Navigation – Plan du site
Lectures

Mouline Nabil, Le califat imaginaire d’Ahmad al-Mansûr. Pouvoir et diplomatie au Maroc au xvie siècle, PUF, Proche-Orient, Paris, 2009, 371 p.

Halima Ferhat

Texte intégral

1Au lendemain de la bataille des Trois Rois, plus connue au Maroc sous le nom de Ouad al Makhazin, de redoutables acteurs s’affrontent : les Habsbourgs d’Espagne et leurs ennemis protestants aux Pays Bas, l’Angleterre, le Portugal dont l’autonomie est désormais remise en question, ainsi que de multiples petits princes locaux et les maîtres des zaouyas sans oublier les corsaires qui, il faut le rappeler, forment un réseau qui n’est pas toujours à l’ordre d’un pays.

2Plusieurs excellents livres récents ont été consacrés au règne des Saadiens ; on peut citer ceux de Mercedes Garcia-Arenal, B. Rosenberger et A. Kaddouri, ainsi que les travaux des historiens marocains sur les Ottomans ou sur les corsaires. Mais cette étude axée des 25 années du règne d’Ahmed Al Mansûr est une importante contribution à l’histoire générale et une mise au point minutieuse et fouillée de l’élaboration symbolique du pouvoir au Maroc.

3Al-Mansûr et les savants à son service puisent dans le riche corpus islamique et élaborent une généalogie qui permet au souverain de monopoliser cet héritage et d’invoquer l’imitation de la vie du prophète ; ces thèmes étaient déjà largement diffusés par le courant soufi. À l’instar de certains de ses prédécesseurs, al-Mansûr tente de se parer de l’aura califale en mettant en exergue son ascendance sharifienne arabe face à un souverain turc, certes puissant, mais dépourvu de cette indispensable ascendance. De là, il devient inconcevable que le sultan-sharif soit le vassal du souverain de la Sublime Porte. Les historiographes utilisent un dispositif symbolique implacable et affichent un cérémonial et des insignes du pouvoir scripturaire destinés à enraciner la légitimité de leur seigneur et maître.

4Al Fishtâlî, historiographe et plus précisément thuriféraire d’al-Mansûr, n’hésite pas à comparer son maître à son illustre ancêtre. Mais cette rhétorique est loin d’être nouvelle ; le mahdi Ibn Toumart l’avait déjà exploitée en mettant en exergue la Hijra. Comme lui, al-Mansûr considère cette étape comme « l’étape inaugurale de la geste prophétique et la voie indispensable pour réaliser la cité idéale sur terre ».

5L’élaboration idéologique, visant à souligner la centralité du sultan-sharîf, est renforcée par l’adoption d’insignes qui contribuent à rendre visible le pouvoir. L’auteur décrit finement ce cérémonial sultanien : khutba (prêche) et direction des prières solennelles du vendredi et des deux principales fêtes religieuses classiques (fêtes de fin de ramadan et fête du Sacrifice) sans oublier l’éclat donné à la commémoration de la naissance du prophète.

6Ces mises en scènes avaient déjà été utilisées par les califes 'Abd al Moumin et al-Mansûr qui avaient décidé que certaines couleurs devaient être le monopole du pouvoir suprême et seraient interdites même à leurs propres frères. Ils avaient aussi déjà adopté un protocole et une étiquette que le Sa’adien semble avoir repris : il en est ainsi des gigantesques tambours, des cortèges et des livres sacrés. Le seul changement est le remplacement du Mashaf du calife ‘Othman, disparu, par le Coran attribué à ‘Uqba Ibn Nâfi’. Nabil Mouline analyse ces symboles à partir de la longue et parfois fastidieuse description du palais al Badi’ par al Fishtâlî et des déplacements d’al-Mansûr. Autre particularité du pouvoir maghrébin, l’Afrag, capitale ambulante, qui  existait déjà chez les Almoravides.

7La bay’a, ou prestation du serment d’allégeance, représente

« l’unanimité du choix des sujets, unis autour de leur sultan et de la dynastie... D’un point de vue pratique et politique, la cérémonie peut être considérée comme une démonstration de force...dans le but de tenir les sujets en respect…et catalyser l’imaginaire de la population… »

8Ces procédés de légitimation religieuse et politique ne suffisent pourtant à al Mansûr pour assurer sa domination absolue. Sur le terrain, al Mansûr s’est évertué à dynamiser les institutions administratives, financières et militaires existantes, et parfois à en créer de nouvelles inspirées des deux puissants empires. Ainsi va-t-il mettre en œuvre un dispositif institutionnel lui conférant « le monopole de la violence légitime » et le « monopole fiscal » : centralisant l’ensemble des revenus, il dispose d’une indépendance financière pour couvrir les dépenses somptuaires (cérémonies, apparat, palais…), payer son personnel et ses soldats, acheter des armes, aider financièrement des œuvres pieuses ou des artistes, donner des cadeaux et briller sur la scène internationale...

