Navigation – Plan du site
Lectures

Gutron Clémentine, L’archéologie en Tunisie (xixe-xxe siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité, Paris, Karthala, 2010, 327 p.

Alain Messaoudi

Texte intégral

1Cette étude sur les origines, le développement et les enjeux actuels de l’archéologie en Tunisie fait davantage qu’ajouter une pièce supplémentaire à une historiographie de l’archéologie française qui s’est développée depuis une vingtaine d’années. Prenant pour cadre un territoire national qui a été l’objet d’une entreprise coloniale et choisissant une périodisation qui déborde en amont et en aval les limites chronologiques du Protectorat français, Clémentine Gutron interroge les fondements de la recherche archéologique. En sondant les motivations de ses acteurs et en décryptant, à partir du cas tunisien, les significations d’une exhumation et d’une mise en valeur sélective du passé, elle invite à une réflexion sur les enjeux d’une opération qui, aussi scientifique soit-elle, n’est jamais indifférente au milieu dans lequel elle s’inscrit.

2Loin de toute perspective scientiste et linéaire, Clémentine Gutron pose le cadre chronologique et institutionnel général (1er chapitre) avant de faire ressortir, grâce à l’exploitation de sources inédites (correspondances conservées dans les archives de l’École française de Rome en particulier), les clivages ou les feuilletages d’un monde moins paisible qu’il ne prétend être (chap. 2 et 3). Elle s’émancipe de la perspective que pourraient imposer des sources élaborées principalement par les archéologues eux-mêmes en choisissant deux sites majeurs, Dougga et Carthage, comme lieux d’observation, ce qui permet de donner toute leur place aux habitants, témoins et acteurs des chantiers de fouilles et des aménagements qui leur font suite (chap. 4 et 5). Un dernier chapitre ouvre à une interrogation générale sur le rapport de la Tunisie à son passé antéislamique, en analysant plus particulièrement comment le passé phénicien s’est affirmé depuis les années 1990 comme une référence majeure de l’histoire nationale.

3En abordant de front la question de la transition entre le Protectorat et l’Indépendance, Clémentine Gutron met en évidence les difficultés d’une décolonisation qui rappelle crûment les enjeux politiques de l’archéologie. Croisant archives écrites et nombreux entretiens en France et en Tunisie, elle écrit un chapitre neuf de l’histoire des relations culturelles franco-tunisiennes et en révèle la complexité : le gouvernement bourguibien préfère dans un premier temps maintenir un Français à la direction des antiquités, plutôt que de voir le poste échoir au Tunisien, yousséfiste, qui pourrait y prétendre, puis bloque le projet d’une Mission archéologique française sur le modèle du Liban ou de l’Égypte. Elle souligne aussi de façon convaincante l’importance de la concurrence entre archéologues avant même la décolonisation, qu’il s’agisse des universitaires contestant la qualification des amateurs, des anciens élèves de la républicaine École normale désirant écarter les Pères blancs du site de Carthage, ou du service des fouilles du ministère des Affaires étrangères s’irritant des initiatives prises par l’École de Rome. Sa plume alerte sait rendre vivantes les principales figures de ces archéologues – le chapitre 3 dessine les profils contrastés de l’abbé libéral Bourgade, du père blanc Delattre, du normalien issu de l’École française de Rome Jules Toutain, de l’autodidacte et visionnaire docteur Carton, du « tunisien » humaniste Charles Saumagne et de l’arabisant nationaliste Zbiss (encourant parfois le risque d’une certaine redondance avec le contenu de quatre des dix-sept notices biographiques figurant en annexe). On notera que n’y figure aucune femme (alors qu’on aurait attendu de voir apparaître le nom de Paule Poinssot, coresponsable de l’édition scientifique des Inscriptions arabes de Kairouan publiée en 1950 et citée p. 30), sinon, dans la brillante introduction, l’anonyme et contemporaine « Lady Dy-namite », brocardée par ses collègues masculins (p. 18). Anthropologiquement, le rapport au passé, à la terre, à l’histoire, au politique dont témoigne l’archéologie resterait-il réservé aux hommes, ce qui expliquerait pour part les réticences qui ont pu être opposées à l’enquête de l’historienne du présent ?

