Navigation – Plan du site
Lectures

Heyberger Bernard et Verdeil Chantal (dir.), Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portraits de groupes sur la frontière de la Méditerranée (xvie-xxe siècle), Paris, Les Indes savantes – Rivages des Xantons, 2009, 349 p.

Sylvia Chiffoleau

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Bernard Heyberger et Chantal Verdeil, propose de restituer des destins de groupes et d’individus qui, entre les xvie et xxe siècles, ont joué, d’une manière ou d’une autre, un rôle de médiateur dans l’espace méditerranéen. Cette médiation s’opère, certes, entre une rive et l’autre de la Méditerranée, entre Occident et monde ottoman, mais bien souvent, aussi, au cœur même de chacune de ces sociétés. Contribuant à un courant qui entend, avec raison, réfuter l’hypothèse d’une opposition frontale entre les civilisations, cet ouvrage mobilise une méthodologie de micro-histoire. Fondée sur la recherche des circulations, des connexions et des interactions, elle permet de mettre au jour les points de contact, les croisements et autres métissages qui sont au fondement de toute société. Mais à s’attacher de près aux individus, on trouve une diversité aussi vaste que l’humanité elle-même, et parfois quelques difficultés à y porter un regard analytique efficace. Si la plupart des articles parviennent à tenir le pari méthodologique, certains autres se détachent avec peine d’un récit évènementiel et il revient au lecteur attentif de saisir les constantes, les ruptures et les articulations à la problématique proposée.

2L’ouvrage se présente en deux parties : la première porte sur des groupes de médiateurs, la seconde explore des trajectoires individuelles et familiales. Entre les deux, une différence de temporalité (la première partie embrasse la période qui s’étend du xvie à la fin du xixe siècle, la seconde ne porte que sur le xixe et le début du xxe siècle), et une différence de sources (la première partie mobilise pour l’essentiel des archives officielles, d’Orient et d’Occident, diplomatiques ou issues d’institutions religieuses, alors que la seconde exploite des documents du for intérieur, mémoires et correspondances privées, émanant des acteurs eux-mêmes). Dans le cheminement qui s’opère d’une partie à l’autre, on passe, également, d’un monde à un autre. Les périodes les plus anciennes sont dominées par le commerce méditerranéen et ses dangers, la navigation à voile, la course et le trafic d’esclave, dans l’univers devenu mythique des échelles du Levant, alors que le xixe siècle s’installe dans un contexte apaisé, où le commerce demeure une activité majeure, mais plus sophistiquée et plus policée, et où l’on voit surgir surtout la dimension intellectuelle qui devient bientôt le moteur principal du contact. C’est ainsi que l’on peut voir dans ce volume, à partir du xixe siècle, vivre et agir des individus formés dans le cadre d’un enseignement modernisé et diversifié, dont les principes, les rythmes, les contenus et les valeurs sont empruntés au modèle occidental. Cet enseignement renouvelé apparaît même, dès lors, comme l’un des personnages principaux de cette saga foisonnante qui parle de rencontres, de circulations et de réseaux. C’est, également, à cette époque que l’on voit apparaître des institutions nouvelles (Conseils locaux en Crète, tribunaux mixtes à Alep, Comité de conservation des monuments de l’art arabe en Égypte…) qui offrent des tribunes, des lieux de rencontre et d’échange pour ces personnes éduquées. Enfin, qu’il s’agisse de groupes, de familles ou d’individus, les destins qui sont évoqués dans ces pages sont massivement ceux de minoritaires, ou du moins de groupes marginaux qui, comme les îliens, Maltais ou Corses, demeurent, par définition, à la marge de leur nation. Munis de ressources particulières, notamment la maîtrise de plusieurs langues, d’une étonnante capacité à bouger et à s’adapter, ces hommes, et bien plus rarement ces femmes, tirent peut-être de « la tension identitaire produite par une biographie hybride » (M. Volait) cette aptitude à se poser en médiateur, et pas seulement dans le registre du patrimoine. Ils demeurent, en effet, très attachés à la réalité et à l’intelligence de leur propre société, tout en cultivant la capacité à voir et penser au-delà. Ces destins de médiateurs, peaufinés par le passage dans l’enseignement moderne, se trouvent, toutefois, confrontés, à partir de la fin du xixe siècle, à l’émergence d’un monde nouveau, celui des États-nations et du nationalisme, qui met un coup de frein à la fluidité des identités et des circulations qui caractérisait l’époque décrite ici. La grande Histoire, celle des constructions nationales, fini par avoir raison de ces individus et par estomper leur profil si caractéristique. La saga se clôt sur le cas d’un émigré syrien en France qui obtient la naturalisation française au terme de sa vie. Dans l’univers des nations, sans doute faut-il choisir la sienne, même si les héritiers actuels de ces hommes de l’entre-deux ont précisément l’art de cultiver les nationalités multiples.

