Navigation – Plan du site
Lectures

López García Bernabé, Hernando de Larramendi Miguel (eds.), España, el Mediterráneo y el mundo arabomusulmán. Diplomacia e historia, Icaria/IEMed, Barcelone, 2010.

Irene Fernández Molina

Texte intégral

1En ces temps de profondes turbulences et de mutations politiques accélérées sur la rive sud de la Méditerranée, auxquelles l’Union Européenne (UE) et ses états membres assistent avec stupeur et lenteur de réflexes, il vaut aussi la peine de s’éloigner un instant de l’actualité pour prendre du recul et observer le devenir des relations entre les deux rives de la Méditerranée dans la longue durée, repenser les éléments avec lesquels elles ont été historiquement construites. L’Espagne est sans doute l’un des pays européens qui a joué un rôle majeur dans cette trajectoire, par nécessité —géographie oblige— mais aussi par volonté politique. Au moment de l’adhésion de l’Espagne à la Communauté Économique Européenne (CEE) en 1986, le Maghreb était devenu une zone d’intérêt prioritaire sur laquelle les dirigeants et les diplomates de Madrid avaient leur mot à dire, un bagage et une compétence reconnue. Comme l’explique un homme d’expérience comme Jorge Dezcallar : « Quand j’étais directeur politique (…) et j’allais à Washington ou Moscou, si je parlais du Proche Orient, mes collègues russes ou américains m’écoutaient avec une attention courtoise, mais si je parlais du Maghreb ou de l’Amérique latine, ils sortaient leurs crayons et se mettaient à écrire » (p. 342). Une décennie plus tard, en élargissant son rayon d’action régional, l’Espagne devient un entrepreneur par excellence de la politique méditerranéenne de l’UE, coude à coude avec la Commission Européenne (p. 274).

2L’ouvrage collectif España, el Mediterráneo y el mundo arabomusulmán. Diplomacia e historia, dirigé par Bernabé López García et Miguel Hernando de Larramendi, essaie de déchiffrer la singularité et percer la complexité de la politique espagnole dans cette vaste et vague région, vue d’emblée comme le résultat de la superposition de plusieurs constructions géopolitiques incertaines, elles-mêmes le produit de conjonctures historiques concrètes. Le dessein est d’offrir une vision d’ensemble, quoiqu’avec une présence inégale des différentes aires et pays, reflet inévitable de la hiérarchie des priorités de l’action extérieure de cet État. Il s’agit d’une publication issue du séminaire « Les relations de l’Espagne avec la Méditerranée et le monde arabo-musulman. Une perspective historique », tenu à Barcelone en juin 2008. Son hôte et organisateur, en collaboration avec l’Université Autonome de Madrid et l’Université de Castilla-La Mancha, était l’Institut Européen de la Méditerranée (IEMed), un think tank qui dépasse le rôle de simple observateur et agit souvent comme un acteur de diplomatie publique et diplomatie parallèle.

3L’importance de ce travail provient justement du fait qu'il a été conçu comme un ensemble compréhensif et global. Les relations avec le sud de la Méditerranée ont représenté au cours des siècles l’un des axes prioritaires de la politique étrangère espagnole, revalorisé successivement par la colonisation du nord-ouest de l’Afrique pendant la première moitié du xxe siècle, l’isolement international imposé au régime franquiste après la seconde guerre mondiale et les besoins d’intégration européenne de la jeune démocratie à la fin des années 1970. Toutefois, comme les éditeurs l’expliquent, « même si elles ont fait l’objet de quelques études intéressantes portant sur des périodes concrètes, le cadre global des vicissitudes de cette politique depuis 1939 est encore à réaliser » (p. 18).

