Navigation – Plan du site
Lectures

Henein Nessim, Pêche et chasse au lac Manzala, Le Caire, IFAO, 2010, 486 p.

Sylvaine Camelin

Texte intégral

1Le livre Pêche et chasse au lac Manzala de Nessim Heneim présente la particularité d'être un ouvrage hybride : mi-livre photographique dont les images sont si belles qu'elles trouveraient leur place dans une publication d'art, mi-livre technique qui liste les différentes techniques de pêche et dont les descriptions sont si complètes que l'on devine sans peine l'ambition d'exhaustivité de l'auteur. De très belle facture, sa dimension de 20 par 27,5 cm permet de fait une exceptionnelle mise en valeur des documents iconographiques (photographies, schémas, dessins et graphiques).

2Le livre s'ouvre sur une introduction générale qui représente une véritable invitation à la déambulation dans la ville de Maṭareyya, située sur les rives du lac Manzala. Au travers d'un texte simple et souvent nostalgique, accompagné de très belles photographies en noir et blanc (ce qui accentue fortement la dimension mélancolique), l'auteur relate sa première visite de 1988, soulignant dans son récit les contrastes de la ville : « Je fus surpris par ce monde contradictoire - enfer et paradis - au sein duquel la saleté et la misère s'opposaient à la beauté du lac et du ciel ». Ce premier séjour d'un mois sur les rivages du lac sera suivi d'un second séjour de plusieurs mois en 1991. Au fil des mois passés en compagnie des pêcheurs, jeunes et vieux, N. Heneim a recueilli avec minutie l'ensemble des techniques de pêche et de chasse de ce monde du lac dont on comprend rapidement qu'il est en train de disparaître. C'est sur ce travail de terrain qu'il s'appuie pour proposer une étude ethno-archéologique très complète comprenant :

3- des relevés, descriptions et dessins des techniques contemporaines de pêche et de chasse

4- des descriptions des engins de pêche et de chasse (fonction, utilisation, terminologie)

5- des relevés des techniques de pêche disparues

6- un exposé synthétique des causes de la pollution

7L’introduction est suivie d'un premier chapitre de description géographique de la région et de présentation de sa gestion administrative. Ouvert sur la mer Méditerranée, le lac Manzala est l'un des quatre grands lacs qui bordent la côte nord du delta du Nil. Sa faible profondeur (entre 1,20m et 1,75m) et ses très nombreux îlots induisent certaines particularités des pratiques de pêche et de chasse, mais ne constituent pas en soi un frein à l'exploitation de ses ressources puisque, pour la période de 1970 à 1990, le nombre de bateaux est estimé entre 3 000 et 4 000 et que 18 000 tonnes de poissons y sont annuellement pêchées par 12 000 à 14 000 pêcheurs (même si seuls 8 à 9 000 sont déclarés officiellement). Pourtant, en dépit de la ressource essentielle que le lac représente pour les habitants de la région, il n'est pas protégé, à l'exception d'une petite zone de 35km2, et sa superficie a diminué de deux tiers en quelques dizaines d'années (de 1 200 km2 à 770km2).

8L’ouvrage est ensuite constitué de trois parties de taille inégale : la première concerne les techniques de pêche (241 pages), la seconde la chasse aux oiseaux (110 pages) et la troisième porte sur la vie des pêcheurs (40 pages). Il comprend enfin des annexes incluant une bibliographie, un lexique et une table des matières de 12 pages.

9Si ce n'était la beauté de l'ouvrage, l'on pourrait penser qu'il s'agit d'un manuel de technique de pêche tant les descriptions sont précises et complètes. La première partie, entièrement dédiée à la pêche, ouvre sur une brève introduction avant d'enchaîner sur une présentation détaillée des six techniques de pêche au filet fixe : pour chacune, l'auteur présente les variantes d'utilisation, notamment en fonction des espèces recherchées. Chaque technique et chaque variante utilisée est exposée avec une description du filet, sa couleur, ses dimensions, sa forme, son système de fixation et son utilisation, à la suite de quoi l'auteur retrace le déroulement de la pêche. La plupart des descriptions sont accompagnées de dessins d'une grande minutie et d'une grande précision : des schémas d'ensemble de techniques de pêche mais aussi des détails des différents outils du travail ainsi que des photographies en noir et blanc. Dans quelques cas, une petite digression permet d'aborder la question de la propriété du bateau, du salaire des pêcheurs... et c'est alors l'occasion de laisser momentanément de côté les questions techniques pour voir se dessiner quelques figures des acteurs du lac.

10À la suite des filets fixes, trois autres savoir-faire de pêcheurs sont présentés : les filets mobiles, la pêche à l'hameçon et la pêche à la main

11La variété et la finesse des arts de la pêche dans cette région du monde sont absolument fascinantes. Ainsi l'auteur ne décrit pas moins de quatorze variantes de techniques de pêche à la senne (ou seine), technique consistant à encercler les poissons dans un filet à la traîne. Comme précédemment, chaque description est déclinée en différents domaines et présente les techniques, les outils et les espèces de poissons recherchées. Pour chacun de ces domaines, l'auteur conserve les termes vernaculaires qui sont par ailleurs tous repris dans un lexique final extrêmement détaillé.

