Navigation – Plan du site

La fille du meunier et l’épouse du gouverneur d’Adana

L’histoire d’un cas d’imposture au début du xviiie siècle**
The miller's daughter and the wife of the governor of Adana (A story of deception in the early eighteenth century)
Işık Tamdoğan

Résumés

À partir d’un procès, aux enjeux et aux formes juridiquement remarquables, qui s’est déroulé dans la ville d’Adana en 1700, cet article met au jour et analyse un cas d’imposture au centre duquel se trouve posé un ensemble de questions relatives aux modalités d’identification d’une personne, de reconnaissance et de recouvrement de son identité. À partir d’un cas singulier, l’auteur observe les conditions pouvant mener à la perte de son identité nominale et de ses statuts initiaux (le passage notamment au statut d’esclave) ou inversement les ressources sollicitées pour prouver qui l’on est. Les silences et les points obscurs dans l’énoncé du procès comme dans la nature du verdict suggèrent que, dans l’usage qu’ils font de l’institution judiciaire, les protagonistes sont mus par des intentions plus complexes que ce que permet de restituer l’acte consigné dans le registre du tribunal.

Haut de page

Texte intégral

  • * * Je tiens tout particulièrement à remercier Yavuz Aykan pour son aide, ses critiques et suggestion (...)

1La justice des cadis ottomans opérait une classification sociale à travers un vocabulaire stéréotypé (mentionnant le statut, le sexe, le titre, la confession, le métier etc. des individus), selon lequel les personnes se présentant à l’assemblée du cadi étaient identifiées. L’identification servait certes à départager les droits et responsabilités des parties prenantes, puisque ceux-ci dépendaient du statut des individus. Les personnes libres n’étaient pas soumises aux mêmes obligations ou sanctions que celles qui avaient le statut d’esclave, les sujets musulmans avaient des droits légaux qui différaient de ceux des non-musulmans (appelés zimmî) et les femmes n’étaient pas soumises aux mêmes règles juridiques que les hommes. Ainsi, on peut dire que l’office du cadi en tant qu’administration, effectuait une identification des individus en tant qu’observateur, dans le sens donné à ce terme par Béatrice Fraenkel (2007 : 279).

  • 1 Plusieurs études vont au-delà du clivage entre l’État et la société, comme l’a souligné Vincent Den (...)

2Pourtant l’identification des individus ne s’opérait pas uniquement entre deux parties (observateurs et observés). L’identification des femmes - parties prenantes au procès - par des témoins semble relever d’une procédure particulière. Dans ce cas, le tribunal du cadi cherche à certifier l’identité des femmes, en général par deux témoins. On assiste alors à une interaction entre l’administration et la société1, où les membres de cette dernière deviennent acteurs dans le processus de l’identification des individus devant le tribunal. Par ailleurs, l’identification des individus pouvait constituer l’objet même d’un litige, d’une situation conflictuelle. Cela était le cas, lorsqu’il s’agissait de certifier le statut des individus libres, qui auraient été traités comme esclaves par exemple, et plus largement lorsqu’une personne voulait se faire passer pour une autre. Devant les tribunaux des cadis ottomans du xviiie siècle, ce type de conflits était également résolu par l’identification des individus - à l’identité incertaine - par des témoins.

  • 2 La hüccet (minute de procès enregistrée dans les registres des cadis et dont une copie était donnée (...)

3Les procédures de l’identification des individus devant les tribunaux des cadis seront observées ici à travers de telles situations conflictuelles. Plusieurs registres de cadi du xviiie siècle (d’Üsküdar et de la ville d’Adana) constituent la documentation de base de cette étude. Le cas litigieux d’une femme du nom d’Ayşe, qui comparut devant le tribunal du cadi de la ville d’Adana, nous servira de fil d’Ariane2.

Les péripéties d’Ayşe 

  • 3 Dans le document aucune indication n’est donnée quant aux dates précises des différents événements. (...)
  • 4 Au moment de ces faits, Tarsus est une circonscription dans la province d’Adana.
  • 5 Dans le texte : « cariyedir deyü bey’ edüb ».
  • 6 Le titre de çorbacı indique que Hüseyin était affilié au corps des Janissaires.
  • 7 Le dellalbaşı était le chef des crieurs publics ou des courtiers.

4Vers la fin du mois de mai de l’année 1700, une femme nommée Ayşe Nene vient au tribunal du cadi de la ville d’Adana, plaider contre Dülkadirli Mehmed Pacha qui est alors le gouverneur (vali) de la province d’Adana. L’accusation d’Ayşe Nene concerne sa fille Ayşe (portant le même nom que sa mère) qui se trouverait, au moment de ce procès, sous le toit du gouverneur. La hüccet (minute de procès) qui résume le procès, commence par la déclaration d’Ayşe Nene qui y conte la longue histoire de sa fille Ayşe. Selon sa déclaration, Ayşe serait sa propre fille, née à Adana dans le quartier de Sugediği et dont le père serait son époux, un certain feu Değirmenci [i.e. meunier] Deli Ali. Ayşe Nene déclare devant le tribunal avoir marié précédemment3 sa fille à un certain Çavuşoğlu Irgad Deli Ali fils de Molla Halil dans la ville d’Adana. Ce premier époux – qui est présent au tribunal lors de cette audience — aurait répudié Ayşe et l’aurait donnée en mariage à un certain Kürd Ali [i.e. Ali le kurde] habitant dans la circonscription de Tarsus4. Ce deuxième époux aurait emmené Ayşe dans la ville de Karaman où il l’aurait répudiée et vendue en disant « c’est une esclave »5, à un certain Ibrahim agha. À son tour, Ibrahim ağa aurait vendu Ayşe, toujours à Karaman, à un certain Hüseyin çorbacı. Ce Hüseyin çorbacı6 aurait emmené Ayşe à Chypre où il l’aurait vendue à un certain dellalbaşı7 nommé Kazıkçı el-hacc Ibrahim, résidant de la ville de Damas. Voici la déposition de Ayşe Nene :

