Navigation – Plan du site
Lectures

Camarasa-Bellaube Marion avec la collaboration d’Aurélien Yannic, La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent. Une histoire des Algériens au Canada, Paris, Éditions Publibook, 2010, 224 p.

Kamel Chachoua

Texte intégral

1Le livre de Marion Camarasa-Bellaube et d’Aurélien Yannic, La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent, retrace d’une manière chiffrée et documentée l’histoire chrono-logique, politique et sociale de l’émigration-immigration algérienne au Canada. Cet ouvrage vient combler un vide chronique qui a toujours caractérisé l’intérêt, la recherche et les débats sur l’immigration algérienne au Canada. Si on parle, en effet, peu de cette immigration-là c’est parce qu’elle est complètement absorbée par « son ainée » : l’émigration-immigration algérienne en France, qu’on peut considérer comme l’inconscient et/ou l’impensé historique et politique de toutes les émigrations-immigrations algériennes depuis la seconde moitié du xxe siècle. Les auteurs de ce livre ne font, cependant, pas de cette comparaison entre l’émigration algérienne au Canada et l’émigration algérienne en France, ni un objet ni un objectif non plus. Une comparaison qui aurait pu, pourtant, éclairer les nombreuses différences et ressemblances entre ces deux émigrations-immigrations canadienne et française. Le fait que la majorité des émigrés-immigrés algériens au Canada (85%) soit établie dans la province francophone du Québec, à Montréal notamment, suffit pour justifier l’importance et même la nécessité de cette comparaison entre cette immigration-ci et cette immigration-là. Plus encore, les caractéristiques sociologiques et surtout distinctives relevées par Marion Camarasa-Bellaube, comme par beaucoup d’autres analystes, le sens commun prêté à l’émigration algérienne au Canada comme étant une émigration-immigration « nouvelle », « jeune », « diplômée », « individuelle », « réussie », « bien intégrée » sont, au fond, des caractéristiques communes à celles de tous les autres émigrés-immigrés algériens boursiers, envoyés pour des post-graduations en Occident (entre 1970-1980) et qui ne sont jamais retournés en Algérie après la fin de leurs études. Ce choix de « non retour » explique, en partie, pourquoi cette frange-là (d’émigrés-immigrés), diplômée, essentiellement « masculine » et majoritairement célibataire ne s’est jamais structurée en mouvement d’opposition politique au Canada, comme en France et ailleurs en exil, avant le 5 octobre 1988, date de la révolte populaire algérienne qui a ouvert un cycle de démocratisation politique et le multipartisme en Algérie.

2Cela étant dit, le livre de Marion Camarasa-Bellaube et d’Aurélien Yannic nous montre comment ce noyau d’étudiants en sciences exactes qui ne dépassait pas la centaine en 1980, discret jusqu’à l’invisibilité, s’est transformé, en trente ans, en l’une des communautés les plus visibles dans l’espace immigré canadien. Qui sont donc ces premiers Algériens qui ont « inventé » l’immigration au Canada ? Quelle était leur « histoire » ?

3Marion Camarasa-Bellaube et Aurélien Yannic nous « content » deux beaux « mythes fondateurs » concernant ces premiers émigrés-immigrés algériens au Canada. Le premier relie cette émigration à « la dissolution du parti algérien d’avant-garde socialiste (PAGS) vers 1970 qui a vu l’arrivée d’un noyau de militants « pagsiste » au Québec » ; quant au second « mythe », il fait remonter l’embryon de cette émigration algérienne au Canada à « l’exposition universelle de Montréal qui a entraîné la pérennisation des séjours de nombreux cadres algériens venus à cette occasion et a marqué, ainsi, le début de l’histoire et de la formation de la communauté algérienne du Québec ». Bien que Marion Camarasa-Bellaube et Aurélien Yannic ne fassent aucun commentaire sur ces deux « brefs » récits, ceux-ci nous laissent néanmoins entrevoir le désir conscient et/ou inconscient à vouloir lier (et par là, justifier) l’origine et l’histoire de l’immigration algérienne au Canada à la nature totalitaire du régime politique algérien de l’après-indépendance.

