Navigation – Plan du site
Lectures

Parejo Mª. Angustias (coord.), Entre el autoritarismo y la democracia. Los procesos electorales en el Magreb, Barcelone, Éditions Bellaterra, 2010, 480 p.

Thierry Desrues

Texte intégral

1Loin des turbulences du « printemps arabe » et à la veille ou au moment même d’élections au Maroc, en Tunisie et en Algérie, l’ouvrage coordonné par María Angustias Parejo apporte d’intéressantes informations sur les dynamiques politiques maghrébines du début des années 2000. Il aborde les processus électoraux au sein du Grand Maghreb (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) avec l’intention de prendre « le pouls des changements politiques et sociaux qui sont en train de se produire au Maghreb sans préjuger de leur direction et de pouvoir élaborer quelques conclusions théoriques homologables en politique comparée ». Ce faisant, le postulat de départ de l’ouvrage affirme que les échéances électorales maghrébines ne sont pas dépourvues d’intérêt. Au sein de la région, les trois régimes du Maghreb central se sont adonnés depuis quelques années déjà à ce rituel politique périodique, mais sans que disparaissent les soupçons d’irrégularités. L’institutionnalisation des élections a progressé en Tunisie depuis 1989, au Maroc depuis 1993 et en Algérie depuis 1995, mais les enjeux des scrutins ont été limités en termes de dévolution du pouvoir suprême. Au Maroc, la forme monarchique du régime ne peut être mise en question. En Tunisie, ceux qui ont osé franchir le pas de la compétition électorale pour les élections présidentielles ont souvent été forcés a posteriori à se plier à un exil intérieur ou extérieur. En Algérie, la réalité du pouvoir élu semble toujours soumise à l’appareil militaro-sécuritaire. En Mauritanie, les réformes introduites au début des années quatre-vingt-dix n’ont pas suscité de consensus au sein du champ partisan et les élections ont parfois été qualifiées de « coup électoral » dans un pays marqué par les coups d’État militaires. La parenthèse du changement ouverte suite au coup d’Etat de 2005 a été refermée dès 2008 par une nouvelle irruption des militaires. Par contre, la Libye du colonel Kadhafi est resté un cas à part puisque l’importation des dispositifs appartenant aux formes de la démocratie représentative a été rejetée tandis que le guide de la Révolution imaginait un modèle sui generis de « démocratie directe » organisée autour des congrès et des comités populaires.

2Dans le contexte maghrébin actuel, les questionnements sont certes à renouveler, mais les enjeux demeurent concernant l’organisation d’élections qui revendiquent le label démocratique, qui interpellent l’adhésion des partis et de la population aux règles du jeu politique définies par les autorités, qu’elles soient nouvelles, transitoires ou anciennes.

3Les articles de l’ouvrage sont regroupés en quatre parties, dont la cohérence est affectée par une dernière section qui s’éloigne du fait électoral. Celle-ci est en effet composée de deux articles qui présentent une approche de la politique de l’Espagne, d’abord en matière de coopération avec le Maroc, que retrace Suzana Ruiz, ensuite en matière d’immigration, article dans lequel Nieves Ortega présente notamment des informations sur le rôle du tissu associatif.

4La première partie de l’ouvrage aborde les élections et les déclinaisons de l’islam politique, autant dans sa version participative que terroriste. L’article de Manuel R. Torres Soriano “Terrorisme jihadiste et processus électoraux dans le monde musulman : répercussion au Maghreb” est particulièrement intéressant notamment parce qu’il aborde le sujet avec la volonté de banaliser le jihadisme en tant qu’objet de recherche. Il s’agit de prendre ce phénomène à sa juste mesure pour comprendre son influence sur les évolutions politiques de la région. Dans le cas présent, c’est l’analyse à partir de la perspective de l’idéologie jihadiste qui est privilégiée. S’arrêtant sur les partis islamistes qui ont choisi la voie participationniste, Carlos García Rivero, quant à lui, essaie de vérifier d’abord si l’appui électoral que reçoivent ceux-ci – non seulement au Maghreb, mais aussi en Turquie ou en Jordanie – est à mettre en relation avec un refus social du gouvernement démocratique ; ensuite, si les processus électoraux au Maghreb peuvent incorporer les partis islamistes au système démocratique ; et enfin si l’inclusion des islamistes peut représenter une menace pour la stabilité politique de ces pays. Pour ce faire, l’auteur recourt notamment aux données fournies par les Enquêtes Mondiales des Valeurs (World Values Surveys).

