Navigation – Plan du site

La qualité bien rare de Sâlih Ibn Yah parmi les historiens orientaux au Moyen Âge: Écrire l'histoire des émirs Buhtur en utilisant les archives familiales1

The rare quality of Sâlih Ibn Yah among Middle Eastern historians in the Middle Ages: writing the history of the Buhtur emirs based on family archives
Pierre Moukarzel

Résumés

Sâlih Ibn Yahyâ, à la différence des chroniqueurs du xive et du xve siècle, a consacré son œuvre à écrire l’histoire de sa famille. Cet ouvrage est très important car il est fondé dans sa plus grande partie sur des archives familiales conservées par les émirs Buhtur qui ont régné sur une région du Mont Liban appelée al-Gharb.
Ces archives comprennent des pièces officielles, des lettres patentes, des acts d’
iqâ, des décrets, des ordres, que les émirs Buhtur ont reçus, soit de la cour d’Égypte, soit de celle de Damas, soit encore des Mongols ou des Francs.
Ces pièces d’archives couvrent une période allant du
xiie jusqu’au xive siècle. Leur présentation et leur analyse fournissent des informations très intéressantes sur l’usage et les règles de la rédaction dans les chancelleries des sultans zinghîdes, ayyûbîdes et des premiers sultans mamelouks.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à dire ma gratitude et à adresser mes remerciements à M. le professeur Stéphane Boissellie (...)
  • 2 L'utilisation du mot « Syrie » dans l'article nécessite une définition. Par « Syrie », nous entendo (...)
  • 3 Il y a bien d'autres papyrus et papiers que les documents de la Geniza (qui comprend aussi des parc (...)

1Pour écrire l’histoire de l'Égypte et de la Syrie2 médiévales, nous disposons de divers documents que les chercheurs ont coutume de considérer comme des archives. En effet, ce ne sont pas des archives en ce sens qu’ils n’ont pas été conservés volontairement, mais jetés au rebut et oubliés. Ce sont des papyrus ou des papiers, parfois conservés par hasard, qui n’en sont pas moins, par leur nature, les équivalents de ce que nous avons pris l’habitude d’appeler « documents d’archives ». Les documents de la Geniza du Caire, conservés pour ne pas risquer de mettre aux ordures un écrit comprenant une formule sacrée, relèvent de cette catégorie.3

2Une autre catégorie de sources et documents dits d'archives résultent de tout ce qu'une société, intentionnellement ou non, à court ou à long terme, conserve de ses propres traces : des titres de propriété, des procès, des inventaires de succession, des lettres, des livres de comptabilité, des contrats de vente et d'achat,… Il y a aussi des ouvrages qui, en nous enseignant comment doivent être rédigés les documents officiels, nous aident à comprendre les documents que nous possédons et à suppléer à leur insuffisance. De même, des documents, particulièrement des actes publics provenant de l'Administration (diplômes de nomination, concessions, documents d'impôts, inventaires, etc…) sont aussi occasionnellement cités dans des chroniques.

3Pour la période ayyubide et mamelouke, les sources sont nombreuses, variées, et d'une qualité souvent remarquable, qu'il s'agisse des documents épigraphiques, des ouvrages techniques à l'usage des agents de l'administration, des chroniques et même des sources européennes. À côté de ces diverses sources, il y a des ouvrages historiques qui fournissent des informations aidant à compléter d'une manière utile les indications des grandes chroniques. C'est dans cette catégorie qu'est classée l'histoire de la famille Buhtur, rédigée par Sâlih Ibn Yahyâ, qui fait l'objet de cet article. Cet ouvrage est très important car il est fondé dans sa plus grande partie sur des archives familiales permettant d'étudier l'histoire d'une famille princière et l'histoire d'une région du Mont Liban dès le xiie jusqu'au xve siècle.

  • 4 Pour des informations sur les Banû Buḥtur, voir Lammens 1921, Hittit 1957, Salibi 1961.

4Après la prise de Beyrouth par les Croisés en 1110, les gouverneurs de Damas ont fait installer dans la région du Gharb (Sud-Est de Beyrouth) un clan d'origine arabe, venu de la Syrie du Nord, pour mener la lutte contre les Francs. Ce clan appartient à la tribu Tanûkh et prend, avec le temps, l'appellation de Banû Buhtur, d'après le nom de Buhtur Ibn Alî qui en a été le chef aux environs de 1147.4

  • 5 Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris (Fonds arabe, n 1670). Il a attiré l (...)

5La famille Buhtur n'a pas été la seule à avoir été établie dans une partie du Mont Liban à partir du xiie siècle dans le but de défendre la zone séparant Damas des régions dominées par les Croisés. Ce qui a distingué la famille Buhtur des autres familles princières du Mont Liban, c'est que l’un d’entre eux, Sâlih Ibn Yahyâ (mort vers 1436), a écrit l'histoire de sa famille Buhtur à l'usage exclusif de ses descendants. L'ouvrage de Sâlih Ibn Yahyâ comprend quatre parties liées entre elles mais distinctes : une présentation historique de Beyrouth jusqu'au temps de l'auteur ; une partie généalogique se rapportant aux descendants de Buhtur l'émir du Gharb ; une partie chronologique de la succession des sultans ayyubides puis mamelouks ainsi que celle des gouverneurs de Damas pour servir de référence aux portraits des émirs du Gharb. La dernière partie est autobiographique ; il y décrit les expéditions militaires lancées contre Chypre entre 1424 et 1426, en particulier la deuxième expédition à laquelle il a participé à la tête de cent hommes embarqués sur un navire de guerre.5 Les émirs Buhtur ont été plusieurs fois emprisonnés et attaqués dans leurs régions, à la suite de graves accusations qui les montrent comme des traîtres complotant avec les Francs et les Mongols contre les Musulmans. À travers son ouvrage, il a voulu rejeter toutes les accusations adressées aux émirs Buhturm à cause de leurs relations avec les Francs ou des Mongols, et montrer le rôle qu'ils ont joué comme alliés fidèles des Ayyubides, puis des Mamelouks, pour défendre les frontières de leur district contre les ennemis des Musulmans. L'originalité de Sâlih Ibn Yahyâ, vient de l'utilisation de documents officiels pour fournir des preuves tangibles qui innocentent les émirs Buhtur et éclairent les doutes sur leur loyauté envers les Mamelouks.

6À la différence d'autres historiens orientaux, le projet de Sâlih Ibn Yahyâ a été fondé dans sa plus grande partie sur les archives de sa famille, en les citant presque à chaque page, et en les analysant avec précision. En écrivant l'histoire des diverses branches de la famille Buhtur et des principaux individus de chaque branche sous forme de notices bibliographiques, il donne des textes complets ou de courts extraits des pièces officielles que l'émir mentionne dans la notice bibliographique, provenant soit de la cour d'Égypte, soit de celle de Damas, soit encore des Mongols ou des Francs.

  • 6 Il s'agit des revenus d'une concession foncière attribués par l'État musulman concerné, en l'échang (...)

7Les documents de famille cités par l'auteur sont très divers : il s'agit d'actes officiels émanant des chancelleries du Caire, de Damas, des lettres patentes et des missives des sultans ou des gouverneurs, des actes d'iqtâ6 ou de renonciation à l'iqtâ, des procès verbaux, des extraits de livres de comptes, de brèves notes généalogiques, des attestations, des rapports. Sâlih Ibn Yahyâ a même utilisé en écrivant son texte un document livré par le commandant en chef de l'armée mongole à Damas et deux documents francs (chose assez rare dans les archives arabes du xiie et xiie siècle) : une lettre patente confirmant leur iqtâ, livrée aux émirs Buhtur par l’émir Katbughâ au moment où il a occupé Damas en 1260, et deux chartes de concessions données aux émirs Buhtur par les Francs : une émane du seigneur de Sidon en 1255 et l'autre du seigneur de Beyrouth en 1280.

8Sâlih Ibn Yahyâ, en écrivant l'histoire de sa famille, a voulu d'une part énumérer les œuvres de ses ancêtres, et d'autre part, justifier la position des émirs Buhtur envers les Croisés et les Mongols, et montrer qu'ils ont été des victimes de perfidie et de conspiration de la part de leurs adversaires. C'est le but qui a motivé ses recherches dans les archives des émirs Buhtur, joignant les traditions orales de sa famille avec les documents soigneusement conservés.

9Appartenant à la communauté druze entourée par une majorité sunnite, les émirs Buhtur étaient inquiets des menaces contre leur présence. C’est pourquoi ils ont conservé les différents documents familiaux : ils ont voulu adresser un message à leurs descendants pour confirmer qu'ils ont été toujours fidèles et dignes de la mission de diriger la résistance contre les ennemis des Musulmans.

