Navigation – Plan du site
Lectures

Marín Manuela, de la Puente Cristina, Rodriguez Mediano Fernando, Pérez Alcalde Juan Ignacio, Los epistolarios de Julián Ribera Tarragó y Miguel Asín Palacios. Introducción, catálogo e índices, Madrid, CSIC, Estudios árabes e islámicos, Monografías 16, 2009, 991 p.

Cyrille Aillet

Texte intégral

1Cet ouvrage volumineux intéressera, surtout, deux catégories de lecteurs : des spécialistes de l’histoire intellectuelle espagnole, et tous ceux qui se penchent sur l’histoire de l’orientalisme européen – ou de l’ « arabisme », pour reprendre la dénomination ibérique. Il apporte, en effet, de nouvelles informations sur deux de ses figures majeures : Julián Ribera Tarragó (1858-1934) et Miguel Asín Palacios (1871-1944), à travers le catalogage et l’étude de leurs correspondances personnelles, 4 913 lettres découvertes en 1999 dans une caisse de l’ancien siège du Département de philologie arabe du Consejo Superior de Investigación Científica à Madrid, calle de Medinaceli. On connaît le premier de ces deux personnages pour son exploration pionnière de sources majeures de l’histoire d’al-Andalus ou pour ses Disertaciones y opúsculos (1882-1927), où il explore plusieurs des facettes d’une société islamique qu’il juge avant tout espagnole. Miguel Asín n’est autre que son disciple. Traducteur du monumental Traité des idées religieuses d’Ibn azm, ses travaux sur la philosophie et le soufisme andalous l’ont fait connaître hors d’Espagne. Comme son maître, il s’est aussi passionné pour la question des transmissions culturelles entre al-Andalus et l’Europe médiévale et moderne. Tous deux à l’origine de la Escuela de Estudios Árabes, en 1932, ce sont des Pères fondateurs de l’arabisme espagnol.

2C’est donc, avant tout, à une « histoire interne » de leur discipline que leurs héritiers indirects s’attaquent. La première partie du volume (404 pages) reconstitue minutieusement, grâce à cette documentation nouvelle, l’itinéraire de ces deux personnages. Au-delà de l’anecdote, c’est tout un pan de la vie culturelle espagnole d’avant la Guerre civile qui émerge : l’importance des attaches provinciales (tous deux proviennent de Saragosse, l’une des villes pionnières dans la redécouverte et la revalorisation du passé andalou) et des cercles et revues d’érudition régionale, la place de l’arabisme dans les institutions nationales, l’ébullition intellectuelle de Madrid au début du xxe siècle, enfin le poids encore grand, du mécénat exercé par l’aristocratie éclairée (notamment le puissant duc d’Albe)... En parcourant leurs réseaux, on se rend, ainsi, mieux compte de la vitalité du « néo-catholicisme » – courant de sensibilité conservatrice mais ouvert au renouveau et au débat d’idées – qui irrigue une partie de l’aréopage espagnol de cette époque. Quant aux relations qu’entretenaient les deux savants avec leurs collègues étrangers (H. Basset, L. Massignon, E. Levi-Provençal, L. Cheikho, D. Margoliouth, I. Kratchkovsky, G. Sarton, I. Goldziher...), elles démontrent l’imbrication de l’ « arabisme » espagnol dans les problématiques générales de l’orientalisme européen. La question coloniale – en l’occurrence l’implantation espagnole au Maroc – joue, d’ailleurs, un rôle crucial dans la correspondance des deux hommes. Julián Ribera noue des liens étroits avec des officiers coloniaux et incite, en vain, les institutions à soutenir l’émergence d’une génération d’africanistes qui soient à la fois des hommes de terrain et de véritables connaisseurs de la langue et de la culture arabe. En 1921, Asín Palacios prête sa plume et son érudition au gouvernement pour rédiger une note où il réfute les arguments de Lyautey et des autorités coloniales françaises qui, face à la concurrence espagnole au Maroc, soulignaient l’intérêt de l’extension de l’autorité du sultan (leur protégé) à l’ensemble du pays, au-delà des frontières du Protectorat.

