Navigation – Plan du site
Lectures

Buob Baptiste, La dinanderie de Fès. Un artisanat traditionnel dans les temps modernes. Une anthropologie des techniques par le film et le texte, Ibis Press, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Coll. Archéologie expérimentale et Ethnologie des techniques, n°10, 2009, 417 p. + 2 illustrations hors texte + un DVD.

Gilles Remillet

Texte intégral

1Après avoir souligné combien les nombreux travaux portant sur les systèmes de production de l’artisanat fassi étaient emprunts d’un certain culturalisme, l’auteur rappelle l’intérêt majeur pour l’anthropologie des techniques d’étudier les pratiques de production au sein des ateliers de fabrication. Dans cette perspective, l’ouvrage de B. Buob développe « une anthropologie critique des représentations couramment associées à « l’artisanat traditionnel marocain » (p. 9). À partir d’une ethnographie filmée conduite entre 2000 et 2006  auprès d’artisans dinandiers installés dans l’ancienne médina de Fès, l’ethnologue-cinéaste propose une réflexion inédite tour à tour située aux frontières de l’anthropologie filmique, historique, économique, technique et industrielle afin de questionner les rapports complexes entretenus entre tradition et artisanat marocain. Dans cette optique, l’auteur prend comme objet d’étude aussi bien l’évolution des techniques matérielles de fabrication des objets que l’analyse des discours et des représentations professionnelles appréhendées par le film à hauteur d’homme.   

2La première partie historique du texte nous plonge au cœur d’une synthèse qui analyse les influences et mutations traversées par la dinanderie fassie au cours de l’histoire du Maroc. Cette approche diachronique détaillée permet notamment de comprendre comment la civilisation arabe, installée au Maghreb au ixe siècle après J. C., y introduit l’institution de la hisba, à l’origine de l’organisation des métiers marocains. Puis comment, à partir du déclin de la civilisation arabe au xive siècle et face à la pénétration du capitalisme marchand au milieu du xixe siècle, la métallurgie marocaine se trouve d’abord dans l’incapacité de concurrencer la production métallurgique européenne, alors que dans le même temps la consommation du thé (plante introduite au Maroc dès le xviie siècle) se généralise à la fin du xixe siècle ainsi que l’importation de produits manufacturés qui s’y rapportent, transformant en profondeur le travail des artisans sur les métaux. Ainsi à l’aube du protectorat français et tout au long du xxe siècle, l’activité des dinandiers de Fès connaît d’importantes transformations. Le thé comme nouvelle boisson instituée entraîne une fabrication d’objets essentiellement orientés à sa préparation et à son service tandis que « deux  tendances  contradictoires » (p. 61) toujours d’actualité dans la dinanderie naissent à cette période. Une distinction s’opère donc entre, d’une part, la production d’objets de luxe destinés aux populations aisées -mettant en jeu le maintien et/ou la relance des savoir-faire dits traditionnels- et, d’autre part, le développement d’une production industrialisée des objets du thé destinés à un usage quotidien. Enfin, à partir de l’indépendance du Maroc et jusqu'à nos jours l’auteur montre comment la valorisation des formes présentées comme traditionnalistes de la dinanderie fassie par les administrations étatiques -prenant conscience dans les années 70 d’une certaine « désagrégation du patrimoine national marocain » (p. 85)- masquent l’industrialisation grandissante des savoir-faire déjà amorcée sous la période du protectorat français. En montrant comment la dinanderie est devenue essentielle à la médina de Fès, l’auteur insiste sur la particularité contemporaine d’une forme d’organisation sociale productive historicisée, qualifiée « d’industrialisation hybride » (p. 111), mêlant des espaces de production mécanisés comme des ateliers à forte main d’œuvre.

3La deuxième partie de l’ouvrage traite des objets, espaces et acteurs relatifs à la dinanderie fassie. À travers le jeu de l’offre et la demande, l’auteur dresse un portrait en creux des objets fabriqués en fonction de la clientèle visée. D’une manière plus générale, une grande périodicité saisonnière apparaît, la plupart des échanges commerciaux s’effectuant durant la période estivale coïncidant avec le retour d’une population marocaine émigrée, et celle des fêtes souvent choisies pour la célébration des mariages. Dans ce contexte, la présence annuelle de touristes dans la médina offre un débouché complémentaire compensant le déficit de transactions ressenti durant la période hivernale. Outre les répercussions en termes financiers, les goûts ciblés des occidentaux orientent la production vers des objets bruts sensés mieux incarner la tradition du pays visité à travers son « savoir-faire ancestral » (p. 117). Quant aux  circuits de commercialisation, ils empruntent des voies multiples, soit des ventes directes d’objets à l’atelier par les dinandiers, soit indirectes par le biais d’intermédiaires à destination de boutiques dans la médina ou via des souks des autres villes du pays. Cependant, bien que fortement structuré, le développement des exports à l’international se trouve freiné par un manque d’infrastructures adaptées contrairement aux villes concurrentes comme Marrakech et Casablanca. Concernant l’étude des espaces sociaux de production, limitée dans cette recherche à la partie plus ancienne de la Médina (Fès-El-Bâli), trois catégories y sont distinguées : les ateliers, les Fondouks (d’anciens caravansérails), et les fabriques. Outre une description détaillée de l’agencement spatial des postes de travail et des relations hiérarchiques s’y déployant, nous est présentée la manière dont ces espaces atomisés sont en réalité interdépendants, les articles fabriqués par les dinandiers transitant entre les lieux de production sur le modèle d’une usine, mais sans chaîne de fabrication visible, c’est-à-dire comme dans une « grande entreprise de production unique dont les résultats sont commercialisés par 250 patrons » (Houssel 1996 : 61) » (p. 148). Cette répartition du travail entraîne par ailleurs une forte hiérarchisation entre les catégories d’acteurs de la Médina puisque ce secteur d’activité profite majoritairement à ceux possédant un contrôle sur les moyens de production et l’importation des matières premières au détriment des maîtres et des ouvriers, tandis que les travailleurs façonniers figurent parmi les travailleurs les plus précaires. Autant d’éléments qui révèlent au final une grande complexité des modes de socialités productives, loin des représentations stéréotypées d’un simple artisanat local.

