Navigation – Plan du site

Le voile en Tunisie. De la réalisation de soi à la résistance passive1

Wearing a veil in Tunisia: from self-realization to passive resistance
Maryam Ben Salem

Résumés

L’examen de la recrudescence du port du voile islamique en Tunisie permet d’observer un ensemble de croyances et de pratiques qui sous-tendent un processus d’affirmation de soi en tant que femme et constituent le fondement d’une « idéologie » de contestation de l’ordre social et politique. Considérer que ces pratiques relèvent d’une forme de féminisme peut sembler dissonant pour deux raisons : la prédominance du paradigme subordination/patriarcat dans les gender studies, et l’absence de la dimension militante proprement dite. Pour dépasser cet obstacle, je privilégierai une démarche compréhensive permettant de voir de quelle manière et dans quelles conditions le voile est devenu l’emblème de l’émancipation de la femme par rapport à la subordination masculine tout en étant le vecteur d’une nouvelle forme de conservatisme social. L’intérêt sera aussi porté sur les processus d’interactions complexes par le biais desquels sont développées des techniques d’auto-valorisation et d’auto-exclusion qui distinguent la femme voilée et l’aident par conséquent à surmonter les difficultés à faire accepter une pratique disqualifiée socialement et interdite par les autorités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette contribution expose les aspects principaux d’une problématique mise en œuvre dans un mémoire (...)

1« L’usage du voile était imposé à la femme dans le dessein d’éloigner la tentation cela fait penser à l’usage de la muselière que l’on impose au chien afin qu’il ne morde pas les passants » (Haddad, 1930 : 207). Cette phrase de Tahar Haddad, figure emblématique de la libération de la femme en Tunisie, est celle qui exprime le mieux la polémique autour du voile des femmes. Qu’il soit traditionnel ou religieux, le voile n’a cessé d’être un enjeu central dans la lutte pour son émancipation, tout autant que dans le combat des traditionalistes, islamistes et fondamentalistes, pour se l’approprier.

2Depuis l’indépendance, la Tunisie de Habib Bourguiba a suivi la voie de la modernité. Le Code du Statut Personnel, promulgué en 1956, est un projet d’avant-garde dans l’aire arabo-musulmane (à l’exception de la Turquie et de l’Iran). Il a libéré les femmes tunisiennes du poids de certains usages et traditions et d’un droit familial discriminatoire. Jouissant de ces droits de citoyenne à part entière au même titre que l’homme, c’est dévoilée que la femme tunisienne a investi l’espace public. Cette même orientation a été poursuivie par le président Zine el Abidine Ben Ali qui, tout en réhabilitant l’Islam (Larif Beatrix, 1991), a tenu à sauvegarder les acquis modernisateurs édifiés par son prédécesseur H. Bourguiba et ce, en réactivant l’interdiction du voile.

  • 2 N°108 du 18 septembre 1981 pour les établissements scolaires publics ; n°77 du 7 septembre 1987 pou (...)
  • 3 Au cours de cette année 2009, l’État s’est montré particulièrement permissif avec les femmes voilée (...)

3La campagne répressive contre le port du voile a commencé avec l’intensification de la contestation islamiste vers la fin des années 1970, qui s’est accompagné par un retour en force du voile. Afin de saper l’assise du parti islamiste et prévenir l’apparition de mouvements religieux contestataires, trois circulaires sont venus interdire « la tenue confessionnelle »2.Outre ces mesures « légales », d’autres procédés, auxquels l’État recourt couramment, ont été reportés par les interviewés des deux sexes, religieux ou non. Il s’agit d’arrestations abusives, de violence verbale et parfois physique de la part des agents de l’ordre public et dont le plus courant consiste à faire signer par les femmes voilées arrêtées, et sous la contrainte, un engagement d’abandonner leur voile3. Ainsi, cette politique place les femmes portant le voile, ou désirant le faire, devant un dilemme. Elles ont à choisir entre le voile qui est l’expression de leur soumission à Dieu, leur référent identitaire ou le vecteur de leur réalisation personnelle d’une part, et leur sécurité, leurs études, leur avenir professionnel et le besoin de sauvegarder leur statut social d’autre part.

4Les années 2000 se sont accompagnées par la recrudescence de la pratique religieuse et plus particulièrement du port du voile de la femme qui ont été impulsés essentiellement, et parfois uniquement, par les émissions de télé-prédication sur les chaînes satellitaires arabes. Le représentant le plus notoire de ce courant est Amr Khaled, un comptable égyptien qui a obtenu en 2001 un diplôme de l’institut d’Études Islamiques du Caire4. Il se distingue par son style qui tranche radicalement avec les prédicateurs traditionnels. Il s’est imposé par son apparence moderne et sa démarche de vulgarisation des enseignements islamiques.

5Bien qu’il ne laisse pas transparaître d’action féministe explicite, le port du voile révèle l’autonomie politique et morale de la femme qui remet en cause la domination masculine et l’autorité de l’État. Par ailleurs, la redéfinition de l’identité sexuelle de la femme et de sa position dans l’ordre social, qui du point de vue féministe peut être jugée régressive, correspond toutefois à un processus de construction et de valorisation de soi.

6Le port du voile présente donc un ensemble de paradoxes qu’on ne peut élucider qu’en optant pour une approche compréhensive qui permet de rompre avec l’ethnocentrisme et de dépasser les cadres analytiques rigides dans l’étude de l’engagement religieux (Weber, 2005). Cette approche prend tout son sens lorsqu’il est question d’un sujet aussi controversé que la modernité, terme qui renvoie souvent à un projet politiquement et analytiquement normatif. Le fait religieux – et à fortiori islamique – est alors irréductible à cette catégorie d’analyse. Certains argueraient qu’on ne peut parler de subjectivité et d’individualité sans qu’il y ait émancipation des liens traditionnels, assertion qui paraît contradictoire avec le mouvement de retour au religieux. La question de la femme est celle qui cristallise le mieux ce « paradoxe ». En effet, le port du voile laisse perplexes bien des spécialistes qui l’interprètent suivant le paradigme de la subordination-patriarcat comme une reproduction délibérée de la domination masculine par des femmes socialisées dans des environnements où la femme commençait déjà à s’émanciper. Ce paradoxe est le résultat de l’élision par des chercheurs des motifs exprimés par les acteurs pour justifier leurs actes. En plus d’occulter les vraies raisons d’agir, ces motifs relèvent selon eux d’un registre n’ayant pas de valeur heuristique tel que la vertu ou la piété (Mahmood, 2001, 2004). En interrogeant la subjectivité des acteurs, il m’est possible de saisir le sens que donnent les femmes voilées à cette pratique, l’image qu’elles ont d’elles mêmes en tant que femmes, leur rapport à la modernité et à la division des rôles sociaux.

