Navigation – Plan du site
Lectures

Miller Catherine, Al-Wer Enam, Caubet Dominique et Watson Janet C. E. (dirs), Arabic in the City, Issues in dialect contact and language variation, Londres/New York, Routledge, 2007, 354 p.

Julien Dufour

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif entreprend de présenter la recherche actuelle sur les changements linguistiques dans les milieux urbains arabophones. On avait grand besoin d’un tel état des lieux, et cette publication constitue une référence utile dans un domaine d’une importance capitale pour comprendre les évolutions qui traversent la langue et les sociétés arabes. Un groupe de chercheurs, confirmés ou plus jeunes, a longuement collaboré pour arriver à ce résultat, en particulier lors d’un atelier-colloque organisé à Aix-en-Provence en octobre 2004 (European Science Foundation / Iremam) par Catherine Miller, et dont les participants venaient aussi bien d’Europe que du monde arabe.

2Le sujet abordé est vaste. Estimant, avec raison, qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions générales, les éditeurs ont eu la modestie de privilégier l’étude de cas précis. Chaque article est l’occasion de faire le point sur la recherche dans un champ donné, d’apporter des connaissances nouvelles et d’ouvrir des perspectives. C’est finalement la majeure partie du monde arabophone (de la Mauritanie au Yémen et de l’Espagne au Nigeria) qui se trouve, ainsi, présentée au lecteur. Il faut souligner que cet ouvrage vaut autant par le contenu de ses articles que par les références abondantes qui accompagnent chacun d’eux ; il forme, ainsi, comme une bibliographie générale pour l’étude des dialectes arabes modernes − de ceux, en tout cas, qui auront le plus d’importance dans les années à venir.

3Il serait vain de regretter que quelques pays ne soient pas traités (Algérie, Tunisie, Palestine, Irak, pays du Golfe) quand presque tous les autres le sont, y compris certains sur lesquels l’information par ailleurs n’abonde pas, comme la Mauritanie, le Nigeria, l’Espagne, la Libye, l’Arabie Saoudite, le Yémen.

4Les reproches qu’on pourrait formuler sont surtout d’ordre technique. La moitié environ des seize contributions que compte ce livre a probablement été rédigée d’abord en français. Le choix, compréhensible, des éditeurs a été de produire un ouvrage entièrement en anglais, afin de lui assurer une large diffusion (malgré le prix de 150 $ pratiqué par Routledge). Mais il aurait mérité une traduction mieux surveillée. L’anglais est parfois tellement calqué sur le français − voire fautif − que la lecture s’en trouve ralentie et la compréhension occasionnellement affectée, même pour un francophone. Par ailleurs, une transcription précise des noms propres ou termes techniques cités aurait été utile à l’arabisant non spécialiste de chaque pays. Malgré ces remarques, on ne saurait que se réjouir de la parution d’Arabic in the city. On évoquera brièvement ici le contenu des différentes contributions.

5Le long article introductif de Catherine Miller, « Arabic urban vernaculars. Development and changes», retrace l’histoire de la recherche sur les parlers arabes citadins, abordant les conséquences linguistiques des migrations et de la croissance urbaine dans les différentes villes du monde arabe, le rôle des parlers urbains comme standards régionaux ou nationaux, enfin les phénomènes de code-switching et de « parler-jeune ». Une importante bibliographie clôt l’exposé.

