Navigation – Plan du site

Acteurs et objets de procédures d’identification : les mamelouks au service des beys de Tunis (xviie - xixe siècles)

Actors and procedures of identification: Mamluks serving the Bey of Tunis
M’hamed Oualdi

Résumés

En prenant pour cas d’étude les mamelouks au service des beys de Tunis entre le xviie et le xixe siècle, cet article se concentre sur trois questions : le degré d’interaction entre une autorité identificatrice et ses serviteurs dans des processus de catégorisation et de distinction individuelle ; le degré d’individuation que ces pratiques révèlent et l’imposition de normes en termes d’identification administrative. Dans un premier temps, jusqu’aux années 1830-1860, les beys de Tunis parviennent à la fois à maîtriser la formation du corps mamelouk et les éléments de différenciation de ces hommes. Dans un second temps, avec les réformes administratives, les mamelouks placés à la tête de nouvelles institutions militaires et juridiques contribuent à l’extension de procédures d’identification. Mais parallèlement avec la dissolution progressive de ce corps de serviteurs, les beys ne parviennent plus à intervenir en profondeur sur les corps et les identités de leurs agents administratifs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ministère des affaires étrangères, Correspondance politique, Tunis, vol. 1, de Lesseps, 12 juin 183 (...)

1Le 1er juin 1831, alors que le bey de Tunis « traverse la ville avec sa cour », deux de ses serviteurs mamelouks, âgés de dix-sept et vingt ans, profitent d’un passage par le quartier des Francs pour mettre leurs chevaux au galop et entrer « dans la cour ouverte de l’hôtel consulaire » des Français. Descendants d’un Napolitain converti à l’islam, les deux frères demandent à bénéficier de l’asile au titre du traité franco-tunisien de 1830 qui met officiellement fin à « l’esclavage des chrétiens ». Par la suite, les autorités beylicales ne se pressent pas pour réclamer au consul de France ces jeunes hommes qui savent mobiliser tel ou tel élément de leur identité, ici une ancienne adhésion de leur père au christianisme1. Des serviteurs du sérail peuvent alors disparaître au cœur de Tunis sans que personne ne s’en émeuve ou ne s’en rende compte. Tous les agents du beylik ne sont pas suivis à la trace.

  • 2 Ibn Abî al-iyâf, 1994, vol. I, p. 41.
  • 3 Cette dynastie est marquée à ses débuts par la transmission du titre de bey de Murâd à son fils am (...)

2En cette année 1831, l’autorité de la dynastie husaynide établie depuis 1705 sur la province ottomane de Tunis est, il est vrai, plutôt perturbée. L’administration beylicale est en profond réaménagement. Depuis le début de l’année, alors que les troupes françaises poursuivent leur conquête du deylik voisin d’Alger, le bey Ḥusayn et son vizir mamelouk d’origine circassienne, Shâkîr âḥib al-âbi‘, mettent en place une armée régulière (al-niẓâm al-jadîd) dans le sillage d’Istanbul2. L’institution de cette armée ouvre un mouvement de réformes (tanẓîmât) qui se prolonge jusqu’au début des années 1860 avec la promulgation d’une Constitution et l’établissement de nouvelles institutions juridiques. Durant cette période, la dynastie husaynide doit adapter une politique patrimoniale poursuivie à la suite des beys mouradites3. Les gouverneurs de Tunis doivent composer avec des processus de rationalisation administrative qui induisent de nouvelles techniques d’identification au sein de l’armée, dans les ministères et les nouveaux organes de justice.

3Pour chacune de ces transformations administrative et militaire, les mamelouks ont joué un rôle essentiel. À la manière du vizir Shâkîr Ṣâḥib al-Ṭâbi‘, ces serviteurs furent souvent placés à la tête des institutions des réformes. Leur forte dépendance à l’égard des beys a également influé sur le cours des réformes et notamment sur les procédures administratives de reconnaissance des catégories et des individus au service de l’administration de cette province ottomane. Les mamelouks ont constitué le corps de serviteurs le plus maîtrisé par les beys. Même si certains d’entre eux ont parfois opté pour la désobéissance ou pour la fuite, leur condition et leur statut furent régis avec force tout au long de leur carrière au sein du sérail, de leur intégration après une éventuelle conversion jusqu’à leur affranchissement ou leur décès. Les beys et leurs hommes ne parvenaient pas seulement à modifier à leur profit les trajectoires et les identités d’Italiens, Grecs, Caucasiens arrachés à leurs foyers, convertis à l’islam et élevés au sérail. À ce noyau, ils parvenaient plus à moins à agréger des autochtones et des descendants de mamelouks tels que les deux jeunes hommes ayant trouvé refuge dans le consulat de France.

4À partir de cette position duale des mamelouks, à la fois comme objets et comme acteurs d’un pouvoir et de ses procédures d’identification, tout l’enjeu de cet article sera de comprendre jusqu’à quel point les beys ont maîtrisé la catégorisation et la reconnaissance individuelle de ces hommes. Quelle fut la part d’initiative des mamelouks dans ces opérations et comment ces expériences ont au final influé sur le cours des réformes en matière d’identification des administrateurs et des administrés ? De ce point de vue, la période des réformes à Tunis nous semble avoir beaucoup plus été marquée par des mutations profondes dans les capacités à intervenir sur des catégories et des identités de serviteurs que par une transformation radicale des outils scripturaires nécessaires à l’identification des mamelouks et des sujets de bey.

5Le couple « écrits mobiles, attachés à des personnes »/« registres stables, archivés et collectifs » (B. Fraenkel, 2007 : 283) est en usage de bout en bout de la période étudiée. Ce sont d’ailleurs ces deux types de sources (registres comptables et correspondances conservés aux Archives tunisiennes) qui constitueront nos moyens privilégiés d’observation du processus d’identification des mamelouks au sein de l’administration beylicale. Avec le temps des réformes, ce couple registres/écrits mobiles s’enrichit bien sûr d’une sophistication des techniques d’identification (multiplications des listes nominatives, constitutions d’actes de libération du service militaire …). Mais cet élargissement des procédés d’identification à un plus grand nombre de sujets accompagne en surface une rupture plus profonde au cœur du sérail : la difficulté croissante puis l’impossibilité à intervenir à la fois sur les corps, les convictions, les noms ou les unions matrimoniales de serviteurs regroupés dans des catégories génériques telles que celle des mamelouks.

