Navigation – Plan du site
Lectures

Scheele Judith, Village  Matters. Knowledge, Politics & Community in Kabylia, Algeria, James Currey, 2009, 224 p.

Kamel Boukir

Texte intégral

1L’ouvrage de Judith Scheele Village Matters. Knowledge, Politics & Community in Kabylia, Algeria (2009) est issu de sa thèse de doctorat. Le titre de la thèse, Village Matters. The Economy of Ideas in Kabylia (Oxford, 2005) éclaire l’axe de recherche, centré sur la production et la circulation spatiale et temporelle des idées. L’auteur déploie sa démonstration autour d’une double articulation. La première corrèle le lien communautaire villageois et son organisation politique, l’assemblée villageoise (tajma’t), à la genèse d’une catégorie, la « kabylité » (Kabyleness), censée fonder le ciment identitaire et agencer l’univers de signification des acteurs. La seconde alterne l’échelle d’observation, globale et locale, afin de mesurer l’efficacité de ces catégories vernaculaires dans l’émergence de la cohésion sociale – i.e. l’économie des idées à l’œuvre.

2La thèse centrale est que les membres de la communauté villageoise, dépendante de centres où s’élabore un savoir sur elle, perçoivent leur identité à travers le prisme d’idées produites et véhiculées en dehors de sa sphère d’influence. L’ouvrage montre habilement comment la circulation d’idées, produites au niveau global, influe localement leur appropriation dans les registres de la perception identitaire.  

3L’enquête débute par une brève recension historique de la catégorie « Kabyle » et sur sa vocation à subsumer des individus qui s’y identifient. Sont énumérés les différents acteurs historiques ayant façonné à leur manière le « mythe kabyle » que les administrateurs et les officiers coloniaux transmettent au futur corps professoral kabyle du primaire et du secondaire à partir de la fin du xixe siècle. L’auteur introduit alors deux éléments contextuels transnationaux pour éclairer l’appropriation de cette catégorie par les villageois d’Ighil Oumsed. Les montées du nationalisme et du réformisme islamique à partir du second quart du xxe siècle modifient la signification de cette notion. D’un côté, l’avènement de l’indépendance avec la formation d’un État-nation, mené par un FLN étouffant toute forme de contestation, sanctionne l’établissement d’une nouvelle hiérarchie sociale dont l’élite, constituée par les moudjahidines, s’empare du pouvoir vacant. De l’autre côté, le réformisme religieux dans la région d’Akbou, qui s’illustre essentiellement par l’implantation d’écoles coraniques, concurrence les prétentions maraboutiques dans la représentation de l’Islam auprès des villageois. Les condamnations féroces de leurs superstitions et de leur compromission avec l’administration française menacent dès lors leur prestige.

4Durant cette période d’incertitudes, les stratégies individuelles et familiales, profitant des opportunités qui s’ouvrent alors, redessinent la carte des horizons biographiques. L’achat de propriété terrienne, l’investissement dans la petite industrie, le ralliement à l’administration française, l’émigration ou l’opportunité d’emplois étatiques nouvellement créés sous l’impulsion de la naissance de l’État, sont les principales options. Dans ce contexte de transition post-indépendance où l’Algérie est proclamée nation arabe et musulmane, certains villageois d’Ighil Oumsed, pensant a posteriori avoir fait le mauvais choix, estiment qu’ils sont victimes d’une spoliation de leur histoire accaparée par les cadres du parti unique. Cette soustraction soutient un sentiment d’exclusion qui structure la compréhension et l’ordonnancement du monde.