12Ces descriptions et ce lexique resteront d'autant plus précieux que la société des pêcheurs du lac de Manzala évolue rapidement et que nombre de savoirs disparaissent au moment où d’autres apparaissent. On peut lire ainsi une description fascinante de la pêche aux tilapias dans les empreintes de pieds (p. 196 et suiv.) qui est apparue et s'est développée depuis soixante-dix ans. On regrettera toutefois que ce souci de précision porte plus volontiers sur les techniques et les outils que sur les pratiques et la vie sociale. Ainsi, lorsque p. 115 l'auteur mentionne que l’une des techniques de pêche à la senne (lowwâtet el-manqûr) est interdite depuis 1966, il ne revient nulle part sur les raisons de cette interdiction spécifique ni sur ce qui conduit les pêcheurs à la contourner, ce qui mériterait d'autant plus une explication qu’une autre technique de pêche à la senne (shebbâka), abolie la même année, n'est plus du tout pratiquée (p. 127).

13Si la plupart des descriptions sont extrêmement techniques, le lecteur se laisse surprendre au fil des pages par des descriptions de scènes de pêche qui, accompagnées de photographies magnifiques, lui permettent pour un instant de « sentir » les lieux et de « voir » la scène. En voici deux exemples :

« Le pêcheur se tient debout dans l'eau, dans une zone d'un mètre de profondeur environ, à quelque distance de son embarcation. Il maintient le bout de la corde de jet dans sa main droite, les trois-quarts du filet repliés sur son avant-bras. Il rassemble avec sa main gauche le reste de l'épervier qu'il laisse pendre devant lui. Les jambes écartées et les pieds bien ancrés dans la vase, il rejette le torse en arrière et lance le filet avec force. » (p.164)

« Les pêcheurs évitent de se mouiller la tête lorsqu'ils attrapent les poissons. Ils accomplissent du reste la plupart des opérations avec leurs pieds. J'ai vu aussi des pêcheurs placer leurs cigarettes, leurs allumettes et des galettes de pain dans les plis de leurs turbans. Entre deux jets, certains mangent ou fument, debout dans l'eau, un narguilé jôza que le garçon leur a préparé. » (p.165)

14L'ensemble de l'ouvrage dégage un fort sentiment de nostalgie sans verser pour autant dans le romantisme ; et les quarante pages du quatrième chapitre de cette première partie sont entièrement consacrées à la question du pillage du lac.

15Dans cette étendue de faible profondeur, et de façon tout à fait illégale, des îlots artificiels sont créés autour desquels des plantes aquatiques sont plantées (jacinthes d'eau, roseaux). À ces îlots sont adossés de vastes digues (osha) qui toutes les trois à quatre semaines sont vidées à l'aide de pompes hydrauliques. Il s'agit là d'une source de revenus considérable pour les pêcheurs puisque le National Institue of Oceanography and Fisheries estime en 1990 la production des osha entre 15 000 et 20 000 tonnes de poissons » (p. 230). Les différentes techniques de pêche illégale contribuent à épuiser les ressources halieutiques du lac.

16Se détournant un moment de la pêche, la seconde partie de l'ouvrage porte sur la chasse aux oiseaux puisque le lac Manzala représente une halte importante pour certaines espèces migratoires telles que les flamants roses, les grues, les cailles, les canards, les foulques macroules ou encore les oies.

17Pour les habitants des rives du lac, la chasse constitue une activité secondaire et saisonnière (durant les périodes de migrations des oiseaux) mais néanmoins très sophistiquée et l'auteur se dit ébloui par l'ingéniosité des filets et des pièges utilisés.

18Comme pour le domaine aquatique, pour chacune des techniques de chasse liées à des espèces spécifiques l'auteur décrit les lieux de pose, l'emplacement des chasseurs, la façon d'attirer les oiseaux vers le filet, la variété d’oiseau, la grandeur des filets et les heures de chasse. Chacune des descriptions est accompagnée de relevés et de dessins et, lorsqu'elles existent, de reproductions de bas-reliefs trouvés dans les tombes pharaoniques. Ainsi, une partie du chapitre porte sur les comparaisons et l'analyse de ces bas-reliefs qui sont tout à coup éclairés par une meilleure connaissance des techniques contemporaines.

19Outre la chasse au filet, longuement développée, sept autres techniques sont recensées et décrites plus brièvement :

20- la chasse à l’hameçon

21- la chasse aux cailles grâce à des pièges légers (manṣab)

22- la kôsha (cylindre de roseaux enduit de glu) et la sellâ, une variante plus rapide et plus simple à mettre en œuvre

23- le pigeon harnaché utilisé comme appât pour la capture des faucons

24- la chasse par noyade

25- la chasse au « lamparo »

26- la chasse au fusil

27La troisième et dernière partie aborde la vie des pêcheurs. Elle s'ouvre par l’inventaire des différentes façons d’utiliser les roseaux (nattes, cordelettes…), se poursuit par la description des métiers à tisser et de la technique du tissage des nattes, puis évoque les diverses constructions en roseaux (huttes, étables, fermes…). Ces pages, si elles sont largement occupées par de très belles photographies et des dessins, manquent toutefois d'ampleur sociologique.

28La section suivante est consacrée à l'art d'accommoder le poisson et le gibier à plume et si les dix pages qui la composent sont fort alléchantes, on peut regretter qu'elles s'en tiennent à de simples énoncés de recettes de cuisine. Enfin cette troisième partie se termine par une rapide description de trois mausolées de cheikhs situés dans des îlots. Au regard des deux premières parties du livre, cette dernière apparaît pauvre et curieusement imprécise, à tel point que l'on s'interroge sur la raison même de ces quarante pages et sur le dessein de l'auteur en les écrivant. Une forme de découragement, peut-être, qui se retrouve dans la brièveté de la conclusion de trois pages pleines de tristesse et de nostalgie sur la fin d'un monde : celui du lac Manzala qui est en train de disparaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvaine Camelin, « Henein Nessim, Pêche et chasse au lac Manzala, Le Caire, IFAO, 2010, 486 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7308

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page