« Quand la femme nommée Ayşe Nene fille de (…) koca et qui est des habitants du quartier de Mestanzade de la ville d’Adana est venue à l’Assemblée sacrée, elle a accusé en sa présence son excellence l’heureux Zülkadirli Mehmed Paşa et a déclaré ce qui suit :

« La nommée Ayşe hatun ici présente à l’Assemblée sacrée est ma propre fille, née du lit de mon feu époux le meunier Deli Ali. Son propre nom est Ayşe, le nom de son père est Deli Ali et le nom de son grand-père est Ayntablı Hamza çavuş. Il y a quelque temps je l’ai donnée en mariage à Irgad Deli Ali connu sous le nom de Çavuşoğlu fils du molla Halil, ici présent. Celui-ci, après l’avoir répudiée, la donna en mariage au nommé Ali le kurde qui est un timariote de Tarsus. Ce dernier emmena la susnommée à Karaman et après l’avoir répudiée il la vendit à Ibrahim ağa qui est le beau-frère de Ibrahim Çavuşoğlu Mehmed ağa, disant « c’est une esclave ». Ce dernier la vendit, toujours à Karaman, au çorbacı Hüseyin qui l’emmena à Chypre et la vendit au Dellalbaşı [chef des crieurs publics] connu sous le nom de Kazıkçı el-hacc Ibrahim, à présent résident de Damas mais originaire de la ville d’Anteb. Alors qu’elle était au service du susnommé el-hacc Ibrahim, certains pèlerins de la ville d’Adana qui se rendaient au pèlerinage cette année-ci, la virent et informèrent mensongèrement [hilaf-i inha] qu’elle était la femme de son excellence susmentionnée, Fatma fille d’Abdullah fils de Mustafa connu sous le nom de Koca Halil, précédemment décédée par noyade. Son excellence susmentionnée envoya alors des hommes qui interrogèrent ma fille Ayşe à leur arrivée à Damas la sacrée. Celle-ci à son tour, fit valoir son témoignage en tant que preuve pour sa contestation, disant « je suis la dite Fatma, épouse de l’excellence susmentionnée ». Ils (i.e. les hommes du gouverneur) lui offrirent de l’acheter [ahz ihsan] supposant qu’elle était la défunte susmentionnée Fatma. Je demande que l’interrogatoire soit fait et que la chéria soit appliquée ».

  • 8 Dans le texte : « garîketen fevt olmuş olan ». Cette expression rend le décès de Fatma, épouse du g (...)
  • 9 Dans le texte : « ikame-i beyyine etmekle ».
  • 10 Dans le texte : « ahz ihsan etmişlerdir ».

5Selon la déposition de sa mère, Ayşe aurait alors été emmenée à Damas, après deux mariages et trois ventes successives, par lesquels elle se serait trouvée dépourvue de son statut de femme libre et esclave du dellalbaşı Kazıkçı el-hacc Ibrahim. C’est alors qu’elle se trouvait au service d’el-hacc Ibrahim à Damas que certains pèlerins d’Adana se rendant au pèlerinage, auraient aperçu Ayşe. Ces pèlerins de la ville d’Adana auraient pris Ayşe pour Fatma, la défunte épouse de Mehmed Pacha, gouverneur d’Adana, qui serait morte par noyade8. Quand ils retournèrent dans la ville d’Adana, ces pèlerins auraient averti le gouverneur, qu’ils avaient aperçu son épouse Fatma à Damas. Le gouverneur Mehmed Pacha aurait alors envoyé des hommes à Damas, qui interrogèrent Ayşe. Cette dernière aurait réussi à prouver9 qu’elle était réellement Fatma, l’épouse du gouverneur d’Adana. Sur ces entrefaites, les hommes du gouverneur auraient permis la libération10 de Ayşe – étant convaincus qu’elle était Fatma, l’épouse de Mehmed Pacha. À la fin de sa déposition, Ayşe Nene demande alors que l’interrogatoire soit conduit et que le nécessaire, selon la loi canonique, soit exécuté.

  • 11 Sayyid : individus se réclamant de la lignée du Prophète. Statut qui leur donnait certains droits.
  • 12 Tout à l’inverse de ce qui fut le cas pour l’épouse du fameux Martin Guerre. Qui soutint reconnaîtr (...)

6C’est un cas d’imposture qui se présente ici au tribunal du cadi d’Adana. Les cas d’imposture obligeant les tribunaux des cadis à établir l’identité d’un individu ne sont pas inconnus dans les sources juridiques musulmanes. Bernard Haykel en a étudié un qui s’est présenté au Yémen au xviiie siècle. Un barbier, nommé Ahmed Sa’sa’a, voulait se faire passer pour Muhammad bin Husayn, un sayyid 11 qui aurait été absent de sa ville et de son foyer pendant vingt ans. C’est avec succès, appuyé par le témoignage de personnes importantes de la famille de l’absent - y compris sa mère - que le barbier Ahmed réussit à prendre la place de Muhammad bin Husayn et à profiter de la fortune de ce dernier. Pourtant, l’épouse de l’absent ne voulant pas reconnaître le barbier comme son mari12, c’est dans un deuxième temps que l’imposture de Ahmed Sa’sa’a fut dévoilée (Haykel, 2002).

  • 13 Dans le texte nous lisons : « Après l’interrogatoire et dénégation, on demanda à la plaignante Ayşe (...)

