Navigation – Plan du site
Lectures

Pouillon François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM-Karthala, 2008, 1007 p.

François Siino

Texte intégral

1Les orientalistes – plus précisément, les orientalistes de langue française - méritaient-ils un dictionnaire ?

2De l’aveu même de Lucette Valensi dans les quelques pages d’avant-propos à l’ouvrage, une telle entreprise peut sembler à bien des égards paradoxale. Dénoncé avec force depuis plusieurs décennies pour ses liens avérés avec l’entreprise coloniale, l’orientalisme en tant que discipline n’a t-il pas reçu le coup de grâce porté par l’ouvrage retentissant publié par Edward Saïd en 1978 (Orientalism, Vintage Books) ? N’est-il pas devenu depuis lors une appellation aux connotations désobligeantes, voire insultantes dont plus aucun universitaire ou intellectuel n’oserait aujourd’hui se réclamer ? Parachever l’œuvre de dénonciation en classant par ordre alphabétique les vilenies supposées de savants, présumés complices de plusieurs siècles de dénaturation du regard et de domination politique, ne reviendrait-il pas à tirer sur une ambulance ? À l’inverse, le choix de ne s’attacher qu’à la seule tradition orientaliste française et francophone, excluant, entre autres, les écoles surgies au lendemain des indépendances dans les pays anciennement colonisés, ne pourrait-il pas susciter le soupçon d’une entreprise nostalgique de réhabilitation ?

3Comme le prouvent leurs propos introductifs, les architectes de l’ouvrage (dont l’initiative revient à Jean Ferreux, soutenu par la contribution scientifique de Lucette Valensi), et au premier chef François Pouillon qui en a mené la réalisation à son terme, n’ont pas manqué de se poser ces questions. Et l’on peut douter que l’entreprise serait allé au bout des cinq ans qui ont été nécessaires à sa réalisation si tels avaient été les buts qui l’inspiraient. On peut tout autant douter que les quelques deux cent spécialistes qui ont rédigé le millier de notices qui constituent l’ouvrage auraient accepté de cautionner l’une comme l’autre de ces options.

4Une telle somme aurait peut-être été plus difficile à entreprendre il y a une trentaine d’années, au moment où Edward Saïd venait de rappeler de façon magistrale et salutaire que l’on ne saurait dissocier le contenu de savoirs donnés des conditions socio-historiques de leur production ; et qu’en l’occurrence, une majeure partie de la production « orientaliste » relevait bien d’une forme de violence symbolique qui avait accompagné la violence politique de l’impérialisme occidental. Mais à ne plus considérer l’immense quantité de données de toutes sortes produites par le regard sur l’« Orient » qu’à travers le prisme du « moment colonial », la thèse risquait de verser dans une forme simplification chronocentriste : tout ce qui précédait la mainmise impérialiste n’aurait été qu’élaboration de savoirs nécessaires à une future colonisation, tout ce qui suivait ne serait que séquelles d’un regard définitivement marqué par les préjugés et le sentiment de supériorité d’une civilisation sur les autres.

5Quelques décennies après Saïd, la polémique née à l’époque s’est apaisée. De nouvelles générations de chercheurs sont arrivées à maturité et, de concert avec leurs aînés, semblent pouvoir contribuer à clarifier le tableau. C’est le principal mérite de ce dictionnaire que de fournir une vision plus large, plus complexe et donc davantage mesurée de ce qu’a pu être en réalité cet intérêt pour un Orient, aussi vaste que mal défini.

6Tout d’abord, en restituant la profondeur historique du phénomène ; quoique centré sur une période qui s’étend du xviiie au xxie siècle, le dictionnaire s’autorise à remonter bien avant, jusqu’à la Renaissance, pour identifier ceux qui ont été les premiers à ramener récits et traductions, cartes et objets, points de départ d’une curiosité qui ne se démentira pas pendant les siècles suivants. Le soutien que ces premiers « explorateurs » trouvaient parfois auprès des États européens avait sans doute des raisons politiques, mais celles-ci, comme le rappelle Lucette Valensi, étaient avant tout intra européennes et ne visaient guère alors la conquête ou la domination de contrées lointaines.

7Le second élément qui constitue un apport majeur est le parti pris de ne pas limiter le choix des biographies aux seules personnalités académiques et scientifiques. Edward Saïd avait déjà considérablement élargi la définition de l’orientalisme en y incorporant la littérature (sa propre discipline). Le dictionnaire va plus loin puisqu’il fait également entrer dans son périmètre la musique, les arts plastiques, la photographie, le cinéma, la bande dessinée, et ce sur des aires géographiques s’étendant depuis le Maroc jusqu’au Japon.

