Navigation – Plan du site
Lectures

Bonnaud Mary, La poésie bachique d'Abû Nuwâs. Signifiance et symbolique initiatique, Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2008, 535 p.

Mohamed Bakhouch

Texte intégral

  • 1 - Nous utilisons, ici, ce terme par commodité, il n'est pas donné par l'auteure aux différentes sou (...)
  • 2 - L'auteure étudie dans ces sept chapitres les poèmes 205 (ch. 1) ; 229 (ch. 2) ; 129 (ch. 3) ; 2 (...)

1Préfacé par Abdallah Bounfour, ce livre comporte une introduction, suivie de deux parties, d'une conclusion et d’une bibliographie ; il ne contient pas d'index. La première partie, intitulée « Image d'Abû Nuwâs dans la critique », [p. 27-146] est constituée de quatre chapitres1. À notre avis, le titre de ce premier ensemble est inadéquat, les chapitres 3 et 4 ne traitant pas du tout de l'image du poète dans la critique : dans le chapitre 3, l’auteure étudie la dimension vocale de la poésie d'Abû Nuwâs, alors que, dans le chapitre 4, elle tente de connaître le genre de vin qu'il buvait. La deuxième partie ne porte pas de titre et comprend neuf chapitres [p. 147-495] : dans les sept premiers chapitres, l'auteure étudie huit poèmes (et non pas six comme annoncé à la page 26)2 ; le huitième s'intitule « Au banquet d'Abû Nuwâs, lieux et personnages » et le dernier est consacré à l'étude de la « Structure de la scène bachique dans la poésie d'Abû Nuwâs ».

2Disons, d’abord, qu'il est bien regrettable que cet ouvrage, au demeurant fort bien écrit, n'ait pas bénéficié d'une véritable relecture. Des problèmes d'ordre formel, de toutes sortes, émaillent le texte. Ils sont une source de désagrément pour le lecteur et nuisent à la qualité du travail accompli.

3Parmi ces problèmes, signalons ceux que présente la bibliographie, sa lecture permettant de faire les constats suivants :

4- Des références sont incomplètes : l'auteure omet, par exemple, d'indiquer les dates de publication de certains ouvrages, c'est le cas pour amm al-hawâ d'Ibn al-Jawzî ; le Dîwân d'Ibn al-Fâriḍ ; al-ashriba, al-shiʿr wa-l-shuʿarâʿ et Kitâb ʿuyûn al-abâr d'Ibn Qutayba [voir p. 527].

5Parfois ce sont les noms des maisons d'édition qui ne sont pas mentionnés : comme à la p. 527 pour les ouvrages d'Ibn al-Muʿtazz, Kitâb fuûl al-tamâṭîl fî tabâshîr al-surûr et Kitâb al-badîʿ.

6- Des ouvrages sont cités dans le corps du texte, mais ne figurent pas dans la bibliographie. Voici la liste de ceux que nous avons identifiés : Albert Arazi, La réalité et la fiction dans la poésie arabe ancienne [p. 88-89 et note 24, p. 88] ; Régis Blachère, Histoire de la littérature arabe… [p. 88] ; André Miquel, Abû l-ʿAtâhiya, Poèmes de vie et de la mort [p. 63 et 64] ; Joseph Ernest Renan, Discours et conférences [p. 44-45] ; Youssef Seddik, Nous n'avons jamais lu le Coran [p. 509] ; Abdellah Bounfour, De l'enfant au fils, Essai sur la filiation dans les Mille & une nuits (p. 277 ; voir également la note 39 à la même page) ; Walter Otto, Dionysos, le mythe et le culte [cité p. 419].

7- Un auteur est parfois oublié, c'est le cas pour Françoise Gadet, dont le nom est mentionné avec ses co-auteurs dans la note 31 de la page 61 : (M. Arrivé, F. Gadet, M. Galmiche, La grammaire aujourd'hui), mais disparaît dans la bibliographie [p. 525]).