7Quant à Ayşe, plusieurs aspects de ce procès restent dans l’ombre. Il s’agit d’une femme libre qui aurait été vendue comme esclave (cariye) par son deuxième mari. À partir de ce moment le statut d’Ayşe aurait donc basculé. En somme, elle aurait été deux fois mariée et trois fois vendue comme esclave. Et les péripéties de cette aventure auraient conduit cette femme d’Adana à Tarsus, puis à Karaman, Chypre, et finalement à Damas. C’est lors de son séjour à Damas que des habitants de sa ville d’origine (i.e. Adana) crurent reconnaître en sa personne la défunte épouse Fatma, du gouverneur d’Adana, Mehmed Pacha. À partir de cet épisode Ayşe se munit délibérément de l’identité de Fatma et arrive, par ce moyen, à retrouver son statut de femme libre et à se mettre sous la protection du gouverneur d’Adana. C’est ce dernier d’ailleurs qui est l’accusé principal lors du procès initié par la mère d’Ayşe. La suite du document nous apprend que Mehmed Pacha dénie l’accusation formulée par la mère de Ayşe13. Sur quoi le cadi demande à la plaignante (i.e. Ayşe Nene) d’appuyer son accusation par des preuves.

L’identification de Ayşe

8Reprenons le cours du procès. Après la dénégation par Mehmed Pacha des faits avancés contre lui, le cadi demande à la mère de Ayşe d’apporter des preuves pour soutenir son accusation. Ce sont alors 136 témoins qui comparaissent devant le tribunal du cadi pour identifier Ayşe. Cent douze hommes et vingt-quatre femmes de quatre quartiers différents, dont le quartier de naissance d’Ayşe, sont mobilisés. Le témoignage de ces personnes est résumé en une seule déclaration commune.

« Effectivement, cette femme de taille moyenne, nommée Ayşe, qui est unique et que l’on voit ici présente à l’Assemblée sacrée est la propre fille du Meunier Deli Ali qui mourut alors qu’il était résident dans le quartier de Sugediği et également la propre fille de cette Ayşe ici présente. Son nom est Ayşe, celui de son père Deli Ali et celui de son grand-père Hamza çavuş d’Anteb. Son lieu de naissance est le quartier de Sugediği. Dans le passé la mère d’Ayşe, la nommée Ayşe Nene la donna en mariage à Irgad Deli Ali fils de Molla Halil connu sous le nom de Çavuşoğlu ici présent. Celui-ci, après l’avoir répudiée, la donna en mariage au sipahi Ali le kurde qui fait partie des timariotes de Tarsus. Ce dernier la vendit à autrui à Karaman disant « elle est mon esclave ».

Le père de Fatma, l’épouse défunte de l’excellence susmentionnée, est Abdullah, connu sous le nom de Kocaçelebi et le nom de son grand-père est Mustafa et celui de sa mère Hayrülnebat, son lieu de naissance est le quartier de Durmuşfakiye. En conséquence, la susmentionnée Ayşe est bien la fille du Meunier Deli Ali et il est bien connu de tout le monde que c’est Fatma fille de Koca Halil qui fut l’épouse du gouverneur susmentionné. Nous sommes témoins de ces faits et pouvons en témoigner. »

  • 14 Dans le texte : « Orta boylu Ayşe nâm hatun ».

9Il est frappant que la déposition des témoins commence par une identification de Ayşe formulée de la manière suivante : « Cette femme de taille moyenne, nommée Ayşe, qui est unique et que l’on voit ici présente… »14. Un tel signalement n’est effectué que dans le cas d’esclaves. Evoquant la « taille moyenne » de Ayşe, le scribe du tribunal semble déjà la placer dans cette dernière catégorie. Les témoins attestent que Ayşe, présente à l’audience est bien la fille de Ayşe Nene, qu’elle naquit à Adana et que son père était bien le Meunier Deli Ali. La déclaration des témoins reprend certes tous les points de la déposition de la mère de Ayşe mais s’arrête à la vente de celle-ci par son second mari à Karaman. L’absence de toute déclaration au sujet du séjour de Ayşe à Damas, laisse à penser que leur témoignage porte seulement sur l’identification de cette dernière. Lors de cette audience, il est essentiellement question de savoir si cette femme présente au tribunal est bien Ayşe, la fille de la plaignante Ayşe Nene, ou plutôt la défunte femme du gouverneur, la nommée Fatma. Aucun commentaire n’est fait par les témoins sur le fait qu’à Damas, Ayşe avait déclaré qu’elle était Fatma, l’épouse du gouverneur — ce qui faisait de sa première déclaration un mensonge, — ni sur le fait que les hommes du gouverneur étaient venus la chercher à Damas et lui avaient permis de regagner sa liberté. Les mêmes témoins attestent en outre que la défunte épouse du gouverneur Mehmed Pacha était une nommée Fatma qui était également née à Adana dans le quartier (mahalle) de Durmuş Fakı. La déclaration des témoins insinue ainsi que Ayşe n’était nullement Fatma, l’épouse du gouverneur.

10Sur ces faits, Ayşe comparaît elle-même devant l’Assemblée. Dans le compte rendu du procès nous lisons :

  • 15 Notre traduction est ici fidèle au texte original : on y passe d’un discours à la première personne (...)

« On fit venir la susdite Ayşe fille de Deli Ali qui avoua de son propre gré ce qui suit : Effectivement, je suis la fille du Meunier Deli Ali et de la plaignante Ayşe Nene, que son grand-père était (sic)15 Hamza çavuş d’Anteb, que son lieu de naissance était le quartier susmentionné, qu’elle n’était pas l’épouse du gouverneur susnommé et que de manière claire elle était la cause du différend ».

