurs s’étaient réunis au début de l’année 2004 pour parler des marchands dans l’Empire ottoman. Peut-on espérer qu’ils se retrouveront bientôt – en rangs aussi serrés, mais flanqués de collègues venus d’autres domaines – pour préparer un second volume, consacré aux marchands ottomans cette fois-ci ?

Haut de page

Notes

1  Comme exemple symptomatique de cette posture de surplomb critique, voir Virginia H. Aksan & Daniel Goffman (éd.), The Early Modern Ottomans. Remapping the Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bouquet, « Veinstein Gilles & Faroqhi Suraiya (eds.), Merchants in the Ottoman Empire, Peeters Publishers, Collection Turcica Vol. XV, 2008, 355 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6534

Haut de page

Auteur

Olivier Bouquet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page