10Dans ma contribution, je vais d'abord présenter les documents des archives de la famille Buhtur, seulement les actes officiels en rapport avec les iqtâ des émirs, qui ne sont cités par aucun chroniqueur arabe, avant d'analyser leur contenu, qui permet non seulement d'étudier l'histoire d'une famille princière du Mont Liban, mais qui fournit des informations intéressantes sur les usages des chancelleries ayyubide et mamelouke en matière de rédaction de lettres.

Présentation des documents

  • 7 La lettre patente (al-manshûr) est une lettre écrite par le sultan mais qui n'est pas scellée. Cf I (...)

11Les pièces de documents les plus importantes utilisées par Sâlih Ibn Yahyâ couvrent la période allant de 542/1147 à 745/1344. Il s'agit de 27 documents composés de lettres patentes (manâshîr), de décrets (marâsîm), de missives (kutub ou mithâl) envoyés par les sultans d'Égypte et de Damas ou par les gouverneurs de Damas, aux émirs de la famille Buhtur, ainsi que de deux documents francs.7 Sâlih Ibn Yahyâ cite successivement :

12- Une lettre patente (manshûr) du gouverneur de Damas l'Atâbeg Mujîr al-Dîn Abû Sa‛îd Abaq datant du 20 muharram (al-‛ishr al-awsat) 542/21 mai 1147 reconnaissant et confirmant l'iqtâ du Gharb comme une principauté confiée à l'émir Buhtur Ibn Alî faisant l'éloge de sa loyauté et de sa compétence à accomplir sa mission comme gouverneur (Ibn Yahyâ, 1969 : 40).

13- Deux actes, un décret (marsûm mutlaq) et une lettre patente (manshûr), du sultan al-Malik al-‛Âdil Nûr al-Dîn Mahmûd (Ibn Yahyâ, 1969 : 43). Le décret date du 14 rabî‛ al-awwal 552/26 avril 1157 est adressé à l'émir Abû l-‛Izz Karâma déclarant que tout individu qui obéit et aide l'émir dans sa lutte contre les infidèles aura le consentement du sultan ; par contre, celui qui refuse et se rebelle ou contredit l'ordre du sultan sera puni. La lettre patente date du 7 rajab 556/2 juillet 1161. Le sultan énumère les divers iqtâ octroyés à l'émir Abû l-‛Izz Karâma et lui confie le commandement de quarante cavaliers.

14- Une lettre patente (manshûr) du sultan Salâh al-Dîn al-Ayyûbî (Saladin), adressée à l'émir Hajjî Ibn Karâma lors de la prise de Beyrouth en 1187, confirme sa principauté et le gouvernement des iqtâ de ses ancêtres. La date de ce document est le 30 (al-‛ishr al-âkhir) jumâda al-awwal 583/7 juillet 1187(Ibn Yahyâ, 1969 : 45).

15- Une lettre (kitâb) du sultan Al-Malik al-Afdal Nûr al-Dîn Alî al-Ayyûbî envoyée à l'émir Hajjî Ibn Karâma le 26 ramadân 593/12 août 1197 répond à une lettre qui a été adressée au sultan par l'émir. Le sultan incite l'émir Hajjî Ibn Karâma à continuer la lutte contre les Francs. (Ibn Yahyâ, 1969 : 46-47).

16- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-‛Azîz Imâd al-Dîn Uthmân date du 25 jumâda al-awwal 619/7 juillet 1222 confirmant les iqtâ octroyés à l'émir Hajjî Ibn Karâma (Ibn Yahyâ, 1969 : 47).

17- Un ordre (mithâl) du sultan al-Malik al-Sâlih Najm al-Dîn Ayyûb faisant l'éloge de l'émir Najm al-Dîn Muhammad. Cette lettre est écrite le 6 dhû al-hijja mais sans mentionner l'année (Ibn Yahyâ, 1969 : 49). Le sultan a envoyé aussi une lettre patente (manshûr) à l'émir Zayn al-Dîn Ibn ‛Alî lui octroyant un iqtâ composé de villages situés à l'ouest et au sud de Beyrouth. Cette lettre porte la date du 19 rabî‛ al-âkhir 646/11 août 1248 (Ibn Yahyâ, 1969 : 72).

18- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-Nâsir Salâh al-Dîn Yûsuf adressée à l'émir Jamâl al-Dîn Hajjî, confirmant les villages qui font partie de son iqtâ. Cette lettre est écrite le 25 safar 650/7 mai 1252(Ibn Yahyâ, 1969 : 51).

19- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-Mu‛izz Izz al-Dîn Aybak confirmant les villages formant l'iqtâ de l'émir Sa‛d al-Dîn Khidr. La date de cette lettre est le 27 rabî‛ al-awwal 654/24 avril 1256 (Ibn Yahyâ, 1969 : 56).

20- Une lettre patente (manshûr) de Katbughâ, le commandant en chef de l'armée mongole de Hûlâghû, dans laquelle il confirme l'iqtâ octroyé à l'émir Jamâl al-Dîn Hajjî. La date de cet acte est le 7 rajab 658/18 juin 1260 (Ibn Yahyâ, 1969 : 52).

21- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-Zâhir Baybars énumérant et confirmant les villages formant l'iqtâ de l'émir Jamâl al-Dîn Hajjî. La date de ce document est le 8 rajab 659/8 juin 1261(Ibn Yahyâ, 1969 : 51).

  • 8 Dans son texte, Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ fait mention du mariage du « seigneur de Chypre » (ṣâḥib Qubrus), m (...)

22- Une lettre (jawâb) adressée à l'émir Jamâl al- al-Dîn par le nâ'ib (gouverneur) de Damas, Jamâl al- al-Dîn Âqûsh al-Najîbî représentant le sultan Baybars, pour le complimenter de sa vigilance, dont tous rendent témoignage, et le remercier de l'information qu'il a donnée au sujet du mariage du « seigneur de Chypre » avec la fille du « seigneur de Beyrouth » (Ibn Yahyâ, 1969 : 51). La date de cette lettre n'est pas mentionnée.8

23- Deux lettres (mukâtaba) envoyées par le gouverneur de Damas Jamâl al-Dîn Âqûsh al-Najîbî représentant le sultan Baybars aux deux émirs Jamâl al-dîn et Zayn al-Dîn pour les complimenter et les féliciter de leurs œuvres dans leur lutte contre les Francs, de l'aide qu'ils fournissent à l'armée du sultan et des informations qu'ils donnent sur la situation des Francs à Beyrouth (Ibn Yahyâ, 1969 : 62).

24- Un décret (marsûm) du sultan Baybars aux deux émirs Jamâl al-Dîn et Zayn al-Dîn pour les remercier et pour exprimer son consentement sur les services qu'ils offrent au gouverneur de Damas (Ibn Yahyâ, 1969 : 63). Le décret ne porte pas de date.

25- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-Mansûr Qalâwûn confirmant l'iqtā de l'émir Jamâl al-Dîn qui lui a été donné par le sultan Baybars. La lettre est écrite le 21 dhû al-hijja mais l'année ne figure pas (Ibn Yahyâ, 1969 : 52).

26- Un décret (marsûm) du sultan al-Malik al-Sa‛îd Baraka Khân dans lequel il confirme les émirs Jamâl al-Dîn, Zayn al-Dîn et Sa‛d al-Dîn comme bénéficiaires de leurs iqtâ. La date de ce décret est le 8 jumâda al-awwal 677/27 septembre 1278 (Ibn Yahyâ, 1969 : 68-69).

27- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-Mansûr Qalâwûn énumérant les villages de l'iqtâ de l'émir Sa‛d al-Dîn Khidr en date du 18 shawwâl 678/21 février 1280 (Ibn Yahyâ, 1969 : 56).

28- Une lettre (mithâl) du gouverneur de Damas, le nâ'ib Lâjîn, représentant le sultan al-Malik al-Mansûr Qalâwûn, ordonnant les deux émirs Jamâl al-Dîn et Zayn al-Dîn de participer avec leurs hommes à l'expédition militaire de l'armée mamelouke contre Tripoli. La date de cette lettre est le 7 jumâda al-awwal 686/20 juin 1287 (Ibn Yahyâ, 1969 : 53).

29- Une lettre patente (manshûr) du sultan al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn confirmant l'iqtâ de l'émir Zayn al-Dîn Ibn ‛Alî portent la date 4 dhû al-hijja 693/ 26 octobre 1294 (Ibn Yahyâ, 1969 : 73).

