Navigation – Plan du site
Lectures

Alleaume G., Denoix S. et Tuschscherer M. (dir.), Histoire, archéologies, littératures du monde musulman. Mélanges en l’honneur d’André Raymond, Le Caire, IFAO, 2009, 421 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Cet hommage, dédié au professeur André Raymond à l’occasion de son 80e anniversaire, regroupe vingt-sept contributions d’historiens présentées par ses collègues qui l’ont connu à Aix-en-Provence (IREMAM) ou à Damas (IFEAD) principalement. À l’inverse de deux hommages antérieurs publiés en 1990 et en 2001 et consacrés à la recherche urbaine (thème central des recherches d’André Raymond, qui lui ont valu une réputation internationale), le présent ouvrage n’est pas thématique et les contributions proposées balaient un vaste champ chronologique et disciplinaire. Leurs seuls points communs sont :

2d’appartenir à une aire géographique sur laquelle A. Raymond a consacré ses recherches, mais qu’il a aussi contribué à établir en champ d’étude spécifique : (le(s) monde(s) arabe(s) et musulman(s) représenté(s) ici principalement par la Syrie et l’Égypte et dans une moindre mesure la Turquie (en tant que centre ottoman)

3d’être presque toutes basées sur l’étude de sources plus ou moins inédites qu’il s’agisse de registres de tribunaux, de correspondances personnelles ou publiques, de rapports administratifs, de manuscrits religieux ou littéraires. On sait combien l’œuvre d’André Raymond s’est construite sur le dépouillement patient et l’analyse rigoureuse d’un corpus documentaire de grande ampleur (les archives des tribunaux ottomans), en faisant une méthode de référence pour les historiens otttomanisants.

4Le rôle fondamental d’A. Raymond dans le champ des études arabo-musulmanes est présenté en introduction par G. Alleaume. Pour les éditeurs de ce volume, il s’agissait de rendre hommage à la fois au chercheur-historien mais aussi à l’acteur institutionnel (« le bâtisseur »). A. Raymond a permis la refonte et la consolidation du champ institutionnel en étant à l’origine de plusieurs centres ou associations de recherches, que ce soit à l’IFEAD de Damas entre 1966 et 1975, puis à ce qui allait devenir l’IREMAM de 1979 à 1989 ou à l’AFEMAM. Toutes ces institutions sont pluridisciplinaires et participent à l’élaboration d’une aire culturelle. Comme le souligne G. Alleaume, A. Raymond a joué un rôle considérable pour installer les sciences sociales au cœur des études sur le monde arabo-musulman :

5« En l’espace de deux décennies, c’est l’ensemble du domaine de recherche qui s’est trouvé remodelé par son action, pour consommer la rupture avec l’orientalisme de l’ère coloniale et le passage aux sciences sociales des études sur le monde arabe » (p. XIII).

6C’est donc dans l’esprit de cette pluridisciplinarité et de ce savoir partagé sur le monde arabo-musulman que les contributeurs de cet hommage dépassent le cadre des seuls historiens de l’époque ottomane, même si les études historiques sur la ville et la société ottomane occupent une part importante. Chacun des vingt-sept éminents collègues offre ainsi sa contribution dans son domaine de prédilection. Certaines sont fort savantes et érudites, d’autres plus synthétiques et quelques-unes plus impertinentes ou drôles. Toutes sont de qualité, et le lecteur a le plaisir de voyager à travers les thèmes et les styles, en apprenant beaucoup de petites et grandes choses. Comme toujours dans les ouvrages publiés par l’IFAO, la mise en page est impeccable et donne un magnifique volume en papier glacé de 420 pages. En le consultant, le lecteur se dit qu’il tourne les pages d’un type d’ouvrage en voie de disparition, alliant érudition savante et magnifique qualité d’impression. Les articles sont regroupés en quatre grands chapitres et nous les résumeront ici très rapidement.