  • 5 Nous avons pu assister aisément à ces réunions chez les enquêtées elles mêmes, à l’université, à la (...)

7Cette approche compréhensive sera complétée par une analyse interactionniste. Il s’agit d’étudier les actions réciproques entre les femmes et la société. Dans la perspective interactionniste, la façon dont l’autre généralisé perçoit l’individu et la manière dont il veut être perçu par lui façonnent son attitude en société (Mead, 2006). Le rejet que ressentent les femmes voilées dans leurs interactions sociales quotidiennes fait qu’elles développent une image de soi, une façon d’être et de se conduire censée les valoriser. En examinant les interactions sociales au sein de groupes informels5 et sporadiques réunissant des femmes voilées, je tenterai de mettre au jour les processus de construction de stratégies identitaires, de techniques de résistance et de codes de conduite composés à partir des discours des téléprédicateurs.

Le voile comme outil de construction de soi. Entre égalitarisme et soumission

8À partir des entretiens recueillis, nous avons tenté de mettre au jour les principes communs orientant la conduite de vie des femmes voilées interviewées et édifiant leur nouvelle identité sexuelle et sociale. Il s’agit ici précisément d’identifier, à travers des cas divers, les pratiques et représentations qui relèvent de la construction de soi par le voile. Les pratiques sociales et religieuses et plus généralement les visions du monde révèlent une tension entre les paradigmes de la ‘modernité’ et de la ‘tradition’ qui sous-tend le projet de redéfinition du statut de la femme et la revendication par les intéressées d’une division nouvelle des rôles sociaux. Pour reprendre les termes de Jean Séguy, le voile islamique contemporain apparaît comme une forme d’acculturation au présent moderne dans le respect des préceptes islamiques.

9Le traditionalisme est par opposition à la tradition, le passage de l’obéissance inconsciente [à la tradition] à la justification consciente [de celle-ci] (Weil, 1971 : 14-15). C’est donc l’effort fourni par l’individu pour la maintenir et s’y conformer dans une situation où elle se trouve menacée ou tombée en désuétude. Les enquêtées engagent un processus de construction de soi, en tant que femmes d’abord, redéfinissant de façon autonome, c'est-à-dire non imposée, leur identité sexuelle et leur statut. En ce sens, leur religiosité n’est pas traditionaliste, bien qu’elle en a tout l’air, dans la mesure où leurs pratiques analysées ici relèvent du rejet de la tradition héritée au nom de son épuration des us blâmables (l’obéissance à l’homme dans le rapport à Dieu) tout en la réinventant selon un mode de vie et des principes modernes.

Soumission à Dieu et affranchissement de la domination patriarcale

10Pour toutes les femmes interrogées, le hijab représente un acte de soumission à Dieu. En effet, le voile islamique contemporain s’inscrit principalement dans une logique de quête du salut. La peur de la mort et du châtiment divin constitue pour les interviewées la première motivation pour porter le voile ; le salut ayant pour condition principale l’obéissance totale et inconditionnée aux lois islamiques. Le caractère obligatoire du voile est pour les femmes qui le portent puisqu’il est considéré comme faisant partie des devoirs du croyant au même titre que la prière ou le jeûne.

11« Les croyants n’ont pas le choix devant les commandements de Dieu et de son prophète. Je crains Dieu, la mort est écrite, elle peut survenir pendant notre sommeil, je ne veux pas mourir pécheresse » R., 39 ans, mariée, femme au foyer, niveau 3ème année secondaire, voilée depuis 2003.

12Quelque soit la place qu’occupe la dimension religieuse sur l’échelle des motivations, la décision de porter le voile est pour les femmes tunisiennes un choix individuel avant tout et non un acte de soumission à la volonté de l’homme. En effet, cette décision est prise individuellement ou collectivement, avec des personnes de la même génération et partageant l’éthique religieuse de l’intéressée. La mise à l’écart des parents est due à l’appréhension des femmes voilées des réactions que peut susciter le voile. Ce qui nous indique clairement la différence entre la religiosité traditionnelle des parents et cette nouvelle forme de religiosité :

13« Je me suis résolue à me voiler, je l’ai fait et je suis allée au lycée. Je ne l’ai même pas dit à mes parents, je m’attendais à des réactions bizarres de leur part » H., 18 ans, étudiante en Biologie, voilée depuis 2003.

14Le voile islamique contemporain inaugure un transfert de la soumission de l’homme vers Dieu. En effet, le voilement représentait autrefois la subordination de la femme à l’ordre patriarcal. L’autorité du père est remise en cause, voire transgressée par ces femmes quand elle vient s’opposer à leur décision. Leur soumission aux prescriptions islamiques s’élève au dessus de toutes les contraintes qu’elles soient d’ordre matériel ou affectif. Les interviewées ont dû souvent faire face à une objection violente de la part de la famille et de l’entourage proche ; ils ne sont pas forcément contre le voile mais ils y voient une source d’ennuis et une menace pour l’avenir de leur fille ou de leur femme.

15La réaction des parents, le plus souvent négative, est due au fait que le voile, en tant que pratique religieuse, était il y a peu quasi inexistant en Tunisie.. Le voile religieux qui a coïncidé avec l’apparition du mouvement islamiste est assimilé au militantisme politique et à l’intégrisme, il ne jouit donc pas d’une grande popularité auprès des masses. Les parents qui ne comprennent pas les motivations de leurs filles, parce qu’incapables de faire le lien entre voilement et piété, sont souvent choqués par une telle décision y compris les plus conservateurs d’entre eux. Si les mères de certaines enquêtées sont voilées, elles portent un voile traditionnel qui est communément perçu comme particulier aux femmes d’âge mûr et pourvu d’une dimension coutumière, fondée sur la notion de « cayb » : le respect des convenances. Celle-ci est remplacée par la notion de haram (illicite). Les remarques qu’elles adressent à leurs filles voilées, indiquent qu’elles en ont une acception complètement différente: « Tu es encore jeune, pourquoi te priver ainsi ? » « Attends de grandir un peu, c’est encore tôt ».

