Navigation – Plan du site
Lectures

Mermier Franck, Peraldi Michel (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, éditions Karthala, CJB, IFPO, 2011, 337 p.

Thierry Boissière

Texte intégral

1Cet ouvrage présente différentes formes sociales et spatiales du commerce en Méditerranée. Une quinzaine de contributions explorent ainsi mondes et places du marché dans le cadre de différents contextes au Maghreb, au Moyen-Orient et, pour deux d’entre elles, en Italie et au Mexique.

2En introduction, Franck Mermier et Michel Peraldi, tous deux anthropologues, soulignent la diversité des formes sociales et spatiales du commerce dans les villes arabes. Les formes anciennes présentent une vitalité que ne semblent pas affecter les nouveaux espaces mondialisés, supermarchés et shopping malls. Cette résistance est liée à la place qu’occupent les activités de commerce dans cette partie du monde, où elles se sont érigées en véritable « art de faire » mais aussi en ressources face aux aléas de la vie. Occupant le centre des villes ou constituant une centralité nouvelle en périphérie, les espaces marchands, supports des activités commerciales, sont aussi des lieux de sociabilité et des carrefours de la mobilité des hommes et des marchandises.

  • 1 J.L. Arnaud, L'urbain dans le monde musulman de Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2006.

3La première contribution (F. Mermier, « Souk et citadinité dans le monde arabe ») est un texte publié en 2006 dans un ouvrage dirigé par J.-L. Arnaud1. Il présente le souk dans son contexte historique et traditionnel, détaille son fonctionnement institutionnel, social et économique, et la place que cet espace occupe dans les villes arabes. F. Mermier évoque enfin l’actualité des souks, espaces identitaires et patrimoniaux s’inscrivant dans une offre populaire et dont le modèle de négoce se retrouve désormais jusque dans l’organisation des nouveaux espaces du commerce.

4Dans « L’économie politique du bazar », Michel Péraldi inscrit son approche dans le cadre d’une socio-anthropologie économique de type polanyien et propose de prolonger le travail de C. Geertz sur le bazar de Séfrou (Maroc). Il rappelle que l’objectif de ce dernier était « d’interroger de quoi une rationalité économique est faite, en contestant le postulat tacite qu’il n’y aurait qu’un ordre économique possible ». Le bazar constitue un système particulier de relations sociales et une forme économique basée sur le profit sans être pour autant du capitalisme. Il fait système dans la mesure où la totalité des activités économiques y ont longtemps trouvé domicile et que s’y développe une grammaire sociale basée sur le primat de la relation personnelle. Cette personnalisation de la relation d’échange est renforcée par la rareté de l’information et la nécessité d’établir des relations de confiance. M. Péraldi s’éloigne cependant de la conclusion que Geertz donne à sa réflexion selon laquelle le bazar constituerait le lieu naturel de la société marocaine. Péraldi montre qu’on y trouve au contraire un ordre inversé, puisque les valeurs morales qui dominent la société marocaine, basées sur l’honneur, la réciprocité et les solidarités lignagères, sont absentes du bazar. Celui-ci constitue un espace où il est possible de faire des bénéfices au détriment des autres, souvent des étrangers. Les affaires et les profits sont au prix de cet affranchissement des codes d’honneur.

5Jean-François Troin (« Des souks ruraux marocains aux shopping centers du Golfe : lieux de commerce et mutations des sociétés »), géographe, présente les différentes formes de lieux de commerce que l’on trouve dans le monde arabe, et plus particulièrement au Maghreb. Des formes les plus traditionnelles (le souk forain, médina) aux plus modernes (supermarchés, shopping center), J.-F. Troin constate que les lieux de commerce sont à la fois des vecteurs d’urbanisation et le reflet des changements sociaux. Leur prolifération, en ville et à la campagne, reflète la capacité des individus à utiliser l’activité commerciale comme un moyen de faire face à la pauvreté et à capter la plus large clientèle possible.

  • 2 A. Rabo, A Shop of One’s Own. Independence and Reputation Among Traders in Aleppo, London, New-York (...)
  • 3 Le terme « médina », « ville » en arabe, désigne les quartiers arabes traditionnels dans les villes (...)