8- Enfin, le titre de l'ouvrage d'Ibn al-Muʿtazz, abaqât al-shuʿarâ’, devient Tabaqât ash-Shiʿr [p. 527], et le nom de l'auteur d'al-zandaqa wa-l-shuʿûbiyya fîl-ʿar al-ʿabbâsî l'awwal, ʿAṬWÂN Ḥusayn, est orthographié ʿUṬWÂF [p. 529].

  • 3 - Dans un autre registre, précisons, ici, que ce n'est pas le cheval de ʿAntara qui « rejette tout (...)

9En outre, de très nombreuses coquilles perturbent la lecture du texte. Une bonne partie d'entre elles est due au choix de l'auteure de transcrire en caractères latins diacrités les exemples cités. Nous nous sommes contentés de relever, ici, celles qui affectent3 les noms propres. En voici la liste :

10- Muḥammad al-ʿAqqâd [p. 30] et AL-ʿAQQÂD ʿAbbâs Muḥammad [p. 525] au lieu de ʿAbbâs Maḥmûd al-ʿAqqâd ; Abû al- Ḥuṭay’a [p. 34] au lieu d'al- Ḥuṭay’a ; Abdellah Boufour [p. 84, note 16] au lieu de Abdellah Bounfour ; Zuhayr b. Abî Salmâ [p. 100] au lieu de Zuhayr b. Abî Sulmâ. « l'Émir ʿAysâ » [p. 134] ; « l'Émir Abû ʿAysâ » [p. 449] ; « Abû ʿAysâ » [p. 451] ; «le prince Abû ʿAysâ » [p. 490] et « l'Émir Abû ʿAysâ » [p. 503] au lieu de Abû ʿÎsâ [il s'agit de l'un des fils du calife Hârûn al-Rashîd] ; Ibn Waḥshiya [p. 204, note 17 et p. 240, note 101] au lieu d'Ibn Waḥshiyya. Par ailleurs, le titre de son célèbre ouvrage, al-filâa al-nabaiyya, devient, par erreur, Al-fallâa an-nabaiyya ; Al-Mahalmal [p. 223, note 71] au lieu d'al-Muhalhil ; La Guerre des Dâḥis et d'al-Jabrâ’ [p. 369] au lieu de Dâḥis et al Ġabrâ’.

11Signalons, enfin, pour clore ce passage sur les problèmes formels, que l'auteure n'indique jamais les mètres des vers cités.

12D'autre part, les traductions proposées par l'auteure ne sont pas, dans l’ensemble, d’une grande qualité, certaines d'entre elles suscitant même des réserves. Quelques-unes des traductions proposées s’écartent, en effet, du texte arabe. En voici quelques exemples :

13à la p. 99, le vers

14وَغَنّى لَنا صَوتاً بِلَحنٍ مُرَجَّعٍ سَرى البَرقُ غَربِيّاً فَحَنَّ غَريبُ

15est traduit « Et il nous chanta d'une voix lancinante : la clarté du jour a disparu à l'ouest et l'étranger a gémi de nostalgie ».

16Or, il n'est pas question, dans ce vers, de « la clarté du jour », mais de l'éclair qui zèbre le ciel la nuit [sarâ l-barqu : litt. « l'éclair voyage la nuit »].

17À la page 109, le vers

18مِن قَعرِ أجَوفَ ذي ساقٍ بِلا قَدَمٍ نيطَت بِدَنٍّ عَظيمِ البَطنِ هَدّار

19est traduit par « du fond d'une amphore profonde munie de jambes sans pieds,/

20Elle a été placée, après la fermentation, dans une jarre ventrue que l'on a suspendue ».

21La traduction de ce vers comporte un ajout « après la fermentation ». En outre, le mot haddâr, rendu par « que l'on a suspendue », pose problème car cet intensif caractérise, ici, le bruit que fait le vin lancé hors de la jarre.