16« Mon père m’en voulait vraiment de m’être voilée, il me disait tu as fait des études, ce n’est pas pour rester à la maison après. Il n’arrive pas comprendre que tout est entre les mains de Dieu, s’il est écrit que je trouverais du travail, ce sera fait, avec ou sans le voile », D, 23 ans, étudiante en management, voilée depuis 2004.

  • 6 « Hadith » du prophète Mohammed.

17Les techniques de neutralisation utilisées par les femmes voilées consistent en arguments qui fondent un triptyque confortant leur position : la prééminence de l’autorité divine sur l’autorité paternelle, la croyance dans le décret divin et la valorisation de la résistance. Devant le choix difficile entre la soumission à Dieu ou aux parents, un argument est souvent cité par les femmes voilées interrogées et qui leur permet de délégitimer la position de ces derniers et autorise la résistance « Nul ne doit obéir à un être créé s’il le pousse à désobéir au créateur »6.

18Aussi, les femmes voilées issues d’un milieu conservateur essaient de rallier leurs mères à leur cause, en les incitants à se voiler ou à se conformer à la charia si elles le sont déjà. Nous assistons donc à une mutation de la socialisation qui va désormais du bas vers le haut et qui présente l’avantage d’affaiblir l’opposition :

19« C’est moi qui ait appris à ma mère à porter correctement le voile, avant elle se couvrait la tête et portait des chemisiers à manches courtes. C’est absurde! », E., 26 ans, étudiante en 1ère année DEA droit public à la faculté de droit et de sciences politiques de Tunis, célibataire, voilée depuis 2003.

Le voile et la mixité. Une émancipation protégée

  • 7 Sans être exclusives les unes des autres, ces motivations sont hiérarchisées différemment selon le (...)
  • 8 L’aspect religieux n’est pas totalement absent dans la logique des interviewées, mais il ne constit (...)

20Le port du voile peut être considéré simplement comme une soumission à une injonction divine, comme il peut dépasser cette conception et servir d’autres buts7. En effet, le voile n’est pas forcement religieux pour ces femmes - ou plutôt pas complètement religieux- puisqu’elles distinguent nettement entre voilement (tahajub) et religiosité (tadayyun). La muhajjaba est musulmane mais elle se voile pour se protéger8, alors que la religieuse est une femme qui s’engage à changer radicalement son mode de vie, parce que sa foi en Dieu prévaut sur son attachement à la vie ici-bas.

21« Je me considère comme une femme voilée et non comme une religieuse. Celle-ci n’a pas le droit de rire à voix haute, de sortir seule avec son fiancé, car si un homme et une femme se retrouvent seuls, le diable sera avec eux. Je n’arrive pas à me restreindre à ce régime de vie parce que ma foi n’est pas encore assez intense mais je veux devenir religieuse après mon mariage », M., 19 ans, lycéenne, célibataire, voilée depuis septembre 2004.

22La question de la protection moyennant le voile est née de la croyance que la femme non voilée déstabilise l’ordre social. Nous avons pu observer que les femmes voilées adhèrent à cette idée véhiculée par le discours fondamentaliste, après avoir vécu des expériences qui les accrédite. Les agressions dans les transports publics, dans la rue, à l’université etc. expliquent pour bien des cas ce désir de voilement, qui n’est autre qu’un besoin de protection. Si elles désirent investir l’espace public tout en préservant leur honorabilité, cette entreprise doit être faite sous la protection du voile.

23« Avant de porter le voile, je me faisais souvent draguer et agresser dans la rue. Maintenant ça a beaucoup diminué, d’ailleurs c’est pour cette raison que j’ai décidé de me voiler », D, 23 ans, étudiante en Management, célibataire, voilée depuis 2004.

24Concernant le travail, deux attitudes sont observables parmi les enquêtées. Certaines condamnent la femme qui s’occidentalise et revendique l’égalité des sexes. Il s’agit des femmes issues des couches moyennes, ayant un niveau d’éducation relativement faible chez qui la notion d’égalité est remplacée par celle de complémentarité entre les sexes. La notion d’égalité des sexes chez les femmes voilées, en adéquation avec les valeurs islamiques, se limite à la sphère morale. L’égalité avec les hommes revendiquée par ces femmes est tributaire du respect qu’elles leurs inspirent. Celle qui accepte cette distribution des rôles sociaux, reconquiert la place honorifique qui lui a été dévolue dans le Coran et s’impose comme la salvatrice des valeurs sociales, garantissant l’équilibre de la société, en se consacrant à l’éducation des générations futures et en préservant sa chasteté. Paradoxalement, quasiment toutes les interviewées travaillent parce qu’elles ne peuvent pas se permettre de rester chez elles et cela aussi bien pour des raisons matérielles (la précarité de certains foyers oblige la femme voilée à travailler, quitte à accepter d’enlever son voile pendant le travail) que sociopolitiques parce que la mixité est devenue irréversible. Elle est ancrée dans les mœurs et son abolition reste improbable en Tunisie puisque l’État serait imperméable à de telles revendications si jamais elles s’exprimaient. Face à cette situation, la mixité et le travail de la femme sont tolérés dans la mesure où la femme est protégée par le voile. La conception du rôle et du statut de la femme dans la société est fondée sur une échelle de valeurs morales qui selon le registre domination/patriarcat semble réactionnaire et conservatrice. Cependant, ce qui est considéré comme l’instrument de leur enfermement et de leur oppression est pensé et revendiqué par ces femmes comme une libération d’une condition vécue comme insoutenable.

25« Allah maudit la femme qui sort de chez elle les cheveux découverts. La rue lui est interdite. J’aimerais bien arrêter le travail mais je ne peux pas, la vie devient dure », G, 37 ans, secrétaire en entreprise, mariée, voilée depuis 2002.

