Navigation – Plan du site
Lectures

Thobie Jacques, Les Intérêts culturels français dans l’Empire ottoman finissant. L’enseignement laïque et en partenariat, Peeters, Leuven, 2009, 461 p.

Caroline Piquet

Texte intégral

  • 1  Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire Ottoman 1895-1914, préface de Jean (...)

1À l’heure où la France cherche à relancer sa politique culturelle au Moyen-Orient avec l’implantation d’universités et de lycées prestigieux, l’ouvrage de Jacques Thobie vient nourrir la réflexion sur le rôle de l’éducation dans les processus d’expansion politique et le jeu des puissances. Jacques Thobie publie ici le complément à sa thèse désormais célèbre, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire Ottoman 1895-19141. L’ouvrage n’est que la première partie d’un travail sur l’enseignement français dans l’Empire ottoman au début du xxe siècle. Il porte sur l’enseignement laïque et en partenariat ; un second volume sur l’enseignement congrégationiste fera l’objet d’une publication ultérieure. À partir des archives du ministère des Affaires étrangères et des établissements étudiés, l’auteur livre une analyse minutieuse de l’enseignement de langue française dans l’Empire ottoman. L’appareil critique et les annexes font de l’ouvrage un véritable instrument de travail.

2L’action éducative de la France est étudiée à travers les établissements d’enseignement français et étrangers protégés ou subventionnés par la France, où la langue française est la langue officielle de l’enseignement. D’importants intérêts économiques et une présence ancienne due aux capitulations et au protectorat catholique sont autant d’atouts qui permettent à l’État français d’obtenir de l’Empire les accords favorisant ses établissements. À la veille de la Première guerre mondiale, le français joue le rôle de langue de communication dans l’Empire, juste après l’ottoman. Le français n’est pas une langue neutre ; associé aux Lumières et au progrès moral, il se fait le vecteur des idées libérales. Le combat pour la laïcité entraîne un encadrement plus fort des établissements congrégationistes et la création ou le patronage d’écoles laïques. L’un des enjeux de la République au début du xxe siècle consiste, en effet, à poser les bases de l’enseignement laïque dans l’Empire. Le débat houleux en France sur l’enseignement congrégationiste rejaillit en Orient ; la tension est particulièrement forte à Beyrouth où la Mission laïque installe un collège en 1909. Elle développe, ensuite, un réseau d’écoles laïques à Constantinople, en Thrace, en Anatolie et en Syrie.

3Le lycée Galatasaray d’Istanbul, l’Alliance française et l’Alliance israélite universelle bénéficient chacun d’un chapitre du fait de leurs singularités. Le premier établissement constitue une institution unique en tant que lycée ottoman où l’apprentissage du français est obligatoire et où la plupart des cours sont en français. Fondé en 1868, il devient un des atouts majeurs du rayonnement culturel de la France dans l’Empire. L’Alliance française joue également un rôle déterminant dans la diffusion du français. Par le biais des Comités d’action, elle sert de relais culturel entre l’Empire et la France, une fonction qui perdure après la décolonisation et fait de cet établissement un des outils les plus efficaces de la francophonie. Enfin, l’Alliance israélite universelle constitue un cas original en raison de sa double vocation de diffusion de la langue française et de solidarité religieuse avec la communauté juive. Le français demeure la langue de l’enseignement jusqu’à la Première Guerre mondiale ; cependant, malgré sa persévérance, l’alliance perd le combat contre les groupes sionistes qui finissent par imposer l’hébreu.

4Jacques Thobie présente aussi les cas moins connus de partenariats d’écoles laïques avec des écoles catholiques et orthodoxes. L’État laïque tolère le messianisme chrétien s’il concourt à la diffusion de la langue, et à travers elle, à la consolidation des intérêts politiques et économiques. Comme le rappelle l’auteur en citant La Dépêche coloniale « L’école est un instrument moderne de pénétration et de conquête » qui s’inscrit dans un projet impérialiste plus global. Au sein du « clan syrien », le lobby lyonnais s’implique fortement dans les partenariats avec les écoles de médecine, de droit et d’ingénieurs. Les intérêts de l’université engagée dans le partenariat, en l’occurrence l’université de Lyon, ne sont pas non plus absents. L’action culturelle apparaît, ainsi, comme un facteur de puissance et de rayonnement dont les effets dépassent la vie d’un établissement pour se mesurer en décennies. Le rôle des hommes à la tête de ces établissements est également souligné, comme des relais efficaces ou inefficaces d’une politique. Par ailleurs, le détail du fonctionnement des établissements soulèvent des questions toujours d’actualité pour les écoles de langue française à l’étranger, notamment l’adaptation aux exigences du public local, le choix des procédures, l’harmonisation des diplômes ou encore la formation des enseignants. Jacques Thobie montre combien la politique culturelle est affaire de rapports de force, nécessitant des efforts soutenus, toujours fragiles, où la langue et les valeurs françaises sont soumises à l’évolution de leur statut et de leur fonction. Si la francophonie suscite un certain orgueil national, elle doit également inspirer une nécessaire modestie.

Haut de page

Notes

1  Jacques Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire Ottoman 1895-1914, préface de Jean-Baptiste Duroselle, Publications de la Sorbonne, Paris, 1977, 817 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Piquet, « Thobie Jacques, Les Intérêts culturels français dans l’Empire ottoman finissant. L’enseignement laïque et en partenariat, Peeters, Leuven, 2009, 461 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 06 septembre 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6806

Haut de page

Auteur

Caroline Piquet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page