Navigation – Plan du site
Lectures

Baduel Pierre Robert (dir.), 2009, La ville et l’urbain dans le monde arabe et en Europe. Acteurs, Organisations et Territoires, IRMC, Maisonneuve et Larose, 235 p.

Eric Verdeil

Texte intégral

1Cet ouvrage livre les actes de la neuvième rencontre doctorale organisée par l’IRMC à Hammamet en novembre 2007, sur le modèle du Cycle doctoral Contacts et échanges culturels animé par Robert Ilbert pendant une dizaine d’années à l’Université de Provence. Ces rencontres portent l’ambition d’un décloisonnement des connaissances disciplinaires et d’une circulation des savoirs et des méthodes entre les chercheurs des deux rives de la Méditerranée. Elles rassemblent des enseignants-chercheurs issus à parts égales d’institutions de recherche du Maghreb et de France (historiens, sociologues, urbanistes, géographes, politologues, juristes) de même que des étudiants venus de quatre pays de la rive sud et de quatre pays européens (même si les doctorants inscrits dans des établissements français se taillent la part du lion).

2Le volume regroupe les conférences données par les universitaires et les textes écrits de manière collective par trois équipes d’étudiants sur des questions transversales. Cet ensemble correspond donc à trois modalités de la formation à la recherche : la transmission d’un patrimoine de connaissances scientifiques sur les questions urbaines en général et, notamment, sur les pays du Maghreb ; la présentation d’approches renouvelées de la recherche urbaine d’un point de vue méthodologique ou thématique ; et l’appropriation de ces deux premières modalités par les jeunes chercheurs. L’ouvrage, sans livrer les résultats de travaux nouveaux sur le thème indiqué par son titre, offre une photographie de la recherche urbaine et permet de réfléchir à son évolution. Il s’inscrit dans une tension que P.-R. Baduel a plus d’une fois soulignée entre la constitution d’un savoir spécifique, relevant d’une aire culturelle (ici, le Maghreb) et la construction d’un savoir plus global, les études urbaines.

3L’intérêt principal de ce recueil vient du panorama global sur les tendances de la recherche urbaine sur les villes du Maghreb. Les interventions des cinq universitaires maghrébins, qu’ils exercent aujourd’hui dans des établissements d’enseignement supérieur en France ou au Maghreb ou, pour deux d’entre eux, à titre de consultants, constituent par leur vocation synthétique et leur juxtaposition dans ce livre un précieux outil pour les futurs chercheurs sur les villes de la région. Quatre de ces interventions abordent la ville dans sa dimension aménagiste, en confrontant pratiques habitantes et politiques publiques, et en soulignant les impasses et faux-semblants de ces dernières. Trois d’entre elles retracent à grands traits l’évolution des politiques urbaines en Tunisie (Morched Chabbi, à travers la question des professionnels) et en Algérie (Madani Safar Zitoun, Bouziane Semmoud et Ali Aït-Amirat). Le propos d’Abdelhamid Hénia, consacré à une lecture historique de l’évolution de la notabilité en Tunisie, trouve un écho dans les travaux contemporains de Aziz Iraki qui réfléchit à l’émergence d’une nouvelle élite politique locale dans les bidonvilles. Il est toutefois frappant d’observer que toutes ces contributions s’inscrivent dans la fidélité et la continuation à un travail de thèse qui a fait date et qui constitue par la suite un point de référence de ses travaux ultérieurs (par exemple, pour Safar Zitoun, la lecture des quinze dernières années de l’urbanisme algérois au travers de la matrice de l’appropriation d’Alger par les Algériens en 1962, caractérisée par le déploiement des réseaux communautaires et familiaux). Cela signifie aussi que ces recherches s’inscrivent essentiellement dans un cadre national (seul Chabbi effectue des incursions comparatives dans l’histoire des urbanistes des autres pays maghrébins). L’un des enjeux de telles sessions doctorales réside justement, au-delà de recherches individuelles de grande valeur régulièrement prolongées et mises à jour ainsi exposées, dans leurs confrontations et dans la construction d’un cadre transversal aux trois pays concernés et s’articulant à des discussions plus larges au sein des études urbaines. D’où l’utilité de ces écoles thématiques qui proposent, le temps d’une semaine de travail, ce décloisonnement.

