Navigation – Plan du site
Lectures

Meier Daniel, Mariage et identité nationale au Liban. Les relations libano-palestiniennes dans le Liban de Taëf (1985-2005), Genève, Institut de hautes études internationales et du développement, Paris, Karthala, 2008,  216 p.

Elizabeth Picard

Texte intégral

1Voici un livre dense et intéressant, d’autant qu’il ne manque pas de poser des questions tant méthodologiques que de fond.

2Il s’agit de l’édition d’une thèse de sciences sociales soutenue à l’IUED de Genève en 2006, dont le projet  judicieux était de croiser une étude anthropologique de la mémoire et de l’expérience de couples mixtes libano-palestiniens depuis le premier afflux de réfugiés palestiniens au Liban en 1948-1949, avec une analyse macro-politique des relations des deux communautés nationales au Liban, en particulier après la guerre civile.

3L’objectif était d’apporter un éclairage nouveau, sociologique, sur la nature et l’état présent de la « nation » libanaise (dont l’existence est postulée, comme l’indique l’explication de la p. 88), sur lesquels les observateurs et les acteurs concernés s’interrogent à bon droit. Partant de l’observation que les Palestiniens, qui constituent environ 10% de la population du Liban, ont été exclus de la réconciliation nationale qui a suivi la guerre civile et désignés comme les principaux fauteurs de cette guerre, Daniel Meier fait l’hypothèse que la « redéfinition du fait national » s’est opérée en construisant une frontière entre un nous libanais et un autre palestinien, deux entités « dissemblable[s], opposé[es] ou antagoniste[s] » (p.11). Pour observer et analyser cette construction, il a procédé en deux temps. D’abord, en faisant une sociologie des couples mixtes, axée sur les questions identitaires ; ensuite, en étudiant les développements de la scène publique libanaise de 1989 à 2005 et en particulier l’élaboration juridique par l’État et les énonciations politiques des leaders sur le thème de l’identité nationale et de la distinction d’avec les Palestiniens - étrangers par excellence.

4La première partie travaille les dimensions subjectives des rapports libano-palestiniens étudiées à partir des dynamiques propres aux inter-mariages. Elle repose sur une enquête originale, menée au cours de séjours au Liban entre 2001 et 2006, auprès d’une « soixantaine » de couples (p. 18). En trois chapitres consacrés successivement à des portraits de couples avant et après la guerre civile de 1975-1989, à l’articulation entre leurs appartenances confessionnelles et leurs engagements militants, et aux modalités de l’intégration et de l’exclusion sociale des Palestiniens, cette première partie présente un foisonnement de cas divers, de citations des intéressés et de réflexions analytiques pénétrantes. Trois périodes se dégagent, qui montrent la variété des situations et l’inventivité des accommodements sociaux lorsqu’un couple choisit de s’unir et, ainsi, de franchir ou de déplacer la frontière identitaire (D. Klaus, 2003). Dans les années 1950, ce sont principalement les Palestiniens chrétiens qui ont été intégrés à la libanité par les maronites pratiquant une « exogamie sélective ». Les années militantes 1960-1975 et le début de la guerre civile ont vu la multiplication des mariages « engagés » où les deux conjoints se trouvent dans une logique de proximité politique. Ensuite, et jusque dans l’après-guerre, les unions mixtes se raréfient et sont plutôt le fait de musulmans partageant le même environnement misérable et les mêmes difficultés économiques. Signalons ici qu’il y aurait déjà eu matière, au moment de la publication de cet ouvrage, à traiter d’une quatrième période dans laquelle les migrations de travail et les militances islamistes effacent les frontières nationales pour se fondre dans une communauté indistincte et dans une attente eschatologique si bien que la Palestine et le Liban semblent avoir perdu leur centralité symbolique.  

5Dans le cours des chapitres, trois grandes variables sociologiques sont pointées et successivement présentées : l’appartenance confessionnelle, l’engagement politique et le niveau socio-économique. Même s’il n’y a rien là de novateur s’agissant du Liban, l’évocation de ces variables permet à l’auteur de montrer qu’elles déterminent des degrés dans la transgression de la norme sociale et des seuils de rupture au sein du couple ou entre le couple et son environnement familial (p. 80-7).

6La richesse des citations des interviewés, la finesse des intuitions et l’intelligence des analyses (par exemple p. 102-4 sur « l’intégration par exclusion ») font d’autant plus regretter les problèmes que pose la méthodologie de cet ouvrage. Le texte n’a pas été « nettoyé » de l’appareillage théorique lourd inhérent à une thèse universitaire qui doit exposer une démarche de sciences sociales. Cet appareillage n’a plus d’utilité dans le livre. Pourtant, dans l’introduction, parfois aussi dans le corps du texte, le lecteur ne se voit épargner ni des exposés sur le champ et l’habitus, ni des considérations sur l’emploi de la notion de configuration, qualifiée de « prisme théorique éliassien » (p. 159). De leur côté, nation et nationalisme font l’objet d’une demie page, forcément banale et donc superflue. Même chose dans le domaine anthropologique avec une courte synthèse sur le « mariage arabe », dont le caractère heuristique ne convainc guère.