  • 1  Des plans en annexe et les photographies qui font partie du dossier iconographique du livre permet (...)

4Clémentine Gutron ne se contente pas d’une histoire qui ne mettrait en scène que les professionnels de l’archéologie ou ses amateurs passionnés. Elle emmène le lecteur sur le terrain, là où se déroulent les fouilles, sur les sites qui ont été définis et balisés, bientôt astreints à une réglementation particulière, objets potentiels d’excursions pédagogiques, futures étapes de circuits touristiques ou lieux d’ancrage d’une mémoire politique. Le site rural de Dougga, où était fixée une communauté villageoise avant que les archéologues n’obtiennent par la force, entre la fin des années 1890 et le début des années 1960, son départ progressif, permet de poser la question du rapport des habitants au lieu, après leur recasement dans un village neuf en contrebas. Grâce à cette enquête de terrain, Clémentine Gutron accède à une perception des vestiges du passé qui n’est pas celle des lettrés. Les villageois auraient plusieurs façons de « s’asseoir sur le passé » : méprisées par le berger, les ruines suscitent l’admiration du maçon ; le guide touristique agréé lui doit son métier, tandis que le patron du café restaurant s’en inspire pour décorer son établissement. L’arrachement à l’ancien habitat n’a pas été total : si l’ancienne mosquée a été désaffectée (sinon détruite), le mausolée d’une sainte est demeuré, au point d’arrivée d’un aqueduc, localisation qui a permis aux archéologues de rattacher la pratique moderne à l’antiquité romaine1. L’observation de ce site, inscrit depuis 1997 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et objet d’un projet de mise en valeur touristique, appelle à ce que les aménagements futurs fassent place aux habitants les plus proches. L’autre site choisi, Carthage, banlieue résidentielle de Tunis et lieu de résidence du président de la République, n’a pu faire l’objet du même type de travail de terrain. La valeur symbolique et foncière que lui confère son passé prestigieux a eu pour conséquence paradoxale de mettre en péril ses vestiges archéologiques mêmes, en favorisant la spéculation immobilière et en provoquant la construction de bâtiments chargés de sens, mais destructeurs du site ancien : cathédrale catholique en 1895 ; grande mosquée au nom du président de la République entre 2000 et 2003 (au mépris du périmètre protégé institué dix ans plus tôt, mais sans pour autant susciter de protestation officielle chez les archéologues tunisiens ou à l’Unesco).

  • 2  Pour confirmer cette interprétation, il aurait peut-être été utile d’étudier plus précisément les (...)
  • 3  On pense en particulier aux travaux de D. Malcolm Reid,2002 et 1997. La question de l’héritage gre (...)

5L’archéologie serait aujourd’hui envisagée comme un vecteur de développement économique du fait de ses potentialités touristiques plutôt que comme un moyen d’apporter une contribution à une science du passé qui vaudrait en soi. Une conception pragmatique l’emporterait, qui peut s’expliquer par un rapport d’extranéité au passé antéislamique2, la façon dont certains Tunisiens s’identifient aux Phéniciens par opposition aux Romains, du moins parmi les élites urbaines, faisant peut-être exception. Cette identification – qui aurait pu ouvrir à une comparaison avec le rapport des Égyptiens au passé pharaonique et à l’héritage grec3 – permet d’expliquer l’importance du site du tophet de Salammbô aux yeux des autorités tunisiennes, ce dès les années 1920, et le refus des archéologues tunisiens de croire à l’existence de sacrifices d’enfants à Carthage (c’est du moins le cas de M’hamed Hassine Fantar, titulaire de la chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions depuis sa création en 2001, et membre de la Chambre des conseillers, jusqu’à leur abolition et dissolution respectives à la suite de la révolution du 14 janvier dernier)). Le toponyme de Salammbô rappelle cependant que Carthage doit une grande partie de son importance à Flaubert, quel que soit le jugement que les archéologues portent sur la façon dont les sacrifices sont mis en scène dans son roman.

