Navigation – Plan du site
Lectures

Bassiouney Reem (ed.), Arabic and the media. Linguistic analyses and applications, Brill, Leiden-Boston, 2010 in T. Muraoka, C. H. M. Versteegh, A. D. Rubin (eds.), Studies in Semitic languages and linguistics, vol. 57, 303 p.

Myriam Achour Kallel

Texte intégral

1Arabic and the Media est le volume 57 de la série « Studies in Semitic Languages and Linguistics » publié chez Brill. L’ouvrage est divisé en trois parties : « Newspaper language », « Arabic variation and the media » et « Applications : approaching media in the classroom ». Le volume se termine par une liste de présentation des auteurs et un index des mots clés. Les quatorze contributions viennent en majorité de spécialistes en linguistique et/ou en langue arabe. Les terrains les plus représentés sont l’Arabie Saoudite, le Liban et l’Égypte, avec parfois des comparaisons entre différents pays arabophones. Aucun auteur n’aborde spécifiquement les pays du Maghreb. Cette absence se justifie, selon l’éditrice du volume, par un concours de circonstances relevant d’un manque de disponibilité, au moment de l’édition de l’ouvrage, de chercheurs travaillant sur ces terrains (p. 4). L’absence du Maghreb n’est, toutefois, pas totale puisque, dans l’analyse de l’arabe des médias (journaux surtout), l’arabe maghrébin est souvent mis à témoin ; si bien que l’impression qui se dégage de l’ouvrage est celle de l’existence de deux blocs d’arabe, celui du Moyen-Orient et celui du Maghreb, pouvant conduire à l’idée d’une hétérogénéité sociolinguistique radicale entre ces ensembles régionaux.

  • 1 Les extraits cités sont des traductions de l’auteure.
  • 2 Voir à ce propos les travaux de N. Haeri (2003) sur l’Égypte ou de D. Caubet (2003) sur la darija a (...)
  • 3 Voir notamment les travaux de J.-L. Amselle (2001) ou de C. Canut (2007).

2Dans son introduction, l’éditrice du volume, Reem Bassiouney, évoque les transformations sociales et politiques des villes arabophones (globalisation, antennes paraboliques, compétition entre les nouvelles chaînes privées) et leurs répercussions dans le domaine médiatique où les choix linguistiques éditoriaux constituent un enjeu de taille. Elle pose à ce sujet deux questions principales : d’une part, « L’arabe est-il influencé dans son évolution par les médias ? » (p. 21) ; elle se demande si l’arabe est en train de « changer rapidement pour aller à la rencontre des besoins du monde moderne, dans ses variantes standard et parlée ? ». D’autre part, « les médias peuvent-ils donner naissance à de nouvelles formes hybrides de langage ? ». Sans nier l’intérêt de ces interrogations, il aurait peut-être été utile que l’auteure développe davantage son argumentation en la situant dans des discussions théoriques relatives à ces questions. Nous aurions aimé, par exemple, mieux comprendre ce que l’auteure entend par « monde moderne ». En termes linguistiques, comme sociologiques, de quelle façon une langue peut-elle - ou pas - être qualifiée de moderne ?2. La deuxième question laisse sous-entendre qu’une langue serait un ensemble clos et homogène, que les changements sociaux viendraient troubler en les mélangeant (« hybride »). Or, là aussi, dans des approches sociologique et linguistique, plusieurs auteurs ont déjà montré le caractère métissé, ‘branché’ des composantes culturelles dont les langues font partie3.

  • 4 Voir M. R. Hamzaoui qui, depuis 1986, tente d’écarter les questions idéologiques relatives à l’unic (...)