3L’article qui débute la première partie (A. Brogini) transporte le lecteur dans un lieu idéal de la médiation, à Malte, au beau milieu de la Méditerranée. Au xviie siècle, la présence d’un lazaret fait de cette île une plaque tournante commerciale, rôle qui vient s’ajouter à son statut d’État corsaire majeur en Méditerranée. Si les commerçants maltais de souche s’orientent vers l’activité de rachat d’esclaves, puis vers le commerce de biens, avec les côtes barbaresques, notamment Tunis, les Maltais d’adoption, Grecs et surtout Marseillais, privilégient, quant à eux, le commerce avec le Levant. Cette activité commerciale intense s’appuie sur un dispositif sophistiqué d’associations commerciales, y compris avec des musulmans et des renégats, sur des bases juridiques clairement établies et des valeurs de confiance, de respect et de raison, qui faisait que ces commerçants « passaient effectivement la frontière sans jamais la franchir » (p. 39). Le second article (M. Vergé-Franceschi) évoque les Corses de Marseille, qui ont su occuper le haut du pavé dans la ville littorale, mais ne fait qu’effleurer les rapports de ceux-ci avec le Maghreb, à travers une brève histoire de la fondation et des aléas du Bastion de France, précurseur de la colonisation française. La contribution de Bernard Heyberger fait émerger le facteur, jusqu’alors discret, de la religion. En suivant le cheminement de chrétiens orientaux venus en Europe aux xviie et xviiie siècles, l’auteur révèle un sens de circulation rarement abordé et met au jour l’existence d’une « filière catholique » qui offre réseaux et protection à ces voyageurs, à l’heure où le contrôle des États se resserre sur les étrangers et les vagabonds. Fuyant des persécutions venues tant de l’environnement musulman que de leur propre famille religieuse, partis quêter pour leur famille ou leur paroisse, à la recherche d’un emploi d’enseignant ou de traducteur, ces hommes jouent, à un moment ou à un autre, un rôle de médiateur, mettant « en relations des hommes et des ressources » (p. 88). En détaillant sa démarche méthodologique, l’auteur donne son sens au tableau impressionniste mais suggestif de ces destins parfois un peu pathétiques qui révèlent l’importance de circulations apparemment anodines. Dans l’article suivant, M. H. van den Boogert revient sur la catégorie des drogmans, employés au service des ambassades et des consulats européens dans l’Empire ottoman, dont il réévalue le nombre à la baisse, tout en rappelant que s’ils bénéficient, grâce à la détention d’un berat, des mêmes privilèges que les étrangers (exemption de taxe et protection de la personne et des biens), ils demeurent avant tout des sujets du sultan. En outre, contrairement à une idée répandue, ces individus, loin de s’éloigner de leur communauté d’origine, y sont restés fortement attachés, comme en témoigne l’aide financière qu’il leur apportait. On peut voir concrètement le rôle et la vie de ces protégés européens dans le cas des courtiers de commerce de la ville de Smyrne, au début du xixe siècle, traité par Marie-Carmen Smyrnelis, qui y retrouve le profil du médiateur par excellence tel que le donne à voir le personnage du roman de Robert Solé, Mazag. S’ils jouent bien le rôle de médiateur professionnel dans de multiples domaines, notamment grâce à leur connaissance des nombreuses langues utilisées dans l’Empire ottoman (ce qui n’est pas le cas des étrangers établis sur place, notamment la colonie française), ils demeurent, tout comme les drogmans, étroitement attachés à leur communauté d’origine. Avec le cas des médecins ottomans de la fin du xixe siècle, évoqué par Chantal Verdeil, on entre dans l’univers des individus et des groupes professionnels formés dans le cadre du nouvel enseignement inspiré des normes européennes qui leur offre des ressources supplémentaires pour s’inscrire efficacement dans des réseaux multiples et largement entremêlés, entre famille, communauté, environnements ottoman et européen. Leurs itinéraires, à l’heure du réveil nationaliste, révèlent, déjà, l’investissement politique de cette profession qui se confirmera après les indépendances. Johann Strauss rend compte, ensuite, de l’existence d’une catégorie ignorée des répertoires bibliographiques turcs et orientalistes, celle des auteurs ottomans non-musulmans, dont il a entrepris, par ailleurs, de dresser un dictionnaire bio-bibliographique. Si un tel catalogue s’avère d’une lecture un peu laborieuse dans le cadre d’un ouvrage collectif, il permet néanmoins de saisir la diversité de la société ottomane ainsi que la profusion linguistique et la facilité de passage de ces individus d’une langue ou d’un caractère d’écriture à l’autre, même si désormais certaines de ces langues sont obsolètes. On peut regretter, cependant, que la réception sociale de ces auteurs soit à peine évoquée. Mercédès Volait s’intéresse, enfin, à un groupe de médiateurs égyptiens qui lui permet de remettre en question le schéma binaire, trop souvent admis, avançant que l’intérêt pour le patrimoine serait exclusivement occidental, éventuellement pour en déposséder les Orientaux, alors que ceux-ci seraient dans une posture « d’indifférence insouciante ou coupable ». Constitué en grande partie de minoritaires, ce groupe agit bénévolement dans le cadre du Comité de conservation des monuments de l’art arabe, créé en décembre 1881, dont les PV révèlent la richesse et l’intensité des débats et la variété des postures par rapport aux modalités de conservation. L’auteur évoque les engagements esthétiques (collection d’art ou construction de demeures mauresques) d’individus au même profil de minoritaires. La présence centrale de ceux-ci dans la pratique et la réflexion autour du patrimoine amène l’auteur à défendre l’hypothèse que leur extranéité, leur présence fragile à la marge de la société égyptienne, serait précisément favorable à leur prise de conscience et à leur défense du patrimoine.

