Navigation – Plan du site
Lectures

Eddé Anne-Marie, Saladin, Éditions Flammarion, « Les Grandes Biographies », Paris, 2008, 761 p.

Abbès Zouache

Texte intégral

1À elle seule, la parution du Saladin d’Anne-Marie Eddé constitue un événement : elle marque la réconciliation des médiévistes orientalistes français avec le genre dit de la biographie historique – jusque-là, seule la figure du Prophète Muammad avait fait l’objet de biographies tout aussi savantes qu’accessibles à un large lectorat. En outre, cette parution participe du renouvellement de ce genre, dont l’université française s’est emparée depuis quelques années sans rien en céder à ses traditionnelles exigences de scientificité (Dosse, 2004). Car c’est bien là l’un des paris qu’Anne-Marie Eddé a relevé : donner accès à un lectorat nombreux, a priori non averti, à un homme, Saladin, et au monde complexe où il évoluait, tout en continuant à s’inscrire dans la perspective d’histoire totale qu’elle avait adoptée dans sa précédente somme, La principauté ayyoubide d’Alep, 579/1183-658/1260 (Stuttgart, 1999).

2Vaste projet : retracer le parcours d’un homme, traquer sa « vraie personnalité », appréhender le « ‘‘vrai’’ Saladin » (p. 11) sans jamais négliger la société, le monde, l’époque. Centrer le propos sur un homme en tenant compte de tous les autres, ceux qui lui permettent d’exister et d’agir, des individus au destin tout aussi complexe que le sien. Décrire des organisations dont il hérite, qu’il dirige ou qu’il façonne, sur lesquelles il s’appuie ou qu’il combat. Tenir compte des soldats, des hommes de foi, des artisans et des paysans sur lesquels l’équilibre de la société repose, sans lesquels il ne pouvait mener ses projets à bien. Écouter - lire plutôt - ses secrétaires et amis, propagandistes passionnés ou administrateurs chevronnés (al-Qâî al-Fâil ; al-‘Imâd al-Ifahânî ; Bahâ al-dîn Ibn Shaddâd), qui l’entourèrent, le soutinrent et le guidèrent, et dont les témoignages - lettres, traités ou chroniques - constituent des sources précieuses, indispensables à l’historien, dès lors confronté à l’épineux problème d’y distinguer ce qui relève de la « réalité » et ce qui n’est que propagande. Les lire avec distance, car « la représentation de Saladin [est] inséparable des sources qui en parlent » (p. 13). Travailler donc tout à la fois - et Anne-Marie Eddé le fait avec brio -, sur le factuel et sur les stratégies rhétoriques.

  • 1  Cf. aussi p. 111, à propos du lâchage, par Saladin, de Qarâqûsh, qui combattait en son nom en Afri (...)

3Pour réaliser ses ambitions totalisantes, l’auteure pouvait s’appuyer sur sa connaissance très fine de la période et sur une très riche historiographie de Saladin, dont se détache, publiée en 1982, une excellente biographie, par Donald P. Jackson et Malcom Lyons. Elle chemine patiemment sur leurs traces, en tentant de montrer à son tour, avec Jacques Le Goff (1996) et malgré Pierre Bourdieu (1994), qu’écrire une biographie historique n’est en rien illusoire. Sans aucunement se bercer d’illusion : chaque page, chaque réflexion sur un événement et sur son interprétation confirment à quel point il est vain de s’interroger sur les intentions de Saladin, bien souvent « à jamais insondables » (p. 57)1. C’est d’ailleurs bien plutôt aux « représentations » et aux « images », aux « discours » qu’elle se consacre, afin de retrouver « sur quels arguments se sont développés sa propagande sur sa légende » (p. 19). Une propagande et une légende si prégnante, au fond, qu’il est bien difficile de les distinguer de l’homme. Difficile mais non impossible : « au fil des pages, est apparu un Saladin qui n’était pas qu’une image » (p. 583, conclusion).

