Navigation – Plan du site
Lectures

Akçali Emel, Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris : L’Harmattan, (Collect. Histoire et perspectives méditerranéennes), 2010, 356 p.

Gérard Groc

Texte intégral

1L’étude de E. Akçali est un travail très intéressant car fourni et diversifié, bâti à partir d’une problématique complexe et qui tend à renseigner sur de nombreux aspects de la question. À côté de la dimension analytique, cette dimension informative du travail est immédiatement à souligner. Le titre en est, certes, Chypre, un enjeu géopolitique… mais autant l’introduction que la quatrième de couverture lui préfèrent le terme de « question chypriote », ce qui me semble bien être le véritable objet de cette étude.

2Il est intéressant et utile de pouvoir suivre le cours d’une étude structurée pour aborder un conflit inextricable, résultat de blocages et d’incompréhensions nombreuses, compliqué par la masse croissante des interlocuteurs qui s’y croisent, et qui témoignent d’une telle longévité que celle-ci est devenue elle-même un facteur aggravant, par la sédimentation des avis, des faits, des tentatives qui, au lieu d’être des solutions, ont en réalité multiplié les échéances, les conflits d’intérêts, les contradictions, etc. Mêlés dans cette inextricabilité (sic!, l’auteure parle d'un conflit « insurmontable »), on trouve des logiques impériales (l’Empire ottoman), coloniales (avec des séquelles concrètes autour de l’actuelle présence anglaise sur l’île), nationales et concurrentes (la double tutelle exercée par la Grèce et la Turquie), tiers-mondistes sans être dénuées de nationalisme (suivant l’itinéraire de Makarios ou celui d’autres acteurs des crises successives), internationales et transnationales, selon des phases différenciées de guerre froide, de détente, de construction européenne et enfin de mondialisation.

3La présentation faite par E. Akçali de la question chypriote est équilibrée par l’exposition alternative des deux côtés, grec et turc, mais cet équilibre est encore rehaussé par celle, symétrique, des facteurs et interlocuteurs externes et internes. Le plan, sans être sans doute exclusif, est efficace car très lisible. Il est disposé en trois parties dont la première, intitulée « dimension historique et géographique de la question chypriote », passe en revue les considérations spatiales et temporelles de cette question jusqu’à la partition de 1974 et ses aménagements politiques, institutionnels (les différents régimes, y compris ceux de la partition), territoriaux (l’autonomie des bases anglaises mais aussi la zone tampon gérée par l’ONU). Ce développement introductif débouche fort logiquement sur la présentation des modalités d’une gestion croisée de ces aménagements, dans une coopération des quatre administrations (grecque, turque, anglaise et onusienne) quant aux questions de circulation des personnes, de gestion des besoins, des échanges (électricité, télécommunications, eaux usées) et des ressources (eaux, environnement).

4La deuxième partie passe en revue les acteurs externes de la question et leur part d’influence, d’abord nationaux puis internationaux (États-Unis, ONU, UE,) puis, classés en quelque sorte par ordre décroissant d’intervention, les acteurs secondaires comme la Russie, les pays arabes du Proche-Orient, les pays sis dans une relative proximité comme Israël, enfin des acteurs émergeant aujourd’hui dans un processus croissant de coopération (Chine, Pakistan, Inde).

5La troisième partie, la plus instructive et la plus innovante, se consacre enfin aux acteurs internes, d’abord dans une dimension intercommunautaire puis communautaire (grecque et turque), pour déboucher sur une présentation méticuleuse (et quantifiée) de toutes les identités – parfois infimes – présentes sur l’île (chrétienne, juive, tsigane, britannique), prises en général ou dans une répartition plus particulière à chaque zone : chypriotes turcs, colons de Turquie et militaires turcs dans la partie nord, communautés maronite, arménienne, latine au sud, sans oublier les demandeurs d’asile, les immigrants illégaux et la traite des êtres humains (souvent liées à la prostitution). C’est là qu’on trouve mention des quelques centaines de chypriotes turcs résidant encore au sud, et d’un chiffre équivalent de Grecs et de maronites résidant encore au nord, qui sont néanmoins parties prenantes de cette mosaïque compliquée, juridiquement adossée à l’accord de Vienne de 1975 (on y apprend entre autres qu’il est possible à un chypriote turc du nord de se procurer des papiers d’identité du sud, p. 104). Dans cette troisième partie, il est inattendu mais pertinent de voir cités au rang d’acteurs des phénomènes tels que les « sociétés off shore » ou encore le « blanchiment de capitaux » pour ce qui concerne la République de Chypre, grecque, et « les casinos et les night clubs » ou encore le « marché des ovules » pour ce qui concerne la partie turque érigée depuis 1983 en République turque de Chypre Nord, phénomènes qui figurent aujourd'hui comme des indicateurs de plus en plus marquants des bilans économiques respectifs.

