Navigation – Plan du site
Lectures

Larramendi Miguel Hernando de y Mañé Estrada Aurelia (Eds.), La política exterior española hacia el Magreb. Actores e intereses, Barcelona, Ariel/Real Instituto Elcano, 2009, 276 p.

Laura Feliu

Texte intégral

1La política exterior española hacia el Magreb. Actores e intereses, coéditée par Miguel Hernando de Larramendi et Aurelia Mañé Estrada est un travail de référence incontournable non seulement pour ceux qui s’intéressent aux relations entre l’Espagne et l’Afrique du Nord, mais aussi pour les décideurs et chercheurs qui souhaitent connaître les dessous de la politique étrangère espagnole en général.

2L’ouvrage est structuré selon un schéma classique : en guise de cadrage général, la première partie élaborée par Elvira Sánchez présente une analyse théorique et conceptuelle complète sur la prolifération de nouveaux acteurs dans la politique étrangère ainsi que les ressorts plus formels des processus de prise de décision ; la seconde et la troisième partie abordent successivement les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux avec exhaustivité et une grande rigueur.

3Dans les études sur la politique étrangère espagnole, l’analyse de l’influence des acteurs politiques, sociaux et économiques a été reléguée au second plan alors même qu’aux Etats-Unis, cette question a occupé et occupe toujours une place prééminente, aussi bien dans la littérature académique de l’Analyse des politiques étrangères (APE) que dans les études réalisées sur la politique étrangère (c’est-à-dire dans la majeure partie de la production écrite sur la politique étrangère).

4Cet excellent ouvrage collectif vient donc combler un vide dans ce domaine. Ses onze chapitres offrent une analyse des caractéristiques de ces acteurs et de leurs intérêts avec une certaine profondeur historique, en abordant notamment les changements qu’ils traversent.

5Cet ouvrage contribue à l’étude d’une question fondamentale dans l’étude de la politique étrangère : l’identification de ceux qui ont la capacité de décider, ou en d’autres termes, qui gouverne en matière de politique étrangère ? Même si ce n’est pas l’axe central des différentes études de cas, ces dernières nous donnent de précieuses informations à ce sujet.

6La littérature sur le système politique espagnol (et sa politique étrangère) replace ce système au sein d’un modèle présidentialiste qui se caractérise par un contrôle de la politique étrangère par la présidence du gouvernement, le rôle secondaire du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, et un déficit de contrôle parlementaire. Le chapitre de Lemus de la Iglesia et de Amirah Fernández confirme que la stratégie générale de politique étrangère se discute entre la présidence du gouvernement et le MAEC, avec un rôle important des conseillers des cabinets correspondants, particulièrement celui du président. D’autre part, le chapitre de Hernando de Larramendi, González Gonzalez et Azaola Piazza consacré au MAEC met en évidence le rôle fluctuant du Ministère en fonction des va-et-vient du processus de présidentialisation.

7L’ensemble des études qui composent cet ouvrage mettent en évidence la complexité du processus de prise de décision, mais surtout - et c’est la principale nouveauté -, montrent les difficultés qu’ont les groupes d’intérêt à devenir des groupes de plaidoyer et de pression. Le panorama présenté met en avant une grande autonomie de l’exécutif, mais dans un contexte changeant.

8Il ne fait pas de doutes que la prolifération de nouveaux acteurs avec leurs intérêts respectifs, les nouvelles réalités découlant du processus de distribution territoriale des compétences (le chapitre de Desrues sur l’action extérieure de la Junte d’Andalousie montre l’influence de celle-ci sur les décisions du gouvernement central vis-à-vis du Maroc) et la progressive européanisation de la politique étrangère auront une influence grandissante sur la formulation et l’application de cette politique publique.

9Même si de nombreux acteurs espagnols ont des intérêts importants au Maghreb et particulièrement au Maroc, les différents groupes d’intérêts qui y sont associés ont jusqu’à présent du mal à constituer et consolider des groupes de plaidoyer à même de jouer un rôle d’intermédiaire avec le pouvoir législatif, et encore moins à devenir des groupes de pression efficaces.