  • 9 Ṭablkhâna, littéralement est la « maison de la timbale », « maison du tambour » ou « maison de la m (...)

30- Une lettre patente (manshûr) du nâ'ib de Damas, Jamâl al-Dîn Âqûsh al-Afram qui représente le sultan al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn, offrant à l'émir Nâhid al-Dîn Buhtur le grade de Tablkhâna9, le samedi du mois de safar 700/octobre 1300 (Ibn Yahyâ, 1969 : 78).

31- Deux lettres patentes (manâshîr) du sultan al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn dans lesquelles le sultan offre un grade militaire à l'émir Nâsir al-Dîn et confirme son iqtâ. La date de la première lettre est le 9 safar 707/10 août 1307 et celle de la deuxième lettre est le 4 jumâda al-awwal 714/16 août 1314 (Ibn Yahyâ, 1969 : 85).

32- Un décret (marsûm) du nâ'ib de Damas, Tuquz Dimir al-Hamawî adressé à l'émir Nâsir al-Dîn datant du muharram 745/mai 1344 et la réponse (jawâb) de l'émir (Ibn Yahyâ, 1969 : 103).

33On remarque que les types de documents les plus fréquents sont les lettres patentes (manshûr ; pl. manâshîr) qui sont en rapport avec les iqtâ des émirs.

Types de documents

Nombre

manshûr

16

marsûm

4

Kitâb ; jawâb

5

mithâl

2

34La répartition des documents est comme suit : 6 documents pour le xiie siècle, 16 pour le xiiie siècle et 5 pour le début du xive siècle. La plupart des documents datent du xiiie siècle ; c'est la période durant laquelle la Syrie a connu de grands changements politiques et militaires : l'invasion mongole et l'occupation de Damas ; la chute des Ayyûbîdes ; l'arrivée au pouvoir des Mamelouks en Égypte.

  • 10 C'est étrange de mentionner ces deux documents dans un ouvrage qui cherche à prouver la non-collabo (...)

35Outre ces documents arabes, Sâlih Ibn Yahyâ a cité deux chartes franques comprenant des concessions faites pour les émirs de la famille Buhtur : la première est faite par Julien, le seigneur de Sidon ; elle est mentionnée dans la notice consacrée à l'émir Jamâl al-Dîn Hajjî Ibn Najm al-Dîn Muhammad connu sous le nom de Jamâl al-Dîn le grand (al-kabîr). La date de cette charte est celle du Jeudi de l'année 1567 d'Alexandre/1255 de l'ère chrétienne (Ibn Yahyâ, 1969 : 48). La deuxième charte est produite par Humphrey de Monfort, le seigneur de Beyrouth ; elle figure dans la notice consacrée à l'émir Zayn al-Dîn Ibn ‛Alî et elle date de l'année 1592 d'Alexandre/1280 de l'ère chrétienne (Ibn Yahyâ, 1969 : 73-74)10.

36Sâlih Ibn Yahyâ a repris ces documents dans son texte sous différentes formes selon l'importance du document et les informations qu'il peut fournir concernant les émirs Buhtur. Il a recopié certains documents mot à mot dans les moindres détails, comme par exemple la lettre patente de l'atâbeg Abaq qui confirme la principauté et les iqtâ de l'émir Buhtur Ibn ‛Alî, le premier chef qui a donné son nom et son titre honorifique à la famille et qui a gouverné une région du Mont Liban dès 1147 jusqu'à la fin du règne mamelouk en Syrie en 1516. Dans la plupart des cas, il a résumé le contenu des documents en les plaçant dans son texte. Tout ce qui l'intéresse c'est de copier le nom du sultan ou du gouverneur qui a livré le document, d'indiquer l'emblème ou la marque (al-‛alâma) du sultan qui donne une légitimité au document, de préciser la nature du document (lettre patente, décret, lettre), de donner la date complète (jour, mois, année), de citer le nom de l'émir buhturide figurant dans le document avec ses titres, suivis des expressions honorifiques, et d'énumérer les noms de villages qui constituent l'iqtâ octroyé par le sultan à l'émir. Il s'intéresse plus à l'autorité qu'au droit. Il a cité parfois des lettres sans indiquer ni la marque du sultan ni la date, et même dans plusieurs cas, il n'a recopié du document que le nom des villages de l'iqtâ de l'émir. Mais le plus important pour l'auteur c'est de préciser le motif de la rédaction du document officiel (ce que l'on appelle expositio en diplomatique latine, iftitâh en diplomatique arabe) en recopiant la partie du texte qui montre clairement les raisons pour lesquelles les émirs ont reçu des lettres de la part des sultans : le consentement du sultan et sa satisfaction de la mission des émirs dans la lutte contre les Francs. La confirmation de la souveraineté des émirs sur leur iqtâ, ceci constitue l'objet et non la cause de la mise en mémoire du document.

37Sâlih Ibn Yahyâ s'est fondé sur des documents précis pour écrire l'histoire de ses ancêtres durant le xiie et le xiiie siècle, mais pour la période historique allant du xive jusqu'à la moitié du xve siècle, le recours aux documents diminue progressivement et l'auteur se fonde de plus en plus sur sa mémoire et sur la transmission orale des événements, comme si, à partir de certaines périodes, les émirs ne conservaient plus de documents. Il est clair que pour Sâlih Ibn Yahyâ, le rapport familial reste plus important que les documents écrits. Pour cette raison, le rapport avec le passé est mis en cause : il est très probable qu'en exposant les événements, il ne mentionne que les informations qui peuvent servir à soutenir et à défendre la position de ses ancêtres, et il fait le silence sur des affaires sans donner des explications ou des justifications.

  • 11 Le château de Beyrouth (al-qalʿa) s'élève au bord de la mer à l'angle Nord-Est de la ville et il se (...)
  • 12 Dans les sources arabes, le nom Renaud s'écrit «Arnâṭ».

38Les deux chartes franques placées dans le texte de Sâlih Ibn Yahyâ n'ont pas été recopiées dans leur intégralité. L'auteur les a résumées en gardant uniquement la partie du texte dans laquelle figure le nom du seigneur franc, la concession faite aux émirs et la date donnée selon l'ère d'Alexandre, autrement dit des Séleucides. Dans une note marginale, il a établi lui-même son calcul pour trouver la date de l'hégire qui correspond à celles des Séleucides (Ibn Yahyâ, 1969 : 74). La charte livrée par le seigneur de Beyrouth a été recopiée par Ibn Yahyâ avec plus de détails que celle du seigneur de Sidon. Pour donner plus d'authenticité à ces documents francs, il a décrit avec précision le sceau qui a été apposé au bas de la charte par le seigneur de Beyrouth, Humphrey de Montfort, avec son type équestre, ses armoiries et sa légende. Il précise qu'il s'agit d'un sceau de cire rouge représentant un cavalier qui tient à la main une lance et un bouclier entourés d'une légende écrite en « langue franque » (bil-faranjiyya) portant son nom. De plus, il a mentionné le prénom du scribe qui a écrit la charte ; il s'appelle Georges fils de Jacob (Jirj bin Ya‛qûb), « l'écrivain du château » de Beyrouth (kâtib al-qal‛a)11. Ce personnage devait probablement être un chrétien d’Orient attaché à la chancellerie du seigneur franc de Beyrouth. En recopiant ces deux documents, Sâlih Ibn Yahyâ a mal écrit les noms des deux seigneurs francs : il a donné au seigneur de Sidon, Julien, auteur de la donation faite en 1255, le nom de Renaud (Barnât)12 ; or Renaud, grand-père et prédécesseur de Julien, est mort en 1202 (REY, 1869 : 432-433). Il a recopié le nom du seigneur de Beyrouth «Hanfrî bin Dmûnqurb» : il s'est probablement trompé à cause des points mis sur les lettres arabes ce qui a causé une altération du nom, puis il a ajouté le mot «bin» entre le nom propre (Humphrey) et le nom d'origine (de Montfort) croyant qu'il s'agissait du nom propre suivi du nom du père comme c'est l'habitude des Arabes en Orient.

39Il reste à savoir si les deux documents francs recopiés par Sâlih Ibn Yahyâ étaient rédigés en latin ou en français, ou bien en langue arabe. Il est improbable que Sâlih Ibn Yahyâ ait eu les moyens de se faire traduire le contenu des deux chartes ; on peut supposer que ces deux documents ont été écrits en langue occidentale (latin ou français) et accompagnés d'une traduction arabe qui a été remise aux émirs bénéficiaires.