7En revanche, il manque dans ce livre l’exposition des conditions de l’enquête et une présentation argumentée de l’échantillon retenu. Du coup, le lecteur éprouve de réelles difficultés à repérer les variables chronologiques, spatiales, socio-économiques et confessionnelles. Ces variables sont présentées de façon parcellaire et juxtaposées plutôt que combinées – peut-être parce que l’enquête a manqué de l’épaisseur et de la durée qui donnaient du sens à celles que R. Sayegh et J. Peteet ont menées auprès des Palestiniens du Liban durant plusieurs décennies. L’auteur cite parfois un enfant du couple mixte et non le couple lui-même, parfois un seul des membres du couple. L’information sur la variable genre est plusieurs fois absente si bien que le lecteur ne peut démêler qui de l’homme ou de la femme est libanais, et qui palestinien (cas d’Ahmad, cas de Zahi, p. 66) alors que la question est loin d’être neutre, s’agissant d’un mariage inter-religieux en particulier (on ne comprend pas comment Samira, p. 68, s’est mariée). Le tableau se brouille davantage lorsqu’on en vient au mariage inter-communautaire puisque, sur les hiérarchies Libanais/Palestinien et homme/femme, viennent se greffer des différences de compatibilité juridique : un mariage sunnito-chiite est légal aux yeux des deux communautés ; un mariage sunnito-druze ne l’est pas pour les Druzes, comme l’a rappelé Anne-Françoise Weber dans son excellente thèse.

8L’effet de ces informations et notations fragmentées est pourtant de sensibiliser le lecteur au caractère subjectif de la frontière identitaire libano-palestinienne. Mobile, poreuse, comme le rappelle le bref passage consacré aux tribulations des habitants des « Sept Villages » qui ont fui du sud de la frontière libano-israélienne (p. 95), en quoi peut-elle contribuer à cerner, et même à consolider, une identité collective libanaise dans le Liban d’après la guerre civile?

9Pour répondre à cette question, la seconde partie se place au niveau politique et étatique. Un premier chapitre (ch. IV p. 113-32) est consacré aux mutations de la citoyenneté libanaise et du statut des réfugiés palestiniens. Forcément synthétique, il est assez complet et éclairant. Il aurait peut-être été souhaitable de le faire figurer avant les présentations des cas de mariage de la partie 1 car il aurait permis de comprendre dans quelles contraintes juridiques ceux-ci prenaient place. Le second chapitre traite de l’éventail des discours politiques libanais sur la présence palestinienne, des nationalisations massives (plusieurs centaines de milliers de personnes dont plusieurs dizaines pour les seuls Palestiniens) de 1994 et de la question du tawtîn (l’implantation définitive voire l’intégration citoyenne des Palestiniens au Liban, à laquelle travaillent de grands acteurs internationaux). Sur ces thèmes, la thèse de Acil Ghandour est bien exploitée mais malheureusement pas celle, plus récente, de Thibaut Jaulin. De plus, il aurait été nécessaire d’inscrire ces représentations mentales et affectives dans l’histoire du Bilâd al-Shâm ottoman dont les populations se souviennent comme d’un espace-temps ouvert, tissé de circulations et de mobilités et constitutif de pratiques et de valeurs partagées à forte prégnance ; et en particulier, de donner à voir des familles de notables fièrement porteuses de leur double ascendance libano-palestinienne.

10Le troisième chapitre (VI) relit l’histoire des relations libano-palestiniennes depuis 1948 en regard de témoignages de couples mixtes dont on comprend la sujétion à des enjeux politiques surplombants. Comme la conclusion et la post-face, ce chapitre consiste principalement en une synthèse de l’histoire récente du Liban, surtout depuis les accords de Taëf qui ont mis fin à la guerre civile. L’accent est mis sur le verrouillage de la vie politique libanaise par le pouvoir syrien et sur l’exutoire qu’ont constitué dès lors pour la classe politique la criminalisation et le rejet quasi-unanimes des Palestiniens. La responsabilité syrienne dans la mise en échec de la souveraineté libanaise et, partant, de la construction nationale, est lourdement dénoncée même si, à plusieurs reprises, Daniel Meier montre que l’invasion de 1982 et l’occupation israéliennes ainsi que les encouragements prodigués par Jérusalem à Bachir puis à Amin Gemayel (élus successivement présidents de la République cet été là) ont été déterminants pour rejeter les réfugiés palestiniens au Liban hors de la légalité voire de l’humanité locale.

11Que nous apprend l’observation des mariages mixtes sur l’état de l’identité collective libanaise ? Le long titre de l’ouvrage suggère qu’il y a là deux objets sociologiques difficiles à articuler. La mise en regard de la micro-sociologie dans la première partie et de l’histoire des relations libano-palestiniennes dans la deuxième partie permet à Daniel Meier d’apporter sa contribution à la connaissance des Palestiniens au Liban. Mais, par delà quelques rappels légitimes de la segmentation confessionnelle et de l’opportunisme des dirigeants, elle ne lève pas les interrogations sur l’« identité nationale » au Liban.

Haut de page

Bibliographie

Ghandour Acil, 2003, Al-Tawteen : A Study of the Lebanese-Palestinian Problematic Relations, MA non publié, American University of Beirut.

Jaulin Thibaut, 2009, L’Etat libanais et sa diaspora. Enjeux confessionnels, usages politiques et dynamiques économiques, Thèse de doctorat de science politique non publiée, Université Paul Cézanne, Aix-en-Provence.

Klaus Dorothee, 2003, Palestinian Refugees in Lebanon: Where to Belong ? Berlin, Klaus Schwarz Verlag.

Peteet Julie, 2002, « The Dilemma of the Palestinians in Lebanon », in K. Ellis (dir.), Lebanon’s Second Republic: Prospects for the Twenty-First Century, Gainesville, University of Florida Press, p. 78-90.

Sayegh Rosemary, 1994, Too Many Enemies: The Palestinian Experience in Lebanon, Londres, Zed Book.

Weber Anne-Françoise, 2007, Le cèdre islamo-chrétien, des Libanais à la recherche de l’unité nationale, Baden-Baden, Nomos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Meier Daniel, Mariage et identité nationale au Liban. Les relations libano-palestiniennes dans le Liban de Taëf (1985-2005), Genève, Institut de hautes études internationales et du développement, Paris, Karthala, 2008,  216 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6796

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page