Navigation – Plan du site

Onomasticon Ottomanicum : identification administrative et désignation sociale dans l’État ottoman du xixe siècle1

Onomasticon Ottomanicum: administrative and social designation in the nineteenth century Ottoman State
Olivier Bouquet

Résumés

À partir d’un corpus de 282 pachas prélevés dans la collection des sicill-i ahval constituée sous le règne du sultan Abdülhamid II (1876-1909), cet article propose une réflexion sur les modes d’attribution et les usages du nom à la fin de la période ottomane. Il présente dans un premier temps les principales structures du nom (ism, mahlas, lakab) et la manière dont les dignitaires y recourent pour répondre aux procédures d’identification mises en œuvre par l’administration ottomane. Dans un second temps, il s’attache à montrer que le nom d’État inscrit dans les notices biographiques n’est pas toujours celui sous lequel le dignitaire est désigné socialement, qu’il utilise dans ses activités quotidiennes, ou qu’il a reçu le jour de sa naissance. Le nom d’usage est en effet souvent modifié en partie à l’école, sinon à la suite d’un déplacement géographique, ou de la fréquentation d’un espace professionnel ou culturel. En outre, non seulement bien des Ottomans attendent d’avoir du poil au menton avant de recevoir leur nom pour la vie, mais l’usage des noms de personne varie grandement selon le contexte de la désignation. Il en résulte que les opérations d’identification administrative ne restituent qu’une partie de l’identité onomastique des individus, et que les noms doivent être étudiés comme des catégories historiques plutôt que comme des « désignateurs rigides ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est le premier résultat d’un travail de recherche soutenu et financé par l’ANR TRANSTUR (...)

1L’onomastique est un domaine bien connu des historiens. Les ottomanistes s’y sont peu aventurés. On peut s’en étonner : une grande partie des noms propres ottomans procèdent de formes arabes, et le nom arabe a été bien étudié ; d’autres dérivent de l’anthroponymie turke, domaine de recherche exploré dès le xviiie siècle par les philologues russes, développé au xxe siècle principalement par des linguistes et ethnologues hongrois et turcs, et récemment enrichi par la publication d’Onomasticon Turcicum, une œuvre monumentale – 31 500 anthroponymes recensés à partir d’un demi-millier de sources en langues turkes, persane et arabe –, soutenue depuis 1932 par l’Académie des sciences de Hongrie (Rásonyi, Baskı, 2007). Il est vrai que les ottomanistes sont avant tout des historiens, que l’Empire ottoman était vaste, et que les formes et les usages du nom variaient selon les ethnies, les confessions et les milieux sociaux. On ne saurait être trop prudent. J’aborderai donc le sujet à partir d’un corpus ciblé et homogène : les pachas répertoriés dans une même source, les sicill-i ahval.

  • 2 Dans ces notices, fonction, grade et titulature viennent généralement avant le nom. Ainsi : « Alaso (...)

2Constitués sous le règne d’Abdülhamid II (1876-1909), ces registres administratifs regroupent les notices biographiques d’agents placés au service de l’administration civile du xixe siècle. Enregistrées sur une mode systématique sous des rubriques aussi diverses que l’origine familiale, sociale et géographique, la formation scolaire et professionnelle, les langues pratiquées, les postes successifs occupés, les traitements, les grades et les décorations, ces notices sont la preuve matérielle que l’État hamidien avait mis sur pied des techniques systématiques d’identification des employés, contribuant ainsi à l’émergence d’un nouveau genre, à savoir l’autobiographie par l’État (Bouquet, 2006). Le corpus est également restreint (282 individus ; des élites musulmanes dont on trouvera la liste dans Bouquet, 2007 : 471-491). Il ne permettra de dégager que quelques hypothèses valables pour l’ensemble des Ottomans, mais l’usage de l’archive a ceci de pratique que des catalogues classés alphabétiquement existent, et que le nom de personne est cité en premier dans les notices biographiques. C’est une différence avec certaines sources où figurent certes des dignitaires, mais qui n’ont fait l’objet d’aucun répertoire systématique : le nom est cité après l’invocatio et la benedictio dans le modèle des épitaphes funéraires, tel qu’il se constitue à partir du xvie siècle (Vatin, Eldem, 2007 : 9-10) ; il est généralement mentionné en fin de phrase, après l’évocation des fonctions occupées, dans les notices nécrologiques du xixe siècle2.

3Venons-en au sujet de l’étude. Le nom de personne qui figure dans les sicill-i ahval est celui du dignitaire lorsque sa notice biographique est enregistrée. C’est le nom sous lequel il est désigné et identifié comme employé de l’administration impériale. Pour un État ottoman en réforme qui répertorie ses serviteurs autant qu’il recense ses sujets, l’identification administrative agit comme un fixateur d’identité individuelle : le nom de l’employé est inscrit dans les registres pour longtemps. Mais c’est un fixateur très partiel : loin de rendre compte des noms portés au fil de la vie, dans les langes, sur les bancs de l’école, ou au cours de sa carrière, il n’illustre qu’un moment de la biographie du sujet. S’il est souvent complet, toujours accompagné d’un titre (en l’espèce paşa, sinon bey, efendi ou ağa) et parfois d’une épithète honorifique – éléments déjà étudiés ailleurs, que je laisse donc de côté (Bouquet, 2007 : 187-199) –, il ne dit pas tout des noms sous lesquels l’individu est désigné par son entourage, dans sa famille, ou dans la rue. S’il est reconnu par l’État comme le plus officiel des noms, il ne s’impose ensuite qu’à une partie des univers sociaux de la désignation. Autant d’hypothèses que je voudrais étayer, une fois présentées les parties du nom utilisées par les employés ottomans du xixe siècle, les contemporains qui les désignaient, et les historiens qui aujourd’hui encore les évoquent.

Les composantes du nom : ism, mahlas, lakab

  • 3 « İsmim Mehmed Rauf pederimin ismi Çerkes Abdî Paşa merhumdur » : le même terme (ism) est ici emplo (...)
  • 4 Table ronde. L’identification des origines de l’islam au XIXe siècle, 23 & 24 mai 2008, MMSH, Aix-e (...)
  • 5 On l’illustrera dans la suite par l’exemple des noms en -zâde.

4Les Ottomans font usage du terme ism (ou isim) qu’ils empruntent à l’arabe pour désigner le nom propre dans sa totalité. Mehmed Rauf Paşa précise par exemple que son « nom est Mehmed Rauf et celui de feu [son] père Çerkes Abdî Paşa 3 ». Il distingue l’ism pris au sens de premier nom attribué (Mehmed), le mahlas (Rauf, et sans doute Abdî), le lakab (Çerkes) et le titre (Paşa). La forme arabe de la kunya – c’est-à-dire le surnom patronymique qui répond plus exactement à l’agnomen qu’au cognomen – n’est pas reprise par les Ottomans, alors qu’elle était en usage chez leurs prédécesseurs seldjoukides. Il est vrai que la kunya est moins utilisée, estiment certains collègues arabisants, à l’époque moderne qu’au Moyen Âge4. Cela dit, cette absence mériterait d’être expliquée en des termes anthropologiques: sans doute la relation père/fils est-elle formalisée autrement chez les Ottomans. Le lakab, en revanche, emprunte souvent à des formes arabes, qu’il s’agisse du nasab ou de la nisba5.

51/ Pour ce qui est de l’ism pris au sens réduit, il correspond à des modalités d’attribution fort diverses. Prenons le cas de l’anthroponymie anatolienne, bien étudiée par les ethnologues turcs, notamment dans le cadre d’une enquête menée en 1929 sous les auspices de la Société des savoirs populaires turcs. Souvent, l’ism est conféré dès la coupure du cordon ombilical ; d’où le nom göbek adı  (nom ombilical), terme qui peut cependant désigner des noms attribués ultérieurement, dans la région de Samsun par exemple. Il est fréquent qu’un nom (ezan adı ou asıl adı) soit donné trois jours ou plus après la naissance, à l’occasion d’un geste solennel (hanak). Dans certaines familles (de Çarşamba et de Terme par exemple), il s’agit du même nom, soufflé à l’oreille droite du nourrisson, autant de fois qu’est prononcé l’appel à la prière (Basrı, 1960). Ce cérémonial (beşik töreni) n’est toutefois pas respecté à la lettre partout : le nombre de jours attendus varie parfois jusqu’à sept, en comptant ou non le vendredi, et ne donne pas toujours lieu à des réjouissances particulières (Aker, 1960).

6La destinée des noms successifs est variable, mais si le nom ombilical est censé protéger des esprits – d’où le choix fréquent d’un nom du Prophète –, il n’est pas toujours porté : à l’instar d’une croyance répandue dans le monde arabe médiéval, bien des Ottomans considèrent en effet le premier nom comme vulnérable, et estiment nécessaire de le compléter d’un nom apotropaïque, à la manière d’un lakab en ad-din (Sublet, 1996 : 101-102). Dans les bourgades d’Anatolie orientale du xixe siècle, il est encore porteur d’une dimension magique, héritage du chamanisme, sensible au contexte immédiat de la naissance ou au pouvoir associé à certains nombres (Numan, 2004 ; Rásonyi, 1961). En revanche, chez un nombre croissant de grandes familles du début du xxe siècle, en Anatolie (Basrı, 1960) mais surtout à Istanbul, il est vidé de toute dimension propitiatoire, voire religieuse. Davantage est-il conçu pour honorer la mémoire des proches récemment disparus : Azize Hanım, fille d’İsmail Galib disparu en 1896, appelle Galibe sa fille née en 1898. Il est aussi le lieu de projection de références littéraires précises, ou d’un goût plus général mais particulièrement affirmé pour la modernité, à l’origine d’inventions (nev icat) plus ou moins audacieuses (Eldem, 2008 : 11), et de débats parfois vifs au sein de la famille : Memduh Şevket Esendal raconte ainsi que son nom de ventre, Mustafa, choisi par sa mère, ne plaisait pas à son père qui, fort de son autorité patriarcale et de sa légitimité islamique, le remplaça par un nom qu’il portait lui-même (Çeşitli, 1991 : 2). Et si c’est une fille qui vient au monde alors qu’un fils était espéré, la langue ottomane offre des ressources qui permettent de conserver le nom initialement retenu : l’usage de la ṭâʾ marbûṭa y pourvoit.