6Trois articles traitent de phénomènes d’urbanisation massive et de leurs conséquences linguistiques. Catherine Taine-Cheikh, « The (r)urbanization of Mauritania. Historical context and contemporary developments », suit l’histoire du phénomène urbain en Mauritanie, rappelant les caractéristiques de la société maure, afin d’éclairer la situation linguistique : à l’intérieur du dialecte maure traditionnel, une remarquable homogénéité ; à Nouakchott, une situation nouvelle, due à un mode de vie nouveau, mais aussi à des contacts constants entre langues (arabe standard, français, wolof, anglais). Enam Al-Wer, « The formation of the dialect of Amman. From chaos to order », étudie une ville presque entièrement nouvelle dans un pays nouveau. Les variétés linguistiques en présence acquièrent différentes connotations suivant l’origine des migrants, l’époque de leur arrivée, les positions sociales ou politiques qui furent les leurs ; les situations sociales influent à leur tour sur la langue des individus qui sont amenés à les occuper par la suite. L’auteur préfère ce type d’explication sociolinguistique à l’emploi des concepts de prestige/stigmatisation, qu’il juge trop flous ; son analyse nous paraît, en effet, fructueuse. En observant quelques traits saillants, il suit en outre l’apparition d’une norme ammanie originale, qu’il explique par les conditionnements sociolinguistiques mais aussi par des dynamiques de nivellement et de simplification. Christophe Pereira, « Urbanization and dialect change. The Arabic dialect of Tripoli (Libya) », montre comment le dialecte de Tripoli, koinè hybride présentant à la fois des traits pré-hilaliens et des traits dits bédouins, continue de se bédouiniser, dans un contexte d’exode rural, d’exaltation de la bédouinité à un niveau politique, et en l’absence d’une classe citadine historiquement prestigieuse.

7Suivent trois contributions qui étudient les stratégies identitaires en milieu urbain. Atiqa Hachimi, « Becoming Casablancan. Fessis in Casablanca as a case study », met en évidence les marques linguistiques accompagnant l’apparition d’une identité « Fassis de Casablanca » se distinguant à la fois des Fassis de Fès et des Casablancais. Ángeles Vicente, « Two cases of Moroccan Arabic in the diaspora», aborde la situation sociolinguistique dans la ville de Ceuta (cf. son ouvrage paru en 2005 à l’Harmattan), ainsi que chez quelques membres de la communauté marocaine de Saragosse. Marie-Aimée Germanos, « Greetings in Beirut. Social distribution and attitudes towards different formulae », analyse les formules de salutation à Beyrouth en fonction de l’âge, du sexe, du milieu social ou communautaire des locuteurs, ainsi que de la situation d’interaction.

8Janet C. E. Watson, « Linguistic leveling in San‘ani Arabic as reflected in a popular radio serial », prend le parti de chercher des signes de koinisation dans un trait phonétique dont les locuteurs n’ont pas une conscience directe : la glottalisation pausale, étudiée au moyen de spectrogrammes. Elle nous offre, ici, la première description sérieuse de ce phénomène capital dans les dialectes yéménites ­– et dans l’histoire de l’arabe en général. J. Watson mentionne ce fait essentiel : à Sanaa, les occlusives sont à la pause réalisées le plus souvent comme des éjectives (on pourrait ajouter qu’il en va de même parfois du phonème /r/, au moins après une voyelle longue). Elle oppose cette glottalisation sanaanie à un autre type de glottalisation, moins marqué, présent dans les régions alentours. Si le constat général est indéniable, il nous semble, cependant, que des réalisations éjectives sont fréquentes même en certains points des montagnes à l’ouest de Sanaa, voire dans des régions plus éloignées. D’autre part, analysant la langue du feuilleton radio étudié, fondamentalement sanaanie, elle relève le remplacement de certaines expressions par leur équivalent pan-yéménite, dont les suivantes méritent d’être soulignées : mil pour ˁ « comme », amām pour tijāh « devant », jamīl pour bāhir « beau », ayānan pour zāratīn « parfois », (nous ajouterions šall/yišill « prendre », que J. Watson ne semble pas considérer ici comme pan-yéménite), ainsi que l’emploi du démonstratif ā/ī/awlā à l’exclusion de ayyā/tayyih/awlayyih, alors que le dialecte de Sanaa connaît les deux jeux de formes. La langue du feuilleton, lexicalement, est donc du sanaani un peu standardisé. Phonétiquement, l’auteur y décèle, cependant, une glottalisation pausale non sanaanie. L’existence d’un jeu de lexèmes (voire d’éléments morphologiques) standard à l’échelle du Yémen ne fait guère de doute ; mais du point de vue phonétique, les nivellements sont beaucoup plus limités, pour dire le moins. S’il est confirmé que le phénomène ici mis en évidence correspond à une pratique réelle, alors il s’agit peut-être bien des prémices d’un processus nouveau.