Une catégorie construite par le pouvoir beylical

6À suivre les premiers pas des mamelouks dans le sérail beylical, il semble que les éléments nominaux et physiques qui aident à reconnaître et catégoriser ces serviteurs soient maîtrisés par leurs patrons successifs et ce, jusqu’au temps des tanẓîmât. À tour de rôle et sans discontinuités majeures, des corsaires, des négociants en esclaves, des agents du makhzen nomment puis renomment, regroupent et inscrivent des jeunes gens d’origines variées dans des catégories à part. Génération après génération, ces protecteurs et patrons dressent des corps, les habillent, leur imposent des manières de se mouvoir et de s’exprimer.

Inscrire la dépendance et l’extranéité dans le nom des mamelouks

7Cette mainmise des beys et de leurs agents dans un processus d’identification individuelle des mamelouks se perçoit, de la manière la plus claire, au fur et à mesure de l’attribution des différentes composantes nominales que sont l’ism, la nisba et le laqab.

  • 4 Ant (Archives nationales tunisiennes), reg. (= registre) 49, f. 33.

8Le plus souvent, ce sont de nouveaux ism-s que les mamelouks commencent à recevoir soit sur des navires de course, soit sur les marchés aux esclaves d’Anatolie ou bien aux premiers jours d’accueil au sein des sérails. L’attribution de ces ism-s ne paraît pas toujours obéir à une logique explicite et générale. Dans une logique d’intégration à la société d’accueil, les mamelouks peuvent être dénommés selon le mois de leur enrôlement dans leur corps d’affectation : trois hommes, Rajab le Génois, Rajab l’Espagnol et Rajab le Maltais deviennent musulmans en rajab 1159 (juillet-août 1746)4. D’autres sont prénommés en hommage à leur premier protecteur : ainsi de Ḥusayn Bâsh-Mamlûk qui, venu de Naples, entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle, reçoit l’ism d’un grand-amiral ottoman, le qabûdân bâshâ, Kushk Ḥusayn (Ibn Abî al-Ḍiyâf, 1989, VIII : 105). Les ism-s utilisés pour les princes de la famille beylicale (Ḥusayn, du nom du fondateur de la dynastie, ‘Alî, ‘Uthmân, Ismâ’îl …) peuvent aussi circuler vers les rangs mamelouks.

9Si le lieu et la raison précise d’attribution de l’ism sont variables, en revanche le fait même de renommer est à chaque fois déterminant. Le don de l’ism entérine un processus d’agrégation à l’entourage des beys. Ce processus a pu – mais pas toujours – être marqué par une circoncision et une conversion. Dans son étude sur le prénom arabe à l’époque médiévale, Jacqueline Sublet (1991 : 23) a d’ailleurs voulu voir dans cette étape un moyen d’affirmer une forte tutelle sur le converti. Remontant à l’exemple de Muḥammad, elle remarque que c’est « au niveau du choix du ism que le Prophète interv[enait] directement pour nommer les nouveaux-nés, pour re-nommer les nouveaux convertis. »

  • 5 Ces regroupements ethniques sont revendiqués par les mamelouks et mis en récit dans les chroniques (...)

10Cet effacement d’une première identité par le don de l’ism n’est pourtant pas intégral. Un deuxième élément de l’ensemble nominal accordé aux mamelouks, la nisba, rattache par un mouvement inverse et pour un temps plus ou moins long, certains serviteurs à leurs lointaines origines. Les nisba-s d’al-Malṭî (le Maltais), d’al-Qurjî (le Géorgien) ou bien encore celle d’al-Nabûlîṭân (Napolitain) sont inscrites sur les registres avant même que les mamelouks convertis n’aient reçu un ism arabe. Ces appellations aident parfois les administrateurs des palais à distinguer des mamelouks qui portent un même ism. Les nisba-s permettent de caractériser des mamelouks par leurs traits physiques, leur diction particulière, leur accent en fonction de leur région d’origine. Mais, au risque de formaliser des regroupements ethniques5, cette volonté de fixation géographique permet aussi de jouer d’éventuelles différences d’origine qui peuvent, de temps à autre, émerger au sein du sérail entre mamelouks « occidentaux » et « orientaux » ou plus précisément entre Caucasiens et Grecs dans les années 1820-1830 (Ibn Abî al-Ḍiyâf, 1989, VIII : 33). Identifier des hommes selon leur première origine en les dotant d’un ism permet surtout de les placer dans des situations intermédiaires : entre une extranéité originelle et une première adaptation à confirmer.

11À ce stade, la reconnaissance d’un mamelouk par son nom ne traduit pas seulement un rapport de forces en faveur des beys. L’accumulation de noms propres devient un enjeu de carrière. En ce sens, la troisième composante d’un nom mamelouk, le laqab, « surnom, titre, titulature » (Sublet, 1991 : 9) acquis au service des maîtres du palais doit confirmer l’attachement à la maison beylicale et de facto, la perte des premières marques d’allochtonie. Tous les vizirs et principaux favoris qui se succèdent à partir des années 1780 ne sont guère connus par leurs nisba-s d’origine mais par des laqab-s qui rappelaient leurs premières fonctions au sein de l’administration beylicale ou dans l’entourage de puissants dignitaires du palais : Yûsuf et Shâkîr Ṣâḥib al-Ṭâbi‘ qui sont perçus comme les principaux vizirs jusqu’en 1815 et jusqu’en 1837 furent d’abord des gardes des sceaux beylicaux ; Muḥammad et Muṣṭafâ Khaznadâr furent des trésoriers avant d’être nommés Premiers ministres entre les années 1840 et 1873 pour le premier et au tournant de l’établissement du protectorat pour le second.

12La maîtrise de la reconnaissance individuelle des mamelouks ne se résume pas à la fixation de l’ism, de la nisba et du laqab. Elle implique un contrôle des marques d’extranéité de ces mamelouks et de leur degré de reconnaissance au sein de l’administration beylicale. Ce contrôle des mamelouks par les beys et par les membres de la maison beylicale (dignitaires du makhzen, chefs de chambrées mameloukes) se comprend à un degré supérieur par une maîtrise de la catégorisation de ce corps.

La construction d’une catégorie de serviteurs

  • 6 Ant, Série historique, carton 3 dossier 42, archive 21, 24 décembre 1830, lettre de Shâkîr âib al (...)
  • 7 Ant, reg. 35, f. 120 : en 1739, ‘Alî al-Jlâṣṣî, Marzûk et Salîm al-Jandûbî, dont les nisba-s indiqu (...)