L'usage de la rédaction des lettres envoyées par la chancellerie des sultans aux émirs de la famille Buhtur

  • 13 Pour des informations sur la taille des documents provenant des chancelleries ayyubides et mamelouk (...)

40La copie des différents documents par Sâlih Ibn Yahyâ ne nous permet pas de connaître la forme des lettres, la qualité du papier utilisé, la forme de l'écriture, le type et la couleur de l'encre, l'espace entre les lignes du texte, mais ces différents documents fournissent des informations très intéressantes sur l'usage et les règles de la rédaction dans les chancelleries des sultans zinghides, ayyubides et des premiers sultans mamelouks.13 La tradition dans la rédaction des lettres patentes et des décrets n'a pas connu de changements importants dès la période zinghide, voire avant, jusqu'au début de la période mamelouke, en particulier sous le règne du sultan Baybars (1260-1277). Sur chaque document, au début du texte, figure la marque (al-‛alâma) du sultan au dessous de laquelle il y a l'expression «au nom d'Allâh le clément le miséricordieux» (al-basmala) suivies par les expressions honorifiques adressées à l'émir concerné, dont le nom figure avec un titre honorifique. Cette préface mène au fond du texte et à la fin il y a la date (jour, mois, année) selon le calendrier de l'hégire.

  • 14 «mâlik basîṭat al-arḍ Hûlâghû khân zîdat ʿaẓamatahu». Ce document a été recopié par Ṣâliḥ Ibn Yaḥ (...)

41Chaque sultan a sa propre marque avec laquelle il signe les lettres et les décrets envoyés par lui personnellement ou par son représentant, le gouverneur de Damas. Cette marque authentifie le texte et confirme la position et le consentement du sultan auprès de l'émir bénéficiaire. Les marques sont composées de phrases exprimant la louange et la grâce à Dieu, mais l'expression qui figure le plus c'est « grâce à Dieu » (al-hamdu li l-Allâh). La même marque peut être adoptée par plusieurs sultans ou gouverneurs : par exemple, Abaq, l'atâbeg de Damas, utilise la marque de son père l'atâbeg Sayf al-Islâm Zahîr al-Dîn Taghtakîn : « que Dieu l'élève et le mène à bonne fin » (a‛hu Allâh wa amdâh) ; le sultan Salâh al-Dîn al-Ayyûbî (Saladin), son frère le sultan al-Malik al-Azîz Imâd al-Dîn Uthmân, et son neveu le sultan al-Malik al-Sâlih Najm al-Dîn Ayyûb ont utilisé la même marque : « grâce à Dieu et en Lui ma réussite » (al-hamdu li l-Allâh wa bihi tawfîqî ). D'autre part, Katbughâ a utilisé les emblèmes adoptés par les sultans ayyubides en écrivant une lettre patente à l'émir buhturide Jamâl al-Dîn ; il a signé le début du document par la marque « j'ai confiance en Dieu » (tawakkaltu ‛alâ-l-Allâh) et il a ajouté dans la marge (al-turra), en haut de la lettre, la phrase suivante : « le possesseur de la surface de la Terre, le khân Hûlâghû, que sa grandeur s'accroisse » (Ibn Yahyâ, 1969 : 52).14

  • 15 D'après Qalqashandî, selon les usages de chancellerie, le manshûr comprend toujours l'écriture du s (...)

42Sâlih Ibn Yahn'a pas précisé si le sultan écrivait lui-même son nom et sa marque sur les correspondances provenant de sa chancellerie, ou s'il existait un officier d'un grade militaire élevé, plus particulièrement chargé d’effectuer cette mission15. Mais il nous a laissé le nom du scribe du sultan al-Malik al-‛Âdil Nûr al-Dîn Mahmûd qui a rédigé la lettre patente envoyée à l'émir Abû al-Izz Karâma : c'est le scribe (al-kâtib) ‛Imâd al-Dîn al-Isfahânî, un jurisconsulte shâfi‛î. Il ajoute que son écriture est marquée de faiblesse « wa hiya kitâba ‛alayhâ duf » (Ibn Yahyâ, 1969 : 43)

43D'après les documents cités par Sâlih Ibn Yahyâ, les marques des sultans qui figurent en haut des documents officiels sont comme suit:

  • 16 Ce sultan écrit en haut du document le nom de son père (Ayyûb Ibn Muḥammad Ibn Abî Bakr Ayyûb) au d (...)

Sultan/gouverneur de Damas

Année

Marque figurant dans les documents

Réfé-

rence

Mujîr al-Dîn Abû Sa‛îd Abaq

542/1147

a‛lâhu Allâh wa amdâh (que Dieu l'élève et le mène à bonne fin)

p. 40

Al-Malik al-‛Âdil Nûr al-Dîn Mahmûd

552/1157

556/1161

al-hamdu lil-Allâh (grâce à Dieu ou louange à Dieu)

p. 43

Salâh al-Dîn al-Ayyûbî

583/1187

al-hamdu lil-Allâh wa bihi tawfîqî (grâce à Dieu et en Lui ma réussite)

p. 46

Al-Malik al-‛Azîz Imâd al-Dîn Uthmân

619/1222

al-hamdu lil-Allâh wa bihi tawfîqî (grâce à Dieu et en Lui ma réussite)

p. 47

Al-Malik al-Sâlih Najm al-Dîn Ayyûb

?

646/1248

al-hamdu lil-Allâh wa bihi tawfîqî (grâce à Dieu et en Lui ma réussite)16

p. 49 et p.72

Al-Malik al-Nâsir Salâh al-Dîn Yûsuf

650/1252

al-hamdu lil-Allâh alâ naâ'imihi (grâce à Dieu pour ses aisances)

p. 52

Al-Malik al-Mu‛izz Izz al-Dîn Aybak

654/1256

hasbî Allâh (Dieu me satisfait)

p. 56

Katbughâ,

658/1260

tawakkaltu alâ Allâh (j'ai confiance en Dieu)

p. 52

Al-Malik al-Zâhir Baybars

659/1261

al-musta‛în bil-Allâh (qui demande l'aide de Dieu)

p. 51

al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn

693/1294

Allâh amalî (Dieu est mon espoir)

p.73

  • 17 Il faut signaler que cette tradition n'est pas propre aux émirs Buḥtur, mais c'est le système dans (...)

44Il existe une tradition dans les correspondances adressées aux émirs de la famille Buhtur qui n'a pas changé entre le milieu du xiie et la fin du xiiie siècle.17 Cette tradition a continué avec les premiers sultans mamelouks jusqu'à l'établissement au xive siècle d'une chancellerie ayant un style différent de celui des Ayyubides. Dans les lettres envoyées par les sultans aux émirs buhturides, ces derniers sont désignés par des titres honorifiques et par des expressions honorifiques (nu‛ût) suivis par des appels faits à Dieu (ad‛iya) en faveur des émirs.

Sultan/gouverneur de Damas

Année

Nom de l'émir concerné

Appels à Dieu

Mujîr al-Dîn Abû Sa‛îd Abaq

542/1147

Buhtur Ibn Alî: al-amîr al-ajall (le prince le plus noble ou auguste ou majestueux)

amîr al-Gharb (le prince du Gharb)

adâma Allâh ta'yîdahu wa tasdîdadhu (que Dieu fasse durer son appui et sa confirmation)

Al-Malik al-‛Âdil Nûr al-Dîn Mahmūd

552/1157

556/1161

Abû al-‛Izz Karâma: zahr al-dawlat (la fleur de l'État ou de l'époque ou de la dynastie) mufîd al-mulk (l'utile au royaume); al-amîr al-najîb (le prince noble); amîr al-Gharb (le prince du Gharb)

Abû al-‛Izz Karâma: zahr al-dawlat (la fleur de l'État ou de l'époque ou de la dynastie) shujâ‛ al-mulk (le courageux du royaume) jamâl al-umarâ' (la beauté des princes)

adâma Allâh ta‛âla izzahu wa salâmahu (que Dieu fasse durer sa grandeur et sa droiture)

adâma [Allâh]izzahu

Al-Malik al-Sâlih Najm al-Dîn Ayyûb

?