« Before my birth, it was very much hoped that I should be a boy, and father had vowed that he would name me, after the saint in Eyoub, Halid. When I disappointed them by turning out to be a girl, they persisted in giving me the feminine word of Halid, which is Halidé ; and every year either father or granny took me to the Holy Tomb and sacrificed a sheep for the poor of Eyoub » (Halide Edib, 1926 : 98).

7Après tout, selon une tradition prophétique, il revient au père de trancher en la matière, obligation lui étant faite de donner à l’enfant un « beau nom », un nom gracieux par lequel le musulman sera appelé le jour du Jugement dernier (Schimmel, 1995 : 14). Et s’il veut être éclairé ou soutenu, alors libre à lui de consulter un imam qui se fera fort d’expliciter les noms retenus dans telle ou telle page du Coran (Ülkütaşır, 1963 : 10). Ne croyons pas cependant que le père fasse la pluie et le beau temps partout. À Konya, Samsun ou Muğla, les grands-parents ont leur mot à dire, sinon d’autres membres de famille ou des proches (Dalboy, 1956 ; Aker, 1960 ; Tahsin, 1960). À Bafra, les regards se tournent vers le doyen de la maisonnée, quelle que soit sa parenté avec le nourrisson. À Tokat, il revient à la mère de décider du nom des filles (Noyan, 1983 : 644), et à Samsun, du nom du second enfant (Tahsin, 1960).

  • 6 Il correspond à l’ism arabe ou ism ‘alam, nom reçu à la naissance.

82/ Qu’il soit conféré par le père ou un autre membre de la famille, attribué une fois pour toutes ou complété ultérieurement, porteur de traditions ancestrales ou de préférences individuelles, le nom choisi à la naissance devient, passé les premiers jours, l’asıl adı, le nom-source ou nom premier6. À sa suite, vient généralement un nom appelé mahlas que les Ottomans utilisent depuis l’époque moderne comme nom de plume, au sens original de takhallu. Avant même d’écrire ses premières lignes, le jeune poète se voit conféré un mahlas, et c’est sous ce nom qu’il est ensuite désigné et reconnu dans l’exercice de cette activité (Akün, 1994 : 394-396). Nous savons qu’au xixe siècle le mahlas est conféré dans d’autres lieux de sociabilité. À la manière du lakab arabe, il est parfois attribué dès les premiers jours, éventuellement par un proche de la famille, comme les parrains et marraines en Europe occidentale (Fine, 1984 : 111 ; Gresset, 1984 : 217) ; sinon ultérieurement, de la première adolescence à l’entrée dans l’âge mûr : Mustafa Kemal l’acquiert à l’école secondaire de Salonique ; Rıza Nur à l’École de médecine militaire (Rıza Nur, 1995 : 11). Les serviteurs de l’État sont quant à eux nombreux à le recevoir en début de carrière – Namık Kemal ou Ahmed Midhat en sont d’illustres exemples (İnal, 1930-1942 : 333 ; Gövsa, 1946 : 124). L’usage l’exige même dans certains bureaux, comme le secrétariat du Divan impérial (İnal, 1940-1953 : 809 ; Gövsa, 1946 : 34, 337 ; SA, 22-151).

  • 7 Ahmed Kâmil Paşa aurait reçu d’Osman III son mahlas Kâmil, en éloge de son extrême courtoisie (Mehm (...)
  • 8 De la même manière, Halil Rifat Paşa (SA, 1-88), de Reşid est devenu Rifat (İnal, 1940-1953 : 1535) (...)

9Objet d’attention particulier, le mahlas est censé faire allusion à la qualité supérieure qui renvoie le mieux à l’individu qui le porte (Findley, 1980 : 97). Il porte la marque privilégiée d’un faiseur de nom : un maître, un supérieur hiérarchique, voire le sultan lui-même7 – le dernier en bout de chaîne se réservant, le cas échéant, la liberté d’invalider les choix antérieurs : lorsque le jeune Ahmed intègre le cercle de poésie de Fehim Efendi, il dispose déjà d’un mahlas (Vehbi) ; mais son nouveau maître décide qu’il ne convient pas au motif que d’autres poètes l’ont porté avant lui ; un autre plus distinctif, Cevdet, lui est donc dévolu (Cevdet Paşa, 1991 : 14)8. Rien n’est jamais définitif. En cours de carrière, le poète peut très bien renoncer au mahlas de ses débuts, au profit d’un autre qu’il estime plus adapté à son profil : Zürûrî, connu pour sa poésie comique (hezel), déclare subitement obsolète son mahlas précédent Hüznî (Akün, 1994 : 395). Si ce procédé de substitution du mahlas participe d’un rite d’intégration, au terme de l’apprentissage d’un savoir ou au moment de l’attribution d’une place dans un bureau, il souligne en outre – à la manière de la nisba (Sublet, 1991 : 10) – le lien entre qui fait le nom et qui le reçoit, en particulier lorsque le premier confère son propre mahlas, comme dans le cas d’Ahmed Midhat Efendi, et (ou) lorsque le second dit sa reconnaissance dans un écrit spécifiquement conçu pour l’occasion : un mahlasname.

  • 9 Dans les dictionnaires ottomans et turcs, les individus sont souvent répertoriés selon leur mahlas. (...)
  • 10 Dans le cas de Mehmed Esad Safvet Paşa (SA, 2-416), l’asıl adı est Mehmed Esad et le mahlas Safvet (...)

10Dans l’ordre de la désignation, ce mahlas vient après l’asıl adı, ainsi qu’après le mahlas de naissance, s’il en existe un. Dans certains cas, il s’y substitue, surtout lorsqu’il est accompagné d’un titre : Ahmed Cevdet est appelé Cevdet Paşa ; Ahmed Midhat, Midhat Paşa. Cette transformation du nom est aboutie au point qu’elle peut porter autant sur le nom officiel que sur le nom d’usage9. Dans les cas, assez rares, où trois noms sont cités (Mehmed Esad Safvet), on a à faire soit à deux mahlas (Esad Safvet), soit à un asıl adı double (Mehmed Esad), les deux formes n’étant pas toujours faciles à distinguer, surtout dans les dictionnaires biographiques où l’ordre des noms n’est pas nécessairement respecté10.

  • 11 Dans l’islam médiéval, un lakab bref offre l’intérêt d’occuper peu de place sur les supports matéri (...)
  • 12 Les historiographes peuvent le signaler comme issu d’un environnement populaire (« halk arasında ») (...)
  • 13 Pour enrichir l’inventaire, et parce qu’ils sont cités plus souvent, on a ajouté les lakab du père (...)

113/ Le lakab est une dernière partie du nom. Tantôt simple, tantôt composé, mais généralement bref, il est mentionné avant l’ism ou le mahlas11. Sobriquet en est une tradition incomplète, signale à juste titre Barbier de Meynard (1907, mars-avril : 175). Il est vrai cependant que le lakab est conféré par l’usage, généralement du vivant de l’individu12. Sinon la postérité s’en charge, comme dans le cas de certains sultans (İpşirli, 2003 : 67). Quelques membres de notre corpus en ont plusieurs, Mehmed Reşid par exemple (SA, 1-118) : l’un désigne sa ville de naissance (Vanlı), l’autre son appartenance ethnique (Kürt), le dernier son rattachement familial (Karamüftü-zâde). À cet égard, les pachas du xixe siècle sont à l’image des Ottomans dans leur ensemble qui ont élargi, au fil des siècles, les modalités d’usage de ce nom au-delà des cadres hérités de leurs prédécesseurs arabes. Ils y recourent certes pour se désigner, mais surtout pour désigner les autres, on le verra, en fonction de leur trajectoire biographique ou des circonstances de l’énonciation. Pourtant, dans la source qui est la nôtre, les lakab sont beaucoup moins cités que les deux formes précédentes – on essaiera d’expliquer pourquoi. On les retrouve souvent dans d’autres sources, selon des formes et des usages complexes et diversifiés au point qu’ils méritent une typologie13.

Variations autour du lakab

121/ On distingue d’abord les lakab honorifiques qui correspondent aux titulatures officielles de l’usage arabe (elkab : Goitein, 1970). Ils accompagnent le grade ou la fonction du dignitaire. Certains sont suffixants comme hazretleri (Son Excellence), dévolu aux deux grades supérieurs de la hiérarchie civile : bâlâ et vezir. D’autres (qui correspondent également à des rangs précis) sont préfixants : devletlü (fortuné) devletlü faziletlü (illustre et vertueux), izzetlü (honorable), saadetlü (fortuné), atufetlü (magnanime). S’ils sont cités dans les documents officiels pour désigner patrons, proches et supérieurs, avec le respect qui est dû à chacun, les individus concernés les utilisent très rarement dans leurs fiches quand il s’agit d’eux-mêmes, sans doute pour éviter les redondances.

  • 14 SA, 4-970 ; SA, 2-248.
  • 15 Son équivalent persan (kūchik) est également très apprécié dans les sociétés iraniennes (Schimmel, (...)
  • 16 On trouvera de magnifiques exemples arabes de lakab descriptifs dans le recensement proposé par Bar (...)
  • 17 Tout au plus les trouve-t-on comme noms de famille, sous la forme Uzun Ali Ağa-zâde Hüseyin (SA, 22 (...)