4Questions de méthode. La question des sources est fondamentale, concernant un homme dont on a fait un monument, au fil des siècles. Multiples - textuelles, archéologiques, iconographiques - orientées et souvent thuriféraires, elles sont rapidement présentées en introduction et toujours utilisées avec la plus grande prudence. L’extrait suivant, où Anne-Marie Eddé tente de retrouver « l’éducation littéraire et religieuse » de Saladin, nous semble particulièrement révélateur de la mise à distance permanente qu’elle s’impose. Narration au passé et multiplication des modalisateurs permettent de proposer un discours aussi prudent que cohérent :

 «  Il apprit, très probablement dès son plus jeune âge, à lire et à écrire en arabe, ainsi que l’attestent certaines lettres écrites plus tard de sa main. Parlait-il le kurde ? C’est probable, en famille tout au moins ou entre officiers kurdes. Il semble avoir eu aussi quelques notions de persan, comme en témoigne ‘Imâd al-Dîn qui dit lui avoir soufflé dans cette langue, lors d’un conseil, l’attitude à adopter à l’égard d’un imâm indélicat. Si nous ne pouvons dater avec précision le début de son intérêt pour les sciences religieuses et les lettres, nous savons que, dans sa jeunesse, il suivit les cours d’un juriste chafiite réputé, originaire d’Iran, qui enseigna, à partir de 1145, à Damas et à Alep. »

  • 2  Aperçu de cette production dans ‘Awa, 1996 ; Chamberlin, 2007 ; Zouache, 2010a et b.

5Contrairement à ce que leurs titres laissent penser, les trois premières parties (« i. L’ascension », p. 23-82 ; « ii. Le sultan », p. 83-198 ; « iii. Le jihad, p. 199-387 ») ne suivent pas l’ordre des événements, et les trois suivantes (« iv. Dans la vie de tous les jours », p. 389-426 ; « v. Le gouvernement », p. 427-525 ; « vi. La légende », p. 537-582) ne sont pas strictement thématiques. Mêmes les pages où sa carrière est plus classiquement racontée (p. 33-111, ses premiers pas jusqu’à la mort de Nûr al-dîn, en 1174 ; p. 234-241, années 1174-1185 ; p. 241-320, récit de ses luttes contre les Francs) mêlent étroitement mode narratif et mode discursif, toujours avec le souci de repérer, comme nous l’avons déjà dit, « sur quels arguments se sont développés sa propagande puis sa légende » (p. 19 donc). Constante des collections destinées à toucher un large public, les notes, nombreuses et riches, sont reléguées en fin d’ouvrage (p. 591-698), seul bémol d’une édition par ailleurs agrémentée d’une chronologie (p. 699-706), d’une annexe fort bienvenue sur « L’historiographie de Saladin » où il est aussi question d’une production arabe contemporaine foisonnante et peu connue des chercheurs occidentaux2, enfin d’une bibliographie sélective (p. 717-732) et d’un index (p. 732-755).

6Le Saladin d’Andrew Ehrenkreutz (Albany, New York, 1972) avait marqué son temps en ce qu’il rompait avec l’image lisse du grand homme que Stanley Lane-Poole (1898) et Hamilton A. R. Gibb (1952) avaient diffusée, sous l’influence directe ou indirecte de The Talisman, publié en 1825 par Walter Scott, ce père tutélaire du romantisme européen. Il en avait fait un homme ambitieux, un anti-héros finalement surtout occupé à assouvir ses besoins de conquête, un politique habile et non un réel défenseur de la foi. Se voulant plus mesurés et plus détachés des enjeux mémoriels qui, finalement, s’étaient imposés à Andrew Ehrenkreutz, David E. P. Jackson et Malcom C. Lyons avaient décrit un parcours moins linéaire, celui d’un homme du « juste milieu » (« the middle ground ») au pouvoir mal assuré ou, plutôt, souvent menacé, n’ayant pas su ou pu s’appuyer sur une armée suffisamment solide pour en faire un réel bâtisseur d’empire. Au prix sans doute d’une densité qui impose à son lecteur une attention de tous les instants – c’est le prix à payer de la complexité-, Anne-Marie Eddé dresse de Saladin un portrait plus dépassionné encore, que l’on pourrait qualifier de pointilliste tant il s’affine au fil de l’ouvrage, tant les tâches de peinture s’accumulent, chacune se surimposant sur la précédente sans jamais réellement l’effacer, éduquant patiemment au regard jusqu’au moment où les contours du visage s’éclairent et les traits se révèlent – le personnage semble alors à nu.

7Ambitieux ? Certes Saladin le fut. Comment aurait-il pu, sinon, s’imposer à des hommes si nombreux et à des territoires si vastes, alors qu’à son arrivée au pouvoir, les armées étaient composées « d’une majorité d’esclaves et de mercenaires qui rêvaient d’ascension sociale » (p. 29), tous pouvant « espérer devenir un jour des émirs, c'est-à-dire des chefs militaires, et même de hauts dignitaires proches du calife » (p. 29-30) ? Différence essentielle, croyons-nous, avec la situation qui prévalait dans la chrétienté occidentale, où les liens qui unissaient vassaux, seigneurs et rois étaient plus solides, même s’ils n’interdisaient pas les révoltes et autres crises politiques.  Ambitieux et opiniâtre, assurément – la liste de ses opposants ne peux qu’impressionner, jusqu’au calife abbasside al-Nâir li-dîn Allâh, dont il n’obtint jamais la caution que son prédécesseur al-Mustadî’ lui avait accordée (« La caution du calife », p. 112-126).