5La deuxième partie du livre présente une analyse de chaque pays du Maghreb. On appréciera les deux articles sur la Mauritanie et la Libye, des pays délaissés par la recherche espagnole en sciences politiques. Raquel Ojeda offre une vision d’ensemble de la vie politique mauritanienne au cours des vingt dernières années en prêtant un intérêt particulier à la période du changement qui a eu lieu entre les deux derniers coups d’État. Les limites des dispositifs démocratiques et leur instabilité renvoient aux difficultés de la construction de l’État mauritanien (question ethnique et des frontières) et aux problèmes de développement social (analphabétisme de la population) et économique (faible capacité d’accumulation). Inmaculada Szmolka s’inspire des notions de régime hybride, d’autoritarisme compétitif et de pluralisme limité pour aborder les élections au Maroc et soulever de nouveau la question du pluripartisme. L’expérience algérienne est analysée par Rafael Bustos qui tente de répondre aux questions suivantes : dans quelles conditions les élections peuvent-elles, dans un régime en transition ou semi-autoritaire, produire du changement politique ? Quel rôle jouent-elles quand elles ne produisent pas du changement ? Génèrent-t-elles du changement social, économique et culturel quand leurs résultats supposent un bouleversement politique qui finit par être avorté ? Les réponses se trouvent dans le parcours historique qui est proposé au lecteur depuis la colonisation jusqu’à l’année 2009. Par ailleurs, vingt ans après le coup d’État médical qui destituait Habib Bourguiba de la présidence de la République tunisienne, le régime de Ben Ali a engendré « un modèle singulier de distribution du pouvoir » dans un pays où les réformes légales des normes du jeu politique électoral se réalisent au détriment du changement. C’est ce que soutiennent dans leur article Guadalupe Martínez et Juan Montabes qui offrent « une approche politologique de ce processus politique et, partant, une évaluation critique de son développement et de ses résultats ». Moncef Djaziri, quant à lui, se concentre sur la Libye et revient tour à tour sur la construction de l’État des masses, l’idéal de la démocratie directe, pour terminer en abordant la problématique de la succession dynastique.

6La troisième partie du livre est consacrée exclusivement au Maroc. En dehors de l’article de Mounia Bennani-Chraïbi, qui est une version réduite d’un texte publié en français dans un ouvrage de référence sur les élections législatives de 2002 au Maroc (Bennani-Chraïbi, Catusse, Santucci, 2004), Bernabé López García, pionnier des analyses électorales sur le Maroc en Espagne, s’attarde sur les élections de 2007. On soulignera la démonstration fort intéressante de la réduction du nombre d’électeurs qui frappe tous les partis par rapport aux scrutins précédents alors que la population a augmenté durant cette même période. Les cartes des circonscriptions électorales, qui présentent les résultats électoraux des différents partis, sont elles aussi très instructives. Victoria Veguilla analyse les élections communales de 2002 et les législatives de 2003 dans la ville sahraouie de Dakhla aux prises avec le fait tribal et le changement social. Enfin, María Angustias Parejo revient sur la question constitutionnelle. Elle part de l’évolution du constitutionnalisme marocain qui aurait abouti, avec les réformes de 1992 et 1996, à une orientation vers un système de « parlementarisme rationalisé ». La revendication constitutionnelle ayant été un des sceaux de l’identité de l’opposition au régime de Hassan II, ces réformes auraient inauguré un processus de libéralisation et seraient devenues le moteur qui aurait activé le champ politique. Ce faisant, selon la professeur de l’Université de Grenade, la question constitutionnelle aurait disparu du débat politique entre 1996 et 2006, c’est-à-dire jusqu’à la publication des conclusions de l’Instance Équité et Réconciliation (IER). Elle s’interroge alors sur ce silence et cherche des réponses à travers l’analyse du discours et la gestion politique de la Monarchie, d’une part, et la position de la plupart des partis politiques sur la question constitutionnelle, d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam, Santucci Jean-Claude, Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives de 2002, Paris/Aix-en-Provence, IREMAM-Karthala, 2004, 318 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Desrues, « Parejo Mª. Angustias (coord.), Entre el autoritarismo y la democracia. Los procesos electorales en el Magreb, Barcelone, Éditions Bellaterra, 2010, 480 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 25 janvier 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7367

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page