22Par ailleurs, sans raison apparente et sans explication, nous avons parfois deux traductions différentes pour le même vers. C'est le cas pour ce vers :

23قالوا تَنَسَّك بَعدَ الحَجِّ قُلتُ لَهُم أَرجو الإِلَهَ وَأَخشى طيزَناباذا

24Une première traduction est proposée à la p. 290, « On m'a dit : « Seras-tu sobre après le pèlerinage ? J'ai répondu : Je comprends, j'espère, je crains Ṭîzânâbâḍ ».

25Une autre traduction figure à la p. 316, « On me dit : "deviendras-tu ascète, après le pèlerinage ?" ». Je leur dis : « Je vois, j'espère et je crains Ṭîzânâbâḍâ !». Ces deux traductions comportent des ajouts : dans la première « je comprends » ; dans la deuxième « je vois ». Le lecteur peut constater, également, une omission : le deuxième hémistiche arjû l-ilâha wa-ashâ Ṭîzânâbâḍâ est traduit par « j'espère et je crains Ṭîzânâbâḍâ ». L'omission du mot « Dieu » dans la traduction n'est pas sans conséquence sur le sens : le poète espère en Dieu et craint Ṭîzânâbâḍ. Il espère que Dieu l'aide à devenir un nâsik, mais il craint de ne pas y parvenir à cause de Ṭîzânâbâḍ.

26Le verbe tanassaka, qui signifie être dévot, être pieux, est traduit correctement à la p. 316, mais sa traduction est fautive à la p. 290 où il est rendu par « Seras-tu sobre après le pèlerinage ? ».

27De même, le vers 24, p. 196 yabkî li-bulbula awdâ bi-hâ abalu est incorrectement traduit par « où dans son délire, il pleure inlassablement son amie ». Une autre traduction, plus appropriée, est proposée p. 221 : « La lamentation du rossignol sur son amie détruite par la folie ».

28Enfin, à plusieurs reprises, l'auteur donne une traduction sans produire le texte en langue arabe. C'est le cas pour un vers d'al-Ḥuṭay’a cité à la p. 34 ; pour les quatre vers du poème 21 d'Abû Nuwâs à la page 111 ; ainsi que pour le poème 231 traduit dans les pages 216-217. C'est aussi le cas pour les exemples qui figurent dans les pages 333 ; 434 ; 439 ; 443 ; 444 ; 445 ; 450 ; 451 ; 481 et 487.

29Cette pratique n’est pas sans inconvénient pour le lecteur arabophone qui souhaite connaître la source arabe.

30Dans l'étude proprement dite, Mary Bonnaud propose de passer au crible l'image de poète sulfureux si étroitement liée au nom d'Abû Nuwâs. Pour mener à bien sa tentative de démythification, l'auteure analyse, dans la première partie du livre, la réception de l'œuvre de ce poète par un critique moderne, Charles Pellat, et par un poéticien ancien, Ibn Qutayba. Son évaluation des opinions de ces deux critiques montre comment, marqué par l'idéologie de son époque et basé sur des critères moraux, l'avis de Ch. Pellat sur le poète est négatif. En revanche, elle salue la démarche d'Ibn Qutayba qui, s'intéressant, en priorité, à l'œuvre d'Abû Nuwâs, n'accorde pas une grande importance à sa moralité et « minimise les accusations d'impiété portées contre lui ».

  • 4 - Lire p. 25 ; lire aussi l'analyse que propose l'auteure du poème 205, notamment les pages 92, 95, (...)

31Mary Bonnaud étudie, ensuite, les dimensions orale et vocale de la poésie d'Abû Nuwâs. Elle s'appuie sur le travail de Dominique Mainguenau pour établir la distinction entre auteur et narrateur et « identifier, à partir des indices textuels, les interlocuteurs du narrateur […] »4.

32Enfin, l'auteure conclut cette partie en tentant de savoir quel vin buvait Abû Nuwâs, décryptant la logique qui préside à la nomination des vins. Sans être aussi systématique que le travail entrepris, jadis, par Jamal Eddine Bencheikh, cette tentative ouvre une piste intéressante.

  • 5 - En fait huit, voir supra.