9Une armée moderne inspirée des armées ottomanes et européennes, composée de plusieurs corps différents et rivaux, est encadrée par des Andalous et des renégats qui forment la garde rapprochée et font partie de la maison du sultan. L’auteur confirme que c’est bien ce calife qui a introduit dans l’armée la redoutable garde noire « abid al-boukhari » , initiative attribuée généralement au ‘Alouite Moulay Isma’il. Comme bien d’autres aspects, les relations entre le sultan, les oasis peuplés de Haratin et l’Afrique Noire méritent d’être approfondies.

10La diplomatie d’al-Mansûr surprend par sa dynamique ! Son règne coïncide avec la montée en puissance des pays qui vont dominer la région : l’Empire ottoman, l’Espagne de Philippe II, l’Angleterre de la grande Elisabeth préoccupée par son expansion territoriale et commerciale, le poids de plus en plus important du Nouveau Monde, sans oublier les pays protestants en lutte contre l’Espagne, en particulier les Pays Bas. Des batailles maritimes légendaires symbolisent cette époque de grands changements : la bataille de Lépante en octobre 1571, la bataille des Trois Rois en août 1578 et l’Invincible Armada en 1580.

11À l’instar des autres souverains, Ahmad al-Mansûr recherche des complicités au sein même des États rivaux dont l’Espagne. Il correspond avec des mécontents et reçoit solennellement le Morisque Chihb Hajari qui arrive au Maroc en 1599, soit dix ans après la date de promulgation de l’édit d’expulsion des Morisques. Le grenadin est bien accueilli par al-Mansûr et il est intégré dans le service officiel des traductions. Jouant sur la rivalité entre les deux grands Empires, il réussit à garantir la sécurité et l’autonomie de son trône vis-à-vis de la Sublime Porte, se rapproche ou s’éloigne de l’Espagne, jouant de l’opposition des pays protestants pour embarrasser Madrid.

12La fin des Wattassides avait marqué une période de dépendance et de décadence qui avait suscité la montée en force des zaouiyas, notamment la confrérie fondée par Sidi Mohammed Benslimane appelant au jihâd contre les Ibériques. Époque brillante marquée par de sombres épisodes, des catastrophes naturelles et une insécurité qui entretiennent une ambiance messianique exploitée par les fondateurs de la dynastie des Sa’adiens.

13Après avoir passé en revue les grands projets et ambitions du calife, Nabil Mouline arrive à la conclusion que ce brillant système est « un colossal pouvoir aux pieds d’argile » car les structures restent fragiles ; il qualifie le destin des princes de « shakespearien » en précisant :

« …le seul moyen de conserver tous ses privilèges à la mort du Sultan en place et de ne pas le rejoindre très rapidement dans l’au-delà, c’était de devenir soi-même sultan. Ainsi, l’ambition politique s’associait dans ce cas-là à un véritable instinct de survie ».

14 Comme la mort de son frère ‘Abd-al-Mâlik, celle d’al-Mansûr fait toujours débat : mort de la peste selon la vulgate officielle, il aurait été empoisonné par son propre fils Zydân, hypothèse privilégiée par l’auteur.

15Certes, l’auteur a annoncé que son étude était centrée sur al-Mansûr mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il a quelque peu minimisé le rôle de Abd-al Mâlik. Il est étonnant que, du vivant de son frère, le prince Ahmad ne semble guère avoir de personnalité et ne joue qu’un rôle de second plan. Dans une lettre souvent citée, ’Abd-al-Mâlik le rappelle à l’ordre, lui reprochant sa désinvolture, sa négligence des questions défensives tout en l’assurant de son affection et le confirmant comme prince héritier.

