Navigation – Plan du site
Lectures

Mazawi André E. et Sultana Ronald G. (dir.), World Yearbook of Education 2010 : Education in the Arab World. Political Projects, Struggles, and Geometries of Power, New York, Routledge, 2009, 425 p.

Vincent Romani

Texte intégral

1Vingt-six auteurs composent un ouvrage dense et rafraichissant sur le thème de l’éducation dans le monde arabe. Dans leur riche introduction, André Elias Mazawi et Ronald G. Sultana expliquent l’ambition et les contraintes d’un travail qui innove tout d’abord d’un point de vue éditorial, puisqu’il constitue le premier ouvrage portant sur l’aire culturelle « arabe » d’une collection de Routledge auparavant généraliste. Très avertis des risques essentialistes liés à ce type de projet, les auteurs écartent brillamment toute tentation orientaliste, en explicitant leur projet et ses propositions méthodologiques et problématiques. Leur pari est d’explorer des voies de recherche qui rendent raison des rapports entre savoirs et pouvoirs dans cette région du monde, en procédant à une longue série de décentrements théoriques et de mises en relations stimulantes. L’objectif est de contribuer à une critique des « mondialisations » du point de vue du secteur éducatif (primaire, secondaire et universitaire), à partir de plusieurs échelles d’analyse, de plusieurs angles, terrains et types de matériaux. Le questionnement transversal porte sur les mutations éducatives et leur rapport aux champs du pouvoir.

2La première partie, intitulée « contested policyscapes », juxtapose plusieurs terrains portant sur les politiques publiques de l’éducation. L’État-nation paraît ici fragilisé entre l’imposition d’agendas globaux et la puissance contestataire des acteurs locaux. Abdeljalil Akkari s’intéresse ainsi à la redéfinition de l’espace éducatif maghrébin à l’aune d’une privatisation lente, craignant l’émergence d’un système à deux vitesses. Borhène Chakroun et Eva Jimeno Sicilia s’intéressent à l’impact des politiques de coopération euro-méditerranéenne dans le secteur de l’enseignement technique et des modèles d’évaluation-qualité : ils montrent comment la diffusion d’un modèle institutionnel répond aux exigences gouvernementales et capitalistes d’acquérir et dénombrer la main d’œuvre nécessaire pour alimenter les systèmes de production. Plus localisés, les deux derniers chapitres partagent également une réflexion sur les contraintes concernant la définition et l’application des politiques éducatives. Fatma Sayed montre, à propos de l’Égypte, comment l’argument conspirationiste (complots occidentaux contre l’Égypte) constitue un outil de pression et de redéfinition éducative important aux mains d’un grand nombre d’acteurs politiques. Nemer Frayha, dans une réflexion autobiographique, analyse son expérience ministérielle passée au Liban dans le cadre de la réforme éducative post guerre civile des années quatre-vingt-dix, relevant la politisation de décisions prises selon les rapports de force entre les divers groupes de pression politiques, sociaux et religieux libanais.

3La seconde partie de l’ouvrage porte un double projet : le premier est empirique et entend restituer quelques voix ou dynamiques contestataires des mondes éducatifs arabes ; le second est méthodologique, entendant élargir le choix des outils classiquement utilisés dans les recherches en sciences de l’éducation. Linda Herrera montre ainsi la portée et les limites de l’enquête ethnographique dans des contextes autoritaires où l’observation en classe promet d’être plus féconde que des approches institutionnelles incertaines. Elle montre, à partir de son expérience cairote, que cette approche donne accès à des mondes subalternes peu visibles autrement. Fida Adely poursuit cette piste avec un terrain jordanien, en montrant, à partir d’une enquête menée dans un lycée de filles, comment légitimité nationale-étatique et légitimité religieuse peuvent diverger, voire s’opposer, à partir des gestes et rituels les plus banals. Matthew Clarke travaille quant à lui à partir de « focus-groups » et de discussions virtuelles avec des apprentis enseignants émiratis, pour montrer, dans une veine foucaldienne, la plasticité des identités et la résistance normative de ces acteurs. Enfin, Orit Bashkin analyse les autobiographies de juifs iraqiens immigrés en Israël, pour livrer une saisissante histoire du système éducatif irakien avant 1958 et des tensions entre nationalisme arabe et appartenances communautaires et politiques.