4Avant d’aborder la question de la formation puis de l’intégration des immigrés algériens au Canada, et au Québec en particulier, Marion Camarasa-Bellaube et Aurélien Yannic dressent l’histoire politique de cette émigration-immigration qui nous fait bien voir et comprendre, contrairement à ce qu’on a cru jusqu’ici, que ce ne sont pas les boursiers d’universités algériennes, ni les « pagsistes » et encore moins les cadres « venus pour l’exposition de Montréal au début des années 1970 » qui ont « inventé » l’émigration algérienne au Canada, mais plutôt les autorités canadiennes, notamment une certaine frange d’acteurs politiques de la minorité québécoise qui voyait dans la lutte des algériens pour l’indépendance, au début des années 1960, un exemple de libération et un modèle de contestation et d’émancipation des Laurentiens. Ils ont, en effet, inscrit leur lutte dans un mouvement de décolonisation semblable et comparable à celui du Front de libération nationale algérien (FLN) que confirme bien la création du Front de libération du Québec (FLQ). Dès 1970, beaucoup de membres de ce mouvement demanderont des visas pour Alger et seront, d’ailleurs, bien accueillis par le président Houari Boumedienne. Quel paradoxe ! Dix ans après, au printemps 1980 (dit printemps kabyle/berbère), le Québec devient, à son tour, pour de nombreux jeunes immigrés algériens au Canada (d’origine kabyle notamment), la terre d’action et d’animation politique et culturelle berbère et même un exemple pour son combat minoritaire et « indépendantiste » comme le dit bien Sabine Venturelli dans sa préface au livre de Marion Camarasa-Bellaube et d’Aurélien Yannic.

5Dans les années 1960-1970, le Canada développa ses programmes d’aide aux pays africains francophones afin que le Québec ne puisse pas donner auprès de l’opinion mondiale, et notamment des pays francophones, l’image d’un État souverain. En 1964, par exemple, le Canada « dépêcha » à Alger tout un protocole pour l’établissement de relations commerciales et, à partir de 1967, l’ACDI (Agence Canadienne de Développement International) mit en place un programme d’aide alimentaire. En 1973, ces relations se densifièrent et se diversifièrent pour toucher des domaines comme celui de la santé, de la formation et de l’enseignement supérieur. Cependant, le nombre de ressortissants algériens résidant au Canada durant ces années-là, c'est-à-dire entre 1964 et 1970, était non seulement infime mais accusait même, statistiquement parlant, une baisse sensible. De 38 en 1970, il descendit à 34 en 1971 puis à 27 en 1972. Il sera subitement multiplié par trois (72 ressortissants) l’année suivante, en 1973. L’effet de la crise des hydrocarbures et du conflit Israélo-arabe fut à l’origine de cet accroissement du nombre d’immigrés algériens au Canada qui atteindra 81 personnes en 1979.

6La politique « d’entreprise » et de « modernisation sociale » prônée par Chadli Benjedid (le successeur de Houari Boumedienne mort en 1978), soutenue et encouragée par la montée du prix des hydrocarbures, entraîna la multiplication et la diversification des partenaires économiques de l’Algérie qui se tourna vers d’autres pays comme le montre l’importation massive et inédite de véhicules industriels du Japon, de l’Italie, du Brésil, de la Yougoslavie ainsi que la présence de sociétés italiennes, espagnoles et canadiennes dans le domaine du génie civil (routes, bâtiments, ponts). La construction du monument des Martyres (Maqam Chahid), un des grands symboles de la politique des grands chantiers du début des années 1980 - qui a fait l’objet de railleries et d’anecdotes nombreuses et croustillantes sur le gaspillage d’État par le sens commun - fut d’ailleurs confiée à une entreprise canadienne. C’est en 1980 aussi que l’Algérie et le Canada signèrent un mémoire d’entente portant sur la création d’une commission mixte sur l’exonération des droits d’inscription à l’université pour tous les étudiants algériens qui ont, tous ou presque, transformés, quelques années après, leur statut d’étudiant en celui de résidant.

