Navigation – Plan du site
Lectures

Mazella S. (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud,Paris/Tunis 2009, 408 p.

Vincent Romani

Texte intégral

1Vingt-et-un auteurs et autant de chapitres répartis en trois parties structurent cet ouvrage, issu du programme de recherche intitulé Étudiants étrangers au Maghreb et dans l’espace euro-méditerranéen. Vers quelle circulation des compétences ? Mené à partir de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (Tunis) de 2005 à 2008, et financé par le ministère français des Affaires étrangères à travers le Fonds de solidarité prioritaire. Point d’aboutissement de ce programme, cette publication a été précédée, en 2007, par un premier jalon également dirigé par Sylvie Mazzella (2007).

2L’objet de l’ouvrage est multiple : il constitue tout d’abord un assemblage raisonné de données de première main sur les dynamiques de mobilités étudiantes entre plusieurs régions (Afrique du Nord, Europe et Canada, Afrique sub-saharienne) et pays (France, Maroc, Tunisie, Algérie, Canada, Mauritanie, Burkina Faso notamment) ; l’effort méthodologique est remarquable et s’observe dans le codage chiffré et cartographique des données statistiques, présenté dans les vingt pages d’annexes. Ceci atteste la vocation comparative rigoureuse de ce travail, et son succès. D’un point de vue qualitatif, l’objet du livre est triple à travers ces multiples terrains : comprendre les déterminants et évolutions des mobilités étudiantes à destination de/en provenance du Maghreb ; informer le phénomène contemporain de la « mondialisation » à partir de l’espace universitaire ; expliquer enfin les mutations de l’enseignement supérieur à l’aune d’une mondialisation plurivoque. En multipliant différents terrains, points de vue, échelles et méthodologies (statistique, anthropologique, institutionnelle), ce travail permet de rendre compte de ces phénomènes d’une manière aussi fine que globale.

3Ainsi la notion vague et piégeuse de mondialisation est ici historicisée : dans un contexte de domination anglo-saxonne et de pressions croissantes pour la marchandisation de l’éducation supérieure, les États européens lancent en 1999 le processus de Bologne, destiné à favoriser l’émergence d’un espace universitaire commun européen. Les gouvernants du Maghreb, aux prises avec des crises de l’emploi et de saturation de l’enseignement supérieur, réagissent rapidement de manière à maintenir ouverte l’issue européenne aux milliers d’étudiants nord-africains en recherche de perspectives éducatives et économiques. Adaptation des nouvelles normes européennes, privatisation et ouverture relative de l’enseignement supérieur en sont les conséquences synthétiquement observées par les auteurs. Mais Sylvie Mazzella pointe ici un paradoxe de cette « nouvelle » mondialisation qu’elle nomme « libéralisation d’État (de l’enseignement supérieur) », qui s’opère « par le haut » et l’État, et se traduit par une sur-règlementation autoritaire compensant la fin du monopole gouvernemental sur l’université. C’est en Algérie que ces réformes sont le plus timidement appliquées tant y est fortement ancré le modèle post-colonial de « l’État développeur ». Les contributions de la seconde partie de l’ouvrage montrent ainsi qu’à défaut de privatisation, la réforme LMD y est cependant précocement appliquée, y suscitant de nombreuses résistances (chapitres de Youcef Berkane et de Zineddine Berrouche). Ahmed NBelkadi et Florian Kohstall pour le Maroc et l’Égypte, Fethi Rekik pour la Tunisie, montrent également comment des réformes institutionnelles menées différemment, en fonction des objectifs gouvernementaux, de la perception des normes internationales, et de leur niveau d’application local ou national, peuvent contourner leur public cible, c’est-à-dire les étudiants.

4L’originalité majeure de l’ouvrage réside dans l’observation du double positionnement des pays du Maghreb, à la fois pays émetteurs d’étudiants (vers la France notamment), et pays récepteurs d’étudiants (sub-sahariens et d’autres pays arabes). Cette ouverture permet de renouveler le regard sur des pays le plus souvent perçus comme des débiteurs universitaires, ajoutant un axe « Sud-Sud » à l’axe analytique « Nord-Sud » ; elle permet surtout de mettre au jour un phénomène migratoire en plein essor, bien qu’encore minime relativement à la proportion d’étudiants maghrébins en Europe (chapitres d’Ahmed Balkadi et Mohamed Charef, Sylvie Mazzella et Makrem Mandhouj notamment). Ce phénomène s’explique à la fois par les stratégies et capitaux individuels et familiaux des migrants, par la moindre qualité des universités sub-sahariennes, par l’effort d’alignement qualitatif des universités maghrébines sur le modèle européen, ainsi que par les barrières migratoires croissantes qu’opposent les États européens aux immigrants du Sud. En ce sens, les universités maghrébines participent - d’une manière non policière - à l’endiguement des migrations sub-sahariennes à destination de l’Europe.