  • 3  Voir aussi p. 29-30, où l’auteure tente d’expliquer la prégnance de la violence politique, « dans (...)

8Violent et même impitoyable, à l’occasion, jusque « dans les châtiments qu’il imposa à ses ennemis prisonniers » (p. 194) ? Mais la violence n’était-elle pas « inhérente au monde dans lequel il vivait » (p. 194)3? Cette violence « en principe limitée par la loi religieuse que le souverain plus que tout autre se devait de respecter » (p. 194) ne relevait-elle pas de règles spécifiques ? Saladin ne savait-il pas, lorsqu’il le jugeait nécessaire, faire preuve de clémence et de magnanimité, à l’égard de prisonniers comme, plus généralement, de tous ses ennemis, mêmes Francs – à tel point que sa « courtoisie et sa magnanimité furent les thèmes principaux de la légende qui se développa autour de son image en Occident ».

  • 4  Cf. aussi p. 65, à propos de la fin des Fatimides en Égypte : « De tous ces événements, il faut su (...)

9Pondéré, prudent et pragmatique, veillant à « combiner pression militaire et diplomatie habile » (p. 140), ce qui explique sans doute que « […] sa politique intérieure et extérieure, à l’égard des musulmans comme à l’égard des Francs, fut le plus souvent caractérisée par une attitude de prudence, de consultation et de négociation » (p. 135)4. C’est ainsi qu’il faut considérer, malgré Ibn al-Athîr, l’un des rares chroniqueurs à ne pas céder au dithyrambe (mais il servait ses ennemis, les Zangides), qu’ « en réalité, à aucun moment Saladin n’a souhaité attaquer Nûr al-Dîn de front » (p. 81). Sur le plan militaire même, « à plusieurs reprises, Saladin préféra contourner des villes ou des forteresses réputées inexpugnables (Mossoul en 1183, le Crac des Chevaliers, Tripoli et Antioche en 1188) pour aller s’emparer de places fortes moins bien défendues » (p. 342). Même constat, à propos de la résistance d’Alep, après la mort de Nûr al-dîn : « il aurait pu s’imposer par la force, mais au prix d’un siège long et coûteux, une tactique qu’il privilégia rarement au cours de sa carrière » (p. 91). Cela signifie-t-il qu’« il était un excellent chef d’armée et un vrai meneur d’hommes, toujours prêt à prendre le commandement des troupes » (p. 400) ? Peut-être, même si cela peut prêter à discussion (D. E. P. Jackson et M. C. Lyons le pensaient quant à eux « a good, but not a great, strategist and tactician », p. 373) : il commit des erreurs tactiques et stratégiques (Anne-Marie Eddé en fait état), et un minutieux réexamen de chacune de ses campagnes militaires montrerait sans doute que, dans ce domaine également, les sources ne permettent pas toujours de faire la part entre le factuel et ce qui relève de la propagande.

  • 5  Humphreys, 1977, p. 69 : « Saladin inherited the tradition of collective familial sovereignity fro (...)

10Prudent et patient, privilégiant, par exemple, en Égypte, lors de l’extinction du califat fatimide, « le changement par étapes et la consultation des milieux religieux », y appliquant une politique de petit pas « pour se faire accepter » (p. 65). Pour autant, « dans sa méthode de gouvernement, il privilégia la prudence et la négociation », mais sans s’interdire, lorsque cela servait ses intérêts, d’avoir « recours à la violence pour venir à bout de ses adversaires » (p. 128-129). Il lui fallait, pour cela, s’appuyer sur des hommes et des structures. Avant tout les membres de sa famille, à qui il distribua très tôt des commandements et des iqâ‘, créant une vaste confédération familiale, dans la droite ligne des Seldjouqides et des Zangides – en cela, ainsi que le soulignait déjà avec force R. Stephen Humphreys en 1977, Saladin était un héritier5.

  • 6  Cf. aussi p. 336, inséré dans un long et important passage sur les couleurs des bannières de Salad (...)