  • 16 Dans le texte: “sahib-i vaka’”.

11Ayşe reconnaît ainsi qu’elle est bien la fille de Ayşe Nene et du feu meunier Deli Ali, qu’elle est née à Adana et qu’elle n’est pas Fatma, l’épouse du gouverneur d’Adana. Elle avoue être la cause de ce différend16 et elle reconnaît ainsi avoir menti lors de sa déclaration à Damas. Suite à cette déclaration et cet aveu, le scribe du tribunal d’Adana note :

  • 17 Dans le texte : “kitab-ı muteberaat”, littéralement “d’illustres livres”. Cette expression signifie (...)
  • 18 Dans le texte : « makbule olmayub lagv olmağın ».

« Ainsi il fut clair et évident que la preuve avancée par la susdite Ayşe à Damas était de l’ordre du mensonge bien connu parmi la population et partant, non recevable d’après le livre respectable17. En conséquence celle-ci (i.e. la preuve) fut annulée18 et on ordonna au gouverneur susmentionné de lever sa main de la susdite (i.e. Ayşe) ».

  • 19 Au sujet des enquêtes d’honnêteté (appelées ta’dil et tezkiye) menées au sein du voisinage et de l’ (...)

12Il est à noter que parmi les 136 témoins, ne figure aucune personne du quartier de naissance de Fatma. Nous remarquons pourtant, par l’intervention des témoins, l’importance qu’avait l’inscription des individus dans une communauté ou un réseau social. Ce sont des personnes appartenant à l’une ou à l’autre qui souvent certifient l’identité des individus. En l’absence de tout papier d’identité, les personnes faisant partie des réseaux sociaux d’un individu et souvent ses voisins de quartier (mahalle) étaient en mesure de l’identifier19.

  • 20 Au sujet de l’identification des femmes par le tribunal des cadis, voir aussi l’étude de Mathieu Ti (...)
  • 21 Dans un registre de cadi d’Üsküdar, 32 femmes sur un total de 57 sont identifiées par des témoins ( (...)
  • 22 C’est l’expression: “zeyl-i vesikada muharrer el-esâmîn-i müslimîn” qui précise d’habitude ce fait.

13Le nombre des personnes mobilisées pour l’identification (ta’rif) dans cette affaire est impressionnant. Dans les registres des cadis du xviiie siècle, de la ville d’Adana comme d’Üsküdar (l’une des quatre circonscriptions de la capitale), l’identification des individus est généralement faite par deux, voire trois personnes20. C’est le cas pour l’identification des femmes - qui se présentent au tribunal en tant que parties prenantes - par des témoins. Cette procédure pouvait être appliquée aux femmes musulmanes aussi bien qu’aux chrétiennes. Ce genre d’identification n’était pourtant pas systématique21. Dans les registres du tribunal d’Üsküdar on mentionne souvent l’identité des témoins identifiant ces femmes. Pour la plupart, ce sont des hommes appartenant à leur famille. Nous observons alors deux cas de figure. Soit des résidents du quartier de la femme ou des membres de sa famille servaient de témoins pour l’identification. Soit c’étaient les témoins d’instance (şuhûd ül-hal), dont les signatures figurent en bas des minutes de procès, qui faisaient également office de témoin pour l’identification des femmes22.

  • 23 « Sa’sa’a won the first trial, establishing his claim through the testimony of at least two male wi (...)

14Dans le procès étudié par Bernard Haykel, portant sur un cas d’imposture au xviiie siècle au Yémen, l’identification est effectuée par trois personnes23. Dans un cas d’identification étudié par David Powers, le nombre de témoins s’approche de celui mobilisé pour l’affaire de Ayşe. David Powers étudie une affaire portée devant la justice au Maroc du xive siècle, où un enfant issu d’une esclave veut certifier son affiliation au maître de la maisonnée dans laquelle sa mère travaillait. Le nommé Salim essaye donc de certifier qu’il est le fils du maître d’une grande maisonnée, un certain ‘Ali bin Abi al-‘Ula’. Quatre-vingt-dix-neuf témoins sont mobilisés pour ce procès. Or, ‘Ali bin Abi al-‘Ula’ était lié à la famille royale, ce qui explique certainement l’ampleur prise par cette affaire (Powers, 1999). Quant à l’affaire d’Ayşe, comme elle concerne directement le gouverneur de la ville, nous pouvons supposer que le nombre élevé des témoins mobilisés dans ce procès tient de même au statut de Mehmed Pacha.

Le gouverneur

15Le déni (inkâr) du gouverneur ne nous apprend pas grand chose sur les raisons de son implication dans cette affaire. Que dénie-t-il exactement ? D’avoir pris Ayşe sous sa protection ? Ou bien d’être partie prenante de l’imposture, ayant considéré Ayşe comme son épouse Fatma ? C’est la fin du procès qui nous éclaire quelque peu sur l’attitude du gouverneur, le verdict du cadi veut « que le susdit [le gouverneur Mehmed Pacha] retire sa main de Ayşe ». Autrement dit, on lui interdit tout droit sur la personne de Ayşe. C’est donc le verdict à la fin du document qui nous certifie qu’au moment du procès Ayşe se trouvait probablement sous le toit du gouverneur. Nous ne saurons pas les raisons qui auraient motivé la conduite de Mehmed Pacha. S’était-il mis en couple avec Ayşe et avait-il été accusé de ce fait par la mère de celle-ci ? Si cela était le cas, Mehmed Pacha connaissait-il Ayşe avant son départ d’Adana et aurait-il, de ce fait, organisé son retour dans sa ville natale ? Ou bien aurait-il agi simplement comme protecteur, en tant que gouverneur de la ville d’Adana, organisant le retour d’une ressortissante de cette ville, injustement retenue à Damas ? Cela pouvait faire partie des prérogatives d’un gouverneur. D’après l’étude de Nicolas Vatin sur les cas de personnes libres retenues en esclavage illégitimement, il arrivait que la personne voulant attester son statut de libre, soit mise en sûreté dans une forteresse, ou bien chez un gouverneur, durant son procès (Vatin, 2001 : 169). Mais dans ce cas, pourquoi Mehmed Pacha serait-il l’accusé principal de ce procès et finalement jugé pour avoir hébergé Ayşe chez lui ? Mehmed Pacha aurait-il agi en tant que gouverneur d’Adana pour délivrer cette femme de l’esclavage, lui permettant de se servir de l’identité de sa défunte épouse comme couverture, et se serait épris — de la beauté — de Ayşe une fois celle-ci emmenée à Adana ?