4Certes, les deux communications de P.-R. Baduel (introduction et bibliographie commentée de la session) et de Jean-Pierre Frey qui ouvrent et ferment le ban de la parole professorale, s’efforcent de construire cet encastrement en articulant les tendances et courants de la recherche en études urbaines avec des analyses spécifiques aux terrains maghrébins. On recommandera particulièrement le propos de Jean-Pierre Frey qui propose, dans un style pétulant et iconoclaste, une vigoureuse critique de l’urbanisation, de l’urbanisme et de la recherche urbaine en France mais aussi au Maghreb, en souhaitant qu’on s’intéresse davantage aux pratiques des acteurs (professionnels, politiques ou habitants) plutôt qu’on ne prenne leurs discours d’autorité au pied de la lettre :

« Par exemple, dès lors que nous sommes convenus du fait qu’un plan d’urbanisme est plus l’étape d’une procédure et un support parmi d’autres à des négociations, il devient moins pertinent de le présenter pour ce qu’il esquisse des caractéristiques du terrain et des réalisations que d’en donne la véritable clef en explicitant à quels types de négociations, marchandages, divergences de vue, affrontement et décisions auquel il a, aura, ou sera susceptible de donner lieu » (p.174).

5Cette analyse complète fort bien les propos des collègues maghrébins, dont l’auteur accompagne les travaux de longue date. Pour autant, elle ne contribue pas complètement à fonder une perspective comparée.

6Les trois autres invités synthétisent des démarches de recherches récentes en histoire urbaine (Jean-Luc Pinol, sur la cartographie des données issues d’un traitement sériel des archives sur l’habitat parisien ; Alice Ingold, sur les enjeux de la couverture des canaux de Milan à l’époque du fascisme) et en sociologie (Sylvie Tissot, sur la construction de la catégorie de quartiers sensibles par le biais d’une réflexion sur la sociologie des professionnels de la politique de la Ville en France). On notera toutefois le point commun aux démarches d’Abdelhamid Hénia, d’Alice Ingold et de Sylvie Tissot que constitue la prise en compte de la construction sociale des catégories par les acteurs. D’autre part, si l’on revient sur l’enjeu de la construction d’un cadre d’analyse transnational, l’exposé d’Alice Ingold présente un exemple à méditer pour les études urbaines maghrébines. Elle y effectue une fort stimulante lecture croisée des enjeux et des modalités de l’historiographie urbaine en France et en Italie, qui lui permet de resituer les apports de son étude au regard de ces deux traditions.

7Dans quelle mesure les jeunes chercheurs réunis pour cette rencontre doctorale se sont-ils appropriés ces apports variés et dispersés ? Leurs interventions représentent le résultat d’une élaboration collective sur trois thèmes imposés : « La production de l’ordre social urbain », « La ville négociée » et « Ville représentée, ville pratiquée ». Observons que ces questions ne renvoient pas à la construction d’un cadre d’analyse maghrébo-centré mais au contraire, impliquent une perspective beaucoup plus large. Cela est logique étant donné qu’une partie des étudiants travaillent sur des terrains non-maghrébins et, constitue un défi mais aussi une force pour penser au-delà des spécificités du monde arabe. Les thèmes proposés sont décomposés analytiquement pour en dégager les concepts pertinents, qui sont ensuite mis en relation problématique, et déclinés en thèses nourries et illustrées d’observations et de faits empruntés aux recherches en cours. Naturellement, ces exercices réalisés dans un délai très court ont un caractère quelque peu scolaire mais leur vertu pédagogique, par l’interdisciplinarité et le décloisonnement culturel, ne fait aucun doute. On peut espérer en retrouver le résultat dans les thèses qui doivent être aujourd’hui, pour la plupart, soutenues ou en voie de l’être.

8Reste une dernière remarque. On sait que, dans les universités maghrébines, les bibliothèques sont dotées de peu de moyens et que par ailleurs, la diffusion du livre passe par des circuits complexes et que les prix destinés au marché français (20€ dans le cas présent) représentent un obstacle supplémentaire. Dans ce contexte, pour une meilleure diffusion des résultats de cette rencontre (et plus généralement, pour l’ensemble de ses publications en sciences sociales dont il demeure un des plus gros éditeurs dans la région) et pour leur appropriation en particulier par les (jeunes) chercheurs, l’IRMC n’aurait-il pas intérêt à les publier en ligne, comme le fait l’IFPO ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Baduel Pierre Robert (dir.), 2009, La ville et l’urbain dans le monde arabe et en Europe. Acteurs, Organisations et Territoires, IRMC, Maisonneuve et Larose, 235 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/6792

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page