4L’approche proposée ici est avant tout polyédrique, un « regard global, multidisciplinaire » (p. 9) qui rassemble les apports d’historiens, de spécialistes en relations internationales plus attachés au temps présent et de diplomates ayant des trajectoires liées à cette région. Le résultat est un puzzle complexe et riche en nuances, où les diverses pièces s’emboîtent à la fin. La valeur ajoutée de cet ouvrage réside surtout dans sa profondeur historique. Ce n’est qu’en regardant le passé qu’il est possible de discerner la singularité de la politique méditerranéenne espagnole, la part de structure et de conjoncture qui y est présente à chaque moment. Les éditeurs partent de la conviction que « l’action extérieure d’un pays s’installe dans la longue durée et ne peut pas se limiter à des faits de conjoncture ou des opportunismes de courte durée » (p. 21). Ils citent trois facteurs permanents qui, d’après l’historien José María Jover Zamora, auraient conditionné les relations extérieures de l’Espagne pendant toute l’époque contemporaine : « l’idée d’une grandeur passée, la notion de la péninsule Ibérique comme un monde séparé et la tendance à polariser dans le Sud le concept de frontière, c’est-à-dire la perception que c’est là où on y trouve la principale source de conflits » (p. 22).

5En ce qui concerne la longue période, qui va de l’établissement du régime franquiste (1939) aux années 2000, à laquelle est consacrée une grande partie de l’ouvrage —après le survol des xviiie et xixe siècles, jusqu’à aujourd’hui à peine étudiés, par Juan B. Vilar, on remarque quatre constantes de l’action espagnole dans cette région : le caractère instrumental, voire la subordination à d’autres objectifs supérieurs, aussi bien en matière de politique étrangère que de politique interne ; le poids notable de l’emballage idéologique et de ce que l’on appellerait aujourd’hui la diplomatie publique, à savoir l’action culturelle et éducative ; la vieille concurrence d’influence avec la France sur le Maghreb ; et les contentieux territoriaux qui ont rendu la relation bilatérale avec le Maroc toujours conflictuelle.

6La subordination de la politique arabe de l’Espagne à d’autres objectifs supérieurs était déjà visible dans l’instauration de bonnes relations avec les leaders nationalistes marocains du Protectorat espagnol de la zone nord du Maroc afin de favoriser le recrutement de marocains dans les troupes franquistes pendant la Guerre Civile. Cette politique ambivalente fut développée par Juan Beigbeder alors qu’il était haut commissaire de ce Protectorat (1936-1939). Comme l’explique Jesús Albert, le panarabisme de ce militaire provenait dans une grande mesure des contacts qu’il avait entretenus avec des nationalistes arabes du Moyen Orient pendant ses années comme attaché militaire à Berlin (1927-1934). Cette expérience lui a permis de réaliser une évaluation précise du potentiel politique du panarabisme.

7Au lendemain de la Guerre Civile espagnole et de la seconde guerre mondiale, la rupture de son isolement international, du fait de ses alliances avec les puissances de l’Axe, devint l’objectif principal du régime franquiste. Les États arabes devenant des alliés parfaits à cet égard car ils n’avaient pas été directement impliqués dans le conflit et n’avaient pas autant de scrupules que les Européens concernant la nature politique du régime de Madrid. C’est ainsi que sont nées les politiques dites de pont et de substitution, analysées dans plusieurs travaux par María Dolores Algora Weber : « Pont, car le véritable intérêt international du gouvernement espagnol fut son homologation par les gouvernements occidentaux ; Substitution, du fait de la difficulté de survivre sans aucun rapport avec d’autres États » (p. 59). Ces politiques se traduisirent dans la pratique par le renforcement de la coopération bilatérale avec les pays du Proche-Orient sur le plan politique, économique et culturel et, surtout, par la non-reconnaissance de l’État d’Israël. Le succès de cette stratégie de validation extérieure cherchant à garantir la survie du régime allait coïncider avec le déclenchement de la Guerre Froide et la revalorisation de l’Espagne franquiste comme bastion anticommuniste dans le sud de l’Europe.

8Une fois rompu son isolement international, en contexte de Guerre Froide, le nouvel objectif de la politique arabe fut d’accroitre la valeur stratégique et diplomatique de l’Espagne aux yeux des États-Unis et du bloc occidental. Telle a été l’aspiration de l’un des ministres des Affaires Étrangères les plus influents de la dictature, Fernando María Castiella (1957-1969), dont le programme était, selon Rosa Pardo, résolument pro-européen et pro-occidental. Dans ce contexte, la fameuse amitié hispano-arabe, même dans sa nouvelle version rajeunie et occidentalisée, représentait une arme à double tranchant. Elle devint problématique et entra en contradiction avec l’anticommunisme proclamé à mesure que des États de cette région grossirent les rangs du champ progressiste commandé par l’Égypte de Gamal Abdel Nasser, formellement non aligné mais protégé par l’Union Soviétique. C’est au moment de l’affaire de Gibraltar (1967-1969) que la politique arabo-franquiste fut la plus audacieuse, mené par la ferveur nationaliste de Castiella. La « mise en scène pro-arabe » réalisée pendant la guerre de 1967 contre Israël (p. 140) n’était pas étrangère à la recherche de soutien à l’Assemblée Générale de l’ONU à un moment crucial pour l’avenir de ce dossier sensible.

