Navigation – Plan du site
Lectures

Martinez Antonio Francisco Javier et González González Irene (eds.), 2011, Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo XIX, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas-Colección de Estudios árabes e islámicos-Monografías, 496 p.

Ana Isabel Planet Contreras

Texte intégral

1Durant la dernière décennie, l'historiographie espagnole s’est de plus en plus consacrée à l'étude du Protectorat espagnol dans le nord du Maroc. L'importance de ces travaux croît à mesure que de nouvelles sources d'archives deviennent accessibles. Grâce à ces sources, des monographies thématiques ou à caractère géographique ont été entreprises, et de nouvelles approches ont été adoptées pour l'étude de cette période. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il reste encore du travail à faire dans ce domaine de recherche, et l'une des tâches qu'il restait à réaliser est précisément celle accomplie avec beaucoup de rigueur et de discernement par les coordinateurs de cet ouvrage.

2Ce livre constitue, sans aucun doute, un effort de réflexion commune qui complète ce qui a déjà été publié et ouvre de nouvelles pistes d'analyse et de recherche. L'originalité de l'ensemble des travaux présentés dans cet ouvrage réside d'abord dans le choix du moment historique comme épine dorsale des différentes propositions. Alors que le premier quart de siècle a fait l'objet d'études exhaustives - une sélection des ouvrages les plus récents est présentée par les auteurs dans la préface du livre - les décennies immédiatement antérieures n'ont été jusqu'à présent que fort peu étudiées en ce qui concerne le Maroc.

3La raison fondamentale de ce déficit réside sans doute dans le fait que les efforts de recherche et de divulgation sur les événements qui ont marqué cette période se sont focalisés sur les autres colonies, celles d'Outre-mer, ne laissant qu'un espace résiduel à ce qui se passait dans l'espace géographique le plus proche. Le désastre de la perte de Cuba, Porto Rico et des Philippines, ainsi que la perte conséquente de poids politique dans l'histoire pour l'Espagne, ont eu un énorme impact sur la politique et l'économie, mais aussi la philosophie et la définition même de la nation, laquelle se voyait confrontée au grand défi que certains appelèrent « la régénération de l'Espagne ». C'est à partir de ce moment, et à partir d’une lecture critique des présupposés « régénérationistes » qui dominaient alors, que les auteurs de cet ouvrage posent avec un grand discernement leur regard sur cette période.

4Le second élément qui donne toute son originalité à cet ouvrage est la mise en évidence du lien permanent entre, d’une part, les possibilités mises en avant par certains à l'époque pour obtenir une régénération hispanique et, d’autre part, les réformes marocaines. Les positions de départ de Joaquín Costa, qui constituent l'axe principal du « régénérationisme » au Maroc et qui revenaient à dire, en résumé, que ce qui intéressait l'Espagne et le Maroc était que le Maroc devienne une colonie européenne, finirent par dériver vers le besoin de construction d'une « Espagne africaine », à mi-chemin entre la colonie et le pays voisin.

5Le troisième élément qui enrichit le livre est que toutes les contributions partent de l’hypothèse de départ que le régénérationisme a eu une influence décisive dans la conception du programme africaniste espagnol. Grâce à ce régénérationisme qui éclairait la voie, le rapprochement, l'installation et la présence définitive de l'Espagne au Maroc auraient eu des caractéristiques propres, différentes de celles développées par d'autres modèles de colonisation, que ce soit la « mission civilisatrice » ou la « pénétration pacifique ». À partir du régénérationisme espagnol, des personnages, des idées et des institutions originales se rapprochèrent du Maroc, en intégrant depuis le début de l'aventure espagnole au Maroc les progrès réalisés dans le domaine des sciences et de l'éducation à la fin du XIXe siècle dans le pays.

