Navigation – Plan du site
Lectures

Pouillon François, avec la collaboration d’Alain Messaoudi, Dietrich Rauschenberger et Oumelbanine Zhiri, Léon l’Africain, Collection « Terres et gens d’islam », IISMM-Karthala, Paris, 2009.

Gabriel Martinez-Gros

Texte intégral

1Ce livre publie, pour l’essentiel, les travaux d’un colloque tenu à l’IISMM/EHESS en mai 2003, en en reprenant les communications les plus substantielles ou les plus originales, au terme d’un long processus d’amendement et d’approfondissement des textes dont il faut créditer l’exigence intellectuelle des éditeurs, François Pouillon et ses compagnons. L’objet de l’ouvrage est, en effet, de ces créatures incertaines dont il convient, quand on l’aborde, de préciser le mieux possible les contours. Est-ce un texte – la Description de l’Afrique, ou plutôt le Libro della Cosmographia et geographia de Affrica, selon le titre du manuscrit de 1526, ou encore le Primo volume e terza editione delle Navigationi et viaggi (…) nel quale si contengono la descrittione dell’ Affrica, publié par Giovanni Battista Ramusio en 1563 à Venise ? Ou bien serait-ce un homme, Jean Léon l’Africain, ou Hasan al-Wazzân, dont on pense qu’il serait né entre 1488 et 1495, à Grenade, que sa famille aurait quitté peu avant, ou peu après, la conquête de la ville par les Rois Catholiques en 1492, pour le royaume de Fès voisin. Probablement proche, par ses liens familiaux, de la dynastie wattasside qui régnait alors sur le nord du Maroc, Hasan l’aurait servi en qualité d’ambassadeur auprès des Saadiens en plein essor dans le sud du Maroc, puis auprès des Ottomans triomphants au Caire. C’est au retour de cette mission qu’en 1518 – il a entre 25 et 30 ans –, Hasan est capturé par un corsaire chrétien. Ramené à Rome, il se convertit au christianisme en 1520 sous le nom de Jean-Léon – le pape Léon X lui-même est, en effet, son parrain. C’est pour ce pape que Jean-Léon écrit en italien, en latin, voire en arabe, avec l’aide probable, pour les deux premières langues, d’auxiliaires maronites et italiens, cette description de l’Afrique maghrébine et subsaharienne qui fera sa gloire. D’autres fragments, sur le droit musulman ou la grammaire arabe, probablement moins originaux, n’ont pas survécu. Léon quitte Rome après le sac de la ville par les forces de Charles-Quint en 1527. Selon certaines sources, il aurait regagné le monde musulman, peut-être à Tunis, et retrouvé sa religion première. Il disparaît vers 1534 ou 1535.

2Dans son introduction, François Pouillon après avoir souligné les incertitudes qui touchent à la vie comme à l’œuvre, avertit que ce livre porte moins sur Léon et son texte que sur les lectures qu’on en a données. À vrai dire, ajoute-t-il, c’est probablement la seule étude qu’on puisse en faire, s’il est vrai qu’un texte et une vie telle qu’on la raconte sont un « jeu de signes intelligibles entre un auteur et ses publics ». Il n’est pas de vie ni de texte sans lecteurs, hors de leurs lecteurs – Internet, nous rappelle Cristel de Rouvray, réduit chaque jour Léon à des fragments toujours plus énigmatiques et toujours mieux diffusés.

3La douzaine d’autres communications de l’ouvrage s’attachent donc aux trois orientations qui ont fini par commander, peu ou prou, toutes les lectures de Léon : d’abord, que nous apprend-il sur le Maghreb et l’Afrique subsaharienne de son temps – ce que lui demandaient ses interlocuteurs européens du début du xvie siècle, et ce qu’on continue à lui demander dans tous les ouvrages sur le Maroc ou l’Afrique du xve siècle, si pauvres en sources. Puis, s’est-il réellement, sincèrement converti au christianisme, ou est-il revenu à l’islam ? Question dominante au sud de la Méditerranée en particulier, où l’apostasie d’un musulman sonne souvent comme inacceptable. Léon a mauvaise réputation au Maghreb – et il n’est visiblement accepté par certains en Occident, si on comprend bien le propos de Nathalie Z. Davis, qu’à condition de ne pas « trahir les siens » musulmans. Enfin, troisième question, plus subtile, même si elle résonne avec la deuxième : le texte de Léon relève-t-il plutôt d’une culture islamique ou d’une culture européenne – Léon ne fut-il qu’un informateur dont ses interlocuteurs européens auraient repris la matière dans une grille de lecture humaniste et renaissante ? Ou retrouve-t-on chez lui l’essentiel de la géographie arabe médiévale ? Quand il parle des musulmans, adopte-t-il le point de vue de l’Europe ou celui de sa culture d’origine ? Pense-t-il, en décrivant ses anciens coreligionnaires, « eux » ou « nous »?

4Parmi les communications qui s’attachent à la première question, on rangera celle de Bernard Rosenberger, qui présente un tableau aussi complet qu’il peut l’être de la situation du Maroc au tournant du xvie siècle, et formule des hypothèses vraisemblables sur les missions dont Hasan al-Wazzân fut investi par le souverain wattasside. Daniel Nordman rend à son contexte positiviste et impérial le remarquable DES que Louis Massignon, âgé de 23 ans, consacra à l’œuvre de Léon – le Gaffiot de Léon l’Africain dit joliment l’auteur, où on retrouve, comme dans un dictionnaire, tous les termes de la Description, mais dans un ordre sans rapport avec celui du texte. Dominique Casajus prend à témoin Léon, qui ignore le nom de « Touareg », pour écarter les thèses contemporaines d’une identité touarègue éternelle.