9Dans le domaine de la diplomatie publique avant la lettre, comme il a déjà été dit, l’un des ingrédients essentiels des politiques de pont et de substitution fut la coopération culturelle bilatérale avec les pays arabes, ayant elle-même trois axes fondamentaux d’après Irene González : la signature de traités culturels avec les différents États, la création d’un réseau de centres culturels hispaniques dans toute la région et la fondation à Madrid de l’Institut Hispano-Arabe de Culture, dépendant du Ministère des Affaires Étrangères (1954). Les conventions citées prévoyaient l’attribution de bourses pour des échanges d’étudiants et de lecteurs, et l’organisation d’activités culturelles diverses. À cet égard, le passé commun hispano-arabe et le mythe d’Al-Andalus furent souvent exploités à des fins de propagande.

10La perpétuelle concurrence hispano-française au Maghreb est une composante constante de la politique arabe de l’Espagne. Le rapprochement entre Beigbeder et les nationalistes marocains pendant les années de guerre civile en Espagne doit aussi être compris dans le contexte de la rivalité entre les deux puissances protectrices. Le désir ultime du haut commissaire était de profiter de l’éventuelle sympathie arabe envers le régime franquiste pour que l’Espagne remplace la France dans toute l’Afrique du nord. Au cours des décennies suivantes, à mesure que ce Protectorat devenait une vitrine parfaite pour projeter une image amicale de l’Espagne à l’ensemble de la région, la propagande franquiste allait confronter la fraternité hispano-arabe au colonialisme oppresseur attribué à la France.

11Le comportement de Madrid pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) montre à la perfection les contradictions de ce discours. Concepción Ybarra expose comment on est passé brusquement d’une première phase de soutien aux nationalistes algériens du Front de Libération Nationale (FLN) —comme moyen de pression sur la France et comme gage de l’amitié proclamée avec les Arabes— à une deuxième étape d’appui aux pieds-noirs et à l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS), qui résistaient farouchement à l’indépendance de cette colonie. Le point d’inflexion dans l’attitude espagnole a été l’indépendance du Maroc (1956) et surtout la guerre d’Ifni (1958).

12Compte tenu de ces antécédents historiques, le véritable changement dans la politique méditerranéenne de l’Espagne n’allait se produire qu’à la suite de l’intégration du pays à la CEE (1986), considéré comme le point culminant de son processus de « normalisation politique et diplomatique » (p. 341). C’est au cours de ces années qu’au sein du Ministère des Affaires Étrangères, des diplomates comme Dezcallar et le futur ministre Miguel Ángel Moratinos ont mis au point une nouvelle approche des relations avec le Maghreb censée mettre fin à la politique d’équilibre de la dictature et de la transition, qui avait souvent transformé Madrid en otage des pressions ou des chantages alternés de Rabat et d’Alger. Sur le plan multilatéral, depuis le début des années 1990 l’Espagne s’est distinguée pour son rôle dans le lancement d’initiatives de coopération entre la CEE/UE et la rive sud de la Méditerranée, dans ce qui a été analysé comme un processus d’européisation bottom-up (par lequel un pays membre élève ses priorités et ses soucis à l’échelle européenne).

13Le gouvernement espagnol s’est impliqué pleinement dans la gestation du Partenariat Euro-méditerranéen (PEM) ou Processus de Barcelone, fondé en 1995 dans la ville qui lui donne son nom. Parmi les facteurs qui expliquent ce rôle d’entrepreneur, Richard Gillespie met l’accent sur la flexibilité espagnole dans l’exploration de voies pour renforcer de façon multilatérale sa politique méditerranéenne, la recherche proactive de collaborations avec les États membres de l’UE —y compris les plus septentrionaux— et de la Commission européenne, et le relatif manque d’intérêt de la France à tenir les rênes pendant les années 1990. Dorénavant, les grandes constantes de la politique espagnole au sein du PEM ont tendance à privilégier la coopération financière sur les concessions commerciales aux États du Sud, à accepter, de manière pragmatique, les régimes politiques autoritaires de ces pays partenaires méditerranéens et à défendre la collaboration euro-méditerranéenne à grande échelle, avant les initiatives sous-régionales.