10Le chapitre de Durán Parra sur les entreprises espagnoles au Maroc illustre parfaitement ce fait. Ce sont les entreprises actives dans le domaine des télécommunications, les compagnies aériennes, l’électricité, les hydrocarbures, la banque et l’hôtellerie qui ont établi les contacts les plus influents et de fait, ce sont elles qui ont le plus de capacité de mobilisation pour atteindre leurs objectifs. Comment s’y prennent elles ? Quelles sont les voies utilisées, quelles en sont les limites ? Il s’agit là de questions qui n’ont été jusqu’à présent que peu analysées (la pêche et les hydrocarbures sont les secteurs qui ont été les plus étudiés dans la littérature sur la politique étrangère dans cette région ; dans cet ouvrage l’étude de García Pérez aborde précisément le secteur de la pêche en Galice). Pour ce qui est de la décision politique, les études précédentes - tout comme l’ouvrage dont il est ici question - n’ont toujours pas donné de preuves de l’impact pratique que ces entreprises peuvent avoir sur la formulation de la politique étrangère. C’est un domaine de grande importance qui mérite d’être beaucoup plus présent dans la recherche universitaire.

11L’ouvrage offre aussi des pistes sur la façon dont les différents types de décideurs politiques montrent des dispositions diverses face à l’ascendant des acteurs internes (par exemple les représentants de l’exécutif ou les parlementaires) et sur les variations considérables de l’influence sur l’exécutif en fonction de la thématique traitée (pêche, énergie ou relations culturelles).

12Les partis politiques constituent aussi un groupe d’acteurs formalisés avec un ascendant sur l’exécutif, mais distinct des groupes d’intérêt ou de pression. Les formations politiques espagnoles montrent clairement beaucoup plus d’intérêt pour l’Europe ou l’Amérique Latine que pour les pays maghrébins, comme le montre l’intéressant chapitre élaboré par Fernández Molina. Malgré cela, plusieurs facteurs ont contribué à multiplier les espaces de rencontre et d’échange : la plus grande professionnalisation de leurs départements chargés des relations internationales ; l’importance de leurs fondations et institutions sociales ; les opportunités que leur donne la diplomatie parlementaire (voir à ce sujet le chapitre de Suárez Collado sur le groupe d’amitié hispano-marocain) ou encore les réunions internationales des partis.

13En ce qui concerne les communautés épistémiques et la possibilité qu’ont les réseaux d’experts de contribuer à concevoir les politiques étrangères, López García propose une intéressante analyse du Comité Averroès composé de membres éminents des sociétés civiles espagnoles et marocaines, pour conclure cependant que l’influence de cette intéressante institution a été nulle sur l’agenda de la politique étrangère (p.196).

14Le rapide passage en revue des différents acteurs internes susceptibles d’exercer une influence sur le processus de prise de décision laisse également transparaitre une image de faiblesse, et ce malgré leur prolifération au cours des dernières années et l’identification - nécessairement très inégale d’un point de vue géographique et thématique – d’intérêts importants. Les groupes d’intérêts ont le plus grand mal à agréger leurs objectifs, et ceux qui ont le plus de ressources ne semblent pas avoir eu un ascendant décisif sur la formulation de la politique étrangère. Les mouvements sociaux et les groupes de promotion n’ont pas non plus réussi à impulser les politiques souhaitées.

15Malgré tout, la lecture de cet ouvrage permet d’entrevoir une plus grande participation de toute une série d’acteurs internes dans les étapes de consultation pour l’élaboration des politiques étrangères, et une certaine intervention dans la conception stratégique, ce qui suppose une influence sur la décision. Là encore il est très important de distinguer les différents dossiers thématiques.

16Enfin certaines questions de recherche peu abordées dans l’étude du cas espagnol pourraient constituer la suite logique de cet ouvrage : le caractère idoine ou non de la notion d’intérêt national par opposition aux intérêts sectoriels ; les conséquences de l’interrelation croissante entre les différentes dimensions de l’agenda de la politique étrangère et de son européanisation ; la plus grande capacité des acteurs internes résultante de la constitution de liens transnationaux, réseaux, plateformes et même acteurs transnationaux, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Feliu, « Larramendi Miguel Hernando de y Mañé Estrada Aurelia (Eds.), La política exterior española hacia el Magreb. Actores e intereses, Barcelona, Ariel/Real Instituto Elcano, 2009, 276 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7024

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page