Najm al-Dîn Muhammad: al-amîr al-ajall (le prince le plus noble ou auguste ou majestueux) al-akhass al-muqaddam (le proche, l'avancé) zayn al-qabâ'il (l'ornement des tribus) umdat al-mulûk wal-salâtîn (le soutien des rois et des sultans)

atâla Allâh baqahu wa adâma tawfîqahu wa hirâsatahu wa tasdidahu wa riâyatahu (que Dieu allonge sa survie et fasse durer sa réussite et sa garde et sa protection)

Katbughâ

658/1260

Jamâl al-Dîn Hajjî: al-amîr al-ajall al-awhad al-aazz al-mukhtâr (le prince le plus noble, l'unique, le plus fort, l'élu)umdat al-mulûk wal-salâtîn (le soutien des rois et des sultans)

adâma Allâh ta‛âla ta'yîdahu wa tamkînahu wa tamhîdahu mâ rusima lahu bihi min al-iqtâ(que Dieu fasse durer son appui et son pouvoir sur les iqtâ‛ qui lui ont été confiés)

Jamâl al-Dîn Âqûsh al-Najîbî

?

?

Jamâl al-Dîn et Zayn al-Dîn: umday al-mulûk wal-salâtîn (le soutien des rois et des sultans)

bahâ' al-islâm (la splendeur de l'islam) majday al-umarâ' (les gloires des princes)udatay al-mulûk wal-salâtîn (les "hommes prêts" des rois et des sultans)

al-amîrayn al-ajallayn al-a‛azzayn al-akhassayn al-muhtaramayn al-mujâhidayn al-mughâziyayn (les deux princes les plus grands, les plus forts, les plus proches, les vénérés, les combattants, les conquérants)

adâma Allâh ta'yîdahumâ (que Dieu fasse durer leur appui)

Al-Malik al-Zâhir Baybars

?

Jamâl al-Dîn et Zayn al-Dîn: fakhray al-qabâ'il (la fierté des tribus) majday al-umarâ' (la gloire des princes) ikhtiyâray al-dawlat (les élus de l'État ou de l'époque ou de la dynastie)umday al-mulûk wal-salâtîn (les soutiens des rois et des sultans)

adâma Allâh raf‛atahumâ wa jaddada masarratahumâ (que Dieu fasse durer leur élévation et renouvelle leur allégresse)

Al-Malik al-Sa‛îd Baraka Khân

677/1278

Jamâl al-Dîn, Zayn al-Dîn et Sa‛d al-Dîn: al-umarâ' al-ajillâ' al-muqaddamîn al-a‛zâz (les princes les plus nobles, les avancés, les puissants)

ayyadahum Allâh (que Dieu les appuie)

  • 18 Dans la notice biographique de l'émir Karâma, Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ a écrit le nom de l'émir précédé par (...)

45Bien que les émirs de la famille Buhtur jouissent de titres précis dans les correspondances reçues de la part des sultans, il semble que les séries de titres et des expressions honorifiques que les sultans leur attribuent varient selon son consentement à l'accomplissement du rôle ou de la mission qui ont été confiés aux émirs. De plus, il n'y a aucune mention de grade ou de rang militaire des émirs. On peut remarquer que, quand la chancellerie envoie plus d’une lettre au même émir, dans chacune figurent des expressions honorifiques différentes. En 1157 et en 1161, le sultan al-Malik al-‛Âdil Nûr al-Dîn Mahmûd a envoyé deux lettres à l'émir Abû al-‛Izz Karâma. Les titres attribués à l'émir dans la première lettre sont différents de ceux mentionnés dans la seconde. En 1157, l'émir Abû al-‛Izz Karâma s'est rallié au sultan, en abandonnant l’alliance avec les Francs ; le sultan l'a désigné dans la lettre qu'il lui a envoyé par quatre titres qui, d'une part, marquent la noblesse, la brillance et l'intelligence de l'émir[zahr al-dawlat (la fleur de l'État ou de l'époque ou de la dynastie) mufîd al-mulk (l'utile au royaume) ; al-amîr al-najîb (le prince noble ou l'intelligent)], et d'autre part, confirment sa principauté sur la zone du Mont Liban appelée le Gharb [amîr al-Gharb (le prince du Gharb)]. En 1161, le même sultan lui envoie une deuxième lettre pour le récompenser en élargissant son iqtâ‛ et en plaçant sous son commandement quarante cavaliers. Il a désigné également l'émir Karâma par le titre zahr al-dawlat (la fleur de l'État ou de l'époque ou de la dynastie)18 mais les deux autres titres attribués à l'émir ont changé ; le sultan l'a désigné par deux titres qui notent son courage [shujâ‛ al-mulk (le courageux du royaume)] et son rang élevé parmi les autres princes [jamâl al-umarâ' (la beauté des princes)]. Les expressions et les titres de vénération qui viennent après le titre principal de shujâ‛ al-mulk (le courageux du royaume) jamâl al-umarâ' (la beauté des princes) ont changé parce que l'émir a été promu à un rang plus élevé, bien que son grade militaire n'ait pas été mentionné. Ce style de correspondance adopté durant l'époque ayyubide a continué durant le début de l'époque mamelouke, en particulier jusqu'au règne du sultan Baybars.

  • 19 D'après Qalqashandî qui a fourni des informations sur les coutumes de la rédaction dans la chancell (...)
  • 20 Ibn Shîth a cité des expressions honorifiques similaires adressées par les sultans ayyubides aux ém (...)

46Le nâ'ib de Damas, Jamâl al-Dîn Âqûsh al-Najîbî, envoie deux lettres aux émirs Jamâl al-Dîn et Zayn al-Dîn au nom du sultan Baybars. Dans ces deux lettres, les deux émirs ensemble sont désignés par dix titres différents. Cette multiplication de titres honorifiques est en rapport avec le rôle joué par les deux émirs dans la surveillance de la situation à l'intérieur des seigneureries de Sidon et de Beyrouth et le recueil d'informations importantes. Ils ont été félicités également par le sultan Baybars qui leur a envoyé un décret dans lequel il les a désignés par quatre titres honorifiques dont deux ne figurent pas dans les lettres de son gouverneur à Damas. Bien que les émirs de la famille Buhtur aient été désignés par une longue série de titres honorifiques dans la plupart des documents du xiie et du xiiie siècle datant de l'époque zinghide jusqu'au début de l'époque mamelouke, deux titres apparaissent le plus souvent dans les correspondances et accompagnent souvent le nom de l'émir : il s'agit d'al-amîr al-ajall et deumdat al-mulûk wal-salâtîn. D'après Qalqashandî (mort en 1418) qui cite le texte de ‛Abd al-Rahîm Ibn Shîth (mort en 1228) un des scribes de la chancellerie ayyubide, le titre al-amîr al-ajall, selon la coutume, n'a été adressé qu'au sultan, mais avec le temps il a été attribué à d'autres personnages de rang élevé. À l'époque des Fatimides, ce titre était le plus haut et le plus honorable. À l'époque ayyubide, pour honorer un émir, les sultans le désignent par le titre al-amîr al-ajall suivi parumdat al-mulûk wal-salâtîn (Qalqashandî, 1987, VI: 4-5 et VII: 18-19). Mais au xive siècle, au temps de Qalqashandî, les coutumes ont changé et les scribes dans les chancelleries mameloukes ont utilisé le titre al-amîr al-ajall pour s'adresser parfois à des personnes appartenant aux rangs les plus inférieurs de la hiérarchie sultanienne (Qalqashandî, 1987, VI: 4-5 ; 69)19. Il reste à signaler que parmi les expressions honorifiques utilisées par les sultans ayyubides pour s'adresser aux émirs Buhtur, plusieurs d’entre elles ne figurent pas sur la liste donnée par Ibn Shîth comme, par exemple : zahr al-dawlat, mufîd al-mulk, al-amîr al-najîb, shujâ‛ al-mulk, jamâl al-umarâ', zayn al-qabâ'il, mais sans doute, ces expressions s'adressent aux émirs favoris et appréciés par les sultans20.

47Selon les usages de la chancellerie, après les expressions honorifiques viennent les appels adressés à Dieu ou les bénédictions, lui demandant d'allonger la vie des émirs et de faire durer leur appui, leur pouvoir, leur réussite, leur grandeur et leur direction des iqtâ‛ qui leur ont été concédés par le sultan. D'après Ibn Shîth, la multiplication des appels à Dieu signifie que le sultan honore plus l'émir concerné. De plus, en s'adressant aux émirs, le sultan utilise, dans la rédaction des lettres, la forme de la première personne du pluriel (nûn al-jam‛) pour marquer sa grandeur et préciser que les émirs sont sous ses ordres (Qalqashandî, 1987, VII: 18-19).

  • 21 Cette conclusion correspond à celles données par les historiens Stephen R. Humphreys, 1977 et David (...)
  • 22 Ce qui confirme cette hypothèse, c'est que parmi les expressions honorifiques adressées à l'émir Na (...)