5Léon fut-il musulman ou décidément « apostat » ? Nathalie Z. Davis, dans la curieuse histoire virtuelle qu’elle pratique souvent (Léon aurait dû …, il aurait pu…) en est sûre : au fond de son cœur, il était resté musulman, et il aurait pu signer Yuhanna al-Asad (Jean Léon, Jean Lion) – mais il ne l’a jamais fait, réplique Dietrich Rauchenberger. Plus distancié, Alain Roussillon analyse la lecture de la Description d’un réformiste marocain des années 1930, Mohammed Mehdi al-Hajoui, issu des milieux du Makhzen favorables à une présence française qu’ils contribuent à administrer. Et pourtant, ce texte empreint d’un nationalisme ardent et d’une profonde méfiance, voire d’un mépris ouvert vis-à-vis de l’Occident, souligne la fragilité des bases de l’alliance tactique que la colonisation avait établie avec un Islam supposé conservateur. Ahmed Boucharb, décrivant d’après Léon la conquête européenne des littoraux maghrébins, s’étonne de la minceur de l’indignation que cette agression militaire suscite chez l’auteur, mais il n’en juge pas moins que le texte de Léon est le meilleur de ceux dont nous disposons pour écrire cette histoire. Oumelbanine Zhiri note enfin que le mépris de Léon pour certains peuples ou tribus du Maroc est sans doute davantage inspiré par les vues hautaines d’un lettré andalou ou fâsî que par les convictions chrétiennes de l’auteur.

6Avec ce dernier jugement, nous abordons la troisième question, qui porte sur le texte plus que sur l’auteur, sur l’héritage islamique du lettré plus que sur la foi musulmane – ou chrétienne – de l’homme. Pour Bertrand Hirsch et François-Xavier Fauvelle, la géographie de l’Afrique subsaharienne de Léon est toute entière inspirée d’Idrissi ou de Bakri, à cela près, cependant, qu’elle ne confond plus le Niger et le Nil. Mais elle ignore la circumnavigation portugaise de l’Afrique et ce que les débuts de la conversion du Congo au christianisme ont fourni à l’Europe d’informations sur l’Afrique centrale. De même, Federico Cresti constate que les ruines ou les noms antiques du Maghreb sont saisis à travers la tradition arabe – y compris la coutume, maintenue sous l’islam, de célébrer la Saint-Jean, ou de donner aux mois leurs noms latins. Fernando Rodriguez Mediano montre précisément ce qui sépare un humaniste et soldat espagnol pourtant réputé bon connaisseur du monde islamique, dans lequel il a vécu plus de vingt ans, de la culture arabe classique d’un Léon. À la différence de Léon, dont il se sert pour sa propre description du Maghreb, Luis de Marmol y Carvajal ne sait pas l’arabe littéral – et recourt à d’autres modèles, en particulier le Portugais Joao de Barros. Mais, pour mieux se constituer en connaisseur de l’Islam, il tait ses sources européennes et survalorise les islamiques – dont Léon. Jocelyne Dakhlia, à propos des femmes et de l’adultère dans le texte de Léon, récapitule toutes les interrogations. L’indignation ou l’amusement de l’auteur, et du lecteur, sont-elles islamiques ou européennes, musulmanes ou maghrébines – les femmes du Caire sont tout particulièrement fustigées-, d’un lettré romain ou d’un lettré andalou ? Frank Lestringant relève les références à Léon chez le pasteur Léry, auteur renommé dans la deuxième moitié du xvie siècle sur les Indiens du Brésil. Au contraire de Léon peut-être, de la géographie arabe des merveilles en tous cas, Léry ne connaît ni n’imagine de peuple monstrueux. Mais il retrouve le lettré et le fâsî Léon (ou Hasan) dans la division entre peuples sauvages, sans foi ni Loi, d’Amérique ou d’Afrique, et peuples policés d’Europe ou du Maghreb urbain, où la tenue modeste des femmes et l’interdiction de la danse – Léry est calviniste – lui agréent.

7Enfin Dietrich Rauchenberger, dans un article qui ne se limite pas, comme son titre semble l’indiquer, aux cérémonies du mariage à Fès, passe en revue les manuscrits et traductions de Léon, et met en cause la recherche acharnée, et sans doute stérile, de l’authenticité de Léon : recherche de l’homme et du croyant « véritable », recherche du manuscrit « originel » que nul n’a encore trouvé, ni sans doute ne trouvera. Car le manuscrit de 1526, le plus ancien connu, est probablement la dictée de Léon à un scribe italien (ou maronite) assez mal informé, comme en témoignent ses fautes de transcription, de la géographie, de la toponymie maghrébines, ou encore de la prononciation maghrébine de l’arabe. Le même Dietrich Rauchenberger achève l’ouvrage par une note alléchante sur un tableau de Sabastiano del Piombo – reproduit en couverture – dont il pense qu’il pourrait représenter Léon en humaniste, mais un humaniste dont la barbe étrangement taillée en particulier dénoncerait les origines juives ou musulmanes.

8Ce livre, qui élimine quelques réponses trop simples et pose de nouvelles questions lucides, marquera durablement les études consacrées à Léon l’Africain, que les débats post-coloniaux contemporains devraient multiplier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Martinez-Gros, « Pouillon François, avec la collaboration d’Alain Messaoudi, Dietrich Rauschenberger et Oumelbanine Zhiri, Léon l’Africain, Collection « Terres et gens d’islam », IISMM-Karthala, Paris, 2009. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6797

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page