Navigation – Plan du site
Lectures

Thierry Desrues y Miguel Hernando de Larramendi (dir.), “S’opposer au Maghreb” [dossier de recherche], L’Année du Maghreb 2009,  CNRS, Paris, 20101.

Irene Fernández-Molina

Texte intégral

  • 1 . Le présent compte rendu de lecture, tout comme le dossier dont il traite, a été rédigé avant que (...)

1Alors que la première décennie du XXIe siècle est sur le point de s’achever, les régimes en place dans les trois États du Maghreb central - Maroc, Algérie, Tunisie - semblent installés dans une tranquillité politique durable que viennent à peine perturber quelques attentats terroristes, catastrophes naturelles ou actes individuels et épisodiques de dissidence. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne semblent guère menacés par des difficultés qu’ils n’aient les moyens de gérer, voire de canaliser dans leur propre intérêt. L’autoritarisme jouit d’une bonne santé sous ces latitudes, et ce, contre tous les pronostics plus ou moins volontaristes de la décennie précédente. Qui, dès lors, remet en question ou conteste l’actuel état de choses ? Qui s’oppose soit aux régimes dans leur globalité, aux groupes qui détiennent le pouvoir ou à certaines des politiques concrètes qu’ils mettent en œuvre ?

2Suivre à la trace ce qu’il existe - ou ce qu’il reste – d’opposition au Maghreb, tel est l’objectif du dossier de recherche monographique de l’annuaire L’Année du Maghreb 2009, dirigé par Thierry Desrues et Miguel Hernando de Larramendi, respectivement chercheur titulaire du Conseil supérieur de recherches scientifiques (CSIC) dans l’Institut d’études sociales avancées (IESA) de Cordoue (Espagne) et professeur titulaire d’Histoire du monde arabe à l’Université de Castilla-La Mancha. Plutôt que de réaliser une cartographie exhaustive des acteurs susceptibles d’appartenir à cette catégorie politique incertaine, cette compilation d’articles cherche à identifier et localiser, à la manière d’un radar, ce qui s’agite le plus sur la scène politique de ces pays, ou le plus souvent dans ses coulisses : nouvelles tendances, forces émergentes, lueurs de changement en acte ou en puissance. Si opposition il y a, c’est sans doute aux marges de la politique institutionnalisée plutôt qu’à l’intérieur d’une scène officielle où campent des partis rétrécis, confortablement installés dans une position subalterne par rapport au pouvoir et incapables de constituer une alternative viable.

3Le premier intérêt de ce travail collectif est de rappeler d’emblée le changement de perspective salutaire qui s’est récemment opéré dans les analyses portant sur les pays de la région : de la présomption (presque téléologique) d’une imminence des transitions démocratiques, on est passé à une approche plus prudente des multiples dynamiques de changement à l’œuvre dans des contextes autoritaires - quels que soient leur sens ou leurs résultats - ainsi que des réformes qui permettent aux régimes de s’adapter aux événements et d’assurer leur survie. Le second intérêt est d’aborder un sujet peu fréquent dans la littérature académique sur cette aire géographique, que ce soit du point de vue national ou comparé. Dans son article, Abderrahim El Maslouhi explique que la catégorie « opposition politique » a eu du mal à s’enraciner comme variable analytique dans les pays du Maghreb du fait des réflexes unanimistes et de l’inclination au monolithisme des élites politiques maghrébines depuis la décolonisation. Selon Desrues et Hernando de Larramendi, « le principe d’unité qui commande la conception organique de la communauté politique, incarné principalement par le chef revient à exclure le contestataire de la communauté nationale ».

4Par ailleurs, on est face à un objet d’étude ambigu et incertain pour plusieurs raisons : la polysémie intrinsèque du concept et la difficulté de le catégoriser (l’opposition peut s’exercer face à l’État, au régime, au leader ou à certaines politiques, d’après la classification de Jean Leca citée dans l’introduction) ; son caractère contingent et sa géométrie variable au fil du temps (un même acteur peut agir ou non en tant qu’opposition en fonction du moment et des circonstances, c’est la « flexibilité positionnelle » ou « multipositionnalité » dont parle El Maslouhi) ; la pluralité des acteurs auxquels on peut attribuer cette étiquette (partis ou protopartis politiques, syndicats, associations de plaidoyer, mouvements sociaux, media, individus) ; la dépendance des autoreprésentations et des discours de ces mêmes acteurs, qui peuvent donner lieu à des jeux de miroirs équivoques.

5Autre difficulté, sur le terrain déjà mouvant des perceptions et des représentations, les différents acteurs ne sont pas les seuls à se présenter ou non comme « opposition ». Il faut aussi tenir compte, comme le montrent plusieurs articles de ce volume, des fonctions que certains d’entre eux peuvent jouer, volontairement ou involontairement, au service des objectifs de régimes versés dans l’art de la manipulation et de l’illusionnisme. Des partis consolidés et ayant d’anciennes lettres de créance oppositionnelles, des formations gauchistes plus ou moins marginales - comme celles analysées par Michael Béchir Ayari dans le cas tunisien - ou bien des organisations de la société civile politiquement belligérantes, aucun n’échappe aux conséquences d’un cadre politique et légal autoritaire qui ne permet qu’une autonomie restreinte ; aucun n’échappe aux tentatives d’instrumentalisation par le pouvoir central. La bonne réputation démocratique du pays à l’étranger et l’endiguement des mouvements islamistes émergents ont été des enjeux prioritaires à cet égard.