8Loin de se limiter aux sommités des disciplines et aux institutions consacrées, il sonde également l’épaisseur sociologique de la nébuleuse orientaliste ; il fait en effet une large place aux « obscurs », à ceux qui, de diverses façons, ont fourni un apport décisif à la construction des savoirs et des collections : voyageurs, missionnaires, collaborateurs indigènes de savants étrangers, diplomates, militaires, guides, collectionneurs... ; il donne aussi visibilité à « la foule innombrable, hétérogène, de ceux qui popularisaient le savoir auprès du public le plus large », et qui par là même « contribuaient à susciter des vocations et des élans, à arracher des financements, à populariser des résultats » (Pouillon, xvii).

9Le paysage de l’orientalisme s’en trouve étonnamment modifié, complexifié et nuancé. Par sa forme même, le dictionnaire juxtapose et met sur pied d’égalité formelle, au gré de la succession alphabétique, des trajectoires que séparent à la fois le temps, l’espace et les orientations idéologiques. Ainsi le dessinateur Hergé à qui on a pu reprocher de populariser une imagerie ouvertement colonialiste dans les premières aventures de Tintin – incarnation de l’homme blanc rationnel face aux « sauvages » – côtoie t-il le très sérieux Barthélémi d’Herbelot (1625-1695), auteur d’une fameuse Bibliothèque orientale, première « somme de connaissances de première main sur l’Orient arabo-musulman » (p. 489). De même, Jean Servier, souvent cité pour illustrer « le mélange des genres entre ethnologie et colonisation » (p. 889) à des fins de contrôle de la population locale en Algérie, précède t-il Michel Seurat, chercheur partisan d’une sociologie compréhensive, artisan d’une relecture d’Ibn Khaldoun appliquée à l’analyse critique des sociétés proche-orientales.

10Ainsi, au fil de ce millier de notices, le foisonnement de trajectoires individuelles a pour effet de troubler les frontières entre les catégories apparemment les mieux établies : certes les orientalistes au service de divers pouvoirs ne manquent pas, mais ils trouvent parfois un renfort inattendu chez les « agents indigènes ». Et l’on trouve à toutes les époques et des deux côtés, des esprits libres, mus pas une curiosité désintéressée, parfois en opposition ouverte avec les pouvoirs.

11Cette complexité se lit aussi dans la difficulté de classer des individus d’époques différentes dans des catégories qui fassent sens aujourd’hui, alors que l’orientalisme s’est depuis plusieurs décennies « introduit et dissous dans les diverses disciplines, de plus en plus spécialisées, qui relèvent tant des sciences humaines que des études littéraires » (Valensi, xiii). Classement d’autant plus malaisé que les frontières entre les différents statuts sont poreuses et que les individus les franchissent au cours d’une même vie : tel consul se faisant « archéologue et trafiquant d’antiquités », tel missionnaire délaissant la polémique antimusulmane pour devenir un savant comparatiste, tel administrateur colonial que le contact avec le terrain transformera en chercheur reconnu... Plutôt qu’une troupe organisée marchant sous la bannière des pouvoirs, les « orientalistes » forment ainsi, selon les mots de F. Pouillon « un corps bigarré, peu respectueux des disciplines » guidé par « des passions diverses et des intérêts qui n’étaient pas toujours ceux de la puissance protectrice » (p.xviii).

12En restituant cette image détaillée et contrastée, le dictionnaire contribue à créer, après un certain nombre de travaux publiés ces dernières années, les conditions d’un recul critique nécessaire pour revisiter l’immense masse de documents, d’objets et de savoirs accumulés par ce regard sur l’Orient.

13Notons qu’au-delà du millier d’entrées biographiques rassemblées dans ce lourd volume, l’entreprise collective se poursuit sous la forme d’un site web qui complète l’ouvrage – le corrige sur certains points –, par des ajouts bibliographiques et de nouvelles notices. Il s’agit là d’une excellente démonstration des complémentarités intelligentes qui peuvent exister entre l’édition papier et électronique ; le site se veut également le lieu d'élaboration d'une nouvelle édition du dictionnaire, ainsi qu'un espace de mobilisation pour un colloque « L'orientalisme, et après ? Médiations, appropriations, contestations » prévu à l'EHESS pour juin 2011 (http://dictionnairedesorientalistes.ehess.fr ).

14Enfin, puisque cette recension paraît dans une revue citée – à juste titre – dans le dictionnaire, il convient de corriger une erreur, ou plutôt une contradiction, et de donner raison à la page 823 contre la page 591 : la Remmm (ou sous sa première forme, la Romm) est bien l’héritière de la Revue de la Méditerranée fondée à l’Université d’Alger par Jean Alazard, et non de la Revue Africaine, restée sans descendance après 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Siino, « Pouillon François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM-Karthala, 2008, 1007 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 02 septembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6798

Haut de page

Auteur

François Siino

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page