11Héritier de traditions multiples, arméniennes, kurdo-iraniennes, arabes et turques, Saladin sut surtout s’adapter aux structures en place. En Égypte tout particulièrement, qui lui fournit une « organisation administrative bien structurée qu’il se contenta d’adapter aux besoins croissants de son armée » (p. 488), reprenant « intelligemment » à son service d’anciens fonctionnaires et d’anciens soldats fatimides6. Il n’y prit pas moins des mesures économiques, administratives et fiscales importantes (l’établissement d’un nouveau cadastre ; la réorganisation de l’iqâ‘). De même, ses grands travaux (la muraille et la citadelle du Caire) modelèrent pour longtemps la capitale égyptienne. Mais ses ambitions territoriales, ses campagnes incessantes et sa générosité particulièrement dispendieuse semblent confirmer, chez lui, ce dont témoignent « les anecdotes rapportées par ses panégyristes pour faire l’éloge de sa générosité » : « une absence totale de prévoyance dans la gestion du budget » (p. 497, « Un budget difficile à équilibrer »). D’ailleurs, il échoua à mettre en place des structures politiques qui lui survécurent. Il constitua un empire, mais ne sut construire un État.

  • 7  « Car en Islam comme dans d’autres civilisations, l’image du prince pieux et austère est aussi cel (...)

12Question de méthode, écrivions-nous : c’est que l’exercice est périlleux, le risque de confondre l’homme et l’image toujours prégnant, cette image de souverain idéal musulman que la propagande de Saladin parvint sans trop de difficulté à imposer (c’est qu’il avait libéré Jérusalem). Un homme qu’Anne-Marie Eddé va aussi et surtout observer « dans la vie de tous les jours » (très belle quatrième partie). Elle met alors la générosité de Saladin en perspective, ainsi que sa charité et sa piété : tout au long de sa vie, il multiplia les actes de piété, et en fit évidemment publicité, d’autant plus qu’il ne se fit jamais pèlerin (à la Mecque). Par certains côtés de sa personnalité, il semble aussi avoir apprécié une vie simple et même austère – mais à nouveau, l’image semble à tel point se confondre avec la « réalité » qu’elle en devient suspecte7. Cette vie, lorsqu’il n’était pas sur les routes, à guerroyer ou à chasser (activité qu’il appréciait, particulièrement la chasse au faucon, comme nombre de ses contemporains), il aimait la passer à Damas, qu’il préférait au Caire, entouré, notamment, de médecins. Car Saladin souffrit longtemps (« Saladin et la souffrance », p. 416-426) physiquement (de furoncles et de ce qui semble avoir été une maladie du système digestif), et dignement. Il surmonta aussi des épreuves morales, exprimant alors sa douleur par des larmes : « il était facilement ému aux larmes », dont Anne-Marie Eddé rappelle qu’elles n’étaient pas réservées aux femmes, au Moyen Âge ; bien au contraire, « elles faisaient partie du langage social, accompagnant et parfois supplantant la parole » (p. 420).

13On le voit, on est loin des questions normatives, déjà longuement traitées (Hillebrand, 1999 : 185-188) et auxquelles l’auteure ne néglige pas de répondre rapidement, sur la sincérité du jihad de Saladin et sur sa justification des combats nombreux qu’il mena contre ses adversaires musulmans. On est loin, également, de la stricte division que les historiens avaient pris l’habitude d’effectuer entre le « Saladin historique » et le « Saladin légendaire » : à juste titre, Anne-Marie Eddé met constamment la légende en situation. Légende en Occident ; mythe, plutôt, en Orient :

« J’emploie ici le terme de mythe plutôt que de légende car, contrairement à la légende occidentale qui s’élabora à partir d’un corpus de textes précis, de récits qui amplifiaient, transformaient ou déformaient des faits réels pour éduquer ou distraire un public populaire, le mythe de Saladin dans les pays arabes s’apparente davantage à une construction politique qui interprète de manière libre et subjective une réalité historique afin de l’adapter à une situation donnée » (p. 575). 

14Un mythe mouvant et à étudier en tant que tel ; une documentation récente d’autant plus importante que l’historiographie arabe des croisades a continué à exploser, depuis le début du nouveau millénaire, attend encore ses analystes.

15Un tableau ne se limite pas à ce que l’on y voit ; il donne à réfléchir, invite aux correspondances et stimule la création. C’est ainsi qu’il faut voir le Saladin d’Anne-Marie Eddé : comme l’une de ces sommes dont les médiévistes auront tout le loisir, ensuite, de s’inspirer. L’on ne peut que souhaiter qu’un tel livre soit suivi d’autres biographies savantes, en français, des figures majeures de l’histoire du monde arabo-musulman médiéval.