48Ce qui est remarquable dans les lettres envoyées aux émirs Buhtur, c'est l'absence de l'expression « al-majlis al-sâmî » (le sublime conseil) ; il s'agit d'une règle rigoureuse qui a été utilisée dans la rédaction des lettres provenant de la chancellerie ayyubide et adressées aux émirs appartenant aux rangs les plus élevés. D'après Ibn Shîth, le sultan utilise l'expression al-majlis al-sâmî suivie par al-amîr al-ajall quand il s'adresse à un émir d'un rang élevé (Qalqashandî, 1987, VII : 18). Cela nous permet de nous interroger sur le rang et le grade militaire des émirs Buhtur. Il semble que sous les Zinghides puis sous les Ayyubides, et même sous le règne du sultan mamelouk Baybars, le titre « al-amîr » ne signifie pas un grade militaire mais il est utilisé sans distinction pour désigner des émirs chargés de gouverner un iqtâ‛21. Il est très probable que sous les Ayyubides et les premiers sultans mamelouks, les émirs Buhtur ne jouissent pas d'un grade militaire précis mais soient considérés comme des chefs de clan ou de tribu ralliés au pouvoir ayyubide22, bénéficiaires d'iqtâ‛ afin de participer avec leurs hommes aux opérations militaires organisées par le sultan, au titre de combattants supplémentaires recrutés dans les provinces du sultanat. Dans les correspondances du sultan, ils sont désignés par les expressions honorifiques selon leur succès dans la mission qui leur a été confiée. Il ne semble pas qu'il ait existé un système fixe pour distribuer les iqtâ‛ aux émirs Buhtur ; cela dépend de leur statut et de leur rôle joué dans le contexte des conflits qui se déroulent en Syrie, ainsi que de la loyauté et de la capacité des émirs à accomplir la mission qui leur a été confiée par les sultans pour commander la lutte contre les Francs. Les lettres patentes et les décrets du sultan énumérant les villages confiés à un émir n'indiquent pas les conditions imposées à l'émir concerné mais l'obligent, en échange de l'iqtâ‛ reçu, à présenter les résultats au sultan. Bien sûr, la loyauté et la fidélité constituent la base des relations établies entre le sultan et l'émir gouvernant un iqtâ‛, mais le principal but en donnant un iqtâ‛ à un émir, c'est de mettre en place une gestion fiscale du recrutement des combattants. Ainsi le sultan assure le fonctionnement d'un système financier qui lui permet de disposer d’une armée équipée.

  • 23 Le terme ṭawâshî est utilisé pour désigner les membres d'une formation militaire spéciale : dans ce (...)

49Les lettres et les décrets adressés aux émirs Buhtur par le sultan Baybars et par son nâ'ib de Damas montrent que le grade militaire n'existe pas encore sous les premiers sultans mamelouks ; c'est le modèle ayyubide qui est adopté dans les correspondances. Mais un changement commence à apparaître sous les successeurs de Baybars. Ils ne font plus envoyer les lettres aux émirs Buhtur par leur chancellerie, mais par celle du gouverneur de Damas. D'après les documents cités par Sâlih Ibn Yahyâ, les changements dans les traditions et les coutumes de la chancellerie mamelouke et dans l'organisation des rangs militaires apparaissent clairement dans les lettres patentes du sultan al-Malik al-Mansûr Qalâwûn et de ses deux successeurs al-Malik al-Ashraf Khalîl Ibn Qalâwûn et al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn : le nom de l'émir bénéficiaire d'un iqtâ‛ figure dans la lettre du sultan suivi de son grade militaire (Ibn Yahyâ, 1969 : 72-73, 84-85, 87). Mais ce qui est remarquable, c'est que pour la qualification du grade des émirs ils continuent à utiliser les termes militaires du système ayyubide : le terme tawâshî ou tawâshîya est employé pour désigner les cavaliers placés sous le commandement de l'émir.23 En général, la plupart des émirs Buhtur ont porté le grade d’émir de 20, de 10 ou de 5 ; on peut citer quelques exemples : en 693/1294, l'émir Zayn al-Dîn avait sous son commandement cinq tawâshîya ; en 691/1292, l'émir Nâsir al-Dîn avait sous son commandement trois tawâshîya, en 707/1307, dix tawâshîya et en 714/1314, vingt-deux tawâshîya (Ibn Yahyâ, 1969: 72-73, 84-85). Ces grades sont les plus bas de la hiérarchie militaire mamelouke, mais dans certaines circonstances très particulières, un émir peut être promu à un rang élevé : en 700/1300, l'émir Nâhid al-Dîn est nommé tablkhâna en récompense de l'aide qu'il a offerte aux soldats de l'armée du sultan al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn qui se sont enfuis après la bataille de Homs contre les Mongols en 699/1299-1300 (Ibn Yahyâ, 1969: 78-79).

  • 24 Rawk désigne une sorte de relevé cadastral assorti de la redistribution des terres arables. Pour de (...)
  • 25 Les lettres patentes du sultan Qalâwûn et de ses deux successeurs (al-Ashraf Khalîl et al-Nâṣir Muḥ (...)
  • 26 Jund al-ḥalqa ou ajnâd al-ḥalqa constituaient un des trois principaux corps de l'armée mamelouke. I (...)

50L'organisation militaire adoptée par les sultans mamelouks à la fin du xiiie et au début du xive siècle, en particulier à partir du rawk qui a eu lieu en Syrie en 713/1313-1314 sur l'ordre du sultan al-Malik al-Nâsir Muhammad Ibn Qalâwûn pendant son troisième règne (1309-1340)24, fut l’occasion de préciser le grade des émirs du Gharb et les limites de leur iqtâ‛; désormais, dans les lettres envoyées aux émirs Buhtur, le titre honorifique al-amîr est suivi du grade militaire concerné25. Il faut noter toutefois que, bien que le titre honorifique al-amîr ait continué à être porté par tous les membres de la famille Buhtur qui l'ont hérité dès 1147, voire avant, seuls les émirs parmi eux désignés par le sultan mamelouk ou par le gouverneur de Damas pour bénéficier d’un iqtâ‛, ont reçu un grade militaire. Si les grades des émirs du Gharb ont été les plus bas dans la hiérarchie militaire mamelouke (émir de 20, 10 et de 5), c'est parce qu'ils n'ont pas été des émirs mamelouks appartenant à la classe militaire dominante ; ils ont été considérés comme des chefs locaux, ou aussi des ajnâd al-halqa,26 qui ont pour mission de protéger la côte entre Beyrouth et Sidon et qui, durant les périodes de guerre, peuvent fournir un certain nombre de combattants pour renforcer l'armée officielle mamelouke stationnée à Damas sous le commandement du nâ'ib.

Conclusion

51Sâlih Ibn Yahyâ, à la différence des chroniqueurs du xive et du xve siècle, a consacré son œuvre à écrire l'histoire de sa famille. Son récit n'est pas uniquement différent des chroniques arabes classiques, parce qu'il ne s'intéresse pas au récit des événements qui ont eu lieu durant le règne d'une dynastie régnante dans les grandes métropoles du monde musulman, ou parce qu'il ne présente pas la bibliographie et les faits des hauts personnages et fonctionnaires de l'État qui ont marqué l'histoire de leur époque, mais parce que son récit est fondé dans sa plus grande partie sur des documents conservés, non dans une chancellerie d'un souverain, mais chez les membres d'une famille, à peine connue en Orient. Il a dépouillé minutieusement des documents de provenance arabe, franque et mongole, tirant des conclusions chronologiques, historiques et topographiques, et là où il a remarqué que l'information pouvait entraîner le doute ou paraître déconcertante, il l'a soumise à une critique. L’ouvrage de Sâlih Ibn Yahyâ prouve l'existence d'archives familiales bien tenues pour la période allant du xiie jusqu'au xve siècle, exemple rare qui donne à l’œuvre une valeur exceptionnelle. Sâlih Ibn Yahyâ a apprécié les documents et a su les utiliser ; il a fait véritablement preuve d'esprit critique en suivant une méthode qui consiste à recueillir la tradition orale transmise par les membres de sa famille avant de la confronter aux documents écrits conservés dans les archives familiales. De plus, pour mieux analyser l'information, il a consulté les œuvres d'histoire connues du monde musulman médiéval qui se rapportent à l'époque concernée.