33Dans la deuxième partie de son ouvrage, Mary Bonnaud propose au lecteur une étude de six poèmes5 bachiques composés par Abû Nuwâs.

34Les analyses sont, dans l'ensemble, fort intéressantes et éclairent d'un jour nouveau la poésie bachique du poète abbaside. Cependant, l'auteure donne, parfois, l'impression de vouloir faire feu de tout bois. Pour illustrer notre propos, prenons quelques exemples dans les analyses qu'elle fait des poèmes 205, 288 et du chapitre intitulé « Au banquet d'Abû Nuwâs, lieux et personnages ».

35Dans le second hémistiche du premier vers du poème 205, Le chant de la nostalgie {p. 151], Abû Nuwâs emploie le nom d'action zalîl qui signifie « le fait de glisser » :

36وَخَيمَةِ ناطورٍ بِرَأسِ مُنيفَةٍ تَهُمُّ يَدا مَن رامَها بِزَليلِ

37L'auteure propose la traduction suivante pour ce vers [p. 157]:

38« 1. Cette hutte d'un gardien de vigne, juchée au sommet d'une colline, /

39si on veut s'y rendre, il faut s'aider de ses mains pour ne pas glisser ».

40Dans le commentaire qu'elle en fait p. 186-187, M. Bonnaud donne d'abord le sens premier de ce mot, puis elle pousse plus loin son analyse et ajoute :

« Si nous rapprochons ce thème des mains du groupe prépositionnel bi-zalîli, nous découvrons un autre thème, celui des mains du petit enfant qui courent maladroitement sur le sein maternel. Pour un auditeur originaire d'Afrique du Nord, bi-zalîli évoquerait, par son consonantisme, le sein maternel, bazzûla. En arabe classique, bazala veut dire fendre, faire sa première dent (pour un jeune chameau). Les sons du groupe prépositionnel bi-zalîli rappellent donc bien à l'oreille la petite enfance et le jeune enfant au sein de sa mère. Les mains s'inscrivent mieux dans cette isotopie de l'allaitement maternel que sur une montée ardue, à moins qu'on ne chemine en s'aidant des mains, ce qu'on imagine mal de la part de valeureux compagnons prêts à affronter tous les dangers. Ainsi, l'ensemble des figures aboutit à une métaphore englobante, la masure figure du paradis maternel, dans laquelle s'emboîte, comme dans un puzzle, chaque figure particulière. » !

41Nous pensons, quant à nous, que le rapprochement entre les deux termes bi-zalîli et bazûla est mal venu et n'est, d'aucune manière, pertinent. Et puis, à notre connaissance, Abû Nuwâs ne composait pas ses poèmes pour l'auditeur originaire d'Afrique du Nord.

42Dans le poème 288, le poète dit au vers p. 301 :

43وجىءَ بِالدَنِّ عَلى مَرفَعٍ وَخاتَمُ العِلجِ عَلى طينِهِ

44L'auteur traduit ainsi ce vers p. 303 :

45« 6. Il donna un coup à la jarre posée sur une étagère,/

46Et dont le cachet était marqué du sceau de l'étranger. »

47Cette traduction résulte d'un problème de lecture du premier mot du vers. En effet, l'auteur lit wuji’a au lieu de wa-jî’a [on apporta]. Il ne s'agit pas, ici, du passif du verbe waja’a, mais de celui du verbe jâ’a précédé de la conjonction de coordination wâw. Son interprétation s'en trouve également affectée, elle note p. 316-317 :

« Or le rituel de la mise à mort implique que soit versé le plus de sang possible, et que ce sang coule avant la mort : c'est bien ainsi que se déroule, dans le texte, le semblant de mise à mort. Le terme wuji’a signifie littéralement être frappé avec un couteau. Ce couteau servira, non à égorger selon le rituel, mais à ouvrir la veine médiane de la main, akhal, car le sang ainsi répandu coule sans arrêter. »

48Dans le chapitre intitulé « Au banquet d'Abû Nuwâs, lieux et personnages », l'auteure cite ce vers [voir p. 426, note 3] :

49وَرُحتُ بِها في زَورَقٍ قَد كَتَمتُها وَمِن أَينَ لِلمِسكِ الذَكِيِّ كُتومُ

50Elle le traduit, ainsi, à la même page :

51« Je l'apporte (le vin) dans un bateau que j'ai caché /

52Et d'où l'odeur pénétrante du musc ne se trahira pas ».