6Ce qui paraît innovant dans cette étude est la part d’analyse consacrée aux « représentations » que les acteurs évoqués donnent de l’île, de la « question chypriote » ou des modalités de leur quotidien, d’abord à partir de figurations publiques, commémoratives, plus ou moins officiellement chargées de symbolisme (statues, monuments, affiches, cartes ainsi que manuels scolaires) puis, plus avant dans l’étude, à partir de représentations privées, individuelles, recueillies ici sous la forme de « cartes mentales » (21 illustrations demandées par l’auteure à divers interlocuteurs) ou encore de ce que l’étude nomme « les nuages de mots » qui regroupent les qualificatifs choisis par eux pour définir leur territoire et sa situation.

7Tous ces éléments convergent nécessairement vers une tentative d’évaluation de la population de l’île, dans ses différentes parties (ce souci de l’auteure se vérifie d’ailleurs dès le début de sa relation, dans les premiers tableaux donnant des évaluations démographiques opérées tout au long de l’histoire puis, à partir du xixe siècle, par les Britanniques), évaluation, on le sait, extrêmement difficile à faire et surtout à faire valoir car, au-delà des positionnements successifs des acteurs et de leurs stratégies, et des complications que tout cela apporta, l’essentiel du problème chypriote réside dans ce comptage des populations respectives, en fait dans l’inégalité numérique flagrante entre deux populations de culture, de religion, d’appartenance historique antagoniques (grosso modo dans un rapport de 80 % de Grecs à 20 % de Turcs), inégalité que l’on s’efforça de masquer par un subterfuge introduit depuis 1959-60, celui d’une apparente mais factice parité proposée à deux communautés dont on pensait qu’elle simplifierait la répartition des prérogatives.

8C’est sur la base de ce leurre que la déclaration d’indépendance va tenter de construire un équilibre politique, institutionnel, culturel qui n’a jamais été reçu comme crédible. Ni par les Chypriotes grecs (nationalistes ou « enosistes » désirant leur rattachement à la Grèce), sûrs d’une supériorité numérique indéniable et suffisante pour récupérer la main dans tous les cas de figure d’un mode d’administration politique – a fortiori le mode démocratique – et qui, de ce fait, ne renonceront pas à leur hellénité et à l’affirmation de celle-ci (intéressante à cet égard est la citation p. 77 d’un discours de Makarios de 1971 où celui-ci renouvelle cette attestation de l’hellénité de Chypre alors qu’il est, depuis le début des années 1960, le grand acteur de l’indépendance bi-communautaire de l’île). Ni par les Chypriotes turcs, trop anxieux que leur minorité numérique ne réapparaisse à chaque nouvelle disposition institutionnelle ou à chaque proposition de réforme (celles de 1965) et qui, à toute collaboration, vont préférer une attitude jusqu’au-boutiste de partition (Taksim), en fait le seul moyen pour eux de « bétonner » ce subterfuge de parité, sans avoir à céder ou à donner des gages. On sait par quelles étapes a dû passer ensuite, du côté turc, mère-patrie comprise, la réalisation de cette revendication, qui ne fut concrétisée en 1983 qu’au prix d’un isolement total que consacre encore, en le compliquant un peu plus, l’accession de « Chypre » (laquelle ?) à l’Union Européenne.