4La troisième partie, intitulée « Visibilités suspendues », introduit un décentrement heuristique en s’intéressant aux populations marginalisées ou écrasées par les politiques éducatives dans la région. Sawsan Zaher se positionne sur un plan éthique et juridique pour montrer, d’une part, le net retrait du monde arabe par rapport aux normes éducatives internationales, et d’autre part, la valeur éthique primordiale de l’égal et libre accès de tous à l’éducation. Les chapitres suivants s’intéressent successivement aux obstacles rencontrés par les enfants handicapés dans les pays du Conseil de coopération du Golfe en vue de leur scolarisation ; à l’enseignement de l’Amazigh en France et au Maroc ; à la scolarisation forcée ou bâclée des communautés nomades du monde arabe ; aux minorités musulmanes de Malte, autant de points de vue originaux sur le plan empirique comme méthodologique. Les chapitres de cette partie sont également reliés par un double questionnement sur la diversité sociale dans un État-nation, et sur les limites de celui-ci en termes de légitimation et de citoyenneté.

5Intitulée « imaginaires du savoir », la quatrième partie aborde plus directement la question des savoirs, et ceci de plusieurs manières. Rukhsana Zia, dans un premier chapitre, s’intéresse à l’éducation religieuse et à l’articulation entre nationalisme et islamisme dans le monde arabe, à partir de l’étude des programmes et des manuels ; elle conclut que la question religieuse n’est pas une variable discriminante exclusive, mais plutôt un lieu de compétition idéologique mettant aux prises les acteurs politiques locaux, nationaux et planétaires. En cela, sa recherche contribue à l’invalidation de schèmes binaires opposant tradition (religieuse) à modernité (séculière). Hocine Khalfaoui, pour l’Algérie, et Iman Farag pour l’Égypte, montrent comment les pouvoirs redéfinissent et fragilisent l’enseignement supérieur dans ces deux pays ; si H. Khalfaoui fait une socio-histoire du champ du pouvoir algérien pour expliquer la déshérence universitaire, I. Farag renvoie plus volontiers à l’agenda extérieur de la mondialisation pour expliquer les évolutions problématiques de l’enseignement supérieur égyptien. Fondé sur des entretiens avec des jeunes Palestiniens, Égyptiens, Jordaniens et Émiratis, le dernier chapitre de Imad N.K. Clarke montre comment les chaines de télévision satellitaires sont perçues comme des fenêtres alternatives, critiques et informationnelles sur le monde et non pas comme de simples divertissements ; l’enjeu est pour les jeunes de contourner autoritarisme social et politique qu’ils ne supportent plus.

6La dernière partie, intitulée « embarras [predicament] géopolitique », renoue avec un point de vue plus global sur la question de l’articulation entre savoirs et pouvoirs, ici envisagés d’une manière plus instituée et militaire. Ainsi du premier chapitre écrit par Omar el-Khairy, s’appuyant sur la théorie néo-gramscienne pour montrer comment les États-Unis définissent, depuis le 11 septembre 2001, la jeunesse arabe et son éducation comme des cibles prioritaires ; leur prise en charge par des moyens culturels relèverait d’une même logique hégémonique et militaire de ciblage et de conquête. On retrouve ces derniers thèmes, mais plus empiriquement analysés, sous la plume de Nadera Shalhoub-Kervorkian, dans un chapitre montrant des étudiants palestiniens particulièrement réprimés par l’occupant militaire israélien. Les deux derniers chapitres constituent des points d’investigation plus concrets, à partir des manuels et réformes de programmes scolaires en Irak post-2003 et en Iran : ils permettent de comprendre et relativiser très concrètement comment le pouvoir s’impose au savoir, et dans quelles limites.

7Cet ouvrage, aux qualités nombreuses, choisit d’exposer un ensemble de points de vue alternatifs plutôt que d’offrir un traitement classique, statistique et « développeur » sur les manques et pré-requis de l’éducation dans le monde arabe. La perspective endogène est largement privilégiée, multipliant les sites d’observation locaux et permettant ainsi d’accumuler des informations inédites sur les sociétés concernées, tout en faisant émerger de nouvelles questions sociales et sociologiques. Mais la problématisation politique et critique réussie de ce livre nourrira tout autant les politistes s’intéressant aux relations entre savoirs et pouvoirs, aux effets de la mondialisation, aux mutations contemporaines de l’État dans le monde arabe et ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Romani, « Mazawi André E. et Sultana Ronald G. (dir.), World Yearbook of Education 2010 : Education in the Arab World. Political Projects, Struggles, and Geometries of Power, New York, Routledge, 2009, 425 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 25 mai 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7561

Haut de page

Auteur

Vincent Romani

département de science politique, Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page