7Les huit contributions du premier chapitre (Villes et Architectures d’Orient) sont ordonnées par ordre chronologique, allant de l’antiquité pré-islamique au xixe siècle et offrent une certaine homogénéité thématique. La plupart essaie à partir de corpus archéologiques, monumentaux ou de documents de tribunaux de reconstituer tel ou tel état de l’urbanisation à une période donnée. C’est ainsi que dans une contribution très synthétique, C.J. Robin revisite la question du rapport urbain/nomade en Arabie antique à la lumière des dernières découvertes archéologiques et épigraphiques. Il indique que les populations sédentaires étaient majoritaires et s’interroge sur les facteurs qui ont amené le déclin urbain entre le 1er et le vie siècle après JC. Il souligne que malgré l’avancement des recherches dans ce domaine, beaucoup reste à faire avant d’avoir une vision synthétique et comparative fiable. J.C David étudie l’évolution et les constantes de l’architecture domestique en Syrie et souligne les permanences derrières les variations. S. Denoix se pose la question ambitieuse de savoir comment partir du contemporain pour comprendre le passé, comment interpréter les traces architecturales sans faire de la surinterprétation ? Dans le cas présent, il s’agit de s’interroger sur la perception de l’esthétisme chez les Mamelouks du Caire et elle conclut, après une investigation de la disposition des édifices, que ceux-ci ont bien été agencés pour répondre à une « pensée urbaine ». B. Marino décrit minutieusement le sérail d’Ismail pacha al-‘Azm à Damas à partir de textes de tribunaux. M. Tuschscherer, s’appuyant sur la documentation du tribunal d’Alexandrie et sur des récits de voyageurs, essaie de comprendre les dynamiques qui ont mené à l’abandon des anciens quartiers d’Alexandrie et à la construction d’une ville nouvelle pendant la période ottomane. Il décrit avec précision la distribution de la ville et la composition de ses habitants. J.L. Arnaud s’interroge sur le rôle des voies de commerce internationales dans le mouvement de croissance ou décroissance des villes. Il étudie ainsi la place de Damas dans les itinéraires de pèlerinages, les routes commerciales au long cours, les chemins de fer, etc. et souligne que l’essor de la navigation est le principal déterminant de l’effondrement de l’itinéraire terrestre de Damas. Mais il conclut que les déterminants économiques et géographiques dépendent étroitement des déterminants politiques. G. Alleaume étudie à partir des registres d’impôts de 1823 et du recensement de population de 1848 la formation d’un droit de résidence au Caire. M. Volait présente la vision urbanistique d’un architecte égyptien, M.S. Mahboub, qui a élaboré le plan d’aménagement du Caire en 1920 et dont la vision urbanistique se distingue assez nettement de celles des géographes européens de l’époque. Alors que ces derniers sont fascinés par le Caire ancien, M.S. Mahboub s’inscrit dans une vision réformiste et moderniste, peu sensible au bâti ancien.

8Les dix contributions du chapitre II (Histoire, Économies et Sociétés) sont plus éclectiques. Quatre articles abordent des questions religieuses comme celles des alliances chrétiennes et ottomanes et du dialogue avec l’Islam à l’époque Byzantine (M. Balivet sur l’empereur Jean VI Cantacuzène) ou un portrait d’un savant religieux atypique du xve siècle, al-Dalagi (C. Gilliot). G. Veinstein analyse les raisons qui ont amené les conquérants Ottomans (Sélim I) à réhabiliter le tombeau d’Ibn Arabi à Damas au début du xvie siècle et à en faire le saint patron des habitants de la ville, alors que ce dernier était considéré comme un hérétique par les savants religieux arabes de l’époque. Pour l’auteur, les conquérants ottomans se créent une légitimité religieuse en se plaçant sous l’égide d’une autorité spirituelle différente. Il retrouve, dans les modalités de la réhabilitation d’Ibn Arabi, une sorte d’archétype des campagnes militaires turques. A. Popovic étudie les pratiques de la magie chez les Musulmans de Bosnie et du Kosovo au xviie. Se basant sur des chroniques et archives de l’époque, il souligne une pratique très fréquente et partagée entre Chrétiens et Musulmans.

9Deux articles décrivent la situation socio-économique de la Syrie. C. Establet et J.P Pascual poursuivent leur description minutieuse de la société syrienne de la fin xviie à travers les inventaires après décès. Ici, ils se tournent vers les legs des militaires et des fonctionnaires qui indiquent une grande inégalité de ressources et de statut parmi les membres de ces deux corps. A.K. Rafeq revient sur l’impact économique lié à l’ouverture au marché européen au début du xixe siècle en Syrie qui amènera au déclin des corporations (Guildes) et à l’appauvrissement d’une grande partie de la population.

10Deux articles concernent la première guerre mondiale et ses conséquences. À partir de la correspondance de soldats arabes et européens, L. Fawwaz s’interroge sur la façon dont les soldats de l’armée ottomane ont perçu cette guerre et se demande si l’expérience de la guerre a contribué à forger une expérience commune au-delà des clivages sociaux, ethniques ou régionaux. G. Khoury revient sur l’un des aspects des accords Sykes/Picot. Il présente le rôle de la mission française de Damas dans le soutien au plan arabe de l’Emir Faysal à travers la correspondance de deux protagonistes : le lieutenant-colonel Cousse et le colonel Toulat.

11L’article de E. Kienle est le seul qui relève de la science politique. Revenant sur les écrits de Michel Seurat concernant la question de la nature de l’État syrien et sur le rôle des clivages ethniques, religieux et sociaux dans l’organisation politique et sociale de ce pays, E. Kienle en souligne la profondeur et la pertinence toujours actuelle. La deuxième partie de l’article, écrit bien avant les événements du « Printemps arabe » a ici une résonance particulière. E. Kienle y décrit les évolutions qui lui semblent les plus marquantes depuis les deux dernières décennies (la Syrie après Michel Seurat) et indique que « l’État de Barbarie s’est davantage civilisé, même au-delà de ce qu’il en était avant la dérive de la fin des années 1970, bien que la participation politique et le respect des droits de l’homme restent fortement entravés » (p. 251). Cet optimisme relatif qui était, je pense, partagé par la plupart des observateurs de ce pays, s’expliquait entre autres par l’ouverture économique. Pour E. Kienle, la société restait « toujours introuvable » et les clivages confessionnels restaient marquants. On voit aujourd’hui que l’État de Barbarie est loin d’avoir disparu. L’article de M. Gast sur la place et le statut du kif au Maghreb et en France clôture ce chapitre en nous offrant un petit tour d’horizon désopilant et fort instructif.

