Navigation – Plan du site
Lectures

Droz-Vincent Philippe, Le Moyen-Orient, Paris, Le Cavalier Bleu, coll. « idées reçues », 2009, 128 p.

Daniel Meier

Texte intégral

1Comment parler du Moyen-Orient en 128 pages, format « Que sais-je » ? Que faire pour rendre compte de façon intéressante et pédagogique d’une région pareillement couverte de préjugés en un minimum de mots ? C’est par le biais de la collection « Les idées reçues » que Philippe Droz-Vincent, chercheur confirmé et auteur d’ouvrages pointus sur la région, a décidé de se lancer dans pareil défi. Force est de constater qu’un tel angle d’attaque – aborder cette région par le biais des idées reçues qui existent à son sujet – est à la fois heuristique et exigeant : heuristique pour les lecteurs qui n’abordent que rarement le Moyen-Orient à partir des idées préconçues qui circulent à son sujet et exigeant pour l’auteur qui doit faire preuve d’un mélange de concision, précision et clarté.

2Dans ce petit ouvrage, seize idées reçues se distribuent sur quatre axes thématiques : l’histoire, les systèmes politiques, économies & sociétés et enfin les interférences extérieures. Le tout est précédé de dates clés et d’une définition qui problématise en peu de mot l’essentiel du propos. Car la définition même de Moyen-Orient est en soi une idée reçue : elle traduit, dit Philippe Droz-Vincent, le regard que l’Occident portait au début du xxe siècle sur une région dominée par l’Empire ottoman et convoitée par des grandes puissances européennes rivales. Si « le point de vue crée l’objet », selon la jolie formule de Saussure, l’application de cette assertion trouve ici une illustration empirique éclatante : lorsque le capitaine de marine Mahan, inventeur du terme, désignait en 1902 par Middle East la région qui s’étend entre l’Inde et l’Arabie, Churchill lui y incluait la Perse et l’Irak. Plus tard au xxe siècle, à la faveur de leur montée en puissance, les États-Unis y ont ajouté le Levant et l’Afrique du Nord de façon à concevoir une entité homologue au Far East. La contingence historique du terme est ainsi clairement établie, son rapport aux puissances extérieures aussi.

3Bâtissant son ouvrage contre une acception culturaliste assez prédominante dans le monde anglo-saxon, l’auteur s’efforce d’historiciser l’entité géographique étudiée en y réinstallant les peuples et les religions, en rappelant aussi que cette « terre d’Empires » a porté Sumériens, Akkadiens, Babyloniens, pour n’en retenir que les principaux, avant de voir les Omeyyades, les Abbassides puis les Ottomans se succéder jusqu’à la formation des États modernes. Retissant ce que les fragmentations locales, communautaires ou tribales tendent à concevoir comme espace d’incohérence, l’auteur démonte d’abord la vision de l’éclatement culturel de la région avant de s’attarder sur la vision orientaliste, celle des Mille et Unes Nuits, ou la cruauté voisine avec le despotisme. Il y montre aussi les effets que l’Occident a eut sur l’Orient, loin d’y ratifier l’idée de deux mondes séparés se divisant en observateurs et observés. Au contraire, il est plutôt question de la trajectoire à la fois intellectuelle et politique d’une région qui éprouve la force des puissances coloniales. Mais, à l’exception de la Palestine, elle s’en affranchi pour forger, dans des luttes nationales, des projets politiques propres au risque de fragmenter des rapports sociaux (communautaires, économiques, familiaux) transfrontaliers. Ainsi, loin d’être le simple produit de « l’impérialisme occidental » les États du Moyen-Orient possèdent un socle à la fois sociétale, historique et une trajectoire politique propre. Philippe Droz-Vincent clôt cette première partie par un important chapitre sur religion/politique, deux notions qui paraissent inexorablement liées dans cette région du monde. Il y montre combien, en suivant le mouvement de l’histoire et la modernisation de l’Empire ottoman, le religieux a été mis à distance par le politique. Il différencie aussi la sécularisation de l’État de celle des sociétés, faisant remarquer que l’éducation ou les pratiques sociales s’inscrivent, parfois sous l’impulsion de l’État, en rupture avec les normes religieuses.