26Quant aux enquêtées à fort capital social et culturel, le travail féminin est considéré comme une chose normale et même souhaitable. L’exemple de l’épouse du prophète Khadija est souvent cité pour avaliser le travail féminin.

Égalité islamique et vertus féminines

27Si le voile protège la femme qui le porte ce n’est pas seulement parce qu’il dissimule son corps, mais aussi parce qu’il renvoie l’image d’une femme pratiquante et chaste dont l’honneur doit être garanti par les hommes. La respectabilité octroyée par le voile à la femme qui le porte est un aspect très important aux yeux des femmes interrogées. La femme ne serait plus considérée comme une chose, une marchandise accessible à tous, mais serait grâce au voile doublement valorisée : par son corps, si précieux que seuls ceux qui y sont autorisés par la loi coranique peuvent voir, et par son âme car en se voilant la femme se sent estimée pour ses qualités morales, spirituelles et intellectuelles et non pour son physique.

28Il faut souligner que cette prise de position est une appropriation à l’identique du discours de Amr Khaled, célèbre prédicateur égyptien qui a été à l’origine de bien des conversions au port du hijab :

29« Les femmes doivent être plus chastes que les hommes, parce que c’est une vertu qui est plus proche de la nature des femmes. La forme la plus naturelle de chasteté pour la femme est de couvrir son corps. Laissez-moi vous poser une question: si vous possédez une chose précieuse allez vous en prendre soin ? Si vous avez une pierre précieuse, est ce que vous la garderez à l’abri ou bien est ce que vous la prendrez avec vous partout où vous allez ? », Amr Khaled.

30La comparaison faite par le téléprédicateur séduit les auditrices en mal de reconnaissance (amoureuse, sociale, etc.), dans la mesure où il présente le voile comme un agent de valorisation. Les arguments présentés par ce prédicateur deviennent une grille de lecture à travers laquelle les femmes interprètent leurs propres expériences. C’est le cas de A. par exemple, fille d’une riche commerçant, elle est femme au foyer, mariée et mère de trois enfants. Son mari, professeur dans un lycée, n’a plus eu le droit de donner des cours particuliers à ses élèves, activité qui était leur principale source de revenus. L’intérêt de A. pour ces émissions a coïncidé avec deux événements traumatisants : le décès de son père et les problèmes financiers dans son foyer. Cette ancienne férue de mondanités qui ne s’embarrassait pas de porter des robes courtes et des décolletés profonds a trouvé dans ces programmes un soutien psychologique et un moyen de supporter sa condition. Elle a évoqué lors de l’entretien différents motifs : l’invasion de l’Afghanistan, les mœurs dissolues des tunisiennes, mais ce ne sont pas les variables explicatives en dernière instance.

31« Le statut de la femme en Tunisie est pitoyable, c’est elle qui fait tout, entre le travail, l’éducation des enfants, en plus elle participe dans les charges, le pire c’est que depuis qu’elle est devenue l’égale de l’homme elle a tout perdu même le respect de ces derniers, et c’est elle qui l’a cherché », A. 39 ans, femme au foyer, mariée, voilée depuis l’invasion américaine de l’Afghanistan 2002.

32Un sentiment de déclassement social ainsi que des difficultés au niveau du couple (le mari ayant une vingtaine d’années de plus qu’elle était peu enclin aux mondanités) sont les raisons sous-jacentes mais néanmoins puissantes à son voilement. Le port du voile, qui s’accompagne d’une remise en cause du mode de vie « à l’occidentale », justifie un régime de vie austère, davantage imposé que choisi.

33Le souci de paraître respectable est plus prononcé chez les jeunes filles que chez les femmes mariées et cela parce que l’image qu’elles renvoient grâce au voile leur permet de trouver un mari. Le voile dévie donc de sa fonction originelle pour devenir un outil de séduction « politiquement correct ». Cet usage tout à fait original trouve son explication dans l’écart existant en Tunisie entre la norme juridique et la réalité sociale. En effet, l’émancipation de la femme n’a pas été accompagnée par une évolution des mentalités conséquente, surtout dans les milieux petits bourgeois et dans les classes populaires. En témoigne l’opinion généralisée sur la femme en Tunisie : celle-ci est considérée comme la principale responsable des maux de la société – dans le domaine moral bien entendu. Aussi, les hommes religieux, obsédés par la légalité dans les relations sexuelles, seraient plus portés sur le mariage que les non religieux. Étant voilée, la femme aura plus de chances de trouver un homme qui veuille bien l’épouser car son voile lui fournit les qualités recherchées par ces hommes : la piété et la chasteté.

34« Avant de porter le hijab, tous les hommes que je rencontrais cherchaient à me mettre dans leur lit. Cette situation me tourmentait, ce que je voulais moi, c’est une relation sérieuse, qu’on m’apprécie en tant qu’être humain et non pour mon physique. Une semaine après avoir porté le voile, j’ai rencontré mon fiancé », L., 23 ans, étudiante en 4e année à l’école de la documentation et des archives, célibataire, voilée depuis Ramadan 2003.

35Le rapport de la femme à son corps est pour beaucoup dans la décision de porter le voile. En se voilant, elle cherche à se protéger contre les agressions qui ne sont pas forcément physiques ou verbales mais aussi visuelles. Ce rapport au corps s’exprime à travers un sentiment paradoxal de victime et de bourreau : d’un coté, la femme, en exhibant ses attraits, s’expose aux regards des hommes qui violent son corps et la souille. D’un autre coté, elle se considère elle-même comme naturellement impure, son corps indécent agresse les hommes en les incitant à pêcher. Voilée, la femme devient asexuée, elle est de ce fait inoffensive.

36« La beauté de la femme est cawra (indécence), Dieu nous a proscrit de la montrer. Si un homme voit mes cheveux, il peut être séduit. C’est le plus grand des péchés (…) je me sens plus épanouie depuis que j’ai porté le voile, c’est parce que je crains Dieu, si je meurs alors que je ne porte pas le hijab Dieu me punira. Et puis, je sens que j’inspire le respect des garçons, c’est ce que je cherche. Sans ça ils te considèrent comme une fille quelconque. Je me sens fière, plus respectable que les non voilées parce que les garçons respectent l’habit islamique », H., 19 ans, étudiante en 1ère année biologie, célibataire, voilée depuis 2003.