  • 6 - Ce vers, le dix-huitième, renvoie au vers 4 de ce même poème, Abû Nawâs y évoque le bouquet du vi (...)

53Il s'agit, ici, d'un contresens, ce n'est pas la barque, mais le vin qui est caché [dans la barque] ; et contrairement à ce qu'affirme l'auteure, le poète dit que l'odeur pénétrante du musc ne peut être discrète, ne peut être dissimulée6. Par hyperbole, c'est le bouquet du vin qui est mis en valeur ici.

54L'auteure fait de ce vers le commentaire suivant [p. 426] :

« Certes, le bateau n'est pas décrit, mais ce vers en dit long sur l'atmosphère du moment. Le contrôle de la consommation de boissons fermentées devait être renforcé, puisqu'il fallait se cacher soigneusement. Et, conséquence de cette prohibition, le vin était devenu très cher : la commerçante exigera cyniquement, en paiement, un poids d'or [sic] aussi lourd que le péché ! ».

55Rien dans le poème n'autorise ce commentaire et aucune source extérieure, historique ou autre, n'a été sollicitée par l'auteure pour étayer son affirmation.

  • 7 - Voir les pages 159 et 188.
  • 8 - Voir la page 441.

56De même, M. Bonnaud croit déceler une critique sociale dans la poésie d'Abû Nuwâs7. À notre avis, ces affirmations sont à nuancer. Les propos du poète sur les marchands de vin procèdent, en effet, du cliché et il est excessif de donner à des marchandages la dimension d'une critique sociale, comme le fait l'auteure lorsqu'elle étudie le poème 268, par exemple.

57Malgré les réserves formulées ici, les approches adoptées par l'auteure, sa volonté de privilégier le texte et ses questionnements, ainsi que ceux que suscitent ses analyses invitent le lecteur à réviser la vision qu'il a du poète et de son œuvre bachique.

58Une lecture attentive du texte aurait pu, cependant, lui éviter les différents problèmes formels qui en perturbent la réception.

Haut de page

Notes

1 - Nous utilisons, ici, ce terme par commodité, il n'est pas donné par l'auteure aux différentes sous-parties.

2 - L'auteure étudie dans ces sept chapitres les poèmes 205 (ch. 1) ; 229 (ch. 2) ; 129 (ch. 3) ; 288 (ch. 4) ; 233 (ch. 5) ; 37 (ch. 6) et les poèmes 76 et 78 (ch. 7).

3 - Dans un autre registre, précisons, ici, que ce n'est pas le cheval de ʿAntara qui « rejette tout adolescent trop léger » comme on peut lire [p. 270], mais celui d'I. al-Qays [voir p. 267, paragraphe 3].

4 - Lire p. 25 ; lire aussi l'analyse que propose l'auteure du poème 205, notamment les pages 92, 95, ainsi que celles qui figurent, entre autres, dans les pages 210-212 et les pages 281-282.

5 - En fait huit, voir supra.

6 - Ce vers, le dix-huitième, renvoie au vers 4 de ce même poème, Abû Nawâs y évoque le bouquet du vin en ces termes :

لَها مِن ذَكيِّ المِسكِ ريحٌ ذَكِيَّةٌ وَمِن طيبِ ريحِ الزعفَرانِ نَسيمُ

7 - Voir les pages 159 et 188.

8 - Voir la page 441.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Bakhouch, « Bonnaud Mary, La poésie bachique d'Abû Nuwâs. Signifiance et symbolique initiatique, Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2008, 535 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7307

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page