132/ Aussi familier que le précédent est officiel, un autre lakab est plus proche de l’antonomase (le nom commun est intégré au nom propre). Il est censé coller aux particularités de l’individu, à son apparence physique ou morale, à ses défauts voire à ses vices. Dans les dictionnaires biographiques comme dans la vie, les longs coudoient les boiteux, les barbus côtoient les moustachus, les sages fréquentent les fous. On y trouve toutes sortes d’épithètes homériques, parfois transmises sur plusieurs générations : qui hérite du tremblement de ses ascendants (Titrekzade), qui de leur mutisme (Söylemezzâde)14. À ces lakab descriptifs, les Ottomans recourent volontiers, tantôt pour signaler de hauts faits : İsmail Hakkı Paşa, c’est « le loup » (kurd), gouverneur général d’Erzurum, instigateur d’une politique frontalière habile et rusée avec l’Iran et la Russie (Gövsa, 1946 : 194) ; tantôt pour souligner des traits distinctifs : le visage rond et le large ventre d’Hüseyin Avni Paşa lui valent, dès sa plus tendre enfance, d’être comparé à un buffletin (Gövsa, 1946 : 178) ; tantôt encore pour médire de ses rivaux : la courte taille de Mehmed Said Paşa (küçük, « le petit »15) est légendaire à la Sublime Porte. Le lakab est à ce point un lieu privilégié de l’imaginaire social ottoman que, de l’ironie à la raillerie, il retrouve parfois jusqu’à son sens coranique original, c’est-à-dire proprement injurieux (sourate 49 : 11)16 : Ali Paşa est ainsi renvoyé à ses allures de vieille dame (kokana) ; Hasan Paşa, le très brutal commandant militaire de Beşiktaş, est suspecté d’illettrisme ; ses rivaux en veulent pour preuve sa très particulière signature, composée de deux chiffres et d’une croix, à l’origine du surnom « Yedi-Sekiz Hasan Paşa » (Sept-Huit Hasan Pacha ; Ergin, 1996 : 169). Tous les lakab descriptifs n’atteignent pas ce degré de cruauté, c’est certain, mais aucun d’entre eux n’a vraiment sa place dans le contexte officiel des sicill-i ahval17.

  • 18 En revanche, un membre féminin de la généalogie peut être à l’origine d’une modification, ainsi :

143/ C’est l’inverse pour le lakab d’ascendance qui offre au pacha l’avantage d’évoquer en une formule brève ses origines familiales. C’est le cas des titres chérifiens seyyid ou şerif. L’un et l’autre sont cités selon le mode repéré par Rüya Kılıç dans les arbres généalogiques (silsilename) des nakibüleşraf . C’est le même titre qui est transmis du père au fils18, juste avant le nom, éventuellement après d’autres lakab : Beşiktaşlı Seyyid Ali Yaver Paşa (SA, 1-474) ; Lütfî-zâde Esseyid Mehmed Sadettin Efendi (SA, 3-500). Il en va différemment quand le titre est cité seul (Şerif Paşa, SA, 10-309) ou quand il fait suite à un ism (Mehmed Şerif Paşa, SA, 72-115) : il correspond alors à un ism. Ce titre, certains ne le citent pas, soit qu’ils ne l’intègrent pas à leur nom d’usage, soit qu’ils estiment suffisant de mentionner celui de leur père. Mais le fait qu’il apparaisse autant n’a rien d’étonnant : les familles prétendues chérifiennes n’ont cessé de se multiplier durant les décennies précédentes, en dépit des efforts entrepris par l’État pour faire la chasse aux usurpateurs (Kılıç, 2006 : 27-30) ; et au xixe siècle, elles produisent encore des pachas en grand nombre.

  • 19 Conformément aux traductions de l’ottoman au français dans les publications officielles (« Ali Rati (...)
  • 20 Il en est de même pour les stèles funéraires (N. Vatin, 1998 : 140 ; Eldem, Vatin : 30). 
  • 21 SA, 22-155.

15Ces dignitaires sont encore davantage issus de familles socialement distinguées par le lakab en -zâde. Apparenté au suffixe persan, il peut aussi bien signifier « fils de19 » que se rapporter à un ascendant, devenu ancêtre éponyme. Ces deux formes ne sont pas toujours faciles à différencier20. Dans le cas où un seul nom en -zâde figure, il s’agit généralement du père le formulaire de la notice biographique exige spécifiquement que son nom soit cité. Dans le cas où le -zâde se rapporte à un ancêtre, il est impossible, sauf précision complémentaire, de déterminer le degré de l’ascendance. Ainsi, lorsque Mahmud Pertev Paşa dit de son père qu’il s’appelle « İbrahim Paşazâde Derviş Mehmed Bey21 », İbrahim Paşa peut aussi bien désigner le père de Derviş Mehmed Bey que n’importe lequel de ses ascendants mâles. Le fait n’est pas propre à l’onomastique ottomane : on sait bien qu’à la différence du nom commun, la compréhension du nom propre requiert presque toujours des informations extérieures (Gary-Prieur, 1994 : 26). Il en va de même du niveau social, supérieur dans la plupart des cas, mais pas toujours, surtout lorsque -zâde renvoie à une activité : libraire (kitabcı, SA, 22-77) ; mufti (SA, 22-51) ; cadi (SA, 3-626) ; législateur (kanunî, SA, 1-120) ; porte-drapeau (alemdâr, SA, 3-474) ; écrivain, copiste (yazıcı, SA, 66-217) ; chef de district ou officier de police (subaşı, SA, 42-307) ; chef de troupes (alay beyi, SA, 2-232) ; secrétaire d’un vizir ou d’un gouverneur de province (divan efendisi, SA, 3-52). Le prestige de l’ascendance est alors lié à celui de l’occupation exercée.

  • 22 SA, 26-97.
  • 23 SA, 49-167. Ils apparaissent aussi dans les dictionnaires : « Arab Salih Paşa » (Mehmed Süreyyâ, 19 (...)
  • 24 En la matière, les mamloukisants recommandent la plus grande prudence (Ayalon, 1975: 219).

164/ En plus ou en place du précédent, vient le lakab ethnique, du type Çerkes Ferhad Ağa22 ou Tatar Ahmed Feyzî Paşa 23. La fréquence de son usage rend compte des importants mouvements migratoires du xixe siècle, auxquels plusieurs membres du corpus ont pris part. Mais il s’inscrit tout autant, me semble-t-il, dans une continuité plus ancienne, mamelouke à l’évidence. Il convient pour autant de mener l’enquête pour chaque cas individuel avant d’y voir un ethnonyme24. En effet, si Mahmud Şevket est appelé Arab Mahmud à l’École de guerre, ce n’est pas qu’il est ­arabe son père est d’origine géorgienne, seule sa mère est arabe. C’est que sa naissance à Bagdad fait de lui, aux yeux de ses condisciples et de ses supérieurs, une sorte d’Arabe, de Lawrence d’Arabie (Ahmad, 1986: 71-72).

  • 25 Dans les sicill, l’emploi du (exemples : « giridî-zâde », SA, 93-251 ; « Trabzonî », SA, 2-178) (...)

175/ Cette forme se rapproche du lakab que je qualifierais de topo-biographique : je veux parler du toponyme suffixé en -li qui sert d’adjectif locatif (Dersaadet-li, c’est-à-dire Stambouliote), équivalent du de la nisba, que les Ottomans utilisent également pour désigner un lieu de naissance25: Yenişehirli İbrahim Paşa est natif de Yenişehir ; İbradılı İsmail Hakkı d’İbradı ; Lofçalı Ahmed Cevdet de Lofça. Cependant, de même que tout lakab ethnique ne correspond pas nécessairement à un ethnonyme, de même tout lakab locatif en -li ne renvoie pas toujours à un lieu de naissance. Ali Yaver Paşa, père d’İsmail Hakkı Paşa, est cité dans les sicill comme « Beşiktaşlı » (SA, 1-474), et ailleurs comme « Musullu » (Mehmed Süreyya, 1995, Vol. III : 671). Nous savons certes qu’İsmail Hakkı naquit à Mossoul, mais il est impossible de déterminer laquelle de Mossoul ou de Beşiktaş fut la ville de famille, et laquelle fut la ville de destination d’Ali Yaver. Il faut dire que les lakab de parcours sont fréquents dans les usages. Prenons le cas de trois grands vizirs : Mustafa Naili Paşa, alors même qu’il naquit en Roumélie en 1798-1799, est désigné dans les sources comme « Giridli » (Crétois), pour avoir été en poste en Crète une trentaine d’années (İnal, 1940-1953, Vol. I : 75). De même, le lakab « Tunuslu » associé à Hayreddin Paşa évoque une séquence biographique importante (l’homme vécut en Tunisie des décennies durant) plutôt qu’un lieu de naissance (il naquit dans le Caucase au milieu des années 1820). Celui de Mehmed Paşa (mort en 1661), ancêtre éponyme de la très célèbre famille Köprülü, ne doit rien à son origine géographique – il était Albanais. Il est lié à son séjour dans la ville de Köprü (près d’Amasya) où il prit pour épouse la fille du voïvode local (Yılmaz, 2000 : 165).

  • 26 Ce en quoi le lakab représente l’élément suffisant, mais aussi acquis, mérité ou subi (Sublet, 1991 (...)
  • 27 SA, 22-57; SA, 3-718.
  • 28 Ali Şevket mentionne « Kıbrıslı müteveffa Mehmed Paşa » (SA, 18-361).
  • 29 Kibrisli à Lord Palmerston, (FM, 10/165, 6 septembre 1861 & 10/166, même date). On le cite aussi av (...)