37Plus l’âge auquel la femme se voile est jeune, plus ce rapport sera déterminant dans la décision de porter le voile ainsi que dans la signification donnée à cette pratique. Les entretiens effectués auprès de jeunes filles voilées nous indiquent que leur souci majeur est de paraître respectable. La garantie de l’honorabilité est selon les enquêtées la principale vertu du voile, son caractère obligatoire, comme pratique religieuse, est secondaire.

38« On me respecte beaucoup plus, les gens me cèdent leur place dans le bus ou dans les files d’attentes; quand je suis agressée verbalement, on me défend ; la façon de draguer n’est plus la même, maintenant on cherche à m’épouser, d’ailleurs le nombre de prétendants a considérablement augmenté », M., 19 ans, lycéenne, célibataire, voilée depuis septembre 2004.

39Aussi, le voile porté à l’adolescence prend un sens particulier. Le rapport au corps est plein d’ambiguïté, c’est la phase transitoire entre l’enfance et l’âge adulte pendant laquelle la jeune fille prend conscience de sa féminité. Cette prise de conscience est souvent conflictuelle et elle le devient davantage quand l’intéressée est issue d’un milieu conservateur (petite bourgeoisie traditionnelle) et si la mère est voilée. Le rôle des parents est en effet décisif dans l’image qu’a la jeune fille d’elle-même et de son corps. Ils participent dans la transmission d’une image négative du corps de la femme en le considérant comme une indécence «cawra» et une menace aussi bien pour elle que pour le sexe opposé. De là découle la nécessité de le dissimuler aux regards pour qu’il ne soit pas souillé. L’obsession de la souillure est liée au mythe de la virginité de la jeune fille qui serait l’unique gage de sa respectabilité et une question centrale dont l’honneur de toute la famille dépend. Le voile s’impose donc comme un barrage à la sexualité comme c’est le cas de S. qui a porté le voile à l’âge de 13 ans sans conviction mais juste pour faire plaisir à sa mère. Bien qu’imposé, le voile est devenu pour la jeune fille comme une seconde peau, un moyen d’occulter une féminité qu’elle n’arrive pas à assumer Le voile est dans ce cas de figure ambivalent, il symbolise la sexualité affichée et opprimée. Affichée, parce qu’en portant le voile elle réaffirme que son corps la distingue, et soumise, puisque via le voile, sa sexualité sera neutralisée.

40« Avant je ne parlais pas avec les garçons de ma class, mais, depuis mon voilement, j’ai plus de facilité à communiquer. Je sens qu’ils me respectent et qu’ils ne peuvent pas avoir de pensées malsaines à mon égard », S., 16 ans, lycéenne, célibataire, non pratiquante, voilée depuis 2002.

Registres et modalités de la résistance passive

41La femme qui décide de se voiler, doit faire face à une double contrainte : elle doit non seulement s’adapter aux changements, souvent radicaux, que provoque le voile dans son mode de vie, mais aussi et surtout, accepter son nouveau statut de femme voilée qui affecte largement ses relations avec les autres. Beaucoup de femmes finissent par abandonner leur voile sous ses contraintes, d’autres par contre montrent encore plus de détermination. L’explication d’un point de vue purement religieux, tel que la force contraignante de la prescription ou l’intensité de la foi, serait insuffisante, même si les interviewées évoquent prioritairement ces raisons. Nous avons en effet noté, que ces justifications religieuses sont inscrites dans des processus d’interactions plus complexes, par le biais desquels sont développés des techniques d’auto valorisation et d’auto exclusion, qui distinguent la femme voilée et l’aident par conséquent à surmonter ses difficultés d’intégration.

42On se doit donc de répondre à ces interrogations : dans quelle mesure le rejet renforce-t-il l’intégration dans le cercle des femmes voilées, de quelle manière est construit le système de croyance qui leur est propre? Dans quelle mesure le discrédit des bases idéologiques sur lesquelles elles fondent leurs revendications dans un système politique et social qui se veut moderne cantonne leurs revendications à la sphère morale et les transforme en culte de la supériorité éthique?

Intériorisation du code de la femme voilée. L’affirmation de soi dans un environnement ressenti comme hostile

43Les enquêtées sont souvent frappées par le déni de reconnaissance des qualités éthiques et morales que le voile est censé leur apporter. Les enquêtées ont en effet, pleinement conscience de l’image négative qu’elles renvoient et de leur singularité. Elles ressentent la distance qui s’installe entre elles et les membres de leur entourage qui remettent en cause leur voilement. Plusieurs femmes disent avoir été rejetées par leurs amies qui les ont trouvées changées « On ne m’invite plus aussi souvent qu’avant parce qu’on me trouve ringarde maintenant que je suis voilée », A., 39 ans, femme au foyer, voilée depuis l’invasion américaine de l’Afghanistan 2002.

44Ce rejet ne se limite pas aux membres de l’entourage, Il peut provoquer des préjudices moraux et matériels à l’extérieur. Outre les remarques désagréables qui leur sont adressées dans la rue, bon nombre de femmes voilées interviewées attestent avoir été victimes de ségrégation. Leur voilement diminue considérablement leurs chances de réussir leurs examens ou de trouver du travail aussi bien dans le secteur public que privé.

45« J’entends toujours des commentaires blessants dans la rue : regarde comment elle est habillée celle-là ! Enlève ce torchon que tu as sur la tête ça vaudrait mieux pour toi, le monde évolue et toi tu fais marche arrière! », E., 26 ans, étudiante en 1ére année DEA droit public à la faculté de droit et de sciences politiques de Tunis, célibataire, voilée depuis 2003.

  • 9 Il s’agit ici d’une des techniques de neutralisation auxquels recourent les délinquants pour justif (...)