6La contribution de Annika Rabo (« L’espace, le temps et les gens à Alep. Un magasin à soi »), anthropologue, est la traduction du chapitre 2 d’un ouvrage paru en 20052 et s’appuyant sur des données de terrain déjà anciennes (années 1990). Constatant la vitalité commerciale du centre ville d’Alep, A. Rabo présente ce qu’elle appelle la « médina »3 et qui semble correspondre à ce que le dialecte alépin désigne par mdiné : l'ensemble des souks et des khans du commerce, avec les services qui les accompagnent. A. Rabo fait une description de l’organisation spatiale de cette mdiné, insistant sur l’organisation des souks et leur évolution. Elle constate notamment que ruralisés et popularisés, les souks restent un espace de forte densité relationnelle et à haute valeur symbolique, auquel les commerçants restent très attachés. Parfois très général, le texte de A. Rabo aurait mérité une mise à jour afin de prendre en compte l’évolution du commerce à Alep depuis les années 1990 : nouveaux quartiers et espaces du commerce, implication croissante des Kurdes et Turkmènes dans le commerce de centre ville, impacts des accords de libre échange avec la Turquie, etc., autant de changements qui ne manquent pas d’interroger en retour la place et le rôle du souk ancien.

  • 4 D. Kapchan, Gender on the Market. Moroccan Women and the Revoicing of Tradition, Philadelphie, Un. (...)

7Le texte de Deborah Kapchan (« Le marché de Beni-Mellal au Maroc. Chtara ou l’intelligence comme compétence »), anthropologue, est la version française d’un article publié il y a une quinzaine d’années4. Partant de l’observation d’un marchandage (chtara) se déroulant entre une vendeuse et son client en marge du marché hebdomadaire de Beni Mellal, une localité du centre du Maroc, D. Kapchan fait l’analyse de « l’art verbal féminin dans l’espace marchand ». Cet examen lui permet d’évaluer les changements opérés dans la division sexuelle du travail et dans la gestion des rapports de genres dans le Maroc de la fin des années 1990. La présence de plus en plus importante des femmes sur la place du marché remet en question les grandes séparations entre espaces privés et espaces publics et participe de leur affirmation croissante, à travers l’usage qu’elles font d’une parole longtemps réservée aux hommes, à la fois comme marchandes dures en affaire et comme musulmanes.

  • 5 M. Abaza, Changing Consumer Cultures of Modern Egypt. Cairo’s Urban Reshaping, Leyde, Brill, 2006.

8Le texte de la sociologue Mona Abaza sur « Les centres commerciaux du Caire et la reconfiguration urbaine » est la version française d’un article publié en 20065. Il présente les shopping malls du Caire comme les lieux d’une nouvelle culture de la consommation et comme des espaces de rencontres entre jeunes issus de différents quartiers du Caire : l’essentiel de l’activité de leurs visiteurs consiste moins à acheter des produits qu’à se promener, voir et être vus, faire des rencontres. Les comportements sociaux de cette jeunesse s’inscrivent dans un changement sensible des habitudes sexuelles et de l’institution du mariage ; changement qui fait débat dans le contexte d’une islamisation croissante de la société égyptienne. Ces shopping malls appartiennent aussi à un urbanisme spéculatif participant à la « gentrification » forcée de certains quartiers. Le centre commercial apparaît enfin comme un contre-modèle de la ville : il s’oppose à celle-ci par la propreté, le contrôle social que l’on y exerce et son caractère répulsif à l’égard des plus pauvres.

9Nicolas Puig (« Portrait de l’artiste en mendiant : lieux et modes de la commercialisation des orchestres de mariage au Caire »), anthropologue, présente « comment s’institue une place commerciale de la petite production musicale ». Ce milieu des « artisans musiciens » s’inscrit d’abord dans un espace urbain, celui de l’avenue Mohamed Ali qui fonctionne depuis plus d’un siècle à la fois comme un lieu de mémoire, un espace de négociation économique et de renforcement des réseaux professionnels, et enfin un véritable « souk de la musique ». À la fois enviés et méprisés, les musiciens évoluent dans des mondes souvent antinomiques, aussi bien celui transgressif de la nuit que celui plus conventionnel de la clientèle familiale des mariages. Passant d’un monde à l’autre, les musiciens adaptent leur façon d’être et de jouer aux situations et aux contextes. Ils développent ainsi une compétence toute citadine à interagir adéquatement avec l’ensemble des habitants de la ville.