3La première partie, « Newspaper Language », regroupe trois articles. Le premier, « The evolution and role of newspapers », résume quelques sections du livre de J. Aitchison (The word weavers: Newhounds and wordsmiths, 2007) et retrace l’évolution des journaux britanniques au cours des derniers siècles. On peut s’étonner de trouver cet article en tête du volume étant donné que la problématique linguistique n’y tient pas une grande place et que la langue arabe n’y est pas abordée. Le deuxième article, « Cases of written code-switching in Egyptian opposition newspapers », met en regard un journal égyptien progouvernemental (Al-Ahrâm) et deux journaux d’opposition. Sur la base de quatre variables (les titres, les contextes du codeswitching - désormais CS -, les CS interphrase et enfin intraphrase), Z. Ibrahim, montre la tendance des journaux d’opposition à recourir au CS contrairement à Al-Ahrâm. Dans le troisième article, « Communities of use in Arabic newspaper language : The meaning of the country effect », une attention particulière est portée à l’hétérogénéité linguistique dans des pays arabophones. D. Parkinson y analyse finement les différences de fushâ en fonction des pays de provenance de quatre journaux en montrant comment un même mot peut être exprimé différemment dans une même langue –fushâ - selon le pays d’origine, en l’occurrence le Koweit, le Liban, l’Égypte et le Maroc4. Il note, au passage, que les lecteurs ne le remarquent que lorsqu’ils sont touchés dans leur « zone de confort » linguistique.

4À elle seule la deuxième partie, « Arabic variation and the media » (154 p), qui regroupe huit contributions, est supérieure en nombre de pages aux première et troisième parties réunies (respectivement 48 p. et 72 p.). Dans la première contribution, « Arabic oral media and the corpus linguistics : A first methodological outline », M. Van-Mol, expose les difficultés d’ordre méthodologique rencontrées dans l’enregistrement d’émissions télévisées sur des chaînes satellitaires pour classer son important corpus. Nous retiendrons de cet article son choix dans la conceptualisation de l’arabe du média : à défaut de le définir en amont, l’auteur préfère une conceptualisation extensive de l’arabe dans le média. La deuxième contribution, « Patterns and predictions for code-switching with arabic », focalise moins sur les médias que sur une question d’ordre technique. C. Myers-Scotton recadre la question du CS entre arabe standard et « variétés éduquées des dialectes locaux » (p. 81) en termes de rapports entre le matrix language (fournissant notamment le cadre morphosyntaxique) et le embedded language (l’autre langue utilisée dans le CS) pour envisager de nouvelles formules à venir de CS en langue arabe.

5Nous relevons deux apports essentiels de la troisième contribution, celle de R. Bassiouney, intitulée « Identity and code-choice in the speech of educated women and men in Egypt : Evidence from talk shows » : tout d’abord, sa vision critique de réinterroger ce qui est communément considéré comme propre au langage féminin ; ensuite, son souci d’analyser les échanges en exposant les contextes d’interlocution et la manière par laquelle une situation amène l’interlocuteur à choisir telle langue ou tel type de registre de langue. Pour l’auteure, c’est l’identité situationnelle que souhaite afficher l’acteur qui déterminera son choix linguistique. Dans la quatrième contribution, « Hâl id-dunyâ : An arabic news bulletin in colloquial (‘Ammiyya’) », M. Doss décrit les choix linguistiques retenus par les rédacteurs d’un bulletin d’informations sur une chaîne privée égyptienne. L’auteure y montre notamment ce qui découle en termes de contraintes culturelles liées à la traduction, par exemple l’embarras des journalistes à traduire le mot « compagne » de Sarkozy en égyptien (zôga, sa femme ? p. 137).

6La cinquième contribution, « Performance, language and power. Nasrallah’s rhetoric and mediated charisma in the context of the 2006 july war » traite des « stratégies de communication politique » du Hizbullah durant la guerre du Liban de juillet 2006. D. Matar, qui analyse ces stratégies comme « des pratiques politiques performatives » (p. 142), se base sur deux discours politiques télévisés pour montrer comment Nasrallah utilise un discours et un langage (notamment les mots muqâwama et jihâd) ayant des résonnances culturelles fortes auprès de l’audience libanaise.