18Bref, le lakab porte l’empreinte d’un lieu de passage, ce en quoi il est à l’image de la nisba, à la différence près que nom d’origine et nom de résidence (ou de parcours) ne sont jamais juxtaposés (Sublet, 1991 : 10 ; Schimmel, 1995 : 10). Il évoque un seul lieu, de la même façon que le lakab en -zâde qui désigne un seul nom s’oppose au nasab plurigénérationnel. Comme dans le cas mamelouk (Ayalon, 1975 : 221-222), son attribution peut se rapporter à une séquence biographique, aussi courte fût-elle. Elle est donc difficile à reconstituer dans la plupart des cas. Mais plus fréquemment, semble-t-il, est-elle liée à un séjour prolongé dans un lieu particulier, sinon à l’existence d’une parenté mixte dirait-on aujourd’hui (par exemple, Chypriote par la mère, Bosniaque par le père), ou à une origine extra-ottomane (le Caucase).Certes, dans le monde de grandes mobilités qu’est l’Empire ottoman, autant que dans l’univers homonymique des dignitaires qui le gouvernent, le lakab locatif est un vecteur privilégié de classement et de fixation identitaire26. Il est donc souvent utilisé, au point parfois de se substituer à l’un des ism (Pakalın, 1977 : 471). La plupart des oulémas qu’Ahmed Cevdet a côtoyés en medrese en portent un quand ils ne sont pas dotés d’un lakab en -zâde (Cevdet Paşa, 1991 : 8-9) ; et dans certains cas ces deux lakab viennent même s’agglutiner sous la forme « İşkodralı-zâde » (SA, 178-149) ou « Bagdadî-zâde » (SA, 22-485). Certes les pachas ne citent guère de lakab locatif, pour la raison qu’ils sont censés indiquer leur lieu de naissance dans leur fiche biographique. Mais ils n’hésitent pas à le faire quand ils ont à évoquer leur père, pour la raison inverse que le lieu de naissance de celui-ci ne fait l’objet d’aucune question27. Du reste, les supérieurs hiérarchiques y recourent28 ; et hors du monde des bureaux, on le retrouve fréquemment dans les notices biographiques ou les épitaphes funéraires (Çankaya, 1968-1969, Vol. III : 52 ; Malumat, 1896, n° 28 : 1), jusque dans les courriers les plus respectueux : Kıbrıslı Mehmed Paşa, lorsqu’il s’adresse au premier ministre de Sa Très Gracieuse Majesté, signe « l’Ex-Grand vizir Kibrisli Mehmed Pacha »29. Ce lakab est à ce point intégré au nom qu’il est parfois transmis : l’épouse de ce grand vizir ne publie-t-elle pas ses souvenirs à Paris sous le nom « Mme Kibrizli-Mehemet Pacha » (Kibrizli-Mehemet-Pacha, 1875) ?

  • 30 « ibn ül-hac lakabiyle (…) Hacı Mehmed Efendi » (SA, 22-379).
  • 31 À noter cependant que tout individu désigné comme hacı n’est pas nécessairement un ancien pèlerin.

196/ Cependant, le lakab géographique n’est pas le seul à restituer la trajectoire biographique des employés. À l’instar des sources funéraires (Vatin, 1998 : 140-141), il est toute une palette d’activités, de statuts et de distinctions qu’on retrouve sous des formes onomastiques. À commencer par l’une des plus connues dans le monde ottoman, terre d’islam : hacı ou el-hac. Ce terme est si employé qu’au-delà de son statut identifié de lakab30, il est intégré au nom. Celui des familles : Osman Hulusi Paşa (SA, 112-395) indique qu’il est issu de la célèbre lignée de Hacı Ali Efendi. Ou celui des individus : comme au xvie siècle (Faroqhi, 2002 : 310), il arrive même qu’il se substitue à l’ism31.

207/ On distinguera enfin un lakab de parcours, qui rend compte des formations et des activités, de ces remarquables compétences qu’on ne saurait taire. Mehmed Rüşdi, « mütercim » (traducteur), s’est distingué à cette fonction en début de carrière (İnal, 1930-42, Vol. I : 102). Mehmed Kâmil Paşa, « mühendis » (ingénieur, une occupation nouvelle, particulièrement valorisée au sein de l’État), a étudié les mathématiques en Europe (Gövsa, 1946 : 204-205). Said Paşa, l’Anglais (« İngiliz »), a reçu une éducation militaire supérieure à Woolwich, un privilège rare pour des dignitaires qui, s’ils avaient la chance de voyager à l’étranger, se rendaient plutôt en France, sinon en Allemagne à la fin du xixe siècle.

Noms d’usage : évolutions et identification

  • 32 De même, chez les esclaves mamelouks, l’enfant doté au départ d’un ism acquiert ensuite une nisba f (...)
  • 33 Un exemple : Sarı Mehmed Paşa, étant appelé Mehmed par ses parents, il est estimé nécessaire qu’un (...)
  • 34 De même, Vidinli Hüseyin Tevfik (SA, 1-574) est d’autant plus signalé comme originaire de Vidin qu’ (...)

21Ahmed Cevdet Paşa (SA, 1-2) : tel est le nom sous lequel est connu ce célèbre dignitaire, et sous lequel il est répertorié dans les sicill. Il n’est pas né avec. Il a été successivement appelé Ahmed par ses parents, avec peut-être une prononciation locale propre – sur le modèle de la variation (Amad) en usage en Anatolie (Aker, 1960) ; Ahmed Vehbi, à l’école de son quartier de Lofça ; Lofçalı Ahmed lorsqu’il est monté faire ses études à Istanbul ; Ahmed Cevdet, lors de son entrée dans un cercle de poésie persane ; Ahmed Cevdet Efendi, à ses débuts dans la carrière religieuse ; Ahmed Cevdet Paşa, comme haut dignitaire32. On distingue ici les noms dont l’attribution coïncide avec une séquence biographique précise – Ahmed Cevdet reçoit immédiatement le titre de pacha lorsque le grade de vizir lui est conféré –, de ceux qui portent après coup la marque d’une trajectoire : ce n’est pas quand Ahmed Cevdet vit à Lofça qu’il s’appelle Lofçalı, mais quand il occupe les bancs de la medrese d’Istanbul. Une fois Stambouliote, l’ancien provincial est rappelé à son identité locale – le cas est célèbre de Mustafa Kemal appelé Selanikli dès lors qu’il intègre l’École de guerre. Il en est ainsi car l’attribution du nom obéit souvent, dans le monde ottoman comme ailleurs, à une logique distinctive33. On connaît le cas de ces poètes qui se veulent uniques par leur nom dès l’instant qu’ils taillent leurs premières plumes. Le célèbre Mehmed b. Süleyman Fuzûlî (mort en 1556) n’est pas le seul à raconter qu’après avoir changé de mahlas autant de fois qu’il découvrait qu’un autre que lui le portait, il a enfin arrêté son choix sur Fuzûlî (on désigne ainsi celui qui outrepasse ses droits ou franchit les limites de la convenance), convaincu que personne n’en ferait autant (Akün, 1994 : 395). De même, c’est parce qu’il a reçu un nom distinctif dans un cercle de poésie qu’Ahmed Cevdet s’est distingué des cohortes de dignitaires qui portent le nom Ahmed – plus d’un dixième dans notre échantillon. Sans doute également, au sein de l’administration est-il utile de différencier les dignitaires les uns des autres, surtout quand ils se côtoient quotidiennement : deux ministres sont tous deux pachas, tous deux nommés Mehmed Said ; l’un est appelé İngiliz du fait de son anglophilie (Özcan, 1999 : 491), l’autre Küçük en vertu de sa petite taille34. Pour autant, on ne dira pas que l’espace social exclut structurellement les homonymes.

  • 35 Je ne vois pour ma part aucune « contradiction entre la fonction officielle du prénom qui est de se (...)

22Longtemps, les spécialistes de l’Europe moderne et contemporaine se sont étonnés de voir que les mêmes prénoms étaient attribués au sein des villages comme des familles (Fine, 1984 : 125 ; Kintz, 1984 : 235)35. Et puis, ils ont compris que les individus qui portaient des noms ou prénoms très courants soit n’avaient pas besoin d’être identifiés partout, soit pouvaient l’être autrement que par leur nom. Il en va de même des sujets ottomans : dans les almanachs de la période, les Ahmed Efendi sont légion sans que rien ne vienne les distinguer. Nous avons ici à faire à une procédure collective qui vise à dénombrer le personnel administratif, et non à identifier les individus, à savoir qui est qui. Il ne faudrait pas que les historiens qui n’ont pas les moyens de différencier les pléthores d’Ahmed, s’imaginent que l’administration avait en son temps ce type de problème. Bien entendu, il devait arriver parfois qu’un tel fût pris pour un autre. Mais on le découvrait vite, et cela ne prêtait pas à conséquence : le bureau continuait de fonctionner.

  • 36 Pour une comparaison avec les épitaphes funéraires, voir Vatin, 1998 : 143.

23Dans la procédure des sicill-i ahval, les enjeux qui pèsent sur la différenciation des employés sont d’une autre nature : il s’agit de savoir désormais qui est la personne désignée, de le suivre à la trace : l’autocratie hamidienne repose très largement sur le souci constant de centraliser l’information. Il s’agit également de donner à tout employé les moyens de faire valoir ses droits (notamment à la retraite ; Bouquet, 2007 : 421-422). Cela dit, l’identification de l’individu est suffisamment précise pour que chaque employé soit individualisé. C’est une simple question de probabilités : mis bout à bout, un nom, un titre, un lieu de naissance, un patronyme ou un nom de famille suffisent à différencier n’importe quel Mehmed Efendi ; et si cela ne suffit pas, il suffit de poursuivre la lecture, de consulter les langues parlées ou écrites, l’âge d’entrée dans la carrière, pour que les risques de confusion individuelle soient réduits à zéro36.

Nom d’État : déclinaisons

  • 37 Pour une comparaison avec la capacité distinctive des noms juifs et arabes, voir respectivement Hod (...)
  • 38 SA, 42-119.
  • 39 Voir par exemple les Kaymakamlık intihabnamesi (SA, 47-385 ; SA, 2-530).