10Amélie Le Renard (« Pratiques du Shopping mall par les jeunes saoudiennes. Sociabilité et consumérisme à Riyad »), politologue, montre « comment les jeunes saoudiennes utilisent le mall comme un espace public » et « développent des usages publics du mall comme espace de déambulation, des sociabilités, de mise en scène de soi, au-delà de l’activité de shopping ». Le mall apparaît comme un espace d’autonomisation et de production de normes sociales et vestimentaires. Certains malls offrent des zones réservées aux femmes et deviennent des espaces de promenade et de déambulation. Leur facilité d’accès, la sécurité qu’ils offrent, la diversité de leurs offres et l’absence d’alternative en font une destination très courue pour les Saoudiennes. Interdites de volant, elles dépendent cependant d’un tiers pour leurs déplacements. Se rendre dans un mall fait donc l’objet d’une négociation avec la famille et dépend aussi de leur autonomie financière. Permettant de côtoyer des personnes que l’on ne connaît pas assez pour les recevoir à domicile, le mall est à la fois un espace neutre et rassurant et un espace d’émancipation dans un contexte d’anonymat relatif.

11Romain Simenel (« Le grand commerce de la baraka : les moussem du Sud marocain »), anthropologue, s’intéresse aux moussem, grands marchés annuels se déroulant au Maroc aux abords des tombeaux de saints. Associant le religieux et le commercial, les moussem mettent en relation deux types de commerces : celui avec les hommes, à travers le principe de la vente et de l’achat et celui avec Dieu, sous la forme du pèlerinage participant d’un décompte des bonnes et mauvaises actions. Tout produit vendu sur place participe de cette double nature du commerce, ayant à la fois une valeur mercantile, à travers la monnaie, et spirituelle, à travers la baraka, la « bénédiction divine », qui devient du coup monnayable : « toute chose bénie par Dieu a un prix ». Structurant l’espace commercial de la région, les moussem, de plus en plus spécialisés, attirent un nombre considérable de badauds. De nouveaux moussem, qualifiés de « vacanciers », ont pour objectif de monnayer le salut des âmes des émigrés et de traiter rituellement leur argent.

  • 6 P. Pinto, « Pilgrimage, Commodities, and Religious Objectification : the Making of Transnational Sh (...)

12Le texte de l’anthropologue Paulo Pinto, « Pèlerinage et marchandises entre l’Iran et la Syrie : la réification du religieux dans le chiite transnational », est la traduction d’un article paru en anglais en 20076. Il explore « les liens entre le pèlerinage, les pratiques de dévotion et la consommation d’objets religieux dans la production et l’organisation de formes transnationales de l’islam chiite dans les lieux de pèlerinage en Syrie ». Ce pays est devenu une destination du tourisme religieux iranien depuis les années 1980, lorsque les villes saintes irakiennes furent rendues difficiles d’accès en raison de la guerre et que fut renforcée l’alliance stratégique entre la Syrie et l’Iran. La fréquentation accrue des lieux saints en Syrie par les pèlerins chiites contribua au renforcement de l’identité communautaire de ces lieux et à leur réification. Cette évolution est accompagnée d’un processus de marchandisation d’éléments de la tradition religieuse (images, chapelets, miniatures du Coran, etc.). Accompagnant les activités de la vie quotidienne, ils sont proposés dans les stands et boutiques présents sur les lieux saints. Leur valeur marchande est liée à leur capacité à évoquer des expériences religieuses singulières. Marqueurs identitaires, ils alimentent des chaines de communication entre chiites et entre chiisme et soufisme, participant à la constitution de communautés religieuses transnationales.

13Karine Bennafla (« Chtaura-Jdita : l’émergence d’une place commerciale et bancaire dans la Bekaa centrale (Liban) »), géographe, présente les éléments de l’évolution et du fonctionnement d’un carrefour commercial reliant le Liban et la Syrie. Situé à équidistance entre Beyrouth et Damas, ce carrefour urbain est alimenté depuis la guerre civile par une importante économie de transit. L’agglomération de Chtaura-Jdita a ainsi vu se développer dans les années 1980, grâce à la présence militaire et civile syriennes et au transit routier, de nombreuses boutiques, un centre commercial et des bureaux de change. Ces activités ont poursuivi leur développement après-guerre, confirmant la place importante qu’occupe Chtaura-Jdita en tant que ville de passage et principal centre de commerce et de services de la Bekaa. Si la clientèle syrienne est moins importante depuis 2005, elle a été en partie remplacée par celles de Beyrouth, de Jordanie ou du Golfe. Les libanais de la diaspora sont enfin très présents parmi les investisseurs.