13À la différence d’autres troupes armées placées au service des beys, à la différence par exemple des Turcs, des Zouaves ou bien encore des troupes issues de « tribus makhzen », la catégorie des mamelouks n’est définie en référence à aucune origine extérieure au sérail. Cette catégorie ne renvoie pas à une fonction déterminée au sein des palais : les mamelouks qui ont quitté leur corps d’origine pour atteindre les plus hautes fonctions de l’administration beylicale continuent à s’identifier à leurs pairs et à voir en eux des frères6. Cet ordre de serviteurs n’est donc ni homogène par ses origines, ni par les carrières de ses membres. Il n’accueille pas que des Européens convertis. Il se compose aussi d’autochtones, d’enfants de mamelouks ou de descendants de lignages ancrés dans le pays. Certains mamelouks sont de temps à autre rayés des listes et mutés vers d’autres corps7. En conséquence, est considéré et se considère comme mamelouk des beys celui que les agents de administration beylicale désignent comme tel, notamment dans les registres du palais. Les mamelouks se coulent dans la catégorie conçue par l’administration beylicale puis la revendiquent comme identité propre.

  • 8 Ant, reg. 11, 1731.

14Les princes de la dynastie husaynide ont consolidé leur capacité de contrôle de cette catégorie de serviteurs, jusqu’au temps des réformes en distinguant deux sous-ensembles de mamelouks. Dès les premières décennies du xviiie siècle, ces deux sous-ensembles sont d’abord identifiés selon le nom du prince auxquels ils sont attachés : en 1731, les grands mamelouks du bey (al-mamâlîk al-kibâr) sont ainsi distingués de ceux du fils aîné du souverain 8. Mais, peu à peu, ces répartitions par nom de prince cèdent le pas à une autre classification. Dès les premières décennies du xixe siècle, les mamelouks sont divisés de façon définitive selon leur lieu d’affectation dans les palais : soit dans l’intimité des beys, au cœur du sérail ; au seuil des saqîfa-s ou vestibules, entre le harem et les sorties du palais. Les mamelouks constituent de fait l’un des rares corps à être dédoublé en fonction d’une proximité physique aux beys. Dans les registres financiers et fiscaux du beylik, les hommes de troupes sont distingués selon qu’ils sont perçus comme Turcs ou Arabes.

15Ces appréhensions collectives perceptibles dans les écrits administratifs sont confirmées ou sous-tendues par des conditionnements physiques. Au quotidien, jusqu’aux années 1830 et jusqu’à l’adoption des tenues occidentales de l’armée régulière, les mamelouks se caractérisent par des tenues bariolées (Grenville Temple, 1833 : 238). F. Caroni, captif à Tunis au début du xixe siècle, aperçoit dans l’entourage des beys, des « gardes du corps […] vêtus d’un riche uniforme » (Grandchamp, 1917 : 45). Il n’est pas jusqu’aux coiffures qui ne soient soignées : les mamelouks disposent de leur propre barbier. La transformation des corps va plus loin : les gestes, les manières de se tenir des mamelouks sont empreints d’une grande docilité. Le silence peut leur être imposé. Leur soumission induit des postures que les héritiers de la dynastie husaynide sont parfois appelés à reproduire : dans sa jeunesse, ‘Uthmân Bey qui régna en 1814 se tenait aux côtés de son père puis de son frère « à la manière des ghilmân en service, selon la coutume consacrée dans cette maison pour tout ce qui a trait à l’attitude des cadets face à l’autorité des aînés. » (Ibn Abî al-Ḍiyâf, 1989, vol. III : 119).

16En élargissant encore ce cadre de perception, il faut ajouter que cette maîtrise de la catégorisation et de la distinction individuelle des mamelouks n’est pas seulement positive au sens où elle permet de créer ou de remanier des traits particuliers. Elle se saisit en creux par la capacité de l’administration des palais à plonger une bonne partie de ces hommes dans l’anonymat.

En creux, une capacité à plonger les mamelouks dans l’anonymat

  • 9 Ant, entre autres exemples : reg. 40 (1746-1749), 229 (1782-1783).

17Des dénombrements de mamelouks peuvent illustrer cette faculté à rendre indistincts des agents du palais. Régulièrement consignés tout au long du xviiie siècle et des premières décennies du xixe siècle, ces dénombrements apparaissent dans les registres au moins deux fois l’an, lors des distributions de gratifications pour les camps fiscaux. À partir du milieu du xviiie siècle, les quelques lignes consacrées aux mamelouks ne désignent que les chefs de chambrées mamelouks et leurs adjoints. Tous les autres mamelouks du vestibule sont ramassés dans des chiffres globaux et des expressions génériques9. Ils ne sont plus distingués dans la catégorie élaborée par l’administration beylicale.

18Et pour cause, quel intérêt y aurait-il à toujours vouloir différencier et reconnaître chacun des membres d’un corps qui oscilla entre un minimum d’une cinquantaine d’hommes dans les premières décennies du xviiie siècle à moins de trois-cents dans les années 1820-1830 ? Quand bien même les nisba-s et les laqab-s sont mentionnés, les homonymies sont légion dans les archives. Les mamelouks sont appelés à se fondre dans d’autres catégories administratives, à disparaître derrière d’autres qualificatifs plus généraux, parmi les « hommes du gouvernement », parmi les « hommes de confiance », entre les différentes composantes de la suite (tâbi‘) des beys. Au jour le jour, les chefs de chambrée n’ont pas tous en mémoire les noms et les visages de leurs hommes.

19La capacité à distinguer des individus et à caractériser un corps de mamelouks peut donc être envisagée à plusieurs niveaux. Elle ne saurait être réduite à une manipulation partielle des identités. Les hommes du sérail, chacun à leur position (des chefs de chambrées aux beys), élaborent en parallèle un « collectif » de serviteurs qui n’est ni fédéré par une origine commune, ni restreint à une charge particulière mais conçu dans une grande proximité physique avec les souverains et selon une grande dépendance aux beys. Ce processus de catégorisation et de distinction n’aboutit pas seulement à particulariser, il doit aussi amener à confondre, à perdre de vue des spécificités derrière des dénominations plus générales. Les opérations successives des agents du bey sur les identifications des mamelouks s’accommodent cependant d’une part d’incertitude, de ce qui ne peut ni être pleinement effacé (la première origine du mamelouk), ni pleinement empêché : à savoir, les interventions propres des mamelouks sur les composantes de leur identité.