5Ce double point de vue justifie ainsi la construction logique de l’ouvrage en trois parties égales : la seconde partie, qui porte sur l’étude des recompositions institutionnelles des systèmes universitaires maghrébins – et leurs limites – dans le cadre de la mondialisation, est encadrée par une première partie qui s’attache à l’étude des migrations d’étudiants maghrébins vers l’Europe (la France essentiellement) et le Canada, et par une troisième partie qui aborde l’analyse des migrations étudiantes étrangères à destination des pays du Maghreb. Dans la première partie, deux points de vue méthodologiques se complètent pour comprendre les migrations des étudiants maghrébins en France : Maïten Bel et Valérie Ehrlich dressent un profil statistique des migrants et de leurs trajectoires, quand Constance de Gourcy, M’hamed Wahbi, Mohamed Charef et Richard Couëdel offrent un point de vue micro-sociologique sur ce même objet, à partir de biographies et d’entretiens. Les chapitres de Stéphanie Garneau sur deux étudiants marocains aux Québec, et d’Alexis Spire sur l’arbitraire administratif consulaire auquel se heurtent de jeunes étudiants maghrébins, pointent en creux la violence symbolique du système de sélection français, de plus en plus rigide.

6Moins homogène et plus anthropologique en raison de la faiblesse des sources disponibles (les deux premiers chapitres de Ahmed Belkadi et Mohamed Charef, Sylvie Mazzella et Makrem Mandhouj fournissent cependant des statistiques d’étudiants étrangers au Maroc et en Tunisie), la troisième partie envisage les pays du Maghreb et l’Égypte comme des pays producteurs de diplômés étrangers, renversant ainsi la perspective classique. Deux logiques affleurent ici : la première suit un axe horizontal, mettant en évidence les migrations mauritaniennes (Mohamed Abderahmane Ould Ahmedou Yacoub) et marocaines (Hassan Boubakri, Makrem Mandhouj) vers la Tunisie, témoignant de stratégies familiales d’ascension ou de conservation sociale par des acteurs déjà fortement dotés en capitaux sociaux, économiques et culturels. La seconde logique mise en évidence est celle, plus classique et verticale, du contournement des blocages migratoires européens, comme des blocages universitaires africains, par des étudiants en majorité sub-sahariens, à destination des universités nord-africaines. Une conséquence de cet axe émergent est le développement d’un secteur universitaire privé au Maghreb (Sylvie Mazzella) à destination des étudiants africains, proposant des formations professionnelles courtes. Sophie Bava s’intéresse au sort des étudiants sub-sahariens arabophones des grandes universités théologiques (Al-Azhar au Caire, la Zitouna à Tunis) pour montrer leur précarisation croissante. Sylvie Bredeloup poursuit cette perspective en analysant le retour au pays de burkinabés après leurs études dans des pays arabes : si les stratégies et capitaux familiaux constituent une variable importante dans le devenir de ces diplômés, le fait d’avoir étudié dans un cursus arabophone et littéraire (plutôt que dans un cursus francophone, scientifique et technique) impacte très négativement leurs chances de réussite, nourrissant la contestation sociale et politique.

7Si les questions des savoirs produits et transmis, de leurs hiérarchies changeantes, sont effleurées dans ce travail, des acteurs importants de l’enseignement supérieur nous sembleraient mériter une meilleure attention pour compléter l’analyse de la mondialisation universitaire au Maghreb et ailleurs : les enseignants du supérieur, en tant que catégorie d’acteurs universitaires majeurs, ne sont présents que secondairement dans la deuxième partie de l’ouvrage. Leur étude plus centrale eut avantageusement parfait une contribution méthodologique, documentaire et analytique majeure à l’étude de la mondialisation étudiante au Maghreb et à celle des mutations contemporaines de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Bibliographie

Mazzella Sylvie, dir., 2007, « L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale. Une comparaison internationale (Maghreb, Afrique, Canada et France) », Alfa. Maghreb et sciences sociales ; Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Romani, « Mazella S. (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud,Paris/Tunis 2009, 408 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 25 mai 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7562

Haut de page

Auteur

Vincent Romani

département de science politique, Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page