14Leila Vignal (« Beyrouth, de la boutique au shopping mall : dynamiques métropolitaines et nouvelle géo-économie au Moyen-Orient »), géographe, présente le développement de nouvelles centralités commerciales dans la capitale libanaise, dans un contexte de forte croissance démographique et urbaine et de réinsertion de Beyrouth dans les réseaux de l’économie mondiale. Alors que la guerre civile avait vidé le centre ville de ses espaces marchands et provoqué leur dispersion dans le cadre de micro-territoires confessionnels, on assiste depuis une vingtaine d’années à l’émergence, au centre de la ville et à ses différentes sorties, de nouvelles dynamiques commerciales fonctionnant en réseaux. Le développement de ces nouveaux circuits de distribution participe du basculement des libanais dans une culture de marques. Consommateurs mobiles, ils transcenderaient, dans leurs déplacements d’un centre commercial à l’autre, les anciens clivages territoriaux communautaires. Pour une majorité de leurs usagers cependant, ces nouveaux espaces demeurent plus des lieux de promenade que de consommation. L’approvisionnement quotidien se fait toujours par le réseau dense des épiceries de quartier, l’offre des nouveaux espaces commerciaux s’adressant surtout à la frange la plus aisée de la population beyroutine et aux touristes du Golfe.

15Les deux dernières contributions portent sur les espaces du commerce de villes extérieures au monde arabe : il s’agit de Naples, avec la contribution de la géographe Camille Schmoll (« Ethnographie d’une ville-marché ») et de Monterrey, au Mexique, avec le texte de l’anthropologue Efrén Sandoval Hernandez (« L’organisation du commerce transfrontalier à Monterrey (Mexique) »). Camille Schmoll étudie le fonctionnement d’une « ville-marché » située en périphérie de Naples et qui est présentée comme la plus grande centrale de vente en gros d’Italie pour les produits non alimentaires. Cette infrastructure, symbole de modernité et d’ouverture à l’international, contraste avec les formes commerciales napolitaines, caractérisées par la débrouille et l’informel. Or, l’ethnographie de cette « ville-marché » montre que certains de ses aspects contredisent le caractère formel de son dispositif marchand. La « ville-marché » s’intègre en effet à des réseaux commerciaux transnationaux selon des modalités proches de ceux observés dans les lieux marchands napolitains, où l’informel prédomine. Efrén Sandoval Hernandez, enfin, présente le fonctionnement d’un espace économique urbain situé à la frontière entre le Mexique et les États-Unis et la manière dont le commerce s’y articule autour des « chaines de distribution globales » et de l’économie locale.

16Si on peut regretter le caractère parfois un peu daté de certaines de ses contributions, l’ouvrage dirigé par F. Mermier et M. Péraldi constitue cependant un apport important à la réflexion sur les mutations des pratiques et des espaces du commerce en Méditerranée et plus généralement dans les sociétés du Sud. Particulièrement intéressantes nous semblent être les réflexions portant sur la réification et la marchandisation de pèlerinages religieux s’inscrivant dans une dimension internationale ; mais aussi le constat qui est fait de la persistance et du dynamisme des formes de commerce les plus anciennes et, dans le même temps, les différents détournements d’usage dont sont l’objet les formes plus récentes, qui constituent ainsi des lieux significatifs de l’évolution des sociétés et de leur façon de construire leur rapport à la modernité. L’ouvrage vient ainsi plus généralement alimenter une réflexion portant depuis quelques années, en anthropologie, en sociologie, ou encore en géographie, sur les résistances à la mondialisation et à ses effets normatifs sur les sociétés du Sud, leurs cultures et leurs dispositifs sociaux, politiques et économiques.

Haut de page

Notes

1 J.L. Arnaud, L'urbain dans le monde musulman de Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 2006.

2 A. Rabo, A Shop of One’s Own. Independence and Reputation Among Traders in Aleppo, London, New-York, I.B.Tauris, 2005.

3 Le terme « médina », « ville » en arabe, désigne les quartiers arabes traditionnels dans les villes du Maghreb colonial, quartiers qui étaient ainsi distingués des quartiers modernes de type européens et coloniaux. L’employer pour les villes arabes du Moyen-Orient nous semble inapproprié.

4 D. Kapchan, Gender on the Market. Moroccan Women and the Revoicing of Tradition, Philadelphie, Un. of Pennsylvania Press, 1996.

5 M. Abaza, Changing Consumer Cultures of Modern Egypt. Cairo’s Urban Reshaping, Leyde, Brill, 2006.

6 P. Pinto, « Pilgrimage, Commodities, and Religious Objectification : the Making of Transnational Shiis Between Iran and Syria », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, vol. 27, n°1, 2007, p. 109-125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Boissière, « Mermier Franck, Peraldi Michel (dir.), Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, éditions Karthala, CJB, IFPO, 2011, 337 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 13 avril 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/7547

Haut de page

Auteur

Thierry Boissière

Université Lumière Lyon 2, GREMMO (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page