Les marges de manœuvre des mamelouks

20De ce point de vue, il s’agira de renverser notre perspective première, de ne plus considérer distinctions individuelles et catégorisation du seul point de vue des maîtres. Dans cette seconde partie, nous chercherons à évaluer le degré d’intervention des mamelouks dans ce processus. En observant les mamelouks dans un cadre contraint, à proximité des beys, nous tenterons de déterminer quel sous-ensemble de mamelouks parvient à influencer des modalités d’identification, selon quels modes et jusqu’à quel point.

L’oscillation des signatures

21La multiplicité des compositions entre l’acceptation d’une forme de reconnaissance et la détermination plus ou moins ferme à la moduler ne peut être appréhendée que dans une seule direction déterminée par le mode de constitution de nos sources : vers le haut, en suivant les ascensions politiques et sociales de quelques favoris mamelouks. Car, par définition, ces hommes distingués par leurs maîtres ont laissé beaucoup plus de traces écrites que leurs congénères restés dans l’ombre, dans les emplois les moins prestigieux des hiérarchies administratives (gardes, maçons, cuisiniers, messagers …).

  • 10 « Moi Rajab renégat du seigneur Mahamed Bey que le Seigneur Dieu le préserve du mal ».

22Dans les archives, les signatures de dignitaires mamelouks représenteraient les meilleurs indices de capacités individuelles à moduler les termes d’une reconnaissance par le nom. Ces façons de se présenter ne sont cependant pas toujours perceptibles. Elles ne se donnent facilement à lire que dans un pan restreint de nos sources : dans les actes de chancellerie du consulat de France établis au cours du xviie siècle au fil de démarches de négociations de navires, de cargaisons ou d’esclaves. Dans ces actes, mamelouks et renégats doivent nécessairement se présenter autrement, face à une institution européenne qui établit une médiation avec leurs parents restés sur les rives nord de la Méditerranée. Ils doivent à la fois être reconnus selon leur position à Tunis et selon leurs liens d’association plus large avec leurs interlocuteurs européens. Les présentations de soi oscillent de fait entre l’arabe, une lingua franca, un italien ou un espagnol arabisé. Ces déclinaisons d’identité font appel à de multiples références. En 1645, le caïd Rajab de La Ciotat invoque ainsi son Dieu en faveur de son maître ammûda Bey : Iou Regeb Reneghato dil Sigr Mahamed Bey che lo Sigr Dios guarde de malle10 (Grandchamp, 1927 : 230). Dans les années 1620, un autre converti d’origine italienne, Morato rais Genovese ne renonce pas à son premier nom, d’Agostino Bianco (Grandchamp, 1926 : 15).

23Ce temps d’oscillation est cependant restreint. Avec la réduction du nombre de renégats et l’affirmation progressive d’une prééminence beylicale, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, les actes consulaires de ce type sont de moins en moins nombreux à impliquer des convertis. Des mamelouks continuent certes à correspondre avec les consuls de France. Ils déclinent à l’occasion leur nom et leur qualité. Mais les registres et les correspondances beylicales deviennent des pièces privilégiées d’observation des processus de catégorisation et de distinction des mamelouks. Dans ce corpus, les façons de se présenter se font plus homogènes. Au cours du xviiie siècle, le processus et les instruments de reconnaissance des mamelouks se conçoivent beaucoup moins qu’au xviie siècle dans une circulation entre différents noyaux de l’autorité tunisoise : palais des beys, maisons des deys, divan de la milice, résidence des consuls, zones portuaires … Ce processus et ces outils paraissent plus tenus et forgés par les beys et leurs hommes dans leurs palais du Bardo, non loin de Tunis.

Se faire un nom : laqab, kunya et « nom de famille »

24Cette polarisation n’empêche pourtant pas des mamelouks d’intervenir sur les caractéristiques qui permettent de les reconnaître. Dans les registres et correspondances de l’administration beylicale, parmi les éléments qui composent les noms, nous avons déjà rencontré un premier élément de modification de la présentation de soi : le laqab. Nous avons déjà noté que la réception d’un laqab rendait inutile la référence à une origine contenue dans la nisba et que ce laqab définissait son titulaire en fonction de son maître, selon un service rendu à la maison beylicale. Mais le laqab peut aussi être perçu d’une autre manière : il concrétise l’acquisition d’une dignité par les mamelouks, en tant que fonction et en tant qu’honneur. Dans l’administration beylicale d’avant les réformes, avant que les hiérarchies ne soient formalisées, ce n’est pas la fonction qui fait l’homme mais l’homme qui fait la fonction. Cette influence pourra ensuite rejaillir sur sa position sociale. À la fin du xviiie siècle Yûsuf Ṣâḥib al-Ṭâbi‘ donna de l’importance à la fonction de garde des sceaux beylicaux. À l’inverse, dans la seconde moitié du xixe siècle Ismâ‘îl Ṣâḥib al-Ṭâbi‘ se laissa aveugler par le titre (Ibn Abî al-Ḍiyâf, 1989, vol. VII, 89 et VIII, 52.)

  • 11 Né en 1802-3 (1217), décédé en 1874, il devient, tout comme son père, secrétaire (kâtib) au sein de (...)
  • 12 D. Ayalon (1975 : 191) a fait référence à un lien systématique entre l’ism et le laqab pour les mam (...)
  • 13 Ibn Abî al-iyâf, 1989 : Abû al-‘Abbâs pour les Amad (VIII, 72, 74) ; Abû ‘Abdallâh pour les Muam (...)
  • 14 Ibn Abî al-iyâf, 1989 : Abû Muammad pour Shâkîr âib al-âbi‘ (VIII, 28), Rashîd (VIII, 148) ou (...)