4La troisième partie aborde l’évolution des techniques de fabrications des objets d’un artisanat transformé en  industrie et le sous-titre du livre, Une anthropologie des techniques par le film et le texte, trouve ici tout son sens. J’insisterai donc volontairement moins sur le contenu de la recherche que sur la manière dont le lecteur peut y accéder. En effet, il peut soit commencer par lire le texte richement illustré de photographies, schémas et photogrammes extraits des quatre films ethnographiques (Ovales, Fonderie, Tifor et Place Seffarine qui composent la série « Hommes et objets de la dinanderie de Fès » joint en DVD), soit décider de visionner  chacun des films rendus accessibles dans le DVD par un système simple de menu, texte et films ayant été conçus par l’auteur comme autonomes et indépendants. Cependant, ce n’est pas le choix que nous avons retenu car si les informations et analyses livrées dans le texte sont en partie compréhensibles (considérations historiques, sociales, économiques et terminologiques), elles nécessitent d’être corrélées aux informations audiovisuelles pour être pleinement appréhendables, la restitution des espaces de production par l’enregistrement vidéographique (ambiances sonores des ateliers, manières de faire et de dire,  rythme des gestes et techniques du corps) jouant ici son rôle d’immersion du lecteur-spectateur dans la matérialité même de l’univers social enquêté. De plus, ce choix de consultation que je qualifierai de « lecture-action » permet de retracer le parcours du chercheur, du terrain au texte par l’intermédiaire des images, rendant plus lisible le trajet de la production des données anthropologiques. Dans cette perspective, nous avons abondamment consulté en parallèle du texte et des films l’annexe intitulée Une enquête d’anthropologie filmique (p. 259-397) traitant des relations entre film et construction de l’objet théorique. Ce faisant, nous avons donc cheminé à notre rythme à travers les différentes sources proposées, organisant à notre gré des parcours de lecture-visionnement en fonction de nos centres d’intérêt.

5La dernière partie de l’ouvrage traite principalement des valeurs et représentations que se font les dinandiers de leur métier dans le contexte socio-économique actuel de leur industrialisation croissante. L’analyse de l’évolution des rôles joués par les enfants dans ce secteur d’activité, montre comment l’idéologie de la transmission des savoir-être et des savoir-faire,  anciennement incarnée par la soumission à l’autorité du maître artisan, se trouve aujourd’hui confrontée à celle de la production industrialisée transformant les anciens apprentis-initiés en « enfants-chaînes » (p. 295), véritable main d’œuvre docile et bon marché. En d’autres termes, l’évolution capitaliste de la production, la concurrence extrême entre les acteurs de même métier, la forte division technique du travail et l’affaiblissement de l’esprit de corps, ont largement contribué à émietter les relations de solidarité interprofessionnelle. Conscient de l’état parfois déplorable de leur profession et face à un avenir incertain, les dinandiers n’en adoptent pas moins des stratégies de résistance qualifiées par l’auteur de « préservations » (p. 281) dont la principale consiste à mobiliser individuellement des valeurs traditionnelles de probité, destinées à lutter aussi bien contre des logiques économiques mondialisées qu’à celle d’une patrimonialisation nationale grandissante de leurs métiers.

6Au-delà du sujet traité et des résultats présentés, l’ouvrage-filmique de B. Buob rappelle combien l’articulation rigoureuse du film et de l’enquête ethnologique est fructueuse pour l’économie du savoir anthropologique, un exemple réussi qui devrait convaincre tous ceux qui doutent encore d’une légitimité scientifique du cinéma anthropologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Remillet, « Buob Baptiste, La dinanderie de Fès. Un artisanat traditionnel dans les temps modernes. Une anthropologie des techniques par le film et le texte, Ibis Press, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Coll. Archéologie expérimentale et Ethnologie des techniques, n°10, 2009, 417 p. + 2 illustrations hors texte + un DVD. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 19 avril 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/7035

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page