52Les sources arabes sont muettes sur la question du rôle des émirs du Gharb, mais les documents cités dans le texte d'Ibn Yahyâ ont permis de déduire que ces émirs ont occupé une place importante durant une période au moment où la scène syrienne a connu des événements qui ont bouleversé la situation à la suite du changement du rapport de forces entre les différentes puissances présentes en Syrie. Il est vrai qu'en se fondant sur des pièces d'archives, Sâlih Ibn Yahyâ a réussi à perpétuer l’œuvre de ses ancêtres, mais il a contribué également à écrire l'histoire d'un district de Syrie au temps des Croisés, des Ayyubides et des Mamelouks.

Haut de page

Bibliographie

Ayalon David, 1953, « Studies on the structure of Mamluk army », Bulletin of the School of Oriental and African Studies 15, p. 460-475.

— 1981, « From Ayyubids to Mamluks », Revue des Études Islamiques 49, p. 43-58.

Breton Jean-François, 2005, « La fortification des États latins. Le cas des places fortes de la mer », Histoire et images médiévales. États latins de Terre Sainte, Hors série 2, Paris, p. 30-36.

Cahen Claude, 1971, « iqtâ», Encyclopédie de l'islam, Leiden, E.J.Brill, III, p. 1115-1118.

Dozy Reinhart, 1967, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde-Paris, Éd. E.J.Brill/G.-P.Maisonneuve et Larose, Troisième édition, 2 tomes.

Ernst Hans, 1960, Die mamlukischen Sultansurkunden des Sinai-Klosters, Wiesbaden, XXXIX-353 p.

Farmer H.G., 2002, « tablkhâna », Encyclopédie de l'islam, Leiden, E.J.Brill, X, p. 36-39.

Favereau Marie, 2007, « Les conventions diplomatiques dans le monde musulman. L’umma en partage », Annales Islamologiques 41, Le Caire, Institut français d'archéologie orientale.

Heidemann Stefan, Müller Christian, Râgheb Yûsuf, 1997, « Un décret d'Al-Malik al-‛Âdil en 571/1176 relatif aux moines du mont Sinaï », Annales Islamologiques 31, Le Caire, Institut français d'archéologie orientale, p. 81-107.

Hitti Philip, 1957, Lebanon in history from the earliest times to the present, London, MacMillan, XIX, 548 p.

Holt Peter M., 1995, Early Mamluk diplomacy (1260-1290). Treaties of Baybars and Qalawun with Christian rulers, Leiden-New York, E.J.Brill, VIII, 161 p.

Humphreys Stephen R., 1977, From Saladin to the Mongols. The Ayyubids of Damascus. 1193-1260, Albany, State University of New York Press, VI, 504 p.

— 1977, « The emergence of the Mamluk army », Studia Islamica 45, p.67-99 et Studia Islamica 46, p. 147-182.

Ibn Manẓûr, 1990, Lisân al-‛Arab, Beyrouth, Dâr Sader, Première édition, XV volumes.

Ibn Yaḥyâ Sâlih, 1969, Târîkh Bayrût. Récits des anciens de la famille de Buhtur Bin Alî, émir du Gharb de Beyrouth, Texte établi par Francis Hours et Kamal Salibi, Beyrouth, Dar El-Machreq, 284 p.

Lammens Henri, 1921, La Syrie. Précis historique, I-II, Beyrouth, Imprimerie Catholique, 279 et 277 p.

« Les gestes des Chiprois », 1906, Recueil des Historiens des Croisades. Documents Arméniens, Paris, 1ère édition, Éd. Farnborough Gregg, Tome II, CCLXIV, 1038 p.

Poliak Abraham N., 1977, Feudalism in Egypt, Syria, Palestine, and the Lebanon 1250-1900, Deuxième édition, Philadelphia, Porcupine Press, VIII, 87 p.

Qalqashandî, 1987, Subh al-a‛shâ fî sinâ‛at al-inshâ, Annoté par Muhammad Husayn Shams al-Dîn, Beyrouth, Publications de Dâr al-kutub al-‛ilmiyya, XIV volumes.

Ragheb Yûsuf, 2002-2006, Actes de vente d'esclaves et d'animaux d'Égypte médiévale, I-II, Le Caire, Institut français d'archéologie orientale, XXV, 111 p. et VIII, 143 p.

Rey Emmanuel-Guillaume, 1869, Les familles d'Outre-Mer de Du Cange, Paris, Imprimerie impériale, 998 p.

— 1883, Les colonies franques en Syrie aux xiie et xiiie siècles, Paris, VI-IV, 537 p.

Salibi Kamal, 1961, « The Buhturids of the Gharb, medieval lords of Beirut and Southern Lebanon », Arabica 8, p. 75-97.

Sauvaget Jean, 1937-1938, « Corrections au texte imprimé de l'histoire de Beyrouth de Sâlih Ibn Yah », Bulletin d'Études Orientales de l'Institut Français de Damas VII-VIII, Damas, p. 65-82.

Stern Samuel Miklos, 1965, « Two Ayyûbid decrees from Sinaï », Documents from Islamic Chanceries, Oriental Studies III, Oxford, p. 9-38.

« Wilbrandus de Oldenberg », 1864, Peregrinatores medii aevi quatuor : Burchardus de Monte Sion, Ricoldus de Monte Crucis, Odiricus de Foro Julii, Willebrandus de Oldenburg, Leipzig, Éd. J.C.M. Laurent, 199 p.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à dire ma gratitude et à adresser mes remerciements à M. le professeur Stéphane Boissellier qui m’a aidé à mener à bien cet article. Sans ses précieux conseils, l’article n’aurait pu être si fructueux.

2 L'utilisation du mot « Syrie » dans l'article nécessite une définition. Par « Syrie », nous entendons un espace géographique que les Arabes appellaient Bilâd al-Shâm et qui englobe les États actuels : la Syrie, le Liban, Israël, la Palestine et la Jordanie.

3 Il y a bien d'autres papyrus et papiers que les documents de la Geniza (qui comprend aussi des parchemins) qui peuvent faire fonction d'archives pour « l'histoire musulmane médiévale ». Pour l'Égypte voir entre autres les travaux de Yûsuf Ragheb, 2002-2006. Notre étude ne concerne que les périodes à partir du xiie siècle.

4 Pour des informations sur les Banû Buḥtur, voir Lammens 1921, Hittit 1957, Salibi 1961.

5 Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris (Fonds arabe, n 1670). Il a attiré l'attention des éditeurs du Recueil des Historiens des Croisades publié par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. M. de Slane le signale et en cite même en arabe quelques lignes concernant le document franc livré aux émirs Buḥtur par le seigneur de Beyrouth en 1280. Cf. Recueil des Historiens des Croisades. Historiens Orientaux, 1872, Publié par les soins de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Imprimerie Nationale : XLVI-XLVII. Le père jésuite Louis Shaykho a été le premier qui a reconnu son intérêt et il l'a publié, d'abord dans la revue Al-Mashriq en 1898-1899, puis en un volume édité à Beyrouth par l'imprimerie catholique en 1902, suivi d'une seconde édition améliorée en 1927 (Shaykho Louis, 1927, Kitâb târîkh Bayrût wa akhbâr al-umarâ al-Buturiyyîn min banî al-Gharb li-Ṣâli Bin Ya, Beyrouth, Imprimerie Catholique). Le père Shaykho a fait des erreurs de lecture dans le texte de Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ. Jean Sauvaget (1937-1938) l'a remarqué et a fait des corrections. Pour cela, une autre édition a paru en 1969 publiée par Francis Hours et Kamal Salibi. Pour plus d'informations, voir la préface des deux éditeurs : Ibn Yaḥyâ 1969. C'est sur cette édition que je me suis fondé dans mon travail.

6 Il s'agit des revenus d'une concession foncière attribués par l'État musulman concerné, en l'échange de services, le plus souvent militaires. Pour des informations sur l'iqṭâṭ voir Cahen 1971.

7 La lettre patente (al-manshûr) est une lettre écrite par le sultan mais qui n'est pas scellée. Cf Ibn Manẓûr, 1990. C'est le document livré par le sultan concernant l’iqṭâṭ. Pour des informations sur les différents types de manshûr, Cf. Qalqashandî, 1987. D'après Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ, selon les coutumes de l'écriture aux xiie et xiiie siècles, dans le décret (al-marsûm) on mentionne le mois sans écrire la date, tandis que dans la lettre patente on indique le mois et l'année : «… wa kadhâ kânat al-marâsîm fī dhâlik al-waqt fa-yaqûl kutiba fî kadhâ wa kadhâ min al-shahr al-fulânî al-mubârak wa lam yudhkar sanatahu wa innamâ kânû yadhkurû al-sinîn fî al-manâshîr wa al-tawâqî…» (Ibn Yaḥyâ, 1969 : 61). Le kitâb désigne une lettre ou un document écrit. Le mithâl est un ordre écrit, une petite cédule qu'on donne à un soldat qui a obtenu un bénéfice militaire. Dozy 1967.