25L’apparition d’un quatrième élément dans la composition du nom, l’apparition d’une kunya, peut, de la même manière, être interprétée de façon ambivalente. Composée d’Abû pour un homme, la kunya marquerait selon Jacqueline Sublet (1991 : 39, 43) deux formes d’accomplissement dans une société musulmane : d’une part, la paternité et donc la constitution ou la prolongation d’un lignage ; de l’autre, l’affranchissement. Toutefois, à suivre les notices biographiques rédigées par le chroniqueur et secrétaire de chancellerie Ibn Abî al-Ḍiyâf11 pour les grandes figures de la régence de Tunis, il apparaît bien souvent que les kunya-s reçues par les dignitaires mamelouks sont déterminées par leurs propres ism-s12. Ce lien quasi-mécanique entre tel type d’ism et telle kunya se repère pour vingt et une des vingt-sept notices dans lesquelles les kunya-s des dignitaires mamelouks sont révélées : des Abû al-‘Abbâs sont ainsi systématiquement rattachés aux Aḥmad ; les Yûsuf sont toujours des Abû al-Maḥâsin13… Dans les six autres cas, la kunya d’Abû Muḥammad est attribuée à des mamelouks aux ism-s variés. Cette kunya particulière peut alors faire référence à la naissance d’un fils du nom de Muḥammad et à une possible intervention des titulaires sur cette composante de leur nom14. Tout comme pour le laqab, le plus souvent, la kunya ne semble donc pas être adoptée par la seule volonté du mamelouk. Elle apparaît lui être sinon imposée du moins appliquée selon des logiques collectives mais dans le même temps, elle lui permet d’acquérir les marques d’une honorabilité, parfois – mais pas toujours – fondées sur la naissance d’un fils.

  • 15 Ant, série A, carton 211 dossier 1/4, archive 3, note de renseignements non datée, mais remontant c (...)
  • 16 Ibn Abî al-iyâf, 1989, vol. VIII, 72 ; M, Nantes, Bey et cour beylicale, liasse 16, correspondan (...)

26Selon ces capacités ambivalentes à investir des composantes du nom, à en user dans des stratégies de distinction, un dernier nom se forme non plus pour différencier un mamelouk mais cette fois pour qualifier sa descendance. Dans le cas d’espèce, ce qui pourrait être perçu comme un nom de famille dérive soit de l’ism fondateur de lignage, soit d’une nisba ou du laqab de fonction. En ce qui concerne l’ism, un cas particulier montre à quel point il peut être d’un certain secours pour refonder la réputation d’un lignage et ne pas être identifié à l’autorité discréditée de son premier fondateur. Le fils de Shâkîrâḥib al-âbi‘, vizir exécuté en 1837, Ra’ûf ne conserva pas la moindre trace du laqab et de l’ism de son père. Il fit de son propre ism « Ra’ûf », un nom de famille, légué à son fils ‘Alî15. Le deuxième type de « nom de famille », la perpétuation d’une nisba, est moins rare : dans les années 1830, Aḥmad al-Jazîrî, un mamelouk d’origine géorgienne, obtient sa nisba de son beau-père16. À l’image d’autres affranchis, Aḥmad al- Jazîrî perpétua donc une descendance par la nisba de son patron.

27Le troisième mode, l’adoption du laqab comme nom de famille, semble se rencontrer de façon plus fréquente. Tout comme la kunya, il est bien difficile de savoir qui revendique ce nom : les mamelouks et leurs descendants ou bien les interlocuteurs de ces mamelouks ? Un laqab parmi les plus évidents, celui de Mamlûk renvoie à une première appartenance au corps de serviteur du sérail ou à la domesticité de grandes maisons de notables. À s’en tenir à la position de soumission que ce terme sous-entend, le nom propre de Mamlûk pourrait paraître marqué d’infamie. Un des lignages qui a porté ce nom est cependant considéré comme une famille « de moyenne ou petite position citadine » selon la classification adoptée par M. A. Ben Achour (1989 : 210) dans son observation de l’élite tunisoise au xixe siècle. D’autres noms, tels ceux des Âgha, des Khaznadâr, des Ṣâḥib al-Ṭâbi‘ conçus à l’inverse à partir d’une trajectoire prestigieuse au service des beys et portés par des fils et des petits-fils de ministres et de Premiers ministres, se sont tout autant banalisés. De la même manière que le nom de Mamlûk, ceux des Âgha, Khaznadâr et Ṣâḥib al-Ṭâbi‘ ont été dissociés des processus de distinction propres aux sérails beylicaux pour prendre un autre sens dans le monde de la notabilité tunisoise : l’indice d’une fortune et d’une certaine distinction pour au moins deux générations.

28De façon générale, des formes d’interaction entre maîtres et mamelouks peuvent donc être déduites de l’attribution de nouveaux noms et du gain simultané d’une influence sociale. Quelques mamelouks ne sont plus seulement dénommés par le sérail mais aussi par des sujets, au sein de la province de Tunis. Leurs maisons trouvent place aux côtés de grandes demeures tunisoises. Leurs noms sont cités aux côtés de ceux de lettrés et de chefs militaires dans les chroniques. Ces dignitaires mamelouks qui continuent à s’identifier à leurs pairs dans la correspondance administrative ont su jouer de la faveur princière afin de se distinguer du commun et de frayer avec la khâṣṣa. À partir du xviie siècle et à un moindre degré au cours des xviiie et xixe siècles, la capacité à s’approprier un nom semblerait donc constante du moins parmi les mamelouks de Tunis. Cependant, cette capacité ne s’observe que pour un ensemble restreint de dignitaires. Elle se donne à voir selon la nature des sources étudiées : dans des écarts entre documents en langue arabe et documents en langues européennes ; ou bien encore, dans un même type de sources, par l’accumulation de composantes nominales et par les degrés d’investissement de ces composantes nominales. Ces interventions souterraines des mamelouks et les capacités plus apparentes des beys et de leurs agents à maîtriser des processus de distinction vont pourtant s’altérer avec le temps des réformes.

Une intervention moins profonde sur l’identité des serviteurs

Le perfectionnement des techniques d’identification

29Au premier abord, le temps des réformes pourrait être perçu comme une période de sophistication des méthodes d’identification administrative, au sens où ces techniques devenues plus nombreuses et plus précises faciliteraient la comparaison de « caractéristiques déterminées et connues » avec une personne donnée (Denis, 2008 : 9-10). Les institutions chargées d’encadrer les populations de la province sont mises en place des années 1830 aux années 1860, le plus souvent sous un commandement délégué aux dignitaires mamelouks. Les premières troupes de l’armée régulière sont rassemblées par le vizir Shâkîr Ṣâḥib al-Ṭâbi‘ en 1831 (Ibn Abî al-Ḍiyâf, 1994 : 41). Près de trois décennies plus tard, une nouvelle hiérarchie de tribunaux est instituée, là encore, le plus souvent présidés par des généraux issus de l’entourage des beys.