16Ou bien l’aurait-il réellement prise pour sa défunte épouse ? Cela est difficilement envisageable mais si tel était effectivement le cas, selon la jurisprudence musulmane il n’aurait pas été fautif. Le livre du fameux juriste Marginanî de Transoxiane (xiie siècle), largement utilisé comme référence par les muftis et cadis ottomans au xviiie siècle, est explicite sur ce point. Si quelqu’un a une relation sexuelle avec une femme qu’on lui a amenée en disant « c’est ta femme », cette personne ne sera pas considérée comme fautive (Ali bin Ebû Bekir Merginanî, 1983 : vol 2, 222). Mais dans ce cas l’homme sera redevable du don nuptial (mehr) à la femme. C’est d’ailleurs l’aspect problématique du cas de Mehmed Pacha et de Ayşe. Celle-ci étant une femme libre mais injustement tombée dans l’esclavage, il lui fallait certainement retrouver d’abord son statut de femme libre pour contracter un mariage.

  • 24 Suite à une révolte urbaine en 1724, qui coûta la vie à 200 personnes, le gouverneur de l’époque or (...)
  • 25 RCA n° 101/66-1.

17L’implication du gouverneur, en tant que principal accusé dans ce procès, pose de multiples questions. Dans les provinces ottomanes, la justice n’était pas gérée uniquement par les cadis. Les gouverneurs aussi avaient un pouvoir de juridiction pour les conflits relevant du domaine du kânûn (législation sultanienne), ainsi qu’un pouvoir exécutif. Partant, on peut se demander quels pouvaient être les rapports de pouvoir, au moment des faits, entre le cadi et Mehmed Pacha. Au xviiie siècle, dans la ville d’Adana, plusieurs révoltes ont eu lieu contre les gouverneurs de la ville, dont certaines lors desquelles le cadi et le gouverneur ont pu se trouver dans deux camps opposés24. Se peut-il que le procès de Ayşe cache de fait une stratégie d’attaque contre Mehmed Pacha, visant à l’affaiblir ? En tout état de cause, le nombre de témoins mobilisés (136 personnes) révèle l’importance de l’affaire. Pourtant, après ce procès, Mehmed Pacha resta encore gouverneur d’Adana pour près d’un an. C’est dans un document d’avril de l’année 1701 que nous apprenons qu’un nouveau gouverneur, un certain Mustafa Pacha, est nommé à Adana25.

L’intrigue, les délits et l’importance de l’identification :

  • 26 « According to Hanefite jurists, a free person can never become the object of commercial exchange a (...)
  • 27 « The husband can neither sell his wife nor marry her to somebody else » (Johansen, 1996 : 78).
  • 28 Ce terme désigne toute personne du sexe opposé, avec laquelle tout contact de proximité et d’intimi (...)

18Juridiquement parlant, ce cas dévoile plusieurs infractions. Selon l’école hanéfite de droit musulman, il n’est pas possible de vendre comme esclave une femme libre26. Pourtant le cas de Ayşe ne semble pas représenter une exception. D’après l’étude de Nicolas Vatin, il était fréquent qu’au xvie siècle, des personnes libres –musulmanes ou non-musulmanes- soient vendues comme esclaves (Vatin, 2001). C’est ce que fit le deuxième époux de Ayşe en la vendant comme esclave à Karaman. Toujours selon l’école hanéfite, il n’était pas possible non plus qu’un époux marie son épouse avec quelqu’un d’autre27. C’est pourtant ce que fit déjà le premier époux de Ayşe en la mariant à un autre après l’avoir répudiée. Le document est explicite sur ce point, c’est l’ancien époux qui donne la main de Ayşe à son second mari, Ali le kurde de Tarsus. Troisièmement, l’aveu de Ayşe montre qu’elle s’était revendiquée d’une identité fausse lors de son séjour à Damas où elle avait explicitement déclaré être Fatma, l’épouse du gouverneur. À toutes ces infractions s’ajoute l’attitude du gouverneur Mehmed Pacha, qui héberge chez lui une femme avec laquelle il n’a aucun lien de parenté et qui n’est ni son épouse, ni son esclave. C’est-à-dire qu’Ayşe était légalement namahrem28 pour Mehmed Pacha.

19Aucune de ces infractions, pouvant être sanctionnées selon le droit musulman, n’est l’objet de ce procès. Bien que le procès soit ouvert à la demande de la mère de Ayşe et contre le gouverneur d’Adana, le verdict final du cadi ne met nullement en cause le gouverneur et ne lui impose aucune sanction, mis à part d’être appelé à « retirer sa main de Ayşe ». Cette expression même fait de Ayşe un objet de litige et non pas une personne. Finalement, malgré sa première fausse déposition, Ayşe n’est nullement accusée pour ces faits et la hüccet obtenue (par sa mère) à la fin du procès est surtout bénéfique pour elle, puisqu’elle certifie son statut de femme libre.

