Navigation – Plan du site
Lectures

Levillain Philippe et Ferragu Gilles, Albert de Mun- Hubert Lyautey, Correspondance, 1891-1914, Paris, Société de l’Histoire de France, 2011, 284 p.

Julie d’Andurain

Texte intégral

1Avec un total de 189 lettres réparties sur la période 1891-1914, Philippe Levillain, spécialiste de l’histoire du catholicisme, et Gilles Ferragu dont les thèmes de recherche portent sur le terrorisme et l’histoire diplomatique, nous livrent l’ensemble de la correspondance échangée entre Albert de Mun (1841-1914) et son protégé Hubert Lyautey (1854-1934) pendant plus de vingt ans. En 1891, grâce à son article sur le « Rôle social de l’officier » paru dans la Revue des Deux Mondes, Hubert Lyautey, jeune lieutenant-colonel, se positionne comme un officier d’avenir ; en octobre 1914 alors que le jeune officier est devenu général et résident du Maroc, son mentor achève sa vie à Bordeaux après avoir harangué une dernière fois la foule et exigé d’elle un sursaut patriotique. Enthousiastes, brillants, militants et exigeants l’un et l’autre – le maître ès catholicisme social et son disciple qui se connaissent depuis 1874 - trouvent dans leur échange épistolaire à la fois un encouragement constant et une réciprocité de ton. Cela peut paraître un défi cependant de vouloir donner à voir l’histoire à travers une seule correspondance, fut-elle, comme c’est le cas, d’une très grande qualité. Mais le pari est tenu, car même si la dimension proprement religieuse de l’échange transparaît peu, elle laisse la place à une relation presque filiale entre deux hommes et à l’histoire politique proprement dite dans laquelle la question du Maroc devient déterminante.

2Dans un premier temps et sur un plan humain, eu égard à sa stature, il n’est pas inutile de saisir comment Lyautey confie ses angoisses et ses doutes à son maître et comment, en retour, celui-ci l’encadre, le protège et le rassure par son analyse de la vie politique parisienne et son entregent. Le grand intérêt de l’échange épistolaire entre les deux hommes se trouve d’ailleurs là, dans la confiance et l’estime réciproque de deux êtres qui croisent leurs compétences et connaissances – les unes politiques, les autres militaires – pour construire un projet, autrement dit pour participer activement à l’action de la France en métropole ou aux colonies. Dans ces lettres, on retrouve un Lyautey bien connu des historiens spécialistes du Maroc. Passionné, déployant une intense activité, il est surtendu et enflammé de façon permanente. Ce faisant, il accumule les crises de foie et les angoisses calmées finalement par des retraites et des cures thermales à Vichy où il mène la « vie végétative » (lettre du 27 décembre 1912) qui le reconstitue. Mais jamais totalement sûr de ses choix, en particulier de ses options politiques, il se demande constamment s’il prend les bonnes décisions. Equivoque en toute chose, il ne cesse d’alterner entre son attirance pour le sud et le soleil, sa volonté maintes fois réaffirmée de construire le Maroc tout en ayant le sentiment que son avenir se joue sur la frontière de l’Est. Au-delà de la construction progressive d’une amitié forte entre les deux hommes et la sensation que l’élève finit par dépasser son maître, l’échange épistolaire entre Lyautey et Albert de Mun apparaît donc comme une relation nécessaire, en particulier pour le jeune officier soucieux de construire sa carrière et qui avoue, plus d’une fois, sa difficulté à saisir les enjeux politiques parisiens. Patiemment, avec confiance, Albert de Mun bientôt aidé par Inès de Bourgoing (1862-1953), autrement dit Mme Lyautey, se charge de tisser un réseau de relations parisiennes, l’élection de Lyautey à l’Académie française en 1912 apparaissant bien alors comme une consécration. En définitive, pour l’historien du fait militaire en situation coloniale, cette relation épistolaire conforte l’idée qu’un officier de la IIIe République, à plus forte raison s’il est éloigné aux colonies, ne saurait faire une grande carrière sans de solides appuis parisiens.

