Navigation – Plan du site
Lectures

Lowi Miriam R., Oil Wealth and the Poverty of Politics. Algeria Compared, Cambridge, University Press, 2009, 228 p.

Daho Djerbal

Texte intégral

1L’ouvrage de Miriam R. Lowi, paru en 2009 à University Press, Cambridge, tente, comme son titre l’indique, d’apporter une réponse à l’apparent paradoxe entre richesse des ressources pétrolières et pauvreté politique des États. Tout au long de son travail d’analyse du cas de l’Algérie, l’auteure ne cesse de souligner l’importance que revêt, à ses yeux, la gestion des effets politiques de la fluctuation des revenus pétroliers, tout en explorant les voies par lesquelles se mettent en place, et interagissent, les relations entre les politiques de l’État et les structures du marché pétrolier (Préface xi, premier paragraphe).

2Elle affirme de but en blanc que pour comprendre l’expérience algérienne en la matière, tout autant que celle des autres États exportateurs de pétrole, il faudrait accepter l’hypothèse d’une autonomie des agents individuels en politique par rapport aux structures (de l’économie et de la société) et à leurs effets. Ce sont ces agents qui ont pu rendre possible l’assemblage entre les capacités productives au sein même de la société et la mise en circulation de solutions créatives aux problèmes rencontrés (Préface xiv, premier paragraphe). Il n’est, bien entendu, pas suffisant d’avancer une telle affirmation sans en faire la démonstration. Miriam R. Lowi va s’atteler, tout au long de son ouvrage à la démontrer.

3Dans la première partie Introduction (p. 1-44) et dans le premier chapitre (Ch. 1, Les chocs pétroliers comme défis pour [la stabilité des] les États, p.3), elle décrit les réponses apportées par les directions politiques successives de l’Algérie aux brusques variations des cours du pétrole sur le marché mondial et, par conséquent, sur les revenus principaux de l’Etat. Le choc pétrolier du milieu des années 1980 précipite la dislocation des équilibres socio-économiques. Le régime semble, par moments, sur le point de s’effondrer devant la montée des conflits et l’usage de la violence extrême.

4Il faut attendre le milieu des années 1990 pour voir les militaires reprendre en main la situation et mettre en œuvre, dans un nouveau rapport de forces international, une stratégie combinant cooptation et manipulation politique. La guerre civile finit par revêtir, avec le début des années 2000, la forme d’un conflit de basse intensité. Le régime reprend alors entièrement le contrôle de la situation.

5Ce type de renversement inattendu de situation amène Miriam R. Lowi à reposer les questions qui vont la guider tout au long de son travail : Qu'est-ce que le pétrole a à voir avec cela ? Comment le régime a-t-il finalement réussi à reprendre le pouvoir et neutraliser son opposition ? Quels sont les facteurs décisifs dans cette capacité du pouvoir d’État à rééquilibrer, restaurer et finalement rétablir son hégémonie politique ? Et, d’une manière plus générale, qu’est-ce que l’expérience algérienne nous apprend sur la permanence et la durabilité du système patrimonial, sur la contingence du facteur pétrolier et sur les facteurs déterminants du politique dans les pays exportateurs de pétrole en situation de crise économique majeure ?

6En affinant le champ de son analyse et en l’appliquant aux États exportateurs de pétrole ayant en commun la religion musulmane et un autoritarisme « moderne » (Partie introductive ; p. 1-44) l’auteure tente, par l’approche comparative, de mettre à l’épreuve différentes variables explicatives. Elle se demande pourquoi, si l’on prend des États ayant en commun la religion et l’autoritarisme du régime, certains, comme l’Iran ou l’Indonésie, se sont effondrés alors que d’autres ont résisté aux chocs pétroliers et à l’instabilité politique qui s’en est suivie ?

7Pour répondre à cette énigme (ou paradoxe) le livre de M.R. Lowi offre une étude approfondie de la trajectoire historique de l’Algérie.

8Dans le chapitre intitulé « Expliquer l’instabilité » (Explaining instability, p. 8-12), l’auteure considère que l'instabilité politique, prise sous la forme de l'affaiblissement de l'État – sa capacité décroissante à exercer un monopole du pouvoir et de contrôle en son propre sein et à travers le pays – et l'apparition de la violence civile, doivent être compris dans le cadre du processus de création de l'État moderne dans les situations post-coloniales.