  • 29 D’après les études de R. Jennings c’était en général le père ou bien le tuteur de la fille qui étab (...)
  • 30 Dans le texte nous lisons « Akbaş kürdünden », littéralement « des kurdes Akbaş ». Akbaş était le n (...)

20Les silences de Ayşe au cours de ce procès pourraient être mis sur le compte d’un parcours, au bout duquel cette femme se trouve finalement dans la meilleure situation qu’elle ait jamais connue. Notons que son malheureux périple est aussi indicateur d’une certaine ascension sociale. Fille du meunier Deli Ali, Ayşe atteint l’âge de se marier alors que son père est déjà décédé. Ce qui nous laisse penser que Ayşe et sa mère, alors veuve, se trouvaient probablement dans une situation de faiblesse sociale au moment de ce premier mariage29. Le surnom de son premier mari peut laisser supposer qu’il s’agissait d’un simple travailleur payé à la solde (Irgad étant synonyme de travailleur). Pourtant, Deli Ali était fils d’un molla (i.e. Molla Halil), c’est-à-dire d’un homme de religion ayant eu une formation dans une medrese. Le deuxième mari de Ayşe, Ali le kurde30, était un cavalier [sipahî] timariote. C'est-à-dire qu’il avait le droit de jouissance de certains revenus fiscaux, contre le service militaire qu’il rendait à l’armée impériale (Beldiceanu, 1989 : 127-129). Par la suite Ayşe sera vendue à un ağa dont le titre indique qu’il s’agissait probablement d’un homme disposant du statut de militaire [asker].

  • 31 Yusuf Halaçoğlu, « dellâl », dans Türkiye Dinayet Vakfı İslam Ansiklopedisi, Istanbul, 1994, p. 145 (...)

21Le quatrième acquéreur d’Ayşe est le çorbacı Hüseyin bey. Comme son titre (çorbacı) l’indique il s’agissait d’un janissaire, chef d’un régiment. Donc pas de la moindre importance (Pakalın, 1983 : vol.1, p. 380). Ayşe se trouve ensuite, dans le harem du dellalbaşı nommé Kazıkçı el-hacc Ibrahim. Le dellalbaşı était le chef des crieurs publics ou des courtiers. Deux fonctions qui furent non négligeables dans la société ottomane. Jusqu’au xixe siècle c’étaient les crieurs publics qui transmettaient à la population toute information émanant du pouvoir central à sa destination et annonçaient l’avènement d’un nouveau Sultan. Quant à l’office du chef des courtiers, celui-ci était détenteur d’une des fonctions les plus lucratives, les courtiers pouvant prélever jusqu’à 10 % de commission lors de transactions commerciales dans lesquelles ils intervenaient31. Pourtant c’est sans aucun doute Mehmed Pacha, gouverneur d’Adana, qui sera le meilleur protecteur que Ayşe aura jamais eu.

En guise de conclusion

22Nous avons donc affaire ici à un procès où non seulement l’identification d’une personne et la procédure de l’identification sont au cœur du débat, mais où surtout la procédure visait avant tout à rétablir l’identité, le statut de Ayşe. Le conflit apparent entre la mère de Ayşe et le gouverneur Mehmed Pacha semble avoir servi de « couverture » pour obtenir un document du tribunal du cadi, afin de certifier l’identité et le statut d’Ayşe. Il est difficile d’entrevoir les véritables intentions des protagonistes dans cette affaire. Pour commencer par Ayşe elle-même, il est difficile d’estimer si elle visait à rester au harem du gouverneur de manière légitime ou bien si elle avait l’intention de regagner le foyer de sa mère toute en ayant retrouvé son statut de femme libre. Dans les deux cas – pour éventuellement se marier avec Mehmed Pacha – elle avait besoin de certifier son statut par une attestation obtenue du tribunal du cadi. Il n’est pas plus aisé de comprendre les motifs de la plainte de sa mère. Ayşe Nene agissait-elle pour le bien de sa fille, ou bien était-elle en conflit avec cette dernière et le gouverneur, les accusant d’une cohabitation illégitime ? Dans ce cas il est probable que Ayşe Nene agissait alors contre les intérêts – visant une ascension sociale – de sa fille.

  • 32 C’est un nommé Turgut, injustement mis au galères, qui saisit sa chance pour prouver qu’il était un (...)

23Le trajet du voyage qu’Ayşe fut amenée à effectuer n’est pas anodin non plus dans cette affaire. C’est à partir de son départ de sa ville natale (Adana) où habitaient sa famille et où elle était connue, qu’elle commence à perdre sa véritable identité. Son deuxième mari réussit à la faire passer pour une esclave dans une ville éloignée, Karaman, qui était à l’époque à plusieurs jours de distance d’Adana. Ensuite elle fut conduite plus loin encore, à Chypre, pour finalement finir à Damas, où elle n’aura plus moyen d’échapper à son nouveau sort d’esclave. Nicolas Vatin constate également qu’au xvie siècle la vente d’individus libres comme esclave s’effectuait loin des lieux où ceux-ci étaient connus (Vatin, 2001 : 162). Par ailleurs, il constate que ces individus injustement tenus en esclavage profitaient d’un passage sur les lieux où ils étaient connus ou bien d’un contact avec des habitants de leur ville d’origine pour entreprendre la démarche juridique – s’appuyant sur le témoignage des personnes les connaissant – qui permettrait de prouver auprès du tribunal des cadis qu’ils étaient de statut libre32.