3Au-delà de la construction de cette carrière coloniale, le volet le plus intéressant des missives est sans doute de permettre de saisir la complexité des enjeux militaire et stratégique de la conquête du Maroc. Si les lettres nous en donnent une vision certes non linéaire, la tonalité impressionniste laisse tout de même perçer le poids de la conjoncture métropolitaine, rendant d’autant plus riche le discours des deux hommes par-delà les deux rives de la Méditerranée. D’un point de vue militaire, Lyautey se fait d’abord l’interprète de la méthode de Gallieni, expliquant longuement pourquoi il décide de renoncer à la progression en colonne pour valoriser davantage les avancées concentriques (lettre de mai 1911). Puis affinant son propos, il fait sienne l’idée du mouvement permanent et de l’occupation du terrain, asseyant ainsi une « méthode Lyautey » (octobre 1912). Par ailleurs, on assiste à l’émergence d’une politique marocaine se cherchant à travers les ambitions des uns et des autres, les rivalités entre les bureaux diplomatiques et les militaires influençant très largement les choix géostratégiques. Si Hubert Lyautey conteste initialement la pénétration au Maroc par l’Atlantique - car elle oblige à ouvrir la question dans une dimension internationale faisant du royaume chérifien une cible de choix pour « l’équipe marocaine de Paris, inféodée au Quai d’Orsay » (novembre 1911) - il se heurte à l’autorité du général Bailloud (1847-1921), chef du 19e corps à Alger dans son projet de progression par l’Algérie (mai 1911). La difficulté des « Algériens » à trouver un terrain d’entente entraîne donc la prise en main de l’occupation du Maroc par Paris, en l’occurence par les parlementaires du « parti colonial » et de leur chef, Eugène Etienne (1844-1921). La multiplicité des intervenants permet de saisir à quel point l’occupation du Maroc se révèle complexe, combien elle n’est pas – en dépit d’une reconstruction ultérieure - la seule affaire de Lyautey. En outre, les lettres montrent aussi qu’il ne faudrait pas voir dans les opérations du Maroc une simple opération de police visant à suppléer un Maghzen défaillant. Dans les projets du « parti colonial » dont Lyautey se fait l’un des interprètes, la conquête du Maroc est l’aboutissement, jugé nécessaire, de celle de l’Algérie. Ainsi, dans la relation qu’il entretient avec le député d’Oran entre 1909 et 1912, Lyautey apparaît-il plus « Algérien » que « Marocain ». La proximité entre les deux hommes s’explique naturellement par le besoin qu’il éprouve d’obtenir ce qu’il juge nécessaire aux manœuvres, à commencer par des hommes et du matériel, mais on comprend que Lyautey adhère depuis longtemps à l’ambition du « parti colonial » d’achèvement de la construction du bloc africain. Sur fond de projet d’occupation, on saisit également que les longues discussions sur la loi augmentant le service militaire de deux à trois ans – qui passionnent Albert de Mun – ou la question des troupes noires portée par Charles Mangin (1866-1925) ou par Adolphe Messimy (1869-1935) ont moins à voir avec la métropole qu’avec le Maroc. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de créer une armée coloniale pour conquérir le royaume chérifien. Enfin, les passages consacrés à la presse et au rôle que doivent assumer les publicistes sont fort intéressants. Ils montrent que les situations ne sont jamais figées – tel publiciste mal perçu un jour revient en grâce par la magie d’un article – et que l’armée, et à travers elle le gouvernement, se servent de la presse comme d’un outil de communication. Véritable quatrième pouvoir, la presse et sa capacité à relayer ou non les informations jugées indispensables, est au cœur des échanges des deux hommes.

4En définitive, l’ouvrage se révèle très précieux pour toute personne qui voudrait saisir les années de l’immédiate avant Première Guerre mondiale. Il apporte des éléments de preuve sur les relations très étroites entre les milieux militaire et politique aux colonies et sur le fait qu’on ne saurait dissocier l’histoire coloniale de l’histoire nationale. En outre, il offre le portrait d’un couple uni dans l’amour de la patrie, de deux hommes qui, très tôt, ont lié leur destin à celui de la France. Très bien présenté dans les pages liminaires, Albert de Mun apparaît comme un remarquable connaisseur des hommes de gouvernement, de leurs pensées et de leurs alliances. Allié de plus en plus précieux pour Lyautey son « poulain », il l’accompagne avec énergie et pugnacité vers les sommets de la République tandis que les menaces s’amoncellent sur l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie d’Andurain, « Levillain Philippe et Ferragu Gilles, Albert de Mun- Hubert Lyautey, Correspondance, 1891-1914, Paris, Société de l’Histoire de France, 2011, 284 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 13 avril 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/7545

Haut de page

Auteur

Julie d’Andurain

Chargée de cours à Paris-Sorbonne (Paris-IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page