  • 17 Ant, reg. 3 323, f. 14, des promotions sont signalées à partir de décembre 1830 (rajab 1246).

30Supervisées à partir du sérail, ces institutions supposent l’adaptation ou l’adoption de techniques de recensements et d’identifications individuelles. Au sein de l’armée, l’enrôlement qui était déjà pratiqué pour les miliciens turcs prend une nouvelle ampleur. Ce type de dénombrement embrasse sur des listes nominatives des catégories de population plus diversifiées que celle des janissaires et de leurs enfants. Elles rassemblent dans les mêmes rangs, des « enfants du pays » issus de ses campagnes, de ses tribus et de ses villes. Les listes insistent moins sur le lignage du soldat enrôlé que sur son lieu d’origine. Dans la première brigade formée au début des années 1830, mamelouks et autochtones reçoivent ainsi la nisba d’al-Tûnisî pour marquer un lien commun à la capitale de cette province ottomane17. Les officiers et généraux placés à la tête des brigades qui composent l’armée régulière (al-niẓâm al-jadîd) interviennent également sur les parcours des individus en délivrant des autorisations de libération provisoire ou définitive. Pour leur part, ces officiers voient leur autorité rendue publique dans des décrets de nomination qui présentent les qualités, les parcours et les noms des éléments promus.

  • 18 Ant, reg. 2 407, f. 11, 22 février 1864 (14 ramaân 1280) ; f. 12, 15 mars 1864 (6 shawwâl 1280). A(...)
  • 19 Ant, série historique, cartons 133 à 137, dossiers 483 à 492 ; reg. 2 688 à 2 692 ; 2 697, 2 699, 2 (...)
  • 20 Rapports sur les faits et gestes des membres de la famille Muṣṭafâ Khaznadâr après son limogeage en (...)

31Les techniques de recensement militaire et les effets de rationalisation administrative influent en outre sur d’autres institutions centrales des réformes. À compter des années 1840, l’école du Bardo est à la fois administrée comme une école de palais et comme une caserne. Les élèves dont quelques mamelouks sont là aussi recensés sur de longues listes et mentionnés sur de courts billets en cas de déplacement hors du Bardo18. Un tout autre domaine de l’administration beylicale, l’exercice de la justice tend à dépersonnaliser les façons de se présenter et d’être identifié. Laissant beaucoup plus de traces écrites que les séances du tribunal « charaïque » (majlas al-shar‘î) ou que les séances de justice tenues par les beys, les travaux du Conseil suprême (ultime recours dans la hiérarchie des tribunaux) rompent avec les cérémonies et l’oralité d’une justice beylicale ouverte à tout sujet de la province en présence du souverain régnant. Les multiples procès-verbaux de ce conseil consignent les noms des participants aux débats avant qu’ils ne soient départagés en deux tendances parfois divergentes19. À Tunis, enfin, la délégation d’un pouvoir policier aux mains des ḍabṭiyya aboutit à d’autres formes d’observation et de reconnaissance avec la rédaction de rapports quotidiens sur des familles ou des personnalités de la capitale20.

  • 21 L. Bercher rend le terme en arabe de jinsiyya par celui de « race ».

32Le fait que des dignitaires mamelouks soient placés à la tête de chacune de ces institutions et qu’à chaque fois, des techniques plus fouillées d’enrôlement et d’identification soient expérimentées ne nous semble pas innocent. Une corrélation peut être établie entre l’appréhension croissante des sujets et la maîtrise de la catégorisation des mamelouks. Composantes d’un corps remanié au sein du sérail, les mamelouks des beys sont appelés à accompagner avec loyauté l’émergence d’organes conçus dans le prolongement de la maison beylicale. Issus d’un corps sans origine géographique commune, ils sont conçus et peuvent parfois se concevoir comme des éléments médiateurs entre les identités multiples des sujets. Ils ne doivent projeter dans les institutions naissantes aucun trait d’appartenance si ce n’est celui de la fidélité au bey. En 1861, lors d’une polémique avec Aḥmad Ibn Abî al-iyâf sur la place à accorder aux sujets juifs au sein du Conseil suprême de justice et de gouvernement, un des hauts dignitaires mamelouks, le général Ḥusayn prétendait en ce sens que le droit de siéger dans ce Conseil ne devait se fonder que « sur le mérite, la dignité et la valeur humaine et non sur la religion et la race » (L. Bercher, 1939 : 75)21.

33Placés au sommet ou au sein de ces institutions, les mamelouks ne sortent pourtant pas indemnes des dynamiques induites par les réformes. L’amenuisement de leurs rangs dans la seconde moitié du xixe siècle et la promotion d’un nombre croissant d’autochtones dessinent de nouveaux modes d’interventions des beys sur les identités de leurs serviteurs.

Des corps de serviteurs modifiés en surface

34La première mutation déterminante, la restriction du nombre de mamelouks est liée à la réduction du nombre de captifs et à l’interdiction progressive des traites d’esclaves blancs en Méditerranée (Erdem, 1996 ; Panzac, 1999). À cette trame de fond, s’ajoutent au sein de la régence de Tunis, les ingérences régulières des consuls dans les affaires du palais. La propension croissante des consuls à accorder des protections à des sujets des beys et notamment à des mamelouks a rendu moins attrayant l’emploi de ces allochtones dans la maison des beys. Le second changement, le recrutement croissant et la promotion d’autochtones dans l’administration beylicale était pour partie déterminé par ces restrictions de sujétion. Mais les enfants du pays ont été employés pour bien d’autres raisons : c’est par la force ou pour faire face à la tourmente financière, qu’ils ont rejoint les rangs de l’armée et d’une administration réorganisée en embryons de départements ministériels ou en tribunaux d’État (Karoui, 1973 ; Ben Achour, 1989).