9Les trois contributions suivantes font un large usage des statistiques. Mais on ne doit pas se contenter, nous semble-t-il, de l’apparence de scientificité que celles-ci confèrent. En outre, s’il est toujours intéressant de voir confirmer une observation, on se demande parfois si le jeu en valait vraiment la chandelle. Le risque est de perdre de vue qu’un point d’une courbe peut correspondre à un seul informateur. Hanadi Ismail, « The urban and suburban modes. Patterns of linguistic variation and change in Damascus », étudie les réalisations de variables linguistiques chez les locuteurs de deux quartiers de Damas, correspondant chacun à un « mode de vie ». Les modes de vie sont décrits de manière très fine. Les résultats des statistiques sont instructifs. Mais l’explication des uns par les autres nous semble relever du postulat, même si elle paraît vraisemblable et légitime. Mohamed Embarki, « Segmental and prosodic aspects of Ksar el Kebir’s neo-urban variety», compare le parler du centre ville à celui des banlieues nouvelles. Il prend lui aussi le parti intéressant d’étudier des traits de prononciation qui sont probablement en deçà du seuil d’analyse consciente des locuteurs. Un long travail acoustique et statistique par classes d’âge montre principalement que les garçons – mais pas les filles – du centre ville imitent le débit des populations de banlieue, ce que l’auteur savait sans doute déjà. Il est délicat d’aller plus avant dans l’interprétation du détail des courbes. Munira Al-Azraqi, « The use of kaškašah/kaskasah and alternative means among educated urban Saudi speakers», s’attache aux variantes du pronom affixe de 2e p. fém. sg. L’étude statistique montre que les emplois koiniques ou « dialectalement neutres » sont plus fréquents dans les villes les plus développées et les plus cosmopolites, ce qui est bon à savoir, sans être étonnant. Le plus intéressant de l’article est ailleurs, en particulier dans la mise en évidence de stratégies d’évitement permettant carrément de ne pas employer le pronom qui pose problème – outre, bien sûr, la contribution à l’étude du standard saoudien. Jonathan Owens, « Close encounter of a different kind. Two types of insertion in Nigerian Arabic codeswitching», mesure les fréquences d’emploi de certaines structures grammaticales en fonction de la langue dont proviennent les éléments insérés. Il constate que, de ce point de vue, l’arabe standard partage certaines caractéristiques avec l’anglais ou le haussa mais s’en distingue très nettement par ailleurs. De nombreuses perspectives sont ouvertes au cours du raisonnement : incompatibilités liées à la place différente de l’adjectif en anglais et en arabe nigérian ; statut particulier de l’arabe standard, système proche de l’arabe nigérian, en outre employé seulement par les arabophones alors que l’anglais est source d’insertion pour toutes les langues de la région, selon des procédés partagés de manière aréale.

10Dans les trois articles suivants, l’attention se porte sur des formes linguistiques propres à la jeunesse. Karima Ziamari, « Development and linguistic change in Moroccan Arabic-French codeswitching », analyse l’inventivité langagière d’étudiants marocains. Sherin Rizk, « The language of Cairo’s young university students », décrit avec finesse l’apparition et les caractéristiques d’un parler-jeune cairote. Aline Tauzin, « Rap and rappers in Nouakchott (Mauritanie)», aborde les aspects sociologiques, identitaires et linguistiques d’un phénomène encore peu étudié.

11Enfin, Alassane Dia, « Uses and attitudes towards Hassaniyya among Nouakchott’s Negro-Mauritanian population», cherche à cerner l’emploi de l’arabe mauritanien comme langue véhiculaire parmi les différentes groupes linguistiques du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Dufour, « Miller Catherine, Al-Wer Enam, Caubet Dominique et Watson Janet C. E. (dirs), Arabic in the City, Issues in dialect contact and language variation, Londres/New York, Routledge, 2007, 354 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 25 janvier 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6540

Haut de page

Auteur

Julien Dufour

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page