46Les téléprédicateurs offrent un « service après vente » en apportant les réponses les plus adéquates aux problèmes d’adaptation que rencontrent, ou risquent de rencontrer, celles qui choisissent le voile. À partir de là, les femmes voilées se construisent une identité et un statut à part. Ce qui se passe la plupart du temps, c’est que ces femmes rejettent à leur tour la société « ignorante et dépravée » dans laquelle elles vivent. Les réactions négatives impliquent naturellement une contre-réaction de la part des femmes voilées, qui s’exprime à travers l’acquisition d’une identité qu’elles estiment supérieure. De là vient la distinction faite par les femmes voilées, entre les « chastes » (voilées), les « égarées » et les « dévergondées ». Dans l’échelle d’évaluation sociale qu’elles ont inventée, elles se basent sur des critères qui reposent sur des normes religieuses et non sociales. Ces critères, de par leur caractère transcendant, seraient prééminents et plus valables que ceux utilisés par les non religieux. C’est dans ce cadre là que s’inscrit la dichotomie dépravation / vertu sur laquelle elles fondent toute leur dialectique. Par réaction ou par anticipation du rejet, elles « condamnent ceux qui les condamnent » (Becker, 1985 : 247)9, en imposant leurs propres normes, notamment à travers un système de croyance qu’elles établissent opposant deux modèles de femmes : occidentalisée et voilée.

47Par ailleurs, l’attitude des femmes voilées vis à vis des personnes qui les rejettent, révèle leur conviction d’être à la fois différentes et supérieures. Leur condescendance vis-à-vis des femmes non voilées est le signe de leur prétention à la supériorité spirituelle et morale « Que Dieu les mettent sur la bonne voie », « ils ne savent pas ce qu’ils font ». Elles recourent aussi à d’autres moyens pour faire face à ces difficultés. Il s’agit du culte du martyre. Tout comme pour n’importe quel inconvénient qui découle du voile, le rejet est érigé, par les interviewées, comme une épreuve qui leur assurera la satisfaction de Dieu et une meilleure place au paradis.

48« Je faisais un stage à la poste, mon encadreur ne s’est pas rendu compte au début que je suis voilée, le deuxième jour, il m’a fait savoir que c’est interdit, il m’a humiliée et a changé subitement d’attitude envers moi, j’étais au bord des larmes mais je me suis dit que ce genre de situations renforce ma foi en Dieu. Maintenant je souhaite que ça m’arrive plus souvent, c’est la plus grande preuve d’amour envers Dieu », L., 23 ans, étudiante en 4e année à l’école de la documentation et des archives, célibataire, voilée depuis Ramadan 2003.

  • 10 Il convient de préciser que l’attitude de la femme voilée n’est pas seulement réactionnelle mais au (...)

49Ce statut privilégié de la femme voilée est aussi un moyen pour elle de se soustraire aux préjugés. Son attitude devant être conforme à l’image qu’elle veut projeter, elle adopte un rôle censé la valoriser10. Elle fait de son mieux pour faire valoir sa piété et sa vertu en société, deux qualités qui seront à la base de son identité.

50« Ça ne me dérange pas d’avoir des amis garçons, mais j’essaie de ne pas m’afficher avec eux. Étant voilée je dois donner l’exemple, les gens considèrent que nous devons être parfaites, angéliques, nous sommes en fait plus sujettes aux critiques », M., 19 ans, lycéenne, célibataire, voilée depuis septembre 2004.

51Les cercles sont les espaces dans lesquels est cultivée cette quête de l’exemplarité. Le voile n’est pas seulement un habit porté par la femme musulmane, il s’agit avant tout d’un engagement religieux. Partant, il exige d’elle un comportement en cohérence avec sa religiosité. Pudeur, discrétion, droiture et honnêteté sont de rigueur, la moindre déviation à ces règles de conduite sera fatale à la femme voilée et au groupe qu’elle prétend représenter. Ainsi, au sein de cercles, des conseils sont prodigués sur la manière dont une femme voilée doit se conduire en société, et des réprimandes sont adressées aux femmes qui ne respectent pas à la lettre ce code de conduite. Elles se sentent investies de la mission de réhabiliter le voile aux yeux des autres et de briser les jugements a priori en montrant que la femme voilée n’est pas forcément soumise à l’ordre patriarcal ou confinée dans l’espace privé : elle travaille, étudie et peut être ambitieuse.

52« L’image du voile doit évoluer et c’est par l’attitude de la femme voilée que cette évolution va se faire.. Nous devons faire très attention à ce que nous disons ou faisons parce que nous avons la responsabilité d’être les ambassadrices de l’Islam. Si nous fautons, nous serons doublement condamnables, pour nous-mêmes et envers le symbole que nous portons », O., 29 ans, avocate, titulaire d’un DEA en droit de la Sorbonne, mariée, voilée depuis Ramadan 2004.

Faire face à la persécution: résistance passive et culture de l’héroïsme pieux

  • 11 Les femmes sont plus exposées à cette persécution que les hommes religieux, en effet le signe de re (...)

53En Tunisie, la femme qui se voile n’est pas simplement une pratiquante qui applique une obligation religieuse mais aussi une personne qui fait acte de résistance à l’État qui interdit le voile et persécute celles qui le portent11. Toutes les femmes interrogées (voilées et non voilées) ont été elles-mêmes, ou le cas échéant des personnes de leur entourage, victimes d’arrestations ou d’humiliations de la part de la police ou de leurs supérieurs hiérarchiques. Aussi, toutes, ou presque, ont soit été privées d’un de leurs droits fondamentaux, soit sont conscientes de cette éventualité. (Une étudiante voilée a décidé de ne pas travailler quand elle aura terminé ses études parce qu’elle est persuadée qu’elle ne trouvera pas de travail à cause du voile, une autre qui passait le concours pour l’ENA (École Nationale d’Administration) était sure qu’elle ne réussirait pas à l’oral pour la même raison, celle-ci a aussi perdu plusieurs opportunités d’embauche).

54« Au téléphone, la femme avait l’air enthousiaste mais comme j’ai déjà été refusée à cause de mon voile, j’ai préféré lui dire que j’étais voilée, elle m’a demandée de rester chez moi », E., 26 ans, étudiante en 1ére année DEA droit public à la faculté de droit et de sciences politiques de Tunis, célibataire, voilée depuis 2003.

55Cependant, la répression ne parvient pas à affaiblir le désir de voilement. L’abandon du voile est fortement répréhensible pour les femmes voilées car il dénote un manque de foi en l’équité divine et l’attachement au monde. En effet, une femme pleinement convaincue de la religion islamique qui lui impose le voile ne doit en aucun cas l’abandonner. Quelque soit le prix à payer - difficultés financières, harcèlement, maltraitance par les autorités - il reste dérisoire comparé au bénéfice qui est le contentement de Dieu. Cette logique fait que bon nombre de femmes voilées restent attachées à leur hijab et refusent de consentir à cette interdiction.