6Si l’on ne se risque pas dans ce dossier à désigner quels sont les acteurs qui incarnent de nos jours la véritable opposition aux régimes maghrébins ou en sont les inspirateurs, en revanche ceux qui ne jouent aucun rôle sont clairement identifiés : les partis politiques.

7Dans le cas algérien, Louisa Dris-Aït-Hamadouche et Yahia H. Zoubir les décrivent comme des organisations marquées par le discrédit, incapables de mobiliser l’électorat et préoccupées uniquement d’obtenir une parcelle de pouvoir, même au prix de compromissions  avec le régime. Cette incapacité de ceux qui devraient être en théorie les médiateurs légitimes entre le gouvernement et la société explique que l’intérêt de beaucoup d’observateurs se soit déplacé vers les formes d’action collective, de contestation ou de mobilisation sociale qui dépassent, au moins en partie, la scène politique institutionnalisée.

8Selon El Maslouhi : « À quelques exceptions près (filière islamiste), le contexte actuel d’éradication, de domestication, voire de fonctionnarisation des oppositions radicales, anciennes et nouvelles, est à l’origine d’un glissement notable des formes d’opposition vers des pratiques protestataires et des mobilisations collectives inédites où les arènes partisane et parlementaire sont manifestement en perte de vitesse par rapport aux mouvements sociaux politisés ».

9Ce même auteur propose une réflexion suggestive sur le parcours exemplaire réalisé par l’Union socialiste des forces populaires (USFP) marocaine, depuis les arènes de l’opposition (d’abord subversive, puis institutionnelle) jusque dans le giron de la monarchie, ce qui lui a valu une crise aiguë d’identité et des dommages électoraux successifs ces dernières années.

10Au-delà de la rhétorique du consensus et du compromis avec la « transition démocratique », les enjeux de cette évolution se trouvent dans les « rationalités subjonctives » des dirigeants de cette formation (d’un point de vue sociologique), les bénéfices réciproques d’une alliance avec le régime et la déliquescence idéologique qui affecte la gauche au niveau mondial.

11Au-delà de l’interprétation de l’histoire singulière de ce parti (et de ses prédécesseurs) au cours des 50 dernières années, cet article offre également quelques pistes théoriques qui peuvent servir de référence pour des recherches à venir. Néanmoins, comme le reconnaît El Maslouhi lui-même, les sites d’observation les plus prometteurs pour la recherche des « oppositions » dans le Maghreb actuel sont plutôt ceux qui ont rapport à l’action collective moins institutionnalisée, les protestations et les mouvements sociaux. C’est d’ailleurs une approche partagée par les travaux les plus empiriques inclus dans cette compilation, élaborés à partir de l’observation de terrain et des entretiens avec les acteurs protagonistes.

12Didier Le Saout et Amrouche Nassim examinent deux manifestations particulières de la tendance actuelle à la réaffirmation et à la politisation de l’identité ethno-linguistique amazighe, présente dans différentes régions du Maghreb. Le premier aborde l’apparition et l’évolution d’une branche spécifique du mouvement amazighe au Maroc qui a adopté un registre singulièrement radical dans ses actions et ses revendications : celui des militants - surtout des étudiants - originaires du sud-est de l’Atlas moyen. Après avoir examiné ses structures de mobilisation (organisations) et ses répertoires d’action collective (blocage de routes, boycott électoral), cet auteur consacre une attention spéciale aux discours et à la composante identitaire des protestations.

  • 2  Eric Hobsbawm, “Introduction: Inventing Traditions”, dans Eric Hobsbawm et Terence Ranger (eds.), (...)

13C’est précisément l’angle d’analyse choisi par Nassim Amrouche dans son essai pour expliquer les mutations de la vieille « opposition berbériste » de la Kabylie algérienne que révèlent les émeutes violentes de l’été 2001. Car, en fait, les deux mouvements présentent d’intéressantes analogies malgré la distance géographique. En premier lieu, un stratégie de retraditionalisation ou plus exactement, le recours à ce qu’Eric Hobsbawm2 appellerait des « traditions inventées » (dépoussiérées à volonté et réadaptées aux besoins politiques du moment) qui sont extraites du répertoire tribal de chaque zone afin d’étayer la communauté imaginaire. Deuxièmement, l’utilisation également sélective de faits et de mythes historiques locaux pour, entre autres, établir une continuité entre la lutte actuelle et les guerres anticoloniales dont découle encore une bonne partie de la légitimité de leurs États-nation respectifs. Enfin, la tension permanente entre les identifications globales et locales, entre une définition supra-étatique de l’amazighité qui englobe tout le nord de l’Afrique - la Tamazgha mythique - et la tendance à la différenciation sur une base de plus en plus locale (la première semblant prévaloir dans le cas kabyle et la deuxième dans celui du Maroc).

