Navigation – Plan du site
Lectures

Catusse Myriam, Destremau Blandine et Verdier Eric (dir.), L’État face aux débordements du social. Formation, travail et protection sociale, Iremam-Kathala, 2010, 468 p.

Elisabeth Longuenesse

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat d’un programme de coopération entre deux petites équipes françaises issues de l’Iremam et du Lest, et quelques équipes universitaires ou de recherche maghrébines (le Crasc à Oran, le Leid à Rabat, le Creq à Marrakech), qui visait à interroger les logiques de redéploiement de l’action publique face à la crise sociale « à travers trois activités, se former, travailler, être protégé ».

2Le livre compte 15 chapitres, dont près de la moitié (sept) traitent de la formation professionnelle, six de politiques sociales considérées sous l’angle de l’évolution des systèmes de protection sociale, de traitement du chômage ou de lutte contre la pauvreté, et deux de mobilisations collectives protestataires en milieu ouvrier (Gafsa), ou de diplômés chômeurs. L’espace limité imparti à cette note de lecture ne permet bien sûr pas d’en rendre compte dans le détail. Ce que j’essaierai de faire dans les lignes qui suivent, c’est avant tout de rendre compte du fil conducteur de l’ouvrage, des principales questions qu’il aborde, mais aussi, des limites de l’exercice.

3Se pose en effet d’emblée, en filigrane, la question du lien entre les deux axes de la protection sociale et de la formation professionnelle : l’emploi apparaît à première vue comme le chaînon qui les relie. Si le chômage est une dimension centrale de la crise sociale, pour y faire face, les États auraient deux types de réponses : mettre en place des systèmes d’assurance et de protection, ou stimuler l’emploi. La seconde réponse impliquerait de mieux former pour adapter la demande à l’offre. Mais c’est laisser entendre que la première cause du chômage est l’inadéquation de la formation, ce que l’on peut mettre en doute.

4De fait, si toutes les contributions sont dans l’ensemble riches d’informations et stimulantes pour la réflexion, pour les analyses et hypothèses proposées, il est un peu dommage qu’elles se fassent insuffisamment écho les unes aux autres. La relation entre formation, emploi et chômage, est d’autant plus complexe qu’elle implique une multiplicité d’acteurs, intervenant à des niveaux différents, de l’État aux entreprises, en passant par les responsables de la formation, mais aussi les organisations professionnelles et syndicales. La protection sociale, y compris l’assistance aux chômeurs, relève de l’État, mais peut mobiliser une diversité d’organismes professionnels, mutualistes, caritatifs. L’une comme l’autre question peuvent être abordées dans une perspective d’économie politique, de modèle de société, mais aussi de synergies entre institutions sectorielles.

5Au départ est le constat qu’au centre des préoccupations sociales des États comme des organisations internationales et des agences de développement on trouve de façon récurrente deux préoccupations : la pauvreté et le chômage (Catusse, Destremau). Les premiers chapitres reviennent donc sur l’histoire de la mise en place d’un « État social » dans les trois pays du Maghreb, partout indissociable du développement d’un salariat massivement adossé à l’emploi public. Certes les trajectoires sont très différentes d’un pays à l’autre, les institutions et les outils mis en œuvre sont chaque fois spécifiques, mais partout l’effondrement des ressources publiques, l’instauration de plans d’ajustement structurel, les politiques de privatisation, ont entraîné une explosion du chômage et de l’emploi dit « informel », c’est-à-dire non déclaré et non protégé, tandis que les dispositifs d’aide à l’emploi peinent à redresser la barre. La Tunisie semblait à première vue s’en sortir plutôt mieux que ses voisins et malgré la croissance du chômage « l’extension de la sécurité sociale devenait un amortisseur des politiques de libéralisation », au point que Blandine Destremau pouvait parler d’une « forme de reconnaissance du statut des travailleurs citoyens ». Le récit du très dur mouvement de protestation des ouvriers de Gafsa en 2008 (Allal), dans l’article suivant, contredisait toutefois un tel optimisme. Deux ans plus tard, l’étincelle de Sidi Bouzid remettait définitivement en cause les analyses qui faisaient de la Tunisie un « bon élève » aux yeux de la « communauté internationale ».

6Le mouvement des diplômés chômeurs marocains, particulièrement puissant, illustre un aspect de l’enjeu du développement de l’enseignement supérieur au Maghreb, celui de la relation entre les attentes des diplômés, la réalité du marché de l’emploi, et la responsabilité de l’État, et les malentendus lourds de conséquences entre les acteurs concernés. Il pose évidemment d’abord la question de la définition même du chômeur. M. Emperador pointe la contradiction centrale du mouvement qui permet au gouvernement de le « discipliner » : l’idée que le diplôme fonde par principe un droit pour son détenteur, et un devoir de recrutement de la part de l’État. La première réponse, sous forme d’orientation, d’information, de formation professionnelle et d’aide à la création d’entreprise a une efficacité limitée, tandis que la seconde, faite de plans d’embauche massif, sans tenir compte des besoins réels, renforce une logique clientéliste en principe honnie par les militants.