24Revenons à Ahmed Cevdet Paşa. Dans sa biographie, vient un temps où son profil onomastique n’évolue plus. En amont, l’usage est déjà venu exclure une partie de ses noms : à un certain âge, Ahmed n’a plus été appelé Vehbi, puis Lofçalı. En aval, l’identité du sujet est « rigidifiée » (pour reprendre les termes des sociologues) par l’attribution du titre (Ahmed Cevdet Paşa). Dans les actes administratifs ou les usages quotidiens, la seule variation consiste alors à citer ou omettre le nom Ahmed ; une variation autorisée car sans importance étant donné la rareté, et donc la capacité distinctive, du mahlas Cevdet et du titre pacha37. C’est le nom social et administratif du pacha, de plus en plus cité au fur et à mesure que l’État multiplie les procédures de classement, accroît son « espace scriptural » (Svenbro, 1988 : 90) et étend son emprise sur ses employés et ses administrés : registres de recensement, listes d’employés de bureau, papiers d’identité (« certificat de population », nüfus tezkeresi), registres de conscription, arbres généalogiques (silsilename) produits pour attester du statut de seyyid38, brevets de titre ou de grade, diplômes scolaires, certificats de sélection (intihabname)39 et notices biographiques (tercüme-i hal) lors du recrutement, ordres impériaux (irade-i seniye) au fil des nominations…

25Ce nom d’État, l’agent a pourtant bien des manières de le décliner : le règlement des sicill exige l’indication de l’ism – une notion dont on a vu qu’elle était plus ou moins englobante –, sans plus de détails. De fait, la plupart des pachas citent leur nom officiel qui est aussi leur nom d’usage. Mais certains optent pour une forme complète, tel Zeynelabidin Paşa, pourtant mieux connu sous le nom d’Abidin, – il faut dire que ce surnom du quatrième imam est souvent scindé (Schimmel, 1995 : 35) –, alors que d’autres recourent à une forme réduite, celle du nom d’usage : ainsi la partie en ad-din en vient à être omise, à l’instar du Jeune Ottoman Abdülhamid Ziyaeddin Paşa, que tout le monde à Istanbul appelle Ziya Paşa. On sait que cette chute du lakab en ad-din, pratiquée dès les xve-xvie siècles, conduit à la création de nouveaux noms (Kemal, Cemal, Sinan…) ; à la suite de quoi, les mêmes individus figurent dans les sources, soit sans, soit avec le lakab complet (Ahmed Şemseddin), soit avec la nisba en qui lui est substituée (Ahmed Şemsî) (Kramers, 1927 : 53-67 ; Özergin, 1970 : 5583-5584). Sans doute héritée des poètes persans, cette dernière forme devient populaire chez les Ottomans au point que certains sultans la transforment en véritable mahlas : ainsi Selim I (1512-1520) et Selim II (1566-1574) sont appelés Selimî. Dans notre cas, il y a fort à parier que bien des individus du corpus auraient pu citer un lakab entier en ad-din qui ne le font pas ici, soit qu’ils l’omettent, soit qu’ils citent une nisba en : Kemalî (SA, 2-306 ; SA, 2-248), Fevzî (SA, 123-47 ; SA, 47-213), Feyzî (SA, 167-49), Hayrî (SA, 25-227). À l’inverse certains seconds noms en sont sans doute rentrés dans l’usage, à telle enseigne qu’ils ne sont plus associés à aucun lakab en ad-din : il en est ainsi d’Arifî (SA, 22-37) ou Enverî (SA, 3-708), devenus pleinement mahlas. À noter que les membres grecs et roumains du corpus, qu’ils soient phanariotes ou non, enrichissent cet éventail d’une modalité particulière qui consiste à citer des diminutifs affectueux, selon une mode en vogue à l’époque, au point qu’elle est largement pratiquée dans l’administration : Alexandre Karateodori cite son père sous le nom de İstefanaki (Stéphane) Karateodori (SA, 18-257).

  • 40 SA, 18-267 ; SA, 188-177 ; SA, 1-574 ; SA, 1-14 ; SA, 47-385 ; SA, 71-259 ; SA, 22-175 ; SA, 1-38 ; (...)
  • 41 Sur les signatures, voir Emecen, 1984-1994 ; Eldem, 1995.
  • 42 Le poète Âzerî de la fin du xive siècle, lorsqu’il écrit en turc, signe Hasanoğlu, lorsqu’il rédige (...)

26Une autre possibilité – pratiquée par les musulmans comme par les membres des autres confessions – consiste à ne pas citer l’ensemble des noms. Dix-sept pachas sont dans ce cas – option basse car notre reconstitution ne saurait être exhaustive40. Il peut s’agir d’un ism comme d’un mahlas ; tous les cas de figure sont possibles : Mehmed Said, qui signe Said dans ses courriers, cite Said et non Mehmed (SA, 1-572) ; un homonyme, qui signe certainement de même, indique lui ses deux noms (SA, 1-576), alors qu’un troisième Mehmed Said omet son nom Halim (SA, 25-121)41. Bref, le pacha mobilise ses ism arbitrairement, peut-être selon le goût qu’il en a, sinon au hasard des situations, un peu comme ces poètes du divan de la fin du Moyen-Âge qui se désignaient sous un mahlas différent selon qu’ils écrivaient en turc ou en persan42. Cela dit, j’imagine qu’il n’y a dans la plupart des cas rien de conscient dans le fait de citer un nom plutôt qu’un autre. Il en va différemment des noms que les pachas tiennent à citer, et de ceux qu’ils préfèrent délibérément taire.

Citer son nom ou bien le taire

27Parmi les premiers, le nom de famille. Non qu’il soit mentionné en toute occasion, loin de là : les pachas sont très nombreux à l’omettre. Non qu’il soit cité en fonction du prestige qu’il renferme : Ahmed Muhtar ne juge pas utile de dire qu’il fait partie des Katarcıoğulları, qui sont loin d’être d’obscurs inconnus ; il ne vient pas de n’importe où, il le sait, et personne à la Sublime Porte ne l’ignore : inutile pour lui d’en faire état. Cependant, dans la plupart des cas, je fais l’hypothèse que le nom de famille est cité tout simplement parce qu’il est considéré comme partie du nom, au même titre que l’ism. C’est une différence entre les populations arabes du corpus et les populations non arabes. Les premières transforment le de la nisba ou le préfixe al- en -zâde ottoman – ce qui ne signifie pas que la seconde forme ne soit pas utilisée dans un contexte local, en Syrie par exemple. C’est le cas des grands notables ottomanisés qui accolent un titre conféré en propre par le sultan à leur nom d’usage impérial : de prestigieux damascènes connus sous le nom de Rikâbî Salih et Muhammad Fawzi Paşa al-‘Azm (Khoury, 1983 : 36; Schatkowski-Schilcher, 1985 : 143) deviennent, dans les fichiers de l’administration centrale, Rikâb-zâde Salih et ‘Azm-zâde Mehmed Fevzî Paşa (SA, 22-109 ; SA, 196-307).

  • 43 SA, 167-49 ; SA, 22-181 ; SA, 3-32 ; SA, 47, 385 ; SA, 4-1000 ; SA, 1-474 ; SA, 144-219 ; SA, 1-462 (...)
  • 44 « Mehmed Rüşdi Paşa » est « Mütercim-Rüşdi Paşa» (Danişmend, 1971-1972 : 280); « Ahmed Vesim Paşa» (...)
  • 45 SA, 2-318.

28Du côté des noms omis, signalons l’absence remarquée des lakab : une quinzaine seulement sont cités43, alors même qu’une trentaine de pachas ont des lakab signalés dans d’autres sources – c’est ici encore une option basse –, et que le lakab se substitue souvent à l’ism44. Notons également que ce qui vaut pour les pachas vaut pour l’ensemble des employés. On en a parlé : on comprendra qu’un agent de l’État ne juge pas opportun de signaler une particularité physique qui, certes le distingue, mais ne l’avantage guère : une jambe plus courte que l’autre (Osman Nuri est boiteux), une taille anormalement basse (Mehmed Said est comparé à un nabot). De même n’a-t-il pas intérêt à rappeler la nature de certaines activités, comme la culture de la vigne chez Ali Paşa lakabisé en vigneron (şarapçı : Ergin, 1996 : 126). Oui, mais pourquoi les employés hésitent-ils bien moins à citer les lakab de leurs pères, y compris quand ceux-là ne sont pas décrits sous leur meilleur jour, à l’instar du père d’Ali Rıza, Mustafa Ağa, surnommé altı parmak (« six doigts »)45 ? Pour la même raison qu’ils taisent le leur : là où il est inutile pour Hüseyin de rappeler son lakab Vidinli alors qu’il indique, ainsi que l’exige le questionnaire, Vidin comme lieu de naissance, il signale son père sous le nom de Vidinli Hasan Efendi, alors que le lieu de naissance de celui-ci ne fait l’objet d’aucune question spécifique (SA, 1-574). Mais cette explication ne vaut que pour le cas où la mention du lakab est redondante. Je crois en fait que les pachas prennent la mesure de l’acte très officiel que constitue la présentation biographique de soi, et ne sauraient dès lors inscrire les plus populaires de leurs surnoms aux côtés du titre unique, insigne, conféré en propre par le sultan, et qui, non seulement les suit en toute occasion, mais n’est jamais omis dans le contexte administratif où il trouve son origine et son usage premier (Bouquet, 2006). Bref, ce que cite le pacha, c’est ce qu’il estime être son nom d’État, et le lakab n’en fait que rarement partie.

  • 46 39 pères contre 11 fils.
  • 47 L’étude de stèles de quelques cimetières stambouliotes semble par exemple révéler une augmentation (...)

29La rareté des mentions de statut de hacı trouve une explication semblable. Le contraste est frappant avec le nombre relativement important de pères – trois fois plus nombreux – signalés comme tels46. Trois hypothèses sont envisageables dont seule la dernière recoupe la question du nom. Soit ce contraste traduit un décalage générationnel : de même que les pères ont attendu un âge avancé pour effectuer le pèlerinage, de même leurs fils ne jugent pas urgent de l’accomplir. Soit il indique une baisse de cette pratique religieuse d’une génération à l’autre, laquelle coïncide le cas échéant avec une sécularisation des Ottomans ou du moins de leurs élites, ce qui reste à prouver47. Soit enfin les pachas ne rapportent pas cette qualité alors que certains en sont honorés. Ce n’est pas tant que le questionnaire de la notice ne le leur demande pas ; il ne le demande pas davantage pour les pères, qui sont bien plus cités comme hacı : une petite quarantaine, au sein de laquelle on ne compte que deux pachas, et une maigre poignée d’employés ou de dignitaires de rang moyen, alors que 22 % des pachas sont fils de pacha, et que plus de la moitié sont fils d’employé ou de dignitaire (Bouquet, 2007 : 204, 212). On compte en revanche parmi les pères hacı une part équilibrée de notables et d’hommes de religion bien sûr ; mais surtout, une part disproportionnée d’artisans, de marchands, ou d’hommes sans autre qualification.

  • 48 En comparaison, dans certains cimetières stambouliotes, alors que les indications du statut de hacı (...)