  • 12 L’éducation est très importante pour les femmes voilées, dans la mesure où c’est à elle que revient (...)

56Les émissions de prédication islamique, les réseaux fondamentalistes, organisés et non organisés, interviennent encore une fois pour établir des codes de conduite et composer des stratégies pour contourner la prohibition. Si certaines femmes renoncent à leurs ambitions pour pouvoir garder leur voile, en faisant prévaloir le salut dans l’au-delà sur la vie ici-bas, celles qui se trouvent obligées de travailler ou désirent faire des études12, appliquent le principe de taqiyya en dissimulant leur voilement. Elles enlèvent leur voile à l’intérieur des établissements publics ou bien, profitant du mauvais temps, remplacent le voile par un bonnet ou un chapeau et prétextent la maladie quand elles se font arrêter.

57« Quand on essaye de m’empêcher d’entrer à la faculté, j’enlève l’épingle et je laisse voir une partie de mes cheveux, je le remets dés que je suis à l’intérieur », F., 20 ans, étudiante en 1ère année économie gestion, célibataire, voilée depuis avril 2003.

58Dans tous ces cas de figure, l’interdiction du voile, au lieu d’étouffer le phénomène, l’amplifie et le renforce davantage. La politique de l’État est ressentie comme une violation d’une des libertés fondamentales de l’homme : la liberté d’exercice du culte. Étant comprise dans la sphère du sacré, la frustration qui découle de la restriction à cette liberté n’en sera que plus forte, parce qu’elle touche un domaine jouissant d’une légitimité sans égal aux yeux des intéressées. Bien que l’interdiction du voile entraîne la remise en cause de la légitimité religieuse de l’autorité politique, les femmes ne s’impliquent pas dans des actions revendicatives. Dans un contexte autoritaire marqué par la faiblesse de la société civile et l’absence d’espaces de militantisme, l’action de revendication se traduit par la résistance passive et l’action informelle. La forme de résistance la plus courante et la plus significative est le boycott des mosquées soumises au contrôle de l’État 2010-12-06T15:14:00. Dans une mosquée de Tunis, j’ai pu observer un mouvement de liesse étouffée quand l’imam a damné tous ceux qui portent atteinte à l’islam et aux musulmans et empêchent ces derniers de pratiquer leur religion. Pour les femmes qui m’entouraient, ces paroles s’adressaient au régime.

59« Ça me révolte. Où est la démocratie? L’Islam me donne tous mes droits et c’est l’État qui me les usurpe. La Tunisie est censée être un pays musulman et pourtant je me trouve contrainte de camoufler que je suis voilée en portant des cols roulés et des bonnets, c’est inacceptable », B., 52 ans, professeur d’anglais à l’école supérieure de la santé, mariée, voilée depuis 2003.

60La répression de l’État n’est pas simplement vécue comme une atteinte à la liberté de pratiquer sa religion mais comme un martyre. Une des caractéristiques fondamentales du sentiment religieux, notamment dans l’Islam, est le culte du sacrifice et de l’endurance. Ces qualités sont en outre érigées par les propagandistes fondamentalistes comme la preuve suprême de la piété et de la soumission à la volonté de Dieu. En effet, le voile est devenu pour les femmes qui le portent un symbole de résistance, il n’est plus seulement le signe de leur religiosité apparente mais aussi le signe de leur bravoure et de l’intensité de leur foi « La plupart des gens me félicitent pour mon courage beaucoup plus que pour ma foi », L., 23 ans, étudiante en 4e année à l’école de la documentation et des archives, voilée depuis Ramadan 2003. Le mot « courage » revient sans cesse dans le discours des enquêtées. Elles mettent ainsi un point d’honneur à raconter comment elles ont résisté aux pressions :

61« J’ai parfois peur quand je passe devant un poste de police mais ça m’est égal, je ne crains que Dieu. (…)  Je me suis fait arrêter  plusieurs fois, à chaque fois j’entre au poste comme si j’entrais dans ma maison, je signe l’engagement et je rentre chez moi », « quand on m’arrête à l’entrée de la faculté et qu’on me demande d’enlever l’épingle qui tient mon foulard, je les ignore, on ne doit pas leur montrer qu’on a peur. S’ils insistent je le retire sans protester et je le remets dés que je suis à l’intérieur », F., 20 ans, étudiante en 1ère année économie gestion, voilée depuis avril 2003.

62Le port du voile qui est à la base un acte de piété devient ainsi un acte de résistance, d’affirmation de soi et de sa foi envers et contre tous. Elevé au rang de jihad, le voile remplit une nouvelle fonction : en plus de signifier l’appartenance de celle qui le porte à la religion musulmane, il devient signe d’endurance et donc fait fonction d’agent de valorisation de la femme voilée au regard des autres et au regard de Dieu. Plusieurs enquêtées qualifient les privations qu’elles vivent ou qu’elles seront appelées à vivre de sacrifice. En d’autres termes un don de soi qui répond à une attente de reconnaissance : « Cette vie n’est qu’un passage, on n’en gagne que ce qu’on donne à Dieu, nos bonnes actions qui vont nous garantir le paradis, quitte à sacrifier une aisance matérielle ou un statut social plus gratifiant », E, 26 ans, étudiante en 1ére année DEA droit public, célibataire, voilée depuis 2003. Le port du voile, octroie sous ces conditions le pouvoir sanctifiant de la douleur et de la privation que décrit Durkheim dans le culte négatif : « C’est, en effet, par la manière dont il brave la douleur que se manifeste le mieux la grandeur de l’homme » (1991 : 535).

63Bien que les motivations ayant amené les interviewées à se voiler soient fort diverses, les usages qu’elles en font dénotent la place prise par la subjectivité croyante aux dépends des considérations doctrinales et métaphysiques qui sont le propre de la Tradition. Le voile se présente à travers ce cas d’étude comme un choix individuel pleinement assumé pour devenir un signe d’excellence éthique conférant une identité. Il est tour à tour signe de piété, outil de séduction, moyen de protection, source de résistance au gré des expériences individuelles, des interactions sociales et des apprentissages. Le port du voile inaugure un nouveau rapport au croire, où la piété religieuse est un outil de valorisation et de reconnaissance sociale (Caillé, 2007).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Badran Margot, 2007, « Le féminisme islamique en mouvement », Existe-t-il un féminisme musulman ?, sous la direction d’Islamlaïcité.org, Paris, L’Harmattan.