9La plupart des nouveaux États indépendants a, en effet, herité des administrations mises en place par les colonisateurs européens. À la différence des autres États modernes non colonisés, ils ne reposent pas sur l'inclusion sociale, la primauté du droit, celle des valeurs de responsabilité et de progrès par le travail et le mérite ; ni sur l'exclusion de la violence comme mécanisme de régulation sociale.

10De là, l’assertion selon laquelle de profonds clivages sociaux combinés avec des institutions étatiques relativement fermées, seraient des caractéristiques communes aux États post-coloniaux, et en particulier à ceux ayant des régimes autoritaires et des structures de direction patrimoniales.

11Pour l'Algérie et les quatre autres cas choisis à titre comparatif (Indonésie, Arabie Saoudite, Iran, Irak), l’auteure suggère qu’il existe trois facteurs (ou conditions) favorables à l'instabilité politique faisant suite à un choc économique majeur.

12La première condition concerne le développement à base de pétrole, lorsque l'État favorise le développement économique et social ainsi que la mise en place d’infrastructures de base ; et lorsqu’il déploie les importants revenus provenant de la vente de pétrole à cette fin. Dans ces conditions, l'instabilité est plus susceptible de survenir lorsque ce type de développement à base de pétrole est initié dans et par un État faiblement institutionnalisé.

13La deuxième condition a trait aux clivages sociaux à l'origine du développement à base de pétrole. Si, au moment de forte croissance des investissements, il y a de larges pans de la société faiblement intégrés à l'État, alors l'instabilité politique est plus susceptible d’en résulter à la suite d’un choc économique.

14La troisième condition a trait à la façon dont les dirigeants répondent aux changements auxquels ils sont confrontés. Si, face à un ralentissement économique, la direction politique ne parvient pas à mettre en œuvre des réformes et distribuer les ressources de manière à apaiser les forces sociales et intégrer ceux qui ont été marginalisés, l'instabilité politique surviendra. Les États qui, en revanche, restent stables face à un ralentissement économique, ou qui sont en mesure de gérer les déséquilibres après une période d'instabilité, sont en grande partie ceux dont les choix d’une direction avisée ont permis la neutralisation des défis intérieurs.

15Dans les chapitres introductifs qui suivent (Structure et organisation ou le défi du leadership, p. 12-14 ; L’argument et ses fondements, p. 14-16 ; Vers l’analyse comparative, p. 16-20 ; Autres explications, p. 20-22), Miriam R. Lowi souligne l'importance du leadership contrairement à d’autres auteurs de politique comparée qui le considèrent comme une « variable relativement négligeable ». Elle insiste encore une fois sur le rôle conjugué de la structure, du contexte et du choix du leadership dans la maîtrise des effets de la crise. Sans doute, dit-elle, les structures – cultures, institutions sociales et ressources – influent puissamment sur les choix, mais le leadership est « le lieu où l'imagination, les ressources et les opportunités convergent ».

16Dans la 2e partie de l’ouvrage intitulée L’Algérie et ses mécontentements (p. 45-144), Miriam R. Lowi donne une analyse détaillée de l'État et de l'expérience de construction nationale de l'Algérie depuis l'émergence du mouvement nationaliste algérien des années 1920 à la guerre civile qui a débuté en 1992. L’hypothèse est qu’une partie de la nature du régime né dans la période postcoloniale trouve ses origines dans l’histoire du mouvement national et plus particulièrement de la guerre de libération. Après une rapide esquisse de la période coloniale (chapitre 3, De la conquête à l’indépendance, p. 47-73) elle aborde dans le chapitre 4 (L’élaboration du système, p. 74-101) l'évolution politico-économique au cours des périodes Ben Bella et Boumediene avec la mise en place du nouveau système économique et politique. Le chapitre 5 (Du boom à la faillite… jusqu’aux limites de la rupture, p. 102-125) porte sur l'époque Chadly Bendjedid et analyse les prémices de la guerre civile. Le chapitre 6 (La persistance de la violence et le processus de rétablissement des équilibres, p. 126-146) examine les stratégies employées par le régime dans les années 1990 dans son effort pour reconquérir le pouvoir « après une crise qui avait sérieusement menacé la continuité et la stabilité des mécanismes politiques de base ».

