Navigation – Plan du site
Lectures

Crozet Pascal, Les sciences modernes en Égypte. Transfert et appropriation (1805-1902), préface de Roshdi Rached, Paris, Geuthner, 2008, 533 p.

Anne-Marie Moulin

Texte intégral

1Il s’agit d’un livre important, en dépit de la modestie du titre qui indique bien son contenu mais ne donne qu’une faible idée de sa portée.

2Pascal Crozet, arabisant et spécialiste de l’histoire des mathématiques, a mené à bien un monumental ouvrage. Il dresse d’abord la scène de la modernisation de l’Égypte sous le règne de Mohammed Ali (1805-1849), puis élargit la perspective en amont jusqu’à l’expédition de Bonaparte et en aval à la colonisation anglaise, avant de revenir à son propos d’historien des sciences. Il décrit la fondation des grandes institutions, en particulier l’École d’ingénieurs de la Citadelle en 1826, l’École de médecine et de médecine vétérinaire en 1829, l’École de pharmacie en 1832…, pendant que fonctionne une imprimerie installée à Boulaq sur les rives du Nil, au coeur du Caire. L’École de Boulaq, dérivée de l’École centrale, avait à l’origine un souci d’applications, elle devient en fait le temple des mathématiques et développe le calcul intégral et l’analyse différentielle tout en redonnant une place à l’algèbre, en dépit de la priorité affichée donnée à la géométrie descriptive (poutres, toitures etc).

3Le but de Pascal Crozet, clairement affiché, est d’évaluer avec précision continuités et ruptures dans la science égyptienne. Dans son livre, il démontre fortement que, jusqu’à la fin du xixe siècle, il s’agit plus de continuité que de rupture et que, d’une certaine façon, l’idée même d’une science occidentale par essence (et non par accident historique) est pour tous hors de question, quasiment jusqu’à la fin du siècle.

4C’est à la lumière de cette hypothèse qu’il examine la transmission de l’héritage classique en Égypte et en passant au crible les cours et manuels en vient à examiner la question des traductions. Il dresse un bilan, précieux car rarement tenté de façon exhaustive, de la persistance et la fructification de l’héritage médiéval en Égypte, à travers un répertoire des ouvrages en circulation et de leurs commentaires. Sans oublier la médecine, il centre néanmoins sa démonstration sur les mathématiques et l’astronomie, montrant ainsi la continuité entre le long Moyen Age arabe qui va pratiquement jusqu’au xviiie siècle, et la période dite moderne. À côté d’une astronomie inféodée aux considérations religieuses (heures de la prière et calendrier des fêtes), il y a place pour une astronomie descriptive, curieuse et savante pour le plaisir, à laquelle est rattaché entre autres le nom de Mahmoud al Falaki (1815-1885).

5Pascal Crozet est ainsi amené à discuter longuement du rôle et de la personnalité des traducteurs. L’École des langues a été fondée en 1835, autour de Rifa’a al Tahtawi, auteur de L’Or de Paris, journal de sa mission en France en 1826 (Sindbad, 1988) Elle a permis l’émergence d’une profession et d’une division du travail, bien qu’à l’évidence les scientifiques soient restés très présents dans la relecture et l’orientation des traductions.

6La question de la langue d’enseignement des sciences et de la recherche dans un pays est en effet une question vitale pour le progrès des connaissances et le développement. Elle s’est posée avec acuité lors de la décolonisation en beaucoup de pays d’Afrique et d’Asie. Elle se pose aujourd’hui pour nous en France, avec le primat de la langue anglaise dont la maîtrise devient la marque de l’élite, et qui amène à privilégier exclusivement les publications scientifiques en anglais.

7La discussion sur l’élaboration d’une langue scientifique moderne constitue la deuxième partie de l’ouvrage, et la plus originale. Pascal Crozet restitue en effet, au prix d’un travail de longue haleine d’exploration des archives et de la littérature, une expérience qui s’est déroulée dans l’Égypte du xixe siècle. Il parle de la « greffe » « d’une langue scientifique durable sur le tissu linguistique et scientifique existant, suffisant au propos qui l’avait fait naître » (p. 372) à propos de la période clé des années 1828-1950 sous Mohammed Ali. Le pacha est une figure remarquable et controversée de l’histoire égyptienne : père fondateur de la nation égyptienne ou soldat de fortune ayant réussi à tailler une dynastie au flanc de l’Empire ottoman, réformiste visionnaire ou dictateur pragmatique ? Peu importe, c’est bien sous son règne qu’ont vu le jour les grands établissements d’enseignement scientifique moderne en Égypte. Peut-on d’ailleurs parler de « greffe » ? Au début de l’ouvrage, Pascal Crozet parle avec plus de bonheur de la simple « médiation européenne ». La médiation ne renvoie pas à l’intervention lourde des grandes puissances mais à l’initiative de plusieurs individus dont le prototype est le polytechnicien Charles-Joseph Lambert, directeur de la Muhandishane (École d’ingénieurs) en 1837, animés par un idéal comme l’idéal saint-simonien. La greffe, si on peut parler de greffe, en tout cas a bien réussi, puisque les nouvelles institutions ont formé des étudiants et des maîtres, et une série de publications témoigne, après 1850, des libertés prises par les auteurs vis-à-vis de leurs modèles occidentaux. Mais les établissements, et le milieu scientifique vont être profondément affectés par l’occupation britannique après 1882. L’introduction de la langue anglaise dans l’enseignement se fera par étapes, elle commence par l’histoire et la géographie et se poursuit par la médecine, atteint la physique et en dernier lieu, en 1898, les mathématiques, hommage indirect à l’œuvre accomplie par le passé dans cette discipline.