3Autre chapitre novateur et passionnant : celui qui concerne l’attitude de Miguel Asín, et plus généralement des « arabistes » espagnols, pendant la Guerre Civile et dans les premiers temps de la dictature du général Franco. Il dément, en effet, l’image trop univoque d’un milieu intellectuel intégralement et inconditionnellement « libéral ». Miguel Asín se montre relativement hostile et méfiant vis-à-vis de la jeune République espagnole, créatrice, pourtant, de la Escuela de Estudios Árabes dont il prend la tête en 1932. Il critique une « Constitution laïque de nom, mais persécutrice, en réalité, de toute manifestation de l’esprit catholique de l’Espagne ». Pendant la Guerre Civile, il déplore l’assassinat « par les rouges » de l’arabisant Melchor Antuña et tente, par l’intermédiaire du duc d’Albe, de faire évacuer vers la zone franquiste ses disciples, Emilio García Gómez et Nemesio Morata, réfugiés dans une ambassade à Madrid. Les lettres de González Palencia – autre éminent arabisant espagnol – à Miguel Asín apportent des témoignages plus précis, car son auteur y raconte sa participation active aux commissions d’épuration et à la propagande franquistes entre 1936 et 1938. Son attitude, tout à fait représentative de la majorité des membres de la Escuela de Estudios Árabes, selon les auteurs de cette étude, lui valut, après guerre, un rôle éminent dans la purge et le renouvellement de l’Université espagnole. Certaines figures de l’« arabisme » espagnol surent, d’ailleurs, tirer parti de leur sympathie pour le régime franquiste en s’enrôlant dans l’entreprise de « rénovation » culturelle de l’après-guerre, dont l’une des tâches principales consista, précisément, à éliminer de l’Université et du nouveau CSIC tout élément non conforme à l’idéologie officielle.

4De façon quelque peu artificielle, la partie historique se clôt avec l’étude et l’édition de deux correspondances spécifiques : celle de Miguel Asín avec l’orientaliste hongrois Ignaz Goldziher (1850-1921) – dans laquelle vient s’imbriquer une monographie sur Abraham Yahuda, figure peu connue et pourtant majeure des études hébraïques en Espagne –, et une lettre du grand scientifique Santiago Ramón y Cajal (1852-1934), l’un des fondateurs de la neurologie, à Miguel Asín.

5Après une bibliographie très riche, la seconde partie de l’ouvrage – soit près de 550 pages – contient un catalogue de la collection épistolaire des deux hommes. L’index initial de tous leurs correspondants est complété par un index final qui permet au lecteur de rechercher, très facilement, des informations biographiques. Il s’agit d’un outil précieux pour qui veut se pencher sur la vie culturelle, et politique, de l’Espagne entre 1886 et 1944. Enfin, les lettres sont classées par correspondant (selon un ordre alphabétique), et, à l’intérieur de chaque rubrique, par ordre chronologique. Le contenu de chaque lettre est résumé brièvement.

6Il s’agit d’une somme dont le contenu, parfois très technique, s’avère toutefois, extrêmement utile pour l’histoire de l’« arabisme » espagnol. L’étude historique offre des analyses parfois passionnantes qui démontrent la vitalité du processus de récupération de mémoire, initié en Espagne après la chute du franquisme. Alors que le CSIC vient de connaître une grande restructuration, il était temps que cette « intra-histoire » sorte de l’oubli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Aillet, « Marín Manuela, de la Puente Cristina, Rodriguez Mediano Fernando, Pérez Alcalde Juan Ignacio, Los epistolarios de Julián Ribera Tarragó y Miguel Asín Palacios. Introducción, catálogo e índices, Madrid, CSIC, Estudios árabes e islámicos, Monografías 16, 2009, 991 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7271

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page