4La partie portant sur les systèmes politiques autoritaires lui permet de prendre le contrepied d’une vision monolithique de la région s’énonçant en terme de totalitarisme, d’absence de démocratie, de quête d’unité et d’opposition systématique à Israël. Patiemment, Philippe Droz-Vincent passe en revue les pays de la région en montrant d’abord que la présence de régimes autoritaire n’a rien de « naturel », ni n’est le seul horizon déjà éprouvé par divers États par le passé. Pareillement, il expose avec une brillante économie de mots l’inanité de penser la région comme « culturellement » éloignée de la démocratie. Au contraire, en restituant les faits historiques et leur engendrement dans des causalités plus vastes (jeu de Grandes Puissances, intervention américaine, Guerre Froide), il explicite l’effet des trajectoires et la place problématique qu’Israël a prit dans cette région par l’usurpation du droit des Palestiniens à disposer d’une terre. On soulignera ici l’intérêt de deux encarts, l’un centré sur l’Iran et l’échec de l’exportation de sa révolution islamique et l’autre sur le nationalisme palestinien dont les étapes sont éloquentes pour mesurer le parti pris américain dans le pourrissement de la présente situation dans ce dossier.

5L’approche des économies et des sociétés du Moyen-Orient est abordée à partir de cinq idées reçues : le pétrole vu comme une bénédiction, l’axe de l’emploi perçu à travers le prisme du non-travail (« Au Moyen-Orient on ne travaille pas »), le fanatisme religieux qui caractériserait la région, la place de la femme, souvent vue comme infériorisée, et la question de la culture. L’on suit parfaitement les explications éclairantes de l’auteur sur la manne pétrolière comme source de déséquilibre entre élites politiques et sociétés, (l’allégeance politique de ces dernières étant achetée par les services sociaux que permet de dispenser la manne pétrolière). P. Droz-Vincent montre aussi en quoi les pétrodollars ont favorisé le surarmement de la région, y compris dans les pays servis par la rente indirecte du pétrole (par captation de flux financiers). Par contre, le lecteur pourrait être moins convaincu de la démonstration que fait l’auteur à propos du travail tant il semble rivé à une approche strictement macro. Il aurait peut-être été utile de montrer que le quotidien du travailleur arabe lambda est souvent celui du cumul d’emplois pour survivre, ce qui le propulse à mille lieux de la représentation « fainéantiste » qu’on lui attribue vu d’Europe. Quant à  l’islam politique, l’auteur fait une synthèse de la trajectoire de ce courant au Machrek. Cela lui permet de montrer le rôle clé des États dans la réislamistation des sociétés. Sur la question de la femme, l’auteur met assez justement l’accent sur l’ambivalence de la question en rappelant que, au-delà du statut inférieur dévolu à la femme dans l’Islam, comme dans les autres monothéismes, il y a des pratiques sociales patriarcales qui semblent solidaires d’un « mouvement de revoilement » (p. 91). Ce phénomène reste plutôt urbain et d’influence islamiste quand bien même l’islam politique a également généré une frange féministe qui utilise le registre du religieux pour s’affirmer comme actrices dans l’espace publique. Et Philippe Droz-Vincent de soulever l’hypothèse d’une corrélation entre cette crispation autour du statut de la femme et une culture de subordination politique entre des régimes autoritaires et leurs citoyens. Après avoir rappelé, dans un encart d’une page, le défi démographique que représente la jeunesse des sociétés moyen-orientales en terme d’attentes professionnelles déçues et donc d’exil potentiel, l’auteur tente de montrer que la culture est enserrée entre un rapport d’amour/haine à l’Occident et les mutations sociales occasionnées par les nouvelles technologies de l’information.