  • 4  La bibliographie (dont on peut regretter que l’organisation thématique – références générales ; hi (...)

6Contribution importante à l’histoire des pratiques archéologiques et de leur perception en Tunisie, cet ouvrage est-il trop neuf pour avoir pu profiter de travaux comparables portant sur d’autres terrains4 ? Grâce aux questions profondes qu’il aborde avec panache et avec mordant, si nécessaire, il intéressera tous ceux qui interrogent les rapports des sociétés avec leur passé.

Haut de page

Bibliographie

Awad Louis, 1985, « L’Égypte fait face à son passé », in Robert Ilbert et Philippe Joutard (dir.), Le miroir égyptien, Marseille, Éd. du Quai – Jeanne Laffitte, p. 271-280.

Barbulesco Luc, 2002, « L'itinéraire hellénique de Tâhâ Husayn », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 95-98, p. 297-305.

Cresti Federico, 2009, « Le Maghreb préislamique dans la Descrittione dell’Africa », in François Pouillon (coord.), Léon L’Africain, Paris, Karthala/IISMM.

Denooz Laurence, 2002, Entre Orient et Occident : rôles de l'hellénisme et du pharaonisme dans l'œuvre de Tawfiq al-Hakîm, Genève, Droz, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, fasc. CCLXXXII.

Díaz-Andreu Marguerita, 2007, A world history of nineteenth-century archaeology : nationalism, colonialism, and the past, Oxford, Oxford University Press.

Habu Junko, Fawcett Clare, M. Matsunaga John (ed.), 2008, Evaluating multiple narratives : beyond nationalist, colonialist, imperialist archaeologies, New York, Springer.

Kohl Philip L., Kozelsk Mara, Ben-Yehuda Nachman (ed.), 2007, Selective remembrances : archaeology in the construction, commemoration, and consecration of national pasts, Chicago, the University of Chicago press.

Malcolm Reid Donald, 2002, Whose pharaohs ? : archaeology, museums and Egyptian national identity from Napoleon to World War 1, Berkeley, University of California press.

— 1997, « Nationalizing the Pharaonic Past : Egyptology, Imperialism and Nationalism, 1922-1952 », in James Jankowski and Israel Gershoni (ed.), Rethinking Nationalism in the Arab Middle East, New York, Columbia University Press, p. 127-149.

Haut de page

Notes

1  Des plans en annexe et les photographies qui font partie du dossier iconographique du livre permettent au lecteur de se représenter le site de Dougga, malgré la dommageable médiocrité de leur reproduction.

2  Pour confirmer cette interprétation, il aurait peut-être été utile d’étudier plus précisément les spécificités de l’archéologie musulmane. Sur la question du rapport des historiens maghrébins au passé antéislamique, on peut signaler une contribution de F. Cresti, 2009.

3  On pense en particulier aux travaux de D. Malcolm Reid,2002 et 1997. La question de l’héritage grec n’a semble-t-il été abordée jusqu’ici que dans le cadre d’études littéraires (Awad, 1985 ; Barbulesco, 2002 ; Denooz, 2002).

4  La bibliographie (dont on peut regretter que l’organisation thématique – références générales ; histoire de la Tunisie ; archéologie en Tunisie ; autour de Carthage : site et symbolique – ne permette pas toujours de distinguer suffisamment clairement les ouvrages faisant partie du corpus étudié de ceux qui ont été utilisés comme instruments d’analyse) rend cependant compte du développement d’une histoire critique de l’archéologie dont témoignent les travaux de Clare Fawcett, Philip L. Kohl, Marguerita Díaz-Andreu (et non Andrea), Neil Asher Silberman (classé par erreur à son second prénom) ou Nathan Schlanger. On pourrait y ajouter quelques titres récents : Díaz-Andreu, 2007 ; Kohl, Kozelsk, Ben-Yehuda (ed.), 2007; Habu, Fawcett, Matsunaga (ed.), 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Gutron Clémentine, L’archéologie en Tunisie (xixe-xxe siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité, Paris, Karthala, 2010, 327 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7031

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page