Haut de page

Bibliographie

wa Mu’nis, 1996, Fuûl biblîuġrâfiyya fī ta’rîkh al-urûb al-alîbiyya, Le Caire.

alâ al-dîn bayn al-ta’rî wa l-usûra, 2008, Le Caire.

Chamberlin J. M., 2007, Imagining Defeat : an Arabic Historiography of the Crusades, Thesis, Naval Postgraduate School.

Bourdieu Pierre, 1994, « L’illusion biographique », Actes RSS 62/63, p. 69-72 

Dosse François, 2004, Le pari biographique. Écrire un vie, Paris, La Découverte.

Humphreys R. Stephen, 1977, From Saladin to the Mongols : the Ayyubids of Damascus, 1193-1260, State University of New York Press.

Gibb Hamilton A. R., 1952, « The Achievement of Saladin », Bulletin of the John Rylands Library 35, p. 44-60.

Hillenbrand Carole, 1999, The Crusades. Islamic Perspectives, Edinburgh.

Lane-Poole Stanley, 1898, Saladin and the Fall of the Kingdom of Jerusalem, Londres.

Le Goff Jacques, 1996, Saint Louis, Gallimard, Paris.

Lyons Malcom et Jackson Donald E. P., 1982, Saladin. The Politics of Holy War, Cambridge University Press, Cambridge.

Zouache Abbès, à paraître, « Saladin, l’histoire, la légende », in D. Aigle et K. Zakharia (éd.), Actes du Colloque Le Bilâd al-Shâm face aux mondes extérieurs (xie-xive siècle). La perception de l’autre et la représentation du souverain. Approches textuelles et iconographiques, Ifpo, Damas.

— à paraître, « Écrire l’histoire des croisades, aujourd’hui, en Orient et en Occident », in D. Koeniget alii (éd.), Actes du Colloque Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Institut historique allemand de Paris.

Haut de page

Notes

1  Cf. aussi p. 111, à propos du lâchage, par Saladin, de Qarâqûsh, qui combattait en son nom en Afrique du nord : « Faut-il pour autant parler de cynisme de Saladin qui aurait sacrifié un fidèle lieutenant pour obtenir le soutien armé des Almohades ? Sans doute on ne connaîtra jamais ses motivations réelles » ; p. 202, à propos de sa propagande sur l’absolue nécessité d’unifier les musulmans, en priorité : « Aussi, plutôt que de nous interroger vainement sur la nature de ses intentions […] » ; p. 583, en conclusion : « Aussi la question de sa sincérité restera-t-elle à jamais controversée, les discours, les gestes et les émotions que lui prêtent les textes médiévaux étant le plus souvent destinés à montrer que sa conduite était conforme à l’idée que l’on se faisait alors du souverain idéal ».

2  Aperçu de cette production dans ‘Awa, 1996 ; Chamberlin, 2007 ; Zouache, 2010a et b.

3  Voir aussi p. 29-30, où l’auteure tente d’expliquer la prégnance de la violence politique, « dans les États du Proche-Orient en cette première moitié du xiie siècle », qu’elle lie notamment à la question fondamentale, à notre sens, de la légitimité des souverains.

4  Cf. aussi p. 65, à propos de la fin des Fatimides en Égypte : « De tous ces événements, il faut surtout retenir la prudence avec laquelle, une fois de plus, Saladin avait atteint son objectif, en privilégiant le changement par étapes et la consultation des milieux religieux ».

5  Humphreys, 1977, p. 69 : « Saladin inherited the tradition of collective familial sovereignity from the political experience of his ancestors in Armenia and from Seljukid-Zangid practice in Syria and the Jazira ».

6  Cf. aussi p. 336, inséré dans un long et important passage sur les couleurs des bannières de Saladin (le jaune et le rouge) : « Le système politique, militaire et institutionnel des Fatimides influença dans plus d’un domaine son gouvernement » ; p. 521, à propos cette fois des « traités avec les villes italiennes » : « Saladin ne fit que poursuivre, dans ce domaine comme en d’autres, la politique de ses prédécesseurs fatimides et s’efforça de maintenir de bonnes relations avec les villes de Venise, Pise en Gênes ».

7  « Car en Islam comme dans d’autres civilisations, l’image du prince pieux et austère est aussi celle du souverain idéal » (p. 414).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abbès Zouache, « Eddé Anne-Marie, Saladin, Éditions Flammarion, « Les Grandes Biographies », Paris, 2008, 761 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6556

Haut de page

Auteur

Abbès Zouache

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page