6Dans l’ultime partie de l’ouvrage, un peu plus brève que les précédentes, l’auteur revient sur les interférences extérieures qui frappent la région du Moyen-Orient. Il s’attarde d’abord sur les États-Unis puis sur la France. En cherchant à prendre le contre-pied de l’idée que les USA y sont dominants, l’auteur montre que l’intrusion étasunienne au Moyen-Orient est relativement récente. Elle intervient d’abord via l’Arabie Saoudite puis en Iran lors du début de la guerre froide. Le lecteur comprend alors que la défaite arabe lors de la guerre des Six-Jours lancée par Israël en juin 1967 fut également un tournant pour l’administration américaine : cette dernière choisit ce moment là pour investir dans une alliance stratégique avec l’État hébreu. L’auteur rappelle aussi l’origine du virage de l’interventionnisme directe qui s’est déployé durant les années quatre-vingt (doctrine Carter) et a été suivi de l’opération Tempête du Désert (1991), signalant l’émergence du Golfe comme axe nodal de la stratégie américaine visant à sécuriser son approvisionnement en hydrocarbures. Par comparaison, la France, « amie des Arabes », selon le titre de l’idée reçue, possède un impact bien plus ancien (Bonaparte en Égypte, 1799) et profond (colonisation et mandats) sur la région qui ira décroissant au point de prendre le contre-pied de la puissance politique américaine. Ainsi, à l’époque du Général de Gaulle, elle abandonne son soutien à Israël pour devenir sensible à la question palestinienne. Il est dommage que l’auteur n’ait pu étendre sa réflexion aux récents revirements pro-israéliens opérés par les Présidents Chirac et Sarkozy.

7L’ouvrage se termine sur un chapitre portant sur la violence, perçue comme un atavisme de cette région. À l’aide d’un encart bien fait sur al-Qa’ida, il introduit trois sources à cette violence : celle liée à la construction des États, des guerres qui les ont marqué et des luttes armées qui ont structuré le politique. En second lieu, il évoque les violences internes, fruit des régimes autoritaires où l’armée est devenue un acteur central du politique. Enfin, l’islam politique, en tant que mobilisation contestataire, emprunte le langage de la violence face à la fermeture des régimes, lesquels usent en retour de répressions féroces. La montée aux extrêmes, notamment par les attentats suicides – dont l’auteur montre qu’ils ne sont pas l’apanage du Moyen-Orient ni des islamistes – est expliquée par la désespérance des populations qui n’ont plus rien à perdre.

8Ce dernier argument, fort généralisant, pourrait ennuyer les spécialistes et illustre bien la quadrature du cercle dans laquelle s’est trouvé l’auteur : produire des assertions vraies en général mais parfois insatisfaisantes dans des cas particuliers. En outre, l’orientation très science politique donnée à l’ouvrage pourrait laisser certains lecteurs sur leur faim lorsqu’il est question des sociétés ou d’aspects culturels. On notera par exemple l’absence de l’univers de la musique comme vecteur d’expression majeure dans cette région du monde. Dans la conclusion, qui emprunte à son ouvrage sur les « vertiges de la puissance », l’auteur rappelle qu’à l’heure actuelle, le Moyen-Orient n’est pas encore sorti du projet néocolonial de transformation promu par l’administration G.W.Bush autour des notions de « démocratie » et « liberté ». Rappel s’il en est que les idées reçues sur la région méritent d’être mises en exergue afin de dresser quelques contre-feux face aux fantasmes et déformations normalisés qui circulent à son sujet. Ce n’est pas la moindre des qualités de ce livre que de donner à réfléchir à ces préconceptions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier, « Droz-Vincent Philippe, Le Moyen-Orient, Paris, Le Cavalier Bleu, coll. « idées reçues », 2009, 128 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 02 septembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6801

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page