30Explication possible : la qualité de dignitaire de l’État, en tout cas pour ce qui est des civils et des militaires, est d’une nature ou d’un prestige qui se passe de la référence à l’accomplissement du pèlerinage, alors même que le statut de notable en tire une part de son excellence sociale. Pour ce qui est des pachas d’origine plus modeste, ils n’ont pour leur père d’autre distinction à citer que celle de pèlerin et n’ont donc pas intérêt à l’omettre48. J’ai noté ailleurs que la piété n’était qu’un trait secondaire de la figure du parfait pacha mise en avant par l’État (Bouquet, 2007 : 417) ; ce qui coïncide avec une certaine critique socio-politique à l’œuvre : les Jeunes Ottomans ne reprochent-ils pas aux cadres des Tanzimat d’avoir négligé les fondements de la loi religieuse ? Certes, l’État central reste au xixe siècle une « institution musulmane » (Itzkowitz, 1962) ; et sous l’orientation califale du règne hamidien, il le devient sans doute davantage. Mais les dignitaires du sultan que sont les pachas ont assez de leur nom de naissance pour se signaler comme musulmans, sans avoir à souligner qu’ils sont aussi, dans leur vie privée ou intime, des pratiquants de la foi.

Conclusion

« Par cette forme tout à fait singulière de nomination que constitue le nom propre, se trouve instituée une identité sociale constante et durable qui garantit l’identité de l’individu biologique dans tous les champs possibles où il intervient en tant qu’agent, c’est-à-dire dans toutes ses histoires de vie possibles […] En tant qu’institution, le nom propre est arraché au temps et à l’espace, et aux variations selon les lieux et les moments : par là, il assure aux individus désignés, par-delà tous les changements et toutes les fluctuations biologiques et sociales, la constance nominale, l’identité au sens d’identité à soi-même, de constantia sibi, que demande l’ordre social » (Bourdieu, 1994, 84-85).

  • 49 İsmail Hakkı Paşa a près de la soixantaine lorsqu’il acquiert son lakab « Kurt » (Gövsa, 1946 : 194 (...)

31Ils sont si nombreux ces Ottomans qui attendent d’avoir du poil au menton avant de recevoir leur nom pour la vie – certains se découvrent encore des noms à l’âge de la vieillesse, quand leur environnement immédiat ne se charge pas d’en découvrir pour eux49. Et ils sont si nombreux à changer de nom à chaque fois qu’ils changent de ville, de quartier ou de trottoir. Ahmed Efendi est le grand-père de Subhi Paşa. Dans sa famille, les plus intimes l’appellent Ahmed ou Necib ; d’autres qui le côtoient moins, Ahmed Efendi sinon Ahmed Necib Efendi. Dans un contexte plus officiel, on lui donne du Şeyh Hacı Ahmed Necib Efendi, ou Moralı Ahmed Necib Efendi. Rien d’étonnant que dans les sources historiographes et historiens encastrent les noms comme des poupées russes : Y. Öztuna parle tantôt de Şeyh Necib Efendi, tantôt de Şeyh Hacı Ahmed Necib Efendi (Öztuna, 1996 : 838) ; İ. Gövsa, de Şeyh Ahmed Necib Efendi (Gövsa, 1946 : 344). Or, à lire les noms des employés dans les sicill-i ahval, à retrouver la plupart d’entre eux cités à l’identique, dans d’autres documents administratifs ou dans les almanachs officiels, on a le sentiment que l’identification administrative contribue à instituer un nom d’État, inscrit une fois pour toutes dans les registres et les attestations. C’est vrai, face à des noms d’usage habituellement si fluctuants, sans cesse complétés ou raccourcis sous la plume des individus, dans des papiers de famille, dans des mémoires ou dans les publications littéraires et scientifiques qui les mentionnent, le nom d’État se rapproche singulièrement de ce que plusieurs historiens occidentalistes ont appelé les « noyaux durs » de l’identité individuelle (Klapisch-Zuber, 1984 : 37). Pour autant, il n’introduit aucune constance nominale – si constance il y a, elle serait plutôt à chercher du côté du titre (Bouquet, 2007 : 187-189). Il n’établit aucun rapport systématique entre valeur distinctive et degré de mention : on parle souvent de l’écrivain Ahmed Midhat Efendi alors qu’on parle du grand vizir Midhat Paşa – l’ism Ahmed étant d’autant moins cité qu’il est aussi fréquent que Midhat est rare, et que le titre paşa l’est encore davantage ; mais on parle autant de Mehmed Said Paşa que de Said Paşa. Bref, le nom ottoman n’a jamais été un « point fixe dans un monde mouvant » (Ziff, 1960, 102-104). Il n’a jamais été un « désignateur rigide » (S. Kripke cité par Engel, 1985 : 82-88). Il n’a jamais offert à l’individu une identité sociale constante et durable, « dans toutes ses histoires de vie possibles ». Croire le contraire serait une autre « illusion biographique ».

Haut de page

Bibliographie

Ahmad Feroz, 1986, « Mahmud Shewkat Pasha », Encyclopédie de l’islam Vol. VI, seconde édition, Leiden, Brill, p. 71-72.

Aker M. Cavit, 1960, « Muğla’da adlarla ilgili ve inanmalar », Türk Folklor Araştırmaları 132, Istanbul, Türk halk (folklor) bilgileri derneği yayınları, p. 2178.

Akün Ömer Faruk, 1994, « Divan Edebiyatı », Türkiye Diyanet Vakfı İslam Ansiklopedisi Vol. 9, Istanbul, Türkiye Diyanet Vakfı İslam Ansiklopedisi Genel Müdürlüğü, p. 389-427.

Aydüz Salim, 1999, « Hüseyin Tevfik Paşa », Yaşamları ve Yapıtlarıyla Osmanlılar Ansiklopedisi Vol. 1, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, p. 592-593.

Ali Haydar Midhat Bey, 1908, Midhat Pacha. Sa vie et son œuvre, Paris, Stock, 263 p.

Ayalon David, 1975, « Names, Titles and ‘Nisbas’ of the Mamlûks », Israel Oriental Studies 5, Tel-Aviv, Tel-Aviv University, p. 189-232.

Bacqué-Grammont Jean-Louis et al., 1984, « Stelae Turcicae I. Küçük Aya Sofya », Istanbuler Mitteilungen 34, Tubingen, Ernst Wasmuth Verlag, p. 441-540.

Bacqué-Grammont Jean-Louis et al., 1990, Stelae Turcicae II. Cimetières de la mosquée de Sokollu Mehmed Paşa à Kadırga Limanı, de Bostancı Ali et du türbe de Sokollu Mehmed Paşa à Eyüb, Istanbuler Mitteilungen Beiheft 36, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 260 p.- 48 p. de pl.

Barbier de Meynard Charles-Adrien-Casimir, 1907, « Surnoms et sobriquets dans la littérature arabe », Journal Asiatique, série 10, tome 9, p. 173-244 & 365-428, mars-avril ; tome 10, p. 55-118, juillet-août & 193-273, sept.-oct., Paris, Dondey-Dupré.

Basri Hasan, 1960, « Çarşamba ve Terme’de adlarla ilgili gelenekler », Türk Folklor Araştırmaları 135, Istanbul, Türk halk (folklor) bilgileri derneği yayınları, p. 2238.

Bouquet Olivier, 2006, « L’autobiographie par l’État sous les derniers Ottomans », Turcica XXXVIII, Paris, Louvain, Peeters, p. 251-279.

2007, Les Pachas du sultan. Essai sur les agents supérieurs de l’État ottoman (1839-1909), Louvain, Peeters, 587 p.

2008, « Les Halil-Hamid Paşa-zâde : une famille d’État, de l’Empire ottoman à la République turque », Servir l'État en Turquie. La rationalisation des institutions en question, journée d'études, EHESS, IISMMM, Paris, 5 décembre 2008.

Bourdieu Pierre, 1994, « L’illusion biographique », Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, p. 81-89.

Burguière André, 1984, « Prénom et parenté », in Jacques Dupâquier et al, Le prénom. Mode et Histoire, Paris, EHESS : 29-35, 398 p.

Caetani Leone, Cabrieli Giuseppe, 1915, Onomasticon Arabicum ossia repertorio alfabetico dei nomi di persona e di luogo contenuti nelle principali opere storiche, biografiche et geografiche, stampate e manoscritte, relative all’islâm, Vol. 1, Roma, Casa editrice italiana, 314 p.

Catane Moché, « Les prénoms des juifs du Bas-Rhin en 1808 », in Jacques Dupâquier et al, Le prénom. Mode et Histoire, Paris, EHESS : 321-331, 398 p.

Cevdet Paşa, 1991, Tezâkir. 40-Tetimme, C. Baysun (ed.), Ankara, Türk Tarih Kurumu, rééd., 316 p.

Challemel-Lacour Paul, 1868, « Les hommes d’État de la Turquie. Aali-Pacha et Fuad Pacha », Revue des deux mondes XXXVIII, Paris, p. 886-925.

Cinlioğlu Halis Turgut, 1960, « Tokat’ta adlarla ilgili inaçılar », Türk Folklor Araştırmaları 137, Istanbul, Türk halk (folklor) bilgileri derneği yayınları, p. 2286.

Çankay Ali M., 1968-1969, Yeni Mülkiye Tarihi ve Mülkiyeliler, Vol. III, Ankara, Mars matbaası.

Çeşitli İsmail, 1991, Memduh Şevket Esendal, Ankara, Kültür Bakanlığı Yayınları, Ankara, 238 p.

Dalboy M. Zeki, 1956, « Konya’da Adlarla İlgili Gelenek ve İnanmalar », Türk Folklor Araştırmaları 80, Istanbul, Türk halk (folklor) bilgileri derneği yayınları, p. 2280.

Danişmend İsmail Hamdi, 1971-1972, İzahlı Osmanlı Tarihi Kronolojisi, Vol. 4, Istanbul, Türkiye Basımevi, 709 p.

Edhem Eldem, 1995, « Culture et signature : quelques remarques sur les signatures de clients de la Banque Impériale Ottomane au début du xxe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 75-76, Aix-en-Provence, Edisud, p. 181-195.

2008, « Sedad Hakkı Eldem Olunmaz, Doğulur (Mu ?). Bir Aile ve Gençlik Hikâyesi », in E. Eldem, Bülent Tanju & Uğur Tanyeli, Sedad Hakkı Eldem I. Gençlik Yılları, Istanbul, Osmanlı Bankası Arşiv ve Araştırma Merkezi, 210 p.