8 Dans son texte, Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ fait mention du mariage du « seigneur de Chypre » (ṣâḥib Qubrus), mais un peu plus loin, en parlant encore du même mariage, il donne au roi de Chypre son véritable titre « roi de Chypre » (malik Qubrus)(Ibn Yaḥyâ, 1969 : 62). Il s'agit probablement du mariage du roi de Chypre Hugues II, avec Isabelle, fille aînée de Jean II d'Ibelin, seigneur de Beyrouth (Barut). Ce mariage n'a pas été consommé car le roi Hugues II est mort le 5 décembre 1267 à l'âge de quatorze ans (cf. Rey 1869). Ce mariage avait des conséquences politiques qui préoccupaient le sultan Baybars. En 1269, un traité a été conclu entre Isabelle et Baybars. Sur ce sujet, voir Holt 1995.

9 Ṭablkhâna, littéralement est la « maison de la timbale », « maison du tambour » ou « maison de la musique militaire ». Un émir Ṭablkhâna est le prince qui a reçu du sultan le privilège de l'honneur d'avoir des grandes timbales (kûsât); c'étaient des émirs qui avaient sous leur commandement quarante, soixante-dix ou quatre-vingts cavaliers (Qalquashandî, 1987, IV : 15 ; Farmer, 2002).

10 C'est étrange de mentionner ces deux documents dans un ouvrage qui cherche à prouver la non-collaboration des émirs Buḥtur avec les Francs. Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ a voulu montrer que si ses ancêtres ont établi des relations avec les Francs, c'est pour défendre et protéger leurs régions au moment où les rapports de force varient et bouleversent la situation politique et militaire en Syrie.

11 Le château de Beyrouth (al-qalʿa) s'élève au bord de la mer à l'angle Nord-Est de la ville et il semble qu'il possède une double enceinte du côté de la ville, cf. Rey 1883. D'après les récentes fouilles archéologiques faites à Beyrouth, le château de la ville avait les dimensions suivantes : longueur 120 mètres ; largeur 50 mètres ; un donjon carré et un fossé large de 15 mètres, cf. Breton, 2005. Ce château a été considéré par un chroniqueur médiéval comme « .I. des beaus dou monde ». Cf. « Les gestes des Chiprois », 1906, Recueil des Historiens des Croisades. Documents Arméniens, Paris, Tome II: 701. Une description détaillée de ce château est donnée par Wilbrand de Oldenberg qui est passé à Beyrouth en 1212. Cf. « Wilbrandus de Oldenberg », 1864.

12 Dans les sources arabes, le nom Renaud s'écrit «Arnâṭ».

13 Pour des informations sur la taille des documents provenant des chancelleries ayyubides et mameloukes, Cf. Heidemann, Müller, Râgheb, 1997 ; Stern, 1965 ; Ernst, 1960.

14 «mâlik basîṭat al-arḍ Hûlâghû khân zîdat ʿaẓamatahu». Ce document a été recopié par Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ dans les moindres détails. Il précise que la marque (al-ʿalâma) est écrite en petit caractère, une ligne après la phrase vénérant et louant Dieu (al-basmala). D'autre part, le titre honorifique « mâlik basîṭat al-arḍ» attribué à Hûlâghû ressemble au titre « sulṭân al-basîṭat » que portent les sultans ayyubides et même dans les époques antérieures. Sur ce sujet, cf. Qalqashandî, 1987.

15 D'après Qalqashandî, selon les usages de chancellerie, le manshûr comprend toujours l'écriture du sultan, mais il est possible qu'il comprenne aussi l'écriture du représentant du sultan (al-nâ'ib al-kâfil) désigné par Qalqashandî comme le « second sultan » (… sulṭân mukhtaṣar, bal huwa al-sulṭân al-thânî). Cf. Qalqashandî, 1987.

16 Ce sultan écrit en haut du document le nom de son père (Ayyûb Ibn Muḥammad Ibn Abî Bakr Ayyûb) au dessous duquel figure la marque du sultan.

17 Il faut signaler que cette tradition n'est pas propre aux émirs Buḥtur, mais c'est le système dans le monde ayyubide et mamelouk, et même, plus largement, dans l’ensemble de la diplomatique arabe médiévale. Sur ce sujet, Cf. le dossier des Annales Islamologiques 41, sur les correspondances diplomatiques entre souverains musulmans (1258-1517), réuni par Marie Favreau.

18 Dans la notice biographique de l'émir Karâma, Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ a écrit le nom de l'émir précédé par le titre zahr al-dawlat ; il a ajouté en note que dans des documents plus anciens, le titre de cet émir était shams al-dawlat (le soleil de l'État de l'époque ou de la dynastie), mais on dit aussi que son titre était shams al-dîn (le soleil de la religion) : « wa wajadtu laqab al-madhkûr fî al-makâtîb al-qadîma shams al-dawlat wa qîl shams al-dîn » (Ibn Yaḥyâ, 1969: 42).

19 D'après Qalqashandî qui a fourni des informations sur les coutumes de la rédaction dans la chancellerie mamelouke au xive siècle, on peut remarquer que les titres et les expressions honorifiques, utilisés durant le xiie et le xiiie siècle pour honorer les émirs Buḥtur appréciés par le sultan, n'ont plus la même signification au temps des Mamelouks. La plupart de ces titres figurent dans les correspondances adressées aux militaires des rangs les plus bas de l'armée (aṣâghir arbâb al-suyûf) comme par exemple, les émirs de 20 (umarâ' al-ʿishrîn), de 10 (umarâ'al-ʿashrât) et de 5 (umarâ' al-khamsât).

20 Ibn Shîth a cité des expressions honorifiques similaires adressées par les sultans ayyubides aux émirs notables et aux proches du sultan : fakhr al-mulûk (la fierté des rois), ʿizz al-mulûk (la puissance des rois), jamâl al-mulûk (la beauté des rois), zayn al- mulûk (l'ornement des rois)… (Qalqashandî, 1987, VII : 19).

21 Cette conclusion correspond à celles données par les historiens Stephen R. Humphreys, 1977 et David Ayalon, 1953. Pour des informations sur l'iqṭâʿ en Syrie sous les Ayyubides (Humphrey, 1977).

22 Ce qui confirme cette hypothèse, c'est que parmi les expressions honorifiques adressées à l'émir Najm al-dîn Muḥammad, le sultan al-Malik al-Ṣâliḥ Najm al-dîn Ayyûb l'a désigné par zayn al-qabâ'il (l'ornement des tribus). Même des expressions semblables ont été utilisées durant le règne du sultan mamelouk Baybars attribuées aux deux émirs Jamâl al-dîn et Zayn al-dîn : «fakhray al- qabâ'il» (la fierté des tribus).

23 Le terme ṭawâshî est utilisé pour désigner les membres d'une formation militaire spéciale : dans ce contexte le ṭawâshî est équivalent à fâris (cavalier). Le terme ṭawâshî peut entraîner une confusion parce qu'il signifie également « eunuque ». Pour des informations sur les ṭawâshîya dans les systèmes militaires ayyubides et mamelouks (Ayalon, 1953 : 464-467, 471-473 et 1981 : 55).

24 Rawk désigne une sorte de relevé cadastral assorti de la redistribution des terres arables. Pour des informations sur le mot rawk, Cf. Halm, 1995 : 483 ; Poliak, 1977 : 23-25.

25 Les lettres patentes du sultan Qalâwûn et de ses deux successeurs (al-Ashraf Khalîl et al-Nâṣir Muḥammad) ne sont pas présentées en détail par Ṣâliḥ Ibn Yaḥyâ ; il ne fait non plus aucune mention des titres et des expressions honorifiques qui leur sont adressées. On remarque que, plus les événements sont récents, plus Ṣ âliḥ Ibn Yaḥyâ peut être tenté de les déformer ; du coup, la mention des grades des émirs est-elle fiable?

26 Jund al-ḥalqa ou ajnâd al-ḥalqa constituaient un des trois principaux corps de l'armée mamelouke. Ils étaient des cavaliers non-Mamelouks au service du sultan (Ayalon, 1953 : 263; Poliak, 1977: 2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Moukarzel, « La qualité bien rare de Sâlih Ibn Yah parmi les historiens orientaux au Moyen Âge: Écrire l'histoire des émirs Buhtur en utilisant les archives familiales », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6759

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page