14La question de l’identité est aussi cruciale dans les deux articles concernant le Sahara occidental, où, d’ailleurs, elle s’entrecroise avec les enjeux stratégiques d’un conflit international encore irrésolu. Au sein du territoire sous contrôle marocain, Victoria Veguilla analyse les transformations subies au cours de la dernière décennie par l’espace protestataire de la ville de Dakhla. L’observation de deux épisodes successifs de contestation et la trajectoire exemplaire d’un militant lui permettent de questionner la distinction nette entre revendications socio-économiques et revendications « politiques » (c’est-à-dire indépendantistes), distinction établie et diffusée par les autorités marocaines (de plus en plus tolérantes vis-à-vis des premières pourvu qu’elles apparaissent soigneusement dépolitisées). Pour cet auteur, l’identitaire pénètre la totalité des processus sociopolitiques à l’œuvre dans cette ville car les acteurs eux-mêmes n’hésitent pas à l’utiliser comme ressource pour atteindre leurs objectifs.

15Quant aux sahraouis indépendantistes réfugiés dans les camps de Tindouf (Algérie), ils ne sont pas non plus la communauté figée dans le temps et politiquement pétrifiée que l’on présente parfois. Face à l’unanimisme officiel, Carmen Gómez Martín et Cédric Omet suivent à la trace quelques organisations de jeunes sahraouis qui remettent actuellement en question la gestion du conflit par le Front Polisario, quoique ne s’y opposant pas ouvertement (des « dissidences non dissidentes »), et n’hésitent pas à tenir le discours sur le « retour aux armes ». Ce qu’ils font aussi bien dans les camps de réfugiés que dans l’émigration en Europe - surtout en Espagne -, conçue par leurs dirigeants comme une soupape de sécurité face à la frustration provoquée par les inégalités sociales et la pérennisation des négociations. La seule réserve sur ce travail est qu’il établit une correspondance entre les mobilisations des jeunes sahraouis dans les « trois espaces » - les camps de réfugiés, la diaspora et les « territoires occupés » - qui ne va pas de soi (on devrait s’interroger aussi sur les divergences).

16La sphère de la société civile est la plus propice à l’observation des conséquences de l’autonomie restreinte des acteurs politiques potentiellement oppositionnels et la volonté permanente des régimes de les mettre à leur service. Dans le cas de l’Algérie, comme l’explique Laurence Thieux, la plupart des associations travaillent dans le domaine social, culturel ou environnemental où ils ne font que prolonger et renforcer l’action de l’État ; tandis que celles qui agissent sur des terrains politiquement sensibles - droits de l’homme, lutte contre la corruption, mouvement berbère - sont une minorité.

17Une autre constante au fil des dernières décennies a été l’instrumentalisation de ces organisations par le pouvoir, avec des objectifs variables : la libéralisation économique et politique dans les années 1980, la lutte contre la menace islamiste dans les années 1990, la « réconciliation nationale » à partir de 2000. Dans le pays voisin, la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) a traversé des vicissitudes similaires. Larbi Chouikha et Eric Gobe décrivent les raisons de son va-et-vient, depuis les années 1970, entre l’opposition la plus ferme et le compromis (« la compromission ») avec un régime qui l’entrave et la réprime autant qu’il la maintient (pour sa légitimation internationale avant tout).

18Il n’est pas étonnant, au demeurant, que plutôt que de parler de l’activité ou de l’influence de diverses forces d’opposition, de mesurer leurs capacités respectives et de leurs chances d’atteindre le pouvoir, la plupart des articles rassemblés dans ce dossier traitent surtout des difficultés de leur existence et finissent par attester de leur impuissance. S’il a pu être autrefois un terrain miné, le Maghreb actuel est, comme le répètent plusieurs auteurs, un champ politique désamorcé où, l’une après l’autre, toutes les menaces supposées se sont révélées finalement inoffensives pour les régimes établis. Le défilé d’acteurs politiques désarmés ou ralliés auquel l’on assiste dans ces pages n’est certes pas très encourageant, mais il constitue un passage obligé pour essayer de comprendre la réalité politique actuelle des pays de cette région.

Haut de page

Notes

1 . Le présent compte rendu de lecture, tout comme le dossier dont il traite, a été rédigé avant que n’interviennent les bouleversements politiques en Tunisie à partir de décembre 2010 (NDLR).

2  Eric Hobsbawm, “Introduction: Inventing Traditions”, dans Eric Hobsbawm et Terence Ranger (eds.), The Invention of Tradition, Cambridge University Press, Cambridge, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene Fernández-Molina, « Thierry Desrues y Miguel Hernando de Larramendi (dir.), “S’opposer au Maghreb” [dossier de recherche], L’Année du Maghreb 2009,  CNRS, Paris, 2010. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 14 février 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/7017

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page