7Ce texte fait bien la transition avec le deuxième ensemble d’articles centrés sur la formation professionnelle. Ceux-ci n’abordent la question que partiellement du point de vue du chômage et de l’emploi et beaucoup plus pour elle-même, en s’interrogeant sur les logiques et les principes qui régissent les systèmes de formation professionnelle, et les modèles mis en œuvre. C’est essentiellement en tant qu’outil pour faciliter l’insertion des jeunes sur le marché du travail que la question de la formation est reliée à celle de l’emploi et du chômage. Pour A. Benamar et ses collègues du CRASC, en visant l’« amélioration de l’employabilité », la formation aux qualifications requises par le marché doit faciliter l’accès à l’emploi. À côté de cela, la formation est aussi un « instrument de mise à niveau des compétences des entreprises », et l’enjeu principal est celui des politiques économiques. La faiblesse de la formation est un « handicap pour le développement », et le « défi de l’aide à l’emploi » est d’autant plus grand dans le contexte des réformes néolibérales. Le problème de l’Algérie, à l’heure du passage à l’économie de marché, est dans la faible relation d’interface entre éducation et monde du travail, dévalorisation des savoirs techniques et prédominance de la fonction sociale de la formation (Benyaou). Le cas du BTP est exemplaire de l’impasse dans laquelle se trouve ce pays, mais aussi des points aveugles de la recherche : alors que l’Algérie connaît un taux de chômage plus élevé que partout ailleurs, le secteur souffre d’une pénurie de main d’œuvre, qui l’oblige à recruter des travailleurs étrangers. Certes, la relation entre formation et emploi n’est pas simple, une multiplicité d’acteurs intervient, et le rôle des formateurs et des systèmes de formation, mais aussi celui des agences de recrutement, sont essentiels, mais au-delà des représentations du travail, ne devrait-on pas examiner aussi les conditions de travail (y compris de sécurité au travail) et de rémunérations : à quelles conditions sont employés quels travailleurs étrangers ? Il est frappant que ces deux derniers points ne soient évoqués par aucune des contributions, pas plus que, plus largement, l’organisation du travail, les relations hiérarchiques et de pouvoir dans l’entreprise, la nature des systèmes productifs. La réflexion se situe pour l’essentiel du point de vue des systèmes de formation, plus que des employeurs et des entreprises, et le marché du travail est souvent considéré de façon le plus souvent globale et abstraite.

8La formation professionnelle est donc étudiée d’abord du point de vue des systèmes éducatifs, dans sa relation, plus ou moins étroite, parfois totalement séparée, avec la formation générale, mais aussi du point de vue des missions qui lui sont attribuées. De ce point de vue, un ensemble d’analyses tout à fait précises et stimulantes sont proposées, qui mettent en lumière les logiques à l’œuvre dans chaque situation nationale, et dans différents secteurs, comme le BTP ou l’artisanat. À partir du cas tunisien, B. Fourcade propose de distinguer quatre modèles de formation : dans le modèle « académique-méritocratique », la sélection est faite par l’échec et la formation professionnelle est un choix par défaut, tandis que modèle « professionnel » implique un partenariat avec le monde de l’entreprise ; ce modèle tend aujourd’hui a être privilégié par les réformes en cours ; il s’accompagne de conventions avec les fédérations patronales, et de la création d’observatoires de l’emploi et des qualifications. Le modèle de l’apprentissage est caractéristique du secteur artisanal : il est puissant au Maroc où ce secteur est important. Enfin, on a vu ces dernières années émerger un marché de la formation professionnelle avec la multiplication des établissements privés. En Algérie, la Charte d’Alger attribuait trois fonctions à l’éducation, une fonction économique, une fonction idéologique et une fonction sociale (Benyaou). Les années 1990 et les politiques d’ajustement structurel voient apparaître un souci de développer la formation professionnelle pour répondre aux nouveaux besoins du marché, mais le poids des logiques antérieures est lourd à surmonter, et la « fonction sociale » reste prédominante, comme palliatif au chômage. Le cas de l’artisanat au Maroc (El Yacoubi) est intéressant en ce qu’il introduit l’idée de l’importance de la formation « sur le tas », qu’Eric Verdier confronte d’un côté à l’ « apprentissage organisé », résultat d’une institutionnalisation négociée entre partenaires sociaux, de l’autre à un (faux) apprentissage dans l’emploi informel. Alors que dans le premier cas, la reconnaissance de la formation est acquise sur le marché du travail, dans le cas de la formation en milieu artisanal, la reconnaissance reste localisée, l’apprentissage dans le secteur informel ne pouvant être que limité et de très court terme. En croisant un certain nombre de variables (principes de justice, conception des compétences, certification, espace de reconnaissance, acteur de la formation, acteur de la régulation, etc.), Eric Verdier propose une grille de lecture permettant de caractériser finement les variantes des différents systèmes de formation. Il conclut en s’interrogeant sur la pertinence de la hiérarchie des savoirs héritée des différents systèmes, et pose « trois conditions » à une meilleure coordination des systèmes de formation : la qualité de l’éducation de base, la reconnaissance sociale des qualifications, et le rôle de « ferment d’une compétitivité économique retrouvée » de ces qualifications. On est loin de la question sociale – sauf à penser que la compétitivité est une garantie de justice ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Catusse Myriam, Destremau Blandine et Verdier Eric (dir.), L’État face aux débordements du social. Formation, travail et protection sociale, Iremam-Kathala, 2010, 468 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 25 janvier 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/7364

Haut de page

Auteur

Elisabeth Longuenesse

Laboratoire Printemps, CNRS, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Institut Français du Proche-Orient, Beyrouth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page