9Une pensée sous-tend tout ce travail et lui donne justement le souci de la diversification, du détail et de la précision, c'est l’idée que la question de Chypre est principalement gérée par les acteurs, quel qu’en soit le niveau, interne, externe, international ou transnational, en fonction de critères étatiques ou inter-étatiques « modernes », procédant de l’État-nation, et à l’évidence incapables d’apporter des solutions valides à un conflit devenu « insurmontable ». Cette critique inclut aussi les acteurs supra-nationaux comme l’UE qui, au-delà du discours, fonctionne paradoxalement encore souvent sur la base de considérations étatiques croisées et concurrentes -, alors qu’il faudrait, pour innover, inventer des voies nouvelles, laisser agir d’autres acteurs sur la base de coopérations inédites, de création de nouvelles interdépendances, de mobilisations transversales et qui, ainsi munis de nouvelles logiques « post-modernes », tenteraient des alliances nouvelles, des mises en réseau qui deviendraient peut-être porteuses, sinon de solutions, du moins de propositions et de regroupements nouveaux propres à rompre les anciennes lignes de fractures et à tenter des collaborations nouvelles. En somme privilégier la recherche d’une solution durable à partir des facteurs sociétaux plutôt que la perpétuation d’une approche de l’espace géopolitique de l’île de Chypre.

10Et cette idée atteint sa pleine formulation sur la base d’une longue interrogation – présentée en introduction – sur le terme même de géopolitique, sur l’évolution que ce terme « polysémique et ambigu » a suivie, sur les étapes que non seulement les scientifiques mais aussi les politiques (Kissinger, en particulier en 1974) lui ont prescrites, pour déboucher sur une présentation de quelques pistes critiques actuelles et sur la conclusion que ce concept comporte encore bien des faiblesses épistémologiques. Une des insuffisances actuelles de ce terme se révèle face à l’émergence d’un nouveau type de conflit, ethnique, culturel, religieux, « provoqué par l’incapacité des structures à satisfaire les besoins fondamentaux, à fournir l’espace d’une participation à la prise de décision et à assurer une distribution équitable des ressources et des avantages, rendant ainsi si attrayante l’identification à un groupe que les conflits semblent avoir été créés sur la base unique de l’identité » (p. 26) et dont la virulence est redoublée par la proximité géographique des groupes adversaires qui les pousse à s’enfermer dans une radicalité identitaire. Ce qui intéresse l’auteure, c’est d’« extraire la géopolitique de son cadre qui désigne l’espace ou le lieu comme enjeu de pouvoir et qui privilégie par conséquent une perception conflictuelle de celui-ci » (p. 29), pour s’ouvrir à la recherche « de moyens de créer l’interdépendance coopérative sur des espaces ou des lieux, afin de faire front aux situations conflictuelles », de manière à ce que « la situation du conflit perpétuel ne demeure pas l’unique domaine de la mise en œuvre du raisonnement géopolitique » (p. 31). Tout en sachant qu’il n’y a pas encore de système supranational ou transnational capable de traiter les conflits contemporains…

11L’appareil qui accompagne le texte illustre largement la volonté informative de ce travail. À côté d’une riche bibliographie à partir des sources premières et secondaires, apparaît une « sitiographie » regroupant les sites internets consultés. Un étonnement toutefois, celui de ne pas voir figurer dans la bibliographie le nom d’Etienne Copeaux, d’abord parce qu’il est un des premiers à avoir étudié en Turquie les manuels scolaires et leur valeur représentative, ensuite parce que sa récente étude sur Chypre, Taksim, Chypre divisée, (Lyon : Aedelsa Éditions, 2005, traduite depuis en turc) porte justement sur la dimension humaine et le changement d’optique que celle-ci peut amener par rapport à un discours officiel continûment martelé. Une annexe sur l’équivalence des toponymies à partir des parties grecque et turque sera sans doute très utile aux spécialistes. Par contre, s’il est intéressant d’avoir une version complète de la lettre de Johnson (1964), déjà disponible ailleurs, je me demande s’il n’existe pas de textes plus récents dont la pertinence aurait mieux illustré la situation présente, par exemple des communiqués grecs ou turcs, liés aux résultats du référendum sur le Plan Annan ou encore des positions contradictoires par rapport à l’Union Européenne et au nouveau cadre qu’elle donne à cette « question chypriote ».

12Un élément, formel, ternit malheureusement cette présentation, c’est la série de fautes qui ne sont pas toutes que des coquilles d’impression mais parfois des fautes de grammaire (p. 111, 125, 132, 133, 137, etc.), de syntaxe et de langue (p. 96) et qui, autant du point de vue de la rédaction que de l’édition, ne peuvent figurer dans une publication qui prétend à une certaine exigence et montre qu’elle en a les qualités requises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « Akçali Emel, Chypre : un enjeu géopolitique actuel, Paris : L’Harmattan, (Collect. Histoire et perspectives méditerranéennes), 2010, 356 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 21 février 2012, consulté le 18 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/7043

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page