5Le prisme de la maîtrise du savoir éclaire autrement les mouvements sociaux de la Kabylie contemporaine et les relations de pouvoir au sein des communautés villageoises. Les hiérarchies tendent à s’exprimer en fonction du degré d’élargissement des connexions qui lient le village à un monde plus large. Les élites du village se présentent alors comme des chaînons intermédiaires entre la communauté villageoise et un monde globalisé que certains maîtrisent du fait de leur trajectoire personnelle et familiale. Ils s’érigent alors comme passerelles servant à franchir les différentes frontières. Tout d’abord, la frontière économique entre ceux qui bénéficient d’un réseau de parentèles dans l’immigration, pourvoyeur de biens manufacturés modernes, de transferts financiers et de modes de vie européens, et ceux qui en sont privés. Ensuite, les frontières politique et historique dans la reconnaissance et l’attribution du statut de moudjahid, et, dans le degré d’intégration au sein des cercles d’entremise des dirigeants locaux qui octroient ou refusent des faveurs – e.g. pour l’obtention d’un travail dans l’administration étatique. La frontière religieuse également, du fait de l’emprise du tissu confrérique (zawiyas) et de l’importance du cheikh dans l’accès au texte sacré. Enfin, la frontière intellectuelle et culturelle en raison de l’échec du système éducatif à partir des années 1980 et de la méfiance des jeunes à l’égard des politiques gouvernementales.

6Enfin, les mouvements sociaux et politiques des vingt-cinq dernières années en Kabylie sont analysés à la lumière de la rhétorique du discours produit en vue de la représentation de la communauté villageoise. Après les émeutes de 1988, les mouvements associatifs divers qui naissent au sein du village semblent constituer des relais entre le village et les centres de production du savoir. L’association sociale, dont les activités poursuivies lui donnent un air de famille avec l’ancienne assemblée villageoise, est une interface qui vise la représentation de la collectivité morale du village face aux instances administratives du gouvernement. L’association culturelle, écho du mouvement berbériste, étend ses ramifications jusque dans les milieux universitaires algérois et parisiens grâce au passage en prison de ses membres fondateurs. L’association religieuse, établie en tampon dans le reflux de l’islamisme grâce au contrôle exercé sur la validation des imams envoyés par le gouvernement, tente de se prémunir des influences extérieures. Finalement, le printemps noir de 2001, mouvement semi-urbain de protestation de jeunes qui ne se reconnaissent guère dans les modes de représentation du village, apparaît comme l’échec de ces groupes à relayer les doléances de la jeune génération et à canaliser leurs revendications dans des modes pacifiés d’expression de la contestation. Ce que tentera de réaliser, sans succès véritable, l’expérience des comités aârouch.

7Si l’ensemble de l’ouvrage parachève brillamment la compréhension des mouvements sociaux contemporains par le truchement d’une analyse de l’émergence de la notion de « kabylité » (kabyleness), de sa circulation dans les discours à l’échelle globale et de son appropriation à l’échelle locale, on peut s’étonner que les concepts à vocation analytique et opérant comme cheville ouvrière dans la démonstration, à savoir la connaissance (knowledge), les idées (ideas), la politique (politics), la communauté (communauty), la légitimité (legitimacy) et la représentation (representation) soient posés axiomatiquement sans jamais faire l’objet d’une définition. À un niveau plus général, on peut regretter que l’appareillage épistémologique, pierre angulaire de l’établissement de la force persuasive et de la validité argumentaire, dont il est fait un usage abondant en recourant à un ensemble de couple d’oppositions (réalité/réel vs  imaginaire/idéel ; vérité vs fausseté ; correct vs erreur ; pratique vs notionnel), ne fassent jamais l’objet d’une explicitation. En outre, subrepticement, sous la plume de l’auteur, s’immisce une conception objectiviste de la réalité sociale qui se met en quête d’une vérité historique exempte des erreurs des acteurs. C’est ainsi, e.g., que la conception géographique qui se donne à lire dans la cartographie approximative d’un des interlocuteurs devient une « erreur » au regard des cartes administratives de l’État, considérée à l’inverse comme « vraie » et « réelle ». Pour terminer, une enquête aussi soucieuse de la dimension sémantique des catégories aurait gagné à présenter les aspects méthodologiques de l’enquête, et notamment les compétences linguistiques engagées dans les interactions avec les villageois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Boukir, « Scheele Judith, Village  Matters. Knowledge, Politics & Community in Kabylia, Algeria, James Currey, 2009, 224 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6554

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page