7La chute du prix des hydrocarbures en 1985, qui entraîna, faut-il le rappeler, la révolte populaire du 5 octobre 1988 et, quatre ans plus tard, dix ans de terrorisme - suite à l’arrêt du processus électoral après la victoire du Front Islamique du Salut -, provoqua « l’explosion » du compteur des demandes de visa pour l’Europe en général, la France et le Canada en particulier (plus de mille demandes de visa reçues et traitées chaque mois par les services d’émigration au Canada après 1990). Bien que le Canada ait opté, lui aussi, pour une politique de restriction et de « contingentement », le nombre d’immigrés algériens au Canada est passé de 81 en 1979 à 40 000 en 2004 (un chiffre qui n’englobe pas les clandestins, les binationaux, ni même les non inscrits au consulat général d’Algérie à Montréal). Entre temps, l’Algérie est devenue « le premier partenaire économique du Canada en Afrique et au Moyen-Orient avec des échanges de plus de 2,7 milliards de dollars en 2003, dont 350 millions en exportations et 2,4 milliards en importations ». Ces échanges économiques et diplomatiques entre l’Algérie et le Canada qui ont, entre autres, entraîné l’émergence et l’implantation d’Algériens dans les provinces anglophones de l’Ouest du pays, ont aussi réduit très fortement le pouvoir et les efforts du Québec à garder le monopole sur l’émigration-immigration francophone au Canada.

8Selon Marion Camarasa-Bellaube et Aurélien Yannic, ces nouveaux arrivants d’Algérie dans les années 1990 sont

9« certes comme leurs ainés, francophones et éduqués oui, mais leurs diplômes n’avaient pas de valeur et leurs expériences professionnelles n’étaient pas reconnues, ils se contentaient de petits boulots, mal payés, mal considérés,… les femmes réussissaient mieux leur intégration sociale et professionnelle que leurs conjoints. Cette situation entraînait bien des conflits dans les couples dont beaucoup se sont soldés par un divorce ou par une dépression ».

10Un destin « effrayant » et même « funeste » mais… accepté, assumé, préféré et pire même, envié par leurs collègues, leurs proches et leurs ami(e)s resté(e)s en Algérie ! Cette nouvelle émigration algérienne a aussi ouvert de nouvelles traditions d’immigration au Canada, notamment à travers les changements importants qu’a connu le tissu associatif. Marion Camarasa-Bellaube et Aurélien Yannic dressent un tableau complet et précis du paysage associatif des immigrés algériens au Canada qui semble dominé par des associations à caractère culturel et cultuel. La « création » des premiers députés de l’émigration sous la présidence de Lyamine Zéroual en 1995 ; les relations économiques et diplomatiques qui semblent se densifier et se réchauffer entre l’Algérie et le Canada depuis l’élection de Bouteflika en 1999 ont « politisé » d’avantage l’immigration algérienne au Canada en favorisant l’émergence de plusieurs associations liées au pouvoir ou aux partis de l’alliance présidentielle.

11Enfin, la dernière partie du livre, qui traite de la question de l’intégration, de l’Islam et de l’espace public, pose le biais de la comparaison avec l’émigration-immigration algérienne en France tant les ressemblances sont frappantes. Une immigration que Marion Camarasa-Bellaube et Aurélien Yannic connaissent bien plus qu’ils ne le laissent voir et croire dans ce livre. Oui, l’une des grandes leçons cognitives qu’on tire de la lecture de ce livre, c’est que la France est l’inconscient de l’émigration-immigration algérienne au Canada comme le montre l’usage et la présence du mot La Méditerranée dans le titre même du livre (La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Chachoua, « Camarasa-Bellaube Marion avec la collaboration d’Aurélien Yannic, La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent. Une histoire des Algériens au Canada, Paris, Éditions Publibook, 2010, 224 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7511

Haut de page

Auteur

Kamel Chachoua

IDEMEC/CNRS, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page