  • 33 Puisque plus le statut social d’un individu était élevé, plus son harem pouvait garder une intimité (...)

24Il n’est pas anodin, non plus, que ce soient des pèlerins d’Adana qui auraient reconnu Ayşe. Il ne semble pas convaincant, que des pèlerins y aient pu voir « par hasard » cette femme vivant dans le harem33 d’un personnage important de la ville. Il semble plus plausible de supposer que Ayşe avait tout intérêt à contacter des passants d’Adana, la connaissant probablement, pour tenter avec leur aide de sortir de la situation dans laquelle elle se trouvait. Nous ne savons pas si le chef des crieurs publics, le Kazıkçı el-hacc Ibrahim, laissa partir délibérément Ayşe avec ses concitoyens vers Adana. Ni si les personnes envoyées par le gouverneur, réussirent à libérer Ayşe en l’achetant moyennant un prix demandé par el-hacc Ibrahim. La minute de procès est également silencieuse à ce sujet.

  • 34 L’étude des registres des cadis ottomans montre que certains procès pouvaient être déclenchés sans (...)

25Quoi qu’il en soit, au moment de l’ouverture du procès, Ayşe se trouve bien à Adana chez le gouverneur. Pourtant, légalement parlant, cela était une situation illégitime, puisque Ayşe, en tant que femme ne faisant pas partie de la famille du pacha, ni n’étant son esclave, ne pouvait pas vivre sous le toit du gouverneur. Mehmed Pacha n’aurait pas pu non plus prétendre avoir acheté Ayşe comme esclave, car selon le droit hanéfite il était également illégitime d’acheter comme esclave une femme libre. Ce qui était bien possible –que Ayşe ait été vendue comme esclave, ou qu’elle se fasse passer pour l’épouse du gouverneur d’Adana- vu son éloignement, à Chypre ou bien à Damas, ne l’était donc plus dès lors qu’elle se retrouvait dans sa ville natale où elle était connue par les membres des réseaux et communautés dont elle faisait partie. C’était, de manière incontournable, le moment de retrouver une identité légale pour elle. La mère de Ayşe, initiatrice du procès contre le gouverneur d’Adana, semble donc avoir été solidaire de sa fille ainsi que de Mehmed Pacha lui-même. Car passer par un tel procès, dont toutes les parties prenantes sortent sans perdre la face, était sans doute le meilleur moyen pour Ayşe d’obtenir un document légal certifiant son identité et ses droits34.

Haut de page

Bibliographie

Ali bin Ebû Bekir Merginanî, 1983, El-Hidâye Tercemesi, Istanbul.

Beldiceanu Nicoara, 1989, « L’organisation de l’Empire Ottoman (xivexve siècles) », in Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire Ottoman, Paris, Fayard, p. 117-138.

Davis Natalie Zemon, 1983, The Return of Martin Guerre, Cambridge, Harvard University Press.

Denis Vincent, 2008, Une Histoire de l’identité, France 1715-1815, Paris, Champ Vallon.

Fraenkel Béatrice, 2007, « Preuves et épreuves de l’identification », in C. Moatti & K. Kaiser (dir.), Gens de Passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Maisonneuve et Larose.

Haykel Bernard, 2002, « Dissembling Descent, or how the Barber lost his Turban : Identity and Evidence in eighteenth-century Zaydî Yemen”, Islamic Law and Society 9, n°2, p. 194-230.

Jennings R., 1975, « Women in Early 17th Century Ottoman Judicial Records-the Sharia court of Anatolian Kayseri », Journal of the Economic and Social History of the Orient XVIII, Part 1, p. 53-114.

Johansen Baber, 1996, « The Valorisation of the Human Body in Muslim Sunni Law », in D. J. Steward, B. Johansen & A. Singer (eds.), Law and Society in Islam, Princeton University Press, p. 71-112.

Marcus Abraham, 1986, « Privacy in Eighteenth-Century Aleppo : The Limits of Cultural Ideals », International Journal of Middle East Studies 18, no 2, p. 165-183.

Pakalın Mehmet Zeki, 1983, Tarih deyimleri ve Terimleri sözlüğü, Istanbul.

Powers David S., 1999, « Kadijustiz or Qadî-Justice? A Paternity Dispute from fourteenth-century Morocco », Islamic Law and Society, vol. 1, n°3, p. 332-366.

Schacht Joseph, 1983, Introduction au droit musulman, Paris, Maisonneuve & Larose.

Tamdoğan Işık, 2003, « La Réputation comme richesse dans la ville ottomane », in Jean-Paul Pascual (dir.), Pauvreté et Richesse dans le monde musulman méditerranéen, Paris, Maisonneuve & Larose, p. 39-50.

Türkay Cevdet, 2001, Osmanlı Imparatorluğu’nda Oymak, Aşiret ve Cemaatlar, Istanbul, İşaret yay.

Vatin Nicolas, 2001, « Une affaire interne, le sort et la libération des personnes de condition libre illégalement retenues en esclavage sur le territoire ottoman (xvie siècle) », Turcica 33, p. 149-190.

Yılmaz Fikret, 1999/2000, « XVI. Yüzyıl Osmanlı Toplumunda mahremiyetin sınırlarına dair », in Toplum ve Bilim, Istanbul, kış, n°83, p. 92-110.

Haut de page

Notes

* * Je tiens tout particulièrement à remercier Yavuz Aykan pour son aide, ses critiques et suggestions qui m’ont permis d’affiner l’analyse tout au long de la rédaction de ce texte.