17En conclusion, pour l’auteure, la combinaison des facteurs décrits dans cette deuxième partie ainsi que l’appui de forces internationales structurelles ont permis au régime algérien de reprendre les rênes du pouvoir et d'affirmer son hégémonie. L’usage de la violence ciblée a été combiné avec la manipulation des Algériens dans leur ensemble tout autant que des insurgés ; la cooptation de forces d'opposition (réelles ou potentielles) a également fait partie de la combinaison politique.

18Ce qui apparaît avec évidence est que cette stratégie a été facilitée dans les années 1990 par le soutien financier des puissances européennes. Puis, à la fin de la décennie 90 et dans le nouveau siècle, une fois que le régime avait plus ou moins réussi à réduire l'insurrection, ce sont les forces internationales structurelles – l’embellie des prix du pétrole et la « guerre contre le terrorisme » – qui semblent avoir vigoureusement joué en sa faveur.

19La 3e et dernière partie de l’ouvrage sous le titre Comparaisons et conclusions (p. 145-191) comprend le chapitre 7 (Variations sur le thème : éléments comparatifs dans le monde musulman, p. 147-176) et le chapitre 8 (Conclusions : Richesse pétrolière et pauvreté du politique, p. 177-191)

20L'étude approfondie de la trajectoire politique de l'Algérie, ponctuée par une focalisation sur les moments critiques et étayée par une brève incursion dans l'analyse comparative, permettent à Miriam R. Lowi de souligner à nouveau l'importance du contexte et le choix du leadership dans les issues à la crise. Elle pense avoir ainsi démontré que le pétrole, la rente pétrolière, et le développement fondé sur le pétrole – et, bien sûr, les chocs économiques – constituent effectivement des défis majeurs pour l'économie politique. Néanmoins, ces mêmes défis peuvent être atténués ou exacerbés par les décisions des dirigeants politiques dans la toile de fond des dispositifs institutionnels que les dirigeants tentent de construire ou sur lesquels ils peuvent compter.

21Indépendamment de l’hypothèse centrale sur laquelle repose le travail de M.R. Lowi et qui fait l’originalité de l’ouvrage, l’auteure procède avec un louable souci d’équité méthodologique à un tour d’horizon des thèses et approches développées par l’économie politique néo-classique (principalement anglo-saxonne) appliquée aux États pétroliers. Beaucoup d’entre elles insistent sur les effets particulièrement néfastes d’une économie principalement fondée sur les exportations du pétrole (p. 30-34). Elles soulignent toutes les performances relativement médiocres des pays exportateurs de pétrole dans les secteurs de plein essor en général, et sur le syndrome néerlandais (Dutch Desease) en particulier. Elles montrent la tendance du secteur pétrolier en pleine expansion à attirer du capital et du travail et à éloigner de ce fait ces derniers des secteurs manufacturier et agricole. La production des biens et services agricoles et manufacturés est donc sous pression du fait de l'augmentation relative et absolue de leurs coûts de production.

22En clair, l’économie pétrolière et l’État-Rentier apparaissent comme facteurs premiers de l’instabilité économique et sociale et, par conséquent, des désordres politiques et de l’instabilité des régimes.

23On peut se demander pour terminer, pourquoi l’auteure n’a pas montré comment des groupes d'intérêts étatiques et privés se sont constitués au bénéfice des troubles intervenus dans les années 1990 pour capturer la rente pétrolière et convertir massivement les biens publics en bien patrimoniaux et privés ? En d’autres termes, il reste à faire l’analyse des nouvelles alliances de classes et de la recomposition des forces à la tête de l’État qui ont conjugué leurs efforts pour étouffer toute velléité de réforme institutionnelle. Une simple lecture de la structure du PIB permet de mettre en évidence l’approfondissement du caractère rentier de l’économie et l’éloignement de la perspective de l’économie de marché au sens canonique du terme. La transition a concerné les modalités de redistribution de la rente qui ne concerne plus désormais qu’une couche plus réduite d’ayant droits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daho Djerbal, « Lowi Miriam R., Oil Wealth and the Poverty of Politics. Algeria Compared, Cambridge, University Press, 2009, 228 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/7015

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page