16L’auteur semble avoir été subjugué par son personnage et l’on a même l’impression qu’il s’est laissé piégé par le redoutable auteur de Manâhil as-Safâ. Il a, pourtant, bien souligné, et à maintes reprises, que tous les efforts ont été faits pour faire oublier ‘Abd al Mâlik, mort pendant la bataille. Certaines sources insinuent même que ce souverain aurait été empoisonné par les sbires de son frère. Al Mansour n’a-t-il pas systématisé et mis en ordre les grandes initiatives de son frère, les débarrassant des « turqueries » ou plus exactement des aspects trop modernes ? Est-ce un hasard si al-Fishtâlî reproche au souverain défunt d’avoir voulu introduire des habitudes étrangères et s’évertue à occulter son rôle ? Le conquérant de Tombouctou n’a-t-il pas opté cyniquement pour une « real politik » ? Il n’hésite pas à introduire ces mêmes usages quand il réforme l’armée ou quand il donne le premier rôle aux ‘Ulûj, ces « renégats » si puissants. L’armée devient « étrangère à la population » constate le chercheur. Bien équipée et bien payée elle est coûteuse, ce qui se répercute tout naturellement sur le poids des impôts.

17Mais peut-être faudrait-il nuancer la conclusion de l’auteur qui affirme que si ‘Abdal Mâlik a choisi l’Europe, al-Mansûr choisit le Machriq ? N’est-ce pas là une adaptation imposée par le contexte, comme l’auteur l’explique à plusieurs reprises ? A. Kaddouri a dressé un remarquable portait comparé des deux frères (Le Maroc et l’Europe, Casablanca. 2000).

18L’étude des généalogies est essentiel pour comprendre le fonctionnement de la société marocaine depuis des siècles. Peut-être l’auteur n’a-t-il pas accordé assez d’importance au poids de la famille maternelle du prétendant dans la prise du pouvoir, même s’il a évoqué les mères des deux souverains, Lalla Mas’ûda (‘Aouda) al Mazguitia et Shaba Rahmanya, ainsi que leurs tribus respectives. La parentèle et la tribu de la mère d’un candidat au pouvoir ont souvent été déterminantes dans son succès.

19Al-Mansûr n’hésite pas, comme ses prédécesseurs et ses successeurs, à recourir à la répression ; la tradition populaire conserve plusieurs récits qui témoignent de cette violence. Déjà, l’édification des deux borjs de Fès étaient dirigée contre la cité et non contre d’éventuels envahisseurs. Il n’a pas réussi à imposer sa qualité de soufi, contrairement à son homonyme almohade. L’opposition aux Saadiens et à al-Mansûr a laissé des marques profondes dans la mémoire populaire ; l’invasion de l’Empire Songhai n’a pas provoqué l’adhésion : le succès de Ahmad Baba à Marrakech et dans d’autres villes est révélateur et les Oulémas ont dénoncé la conquête d’un pays musulman qui n’a commis aucun péché.

20Pourquoi l’auteur qualifie-t-il si souvent al-Mansûr et ses méthodes de « sournois » ? Pourquoi a–t-il opté pour des transcriptions qui déconcertent le lecteur ? (Randi pour Rondi, Timisna, Giliz, Tamenart , Shiguer pour Shiker ou al Shwazim? Fallait-il vraiment employer le mot jihâd si galvaudé sans expliquer qu’il s’agissait avant tout de bouter hors des territoires l’occupant ibérique ?

21Le style agréable, la méthodologie rigoureuse, le recours à un nombre impressionnant de sources consultées font de ce livre un événement ; il faut d’autant plus saluer ces efforts que l’on déplore de plus en plus un clivage entre ceux, les arabophones, qui ignorent souvent les études des « étrangers » et ces derniers qui ne sont pas au courant des études rédigées en arabe.

22N. Mouline a le courage de s’attaquer à une période de mutations profondes : le Maroc se trouve impliqué dans la politique européenne durant l’émergence des États Nations et l’expansion ottomane ; le littoral marocain, méditerranéen et atlantique, occupé par les Portugais, est menacé par les Espagnols.

23Cet ouvrage tonique est un apport essentiel et prometteur ; l’auteur a replacé les événements qui secouent le Maroc dans le « concert des Nations », selon la formule consacrée, et donné un statut à l’histoire de pays considérés comme exotiques et relevant des études philologiques ou d’histoire religieuse. La comparaison constante entre les structures politiques des deux côtés de la Méditerranée restitue un débat actuellement en pleine dérive. Elle ouvre de nouvelles pistes de recherches et, parmi les passages remarquables, on peut citer ceux consacrés à l’élaboration des origines mythiques des monarchies européennes et maghrébines (p. 58-73).

24Il faut saluer ce remarquable travail fort riche, stimulant, parfois irritant mais de lecture fort agréable qui ouvre bien des pistes et poussera, je l’espère, d’autres chercheurs à continuer dans la même perspective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Halima Ferhat, « Mouline Nabil, Le califat imaginaire d’Ahmad al-Mansûr. Pouvoir et diplomatie au Maroc au xvie siècle, PUF, Proche-Orient, Paris, 2009, 371 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 06 septembre 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6804

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page