Navigation – Plan du site
Lectures

Ladier-Fouladi Marie, Iran : un monde de paradoxe, L’Atalante, 2009, 384 p.

Fereydoun Khavand

Texte intégral

1La République islamique d’Iran ne cesse d’être au cœur de l’actualité internationale, et ce depuis plus de trois décennies. Pour une large partie de l’opinion publique occidentale, le berceau de la révolution islamique de 1979 est à la fois déconcertant et fascinant, et les soubresauts de sa vie politique, particulièrement compliquée semblent alternativement inquiétants ou rassurants.

2Depuis l’apparition de cette « curiosité » de la vie internationale, la grande majorité des études la concernant ont essayé de la rendre « compréhensible »  en décortiquant les mécanismes de sa vie politique et/ou en s’appuyant sur les outils d’analyse géopolitique. Ces études ont certes contribué à mieux connaître ce géant du Moyen-Orient, mais elles ne facilitent pas, à elles seules, la compréhension de ses profondes évolutions sociales.

3Marie Ladier-Fouladi tente de comprendre l’Iran dans le cadre d’une analyse sociodémographique, et jette ainsi un nouveau regard sur les « paradoxes » iraniens. Les études consacrées à l’Iran se focalisent essentiellement sur l’Islam politique et négligent – ou sous-estiment – l’autonomie de la société iranienne par rapport au pouvoir théocratique. Démographe confirmée, l’auteur va à la rencontre de cette autonomie en utilisant à merveille les capacités de sa discipline ainsi que les recherches de terrain pour appréhender la société iranienne.

4L’approche démographique constitue la principale contribution de Marie Ladier-Fouladi à l’iranologie. Elle s’appuie sur une idée fondamentale : toute mutation démographique est «clairement significative en ce qu’elle s’accompagne nécessairement d’une mutation globale de la société concernée. » Et dans ce cadre d’analyse, l’étude des phénomènes tels que la nuptialité ou la fécondité démontre effectivement que la société iranienne, avant d’être  soumise aux injonctions du pouvoir, obéit à sa propre dynamique.

5Cette analyse apporte un nouvel éclairage sur les « paradoxes iraniens ». Au lendemain de la révolution de 1979, le pouvoir islamique tente d’imposer la Charia à la société iranienne, y compris et surtout en rétablissant les discriminations à l’encontre des femmes. Or malgré le recours massif à la répression, les iraniennes parviennent à s’imposer comme les actrices d’une évolution sociale remarquable, qui se manifeste d’abord dans une transition démographique spectaculaire. En effet la fécondité moyenne passe de 7 enfants par femme en 1979 à 1,9 en 2007, soit une baisse de 70% en 28 ans. Parallèlement les rapports entre les époux se transforment, la participation des femmes à la vie active augmente, et les mouvements féministes se développent de plus en plus.

6Malgré la baisse spectaculaire du taux d’accroissement démographique, les moins de 25 ans représentent encore près de 50% de la population. Cependant cette jeunesse de la société iranienne, au lieu d’être instrumentalisée par le pouvoir, devient à son tour une des principales forces mettant en cause la « légitimité» de la théocratie.

7Mais la place prioritaire accordée à l’analyse « sociodémographique » ne conduit pas l’auteur à négliger les mécanismes et les évolutions politiques de la République islamique.

8Aux yeux des occidentaux, la nature du régime instauré en Iran après la révolution de 1979 posent bien des difficultés. En effet le nouveau régime s’appuie, dès sa naissance,  sur des institutions et des pratiques qui ne ressemblent pas à celles en vigueur dans les autres régimes révolutionnaires du « Tiers-monde ». Sa constitution reconnaît à la fois la souveraineté absolue de Dieu et la souveraineté des peuples. Ses institutions électives subissent la suprématie absolue du Guide, et le jeu des alliances et des affrontements entre les factions, qui donne à l’espace politique iranien une certaine souplesse, ne mettent pas en cause le caractère figé de la théocratie.

9L’ouvrage de Marie Ladier-Fouladi est un excellent outil d’analyse permettant d’appréhender les méandres de la République islamique. On y découvre un autre paradoxe de la réalité iranienne : une dictature pas comme les autres, qui autorise les discours contradictoires et les surprises électorales. Un régime qui accepte la compétition entre une myriade de factions et de personnalités, sans pour autant parvenir à sortir de son immobilisme.

10Publié avant les événements extrêmement importants ayant marqué en 2009 les dernières élections présidentielles iraniennes, cet ouvrage y apporte cependant un éclaircissement a particulièrement intéressant. On y trouve en effet les principaux facteurs ayant mobilisé la société civile iranienne contre la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad.

11Si certaines analyses développées dans L’« Iran : un monde de paradoxes » n’emportent pas la conviction – la révolution de 1979 n’a – t –elle pas été, dès son déclenchement, annonciatrice d’un ordre religieux ? -  l’ouvrage de Marie Ladier-Fouladi n’en reste pas moins un ouvrage fondamental pour mieux comprendre un pays dont l’évolution aura une importance primordiale pour l’avenir du Moyen-Orient et du monde musulman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fereydoun Khavand, « Ladier-Fouladi Marie, Iran : un monde de paradoxe, L’Atalante, 2009, 384 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/7019

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page