12Les quatre contributions du chapitre 3 (Art et Lettres) revisitent des domaines classiques. S’inscrivant dans une démarche de type typologique, C. Audebert et M. Bakouch remettent en question l’idée que les qasîda formeraient un genre immuable toujours caractérisé par un prologue amoureux. Se basant sur une analyse minutieuse des thèmes et contenus (situations et motifs), longueur, lexique, toponymes, etc. de 28 qasîda du Dîwân d’Imru’ al-Qays, les auteurs montrent la diversité des thèmes d’ouvertures et établissent un parallèle entre la longueur du poème et les thèmes développés. Par l’étude de ces constantes, ils espèrent contribuer à constituer des bons outils de comparaison avec la poésie contemporaine. J.C. Garcin aborde un conte des Mille et Une Nuits (‘Ajib et Gharib) d’un point de vue d’historien et, comme A. Raymond, estime que le contenu et la symbolique de ce conte ne prend son sens qu’en le resituant dans le contexte ottoman. Se basant sur un certain nombre d’éléments textuels, il suggère que les héros renvoient plus particulièrement aux sultans Mourad IV et à son demi-frère Osman II ainsi qu’à la prise de Bagdad en 1638. A. Miquel rappelle la place des Mille et Une Nuits dans l’œuvre littéraire de Proust. Délaissant la linguistique arabe, P. Larcher s’intéresse à l’opéra afin de donner une estocade supplémentaire à la critique de l’orientalisme par Edward Saïd. Il s’étonne que ce dernier n’ait pas mentionné l’imaginaire des musiciens, oubli d’autant plus remarquable qu’E. Saïd est reconnu pour sa passion pour la musique. Partant des premiers opéras de Monteverdi aux xvie-xviie siècles, et poursuivant son voyage à travers plusieurs opéras, P. Larcher nous montre combien l’imaginaire orientaliste était présent à travers les références aux Croisades, aux Turques, (et au genre de la turquerie bouffonne), aux Mille et Une nuits, etc. et souligne l’étroitesse des liens entre littérature, musique et contexte historique.

13Les cinq contributions du chapitre 4 (Sources, Manuscrits, Archives) soulignent combien le recours à des sources manuscrites ou archéologiques permet de combler les lacunes des chroniques historiques. Y. Raghib, exhume un fragment d’un ancien papyrus qui représenterait le plus ancien exemple d’un papyrus daté de l’ère musulmane (642). Ceci lui permet de revenir sur les modalités historiques de l’élaboration du calendrier musulman et de souligner les méandres de ce passage à une nouvelle ère. S. Ory, fidèle elle aussi à ses objets de recherches, décrit une inscription épigraphique tulunide retrouvée à Basra, datant de 905. Partant d’une énigme technique (les fours à barre de potiers), J. Thiriot explore de nombreuses régions du monde (Orient, Chine, bassin méditerranéen) où ont été découverts ces fours particuliers pour s’interroger sur la circulation des techniques de poterie. Ses investigations l’amènent à conclure qu’il s’agirait sans doute d’une invention en provenance de la zone irano-ouzbèque. J. Sublet présente des notes sur quelques manuscrits microfilmés de la section arabe de l’Institut de recherche et d’histoire des textes provenant des bibliothèques al-Awqâf et al-Atâr de Baghdad. Enfin on se demande pourquoi la dernière contribution, celle de D. Panzac, n’a pas rejoint la section II. Il décrit la découverte d’une correspondance écrite par J.B Brunet, un négociant français installé à Alexandrie au moment de l’expédition d’Égypte. Cette correspondance permet de revenir sur l’attitude d’un des dignitaires égyptiens les plus importants à Alexandrie à l’époque, Sayyid Muhammad al-Kurayyim, responsable des Douanes et du Port, présenté jusqu’ici comme un résistant à la conquête française et qui semble avoir passé un accord avant le débarquement par le truchement des négociants français.

14On l’a compris, cet ouvrage présenté comme un « hommage affectueux » regroupe beaucoup de noms connus et sérieux des études françaises (et affiliées) sur l’aire arabo-musulmane de ces dernières décennies et on y retrouvera les grands domaines d’études de l’IREMAM. On osera une petite impertinence pour conclure. Tout cela apparaît aujourd’hui fort classique et bien établi. Il est dommage qu’aucun collègue jeune n’ait ici trouvé sa place. Il est également dommage que le monde musulman soit trop limité à la centralité moyen-orientale. Même le Maghreb n’y a aucun représentant !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Alleaume G., Denoix S. et Tuschscherer M. (dir.), Histoire, archéologies, littératures du monde musulman. Mélanges en l’honneur d’André Raymond, Le Caire, IFAO, 2009, 421 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7259

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page