1 Plusieurs études vont au-delà du clivage entre l’État et la société, comme l’a souligné Vincent Denis, 2008, p. 11. 

2 La hüccet (minute de procès enregistrée dans les registres des cadis et dont une copie était donnée aux parties prenantes de la procédure juridique) concernant le cas de Ayşe est datée du 20 mai 1700 (premier jour du mois de zilhice de l’année 1111 de l’hégire) et provient du registre de cadi de la ville d’Adana (désormais RCA) RCA n°101/33-34.

3 Dans le document aucune indication n’est donnée quant aux dates précises des différents événements. Il nous est donc impossible de savoir quand ce mariage a eu lieu, ni combien de temps aura duré l’absence d’Ayşe de la ville d’Adana et tout le périple qui suivit.

4 Au moment de ces faits, Tarsus est une circonscription dans la province d’Adana.

5 Dans le texte : « cariyedir deyü bey’ edüb ».

6 Le titre de çorbacı indique que Hüseyin était affilié au corps des Janissaires.

7 Le dellalbaşı était le chef des crieurs publics ou des courtiers.

8 Dans le texte : « garîketen fevt olmuş olan ». Cette expression rend le décès de Fatma, épouse du gouverneur, incertain. Si elle est morte par noyade il se peut que son corps n’ait pas été retrouvé et identifié. Sa mort n’étant pas certaine, la porte restait ouverte à l’imposture : quelqu’un d’autre pouvait se réclamer de son identité.

9 Dans le texte : « ikame-i beyyine etmekle ».

10 Dans le texte : « ahz ihsan etmişlerdir ».

11 Sayyid : individus se réclamant de la lignée du Prophète. Statut qui leur donnait certains droits.

12 Tout à l’inverse de ce qui fut le cas pour l’épouse du fameux Martin Guerre. Qui soutint reconnaître en l’imposteur son mari, dans la France du xvie siècle, cf. Davis, 1983.

13 Dans le texte nous lisons : « Après l’interrogatoire et dénégation, on demanda à la plaignante Ayşe des preuves pouvant soutenir son accusation ».

14 Dans le texte : « Orta boylu Ayşe nâm hatun ».

15 Notre traduction est ici fidèle au texte original : on y passe d’un discours à la première personne à une narration faite par une tierce personne.

16 Dans le texte: “sahib-i vaka’”.

17 Dans le texte : “kitab-ı muteberaat”, littéralement “d’illustres livres”. Cette expression signifie vraisemblablement des manuels de fikh (jurisprudence musulmane). Il est regrettable que le texte ne donne aucune indication plus précise à ce sujet.

18 Dans le texte : « makbule olmayub lagv olmağın ».

19 Au sujet des enquêtes d’honnêteté (appelées ta’dil et tezkiye) menées au sein du voisinage et de l’identification des individus par les voisins, je me permets de signaler mon étude sur : « La Réputation comme richesse dans la ville ottomane » (Tamdoğan, 2003 : 44) . Voir aussi Yılmaz, 1999/2000.

20 Au sujet de l’identification des femmes par le tribunal des cadis, voir aussi l’étude de Mathieu Tillier, dans ce volume.

21 Dans un registre de cadi d’Üsküdar, 32 femmes sur un total de 57 sont identifiées par des témoins (cf. RCÜ n°352), dans un autre de la même circonscription 18 femmes sur un total de 20 sont identifiées par témoins (cf. RCÜ n°474).

22 C’est l’expression: “zeyl-i vesikada muharrer el-esâmîn-i müslimîn” qui précise d’habitude ce fait.

23 « Sa’sa’a won the first trial, establishing his claim through the testimony of at least two male witnesses and possibly even that of the absentee’s mother. », cf. B. Haykel, 2002 : 200.

24 Suite à une révolte urbaine en 1724, qui coûta la vie à 200 personnes, le gouverneur de l’époque ordonna la destitution du cadi d’Adana.

25 RCA n° 101/66-1.

26 « According to Hanefite jurists, a free person can never become the object of commercial exchange as one can never legally, lose her or his freedom » (Johansen, 1996 : 74).

27 « The husband can neither sell his wife nor marry her to somebody else » (Johansen, 1996 : 78).

28 Ce terme désigne toute personne du sexe opposé, avec laquelle tout contact de proximité et d’intimité est prohibé, selon le droit musulman.

29 D’après les études de R. Jennings c’était en général le père ou bien le tuteur de la fille qui établissait certains droits en sa faveur lors du contrat de mariage, (Jennings, 1975 : 87).

30 Dans le texte nous lisons « Akbaş kürdünden », littéralement « des kurdes Akbaş ». Akbaş était le nom d’un clan nomade kurde présent dans la région de Tarsus (Türkay, 2001 : 161-162). À l’époque que nous traitons (début xviiie siècle) une grande partie des membres de ce clan peut avoir été sédentarisée.

31 Yusuf Halaçoğlu, « dellâl », dans Türkiye Dinayet Vakfı İslam Ansiklopedisi, Istanbul, 1994, p. 145-146.

32 C’est un nommé Turgut, injustement mis au galères, qui saisit sa chance pour prouver qu’il était un homme libre, quand son bateau accosta au port où il était connu (Vatin, 2001 : 165).

33 Puisque plus le statut social d’un individu était élevé, plus son harem pouvait garder une intimité, étant gardé loin des yeux du monde extérieur (Marcus, 1986 : 178).

34 L’étude des registres des cadis ottomans montre que certains procès pouvaient être déclenchés sans pour autant correspondre à de vrais différends, mais simplement dans le but de permettre aux personnes concernées de certifier des droits (voir également Joseph Schacht qui évoque ce genre de procès fictifs, 1983 : 71, note 4).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Işık Tamdoğan, « La fille du meunier et l’épouse du gouverneur d’Adana », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6692

Haut de page

Auteur

Işık Tamdoğan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page