6Le livre est structuré en trois sections qui constituent des approches monographiques tout en abordant certaines questions de façon transversale. Dans la première section, les auteurs ont entrepris la difficile tâche d'établir un lien solide entre la régénération de l'Espagne et celle du Maroc, à partir du démantèlement du modèle colonial développé par l'Espagne à Cuba. C'est dans cette section qu'est abordé le moment réformiste marocain, mis en perspective par rapport à l'ensemble des réformes réalisées ou en cours de réalisation dans d'autres parties du monde arabo-islamique (Azaola Piazza et Hernando de Larramendi) ainsi que les aspects concrets de la réforme militaire (contributions de Tambuirini et d'Albert Salueña). Dans la construction du discours régénérationiste espagnol envers le Maroc, le rôle de deux personnages essentiels est aussi mis en lumière : Segismundo Moret (par Ferrera Cuesta) et, de la Catalogne, Enric Prat de la Riba (contribution de Martín Corrales).

7Les autres sections sont consacrées respectivement aux questions traitant de « Éducation, langue et culture » et « Science, technologie et médecine ». Les questions relatives à l'enseignement au Maroc ont fait l'objet d'une politique d'éducation en rupture avec celle qui était appliquée avant la colonisation. Elles sont dans cet ouvrage abondamment analysées par González González, qui met en évidence le fait que la portée de cette politique ne se limite pas au Maroc, dans la mesure où elle concernait aussi le système éducatif espagnol, lequel hésitait toujours entre une vision du Maroc comme un appendice de Al-Andalus ou sa perception à partir de la complexe réalité économique, sociale et linguistique rapportée par les envoyés sur le terrain. Les travaux de Manuela Marín et de Bernabé López García renchérissent sur la question de savoir comment étudier le Maroc, comme le fait également la contribution de Yousef Akmir. Une fenêtre sur l'histoire concrète nous renvoie enfin aux itinéraires personnels des boursiers marocains venus en Espagne pour compléter leur formation et qui, à leur retour, devinrent les faire-valoir du pays qui les avait accueillis.

8Il ne fait pas de doute que l'on retrouve au Maroc des apports importants de la science et de la technologie de l'époque. La cartographie tout d'abord, confrontée au défi d'élaborer les meilleures cartes, évoquée dans l'ouvrage à partir du cartographe Eduardo Álvarez Ardanuy (étudié par Urteaga), ensuite les projets de communication entre l'Espagne et le Maroc, qui envisageaient alors la possibilité d'une liaison fixe entre les deux côtés du détroit (contribution de José Luis Villanova). Il faut aussi mentionner l'analyse réalisée par Gómez Barceló de la personnalité du médecin de Cadix installé à Ceuta, Celestino García Fernández, personnage entre deux mondes, et l'approche anthropologique que l'africanisme a développé à propos de la « berbérité » marocaine, ou encore des éléments anthropologiques communs en Méditerranée, présentée par Carlos Cañete. Le passage en revue de l’œuvre de Joaquín Costa sur le Maroc, avec lequel débute le livre, est aussi digne de mention et l'avancée que représentèrent les congrès africanistes à l'heure de la colonisation agricole du Maroc.

9L’ouvrage est complété par un index des noms d’une grande utilité et d’une annexe photographique. Il manque une bibliographie finale, rassemblant toutes les références utilisées par les différents auteurs dans une seule annexe. En somme, il s'agit d'un livre à la lecture incontournable, à l'édition soignée et d'une extrême cohérence, qui éclaire une étape essentielle de l'histoire pour comprendre les relations entre l'Espagne et le Maroc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Isabel Planet Contreras, « Martinez Antonio Francisco Javier et González González Irene (eds.), 2011, Regenerar España y Marruecos. Ciencia y educación en las relaciones hispano-marroquíes a finales del siglo XIX, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas-Colección de Estudios árabes e islámicos-Monografías, 496 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/7559

Haut de page

Auteur

Ana Isabel Planet Contreras

Facultad de Filosofía y letras, Universidad Autónoma de Madrid-España

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page