14Fière de son empreinte et sa centralité dans le PEM, l’Espagne a été l’un des pays qui a réagi avec méfiance à la proposition unilatérale française, lancée en 2007, de remplacer ce cadre de coopération régionale par ce que l’on appelle aujourd’hui l’Union pour la Méditerranée (UpM). Néanmoins, comme l’analyse Eduard Soler i Lecha, dans sa défense de l’acquis de Barcelone face à ce qui fut perçu comme une tentative de renationalisation de la politique méditerranéenne européenne par la France, la stratégie de Madrid n’a pas été tant une opposition frontale au projet du président Nicolas Sarkozy mais une adaptation et un renouvellement de ce projet comme complément du PEM.

15En complément de ce parcours historique du xviiie siècle à nos jours — avec une projection vers l’avenir et des pistes d’action politique dans le cas des chapitres de Gillespie, Soler et Alejandro del Valle—, le volume inclut quelques études de cas sur les relations bilatérales de l’Espagne avec des pays comme l’Algérie (Laurence Thieux), l’Iraq (Waleed Saleh et Beatriz Baz) et la Turquie (Carmen Rodríguez López), ainsi qu’une ébauche théorique-empirique intéressante signée par Laura Feliu. Cet auteur soumet des concepts et des approches d’analyse de politique étrangère (Foreign Policy Analysis) à des exemples concrets d’acteurs et aux processus décisionnels de l’actuelle politique espagnole en Méditerranée, ouvrant de nombreuses pistes pour de futures recherches.

16Ce qui peut aussi s’avérer très utile pour les chercheurs est la bibliographie incorporée aussi bien à la fin des différents chapitres que dans l’introduction, où en guise d’état des lieux (p. 23-28) ; elle présente les études importantes sur la politique étrangère espagnole contemporaine en général, la politique envers les pays arabes et musulmans en particulier, l’européanisation des rapports de l’Espagne avec cette région, les relations bilatérales avec le Maroc et le Maghreb dans son ensemble, la décolonisation et le conflit du Sahara Occidental ; ainsi que des mémoires de ministres des affaires étrangères et de diplomates.

17Par ailleurs, les témoignages de six diplomates liés à cette région sont remarquables : leurs réflexions sur leurs expériences de terrain ou au sein du Ministère des Affaires Étrangères, ont permis d’intégrer le facteur humain dans les débats critiques entre chercheurs, universitaires et practitioners au cours du séminaire de l’IEMed de 2008, même s’ils ont pu susciter aussi des controverses. Dans ce sens, la contribution de Dezcallar, franche, directe et éloignée de l’auto-complaisance, est d’un grand apport. Outre ses remarques incisives de première main sur la crise hispano-marocaine de l’îlot du Persil (2002) ou l’attitude espagnole dans le conflit du Sahara Occidental, ce diplomate n’hésite pas à reconnaître les grandes contradictions et les dilemmes de fond auxquels a fait face la politique de Madrid dans cette région :

« Nous sommes la porte de l’Europe, mais nous sommes aussi le gendarme de l’Europe. (…) Nous sommes les défenseurs de l’ouverture commerciale envers l’Europe, la Méditerranée et les pays du Sud et pourtant, nous protégeons farouchement ce dont nous sommes concurrents. Nous défendons l’intégration régionale mais nous ne nous impliquons pas dans la résolution du principal problème sur lequel l’intégration butte (…) » (p. 347).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene Fernández Molina, « López García Bernabé, Hernando de Larramendi Miguel (eds.), España, el Mediterráneo y el mundo arabomusulmán. Diplomacia e historia, Icaria/IEMed, Barcelone, 2010. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7514

Haut de page

Auteur

Irene Fernández Molina

Universidad Computense, Madrid

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page