35Conjuguées, ces deux mutations aboutirent à brouiller d’anciennes catégories du service d’État : la répartition relative qui s’était opérée entre hommes de plume (lettrés autochtones) et hommes d’épée (pour partie recrutée hors de la province) avait de moins en moins de sens. Cette élision des distinctions entre serviteurs d’État se matérialisait dans une nouvelle culture des apparences. Des uniformes militaires moins bigarrés que les tenues de sérail furent adoptés à partir du début des années 1830. Parallèlement, les ordres de décorations replaçaient tout un chacun dans une hiérarchie toute théorique du mérite et là encore, beaucoup moins selon un corps d’appartenance spécifique. Au temps des réformes, le maniement de ces marques d’apparence physique était privilégié. Il devenait moins aisé d’intervenir en profondeur sur les identités et sur les corps de leurs agents. Avec les abolitions de l’esclavage et la dissolution progressive du corps mamelouk, les hommes de la maison beylicale ne pouvaient désormais plus convertir, circoncire, renommer leurs serviteurs.

  • 22 usayn, 1991, vol. III, p. 159 : usayn à Mûnîf Bâshâ, 9 décembre 1885 (2 rabî‘ I, al-anwâr 1303) ; (...)

36Dans le même temps, les dignitaires mamelouks en venaient à accéder à des techniques et des outils plus étendus de présentation de soi. Un groupe restreint de mamelouks formés dans l’orbite ou au sein de l’école du Bardo et envoyés plus fréquemment en mission en Europe et à Istanbul s’était saisi de la capacité à rédiger des lettres en arabe, sans toujours en passer par des secrétaires. L’un d’entre eux, le général Ḥusayn se présentait au terme de sa correspondance le plus souvent par modestie comme « votre créature », ‘abdu-kum Ḥusayn et à deux reprises au moins comme « Ḥusayn Bâshâ al-Tûnisî mansha » (originaire de Tunis) lorsqu’il dut écrire à des dignitaires ottomans22. En outre, quelques-uns de ces mamelouks (Muṣṭafâ Khaznadâr, Khayr al-Dîn, Aḥmad Zarrûq) tout comme les beys régnants étaient représentés dans des portraits conservés au sein des palais (Ben Achour, 1994). L’interaction entre maîtres et principaux agents de l’autorité ne se percevait plus seulement autour des noms, elle s’étendait à la maîtrise de l’écrit et à la constitution de représentations iconographiques.

37Toutes ces transformations placèrent donc les mamelouks ou pour le moins les plus distingués d’entre eux dans des positions ambivalentes. En tant qu’êtres dont les parcours avaient été contrôlés par leurs maîtres, ils apparaissaient comme des inspirateurs indirects des extensions des processus d’identification. Parallèlement, ils étaient à la fois les principaux bénéficiaires d’un accès plus large aux outils de présentation de soi et les objets de catégories administratives qui laissaient de moins en moins de place aux trajectoires singulières, à l’intégration dans les structures de l’autorité beylicale par le biais de la conversion et de la dépendance. Dorénavant, les engagements et les itinéraires des serviteurs des beys étaient davantage pensés selon des formes d’affiliation et d’enracinement au territoire de la province de Tunis.

38Deux niveaux d’interrogations ont été fixés au début de cette analyse : l’un portait sur les interactions entre des agents d’autorité et une autorité identificatrice ; le second devait nous amener à évaluer la capacité d’action des mamelouks. À l’examen des modalités de reconnaissance par le nom, il est apparu qu’avant le temps des réformes, les beys et leurs proches maîtrisaient les principales étapes de ces processus de reconnaissance individuelle et de catégorisation. Par l’attribution de l’ism et du laqab, par le maintien d’une nisba, les hommes forts de la maison beylicale modulaient les marques de dépendance, d’extranéité et de promotion des mamelouks. Ils faisaient varier les rangs de leurs serviteurs de l’anonymat à la distinction. Le contrôle de ces éléments d’identification fut rendu possible par la maîtrise plus large de la catégorie des mamelouks : distinctions individuelles et catégorisation se déduisaient l’une de l’autre. Cette prégnance des maîtres sur les noms de leurs serviteurs semblait d’ailleurs si forte qu’elle a réduit, à nos yeux, les champs d’intervention des mamelouks. Ce qui remontait à la surface se repérait au terme de trajectoires mameloukes : quelques dignitaires obtenaient par la kunya des marques d’honorabilité ou de fondation d’une descendance dans leur pays d’adoption.

39Le temps des réformes et ce que ces réformes ont impliqué en termes d’extension et d’invention de techniques d’identification ont modifié cette interaction déséquilibrée sans pour autant que les beys ou que leurs mamelouks ne bénéficient pleinement des nouvelles institutions et des nouveaux outils mis à leur disposition. La maison des beys recensait un nombre croissant d’agents mais pouvait de moins en moins intervenir en profondeur sur les corps et les identités de ses serviteurs avec l’abolition de l’esclavage et la fin des traites. Les mamelouks, placés à la tête de ces institutions et avant tout caractérisés par leur loyauté, ont contribué à l’élargissement des procédures d’identification, en n’étant collectivement originaires d’aucune des composantes de la société de la régence. Certains d’entre eux se sont distingués en se saisissant de modes de représentations graphiques et iconiques mais ce faisant ils ont renoncé à ce qui avait longtemps permis la conception du mamelouk : le fait de laisser d’autres que soi intervenir sur des traits d’identité et sur des éléments de sa propre identification.

Haut de page

Bibliographie

Abdesselem Ahmed, 1973, Les Historiens tunisiens des xvxiie, xviiie et xixe siècles. Essai d’histoire culturelle, Tunis, C. Klincksieck, 590 p.

Ayalon David, 1975, « Names, Titles and ‘Nisbas’ of the Mamluks », Israel Oriental Studies, vol. V, Tel Aviv, p. 189-232.

Ben Achour Mohamed El-Aziz, 1989, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xixe siècle. Les élites musulmanes, Tunis, INAA, 542 p.

— 1994, Les décorations tunisiennes à l’époque husseïnite, Tunis, Sagittaire éditions, 79 p.

Bercher Léon, 1939, « En marge du Pacte “fondamental” », Revue tunisienne, Tunis, p. 71-86.

Erdem Hakan, 1996, Slavery in the Ottoman Empire and Its Demise, 1800-1909, Londres-New York, Mac Millan-Saint-Martin’s press, 229 p.

Fraenkel Béatrice, 2007, « Preuves et épreuves de l’identification », in Claudia Moati et Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôles et d’identification, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 279-293.

Grandchamp Pierre, 1917, « Relation du court voyage d’un antiquaire amateur (F. Caroni) surpris par les corsaires, conduit en Barbarie et heureusement rapatrié (1804) », Revue tunisienne 120-121, p. 29-54 ; 96-122.