Edhem Eldem, Nicolas Vatin, 2007, L’épitaphe ottomane musulmane XVIe–XXe siècles. Contribution à une histoire de la culture ottomane, Louvain, Peeters, 377 p.

Emecen Feridun M., 1984-1994, « Ali’nin ‘ayn’ı: XVII. Yüzyıl Başlarında Osmanlı Bürokrasinde Kâtib Rumuzları », Tarih Dergisi 35, Istanbul : Istanbul Üniversitesi Edebiyat Fakültesi, p. 131-49.

Engel Pascal, 1985, Identité et Référence. La théorie des noms propres chez Frege et Kripke, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 196 p.

Ergin Osman Nuri, 1996, İstanbul Şehreminleri (nouvelle éd. et transcription), Istanbul, İstanbul Büyükşehir Belediyesi, 620 p.

Faroqhi Suraiya, 2002, « Anatolian townsmen as pilgrims to Mecca : Some evidence from the sixteenth and seventeenth centuries » in S. Faroqhi, Stories of Ottoman Men and Women, Istanbul, Eren : 289-305, 358 p.

Fekete Lajos, 1962, « Beiname (laqab), Personenname (Isim) und Apposition (Nat) in den Ofner Muqâta’a Deftern », Acta Orientalia Academiae Scientarum Hungaricae XV, Budapest, Akadémiai Kiadó, p. 97-109.

Findley Carter V., 1980, Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire. The Sublime Porte, 1789-1922, Princeton, Princeton University Press, XXIX-455 p.

Fine Agnès, 1984, « Transmission des prénoms et parenté en Pays de Sault, 1740-1940 », in Jacques Dupâquier et al., Le prénom. Mode et histoire, Paris, EHESS : 109-125, 398 p.

FM : Fonds Musurus, Bibliothèque Gennadios d’Athènes.

Gary-Prieur Marie-Noëlle, 1994, Grammaire du nom propre, Paris, PUF, X-252 p.

Goiten S. D., 1970, “Nicknames as Family Names”, Journal of the American Oriental Society 90/4, New Haven, American Oriental Society, p. 517-524.

Gövsa İbrahim Alâettin, 1946, Türk Meşhurları Ansiklopedisi, Istanbul, 7 gün neşriyatı, 419 p.

Gresset Maurice, 1984, « Les prénoms dans le monde judiciaire comtois aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Jacques Dupâquier et al., Le Prénom. Mode et histoire, Paris, EHESS, p. 209-222.

Halide Edib, 1926, Memoirs of Halidé Edib, London, John Murray, VIII-472 p.

Hodgson Marshall G. S., 1974, The Venture of Islam, Vol. 1, Chicago and London, the University of Chicago Press, X-532 p.

İnal İbnülemin Mahmud Kemal, 1930-1942, Son Asır Türk Şairleri, 3 Vol., Istanbul, 2352 p.

1940-1953, Osmanlı Devrinde Son Sadrazamlar, 4 Vol., Istanbul, 2192 p.

İpşirli Mehmet, 2003, « Osmanlılar’da Lakap », Türkiye Diyanet Vakfı İslam Ansiklopedisi, Vol. 27, Istanbul, Türkiye Diyanet Vakfı İslam Ansiklopedisi Genel Müdürlüğü : 67.

Itzkowitz Norman, 1962, “Eighteenth Century Ottoman Realities”, Studia Islamica XVI, Paris : Maisonneuve et Larose, p. 73-94.

Khoury Philipp S., 1983, Urban Notables and Arab Nationalism: The Politics of Damascus, 1860-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 153 p.

Kibrizli-Mehemet-Pacha Mme, 1875, Trente ans dans les harems d’Orient, souvenirs intimes de Melek-Hanum, 2e éd., Paris, E. Dentu, 1875, 360 p.

Kiliç Abdullah, 1999, « Kabulî Bey », Yaşamları ve Yapıtlarıyla Osmanlılar Ansiklopedisi, Vol. 1, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları : 691, 692 p.

Kiliç Rüya, 2005, Osmanlıda Seyyidler ve Şerifler, Istanbul, Kitap Yayınevi, 2005, 188 p.

2006, « Sayyids and Sharīfs in the Ottoman State: on the Borders of the True and the False », Muslim World : a Journal devoted to the study of Islam and Christian-Muslim Relations 96/1, Hartford, Conn, p. 21-35.

Kintz Jean-Pierre, 1984, « Société luthérienne et choix des prénoms à Strasbourg, xvie-xviie siècles », in Jacques Dupâquier et al., Le prénom. Mode et Histoire, Paris, EHESS, p. 231-239.

Klapish-Zuber Christiane, 1984, « Constitution et variations temporelles des stocks de prénoms », in Jacques Dupâquier et al., Le prénom. Mode et Histoire, Paris, EHESS, p. 37-47.

Kramers Johannes Hendrik, 1927, « Les noms musulmans composés avec Dîn », Acta Orientalia 5, Lugduni Batavorum, E. J. Brill, p. 53-67.

Kunt Metin, 1986, « Ottoman Names and Ottoman Ages », Journal of Turkish Studies 10, Cambridge, Department of Near Eastern languages and civilizations, p. 227- 234.

Malumat, 1896, Vol. 2, n° 28, n° 46, Istanbul, Şirket-i mürettibiye Matbaası.

Malumat, 1897, Vol. 4, n° 85, n° 94, Istanbul, Şirket-i mürettibiye Matbaası.

Mehmed Süreya, 1996, Sicill-i Osmanî Yahud Tezkire-i Meşâhir-i Osmâniyye, 6 Vol., Istanbul, Tarih Vakfı Yurt Yay.

1995, Sicill-i Osmânî Yahud Tezkire-i Meşâhir-i Osmâniyye, 4 Vol. Istanbul, Sebil Yayınevi.

Nevsal-i Osmani, 1909, Vol. I, 1325 M., Istanbul.

Nevsal-i Osmani, 1911, Vol. III, 1327 M., Istanbul, İkbal kitabhanesi, 280 p.

Noyan Bedri, 1983, « Ad Vermede Gelenekler. Türkçe İnsan ve Aile Adları Hakkında », Türk Kültürü Dergisi 246, Ankara, Türk Kültürünü Araştırma Enstitüsü, p. 638-652.

Numan Derya, 2004, « A Characterization of Turkish Personal Name Inventory », International Journal of the Sociology of Language 165, Berlin, New York, Mouton de Gruyter, p. 155-177.

Özcan Azmi, 1999, « Said Paşa (küçük) », 1999, Yaşamları ve Yapıtlarıyla Osmanlılar Ansiklopedisi Vol. 2, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, p. 491-492.

Öztuna Yılmaz, 1996, Devletler ve Hânedanlar. Türkiye (1074-1990), Vol. 2, Ankara, Kültür ve turizm bakanlığı, (2e éd.), 1224 p.

Özergin M. Kemal, 1970, « Türklerde Lâkab Alma Adetlerine Dair », Türk Folklor Araştırmaları XII/249, Istanbul, Türk halk (folklor) bilgileri derneği yayınları, p. 5583-5584.

Pakalin Mehmet Zeki, 1977, Maliye Teşkilâtı Tarihi (1442-1930), Vol. 3, Ankara, Maliye Bakanlığı Tetkik Kurulu Yay., 498 p.

Rasoniyi László, 1961, « Les noms de nombre dans l’anthroponymie turque », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae 12, Budapest, Akadémiai Kiadó, p. 45-71.

Rasoniyi László & Baski Imre, 2007, Onomasticon Turcicum Turkic Personal Names, Bloomington, Indiana Universtity Press, 836 p.

Riza Nur, 1995, Cemiyet-i Hafiye, rééd., Istanbul, İşaret, 528 p.

Schatkowski-Schilcher Linda, 1985, Families in Politics: Damascene Factions and Estates of the 18th and 19th Centuries, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, XII-248 p.

SA (n° de registre-n° de page) : Sicill-i ahvâl defterleri, Archives de la Présidence du Conseil (Istanbul).

Schimmel Annemarie, 1995, Islamic Names, Edinburgh, Edinburgh University Press, XII-137 p.

Sublet Jacqueline, 1991, Le Voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, PUF, 207 p.

1996, « Nom et identité dans le monde musulman », L’anthroponymie. Document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, Actes du colloque international organisé par l’École française de Rome (Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, École française de Rome, p. 97-108.

Svenbro Jesper, 1988, Phrasikleia. Anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 266 p.

Şahin G., 2003, « XVII. Yüzyılın Sonlarında Afyonkarahisâr’da Sosyal Hayat ve Aile Yapısı », Tarih İncelemeleri Dergisi XVIII/1, İzmir, Ege Üniversitesi, p. 61-85.

Tahsin Hasan, 1960, « Samsun’da adlarla ilgili inanmalar », Türk Folklor Araştırmaları 133, Istanbul, Türk halk (folklor) bilgileri derneği yayınları, p. 2212.

Ülkütaşir Mehmet Şakir, 1963, « Türklerde Ad Verme ile İlgili Adet ve İnanmalar », Türk Kültürü 10, Ankara, Türk kültürü araştırma enstitüsü, p. 10.

Vatin Nicolas, 1998, « La notation du nom propre sur les stèles funéraires ottomanes », Marie-Anne Cristin (éd.), L’Écriture du nom propre, Paris, L’Harmattan, p. 135-148.

— « Noms de personne » in François Georgeon et al, Dictionnaire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard (à paraître).

Wright Walter Livingston Jr., 1935, Ottoman Statecraft. The Book of Counsel for Vezirs and Governors [Nasâ’ih ül-vüzera ve’l-ümera of Sarı Mehmed Pasha, the Defterdar], Princeton, Princeton University press, 172 p.

Yilmaz Fehmi, 2000, « The Life of Köprülüzade Fazıl Mustafa Pasha and his Reforms (1637-1691) », Osmanlı Araştırmaları 20, İstanbul, Enderun Kitabevi, p. 165-221.

Yilmaz Mehmet, 1999, « Safvet Paşa », Yaşamları ve Yapıtlarıyla Osmanlılar Ansiklopedisi Vol. 2, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, p. 485-486.