Becker Howard Saul, 1985, Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Éditions A.-M. Métailié.

Bennani–Chraibi Monia et Fillieule Olivier (Dir.), 2003, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po.

Bras Jean Philippe, 2002, « L’islam administré : illustrations tunisiennes », in Mohammed Kerrou (dir.), Public et privé en Islam, Paris, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Maisonneuve et Larose, p. 227- 246.

Caille Alain (dir.), 2007, « La quête de reconnaissance », Revue du MAUSS, 304 p.

Chafiq Chahla et al., 1995, Femmes sous le voile face à la loi islamique, Paris, Éd. Du Félin.

Durkheim Emile, 1991, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Livre de Poche, Paris.

Göle Nilufer, 1993, Musulmanes et modernes, Voile et tradition en Turquie, Paris, Éditions La Découverte, 190 p.

Haddad Tahar, 1930, Notre femme dans la législation islamique et la société, Tunis, MTE.

Larif Beatrix Asma, 1991, « Changements dans la symbolique du pouvoir en Tunisie », in Michel Camau (dir.), Changements politiques au Maghreb, I.R.E.M.A.M., Coll. Études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, C.N.R.S., p. 141-151.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mahmood Saba, 2001, « Feminist theory, embodiment, and the docile agent: some reflections on the Egyptian Islamic revival », Cultural Anthropology (16) 2, p. 202-236.
DOI : 10.1525/can.2001.16.2.202

— 2004, Politics of piety. The Islamic revival and the feminist subject, Princeton, Princeton University Press, p. 233.

Mead George Herbert, 2006, L’esprit, le soi et la société, PUF, Paris.

Mernissi  Fatima, 1987, Le harem politique, Paris, Albin Michel.

Moghadan Valentine, 2005, Globalizing Women: Transnational Feminist Networks, Baltimore, The John Hopkins University Press.

2007, « Qu’est-ce que le féminisme musulman ? Pour la promotion d’un changement culturel en faveur de l’égalité des genres », Existe-t-il un féminisme musulman ?, sous la direction d’Islamlaïcité.org, Paris, L’Harmattan.

WEBER Max, 2005, La science Profession et vocation, Agone, Marseille.

2008, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Flammarion, Paris.

Weil E., 1971, « Tradition et traditionalisme », in Essais et conférences, tome 2, Paris, Plon.

Weibel Nadine B, 2000, Par delà le voile. Femmes d’islam en Europe, Paris, Éditions complexe, 215 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Yavari-D’hellencourt Nouchine, 1999, « Le féminisme Post-islamiste en Iran », REMMM 85-1, Aix en Provence, Édisud, p. 99-119.
DOI : 10.3406/remmm.1999.2639

Haut de page

Notes

1 Cette contribution expose les aspects principaux d’une problématique mise en œuvre dans un mémoire de D.E.A. en Science Politique, Le nouveau voile religieux en Tunisie, Institut d’Études Politiques, Université Saint- Joseph Beyrouth, 2005. Cette recherche a été réalisée sur la base des données issues de l’observation et d’une enquête qualitative par entretiens semi-directifs conduite en 2004-2005 auprès de 48 femmes voilées et non voilées tunisiennes.

2 N°108 du 18 septembre 1981 pour les établissements scolaires publics ; n°77 du 7 septembre 1987 pour les établissements primaires et secondaires, le 21 septembre 1987 pour les écoles supérieures d’enseignement, les cités et les foyers universitaires. Une quatrième datant du 12 août 1987 s’adresse aux agents de l’administration et des établissements publics des deux sexes. La prohibition du port du voile a été élargie aux établissements privés par une autre circulaire datée de décembre 1991, portant sur la tenue des agents de l’administration et des institutions publiques et privées.

3 Au cours de cette année 2009, l’État s’est montré particulièrement permissif avec les femmes voilées. Selon les enquêtées, cela serait dû au fait que la fille du président de la République se soit voilée, ou encore pour calmer la population en colère à cause de l’invitation du premier ministre israélien Ariel Sharon par l’État tunisien. Il faut souligner aussi que les campagnes de répression ne sont pas systématiques. Nous avons pu observer un certain laisser-faire des autorités avec les femmes voilées.

4 Site officiel de Amr Khaled (http://amrkhaled.net/profile.php).

5 Nous avons pu assister aisément à ces réunions chez les enquêtées elles mêmes, à l’université, à la mosquée.

6 « Hadith » du prophète Mohammed.

7 Sans être exclusives les unes des autres, ces motivations sont hiérarchisées différemment selon le degré d’engagement religieux, les expériences sociales et l’interprétation qui en sont faites à partir des discours des téléprédicateurs.

8 L’aspect religieux n’est pas totalement absent dans la logique des interviewées, mais il ne constitue pas la fonction prééminente. Certaines vont jusqu'à déclarer clairement qu’il leur importe peu que le voile soit obligatoire en Islam, l’essentiel est qu’il les protège.

9 Il s’agit ici d’une des techniques de neutralisation auxquels recourent les délinquants pour justifier leur déviance, qui consiste, outre la transgression d’une norme, dans leur mise à l‘écart par le groupe. Face à leur rejet, les femmes voilées, suivent cette même logique.

10 Il convient de préciser que l’attitude de la femme voilée n’est pas seulement réactionnelle mais aussi inhérente à l’éthique religieuse que lui impose son voile.

11 Les femmes sont plus exposées à cette persécution que les hommes religieux, en effet le signe de religiosité chez l’homme est la barbe, or cette pratique n’a pas le même caractère obligatoire que le voile vu que c’est seulement une Sunna (imitation du prophète).

12 L’éducation est très importante pour les femmes voilées, dans la mesure où c’est à elle que revient le rôle d’éducation des enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryam Ben Salem, « Le voile en Tunisie. De la réalisation de soi à la résistance passive », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/6840

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page