— 1926, La France en Tunisie au xviie siècle, (1621-1630), vol. IV, Tunis, Imprimerie Générale, 443 p.

— 1927, La France en Tunisie au xviie siècle, (1631-1650), vol. V, Tunis, Tournier, Paris, Vuibert, 378 p.

Ibn Abî al-Ḍiyâf Aḥmad, 1989, Itḥâf ahl al-zamân bi-akhbâr mulûk Tûnis wa ‘ahd al-amân, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, vol. I à VIII.

— 1994, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis et du pacte fondamental, Chapitre VI et V : règne de Husaïn Bey et Muṣṭafâ Bey, Tunis, IRMC-ISHMN, Alif, (éd. et trad. André Raymond et Khaled Kchir), vol. I, 101 p.

Karoui Hachmi, 1973, La Régence de Tunis à la veille du protectorat français : débats pour une nouvelle organisation (1857-1877), Paris, Ephe, thèse de doctorat non publié (J. Berque dir.), 302 p.

Noiriel Gérard, 2007, « Introduction », in Gérard Noiriel, L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, p. 2-8.

Panzac Daniel, 1999, Les corsaires barbaresques. La fin d’une épopée, 1800-1820, Paris, CNRS, 311 p.

Sublet Jacqueline, 1991, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, PUF, 208 p.

Temple Grenville, 1835, Excursions in the Mediterranean, Algiers and Tunis, Londres, Saunders and Otley, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Ministère des affaires étrangères, Correspondance politique, Tunis, vol. 1, de Lesseps, 12 juin 1831, f. 193 v-195 r.

2 Ibn Abî al-iyâf, 1994, vol. I, p. 41.

3 Cette dynastie est marquée à ses débuts par la transmission du titre de bey de Murâd à son fils ammûda en 1631. Le pouvoir des Mouradites s’effondre à la mort de Murâd Bey III en 1702.

4 Ant (Archives nationales tunisiennes), reg. (= registre) 49, f. 33.

5 Ces regroupements ethniques sont revendiqués par les mamelouks et mis en récit dans les chroniques en arabe.

6 Ant, Série historique, carton 3 dossier 42, archive 21, 24 décembre 1830, lettre de Shâkîr âib al-âbi‘ à son mamelouk Muammad Khaznadâr.

7 Ant, reg. 35, f. 120 : en 1739, ‘Alî al-Jlâṣṣî, Marzûk et Salîm al-Jandûbî, dont les nisba-s indiquent une autochtonie, redeviennent des bawwâb-s (des gardes).

8 Ant, reg. 11, 1731.

9 Ant, entre autres exemples : reg. 40 (1746-1749), 229 (1782-1783).

10 « Moi Rajab renégat du seigneur Mahamed Bey que le Seigneur Dieu le préserve du mal ».

11 Né en 1802-3 (1217), décédé en 1874, il devient, tout comme son père, secrétaire (kâtib) au sein de l’administration beylicale. Sa chronique (Itâf ahl al-zamân) reconstitue l’histoire du « royaume » de Tunis et rapporte les témoignages de contemporains à la période des réformes (Abdesselem, 1973 : 332-378).

12 D. Ayalon (1975 : 191) a fait référence à un lien systématique entre l’ism et le laqab pour les mamelouks du sultanat d’Égypte.

13 Ibn Abî al-iyâf, 1989 : Abû al-‘Abbâs pour les Amad (VIII, 72, 74) ; Abû ‘Abdallâh pour les Muammad (VIII, 33, 121), 33) ; Abû al-Fidâ’ pour des Ismâ‘âl Kâhiya (VII, 13 et VIII, 135, 151) ; Abû al-Maâsin pour les Yûsuf (VII, 89 ; VIII, 22, 144) ; Abû al-Masarra pour deux Farat (VIII, 129 et 133) ; Abû al-Najâ pour des Salîm (VII, 113 ; VIII, 32) ; Abû al-Nukhba pour des Muṣṭafâ (VIII, 117, 145) ; Abû al-Rabî‘ pour des Sulaymân (VII, 56 ; VIII, 32, 39).

14 Ibn Abî al-iyâf, 1989 : Abû Muammad pour Shâkîr âib al-âbi‘ (VIII, 28), Rashîd (VIII, 148) ou Khayr al-Dîn Kâhiya (VIII, 98).

15 Ant, série A, carton 211 dossier 1/4, archive 3, note de renseignements non datée, mais remontant certainement à 1922 sur « Si Ali Er Raouf, 55 ans environ, fils du général Mohammed Er Raouf, petit-fils du fameux Chakhir Caheb Et Tabaa ».

16 Ibn Abî al-iyâf, 1989, vol. VIII, 72 ; M, Nantes, Bey et cour beylicale, liasse 16, correspondance du Bardo : usayn Bey au consul Deval, 2 juillet 1834 (24 afar 1250) ; liasse 17, Amad Bey au consul, 30 décembre 1840 (6 qa‘da 1256).

17 Ant, reg. 3 323, f. 14, des promotions sont signalées à partir de décembre 1830 (rajab 1246).

18 Ant, reg. 2 407, f. 11, 22 février 1864 (14 ramaân 1280) ; f. 12, 15 mars 1864 (6 shawwâl 1280). Ant, reg. 2 400, 1860-1864.

19 Ant, série historique, cartons 133 à 137, dossiers 483 à 492 ; reg. 2 688 à 2 692 ; 2 697, 2 699, 2 702-2 705 ; 2 743-2 745.

20 Rapports sur les faits et gestes des membres de la famille Muṣṭafâ Khaznadâr après son limogeage en 1873 (Ant, série historique, carton 6, dossier 73) ; rapports aussi sur ‘Alî b. Sulaymân Kâhiya, fils d’un dignitaire mamelouk.

21 L. Bercher rend le terme en arabe de jinsiyya par celui de « race ».

22 usayn, 1991, vol. III, p. 159 : usayn à Mûnîf Bâshâ, 9 décembre 1885 (2 rabî‘ I, al-anwâr 1303) ; p. 160, usayn à Sharya Bak, bâsh kâtib al-mâbayan al-qânûnî, 10 décembre 1885 (3 rabî‘ I 1303). 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

M’hamed Oualdi, « Acteurs et objets de procédures d’identification : les mamelouks au service des beys de Tunis (xviie - xixe siècles)  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6704

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page