Ziff Paul, 1960, Semantic Analysis, Ithaca, Cornell University Press, 255 p.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le premier résultat d’un travail de recherche soutenu et financé par l’ANR TRANSTUR (Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du xixe siècle à nos jours).

2 Dans ces notices, fonction, grade et titulature viennent généralement avant le nom. Ainsi : « Alasonya ordu-i hümayun erkân-i harbiye reisi ferikân-i kiramdan Saadetlü Ömer Rüşdi Paşa » (« Le Fortuné Ömer Rüşdi Paşa, général de division, chef d’état-major de l’armée impériale d’Alasonya », Malumat, 1897, n° 85 : 757).

3 « İsmim Mehmed Rauf pederimin ismi Çerkes Abdî Paşa merhumdur » : le même terme (ism) est ici employé dans un sens à la fois global et restrictif (tercüme-i hal de Rauf Paşa, Nevsal-i Osmani, 1909 : 188).

4 Table ronde. L’identification des origines de l’islam au XIXe siècle, 23 & 24 mai 2008, MMSH, Aix-en-Provence.

5 On l’illustrera dans la suite par l’exemple des noms en -zâde.

6 Il correspond à l’ism arabe ou ism ‘alam, nom reçu à la naissance.

7 Ahmed Kâmil Paşa aurait reçu d’Osman III son mahlas Kâmil, en éloge de son extrême courtoisie (Mehmed Süreyya, 1996, Vol. I : 193).

8 De la même manière, Halil Rifat Paşa (SA, 1-88), de Reşid est devenu Rifat (İnal, 1940-1953 : 1535).

9 Dans les dictionnaires ottomans et turcs, les individus sont souvent répertoriés selon leur mahlas. Ainsi Ali Kabulî Bey est indiqué dans Osmanlılar Ansiklopedisi à la lettre K. Et l’auteur de préciser : « Tam adı Ali Kabulî’dir » (« son nom complet est Ali Kabulî », Kılıç, 1999 : 691). Le choix que je fais, à l’instar des spécialistes des stèles funéraires (Bacqué-Grammont, 1984 : 520), de classer les individus selon l’ordre alphabétique du asıl adı ne doit pas laisser croire que ce classement rende compte à tout coup de l’ordre de la désignation.

10 Dans le cas de Mehmed Esad Safvet Paşa (SA, 2-416), l’asıl adı est Mehmed Esad et le mahlas Safvet (Yılmaz, 1999 ; Gövsa, 1946 : 337). Cela dit, s’il est précisé que Safvet est un mahlas d’intégration, je n’exclus pas que Esad soit un mahlas de naissance.

11 Dans l’islam médiéval, un lakab bref offre l’intérêt d’occuper peu de place sur les supports matériels (monnaies, etc.) et se retient facilement (Sublet, 1991 : 79). Dans les répertoires biographiques arabes de cette période, il vient généralement après l’ism, entre la kunya et la nisba (Sublet, 1996 : 103). Mais dans des sources ultérieures, il précède souvent l’ism. Je remercie N. Michel pour cette information.

12 Les historiographes peuvent le signaler comme issu d’un environnement populaire (« halk arasında ») (Gövsa, 1946 : 194).

13 Pour enrichir l’inventaire, et parce qu’ils sont cités plus souvent, on a ajouté les lakab du père à l’étude de l’échantillon. Pour une comparaison avec une typologie proposée à partir des registres mukataa de la seconde moitié du xvie siècle, voir Fekete, 1962 : 98-99 ; Şahin, 2003 : 67-68.

14 SA, 4-970 ; SA, 2-248.

15 Son équivalent persan (kūchik) est également très apprécié dans les sociétés iraniennes (Schimmel, 1995 : 50).

16 On trouvera de magnifiques exemples arabes de lakab descriptifs dans le recensement proposé par Barbier de Meynard (1907).

17 Tout au plus les trouve-t-on comme noms de famille, sous la forme Uzun Ali Ağa-zâde Hüseyin (SA, 22-181). On note une même rareté des sobriquets individualisés, et surtout dépréciatifs, dans les épitaphes funéraires (Vatin, 1998 : 140 ; Eldem, Vatin, 2007 : 29).

18 En revanche, un membre féminin de la généalogie peut être à l’origine d’une modification, ainsi :

Seyyid Hasan

Şerife Rukiye

Şerif Mahmud

(Kılıç, 2005 : 27)

19 Conformément aux traductions de l’ottoman au français dans les publications officielles (« Ali Ratib Paşa-zâde merhum Fuad Bey »: « Feu Fuad Bey, fils d’Ali Ratib Pacha », Malumat, 1897, n° 94 : 906).

20 Il en est de même pour les stèles funéraires (N. Vatin, 1998 : 140 ; Eldem, Vatin : 30). 

21 SA, 22-155.

22 SA, 26-97.

23 SA, 49-167. Ils apparaissent aussi dans les dictionnaires : « Arab Salih Paşa » (Mehmed Süreyyâ, 1995, Vol. III : 549).

24 En la matière, les mamloukisants recommandent la plus grande prudence (Ayalon, 1975: 219).

25 Dans les sicill, l’emploi du (exemples : « giridî-zâde », SA, 93-251 ; « Trabzonî », SA, 2-178) est moins courant que celui du -; ce dernier porte sur les toponymes et les noms de région (par exemple « Hersekli Receb Paşa-zâde », SA, 1-370) alors que le arabe peut signaler des liens à un groupe ethnique ou à un lieu géographique, qu’il s’agisse d’un pays, d’une région, d’une ville, d’un quartier ou d’un établissement d’enseignement (Sublet : 1991, 10).

26 Ce en quoi le lakab représente l’élément suffisant, mais aussi acquis, mérité ou subi (Sublet, 1991 : 79).

27 SA, 22-57; SA, 3-718.

28 Ali Şevket mentionne « Kıbrıslı müteveffa Mehmed Paşa » (SA, 18-361).

29 Kibrisli à Lord Palmerston, (FM, 10/165, 6 septembre 1861 & 10/166, même date). On le cite aussi avec son lakab dans les sicill (SA, 18-361).

30 « ibn ül-hac lakabiyle (…) Hacı Mehmed Efendi » (SA, 22-379).

31 À noter cependant que tout individu désigné comme hacı n’est pas nécessairement un ancien pèlerin.

32 De même, chez les esclaves mamelouks, l’enfant doté au départ d’un ism acquiert ensuite une nisba formée à partir du nom de marchand, puis un lakab qui porte la marque de la relation sociale (Ayalon, 1975). Voir aussi à ce sujet Sublet, 1996 : 69.

33 Un exemple : Sarı Mehmed Paşa, étant appelé Mehmed par ses parents, il est estimé nécessaire qu’un nom plus distinctif lui soit ensuite attribué (Wright, 1935: 4).

34 De même, Vidinli Hüseyin Tevfik (SA, 1-574) est d’autant plus signalé comme originaire de Vidin qu’il côtoie d’autres Tevfik, notamment un camarade de promotion, qui plus est mathématicien comme lui (Aydüz, 1999).

35 Je ne vois pour ma part aucune « contradiction entre la fonction officielle du prénom qui est de servir à identifier un individu, c’est-à-dire à le distinguer des autres, à le désigner dans son individualité, et la fréquence disproportionnée de certains prénoms qui multiplie les risques de confusion » (Burguière, 1984 : 29), pour la raison que les risques de confusion sont particulièrement limités au sein de la famille comme de la sociabilité immédiate.

36 Pour une comparaison avec les épitaphes funéraires, voir Vatin, 1998 : 143.

37 Pour une comparaison avec la capacité distinctive des noms juifs et arabes, voir respectivement Hodgson, 1974 : 17 et Catane, 1984 : 321-322.

38 SA, 42-119.

39 Voir par exemple les Kaymakamlık intihabnamesi (SA, 47-385 ; SA, 2-530).

40 SA, 18-267 ; SA, 188-177 ; SA, 1-574 ; SA, 1-14 ; SA, 47-385 ; SA, 71-259 ; SA, 22-175 ; SA, 1-38 ; SA, 72-291 ; SA, 55-151 ; SA, 1-12 ; SA, 1-572 ; SA, 25-121 ; SA, 1-270 ; SA, 2-982 ; SA, 4-50 ; SA, 18-433.

41 Sur les signatures, voir Emecen, 1984-1994 ; Eldem, 1995.

42 Le poète Âzerî de la fin du xive siècle, lorsqu’il écrit en turc, signe Hasanoğlu, lorsqu’il rédige en persan, Pûr-i Hasan (Akün, 1994 : 395).

43 SA, 167-49 ; SA, 22-181 ; SA, 3-32 ; SA, 47, 385 ; SA, 4-1000 ; SA, 1-474 ; SA, 144-219 ; SA, 1-462 ; SA, 42-119 ; SA, 196-307 ; SA, 1-716 ; SA, 3-246 ; SA, 4-46 ; SA, 1-214 ; SA, 4-520 ; SA, 22-109 ; SA, 10-605.

44 « Mehmed Rüşdi Paşa » est « Mütercim-Rüşdi Paşa» (Danişmend, 1971-1972 : 280); « Ahmed Vesim Paşa» est « Hacı Vesim Paşa» (Nevsal-i Osmani, 1911 : 204).

45 SA, 2-318.

46 39 pères contre 11 fils.

47 L’étude de stèles de quelques cimetières stambouliotes semble par exemple révéler une augmentation de la pratique du pèlerinage (Bacqué-Grammont, 1990 : 247).

48 En comparaison, dans certains cimetières stambouliotes, alors que les indications du statut de hacı sont rares, tous les şeyh décédés à l’époque hamidienne sont évoqués comme tels (Bacqué-Grammont, 1990 : 247-248).

49 İsmail Hakkı Paşa a près de la soixantaine lorsqu’il acquiert son lakab « Kurt » (Gövsa, 1946 : 194). S’il est vrai de considérer que « chaque individu reçoit à sa naissance un nom particulier, qu’il emporte avec lui en mourant » (Challemel-Lacour, 1968 : 898), cela ne signifie pas qu’il n’emporte que celui-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bouquet, « Onomasticon Ottomanicum : identification administrative et désignation sociale dans l’État ottoman du xixe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6743

Haut de page

Auteur

Olivier Bouquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page