7Les deux études suivantes nous emmènent en Arabie Saoudite. Dans « Pidginisation in the eastern region of Saudi Arabia : media presentation », après une discussion autour des rapports entre pidgin et créole, M. Al-Azraqi décrit quelques spécificités du kalâm hnûd (p. 162, littéralement « langue des Indiens ») : ce pidgin étant utilisé par les asiatiques travaillant en Arabie Saoudite mais ne maitrisant pas l’arabe. Quant à N. Samin, il prend pour terrain internet : « Internet bulletin boards in Saudi Arabia : Analogues of change and resistance ». L’intérêt de son étude est de vouloir s’écarter des compréhensions sociopolitiques des usages d’internet dans les médias arabes pour se fixer sur une autre caractéristique : la manière par laquelle internet est utilisé comme « un outil précieux pour renforcer des normes préexistantes auprès des communautés traditionnelles [les Qahtân et les Al-Ahsâ] » (p. 177). A l’inverse, le dernier article de la deuxième partie prône une approche rejoignant des interprétations en termes politiques et idéologiques. Dans « Linguistic varieties in twenty-first century arabic novels : an applied study », S. Abboud-Haggar, fait une place aux usages linguistiques en littérature. Elle choisit deux livres, The girls of Riyadh de Raja as-Sani (2005) et The Yacoubian building de Ala al-Aswani (2002) pour montrer la portée idéologique du choix du registre linguistique chez l’écrivain.

8Trois contributions sont rassemblées en troisième et dernière partie de ce volume collectif, ayant pour titre « Applications: approaching media in the classroom ». Il s’agit, ici, de proposer des applications dans l’enseignement de l’arabe tirées des usages des médias, essentiellement des journaux. Le premier article, « Media arabic as a regional standard » (K. C. Ryding), met l’accent sur l’importance du média comme étude d’un processus de mise en relation entre des formes formelles et informelles de l’arabe écrit. Dans le deuxième article, « A framework for teaching vocabulary through printed media », R. El-Essawy montre comment, en théorie comme en pratique, le vocabulaire peut être acquis et enrichi par l’usage des journaux au cours de l’acquisition d’une langue étrangère. Le dernier article, « The place of media in the arabic curriculum », va aussi dans ce sens. M. Abdalla y met l’accent sur l’importance de la prise en compte de l’écart entre l’arabe standard et les langues nationales maternelles des pays arabes, d’une part, et les caractéristiques culturelles entre pays arabes, d’autre part.

9Au final, ces travaux, ici rassemblés, se font l’écho des utilisations différenciées des registres de langues ou du code switching en rapport avec l’identité ou le contexte sociopolitique. Dans la continuité des questions traitées par cet ouvrage, riche par ses analyses sociolinguistiques de différents médias – Internet, journaux, télévision, littérature – il est possible de revisiter certaines catégories de la linguistique à l’aune des réalités sociologiques considérées, comme celles de « dialecte », de « langue », de « variété locale », etc. Tant par sa thématique que par la variété et la richesse de ses contributions, cette publication est un apport certain pour ceux qui, dans une approche linguistique ou anthropologique, s’intéressent aux usages des langues dans le monde arabe.

Haut de page

Bibliographie

Amselle Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Canut Cécile, 2007, Une langue sans qualité, Limoges, Lambert-Lucas.

Caubet Dominique, 2003, « Darija, langue de la modernité – Entretien avec Noureddine Ayouch », Estudios de dialectologia norteafricana y andalusi, n° 7, p. 135-141.

Hamzaoui Mohammed Rached, 1986, Al ‘arabiya wal hadâtha. Aw Al fasâha fasâhât, Beyrouth, Dar al gharb al islâmî.

Haeri Niloofar, 2003, Sacred Language, Ordinary People: Dilemmas of Culture and Politics in Egypt, New York, Palgrave Macmillan.

Haut de page

Notes

1 Les extraits cités sont des traductions de l’auteure.

2 Voir à ce propos les travaux de N. Haeri (2003) sur l’Égypte ou de D. Caubet (2003) sur la darija au Maroc.

3 Voir notamment les travaux de J.-L. Amselle (2001) ou de C. Canut (2007).

4 Voir M. R. Hamzaoui qui, depuis 1986, tente d’écarter les questions idéologiques relatives à l’unicité de la fushâ de la linguistique arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Achour Kallel, « Bassiouney Reem (ed.), Arabic and the media. Linguistic analyses and applications, Brill, Leiden-Boston, 2010 in T. Muraoka, C. H. M. Versteegh, A. D. Rubin (eds.), Studies in Semitic languages and linguistics, vol. 57, 303 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7260

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page