  • 1 Ahrâm désigne pour les Égyptiens les pyramides de Gizeh, une des dix merveilles du monde.

8Dans la transformation de la langue arabe scientifique, l’étude du vocabulaire montre des choix entre simple transcription du vocabulaire occidental, traduction littérale, adaptation d’un terme de l’arabe classique, préférence parfois donnée à un vocable significatif localement (savoureux exemple du choix de haram pour pyramide au pays des Pharaons1, de préférence au terme classique). Des débats émergent sur les définitions de notions fondamentales telles que celles de lemme, axiome, théorème… de force ou d’énergie : quel est le statut de ces dernières : notions expérimentales liées à des mesures ou notions métaphysiques? L’importance de l’emprunt à l’arabe classique varie évidemment en fonction de la date de naissance des disciplines : le cas de l’algèbre dont le nom français vient de l’arabe, diffère de celui de la mécanique des fluides ou du calcul intégral.

9La question de l’échec (ou d’une forme d’échec) de la tentative d’arabisation ou appropriation des nouvelles connaissances en arabe est capitale. L’explication qu’en donne Pascal Crozet ne se réfère pas seulement à la faiblesse numérique évidente du groupe des scientifiques, de plus laminés socialement et économiquement avec l’invasion des entreprises britanniques. Elle évoque un doute plus pernicieux sur l’étrangeté des sciences, finalement ressenties comme occidentales, à la langue arabe. Ce doute qui est finalement doute de soi révèle le désarroi des intellectuels au tournant du xxe siècle, très différents de la génération de Mohammed Ali. Ces interrogations sur le potentiel et l’avenir de leur langue natale taraudent certainement encore nombre d’intellectuels arabes dans le monde. Le choix de la langue serait finalement aussi une question de foi… L’inventivité scientifique vient du fait des hommes et non de leur langue. Comme le dit un admirable texte d’Ismail Mustafa, réorganisateur de l’Observatoire et de l’École d’ingénieurs sous Ismaïl : « il suffit que soit donnée (à l’homme) la capacité de réfléchir et de raisonner, afin qu’il puisse se soustraire… aux illusions qui altèrent les jugements intellectuels et vont à l’encontre de la vérité. » (p. 383). Un programme politique à l’évidence !

10Pour l’essentiel de ses démonstrations, Pascal Crozet s’est avant tout appuyé sur l’exemple des mathématiques et de la physique, sans pour autant oublier la médecine dans le tableau. Il me semble, en tant qu’historienne de la médecine, que l’examen des ouvrages et traductions dans ce domaine, ne pourra qu’étayer et même renforcer à nouveaux frais la thèse de la continuité. Il pourrait même fournir des arguments en faveur d’un écart encore moindre entre Orient et Occident, compte tenu de la longue persistance de la théorie humorale ancienne, encore présente malgré ses dires dans les ouvrages patronnés par Clot bey, directeur de l’École de médecine de 1827 à 1839.

11Cette brève présentation ne donne qu’une faible idée de la richesse de l’ouvrage de Pascal Crozet, qui constitue une bibliothèque à lui tout seul, avec ses abondantes annexes (répertoires, bibliographie, biographies). J’ai volontairement donné la priorité au débat lancé sur la réforme de l’arabe scientifique, parce qu’il est extensible à d’autres langues, d’autres pays et d’autres temps, à partir du récit admirablement documenté d’un épisode historique, d’une expérience qui reste évidemment unique.

12Il reste à souhaiter la reprise de l’ouvrage, un monument, sous une forme plus synthétique, plus alerte et plus incisive, pour faire bénéficier un large public de ce à quoi il a droit : un document de première main, indispensable pour comprendre le débat sur le choix des langues d’enseignement et de recherche scientifiques et la façon dont la créativité est liée à la liberté des esprits.

Haut de page

Notes

1 Ahrâm désigne pour les Égyptiens les pyramides de Gizeh, une des dix merveilles du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Moulin, « Crozet Pascal, Les sciences modernes en Égypte. Transfert et appropriation (1805-1902), préface de Roshdi Rached, Paris, Geuthner, 2008, 533 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/7033

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page