4La seconde partie s’attache à saisir des trajectoires individuelles et familiales. Ce n’est qu’à partir du xixe siècle, grâce à des documents émanant des acteurs eux-mêmes, que l’on peut appréhender réellement les individus, non plus dans une perspective impressionniste, mais dans la durée. Elefteria Zei évoque ainsi l’itinéraire de Konstantinos Kozyris à Candie, qui tient un journal de 1831 à 1845. Propriétaire terrien (est-ce d’ailleurs à ce titre que l’on voit apparaître la notion de « notable » ?), membre du Conseil local, inséré dans de multiples réseaux, il a joué le rôle d’intermédiaire entre les autorités égyptiennes d’occupation et la population locale. Mafalda Adé-Winter pénètre ensuite dans la vie des Poche, Européens d’Alep venus de Bohême, à la fois « Européens et ottomans », particulièrement représentatifs de la société des khans. Catalyseurs des réformes au sein de la société ottomane, ils ont, notamment, été actifs au sein du tribunal commercial mixte créé à Alep en 1853, auquel il est fait appel pour le règlement des dettes commerciales liées à l’extension de l’usage des lettres de change. Salim Dermarkar se penche, quant à lui, sur le cas d’un drogman arménien du consulat d’Angleterre à Alep, propriétaire terrien, victime dans les années 1880 de l’appétit et de la hargne de Djémil Pacha, gouverneur de la ville, et dont le destin préfigure la désagrégation de l’entente communautaire qui va si durement frapper les Arméniens. La figure d’Osman Efendi, restituée par Isik Tamdoyan grâce aux écrits personnels de ce comptable d’un régiment anatolien, ne témoigne peut-être pas tant de l’existence d’une médiation entre deux mondes, assez peu convaincante, que de l’intériorisation de l’importance de l’éducation moderne, qui offre à ses enfants un canal de promotion sociale mais aussi des ressources pour s’intégrer plus aisément dans l’univers en formation des États nations. Jurjî Zaydan est bien, en revanche, un médiateur professionnel. À travers son itinéraire, Anne-Laure Dupont témoigne de la maturation de la figure de l’intellectuel moderne, né du système d’enseignement rénové, désormais producteur d’une opinion qu’il transmet dans l’espace public, au moment, précisément, où s’accélère et se diffuse dans une société peu préparée le courant d’occidentalisation. Mais si les principes de l’adâb, être instruit et vertueux, demeurent d’actualité, les outils destinés à « produire des valeurs pour un monde changeant » (p. 308) se sont profondément transformés. Enfin Vincent Jamati, évoqué par Charlotte Hennebicque, inaugure, au tournant des xixe et xxe siècles, un mouvement de migration à l’échelle internationale, en l’occurrence vers la France. Sa correspondance privée permet de saisir la façon dont les réseaux familiaux et amicaux fonctionnent comme ressources dans ces migrations. Elle témoigne également de la façon dont ces familles arabes en archipel, si caractéristiques au niveau régional du Levant, ont su étendre ce schéma à l’Europe et aux autres continents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Chiffoleau, « Heyberger Bernard et Verdeil Chantal (dir.), Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portraits de groupes sur la frontière de la Méditerranée (xvie-xxe siècle), Paris, Les Indes savantes – Rivages des Xantons, 2009, 349 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 17 mai 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7045

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page